Vigiles (OSB) du vendredi 5 avril 2019 -

Hebdomada IV Quadragesimae IVème semaine de Carême
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula ad Hebræos De la lettre aux Hébreux
Lectio I Lecture I
Umbram habens lex bonórum futurórum, non ipsam imáginem rerum, per síngulos annos iísdem ipsis hóstiis quas ófferunt indesinénter, numquam potest accedéntes perféctos fácere. Alióquin nonne cessássent offérri, ídeo quod nullam habérent ultra consciéntiam peccatórum cultóres semel mundáti? N'ayant, en effet, que l'ombre des biens à venir, non la substance même des réalités, la Loi est absolument impuissante, avec ces sacrifices, toujours les mêmes, que l'on offre perpétuellement d'année en année, à rendre parfaits ceux qui s'approchent de Dieu. Autrement, n'aurait-on pas cessé de les offrir puisque les officiants de ce culte, purifiés une fois pour toutes, n'auraient plus conscience d'aucun péché?
R/. Derelínquat ímpius viam suam, et vir iníquus cogitatiónes suas, et revertátur ad Dóminum, et miserébitur eius; * Quia benígnus et miséricors est, præstábilis super malítiam Dóminus Deus noster. V/. Non vult Dóminus mortem peccatóris, sed ut convertátur et vivat. * Quia benígnus. R/. Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme pervers, ses pensées! Qu'il revienne vers le Seigneur, qui aura pitié de lui; * Car il est tendre et compatissant, le Seigneur notre Dieu, il renonce au châtiment. V/. Le Seigneur ne désire pas la mort du pécheur, mais qu'il se convertisse et qu'il vive. * Car.
Lectio II Lecture II
Sed in ipsis commemorátio peccatórum per síngulos annos fit. Impossíbile enim est sánguinem taurórum et hircórum auférre peccáta. Ideo ingrédiens mundum dicit: Hóstiam et oblatiónem noluísti, corpus autem aptásti mihi; holocautómata et sacrifícia pro peccáto non tibi placuérunt. Tunc dixi: Ecce vénio, in capítulo libri scriptum est de me, ut fáciam, Deus, voluntátem tuam. Bien au contraire, par ces sacrifices eux-mêmes, on rappelle chaque année le souvenir des péchés. En effet, du sang de taureaux et de boucs est impuissant à enlever des péchés. C'est pourquoi, en entrant dans le monde, le Christ dit: Tu n'as voulu ni sacrifice ni oblation; mais tu m'as façonné un corps. Tu n'as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour les péchés. Alors j'ai dit: Voici, je viens, car c'est de moi qu'il est question dans le rouleau du livre, pour faire, ô Dieu, ta volonté.
R/. Qui cognóscis ómnium occúlta, a delícto meo munda me; * Tempus mihi concéde ut repænitens clamem: Peccávi, miserére mei, Deus. V/. Avérte fáciem tuam a peccátis meis, et omnes iniquitátes meas dele. * Tempus. R/. Toi qui connais les secrets des cœurs, purifie-moi de mon péché. * Accorde-moi un temps de repentir et de supplication: Oui, j'ai péché, pitié pour moi, mon Dieu! V/. Détourne ta face de mes fautes, enlève tous mes péchés. * Accorde-moi.
Lectio III Lecture III
Supérius dicens: Hóstiam et oblatiónes et holocautómata et sacrifícia pro peccáto noluísti, nec placuérunt tibi, quæ secúndum legem offerúntur, tunc dixit: Ecce vénio ut fáciam voluntátem tuam. Aufert primum ut secúndum státuat; in qua voluntáte sanctificáti sumus per oblatiónem córporis Christi Iesu in semel. Il commence par dire: Sacrifices, oblations, holocaustes, sacrifices pour les péchés, tu ne les as pas voulus ni agréés - et cependant ils sont offerts d'après la Loi - , alors il déclare: Voici, je viens pour faire ta volonté. Il abroge le premier régime pour fonder le second. Et c'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés par l'oblation du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes.
R/. Frange esuriénti panem tuum, et egénos vagósque induc in domum tuam; * Tunc erúmpet quasi mane lumen tuum, et anteíbit fáciem tuam iustítia tua. V/. Cum víderis nudum, óperi eum, et carnem tuam ne despéxeris. * Tunc erúmpet. V/. Glória Patri. * Tunc erúmpet. R/. Partage ton pain avec l'homme affamé, recueille chez toi le malheureux sans abri; * Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, ta justice marchera devant toi. V/. Couvre celui que tu verras sans vêtement, et ne te dérobe pas à ton semblable; * Alors. V/. Gloire au Père. * Alors.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Tractátibus sancti Augustíni epíscopi in Ioánnem (Tract. 29, 5.6: CCL 36, 286) Traité de saint Augustin sur l'Évangile de Jean
Lectio I Lecture I
Bréviter dico caritáti vestræ, hoc vidétur mihi dixísse Dóminus Iesus Christus: Mea doctrína non est mea, ac si díceret: Ego non sum a meípso. Quamvis enim Fílium Patri dicámus et credámus æquálem, nec ullam in eis esse natúræ substantiæque distántiam, nec inter generántem atque generátum áliquod interfuísse témporis intervállum, tamen hoc serváto et custodíto ista dícimus, quod ille Pater est, ille Fílius. Pater autem non est si non hábeat Fílium; et Fílius non est si non hábeat Patrem; sed tamen Fílius Deus de Patre; Pater autem Deus, sed non de Fílio. Pater Fílii, non Deus de Fílio; ille autem Fílius Patris, et Deus de Patre. Dóminus enim Christus dícitur Lumen ex Lúmine. Lumen ergo quod non ex lúmine, et Lumen æquále quod ex Lúmine, simul unum Lumen, non duo lúmina. C'est en peu de mots, mes très chers frères, que je vous dirai que ces paroles de notre Seigneur Jésus-Christ: Ma doctrine n'est pas mienne, me semblent exprimer cette vérité: Je ne suis pas de moi-même. Nous disons, il est vrai et nous croyons que le Fils est égal au Père, qu'il n'y a entre eux aucune distinction de nature et de substance, qu'il n'y a eu aucun intervalle de temps entre celui qui engendre et celui qui est engendré, mais nous affirmons en même temps que l'un est Père et que l'autre est Fils. Or, le Père n'est Père qu'autant qu'il a un Fils, et le Fils n'est Fils qu'autant qu'il a un Père; en admettant toutefois que le Fils, en venant du Père, est Dieu, tandis que le Père est Dieu sans venir du Fils. Il est Père du Fils, il n'est pas Dieu venant du Fils; le Fils, au contraire, est le Fils du Père, et Dieu venant du Père. En effet, le Seigneur Christ est appelé Lumière venant de la Lumière. La Lumière qui ne vient point d'une autre lumière et la Lumière qui lui est égale mais qui, elle, vient de la Lumière, ensemble, ne forment qu'une seule Lumière et ne font pas deux lumières.
R/. Paradísi portas apéruit nobis ieiúnii tempus. Suscipiámus illud orántes et deprecántes, * Ut in die resurrectiónis cum Dómino gloriémur. V/. Ecce nunc tempus acceptábile, ecce nunc dies salútis; némini dantes ullam offensiónem. * Ut in die. R/. Les portes du paradis nous ont été ouvertes par un temps de jeûne. Accueillons donc ce temps, dans la prière et la supplication, * Afin qu'au jour de la résurrection, nous soyons glorifiés avec le Seigneur. V/. C'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut; ne donnons à personne occasion de scandale, * Afin.
Lectio II Lecture II
Si intelléximus, Deo grátias! Si quid autem parum intelléxit, fecit homo quo usque pótuit, cétera vídeat unde speret. Forínsecus ut operárii póssumus plantáre et rigáre, sed Dei est increméntum dare. Mea doctrína non est mea, sed eius qui misit me. Audiat consílium qui dicit: " Nondum intelléxi. " Magna quippe res et profúnda cum fuísset dicta, vidit útique ipse Dóminus Christus hoc tam profúndum non omnes intellectúros, et in consequénti dedit consílium. Intellégere vis? Crede. Deus enim per Prophétam dixit: Nisi credidéritis, non intellegétis. Ad hoc pértinet quod étiam hic Dóminus secútus adiúnxit: Si quis volúerit voluntátem eius fácere, cognóscet de doctrína utrum ex Deo sit, an ego a meípso loquar. Si nous avons compris, rendons-en grâce à Dieu! Par contre, si quelqu'un n'a presque rien compris, alors que l'homme a été au bout de ses possibilités, qu'il voie où espérer pour la suite. Nous pouvons, comme de simples ouvriers, planter et arroser au dehors, mais c'est à Dieu de donner l'accroissement. Ma doctrine n'est pas de moi, mais de celui qui m'a envoyé. Écoutez ce conseil, vous qui dites: " Je n'ai pas encore compris. " Après avoir révélé cette grande et profonde vérité, notre Seigneur Jésus-Christ vit que tous n'en comprendraient pas la profondeur, et il leur donne un conseil. Tu veux comprendre? Crois. Dieu, en effet, a dit par le Prophète: Si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. C'est cette même vérité que notre Seigneur exprime en ajoutant: Si quelqu'un veut faire la volonté de Dieu, il reconnaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de moi-même.
R/. Emendémus in mélius quæ ignoránter peccávimus, ne súbito præoccupáti die mortis, quærámus spátium pæniténtiæ, et inveníre non possímus. * Atténde, Dómine, et miserére, quia peccávimus tibi. V/. Peccávimus cum pátribus nostris, iniúste égimus, iniquitátem fécimus. * Atténde. R/. Réparons par une meilleure conduite les péchés de notre aveuglement, de peur que, surpris tout-à-coup par la mort, nous cherchions en vain le temps de faire pénitence. * Vois, Seigneur, prends-nous en pitié: nous avons péché contre toi! V/. Avec nos pères, nous avons péché, nous avons failli, renié. * Vois.
Lectio III Lecture III
Quid est hoc: Si quis volúerit voluntátem eius fácere? Sed ego díxeram: " Si quis credíderit "; et hoc consílium déderam. " Si non intellexísti, inquam, crede. " Invénimus autem Dóminum Iesum Christum dixísse: Si quis voluérit voluntátem eius fácere, cognóscet de doctrína. Quid est cognóscet? Hoc est intélleget. Quis nésciat hoc esse fácere voluntátem Dei, operári opus eius, id est, quod illi placet? Ipse autem Dóminus apérte álio loco dicit: Hoc est opus Dei, ut credátis in eum quem ille misit. Ut credátis in eum. Quid est crédere in eum? Credéndo amáre, credéndo dilígere, credéndo in eum ire, et eius membris incorporári. Ipsa est fides quam de nobis éxigit Deus; et non ínvenit quod éxigat, nisi donáverit quod invéniat. Que signifie: Si quelqu'un veut faire sa volonté? Je vous avais dit: " Si quelqu'un croit ", et je vous avais donné ce conseil: " Si vous ne comprenez pas, vous disais-je, croyez. " Or nous trouvons que Notre Seigneur Jésus-Christ a dit: Si quelqu'un veut faire sa volonté, il reconnaîtra si ma doctrine est de moi. Qu'est-ce à dire: il reconnaîtra? Il comprendra. Qui ne sait que faire la volonté de Dieu, c'est faire son œuvre, c'est-à-dire ce qui lui plaît? Ailleurs, le Seigneur lui-même dit explicitement: L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé. Que vous croyiez en lui! Qu'est-ce donc que croire en lui? C'est joindre l'amour à la foi, c'est l'aimer en croyant, tendre à lui par la foi, être incorporé à ses membres. Telle est donc la foi que Dieu exige de nous, et il ne trouve pas en nous ce qu'il exige, s'il ne nous donne lui-même ce qu'il désire trouver.
R/. In ieiúnio et fletu orábant sacerdótes, dicéntes: * Parce, Dómine, parce pópulo tuo, et ne des hereditátem tuam in perditiónem. V/. Inter vestíbulum et altáre plorábant sacerdótes, dicéntes: * Parce. V/. Glória Patri. * Parce. R/. Les prêtres du Seigneur suppliaient dans le jeûne et les larmes: * Pitié, Seigneur, épargne ton peuple, ne livre pas ton héritage à la ruine! V/. Entre le portail et l'autel, les prêtres se lamentaient, disant: * Pitié. V/. Gloire au Père. * Pitié.