Vigiles (OSB) du mardi 16 avril 2019 - Mardi de la semaine sainte

Hebdomada Sancta Semaine sainte
Feria III Mardi
Feria III hebdomadae sanctae Mardi de la semaine sainte
éditer éditer
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro Ieremíæ prophétæ Du livre de Jérémie
Lectio I Lecture I
Factum est verbum Dómini ad me dicens: " Non accípies uxórem, et non erunt tibi fílii et fíliæ in loco isto. Quia hæc dicit Dóminus super fílios et fílias qui generántur in loco isto, et super matres eórum quæ genuérunt eos, et super patres eórum de quorum stirpe sunt nati in terra hac: Mórtibus ægrotatiónum moriéntur, non plangéntur et non sepeliéntur; in sterquilínium super fáciem terræ erunt et gládio et fame consuméntur, et erit cadáver eórum in escam volatílibus cæli et béstiis terræ." La parole du Seigneur me fut adressée en ces termes: "Ne prends pas femme; tu n'auras en ce lieu ni fils ni fille! Car ainsi parle le Seigneur à propos des fils et des filles qui vont naître en ce lieu, des mères qui les enfanteront et des pères qui les engendreront en ce pays: Ils mourront de mala-dies mortelles, sans être pleurés ni enterrés; ils serviront de fumier sur le sol; ils finiront par l'épée et la famine, et leurs cadavres seront la pâture des oiseaux du ciel et des bêtes sauvages."
R/. Dóminus mecum est tamquam bellátor fortis; proptérea persecúti sunt me, et intellégere non potuérunt. * Dómine, probans renes et corda, tibi revelávi causam meam. V/. Et vim faciébant qui quærébant ánimam meam, et qui inquirébant mala mihi locúti sunt vanitátes. * Dómine. R/. Le Seigneur est avec moi comme un guerrier redoutable: mes persécuteurs s'écrouleront, impuissants. * Seigneur de l'univers, toi qui scrutes les reins et les cœurs, c'est à toi que j'ai confié ma cause. V/. Ceux qui veulent ma perte me talonnent, ces gens qui cherchent mon malheur prononcent des paroles maléfiques. * Seigneur.
Lectio II Lecture II
Hæc enim dixit Dóminus: " Ne ingrediáris domum convívii neque vadas ad plangéndum neque lugébis eos, quia ábstuli pacem meam a pópulo isto, dicit Dóminus, misericórdiam et miseratiónes. Et moriéntur grandes et parvi in terra ista, non sepeliéntur neque plangéntur, et non se incídent, neque calvítium fiet pro eis. Et non frangent lugénti panem ad consolándum super mórtuo et non dabunt ei cálicem ad consolándum super patre suo et matre. Et domum convívii non ingrediéris, ut sédeas cum eis et cómedas et bibas. Quia hæc dicit Dóminus exercítuum, Deus Israel: Ecce ego áuferam de loco isto in óculis vestris et in diébus vestris vocem gáudii et vocem lætítiæ, vocem sponsi et vocem sponsæ. " Oui, ainsi parle le Seigneur: " N'entre pas dans une maison où l'on fait le deuil, ne va pas pleurer ni plaindre les gens, car j'ai retiré ma paix de ce peuple - oracle du Seigneur - ainsi que la pitié et la miséricorde. Grands et petits mourront en ce pays sans être enterrés ni pleurés; pour eux, on ne se fera ni incisions ni tonsure. On ne rompra pas le pain pour qui est dans le deuil, pour le consoler au sujet d'un mort; on ne lui offrira pas la coupe de consolation pour son père ou sa mère. N'entre pas non plus dans une maison où l'on festoie, pour t'asseoir avec eux à manger et à boire. Car ainsi parle le Seigneur des armées, le Dieu d'Israël: Voici, je vais faire taire ici, sous vos yeux et de vos jours, les cris de joie et d'allégresse, les chants du fiancé et de la fiancée. "
R/. Dixérunt ímpii apud se, non recte cogitántes: Circumveniámus iustum, quóniam contrárius est opéribus nostris. Promíttit se sciéntiam Dei habére, Fílium Dei se nóminat et gloriátur Patrem se habére Deum. * Videámus si sermónes illíus veri sint; et si est verus Fílius Dei, líberet illum de mánibus nostris; morte turpíssima condemnémus eum. V/. Viri ímpii dixérunt: Opprimámus virum iustum iniúste, et de spóliis eius sortem mittámus. * Videámus. R/. Les impies ne sont pas dans la vérité lorsqu'ils raisonnent ainsi en eux-mêmes: Attirons le juste dans un piège, car il s'oppose à notre conduite, il prétend posséder la connaissance de Dieu, il s'intitule Fils de Dieu, il se vante d'avoir Dieu pour Père. * Voyons si ses paroles sont vraies; et, s'il est vraiment Fils de Dieu, Dieu le délivrera de nos mains; condamnons-le à une mort infâme. V/. Les impies déclarent: Opprimons injustement le juste, et tirons au sort entre nous ses vêtements. * Voyons.
Lectio III Lecture III
Et cum annuntiáveris pópulo huic ómnia verba hæc, et díxerint tibi: " Quare locútus est Dóminus super nos omne malum grande istud? Quæ iníquitas nostra et quod peccátum nostrum quod peccávimus Dómino Deo nostro?", dices ad eos: "Quia dereliquérunt me patres vestri, ait Dóminus, et abiérunt post deos aliénos et serviérunt eis et adoravérunt eos et me dereliquérunt et legem meam non custodiérunt. Sed et vos peius operáti estis quam patres vestri: ecce enim ámbulat unusquísque post pravitátem cordis sui mali, ut me non áudiat. Et eíciam vos de terra hac in terram quam ignorátis, vos et patres vestri; et serviétis ibi diis aliénis, die ac nocte, quia non dabo vobis grátiam. Proptérea ecce dies véniunt, dicit Dóminus, et non dicétur ultra: "Vivit Dóminus qui edúxit fílios Israel de terra Ægýpti!", sed: "Vivit Dóminus qui edúxit fílios Israel de terra aquilónis et de univérsis terris ad quas eiéci eos!" Et redúcam eos in terram suam quam dedi pátribus eórum. " Quand tu auras annoncé à ce peuple toutes ces paroles et qu'on te demandera: " Pourquoi le Seigneur a-t-il proclamé contre nous tout cet immense malheur? Quelle est notre faute? Quel péché avons-nous commis contre le Seigneur notre Dieu? " Alors tu leur répondras: " C'est que vos pères m'ont abandonné - oracle du Seigneur - ils ont suivi d'autres dieux, les servant et se prosternant devant eux. Et moi, ils m'ont abandonné, ils n'ont pas gardé ma Loi! Et vous, vous avez agi plus mal que vos pères. Voici, chacun de vous se conduit selon l'obstination de son cœur mauvais, sans m'écouter. Je vous jetterai donc hors de ce pays, dans un pays inconnu de vous et de vos pères; là vous servirez d'autres dieux, jour et nuit, car je ne vous ferai plus grâce. " Aussi, voici venir des jours - oracle du Seigneur - où l'on ne dira plus: "Le Seigneur est vivant, qui a fait monter les Israélites du pays d'Égypte!" , mais: "Le Seigneur est vivant, qui a fait monter les Israélites du pays du Nord et de tous les pays où il les avait dispersés! " Je les ramènerai sur la terre que j'avais donnée à leurs pères!
R/. Agnus Dei Christus immolátus est pro salúte mundi. Nam de paréntis protoplásti fraude factor cóndolens, quando pomi noxiális morte morsu córruit; * Ipse lignum tunc notávit, damna ligni ut sólveret. V/. Christus factus est pro nobis obœdiens usque ad mortem, mortem autem crucis. * Ipse lignum. V/. Glória Patri. * Ipse lignum. R/. L'Agneau de Dieu, le Christ, s'est laissé immoler pour le salut du monde; car il était ému de compassion envers l'égarement d'Adam, le premier modelé, qui s'était précipité dans la mort, en mordant au fruit nuisible. * Le Rédempteur a lui-même choisi l'arbre, pour annuler la condamnation issue de l'arbre. V/. Pour nous, le Christ s'est fait obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix. * Le Rédempteur. V/. Gloire au Père. * Le Rédempteur.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Tractátibus Balduíni Cantuariénsis epíscopi (Pars 2, 1: SC 93, 168-170) Traité de Baudoin de Ford sur le Sacrement de l'autel
Lectio I Lecture I
Qui sánguinem Christi fudérunt, non hoc agébant, non hoc cogitábant, ut tolleréntur peccáta mundi. Attamen salutíferæ dispensatióni nesciéntes serviérunt. Salus enim mundi quæ secúta est nec eórum virtútis fuit nec voluntátis nec intentiónis nec óperis, sed Dei virtútis et voluntátis et intentionis et óperis. In illa enim effusióne sánguinis non solum operáta est persequéntium iníquitas, sed operáta est et Salvatóris cáritas. Sed iníquitas effécit opus iniquitátis: cáritas perfécit opus caritátis. Non iníquitas sed cáritas operáta est salútem. Ceux qui versèrent le sang du Christ ne le firent pas pour effacer les péchés du monde. Mais inconsciemment ils ont servi le plan du salut. Le salut du monde, qui s'ensuivit, ne tint ni à leur puissance, ni à leur volonté, ni à leur intention, ni à leur acte, mais vint de la puissance, de la volonté, de l'intention, de l'acte de Dieu. Dans cette effusion de sang, en effet, la haine des persécuteurs n'était pas seule à l'œuvre, mais aussi l'amour du Sauveur. La haine fit son œuvre de haine, l'amour fit son œuvre d'amour. Ce n'est pas la haine, mais l'amour qui œuvra le salut.
R/. Salvum me fac, Deus, quóniam intravérunt aquæ usque ad ánimam meam. Ne avértas fáciem tuam a me; * Quóniam tríbulor exáudi me, Deus meus. V/. Inténde ánimæ meæ et líbera eam; propter inimícos meos éripe me. * Quóniam tríbulor. R/. Sauve-moi, Seigneur, les eaux montent jusqu'à ma gorge! Ne détourne pas de moi ta face: * Je suffoque, vite, réponds-moi! V/. Sois proche de moi, rachète-moi, sauve-moi de l'emprise des ennemis! * Je suffoque.
Lectio II Lecture II
Iníquitas tamen sánguinem Christi fudit, et sese effúdit, ut revelaréntur ex multis córdibus cogitatiónes. Cáritas nihilóminus sánguinem Christi fudit, et sese effúdit, ut sciret homo quantum diligerétur a Deo, qui próprio Fílio suo non pepércit. Sic enim Deus diléxit mundum, ut Unigénitum suum daret. Qui quidem Unigénitus oblátus est, non quia Iudæus pótuit, sed quia ipse vóluit. Qui, cum dilexísset suos, in finem diléxit eos. Finis est mors pro amícis suscépta. Hic est finis omnis consummatiónis, finis consummáti amóris. Maiórem caritátem nemo habet, ut ánimam suam ponat quis pro amícis suis. La haine cependant versa le sang du Christ, et se déversa elle-même, pour que fussent révélées les pensées d'un grand nombre de cœurs; l'amour, lui aussi, répandit le sang du Christ, et se répandit lui-même, pour que l'homme sût combien Dieu l'aimait: au point de ne pas épargner son propre Fils. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique. Ce Fils unique a été offert, non parce que le Juif a prévalu, mais parce que lui-même l'a voulu. Il a aimé les siens, il les a aimés jusqu'à la fin. La fin, c'est la mort acceptée pour ceux qu'il aime: voilà la fin de toute perfection, la fin de l'amour parfait. Car il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.
R/. Contumélias et terróres passus sum ab eis qui erant pacífici mei, et custodiéntes latus meum, * Dicéntes: Decipiámus eum et prævaleámus illi! Sed tu, Dómine, mecum es tamquam bellátor fortis. Cadent in oppróbrium sempitérnum. Et vídeam vindíctam in eis, quia tibi revelávi causam meam. V/. Omnes inimíci mei advérsum me cogitábant mala mihi, verbum iníquuum mandavérunt advérsum me. * Dicéntes. R/. J'endure les menaces et les outrages de ceux qui étaient en paix avec moi: mes amis guettent mes faux-pas, * Ils disent: S'il se laisse abuser, nous aurons le dessus! Mais, Seigneur, tu es avec moi comme un guerrier redoutable. Ils connaîtront une honte éternelle; et je verrai la revanche que tu prendras sur eux, car c'est à toi que j'ai confié ma cause. V/. Unis contre moi, mes ennemis murmurent; ils m'adressent des paroles maléfiques. * Ils disent.
Lectio III Lecture III
Hæc Christi cáritas in morte Christi violéntior fuit quam Iudæórum iníquitas. Nec pótuit iníquitas nisi quantum permísit cáritas. Iudas Christum, vel Iudæus, morti trádidit, et hoc ex malígna iniquitáte. Trádidit Pater Fílium, trádidit et se Fílius, et hoc ex caritáte. Nec traditiónis rea est cáritas, sed ínnocens est étiam in morte Christi. Soli enim caritáti licet quidquid libet et impúne. Sola Deum cógere potest quasi imperiósa cáritas. Hæc de cælo Deum depósuit; hæc in cruce pósuit; hæc tam innocénter quam salúbriter sánguinem Christi fudit in remissiónem peccatórum. Cet amour du Christ fut plus puissant, dans la mort du Christ, que la haine des Juifs; la haine put seulement ce que lui permit l'amour. Judas, ou les Juifs, livrèrent le Christ à la mort, et cela par méchante haine; le Père livra son Fils, le Fils se livra lui-même, et cela par amour. L'amour n'est cependant pas coupable de trahison; il est innocent, même quand le Christ en meurt. Car seul, l'amour peut faire impu-nément ce qui lui plaît. Seul, l'amour peut contraindre Dieu et comme lui commander. C'est lui qui l'a fait descendre du ciel et l'a mis en croix, lui qui a répandu le sang du Christ pour la rémission des péchés, en un acte aussi innocent que salutaire.
R/. Viri ímpii dixérunt: Opprimámus virum iustum iniúste et deglutiámus eum tamquam inférnus vivum. Auferámus memóriam illíus de terra, et de spóliis eius sortem mittámus inter nos. Ipsi enim homicídæ thesaurizavérunt sibi mala, insipiéntes et malígni odérunt sapiéntiam, * Et rei facti sunt in cogitatiónibus suis. V/. Dixérunt ímpii apud se, non recte cogitántes: Circumveniámus iustum, quóniam contrárius est opéribus nostris. * Et rei. V/. Glória Patri. * Et rei. R/. Les impies déclarent: Opprimons injustement le juste; comme le shéol, engloutissons-le tout vivant. Effaçons de la terre sa mémoire, et tirons au sort entre nous ses vêtements. C'est contre eux-mêmes que ces meurtriers accumulent les actions mauvaises: folie et méchanceté leur font haïr la sagesse. * Ils sont coupables de faux raisonnements. V/. Les impies ne sont pas dans la vérité lorsqu'ils raisonnent ainsi en eux-mêmes: Attirons le juste dans un piège, car il s'oppose à notre conduite. * Ils sont. V/. Gloire au Père. * Ils sont.