Vigiles (OSB) du mardi 2 avril 2019 -

Hebdomada IV Quadragesimae IVème semaine de Carême
Feria III Mardi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula ad Hebræos De la lettre aux Hébreux
Lectio I Lecture I
Caput super ea quæ dicúntur: talem habémus pontíficem, qui consédit in déxtera throni Maiestátis in cælis, sanctórum miníster et tabernáculi veri quod fixit Dóminus, non homo. Omnis enim póntifex ad offerénda múnera et hóstias constitúitur; unde necésse erat et hunc habére áliquid quod offérret. Si ergo esset super terram, nec esset sacérdos, cum sint qui ófferant secúndum legem múnera; qui figúræ et umbræ desérviunt cæléstium, sicut respónsum est Móysi, cum consummatúrus esset tabernáculum: Vide enim, inquit, ómnia fácies secúndum exémplar quod tibi osténsum est in monte. Le point capital de nos propos est que nous avons un pareil grand prêtre qui s'est assis à la droite du trône de la Majesté dans les cieux, ministre du sanctuaire et de la Tente, la vraie, celle que le Seigneur, non un homme, a dressée. Tout grand prêtre, en effet, est établi pour offrir des dons et des sacrifices; d'où la nécessité pour lui aussi d'avoir quelque chose à offrir. À la vérité, si Jésus était sur terre, il ne serait pas même prêtre, puisqu'il y en a qui offrent les dons, conformément à la Loi; ceux-là assurent le service d'une copie et d'une ombre des réalités célestes, ainsi que Moïse, quand il eut à construire la Tente, en fut divinement averti: Vois, est-il dit en effet, tu feras tout d'après le modèle qui t'a été montré sur la montagne.
R/. Frange esuriénti panem tuum, et egénos vagósque induc in domum tuam; * Tunc erúmpet quasi mane lumen tuum, et anteíbit fáciem tuam iustítia tua. V/. Cum víderis nudum, óperi eum, et carnem tuam ne despéxeris. * Tunc erúmpet. R/. Partage ton pain avec l'homme affamé, recueille chez toi le malheureux sans abri; * Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, ta justice marchera devant toi. V/. Couvre celui que tu verras sans vêtement, et ne te dérobe pas à ton semblable; * Alors.
Lectio II Lecture II
Nunc autem differéntius sortítus est ministérium, quanto et melióris testaménti mediátor est, quod in melióribus repromissiónibus sancítum est. Nam si illud prius culpa vacásset, non secúndi locus inquirerétur; vitúperans enim eos dicit: Ecce dies véniunt, dicit Dóminus, et consummábo super domum Israel et super domum Iudæ testaméntum novum; non secúndum testaméntum quod feci pátribus eórum in die qua apprehéndi manum illórum, ut edúcerem illos de terra Ægýpti; quóniam ipsi non permansérunt in testaménto meo, et ego negléxi eos, dicit Dóminus. Mais à présent, le Christ a obtenu un ministère d'autant plus élevé que meilleure est l'alliance dont il est le médiateur, et fondée sur de meilleures promesses. Car si cette première alliance avait été irréprochable, il n'y aurait pas eu lieu de lui en substituer une seconde. C'est en effet en les blâmant que Dieu déclare: Voici que des jours viennent, dit le Seigneur, et je conclurai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, non pas comme l'alliance que je fis avec leurs pères, au jour où je pris leur main pour les tirer du pays d'Égypte. Puisqu'eux-mêmes ne sont pas demeurés dans mon alliance, moi aussi je les ai négligés, dit le Seigneur.
R/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis. Commendémus nosmetípsos in multa patiéntia, in ieiúniis multis, * Per arma iustítiæ virtútis Dei. V/. In ómnibus exhibeámus nosmetípsos sicut Dei minístros, ut non vituperétur ministérium nostrum. * Per arma. R/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut. Méritons le respect par notre endurance, par nos jeûnes prolongés, * Par les armes de justice de la puissance de Dieu. V/. Pour que notre ministère ne soit pas décrié, présentons-nous en toute circonstance comme de vrais ministres de Dieu. * Par les armes.
Lectio III Lecture III
Quia hoc est testaméntum quod testábor dómui Israel post dies illos, dicit Dóminus, dando leges meas in mentem eórum, et in corde eórum superscríbam eas; et ero eis in Deum, et ipsi erunt mihi in pópulum. Et non docébit unusquísque civem suum et unusquísque fratrem suum dicens: " Cognósce Dóminum "; quóniam omnes scient me, a minóre usque ad maiórem eórum, quia propítius ero iniquitátibus eórum et peccatórum illórum iam non memorábor. Dicéndo novum veterávit prius; quod autem antiquátur et senéscit, prope intéritum est. Voici l'alliance que je contracterai avec la maison d'Israël, après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur pensée, je les graverai dans leur cœur, et je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. Personne n'aura plus à instruire son concitoyen, ni personne son frère, en disant: " Connais le Seigneur ", puisque tous me connaîtront, du petit jusqu'au grand. Car je pardonnerai leurs torts, et de leurs péchés je n'aurai plus souvenance. En disant: alliance nouvelle, il rend vieille la première. Or ce qui est vieilli et vétuste est près de disparaître.
R/. Paradísi portas apéruit nobis ieiúnii tempus. Suscipiámus illud orántes et deprecántes, * Ut in die resurrectiónis cum Dómino gloriémur. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem. * Ut in die. V/. Glória Patri. * Ut in die. R/. Les portes du paradis nous ont été ouvertes par un temps de jeûne. Accueillons donc ce temps, dans la prière et la supplication, * Afin qu'au jour de la résurrection, nous soyons glorifiés avec le Seigneur. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin. V/. Gloire au Père. * Afin.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Homilíis sancti Ioánnis Chrysóstomi epíscopi in Evangélium Ioánnis (Hom. 36, 1: PG 59, 203-204) Homélie de saint Jean Chrysostome sur l'Évangile de Jean
Lectio I Lecture I
Est Ierosólymis probática piscína. Quis hic curatiónis modus? Quale mystérium subindicátur? Neque enim sine causa hæc scripta sunt; sed futúra nobis quasi in figúra et imágine descríbit; ne si res stupénda, inexspectáta accíderet, auditórum multórum fidem aliquátenus labefactáret. Quænam ígitur hæc descríptio? Futúrum baptísma dandum erat, plenum virtúte et grátia máxima, baptísma quod peccáta ómnia ablúeret, quod ex mórtuis vivos rédderet. Hæc ergo ut in imágine depingúntur in piscína et in áliis multis. Et primo quidem aquam dedit, quæ córporum máculas ablúeret. Il y a dans Jérusalem une piscine. Quel est ce nouveau mode de guérir? Quel mystère est indiqué ici? Tout cela n'a pas été écrit sans motif. C'est comme une annonce en figure d'une réalité à venir, afin qu'à la venue de l'événement merveilleux et inattendu, il ne soit un écueil à la foi de nombreux témoins. Quel est donc ce mystère? Le baptême que nous devions recevoir, plein de vertu et de grâce, baptême qui devait effacer les péchés et rendre la vie aux morts. Cela était comme figuré dans la piscine et d'autres faits. La piscine donnait d'abord de l'eau pour purifier les souillures corporelles.
R/. In ieiúnio et fletu orábant sacerdótes, dicéntes: * Parce, Dómine, parce pópulo tuo, et ne des hereditátem tuam in perditiónem. V/. Inter vestíbulum et altáre plorábant sacerdótes, dicéntes: * Parce. R/. Les prêtres du Seigneur suppliaient dans le jeûne et les larmes: * Pitié, Seigneur, épargne ton peuple, ne livre pas ton héritage à la ruine! V/. Entre le portail et l'autel, les prêtres se lamentaient, disant: * Pitié.
Lectio II Lecture II
Primo ítaque, ut díximus, córporum máculas, deínde várias infirmitátes per aquam solvi curat. Ut enim nos Deus ad baptísmi grátiam própius redúceret, non iam máculas solum, sed et morbos sanat. Et ángelus descéndens turbábat aquam, et sanándi vim indébat ipsi, ut díscerent Iudæi, angelórum Dóminum multo magis posse ánimæ morbos omnes curáre. Sed quemádmodum hic aquárum natúra non simplíciter curábat; alióquin enim semper id fáceret; sed ángeli operatióne id fiébat: sic in nobis non aqua simplíciter operátur, sed postquam Spíritus grátiam accéperit, tunc ómnia solvit peccáta. Cette piscine purifiait avec l'eau les souillures corporelles et diverses maladies de tout genre. Pour nous annoncer la grâce du baptême, Dieu voulut que la piscine n'eût pas seulement son effet sur les souillures mais aussi sur les maladies. Un ange descendu du ciel remuait l'eau et lui communiquait la vertu de guérir, pour apprendre aux Juifs que le Seigneur des anges pouvait bien davantage guérir toutes les maladies de l'âme. L'eau de cette piscine n'avait pas toujours le pouvoir de guérir, mais seulement après l'intervention de l'ange; autrement elle aurait guéri tous les malades. De même, l'eau du baptême n'agit pas en nous par sa vertu propre, mais après avoir reçu la grâce de l'Esprit, et alors elle efface tous les péchés.
R/. In ómnibus exhibeámus nos sicut Dei minístros, in multa patiéntia, * Ut non vituperétur ministérium nostrum. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem, * Ut non vituperétur. R/. Présentons-nous, en toute circonstance, comme de vrais ministres de Dieu, faisant preuve d'endurance, * Afin que notre ministère ne soit pas décrié. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin.
Lectio III Lecture III
Sed tunc infírmitas impediménto erat, quóminus is qui vellet sanarétur; nunc autem unusquísque potestátem accedéndi habet. Non enim ángelus est qui aquam movet, sed angelórum Dóminus ómnia éfficit. Nec dícere póssumus: Dum ego accédo, álius ante me descéndit. Sed si totus orbis vénerit, grátia non consúmitur, neque vis vel operátio déficit, sed semper éadem manet. Ac quemádmodum soláres rádii cotídie illúminant, nec absumúntur, neque quod multis subministréntur, lucis quídpiam amíttunt; sic imo multo minus Spíritus operátio minúitur a multitúdine accipiéntium. Hoc autem factum est, ut qui díscerent in aqua curándos esse córporis morbos, et hac in re diu exercitáti essent, facílius créderent étiam morbos ánimi posse curári. Alors la maladie était un obstacle à la guérison du malade; mais maintenant chacun peut librement approcher de l'eau. Ce n'est pas un ange qui fait mouvoir l'eau, mais le Seigneur des anges qui lui donne tous ses effets. Nous ne pouvons pas dire: Le temps que je descende, un autre m'a devancé. Mais si le monde entier y venait, la grâce ne serait pas épuisée, ni sa force ni son efficacité ne manquerait, car elles demeurent toujours. Comme le soleil dont les rayons répandus chaque jour illuminent constamment et ne s'épuisent pas, ne perdent ni de leur chaleur ni de leur lumière, ainsi, et moins encore, la grâce de l'Esprit ne peut perdre de son efficacité par la multitude de ceux qui la reçoivent. Tout cela est arrivé pour que ceux qui recherchaient dans la piscine la guérison de leurs maladies corporelles et qui en étaient bien instruits par la longueur du temps, croient plus facilement que leurs maladies spirituelles pourraient aussi être guéries.
R/. Abscóndite eleemósynam in sinu páuperis, et ipsa orat pro vobis ad Dóminum, * Quia sicut aqua exstínguit ignem, ita eleemósyna exstínguit peccátum. V/. Honóra Dóminum de tua substántia, et de primítiis frugum tuárum da paupéribus. * Quia sicut. V/. Glória Patri. * Quia sicut. R/. Cache ton aumône dans le sein du pauvre, et elle intercédera pour toi devant Dieu: * De même que l'eau éteint les flammes, l'aumône éteint la dette du péché. V/. Honore de tes biens le Seigneur, et donne aux pauvres les prémices de tes récoltes: * De même que. V/. Gloire au Père. * De même que.