Vigiles (OSB) du samedi 22 juin 2019 - de la férie

Hebdomada XI per annum XIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
éditer éditer
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro Iúdicum Du livre des Juges
In diébus illis: Factus est super Iephte spíritus Dómini et pertránsiens Gálaad et Manásse venit in Maspha Gálaad et inde ad fílios Ammon. Votum autem vovit Dómino dicens: " Si tradíderis fílios Ammon in manus meas, quicúmque primus fúerit egréssus de fóribus domus meæ mihíque occúrrerit reverténti cum pace a fíliis Ammon, eum holocáustum ófferam Dómino. " L'esprit du Seigneur fut sur Jephté, qui parcourut Galaad et Manassé, passa par Miçpé de Galaad et, de Miçpé de Galaad, passa chez les Ammonites. Et Jephté fit un vœu au Seigneur: " Si tu livres entre mes mains les Ammonites, celui qui sortira le premier des portes de ma maison pour venir à ma rencontre quand je reviendrai vainqueur du combat contre les Ammonites, celui-là appartiendra au Seigneur, et je l'offrirai en holocauste. "
Transivítque Iephte ad fílios Ammon, ut pugnáret contra eos; quos trádidit Dóminus in manus eius. Percussítque eos ab Aroer usque dum vénias in Mennith vigínti civitátes et usque ad Abelchármim, plaga magna nimis; humiliatíque sunt fílii Ammon a fíliis Israel. Reverténti autem Iephte in Maspha domum suam occúrrit unigénita fília cum týmpanis et choris: non enim habébat álios líberos. Qua visa, scidit vestiménta sua et ait: " Heu, fília mi, incúrvans incurvásti me! Et tu es in eis qui me pertúrbant! Apérui enim os meum ad Dóminum et áliud fácere non pótero. " Cui illa respóndit: " Pater mi, si aperuísti os tuum ad Dóminum, fac mihi quodcúmque pollícitus es, concéssa tibi a Dómino ultióne atque victória de hóstibus tuis fíliis Ammon. " Jephté passa chez les Ammonites pour les attaquer et le Seigneur les livra entre ses mains. Il les battit depuis Aroër jusque vers Minnit (vingt villes), et jusqu'à Abel-Keramim. Ce fut une très grande défaite; et les Ammonites furent abaissés devant les Israélites. Lorsque Jephté revint à Miçpé, à sa maison, voici que sa fille sortit à sa rencontre en dansant au son des tambourins. C'était son unique enfant. En dehors d'elle il n'avait ni fils, ni fille. Dès qu'il l'eut aperçue, il déchira ses vêtements et s'écria: " Ah! ma fille, vraiment tu m'accables! Tu es de ceux qui font mon malheur! Je me suis engagé, moi, devant le Seigneur, et ne puis revenir en arrière. " Elle lui répondit: " Mon père, tu t'es engagé envers le Seigneur, traite-moi selon l'engagement que tu as pris, puisque le Seigneur t'a accordé de te venger de tes ennemis, les Ammonites. "
Dixítque ad patrem: " Hoc solum mihi præsta quod déprecor: Dimítte me ut duóbus ménsibus circúmeam montes et plangam virginitátem meam cum sodálibus meis. " Cui ille respóndit: " Vade! " Et dimísit eam duóbus ménsibus. Cumque abísset cum sodálibus suis, flebat virginitátem suam in móntibus. Expletísque duóbus ménsibus, revérsa est ad patrem suum; et fecit ei sicut vóverat, quæ non cognóverat virum. Exínde mos incrébuit in Israel, et consuetúdo serváta est ut post anni círculum convéniant in unum fíliæ Israel et plangant fíliam Iepthe Galaadítæ diébus quáttuor. Puis elle dit à son père: " Que ceci me soit accordé! Laisse-moi libre pendant deux mois. Je m'en irai errer sur les montagnes et, avec mes compagnes, je pleurerai sur ma virginité. " - " Va ", lui dit-il, et il la laissa partir pour deux mois. Elle s'en alla donc, elle et ses compagnes, et elle pleura sa virginité sur les montagnes. Les deux mois écoulés, elle revint vers son père et il accomplit sur elle le vœu qu'il avait prononcé. Elle n'avait pas connu d'homme. Et de là vient cette coutume en Israël: d'année en année, les filles d'Israël s'en vont se lamenter quatre jours par an sur la fille de Jephté le Galaadite.
R/. Vidérunt te aquæ, Deus, vidérunt te aquæ, et timuérunt; * Multitúdo sónitus aquárum vocem dedérunt nubes. V/. Illuxérunt coruscatiónes tuæ orbi terræ, commóta est et contrémuit terra. * Multitúdo. V/. Glória Patri. * Multitúdo. R/. Les eaux, en te voyant, Seigneur, les eaux, en te voyant, tremblèrent; * Il y eut un fracas de trombes d'eau, les nuées donnèrent de la voix. V/. Tes éclairs illuminèrent le monde, la terre s'agita et frémit. * Il y eut. V/. Gloire au Père. * Il y eut.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Sermónibus sancti Ephræm diáconi In Natálem Dómini (Sermo 6: Op. 2, 420) Sermon de saint Éphrem
Rachel sterilitátis impátiens virum incusábat, dicens: Da mihi líberos. Felícem Maríam in cuius sinum, ipsa non peténte, puríssime, descendísti, donum accipiénti ultro oblátum. Sara, Rebécca, Anna et Elísabeth lácrimis, votis et précibus prolem efflagitárunt, et sic tandem aliquándo post diutúrnum labórem, et plúrium annórum luctum exoráta fœcunditáte respirárunt. Rachel, incapable de supporter sa stérilité, s'en prenait à son mari, en disant: Donne-moi des enfants! Heureuse Marie! puisque, sans qu'elle l'ait demandé, tu es descendu avec une pureté souveraine, dans son sein, comme un don offert gracieusement qu'elle n'avait qu'à accueillir. Sara, Rébecca, Anne, Élisabeth implorèrent une descendance avec des larmes, des prières et des supplications; ainsi, après des peines prolongées et bien des années de souffrances, elles obtinrent enfin la fécondité qu'elles avaient demandée et retrouvèrent la joie.
Vere beátam Maríam, quæ nec prolis desidérium sensit, nec pro ea impetránda preces fudit, aut vota nuncupávit, concépit nihilóminus, íntegra virginitáte manénte, peperítque Dóminum cui sérviunt omnes de mulíere nati, sancti et iusti sacerdótes, et reges quotquot tulére prætéritæ ætátes, aut futúræ ferent. Vraiment bienheureuse, Marie! Elle n'a ni éprouvé le désir d'une descendance, ni répandu de prières, ni prononcé de vœu pour en obtenir une, et néanmoins elle a conçu; sa virginité est demeurée intacte, et elle a enfanté le Seigneur que servent tous les hommes nés de la femme, les prêtres saints et justes, et tous les rois que les siècles passés ont produits ou que produiront les temps à venir.
Quæ Maríæ símilis mater usquam éxstitit, cui clausum útero fœtum allóquio cantúque mulcére lícuit, ne dum summi Fílium Opíficis, Fílium Creatóris, Fílium Altíssimi, appelláre fílium suum? Aut quæ puérpera natum sic precáta est: " Ave, spes matris, quia Deus es; ave, dilécte et fili, quia homo es. Hinc amor, inde timor cum mihi tibi apparére contíngit "? Quelle mère s'est jamais montrée semblable à Marie? Elle a pu bercer par ses paroles et par son chant son enfant enfermé dans son sein, et appeler son fils, le Fils de l'Artisan suprême, le Fils du Créateur, le Fils du Très-Haut. Ou bien, quelle jeune mère a ainsi prié son enfant: " Salut, espérance de ta mère, car tu es Dieu; salut, mon bien-aimé, mon fils, car tu es homme; ce m'est une cause d'amour et de crainte, quand il m'arrive de paraître devant toi "?
R/. Dómine Deus, propítius esto pópulo tuo, * Et convérte tribulatiónem nostram in gáudium. V/. Adiuva nos, Deus salutáris noster; propter glóriam nóminis tui, Dómine, líbera nos. * Et convérte. V/. Glória Patri. * Et convérte. R/. Seigneur notre Dieu, sois favorable à ton peuple, * Transforme en joie notre épreuve. V/. Aide-nous, Dieu notre Sauveur; délivre-nous, Seigneur, pour la gloire de ton nom! * Transforme. V/. Gloire au Père. * Transforme.