Vigiles (OSB) du vendredi 29 mars 2019 -

Hebdomada III Quadragesimae IIIème semaine de Carême
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula ad Hebræos De la lettre aux Hébreux
Lectio I Lecture I
De pontífice grandis nobis sermo et ininterpretábilis ad dicéndum, quóniam segnes facti estis ad audiéndum. Etenim cum deberétis magístri esse propter tempus, rursum indigétis ut vos dóceat áliquis eleménta exórdii sermónum Dei, et facti estis quibus lacte opus sit, non sólido cibo. Omnis enim qui lactis est párticeps, expers est sermónis iustítiæ, párvulus enim est; perfectórum autem est sólidus cibus, eórum qui pro consuetúdine exercitátos habent sensus ad discretiónem boni ac mali. Au sujet du grand prêtre, nous avons bien des choses à dire, et difficiles à exposer parce que vous êtes devenus lents à comprendre. En effet, alors qu'avec le temps vous devriez être devenus des maîtres, vous avez de nouveau besoin qu'on vous enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, et vous en êtes venus à avoir besoin de lait, non de nourriture solide. Effectivement, quiconque en est encore au lait ne peut goûter la doctrine de justice, car c'est un tout petit enfant; les parfaits, eux, ont la nourriture solide, ceux qui, par l'habitude, ont le sens moral exercé au discernement du bien et du mal.
R/. Paradísi portas apéruit nobis ieiúnii tempus. Suscipiámus illud orántes et deprecántes, * Ut in die resurrectiónis cum Dómino gloriémur. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem. * Ut in die. R/. Les portes du paradis nous ont été ouvertes par un temps de jeûne. Accueillons donc ce temps, dans la prière et la supplication, * Afin qu'au jour de la résurrection, nous soyons glorifiés avec le Seigneur. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est mainte-nant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin.
Lectio II Lecture II
Quaprópter prætermitténtes inchoatiónis Christi sermónem ad perfectiónem ferámur, non rursum iacéntes fundaméntum pæniténtiæ ab opéribus mórtuis et fídei ad Deum, baptísmatum doctrínæ, impositiónis quoque mánuum, ac resurrectiónis mortuórum et iudícii ætérni. Et hoc faciémus síquidem permíserit Deus. C'est pourquoi, laissant l'enseignement élémentaire sur le Christ, élevons-nous à l'enseignement parfait, sans revenir sur les articles fondamentaux du repentir des œuvres mortes et de la foi en Dieu, de l'instruction sur les baptêmes et de l'imposition des mains, de la résurrection des morts et du jugement éternel. Et c'est ainsi que nous allons faire, si Dieu le permet.
R/. Emendémus in mélius quæ ignoránter peccávimus, ne súbito præoccupáti die mortis, quærámus spátium pæniténtiæ, et inveníre non possímus. * Atténde, Dómine, et miserére, quia peccávimus tibi. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Atténde. R/. Réparons par une meilleure conduite les péchés de notre aveuglement, de peur que, surpris tout-à-coup par la mort, nous cherchions en vain le temps de faire pénitence. * Vois, Seigneur, prends-nous en pitié: nous avons péché contre toi! V/. Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli, renié. * Vois.
Lectio III Lecture III
Impossíbile est enim eos qui semel sunt illumináti, gustavérunt étiam donum cæléste et partícipes sunt facti Spíritus Sancti et bonum gustavérunt Dei verbum virtutésque sæculi ventúri et prolápsi sunt, rursus renovári ad pæniténtiam, rursum crucifigéntes sibimetípsis Fílium Dei et osténtui habéntes. Terra enim sæpe veniéntem super se bibens imbrem et génerans herbam opportúnam illis propter quos et cólitur, áccipit benedictiónem a Deo; próferens autem spinas ac tríbulos réproba est et maledícto próxima, cuius finis in combustiónem. Il est impossible, en effet, pour ceux qui une fois ont été illuminés, qui ont goûté au don céleste, qui sont devenus participants de l'Esprit Saint, qui ont goûté la belle parole de Dieu et les forces du monde à venir, et qui néanmoins sont tombés, de les rénover une seconde fois en les amenant à la pénitence, alors qu'ils crucifient pour leur compte le Fils de Dieu et le bafouent publiquement. En effet, lorsqu'une terre a bu la pluie venue souvent sur elle, et qu'elle produit des plantes utiles à ceux-là mêmes pour qui elle est cultivée, elle reçoit de Dieu une bénédiction. Mais celle qui porte des épines et des ronces est réprouvée et bien proche d'être maudite. Elle finira par être brûlée.
R/. In ieiúnio et fletu orábant sacerdótes, dicéntes: * Parce, Dómine, parce pópulo tuo, et ne des hereditátem tuam in perditiónem. V/. Inter vestíbulum et altáre plorábant sacerdótes, dicéntes: * Parce. V/. Glória Patri. * Parce. R/. Les prêtres du Seigneur suppliaient dans le jeûne et les larmes: * Pitié, Seigneur, épargne ton peuple, ne livre pas ton héritage à la ruine! V/. Entre le portail et l'autel, les prêtres se lamentaient, disant: * Pitié. V/. Gloire au Père. * Pitié.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Bernárdi abbátis (Sermo 4 in Quadr., 3-4: EC 4, 370-371) Sermon de saint Bernard
Lectio I Lecture I
Orátio quanto efficácior est, si fiat ut debet, tanto callídius impedíri ab adversário solet. Intérdum enim gráviter impedítur orátio a pusillanimitáte spíritus et timóre immoderáto. Hoc autem tunc solet fíeri, cum sic cógitat homo própriam indignitátem, ut non convértat óculos ad divínam benignitátem. Abýssus enim abýssum ínvocat: abýssus luminósa, abýssum tenebrósam; abýssus misericórdiæ, abýssum misériæ. Profúndum namque est cor hóminis et imperscrutábile. Sed si magna est iníquitas mea, multo maior est, Dómine, píetas tua. Ideóque cum ad meípsum turbáta fúerit ánima mea, memor sum multitúdinis misericórdiæ tuæ et respíro in ea, et, cum introíero in poténtias meas, nolo memorári iustítiæ tuæ solíus. Plus l'efficacité de la prière est grande, quand elle est bien faite, plus l'ennemi déploie de ruse à l'entraver. Souvent aussi elle trouve un obstacle dans l'abattement de l'esprit et une crainte immodérée. Ce qui arrive d'ordinaire quand l'homme considère son indignité personnelle, sans tourner les yeux vers la divine bonté. Un abîme amène un autre abîme: un abîme de lumière, un abîme de ténèbres; un abîme de miséricorde, un abîme de misères. Car le cœur de l'homme est profond, et on n'en peut sonder les mystères. Mais si mon péché est grand, plus grande, Seigneur, est ta bonté. Aussi, quand mon âme se trouble, je me rappelle l'immensité de ta miséricorde, et je respire, et, en pénétrant dans mes impuissances, je ne m'arrête pas au souvenir exclusif de ta justice.
R/. Abscóndite eleemósynam in sinu páuperis, et ipsa orat pro vobis ad Dóminum, * Quia sicut aqua exstínguit ignem, ita eleemósyna exstínguit peccátum. V/. Honóra Dóminum de tua substántia, et de primítiis frugum tuárum da paupéribus. * Quia sicut. R/. Cache ton aumône dans le sein du pauvre, et elle intercédera pour toi devant Dieu: * De même que l'eau éteint les flammes, l'aumône éteint la dette du péché. V/. Honore de tes biens le Seigneur, et donne aux pauvres les prémices de tes récoltes: * De même que.
Lectio II Lecture II
Verúmtamen sicut perículum est, si fúerit orátio nimis tímida, sic in contrária parte non minus, immo et maius perículum est, si forte fúerit temerária. Nec hoc dico, ut peccatóribus áuferam orándi fidúciam; sed volo eos oráre tamquam gentem quæ peccátum fécerit, non iustítiam. Orent pro indulgéntia peccatórum suórum in ánimo contríto et spíritu humilitátis, quemádmodum publicánus ille: Deus, inquit, propítius esto mihi peccatóri. Temeritátem enim dico, quando is in cuius consciéntia peccátum adhuc aut vítium áliquod regnat, ámbulat in magnis et mirabílibus super se, minus sollícitus pro perículo ánimæ suæ. Cependant, s'il y a un péril dans la timidité de la prière, il y en a un aussi grand, un plus redoutable même, dans l'excès contraire, la témérité. Je ne dis pas cela pour ôter aux pécheurs la confiance dans la prière, mais je veux que leur prière soit une prière de pécheurs et non de justes. Qu'ils prient afin d'obtenir le pardon de leurs offenses, par la contrition du cœur et l'humilité de l'esprit, à l'exemple du publicain qui s'écriait: Dieu, aie pitié de moi, pécheur. Or, j'appelle témérité les sentiments d'un homme dont la conscience est dominée par le péché ou le vice, et qui pourtant marche fièrement, sans inquiétude du salut de son âme.
R/. Tribulárer si nescírem misericórdias tuas, Dómine; tu dixísti: Nolo mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat, * Qui Chananæam et publicánum vocásti ad pæniténtiam. V/. Et Petrum lacrimántem suscepísti, miséricors Dómine. * Qui Chananæam. R/. Je serais en proie aux tourments si j'ignorais ta miséricorde, Seigneur; n'as-tu pas dit: Je ne veux pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive, * Toi qui as conduit à la pénitence la Cananéenne et le publicain? V/. Et n'as-tu pas accueilli le repentir et les larmes de Pierre, miséricordieux Seigneur, * Toi qui.
Lectio III Lecture III
Tertium perículum est, si sit orátio tépida et non ex viva affectióne procédens. Tímida quidem orátio cælum non pénetrat, quia restríngit ánimum timor immoderátus, ut orátio, non dicam non ascéndere, sed nec procédere queat. Tépida vero in ascénsu languéscit et déficit, eo quod non hábeat vigórem. Nam temerária ascéndit, sed résilit; resístitur enim ei, nec tantum non óbtinet grátiam, sed merétur offénsam. Quæ vero fidélis, et húmilis, et fervens orátio fúerit, cælum sine dúbio penetrábit, unde certum est quod vácua redíre non possit. Un troisième danger, c'est la tiédeur dans la prière qui n'est pas inspirée par une affection vive. Une prière timide ne pénètre pas le ciel, parce que l'excès de crainte resserre le cœur et empêche la prière non seulement de monter, mais de sortir de l'âme. La prière tiède languit et défaille dans son vol; elle est sans vigueur. La prière téméraire monte bien, mais elle tombe ensuite devant la résistance qu'elle rencontre, et, loin d'obtenir la grâce, elle se convertit en offense. Pour la prière riche de foi, d'humilité et de ferveur, elle pénétrera certainement les cieux; elle ne peut revenir vide et stérile.
R/. Scíndite corda vestra et non vestiménta vestra, * Et convertímini ad Dóminum Deum vestrum, quia benígnus et miséricors est. V/. Revertímini unusquísque a via sua mala, et a péssimis cogitatiónibus vestris. * Et convertímini. V/. Glória Patri. * Et convertímini. R/. Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, * Et convertissez-vous au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux. V/. Revenez donc, chacun, de votre voie mauvaise et de la perversité de vos projets. * Et convertissez-vous. V/. Gloire au Père. * Et convertissez-vous.