affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du vendredi 28 juin 2019 - SACRATISSIMI CORDIS IESU

Hebdomada XII per annum XIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
SACRATISSIMI CORDIS IESU SACRATISSIMI CORDIS IESU
Sollemnitas Solennité
éditer éditer
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Romános De la lettre de saint Paul aux Romains
Lectio I Lecture I
Fratres: Scimus quóniam diligéntibus Deum ómnia cooperántur in bonum, his, qui secúndum propósitum vocáti sunt. Nam, quos præscívit, et prædestinávit confórmes fíeri imáginis Fílii eius, ut sit ipse primogénitus in multis frátribus; quos autem prædestinávit, hos et vocávit; et quos vocávit, hos et iustificávit; quos autem iustificávit, illos et glorificávit. Nous savons qu'avec ceux qui l'aiment, Dieu collabore en tout pour leur bien, avec ceux qu'il a appelés selon son dessein. Car ceux que d'avance il a discernés, il les a aussi prédestinés à reproduire l'image de son Fils, afin qu'il soit l'aîné d'une multitude de frères; et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.
R/. Fériam eis pactum sempitérnum et non désinam eis benefácere et timórem meum dabo in corde eórum, * Ut non recédant a me. V/. Et lætábor super eis, cum bene eis fécero in toto Corde meo, * Ut non. R/. Je vais conclure avec eux une alliance éternelle: je ne cesserai de les poursuivre de mes bienfaits et je ferai qu'ils me respectent du fond du cœur, * Pour qu'ils ne s'écartent jamais de moi. V/. Et ma joie sera de les combler, de leur faire du bien de tout mon Cœur, * Pour.
Lectio II Lecture II
Quid ergo dicémus ad hæc? Si Deus pro nobis, quis contra nos? Qui Fílio suo non pepércit, sed pro nobis ómnibus trádidit illum, quómodo non étiam cum illo ómnia nobis donábit? Quis accusábit advérsus eléctos Dei? Deus, qui iustíficat? Quis est qui condémnet? Christus Iesus, qui mórtuus est, immo qui suscitátus est, qui et est ad déxteram Dei, qui étiam interpéllat pro nobis? Que dire après cela? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? Lui qui n'a pas épargné son propre Fils mais l'a livré pour nous tous, comment avec lui ne nous accordera-t-il pas toute faveur? Qui se fera l'accusateur de ceux que Dieu a élus? C'est Dieu qui justifie. Qui donc condamnera? Le Christ Jésus, celui qui est mort, que dis-je? ressuscité, qui est à la droite de Dieu, qui intercède pour nous?
R/. Si inimícus meus maledixísset mihi, sustinuíssem útique; * Tu vero, homo unánimis, qui simul mecum dulces capiébas cibos. V/. Et si is, qui me óderat, super me magna locútus fuísset, abscondíssem me fórsitan ab eo; * Tu vero. R/. Si l'insulte me venait d'un ennemi, je pourrais l'endurer; * Mais toi, mon familier, mon intime, toi qui partageais avec moi les nourritures savoureuses! V/. Et si mon rival s'élevait en paroles contre moi, je pourrais me dérober; * Mais toi.
Lectio III Lecture III
Quis nos separábit a caritáte Christi? Tribulátio an angústia an persecútio an fames an núditas an perículum an gládius? Sicut scriptum est: Propter te mortificámur tota die, æstimáti sumus ut oves occisiónis. Sed in his ómnibus supervíncimus per eum, qui diléxit nos. Q Qui nous séparera de l'amour du Christ? La tribulation, l'angoisse, la persécution, la faim, la nudité, les périls, le glaive? Selon le mot de l'Écriture: À cause de toi, l'on nous met à mort tout le long du jour; nous avons passé pour des brebis d'abattoir. Mais en tout cela nous sommes les grands vainqueurs par celui qui nous a aimés.
R/. Auferam cor lapídeum de carne vestra et dabo vobis cor cárneum. * Et spíritum meum ponam in médio vestri. V/. Effúndam super vos aquam vivam, et mundabímini ab ómnibus inquinaméntis vestris. * Et spíritum. R/. J'enlèverai de votre chair votre cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. * Je mettrai en vous mon esprit. V/. Je verserai sur vous une eau vive, de toutes vos souillures vous serez purifiés. * Je mettrai.
Lectio IV Lecture IV
Certus sum enim quia neque mors neque vita neque ángeli neque principátus neque instántia neque futúra neque virtútes neque altitúdo neque profúndum neque ália qulibet creatúra póterit nos separáre a caritáte Dei, quæ est in Christo Iesu Dómino nostro. Oui, j'en ai l'assurance, ni mort ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir, ni puissances, ni hauteur ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus notre Seigneur.
R/. Cum essémus mórtui peccátis, convivificávit nos Deus in Christo * Propter nímiam caritátem suam qua diléxit nos. V/. Ut osténderet in sæculis superveniéntibus abundántes divítias grátiæ suæ. * Propter. V/. Glória Patri. * Propter. R/. Nous qui étions des morts par suite de nos fautes, Dieu nous a fait revivre dans le Christ * À cause de l'amour extraordinaire dont il nous a aimés. V/. Pour montrer aux âges futurs la richesse infinie de sa grâce. * À cause. V/. Gloire au Père. * À cause.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Opéribus sancti Bonaventúræ epíscopi Lignum vitæ (Op. 4, 29-30.47: Op. omnia 12, 77-78.83) Livre de l'arbre de vie de saint Bonaventure
Lectio I Lecture I
Consídera et tu, homo redémpte, quis, qualis et quantus est ille qui pro te pendet in cruce, cuius mors vivíficat mórtuos, cuiúsque tránsitum, et cælum luget, et terra, et lápides duri scindúntur. Porro ut de látere Christi dormiéntis in cruce formarétur Ecclésia, et Scriptúra implerétur, quæ dicit: Vidébunt in quem transfixérunt, divína est ordinatióne indúltum, ut unus mílitum láncea latus illud sacrum aperiéndo perfóderet, quátenus sánguine cum aqua manánte, prétium effunderétur nostræ salútis, quod a fonte, scílicet cordis arcáno, profúsum, vim daret sacraméntis Ecclésiæ ad vitam grátiæ conferéndam, essétque iam in Christo vivéntibus póculum fontis vivi saliéntis in vitam ætérnam. Considère attentivement, toi qui as été racheté, quel est celui qui, pour toi, est suspendu à la croix, quelle est sa grandeur, quelle est sa sainteté, lui dont la mort rend la vie à ceux qui sont morts, lui dont le trépas met en deuil le ciel et la terre, et fait se briser les pierres les plus dures. Pour que, du côté du Christ endormi sur la croix, surgisse l'Église, et pour que soit accomplie la parole de l'Écriture: Ils contempleront celui qu'ils ont transpercé, la sagesse divine a bien voulu que la lance d'un soldat ouvre et transperce ce côté. Il en sortit du sang et de l'eau, et c'était le prix de notre salut qui s'écoulait ainsi. Jailli de sa source, c'est-à-dire du plus profond du cœur du Christ, il donne aux sacrements de l'Église le pouvoir de conférer la vie de la grâce et, à ceux qui ont déjà en eux la vie du Christ, il donne à boire cette eau vive qui jaillit jusque dans la vie éternelle.
R/. Prope est Dóminus invocántibus eum, * Omnibus invocántibus eum in veritáte. V/. Miserátor et miséricors Dóminus, pátiens et multum miséricors, * Omnibus. R/. Le Seigneur est proche de ceux qui l'invoquent, * De tous ceux qui l'invoquent en vérité. V/. Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d'amour. Il est proche * De tous ceux.
Lectio II Lecture II
Surge ígitur, amíca Christi, esto sicut colúmba nidíficans in summo ore foráminis, ibi ut passer invéniens domum, vigiláre non cesses, ibi tamquam turtur casti amóris pullos abscónde, ibi os appóne, ut háurias aquas de fóntibus Salvatóris. Hic enim est fons egrédiens de médio paradísi, qui in quáttuor divísus cápita et in corda devóta diffúsus, fecúndat et írrigat univérsam terram. Debout! Toi qui es aimé du Christ, sois donc comme la colombe qui fait son nid sur le bord de l'abîme. Et là, comme l'oiseau qui a trouvé un nid, ne te relâche pas de ta vigilance; là, comme la tourterelle, viens cacher les enfants de ton amour chaste, et de cette plaie approche tes lèvres pour puiser de l'eau à la source du Sauveur. C'est là qu'on trouve la source qui jaillissait au milieu du paradis et qui, se partageant en quatre bras puis répandue dans les cœurs aimants, arrose et féconde la terre tout entière.
R/. Gratificávit nos Deus in dilécto Fílio suo, * In quo habémus redemptiónem per sánguinem eius, remissiónem peccatórum. V/. Det nobis Dóminus illuminátos óculos cordis nostri in agnitióne eius. * In quo. R/. Dieu nous a comblés de sa grâce dans son Fils bien-aimé, * Qui nous obtient par son sang la rédemption, le pardon de nos fautes. V/. Que le Seigneur ouvre à sa lumière les yeux de notre cœur pour que nous puissions le connaître vraiment, lui * Qui.
Lectio III Lecture III
Ad hunc fontem vitæ et lúminis curre, cum desidério vivo, quæcúmque es, ánima Deo devóta, et cordis íntima vi ad eum éxclama: " O ineffábilis decor Dei excélsi et puríssima cláritas lucis ætérnæ, indefíciens vita omnem vitam vivíficans, lux omne lumen illúminans, et consérvans in splendóre perpétuo multifórmia lúmina fulgéntia, ante thronum divinitátis tuæ a primvo dilúculo! " À cette source de vie et de lumière, accours donc, animé d'un brûlant désir, qui que tu sois, toi qui es donné à Dieu, et de toute ta force, du plus profond de ton cœur, crie vers lui: " Ô beauté ineffable du Dieu très-haut, éclat très pur de l'éternelle lumière, vie qui communique la vie à tous les vivants, lumière qui donne son éclat à toute lumière, toi qui conserves dans leur immuable splendeur et leur diversité les astres qui brillent, depuis la première aurore, devant le trône de ta divinité! "
R/. Confíteor tibi, Pater, Dómine cæli et terræ, quia abscondísti hæc a sapiéntibus et prudéntibus * Et revelásti ea párvulis. V/. Ita, Pater, quóniam sic fuit plácitum ante te. * Et revelásti. R/. Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange: ce que tu as caché aux sages et aux savants, * Tu l'as révélé aux tout-petits. V/. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté. * Tu.
Lectio IV Lecture IV
"O ætérnum et inaccessíbile, dulce, clarum, et sápidum proflúvium fontis abscónditi ab óculis ómnium mortálium, cuius profúndum sine fundo, cuius altum sine término, cuius amplitúdo incircumscriptíbilis, et cuius púritas imperturbábilis! Ex quo flúvius procédit ólei lætítiæ, qui lætíficat civitátem Dei, ut in voce exsultatiónis et confessiónis decantémus tibi cántica laudis, experiéntia teste probántes, quóniam apud te est fons vitæ et in lúmine tuo vidébimus lumen. " "O jaillissement éternel et inaccessible, plein de lumière et de douceur, de cette source cachée à tous les regards humains! Profondeur sans fond, hauteur sans limite, grandeur incommensurable et pureté inviolable! C'est de toi que coule ce fleuve d'huile d'allégresse qui réjouit la cité de Dieu et c'est grâce à toi qu'aux accents des acclamations et des actions de grâce, nous pouvons te chanter le cantique de louange, car nous pouvons témoigner, par expérience, qu'en toi est la source de la vie et que par ta lumière nous verrons la lumière. "
R/. Omnes gentes, quascúmque fecísti, vénient * Et adorábunt coram te, Dómine. V/. Et glorificábunt nomen tuum, quóniam magnus es tu et fáciens mirabília. * Et adorábunt. V/. Glória Patri. * Et adorábunt. R/. Toutes les nations, que tu as faites, viendront * Se prosterner devant toi, Seigneur. V/. Et rendre gloire à ton nom, car tu es grand et tu fais des merveilles! Tous les peuples viendront * Se prosterner. V/. Gloire au Père. * Se prosterner.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
In illo témpore: Ait Iesus ad pharisæos parábolam istam, dicens: " Quis ex vobis homo, qui habet centum oves et, si perdíderit unam ex illis, nonne dimíttit nonagínta novem in desérto et vadit ad illam quæ períerat, donec invéniat eam? " Et réliqua. Jésus disait cette parabole: " Si l'un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve? " Et la suite.
Ex Expositióne sancti Ambrósii epíscopi in psalmum centésimum décimum octávum (Sermo 22 , 27-30: CSEL 62, 502-504) Commentaire de saint Ambroise sur le psaume 118
Lectio I Lecture I
Errávi sicut ovis quæ períerat, quære servum tuum, quia mandáta tua non sum oblítus. Quære servum tuum, quóniam ovis quæ errávit quærénda est a pastóre, ne péreat. Errávi, inquit, sed qui errávit, in viam potest redíre, in viam revocári potest, et pulchre áddidit: Sicut ovis quæ períerat; non enim perit qui agnóscit errórem. J'ai erré comme une brebis qui s'était perdue: cherche ton serviteur, puisque je n'ai pas oublié tes paroles. Cherche ton serviteur. Cette brebis qui a erré, pour qu'elle ne soit pas définitivement perdue, il faut que le Berger la recherche. J'ai erré. Mais celui qui a erré peut revenir sur la route et être rappelé sur le chemin; et il est beau que le psalmiste dise: Comme une brebis qui s'était perdue, car reconnaître qu'on a erré, c'est déjà ne plus être perdu.
R/. Ego, si exaltátus fúero a terra, * Omnia traham ad meípsum. V/. Hoc autem dicébat signíficans, qua morte esset moritúrus. * Omnia. R/. Moi, quand j'aurai été élevé de terre, * J'attirerai à moi tous les êtres. V/. Jésus signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir. * J'attirerai.
Lectio II Lecture II
Quære, inquit, servum tuum, quóniam mandáta tua non sum oblítus. Veni ergo, Dómine Iesu, quære servum tuum, quære lassam ovem tuam, veni, pastor, quære sicut oves Ioseph. Errávit ovis tua, dum tu moráris, dum tu versáris in móntibus. Dimítte nonagínta novem oves tuas et veni unam ovem qurere quæ errávit. Veni sine cánibus, veni sine malis operáriis, veni sine mercenário qui per iánuam introíre non nóverit. Veni sine adiutóre, sine núntio, iam dudum te exspécto ventúrum; scio enim ventúrum, quóniam mandáta tua non sum oblítus. Veni non cum virga, sed cum caritáte spiritúque mansuetúdinis. Cherche ton serviteur, ajoute-t-il, puisque je n'ai pas oublié tes paroles. Oui, viens, Seigneur Jésus, cherche ton serviteur, cherche ta brebis fatiguée, viens, Berger, cherche Joseph comme une brebis. Pendant que tu t'attardes sur les montagnes, voilà que ta brebis a erré: laisse donc les quatre-vingt-dix-neuf autres qui sont tiennes, et viens chercher l'unique qui s'est égarée. Sans chiens, sans mauvais ouvriers, sans ce mercenaire qui ignore la porte par où entrer, viens. Viens sans te faire aider, sans te faire annoncer: c'est toi maintenant que j'attends. Je sais bien que tu viendras, car je n'ai pas oublié tes paroles. Ne prends pas de fouet, prends ton amour, viens avec la douceur de ton Esprit.
R/. In die qua invocávi te, Dómine, dixísti: Noli timére. * Iudicásti causam meam, et liberásti me, Deus meus. V/. In die tribulatiónis meæ clamávi ad te, quia exaudísti me. * Iudicásti. R/. Le jour où je t'invoque, Seigneur, tu dis: Ne crains pas! * Tu défends ma cause, mon Dieu, et tu me délivres. V/. Je t'appelle au jour de ma détresse, et toi, Seigneur, tu me réponds. * Tu défends.
Lectio III Lecture III
Quære me, quia te requíro; quære me, ínveni me, súscipe me, porta me. Potes inveníre quem tu requíris, dignáris suscípere quem invéneris, impónere úmeris quem suscéperis. Non est tibi pium onus fastídio, non tibi óneri est vectúra iustítiæ. Veni ergo, Dómine, quia, etsi errávi, tamen mandáta tua non sum oblítus, spem medicínæ resérvo. Veni, Dómine, quia et erráticam solus es revocáre qui póssis et quos relíqueris non mæstificábis; et ipsi enim peccatóris réditu gratulabúntur. Veni, ut fácias salútem in terris, in cælo gáudium. Cherche-moi, Seigneur, puisque ma prière te cherche. Cherche-moi, trouve-moi, relève-moi, porte-moi! Celui que tu cherches, tu peux le trouver; celui que tu trouves, daigne le relever, et celui que tu relèves, pose-le sur tes épaules. Ce fardeau de ton amour, il ne t'est jamais à charge, et tu te fais sans lassitude le péager de la justice. Viens donc, Seigneur, car s'il est vrai que j'ai erré, je n'ai pas oublié tes paroles, et je garde espoir du remède. Viens, Seigneur, tu es seul à pouvoir appeler encore ta brebis perdue, et aux autres que tu vas laisser, tu ne feras aucune peine: elles aussi seront contentes de voir revenir le pécheur. Viens: il y aura salut sur la terre, et il y aura joie dans le ciel.
R/. Sicut diléxit me Pater, et ego diléxi vos; * Manéte in dilectióne mea. V/. Si præcépta mea servavéritis, manébitis in dilectióne mea, sicut ego Patris mei præcépta servávi et máneo in eius dilectióne. * Manéte. R/. Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés; * Demeurez dans mon amour. V/. Si vous êtes fidèles à mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j'ai gardé fidèlement les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. * Demeurez.
Lectio IV Lecture IV
Veni ergo et quære ovem tuam non per sérvulos, non per mercenários, sed per temetípsum. Súscipe me in carne quæ in Adam lapsa est. Súscipe me non ex Sara, sed ex María, ut incorrúpta sit virgo, sed virgo per grátiam ab omni íntegra labe peccáti. Porta me in cruce quæ salutáris errántibus est, in qua sola est réquies fatigátis, in qua sola vivent quicúmque moriúntur. Viens donc, n'envoie pas tes petits serviteurs, n'envoie pas de mercenaires, viens chercher ta brebis toi-même. Relève-moi dans cette chair qui avec Adam est tombée. Reconnais en moi par ce geste non l'enfant de Sara, mais le fils de Marie, vierge pure, vierge par grâce, sans aucun soupçon de péché. Et puis, porte-moi jusque sur ta croix: elle est le salut des errants, le seul repos des fatigués, l'unique vie de tous ceux qui meurent.
R/. Simus ergo imitatóres Dei * Et ambulémus in dilectióne. V/. Sicut et Christus diléxit nos et trádidit semetípsum pro nobis. * Et ambulémus. V/. Glória Patri. * Et ambulémus. R/. Oui, cherchons à imiter Dieu * Et vivons dans l'amour. V/. Comme le Christ nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous. * Et vivons. V/. Gloire au Père. * Et vivons.