Vigiles (OSB) du jeudi 7 mars 2019 -

Dies post Cineres Jours après les Cendres
Feria V Jeudi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Incipit liber Deuteronómii Du livre du Deutéronome
Lectio I Lecture I
Hæc sunt verba quæ locútus est Móyses ad omnem Israel trans Iordánem in solitúdine, in Araba contra Suph, inter Pharan et Thophel et Laban et Aseroth et Dizahab: " Dóminus Deus noster locútus est ad nos in Horeb dicens: "Súfficit vobis quod in hoc monte mansístis; convertímini et proficiscímini et veníte ad montem Amorræórum et ad omnes vicínos eius: in Araba atque montánis et in Séphela et in Nageb et iuxta litus maris, in terram Chananæórum et in Líbanum usque ad flumen magnum Euphráten. En, inquit, trádidi vobis terram: ingredímini et possidéte eam, super qua iurávit Dóminus pátribus vestris Abraham, Isaac et Iacob ut daret illam eis et sémini eórum post eos". " Voici les paroles que Moïse adressa à tout Israël au-delà du Jourdain, dans le désert, dans la Araba, en face de Suph, entre Parân et Tophel, Labân, Haçérot et Di-Zahab. Le Seigneur notre Dieu nous a parlé à l'Horeb: " Vous avez assez séjourné dans cette montagne. Allez-vous-en, partez, et allez à la montagne des Amorites, chez tous ceux qui habitent la Araba, la Montagne, le Bas-Pays, le Négeb et le bord de la mer, allez en terre de Canaan et au Liban jusqu'au grand fleuve, l'Euphrate. Voici le pays que je vous ai donné; allez donc prendre possession du pays que le Seigneur a promis par serment à vos pères, Abraham, Isaac et Jacob, et à leur postérité après eux. "
R/. Atténdite, pópule meus, legem meam, * Inclináte aurem vestram in verba oris mei. V/. Apériam in parábolis os meum; loquar propositiónes ab inítio sæculi. * Inclináte. R/. Écoute ma loi, ô mon peuple, * Tends l'oreille aux paroles de ma bouche. V/. J'ouvrirai la bouche pour une parabole, je publierai ce qui fut caché dès l'origine. * Tends l'oreille.
Lectio II Lecture II
Dixíque vobis illo in témpore: Non possum solus sustinére vos; Dóminus Deus vester multiplicávit vos, et estis hódie sicut stellæ cæli plúrimi. Dóminus, Deus patrum vestrórum, addat ad hunc númerum multa mília et benedícat vobis, sicut locútus est vobis. Non váleo solus vestra negótia sustinére et pondus ac iúrgia; date vobis viros sapiéntes et gnaros, et quorum conversátio sit probáta in tríbubus vestris, ut ponam eos vobis príncipes. Tunc respondístis mihi: "Bona res est quam vis fácere". " Je vous ai dit alors: " Je ne puis à moi seul me charger de vous. Le Seigneur votre Dieu vous a multipliés et vous voici nombreux comme les étoiles du ciel. Le Seigneur le Dieu de vos pères vous multipliera mille fois autant et vous bénira comme il vous l'a dit! Comment donc porterais-je seul vos aigreurs, accusations et contestations? Prenez donc des hommes sages, perspicaces et d'expérience dans chacune de vos tribus, que j'en fasse vos chefs. " Vous m'avez répondu: " Ce que tu proposes est bon. "
R/. Audi, Israel, præcépta Dómini, et ea in corde tuo quasi in libro scribe; * Et dabo tibi terram fluéntem lac et mel. V/. Obsérva ígitur et audi vocem meam, et inimícus ero inimícis tuis. * Et dabo. R/. Écoute, Israël, écoute les préceptes du Seigneur! Inscris-les dans ton cœur comme sur un livre; * Et je te donnerai une terre, un pays ruisselant de lait et de miel. V/. Mets donc en pratique, Israël, et entends ma parole! Alors, je serai l'ennemi de tes ennemis, * Et je te donnerai.
Lectio III Lecture III
Tulíque príncipes de tríbubus vestris viros sapiéntes et probátos et constítui eos príncipes super vos: tribúnos et centuriónes et quinquagenários ac decános et præféctos óperum pro tríbubus vestris. Præcepíque iudícibus vestris in témpore illo: "Audíte causam fratrum vestrórum et quod iustum est iudicáte, sive civis sit ille sive peregrínus. Non accipiétis persónam in iudício; ita parvum audiétis ut magnum nec timébitis cuiúsquam persónam, quia Dei iudícium est. Quod si diffícile vobis áliquid visum fúerit, reférte ad me, et ego áudiam." Præcepíque vobis in témpore illo ómnia quæ fácere deberétis. " Je pris donc vos chefs de tribus, hommes sages et d'expérience, et je vous les donnai pour chefs: chefs de milliers, de centaines, de cinquantaines et de dizaines, et scribes pour vos tribus. En ce même temps je prescrivis à vos juges: " Vous entendrez vos frères et vous rendrez la justice entre un homme et son frère ou un étranger en résidence près de lui. Vous ne ferez pas acception de personne en jugeant, mais vous écouterez le petit comme le grand. Vous ne craindrez pas l'homme, car la sentence est à Dieu. Si un cas est trop difficile pour vous, vous me l'enverrez pour que je l'entende. " Je vous prescrivis alors tout ce que vous aviez à faire.
R/. Vos qui transitúri estis Iordánem, ædificáte altáre Dómino de lapídibus quos ferrum non tétigit, et offérte super illud holocáusta et hóstias pacíficas * Deo vestro. V/. Cumque intravéritis terram quam Dóminus datúrus est vobis, ædificáte ibi altáre Dómino * Deo. V/. Glória Patri. *Deo. R/. Le jour où vous passerez le Jourdain, vous bâtirez un autel au Seigneur, fait de pierres brutes, que le fer n'aura pas touchées; et sur cet autel, vous offrirez des holocaustes et des sacrifices de paix au Seigneur * Votre Dieu. V/. Lorsque vous serez entrés sur la terre du pays que le Seigneur vous donne, vous y construirez un autel pour le Seigneur * Votre Dieu. V/. Gloire au Père.* Votre Dieu.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Epístulis sancto Hierónymo presbýtero attribútis (Ep. 27: PL 30, 223) Lettre attribuée à saint Jérôme
Lectio I Lecture I
Quómodo miles semper exercétur ad prœlium et, simulátis íctibus, veris póstea vulnéribus præparátur: ita omnis quidem christianórum vita índiget abstinéntia: sed máxime quando hostis prope est, et præparátum advérsum nos exércitum ducit inimícus. Omni servis Dei témpore ieiunándum est: sed tunc ámplius cum ad immolatiónem agni, ad mystérium baptísmatis, ad Christi carnem et sánguinem præparámur. Statim enim ut oves suas recédere velle de próprio grege víderit diábolus, fremit, iráscitur, furit, et foris advérsus eas víribus commovétur, períre sibi exístimans quidquid Christo salvátur: et mori synagógæ suæ, quidquid Ecclésiæ vivificátur. De même que le soldat s'exerce toujours au combat et que, par des coups simulés, il se prépare pour les véritables blessures, de la même manière toute la vie des chrétiens a besoin d'abstinence, mais plus particulièrement lorsque l'ennemi se fait proche et qu'il mène son armée contre nous. En tout temps le serviteur de Dieu doit jeûner, mais encore plus lorsque nous nous préparons à l'immolation de l'agneau, au mystère du baptême, à recevoir le corps et le sang du Christ. Dès qu'il voit que ses brebis veulent s'écarter de son propre troupeau, le diable frémit, enrage, rugit et met en branle contre elles toutes ses forces, jugeant que tout ce qui est sauvé par le Christ est mort pour lui, que tout ce qui est vivifié par l'Église est mort pour son assemblée.
R/. Paradísi portas apéruit nobis ieiúnii tempus. Suscipiámus illud orántes et deprecántes, * Ut in die resurrectiónis cum Dómino gloriémur. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem. * Ut in die. R/. Les portes du paradis nous ont été ouvertes par un temps de jeûne. Accueillons donc ce temps, dans la prière et la supplication, * Afin qu'au jour de la résurrection, nous soyons glorifiés avec le Seigneur. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin.
Lectio II Lecture II
Quia ergo, fratres caríssimi, ad Dómini sacraméntum quadragínta diérum ieiúnio præparámur, ieiunémus tot diébus pro peccátis nostris, quot pro sceléribus nostris Dóminus ieiunávit. Illum post baptísmum tentat diábolus. Non enim sciébat eum esse Fílium Dei: proptérea neglegébat. Dénique póstea cognóscere cupit in tentatióne, dicens: Si Fílius Dei es, dic ut lápides isti panes fiant, et: Si Fílius Dei es, mitte te deórsum. Nos autem quia scit velle fílios Dei fíeri, proptérea expugnáre nítitur, et quasi serpens lúbricus nostros invólvere pedes, ne ascéndere valeámus ad cælum. Donc, frères bien-aimés, puisque nous nous préparons au mystère du Seigneur par un jeûne de quarante jours, jeûnons pour nos péchés autant de jours que le Seigneur a lui-même jeûné pour nos fautes. Le diable le tente après le baptême, car il ne savait pas qu'il était le Fils de Dieu, et c'est pourquoi il l'avait négligé. Ensuite il cherche à le connaître par la tentation en disant: Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains, et: Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas. Mais puisqu'il sait que nous, nous sommes des fils de Dieu, il s'efforce de nous abattre et, comme un serpent qui se métamorphose, d'enlacer nos pas pour nous empêcher de monter au ciel.
R/. In ieiúnio et fletu orábant sacerdótes, dicéntes: * Parce, Dómine, parce pópulo tuo, et ne des hereditátem tuam in perditiónem. V/. Inter vestíbulum et altáre plorábant sacerdótes, dicéntes: * Parce. R/. Les prêtres du Seigneur suppliaient dans le jeûne et les larmes: * Pitié, Seigneur, épargne ton peuple, ne livre pas ton héritage à la ruine! V/. Entre le portail et l'autel, les prêtres se lamentaient, disant: * Pitié.
Lectio III Lecture III
Si autem Dóminum tentáre ausus est versipéllis et nequam, quanto magis nos decípere non timébit! Si contra Dei Fílium et fígulum suum, vas pérditum repugnávit, quanto magis contra nos qui inferióris ab eo natúræ sumus audébit insúrgere! Si iustus vix salvábitur, ímpii et peccatóres ubi permanébunt? Non quo Dóminus noster décipi potúerit a diábolo, sed quo formam servi accéperit, in ómnibus se tribúere volens exémplum, ut nemo sibi in sanctitáte confídat, cum étiam ille tentátur, quem non possunt tentaménta superáre. Si cet être rusé et méchant a osé tenter le Seigneur, combien moins craindra-t-il de nous tromper! Si le vase manqué a combattu contre le Fils de Dieu et son potier, combien plus osera-t-il s'insurger contre nous qui lui sommes inférieurs par nature! Si le juste est à peine sauvé, où se tiendront les impies et les pécheurs? Non que notre Seigneur ait pu être trompé par le diable, mais parce qu'il avait pris la condition de l'esclave, voulant se donner en exemple en tout, afin que personne ne se fie dans sa sainteté, alors qu'il a été tenté, lui qu'aucune épreuve ne pouvait abattre.
R/. Emendémus in mélius quæ ignoránter peccávimus, ne súbito præoccupáti die mortis, quærámus spátium pæniténtiæ, et inveníre non possímus. * Atténde, Dómine, et miserére, quia peccávimus tibi. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Atténde. Glória Patri. * Atténde. R/. Réparons par une meilleure conduite les péchés de notre aveuglement, de peur que, surpris tout-à-coup par la mort, nous cherchions en vain le temps de faire pénitence. * Vois, Seigneur, prends-nous en pitié: nous avons péché contre toi! V/. Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli, renié. * Vois. V/. Gloire au Père.* Vois.