Vigiles (OSB) du dimanche 17 mars 2019 - IIème dimanche de Carême

Hebdomada II Quadragesimae IIème semaine de Carême
Dominica Dimanche
Dominica II Quadragesimae IIème dimanche de Carême
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro Deuteronómii Du livre du Deutéronome
Lectio I Lecture I
In diébus illis: Locútus est Móyses pópulo dicens: " Non habébunt sacerdótes levítæ, omnis tribus Levi, partem et hereditátem cum réliquo Israel; de sacrifíciis Dómini et hereditáte eius cómedent et nihil accípient de possessióne fratrum suórum: Dóminus enim ipse est heréditas eórum, sicut locútus est illis. Hoc erit ius sacerdótum a pópulo, ab his qui ófferunt víctimas: sive bovem sive ovem immoláverint, dabunt sacerdóti armum et duas maxíllas ac ventrículum, primítias fruménti, vini et ólei et lanárum ex óvium tonsióne. Ipsum enim elégit Dóminus Deus tuus de cunctis tríbubus tuis, ut stet et minístret in nómine Dómini ipse et fílii eius in sempitérnum. " En ce temps-là, Moïse s'adressa au peuple pour lui dire: " Les prêtres lévites, toute la tribu de Lévi, n'auront point de part ni d'héritage avec Israël: ils vivront des mets offerts au Seigneur et de son patrimoine. Cette tribu n'aura pas d'héritage au milieu de ses frères; c'est le Seigneur qui sera son héritage, ainsi qu'il le lui a dit. Voici les droits des prêtres sur le peuple, sur ceux qui offrent un sacrifice de gros ou de petit bétail: on donnera au prêtre l'épaule, les mâchoires et l'estomac. Tu lui donneras les prémices de ton froment, de ton vin nouveau et de ton huile, ainsi que les prémices de la tonte de ton petit bétail. Car c'est lui que le Seigneur ton Dieu a choisi entre toutes tes tribus pour se tenir devant le Seigneur ton Dieu, pour faire le service divin et donner la bénédiction au nom du Seigneur, lui et ses fils pour toujours. "
R/. Vos qui transitúri estis Iordánem, ædificáte altáre Dómino de lapídibus quos ferrum non tétigit, et offérte super illud holocáusta et hóstias pacíficas * Deo vestro. V/. Cumque intravéritis terram quam Dóminus datúrus est vobis, ædificáte ibi altáre Dómino * Deo. R/. Le jour où vous passerez le Jourdain, vous bâtirez un autel au Seigneur, fait de pierres brutes, que le fer n'aura pas touchées; et sur cet autel, vous offrirez des holocaustes et des sacrifices de paix au Seigneur * Votre Dieu. V/. Lorsque vous serez entrés sur la terre du pays que le Seigneur vous donne, vous y construirez un autel pour le Seigneur * Votre Dieu.
Lectio II Lecture II
Si exíerit levítes de una úrbium tuárum ex omni Israel in qua ut ádvena hábitat, et volúerit veníre desíderans locum quem elégerit Dóminus, ministrábit in nómine Dómini Dei sui, sicut omnes fratres eius levítæ qui stabunt ibi coram Dómino. Partem cibórum eámdem accípiet quam et céteri, excépto eo quod ex patérna ei successióne debétur. " Si le lévite séjournant en l'une de tes villes, où que ce soit en Israël, vient, selon son désir, au lieu choisi par le Seigneur, il y officiera au nom du Seigneur son Dieu comme tous ses frères lévites qui se tiennent là en présence du Seigneur, mangeant une part égale à la leur - sans compter ce qui lui vient par la vente de son patrimoine. "
R/. Sicut fui cum Móyse, ita ero tecum, dicit Dóminus. * Confortáre et esto robústus; introdúces pópulum meum ad terram lacte et melle manántem. V/. Quóniam tecum est Dóminus Deus tuus, in ómnibus ad quæcúmque perréxeris. * Confortáre. R/. Je serai avec toi, comme j'ai été avec Moïse, déclare le Seigneur.* Sois ferme et courageux; tu feras entrer mon peuple sur la terre d'un pays ruisselant de lait et de miel. V/. Car le Seigneur ton Dieu est avec toi, quoi que tu fasses, où que tu ailles. * Sois ferme.
Lectio III Lecture III
Quando ingréssus fúeris terram quam Dóminus Deus tuus dabit tibi, cave ne imitári velis abominatiónes illárum géntium. Nec inveniátur in te qui fílium suum aut fíliam tradúcat per ignem, aut qui sortes sciscitétur et obsérvet nubes atque augúria, nec sit maléficus nec incantátor, nec qui pythónes cónsulat nec divínos, aut quærat a mórtuis veritátem; ómnia enim hæc abominátur Dóminus et propter istiúsmodi scélera expéllet eos in intróitu tuo. Perféctus eris et absque mácula cum Dómino Deo tuo. Gentes istæ quarum possidébis terram, áugures et divínos áudiunt; tu autem a Dómino Deo tuo áliter institútus es. " Lorsque tu seras entré dans le pays que le Seigneur ton Dieu te donne, tu n'apprendras pas à commettre les mêmes abominations que ces nations-là. On ne trouvera chez toi personne qui fasse passer au feu son fils ou sa fille, qui pratique divination, incantation, mantique ou magie, personne qui use de charmes, qui interroge les spectres et devins, qui invoque les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination au Seigneur ton Dieu, et c'est à cause de ces abominations que le Seigneur ton Dieu chasse ces nations devant toi. Tu seras sans tache vis-à-vis du Seigneur ton Dieu. Car ces nations que tu dépossèdes écoutaient enchanteurs et devins, mais tel n'a pas été pour toi le don du Seigneur ton Dieu. "
R/. Pópule meus, quid feci aut quid moléstus fui tibi? Respónde mihi. Quóniam ego edúxi vos de terra Ægýpti et de domo servitútis. Quadragínta annos in erémo manna plui vobis, * Et oblíti estis me, dicit Dóminus. V/. Addúxi vos per desértum quadragínta annos in erémo, ego Dóminus. * Et oblíti. R/. Ô mon peuple, que t'ai-je fait? En quoi t'ai-je contristé? Réponds-moi! N'est-ce pas moi qui vous ai fait sortir de la terre d'Égypte, de la maison de servitude? Durant quarante années, dans le désert, n'ai-je pas fait pleuvoir du ciel, pour vous, une manne? * Et vous m'avez oublié, déclare le Seigneur. V/. Pendant quarante ans, à travers les terres arides, je vous ai conduits au milieu du désert, moi, le Seigneur! * Et vous.
Lectio IV Lecture IV
Prophétam de gente tua et de frátribus tuis sicut me suscitábit tibi Dóminus Deus tuus; ipsum audiétis, ut petísti a Dómino Deo tuo in Horeb, quando cóntio congregáta est, atque dixísti: "Ultra non áudiam vocem Dómini Dei mei et ignem hunc máximum ámplius non vidébo, ne móriar". Et ait Dóminus mihi: "Bene ómnia sunt locúti; prophétam suscitábo eis de médio fratrum suórum símilem tui et ponam verba mea in ore eius, loquetúrque ad eos ómnia quæ præcépero illi". " Le Seigneur ton Dieu suscitera pour toi, du milieu de toi, parmi tes frères, un prophète comme moi, que vous écouterez. C'est cela même que tu as demandé au Seigneur ton Dieu, à l'Horeb, au jour de l'Assemblée: "Pour ne pas mourir, je n'écouterai plus la voix du Seigneur mon Dieu et je ne regarderai plus ce grand feu" , et le Seigneur me dit: "Ils ont bien parlé. Je leur susciterai, du milieu de leurs frères, un prophète semblable à toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche et il leur dira tout ce que je lui ordonnerai". "
R/. Addúxi vos per desértum quadragínta annos, ego Dóminus; non sunt attríta vestiménta vestra. * Manna de cælo plui vobis, et oblíti estis me, dicit Dóminus. V/. Pópule meus, quid feci aut quid moléstus fui tibi? Respónde mihi. Quóniam ego edúxi vos de terra Ægýpti.* Manna. V/. Glória Patri. * Manna. R/. Je vous ai conduits à travers le désert quarante années durant, moi, le Seigneur, et vos vêtements se sont-ils usés? * N'ai-je pas fait pleuvoir du ciel, pour vous, une manne? Et vous m'avez oublié, déclare le Seigneur. V/. Ô mon peuple, que t'ai-je fait? En quoi t'ai-je contristé? Réponds-moi! N'est-ce pas moi qui vous ai fait sortir de la terre d'Égypte? * N'ai-je pas. V/. Gloire au Père. * N'ai-je pas.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Diálogo sancti Cyrílli Alexandríni epíscopi Christus unus est Dialogue de saint Cyrille d'Alexandrie Le Christ est un
Lectio I Lecture I
Nulla ratióne divísus est Christus. Unus vero ac solus et verus Fílius esse créditur ab ómnibus qui ipsum adórant. Imágo enim invisíbilis Dei, splendor glóriæ substántiæ Patris, essentiæque ipsíus charácter, servi formam accépit: non ut hóminem sibi coniúngens, quemádmodum isti volunt, sed in illa pótius ipse factus; similitúdinem ínterim cum Patre nihilóminus rétinens. Scripsit ítaque sapientíssimus Paulus: Quóniam Deus qui dixit de ténebris lucem splendéscere, ipse illúxit in córdibus nostris ad illuminatiónem sciéntiæ claritátis Dei in fácie Christi Iesu. Le Christ ne se laisse absolument pas diviser, et tous ceux qui l'adorent voient en lui par la foi un seul, unique et véritable Fils. Car l'image du Dieu invisible, le rayonnement de la gloire de l'hypostase du Père, l'empreinte de sa substance, a pris forme d'esclave, non pas en s'adjoignant un homme, comme certains le disent, mais en se donnant à lui-même cette forme, tout en gardant même ainsi sa ressemblance avec Dieu le Père. Aussi le très sage Paul a-t-il écrit: Car Dieu qui a dit à la lumière de briller dans les ténèbres est aussi celui qui a fait briller sa lumière en nos cœurs pour qu'y resplendisse la connaissance de la gloire de Dieu qui est sur la face du Christ Jésus.
R/. Abscóndite eleemósynam in sinu páuperis, et ipsa orat pro vobis ad Dóminum, * Quia sicut aqua exstínguit ignem, ita eleemósyna exstínguit peccátum. V/. Honóra Dóminum de tua substántia, et de primítiis frugum tuárum da paupéribus. * Quia sicut. R/. Cache ton aumône dans le sein du pauvre, et elle intercédera pour toi devant Dieu: * De même que l'eau éteint les flammes, l'aumône éteint la dette du péché. V/. Honore de tes biens le Seigneur, et donne aux pauvres les prémices de tes récoltes: * De même que.
Lectio II Lecture II
Vide enim quo pacto in persóna Christi divínum atque ineffábile glóriæ Dei ac Patris lumen respléndeat. Osténdit enim in seípso unigénitus Patris glóriam, tamétsi factus sit homo. Solus namque hic et non álius Christus censétur et vocátur; aut alióqui dóceant adversárii quómodo quis in vulgári áliquo hómine cérnere possit divínæ glóriæ lumen sive notítiam? Neque enim in hóminis forma Deum cernémus, prætérquam in solo Verbo nostri símili facto, atque incarnáto; quod tamen étiam hoc pacto permánsit naturáliter ac vere Fílius, admirabíliter id factum vidémus, quátenus est Deus. Observe de fait comment brille sur la face du Christ la lumière de la divine et ineffable gloire de Dieu le Père. Car le Fils unique, bien que devenu homme, montre en lui la gloire du Père. Comme cela seulement, et non autrement, il mérite d'être considéré comme Christ et appelé de ce nom; ou alors que nos adversaires nous apprennent comment un homme ordinaire pourrait nous faire apercevoir la lumière de la gloire divine ou nous en donner une notion: une forme d'homme ne nous fait pas voir Dieu, sauf dans l'unique cas du Verbe fait homme et semblable à nous, demeuré pourtant, même en cet état, véritable Fils par nature; en lui considéré en sa divinité, on pouvait par un prodige voir cela.
R/. Tribulárer si nescírem misericórdias tuas, Dómine; tu dixísti: Nolo mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat, * Qui Chananæam et publicánum vocásti ad pæniténtiam. V/. Et Petrum lacrimántem suscepísti, miséricors Dómine, * Qui Chananæam. R/. Je serais en proie aux tourments si j'ignorais ta miséricorde, Seigneur; n'as-tu pas dit: Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive, * Toi qui as conduit à la pénitence la Cananéenne et le publicain? V/. Et n'as-tu pas accueilli le repentir et les larmes de Pierre, miséricordieux Seigneur, * Toi qui.
Lectio III Lecture III
Idcírco et Paulus, Christum Iesum ipsum nóminans, ut nostri símilem factum atque incarnátum, óptime intelléxit ipsum simul esse naturáliter ac vere Deum. Ita enim scribit: Audácius autem scripsi vobis ex parte, tamquam in memóriam vos redúcens, propter grátiam quæ mihi data est a Deo, ut sim miníster Christi Iesu in Géntibus; sanctíficans Evangélium Dei. Quin étiam Zacharías fílio suo prophétat, Baptístæ, inquam: Et tu puer prophéta Altíssimi vocáberis. Præíbis enim ante fáciem Dómini, ad præparándum pópulum ipsíus. Aussi Paul, en l'appelant Jésus-Christ, vu qu'il s'était fait semblable à nous et incarné, savait-il qu'il était en même temps vrai Dieu par nature et s'exprime-t-il comme suit: Je vous ai écrit par endroits avec quelque hardiesse dans l'intention de raviver vos souvenirs et en vertu de la grâce que Dieu m'a donnée d'être ministre du Christ Jésus auprès des païens, chargé du service sacré de l'Évangile de Dieu. Zacharie également prophétise à son propre fils, je veux dire au Baptiste: Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, car tu marcheras devant la face du Seigneur pour lui préparer un peuple.
R/. Angelis suis mandávit de te, ut custódiant te in ómnibus viis tuis. * In mánibus portábunt te, ne unquam offéndas ad lápidem pedem tuum. V/. Super áspidem et basilíscum ambulábis, et conculcábis leónem et dracónem. * In mánibus. R/. Il donne mission à ses anges de te garder sur tous tes chemins. * Ils te porteront sur leurs mains pour que ton pied ne heurte les pierres. V/. Tu marcheras sur la vipère et le scorpion, tu écraseras le lion et le dragon. * Ils te porteront.
Lectio IV Lecture IV
Deínde divínus Baptísta Altíssimum et Dóminum demónstrat dicens: Ecce Agnus Dei, qui tollit peccáta mundi. Hic est de quo dixi: " Post me venit vir qui ante me factus est, quia prior me erat. " Fasne ígitur fúerit dubitáre quod unus et solus ac vere sit Fílius, Verbum ex Deo Patre cum uníta sibi carne, non illa inanimáta, secúndum nonnúllos, ut dixi, sed ánima intellegénte prædita, unáque prorsus cum ipso persóna? Par la suite, ce Très-Haut, ce Seigneur, le divin Baptiste le désigna en disant: Voici l'Agneau de Dieu, celui qui ôte le péché du monde. C'est celui dont je disais: " Après moi vient un homme qui m'a dépassé parce qu'il était avant moi. " Dès lors, peut-on sans impiété douter qu'il y ait un seul et unique véritable Fils, le Verbe de Dieu le Père avec la chair qu'il s'est unie, une chair qui n'est pas dépourvue d'âme, comme d'aucuns l'affirment, mais dotée, je le répète, d'une âme intellectuelle, une chair avec laquelle il ne fait absolument qu'un personnage?
R/. In ómnibus exhibeámus nos sicut Dei minístros, in multa patiéntia, * Ut non vituperétur ministérium nostrum. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem, * Ut non vituperétur. V/. Glória Patri. * Ut non vituperétur. R/. Présentons-nous, en toute circonstance, comme de vrais ministres de Dieu, faisant preuve d'endurance, * Afin que notre ministère ne soit pas décrié. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin. V/. Gloire au Père. * Afin.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
In illo témpore: Assúmpsit Iesus Petrum et Ioánnem et Iacóbum et ascéndit in montem ut oráret. Et réliqua. Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il alla sur la montagne pour prier. Et la suite.
Ex Sermónibus Petri Cellénsis abbátis (Sermo 66: PL 202, 843-844) Sermon de Pierre de Celle
Lectio I Lecture I
Digne áliquid scríbere vel dícere de Iesu non póssumus, nisi ab ipso a quo est omne datum óptimum et omne donum perféctum, secúndum mensúram donatiónis suæ accepérimus. Spíritus síquidem, qui lóquitur mystéria, tam a Patre quam ab ipso procédit; is scrutátor est inenarrabílium arcanórum Dei; nec opprímitur a maiestáte in qua æquáliter regnat sine substántiæ imparitáte. Hic ígitur adsit nobis, docens omnem veritátem præcípue cum de Iesu lóquimur, cum de Iesu scríbimus. Écrire sur Jésus ou en parler de façon adéquate n'est pas en notre pouvoir. Il faut l'avoir reçu, selon la mesure de sa libéralité, de celui de qui viennent tout présent excellent et tout don parfait. Car l'Esprit qui parle des mystères procède de lui en même temps que du Père. C'est lui qui scrute les ineffables secrets de Dieu: il n'est pas écrasé par sa majesté car il règne avec lui sans inégalité de substance. Qu'il nous assiste donc et nous enseigne toute vérité, surtout quand nous parlons de Jésus et quand nous écrivons sur lui.
R/. Spléndida facta est ut sol fácies Iesu, dum respíceret in eum Pater; * Et vidéntes discípuli claritátem vultus eius, admirántes timuérunt valde. V/. Et apparuérunt illis Móyses et Elías cum eo loquéntes. * Et vidéntes. R/. La face de Jésus devint resplendissante comme le soleil, lorsque le Père eut posé sur lui son regard; * Et ses disciples, voyant la gloire de son visage, furent tout saisis de crainte et d'admiration. V/. Voici que leur apparurent Moïse et Élie qui s'entretenaient avec lui. * Et ses disciples.
Lectio II Lecture II
Domine Iesu, cum secúndum divinitátis natúram non esset apud te mutátio nec vicissitúdinis obumbrátio, humánam assumpsísti conditiónem quæ, temporalitáti vel vanitáti subiécta, sortem mutabilitátis nullátenus éxcipit, sed in témpore et cum témpore iuxta natúræ órdinem currit, unde est illud: Puer Iesus crescébat ætáte et sapiéntia apud Deum et hómines. Seigneur Jésus, selon la nature divine, il n'y avait en toi ni changement ni ombre de variation. Mais tu as assumé la condition humaine qui, sujette à la temporalité et à la vanité, ne s'est en rien soustraite à la mutabilité. Elle a accompli sa course dans le temps et avec le temps, selon l'ordre de la nature; c'est ainsi que l'enfant Jésus croissait en âge et en sagesse devant Dieu et devant les hommes.
R/. Derelínquat ímpius viam suam, et vir iníquus cogitatiónes suas, et revertátur ad Dóminum, et miserébitur eius; * Quia benígnus et miséricors est, præstábilis super malítiam Dóminus Deus noster. V/. Non vult Dóminus mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat. * Quia benígnus. R/. Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme pervers, ses pensées! Qu'il revienne vers le Seigneur, qui aura pitié de lui; * Car il est tendre et compatissant, le Seigneur notre Dieu, il renonce au châtiment. V/. Le Seigneur ne désire pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive. * Car.
Lectio III Lecture III
In hac ergo et secúndum hanc natúram sponsus Ecclésiæ; qui distínxit non solum lábiis prædicándo, sed et actiónibus operándo iuxta æternitátis líneas, quid et quando díceret, quid et quando fáceret, ut non solum fastídiis humánis subveníret, sed et ratiónem patérni et perpétui edícti, atque ætérni decréti serváret, unde in evangélio ait: Sicut mandátum dedit mihi Pater, sic fácio. En cette nature et selon cette nature, il est l'époux de l'Église; cet époux a relevé chacun de ses dires et de ses gestes tant dans sa prédication orale que dans les actions qu'il alignait aux éternels desseins, sachant que dire et quand le dire, que faire et quand le faire, pour venir au secours des faiblesses humaines et réaliser également l'intention du commandement de son Père et de son éternel décret. Aussi dit-il dans l'évangile: J'agis selon le commandement que m'a donné le Père.
R/. Frange esuriénti panem tuum, et egénos vagósque induc in domum tuam; * Tunc erúmpet quasi mane lumen tuum, et anteíbit fáciem tuam iustítia tua. V/. Cum víderis nudum, óperi eum, et carnem tuam ne despéxeris. * Tunc erúmpet. R/. Partage ton pain avec l'homme affamé, recueille chez toi le malheureux sans abri; * Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, ta justice marchera devant toi. V/. Couvre celui que tu verras sans vêtement, et ne te dérobe pas à ton semblable; * Alors.
Lectio IV Lecture IV
Fortíssimum et inexpugnábile fídei christiánæ hoc arguméntum, quod sub velaménto carnis latébat virtus divinitátis, et idem, qui extrínsecus homo apparébat, Deus erat, quod intrínsecus latens non apparébat. Nam nec in ipso artículo transfiguratiónis substántiam divinitátis vidérunt apóstoli, sed carnem resurrectióne perpétua paulo post glorificándam, prælibatióne sancta prægustavérunt arte medicábili; quátenus in fortitúdine huius refectiónis non defícerent usque ad montem Dei Oreb, id est, in resurrectióne. Tel est l'objet très fort et inattaquable de la foi chrétienne: sous le voile de la chair se cachait la vertu de la divinité, et celui-là même qui paraissait un homme était Dieu. Son identité cachée n'apparaissait pas au dehors. Ainsi, même au moment de la transfiguration les apôtres ne virent pas l'essence divine, mais, de la chair qui peu après allait être glorifiée à jamais, ils eurent comme un avant-goût: elle leur fut offerte comme une médecine salutaire afin que, fortifiés par cette nourriture, ils ne défaillent pas dans leur marche vers la montagne de Dieu, l'Horeb, c'est-à-dire vers la résurrection.
R/. Qui cognóscis ómnium occúlta, a delícto meo munda me; * Tempus mihi concéde ut repænitens clamem: Peccávi, miserére mei, Deus. V/. Avérte fáciem tuam a peccátis meis, et omnes iniquitátes meas dele. * Tempus. V/. Glória Patri. * Tempus. R/. Toi qui connais les secrets des cœurs, purifie-moi de mon péché. * Accorde-moi un temps de repentir et de supplication: Oui, j'ai péché, pitié pour moi, mon Dieu! V/. Détourne ta face de mes fautes, enlève tous mes péchés. * Accorde-moi. V/. Gloire au Père. * Accorde-moi.