Vigiles (OSB) du samedi 2 mars 2019 -

Hebdomada VII per annum VIIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Sectámini caritátem, æmulámini spiritália, magis autem, ut prophetétis. Qui enim lóquitur lingua, non homínibus lóquitur, sed Deo; nemo enim audit, spíritu autem lóquitur mystéria. Qui autem prophétat, homínibus lóquitur ædificatiónem et exhortatiónem et consolatiónes. Qui lóquitur lingua, semetípsum ædíficat; qui autem prophétat, ecclésiam ædíficat. Volo autem omnes vos loqui linguis, magis autem prophetáre; maior autem est qui prophétat quam qui lóquitur linguis, nisi forte interpretétur, ut ecclésia ædificatiónem accípiat. Recherchez la charité; aspirez aussi aux dons spirituels, surtout à celui de prophétie. Car celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu; personne en effet ne comprend: il dit en esprit des choses mystérieuses. Celui qui prophétise, au contraire, parle aux hommes; il édifie, exhorte, réconforte. Celui qui parle en langue s'édifie lui-même, celui qui prophétise édifie l'assemblée. Je voudrais, certes, que vous parliez tous en langues, mais plus encore que vous prophétisiez; car celui qui prophétise l'emporte sur celui qui parle en langues, à moins que ce dernier n'interprète, pour que l'assemblée en tire édification.
R/. Dómine, exáudi oratiónem meam, et clamor meus ad te véniat; * Quia non spernis, Deus, preces páuperum. V/. De profúndis clamávi ad te, Dómine; Dómine exáudi vocem meam. * Quia. R/. Seigneur, entends ma prière: que mon cri parvienne jusqu'à toi! * Car tu ne méprises pas, mon Dieu, la prière des humbles. V/. Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur; Seigneur, écoute mon appel! * Car.
Lectio II Lecture II
Nunc autem, fratres, si vénero ad vos linguis loquens, quid vobis pródero, nisi vobis loquar aut in revelatióne aut in sciéntia aut in prophetía aut in doctrína? Tamen, quæ sine ánima sunt vocem dántia, sive tíbia sive cíthara, nisi distinctiónem sonítuum déderint, quómodo sciétur quod tíbia cánitur aut quod citharizátur? Etenim si incértam vocem det tuba, quis parábit se ad bellum? Ita et vos per linguam nisi maniféstum sermónem dedéritis, quómodo sciétur id quod dícitur? Eritis enim in áera loquéntes. Tam multa, ut puta, génera linguárum sunt in mundo, et nihil sine voce est. Si ergo nesciéro virtútem vocis, ero ei, qui lóquitur, bárbarus; et, qui lóquitur, mihi bárbarus. Et maintenant, frères, supposons que je vienne chez vous et vous parle en langues, en quoi vous serai-je utile, si ma parole ne vous apporte ni révélation, ni science, ni prophétie, ni enseignement? Ainsi en est-il des instruments de musique, flûte ou cithare; s'ils ne donnent pas distinctement les notes, comment saura-t-on ce que joue la flûte ou la cithare? Et si la trompette n'émet qu'un son confus, qui se préparera au combat? Ainsi de vous: si votre langue n'émet pas de parole intelligible, comment saura-t-on ce que vous dites? Vous parlerez en l'air. Il y a, de par le monde, je ne sais combien d'espèces de langages, et rien n'est sans langage. Si donc j'ignore la valeur du langage, je ferai l'effet d'un Barbare à celui qui parle, et celui qui parle me fera, à moi, l'effet d'un Barbare.
R/. Velóciter exáudi me, Dómine, * Quia defecérunt sicut fumus dies mei. V/. Dies mei sicut umbra declinavérunt, et ego sicut fœnum árui; * Quia. R/. Vite, réponds-moi, Seigneur, * Car mes jours s'en vont en fumée. V/. L'ombre gagne sur mes jours, et moi, je me dessèche comme l'herbe; * Car.
Lectio III Lecture III
Quóniam æmulátores estis spirítuum, ad ædificatiónem ecclésiæ quærite, ut abundétis. Et ídeo, qui lóquitur lingua, oret, ut interpretétur. Nam si orem lingua, spíritus meus orat, mens autem mea sine fructu est. Quid ergo est? Orábo spíritu, orábo et mente; psallam spíritu, psallam et mente. Puisque vous aspirez aux dons spirituels, cherchez à les avoir en abondance pour l'édification de l'assemblée. C'est pourquoi celui qui parle en langue doit prier pour pouvoir interpréter. Car, si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence n'en retire aucun fruit. Que faire donc? Je prierai avec l'esprit, mais je prierai aussi avec l'intelligence. Je dirai un hymne avec l'esprit, mais je le dirai aussi avec l'intelligence.
Céterum si benedíxeris in spíritu, qui supplet locum idiótæ, quómodo dicet " Amen! " super tuam benedictiónem, quóniam quid dicas nescit? Nam tu quidem bene grátias agis, sed alter non ædificátur. Grátias ago Deo quod ómnium vestrum magis linguis loquor; sed in ecclésia volo quinque verba sensu meo loqui, ut et álios ínstruam, quam decem mília verbórum in lingua. Autrement, si tu ne bénis qu'en esprit, comment celui qui a rang de non-initié répondra-t-il " Amen! " à ton action de grâces, puisqu'il ne sait pas ce que tu dis? Ton action de grâces est belle, certes, mais l'autre n'en est pas édifié. Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langues plus que vous tous; mais dans l'assemblée, j'aime mieux dire cinq paroles avec mon intelligence, pour instruire aussi les autres, que dix mille en langue.
R/. Salvos nos fac, Dómine Deus noster, et cóngrega nos de natiónibus, * Ut confiteámur nómini tuo et gloriémur in laude tua. V/. Meménto nostri, Dómine, in beneplácito pópuli tui; vísita nos in salutári tuo: * Ut confiteámur. V/. Glória Patri. * Ut confiteámur. R/. Sauve-nous, Seigneur notre Dieu; rassemble-nous du milieu des païens: * Que nous rendions grâce à ton nom, fiers de chanter ta louange! V/. Souviens-toi de nous, Seigneur, dans ta bienveillance pour ton peuple; toi qui le sauves, visite-nous: * Que nous rendions grâce. V/. Gloire au Père. * Que .
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Paschásii Radbérti abbátis (Sermo 1: PL 96, 241-242) Sermon de saint Paschase Radbert
Lectio I Lecture I
Dei Génetrix speciósa prædicátur, velut colúmba, pulchra ut luna, elécta ut sol; quia colúmba illa quæ super Christum mansit, eam totam repléverat; idcírco ob hanc spéciem decóris non immérito formositáte virtútum speciósa laudátur. Pulchra ut luna; quinímmo púlchrior quam luna, quia in eius spécie gens ómnium Ecclesiárum respléndet, quæ sole iustítiæ illustrátur, ut calíginem præséntis vitæ destrúere possit, et ad ea pertinére nos omnes fáciat, quo beáta Virgo pervénit, ubi nullum iam pátitur deféctum lúminis, quia labórum eius et grátiæ gloriósus est fructus. On proclame que la mère de Dieu est gracieuse comme la colombe, belle comme la lune, splendide comme le soleil; car cette colombe, qui demeura sur le Christ, l'avait remplie tout entière; et c'est pourquoi, en raison de cet éclat ravissant, on loue à juste titre sa beauté à cause du charme de ses vertus. Belle comme la lune, davantage: plus belle que la lune; car la famille de toutes les Églises resplendit dans l'éclat de celle qui est illuminée par le soleil de justice, afin de pouvoir dissiper les ténèbres de la vie présente et de nous faire tous accéder à ces biens auxquels la bienheureuse Vierge est parvenue; là elle ne souffre plus d'aucun défaut de lumière, parce que le fruit de ses travaux et de sa grâce est glorieux.
R/. Cum cecíderit, iustus non conturbábitur, * Quia Dóminus firmat manum eius. V/. Iúnior fui, étenim sénui, et non vidi iustum derelíctum, nec semen eius quærens panem. * Quia . R/. Lorsqu'il trébuche, le juste ne vacille pas, * Car le Seigneur lui tient la main. V/. Jamais, de ma jeunesse à mes vieux jours, je n'ai vu le juste abandonné ni ses enfants mendier leur pain. * Car.
Lectio II Lecture II
Ideo, dilectíssimi, imitámini illam, dum vacat et tempus est, quam colláudant omnes sancti et díligunt, quæ procéssit elécta de terris ad cælum, elécta ut sol. Et ecce in perpétuum clárior sole, coronáta triúmphat ante Dóminum. In qua nimírum Vírgine olim quasi in sole pósuit rex tabernáculum suum, ac procéssit sponsus ad nos de thálamo suo, rex virtútum, rex glóriæ, ut omnes regnent per eum. Aussi, mes bien-aimés, imitez-la, tant que cela vous est possible et qu'il en est temps, elle que tous les saints louent à l'envi et chérissent, elle, l'élue de Dieu, qui s'est élevée de la terre au ciel, splendide comme le soleil; et voici que, pour toujours plus étincelante que le soleil, elle triomphe, parée d'une couronne, devant le Seigneur. Assurément, c'est en cette Vierge, comme dans le soleil, que le roi planta naguère sa tente, et il s'est avancé vers nous comme un époux sort de sa chambre nuptiale, lui, le roi des puissances angéliques, le roi de gloire, pour que tous règnent par lui.
R/. Rugiébam a gémitu cordis mei, * Ante te omne desidérium meum, et gémitus meus a te non est abscónditus. V/. Cor meum conturbátum est in me, derelíquit me virtus mea. * Ante te. R/. Mon cœur gronde et rugit, Seigneur, * Tout mon désir est devant toi, et rien de ma plainte ne t'échappe. V/. Le cœur me bat, ma force m'abandonne, * Tout.
Lectio III Lecture III
Unde quæso vos, o fílii, imitámini signáculum fídei vestræ, beátam Maríam quam, velut ignis ferrum, Spíritus Sanctus totam decóxit, incánduit et ignívit, ita ut in ea non nisi Spíritus Sancti flamma videátur, nec sentiátur nisi tantum ignis amóris Dei. Hæc namque est hortus conclúsus ille deliciárum, fons signátus, púteus aquárum vivéntium, reparátio vitæ, iánua cæli, decus mulíerum, fastígium ómnium vírginum, quæ ut cedrus Líbani cotídie in terris multiplicátur, dilatatúrque ramis, et in cælo radícibus, ut crescat ámplius, solidátur. C'est pourquoi, je vous en prie, mes fils, imitez ce sceau de votre foi, la bienheureuse Marie; le Saint-Esprit, comme le feu agit sur le fer, l'a tout entière transformée, rendue incandescente, embrasée, en sorte qu'en elle on ne voie que la flamme de l'Esprit Saint, et l'on ne perçoive rien, sinon le feu de l'amour de Dieu. Car c'est elle qui est ce jardin fermé, ce jardin de délices, cette fontaine scellée, ce puits des eaux vives, le renouvellement de notre vie, la porte du ciel, l'honneur des femmes, la plus sublime de toutes les vierges; elle qui, comme le cèdre du Liban, se multiplie chaque jour sur la terre, étend ses branches et s'affermit dans le ciel par ses racines, afin de croître davantage.
R/. Exáudi oratiónem meam, Dómine, et deprecatiónem meam; et ab ómnibus iniquitátibus meis érue me, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Compláceat tibi, Dómine, ut éruas me; Dómine, ad adiuvándum me réspice. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Entends ma prière, Seigneur, écoute ma supplication; délivre-moi de tous mes péchés, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. Daigne, Seigneur, me délivrer; regarde-moi, aide-moi, Seigneur! * Car. V/. Gloire au Père. * Car.