affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du samedi 15 juin 2019 -

Hebdomada X per annum Xème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
éditer éditer
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro Iósue Du livre de Josué
In diébus illis: Habitatóres Gábaon misérunt ad Iósue, qui tunc morabátur in castris apud Gálgalam, et dixérunt ei: " Ne rétrahas manus tuas ab auxílio servórum tuórum! Ascénde cito et líbera nos ferque præsídium: convenérunt enim advérsum nos omnes reges Amorræórum qui hábitant in montánis. " Ascendítque Iósue de Gálgalis et omnis exércitus bellatórum cum eo, viri fortíssimi. Dixítque Dóminus ad Iósue: " Ne tímeas eos! In manus enim tuas trádidi illos; nullus tibi ex eis resístere póterit. " Les gens de Gabaôn envoyèrent dire à Josué, au camp de Gilgal: " Ne délaisse pas tes serviteurs, hâte-toi de monter jusqu'à nous pour nous sauver et nous secourir, car tous les rois amorites qui habitent la montagne se sont coalisés contre nous. " Josué monta de Gilgal, lui, tous les gens de guerre et toute l'élite de l'armée. Le Seigneur dit à Josué: " Ne les crains pas, je les ai livrés entre tes mains, nul d'entre eux ne te résistera. "
Irruit ítaque Iósue super eos repénte tota ascéndens nocte de Gálgalis, et conturbávit eos Dóminus a fácie Israel; contrivítque plaga magna in Gábaon ac persecútus est per viam ascénsus Bethóron et percússit usque Azéca et Macéda. Cumque fúgerent fílios Israel et essent in descénsu Bethóron, Dóminus misit super eos lápides magnos de cælo usque Azeca, et mórtui sunt multo plures lapídibus grándinis, quam quos gládio percússerant fílii Israel. Josué arriva sur eux à l'improviste, après avoir marché toute la nuit depuis Gilgal. Le Seigneur les mit en déroute, en présence d'Israël, et leur infligea à Gabaôn une rude défaite; il les poursuivit même sur le chemin de la pente de Bet-Horôn et les battit jusqu'à Azéqa (et jusqu'à Maqqéda). Or, tandis qu'ils fuyaient devant Israël à la descente de Bet-Horôn, le Seigneur lança du ciel sur eux, jusqu'à Azéqa, d'énormes grêlons, et ils moururent. Il en mourut plus sous les grêlons que sous le tranchant de l'épée des Israélites.
Locútus est Iósue Dómino in die, qua trádidit Amorræum in conspéctu filiórum Israel, dixítque coram Israel: " Sol, in Gábaon ne moveáris, et luna, in valle Aialon. " Steterúntque sol et luna donec ulciscerétur se gens de inimícis suis. Nonne scriptum est hoc in libro Iusti? Stetit ítaque sol in médio cæli et non festinávit occúmbere spátio uníus fere diéi. Non fuit ántea et póstea sicut dies illa, obœdiénte Dómino voci hóminis, quia Dóminus pugnávit pro Israel. Josué s'adressa au Seigneur, en ce jour où le Seigneur livra les Amorites aux Israélites. Josué dit en présence d'Israël: " Soleil, arrête-toi sur Gabaôn, et toi, lune, sur la vallée d'Ayyalôn! " Et le soleil s'arrêta, et la lune se tint immobile jusqu'à ce que le peuple se fût vengé de ses ennemis. Cela n'est-il pas écrit dans le livre du Juste? Le soleil se tint immobile au milieu du ciel et près d'un jour entier retarda son coucher. Il n'y a pas eu de journée pareille, ni avant ni depuis, où le Seigneur ait obéi à la voix d'un homme. C'est que le Seigneur combattait pour Israël.
R/. Addúxit eos Dóminus in fortitúdine magna, cibávit eos nascéntiis agrórum; * Suxérunt mel de petra et óleum de firma petra. V/. Bútyrum boum et lac óvium, cum ádipe agnórum et filiórum taurórum et hircórum. * Suxérunt. V/. Glória Patri. * Suxérunt. R/. Avec force et puissance, le Seigneur les a conduits, il les a nourris des produits des champs; * Ils ont goûté le miel de la roche et l'huile même de la pierre. V/. Le beurre des vaches et le lait des brebis, avec la graisse des agneaux, des taurillons et des boucs. * Ils. V/. Gloire au Père. * Ils ont goûté.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Meditatióne sancti Ansélmi Lucénsis epíscopi super Salve Regína (PL 149, 583) Méditation de saint Anselme de Lucques sur le Salve Regina
Ad salutándam beátam Vírginem, primo debes eius magnitúdinem consideráre; nec enim ámplius circa Fílium suum pótuit elevári quam ut Mater Dómini vocarétur. Exsúltans ergo, et admírans magnificéntiam matris nostræ, devóte et reverénter, ac confidénter ad ipsam accédens dícito: " Salve! ". Hoc dicto resílias in tuam parvitátem a magnificéntia Matris Dei. Et dic: " Patiéntiam habe in me, Dómina, quia ego vilíssimus hóminum áudeo assístere tantæ Dóminæ, et salutáre te præsúmo Regínam cælórum, Dóminam angelórum, Matrem Dei mei, sed de tua benignitáte, Dómina, húmili, ac humilitáte benígna confído, quod me indigníssimum sustinébis. Pour saluer la bienheureuse Vierge, tu dois en premier lieu considérer sa grandeur; car elle ne pouvait recevoir de dignité plus élevée à l'égard de son Fils que le titre de Mère du Seigneur. Sois donc dans l'exultation, admire la sublimité de notre mère et, t'approchant d'elle avec révérence et confiance, dis-lui: " Salut. " Cela dit, redescends de la sublimité de la Mère de Dieu à ta petitesse et dis: " Prends patience envers moi, Dame, si moi, le plus vil des hommes, j'ose m'approcher d'une si grande dame, et si j'ai la présomption de te saluer, ô Reine des cieux, Souveraine des anges, Mère de mon Dieu; mais j'ai confiance, ô Dame, en ton humble bienveillance et en ta bienveillante humilité; tu m'accueilleras malgré ma grande indignité.
Et quamvis sis arca Dei, sine comparatióne nobílior arca Véteris Testaménti, et ego multo ignobílior; áttamen cum te tetígero corde, ac salutávero ore, non credo pércuti, sed tuo amóre pótius inflammári, et a tua pietáte largíssima in ómnibus exaudíri. Ergo salve, Regína, sub tuo regímine, Dómina, de cétero volo militáre, me totáliter dominatióni tuæ commítto, ut me plenárie regas et gubérnes. Certes, tu es l'arche de Dieu, sans comparaison plus noble que l'arche de l'ancienne Alliance, et je suis, moi, beaucoup plus ignoble. Cependant, si je te touche par mon cœur et te salue de mes lèvres, je ne crois pas que je serai frappé, mais plutôt enflammé de ton amour et exaucé dans toutes mes demandes par ton immense tendresse. Ainsi donc, salut, Reine; c'est sous ta conduite, ô ma Souveraine, qu'à l'avenir je veux militer; je me livre totalement à ta souveraineté pour que tu me conduises et me gouvernes en toutes choses.
Non me permíttas mihi, quia sum mihi ipsi cónscius nimis. Quidquid enim mihi dimíseris, nóveris misérrime destruéndum. Sed cum plenus sum miséria et a planta pedis usque ad vérticem putrefáctus putrédinem génerem et horrórem, quómodo me régere dignáberis tam nóbilis creatúra? Certe quia tu es Regína misericórdiæ. " Ne m'abandonne pas à moi-même; car je suis trop conscient de ce que je suis: tout ce que tu me confieras est, tu le sais, voué à une destruction misérable. Mais puisque je suis plein de misère et que, putréfié de la plante des pieds au sommet de la tête, j'engendre la pourriture et l'horreur, comment daigneras-tu assumer ma conduite, toi, une si noble créature? Assurément, parce que tu es la Reine de la miséricorde. "
R/. Qui persequebántur pópulum tuum, Dómine, demersísti eos in profúndum; * Et in colúmna nubis ductor eórum fuísti, Dómine. V/. Exclamavérunt fílii Israel in angústia sua ad Dóminum, et misit eis salvatórem. * Et in colúmna. V/. Glória Patri. * Et in colúmna. R/. Ceux qui étaient lancés à la poursuite de ton peuple, Seigneur, tu les as engloutis dans les abîmes de la mer; * Et tu guidais toi-même les tribus d'Israël, Seigneur, par une colonne de nuée. V/. Dans leur angoisse, les enfants d'Israël ont crié vers le Seigneur, et il leur a envoyé un sauveur. * Et tu guidais. V/. Gloire au Père. * Et tu guidais.