Vigiles (OSB) du samedi 13 avril 2019 -

Hebdomada V Quadragesimae Vème semaine de Carême
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula ad Hebæos De la lettre aux Hébreux
Lectio I Lecture I
Beneficiéntiæ autem et communiónis nolíte oblivísci, tálibus enim hóstiis oblectátur Deus. Obœdíte præpósitis vestris et subiácete eis, ipsi enim pervígilant pro animábus vestris quasi ratiónem redditúri, ut cum gáudio hoc fáciunt et non geméntes, hoc enim non éxpedit vobis. Quant à la bienfaisance et à la mise en commun des ressources, ne les oubliez pas, car c'est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir. Obéissez à vos chefs et soyez-leur dociles, car ils veillent sur vos âmes, comme devant en rendre compte; afin qu'ils le fassent avec joie et non en gémissant, ce qui vous serait dommageable.
R/. Deus meus es tu, ne discédas a me, * Quóniam tribulátio próxima est, et non est qui ádiuvet. V/. Deus, Deus meus, réspice in me; quare me dereliquísti? Longe a salúte mea. * Quóniam. R/. Tu es mon Dieu! Ne sois pas loin: * L'angoisse est proche, et je n'ai personne pour m'aider. V/. Dieu, mon Dieu, regarde-moi! Pourquoi m'as-tu abandonné? Le salut est loin de moi. * L'angoisse.
Lectio II Lecture II
Oráte pro nobis; confídimus enim quia bonam consciéntiam habémus, in ómnibus bene voléntes conversári. Amplius autem déprecor vos hoc fácere ut quo celérius restítuar vobis. Deus autem pacis, qui edúxit de mórtuis pastórem magnum óvium in sánguine testaménti ætérni, Dóminum nostrum Iesum, aptet vos in omni bono ut faciátis voluntátem eius, fáciens in nobis quod pláceat coram se per Iesum Christum, cui glória in sæcula sæculórum. Amen. Priez pour nous, car nous croyons avoir une bonne conscience, résolus que nous sommes à nous bien conduire en toutes choses. Je vous exhorte plus instamment à le faire pour obtenir que je vous sois rendu plus vite. Que le Dieu de la paix, qui a ramené de chez les morts celui qui est devenu par le sang d'une alliance éternelle le grand Pasteur des brebis, notre Seigneur Jésus, vous rende aptes à accomplir sa volonté en toute sorte de bien, produisant en nous ce qui lui est agréable par Jésus-Christ, à qui soit la gloire pour les siècles des siècles! Amen.
R/. In te iactátus sum ex útero, de ventre matris meæ Deus meus es tu; ne discédas a me, * Quóniam tribulátio próxima est, et non est qui ádiuvet. V/. Erue a frámea, Deus, ánimam meam, et de manu canis únicam meam. * Quóniam. R/. À toi je fus confié dès ma naissance; dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu. Ne sois pas loin: * L'angoisse est proche, et je n'ai personne pour m'aider. V/. Préserve ma vie de l'épée, arrache-moi aux griffes du chien! * L'angoisse.
Lectio III Lecture III
Rogo autem vos, fratres, sufférte sermónem exhortafiónis, étenim perpáucis scripsi vobis. Cognóscite fratrem nostrum Timótheum dimíssum esse, cum quo si celérius vénerit, vidébo vos. Salutáte omnes præpósitos vestros et omnes sanctos. Salútant vos, qui de Itália sunt. Grátia cum ómnibus vobis. Je vous en prie, frères, faites bon accueil à ces paroles d'exhortation: aussi bien vous ai-je écrit brièvement. Apprenez que notre frère Timothée a été libéré. S'il arrive assez tôt, c'est avec lui que je viendrai vous voir. Saluez tous vos chefs et tous les saints. Ceux d'Italie vous saluent. La grâce soit avec vous tous!
R/. In próximo est tribulátio mea, Dómine, et non est qui ádiuvet, ut fódiant manus meas et pedes meos. * Líbera me de ore leónis, ut narrem nomen tuum frátribus meis. V/. Deus, Deus meus, réspice in me; quare me dereliquísti? Longe a salúte mea. * Líbera. V/. Glória Patri. * Líbera. R/. L'angoisse est proche, Seigneur, et je n'ai personne pour m'aider; ils me percent les mains et les pieds. * Sauve-moi de la gueule du lion, que je proclame ton nom devant mes frères. V/. Dieu, mon Dieu, regarde-moi! Pourquoi m'as-tu abandonné? Le salut est loin de moi. * Sauve-moi. V/. Gloire au Père. * Sauve-moi.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Cæsárii Arelaténsis epíscopi (Sermo 142, 1-4: CCL 103, 583-584) Sermon de saint Césaire d'Arles
Lectio I Lecture I
De Dómino ac Salvatóre nostro, fratres dilectíssimi, ante multa témpora prophetátum est: Ascéndet sicut virgúltum, et sicut radix in terra sitiénti. Quare ut radix? Ideo: Non est spécies illi, neque honor. Passus est, humiliátus est, conspútus est: non habébat spéciem; homo apparébat, cum Deus esset. Sed quómodo radix non est pulchra, sed intus habet vim pulchritúdinis suæ. Atténdite, fratres mei, vidéte misericórdiam Dei. C'est de notre Seigneur et Sauveur, frères très aimés, que depuis bien des temps, le prophète a dit: Il s'élèvera comme une jeune pousse et comme une racine dans une terre assoiffée. Pourquoi comme une racine? Pour cette raison: Il n'a pas d'apparence ni d'éclat. Il a souffert, il a été humilié, il a été souillé de crachats: il n'avait pas d'apparence; il se montrait homme, bien qu'il fût Dieu. Oui, à la manière de la racine qui n'est pas belle, mais porte en soi la puissance de sa beauté. Attention, mes frères, voyez la miséricorde de Dieu.
R/. Qui custodiébant ánimam meam, consílium fecérunt in unum, dicéntes: Deus derelíquit eum; * Persequímini et comprehéndite eum, quia non est qui líberet eum. Deus meus, ne elónges a me; Deus meus, in adiutórium meum inténde. V/. Omnes inimíci mei advérsum me cogitábant mala mihi; verbum iníquum mandavérunt advérsum me, dicéntes: * Persequímini. R/. Ceux qui en veulent à ma vie se concertent; ils disent: Dieu l'abandonne! * Traquez-le, empoignez-le, il n'a pas de défenseur! Mon Dieu, ne sois pas loin de moi; mon Dieu, viens vite à mon secours! V/. Unis contre moi, mes ennemis murmurent; ils m'a-dressent des paroles maléfiques, ils disent: * Traquez-le.
Lectio II Lecture II
Crevit Ecclésia, credidérunt gentes, victi sunt terræ príncipes sub nómine Christi; ut essent victóres in orbe terrárum, pósitum est collum eórum sub iugo Christi. Persequebántur ante christiános propter idóla: persequúntur idóla propter Christum. Omnes confúgiunt ad auxílium Ecclésiæ, in omni pressúra, in omni tribulatióne sua. Crevit illud granum sinápis, factum est maius super ómnia ólera; véniunt volatília cæli, supérbi sæculi et requiéscunt sub ramis eius. Unde hæc tanta pulchritúdo? De néscio qua radíce surréxit. Et ista pulchritúdo in magna glória est. Quærámus radícem: conspútus est, humiliátus est, flagellátus est, crucifíxus est, vulnerátus est, contémptus est. Ecce hic spécies non est; sed in Ecclésia glória radícis pollet. Ergo ipsum descríbit sponsum, illum contémptum, inhonorátum, abiéctum. Sed modo vidére habétis árborem quæ surréxit de ista radíce et implévit orbem terrárum. L'Église a grandi, les païens ont cru, les princes de la terre ont été vaincus sous le nom du Christ; pour qu'ils fussent vainqueurs dans la terre entière, leur cou a été placé sous le joug du Christ. Ils poursuivaient auparavant les chrétiens à cause des idoles; ils poursuivent les idoles à cause du Christ. Tous ont recours à l'aide de l'Église, en toutes leurs afflictions, en toutes leurs tribulations. Il a poussé ce grain de moutarde, devenu grand, il dépasse les plantes potagères, y viennent les oiseaux du ciel, les grands du monde, et ils prennent leur repos sous ses branches. D'où vient une telle beauté? Elle a surgi de je ne sais quelle racine. Et cette beauté s'épanouit dans la gloire. Cherchons la racine: il a été souillé de crachats, il a été humilié, il a été flagellé, il a été crucifié, il a été blessé, il a été méprisé. Eh bien, ici, d'apparence il n'y a pas; mais dans l'Église, la gloire de la racine est puissante. Par conséquent elle désigne précisément comme l'époux celui qui est méprisé, déshonoré, avili. Mais vous avez seulement à voir l'arbre qui a surgi de cette pauvre racine et qui a rempli toute la terre.
R/. Adiútor et suscéptor meus tu es, Dómine, et in verbum tuum sperávi. * Declináte a me, malígni, et scrutábor mandáta Dei mei. V/. Eripe me de inimícis meis, Deus meus, et ab insurgéntibus in me líbera me. * Declináte. R/. Toi, mon abri, mon bouclier, Seigneur, j'espère en ta parole. * Écartez-vous de moi, méchants: j'observerai les commandements de mon Dieu. V/. Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu; de mes agresseurs, protège-moi. * Écartez-vous.
Lectio III Lecture III
Non est spécies illi, neque honor; et vídimus illum et non hábuit spéciem, neque decórem. Et ubi visus est non habére spéciem neque decórem? In plaga homo, ante plagam Deus, post plagam homo Deus. Homo in plaga et qui sciat ferre infirmitátes. Infirmitátes quorum? Ipsórum a quibus patiebátur. Médicus ferébat infirmitátes freneticórum; et cum ipse crucifigerétur, orábat et dicébat: Pater, ignósce illis, quia nésciunt quid fáciunt. Atténdite, amémus sponsum: quanto magis defórmis nobis commendátur, tanto cárior, tanto dúlcior est factus sponsæ. Propter quod et avértit se. Avértit se, ne illum intellégerent illi qui eum crucifigébant: Fácies eius iniuriáta est, nec magni æstimáta est. Il est, lui, sans apparence ni éclat, et nous l'avons vu, et il n'avait ni apparence ni éclat. Et où l'avons-nous vu, sans apparence ni éclat? Dans le supplice, il est homme; avant le supplice, il est Dieu; après le supplice il est homme et Dieu. Homme dans le supplice et capable de porter les infirmités. Les infirmités de qui? De ceux par qui il souffrait. Le médecin portait les infirmités des frénétiques; et alors précisément qu'on le crucifiait, il priait et disait: Père, pardonne-leur, parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils font. Attention, aimons l'époux: plus il nous est présenté comme défiguré, plus il est devenu cher à l'épouse, plus il est aimé d'elle. À cause de cela aussi il s'est détourné. Il s'est détourné pour que ceux qui le crucifiaient ne le reconnaissent pas: Sa face a été outragée, on ne l'a pas estimée cher.
R/. Multiplicáti sunt qui tríbulant me, et dicunt: Non est salus illi in Deo eius. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus. V/. Nequándo dicat inimícus meus: Præválui advérsus eum. * Exsúrge. V/. Glória Patri. * Exsúrge. R/. Qu'ils sont nombreux mes adversaires, nombreux à déclarer à mon sujet: Pour lui, pas de salut auprès de Dieu! * Lève-toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu! V/. Pour que l'ennemi ne crie pas: Victoire! * Lève-toi. V/. Gloire au Père. * Lève-toi.