Vigiles (OSB) du samedi 29 juin 2019 - STS PIERRE ET PAUL, APOTRES

Hebdomada XII per annum XIIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
Ss. PETRI ET PAULI, APOSTOLORUM STS PIERRE ET PAUL, APOTRES
Sollemnitas Solennité
In primo nocturno,utroque anno Premier nocturne, années I et II
De Epístola beáti Pauli apóstoli ad Gálatas De la lettre de saint Paul aux Galates
Lectio I Lecture I
Fratres: Cum plácuit Deo, qui me segregávit de útero matris meæ et vocávit per grátiam suam, ut reveláret Fílium suum in me, ut evangelizárem illum in géntibus, contínuo non cóntuli cum carne et sánguine neque ascéndi Hierosólymam ad antecessóres meos apóstolos, sed ábii in Arábiam et íterum revérsus sum Damáscum. Quand Celui qui dès le sein maternel m'a mis à part et appelé par sa grâce daigna révéler en moi son Fils pour que je l'annonce parmi les païens, aussitôt, sans consulter la chair et le sang, sans monter à Jérusalem trouver les apôtres mes prédécesseurs, je m'en allai en Arabie, puis je revins encore à Damas.
R/. Simon Petre, ántequam de navi vocárem te, novi te, et super plebem meam príncipem te constítui, * Et claves regni cælórum trádidi tibi. V/. Quodcúmque ligáveris super terram erit ligátum et in cælis, et quodcúmque sólveris super terram erit solútum et in cælis. * Et claves. R/. Simon-Pierre, avant même que je t'aie appelé, alors que tu étais encore dans la barque, je te connaissais; j'ai fait de toi le chef de mon peuple, * Et je t'ai remis les clefs du royaume des cieux. V/. Tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. * Et je t'ai remis.
Lectio II Lecture II
Deínde post annos tres ascéndi Hierosólymam vidére Cepham et mansi apud eum diébus quíndecim; álium autem apostolórum non vidi nisi Iacóbum fratrem Dómini. Quæ autem scribo vobis, ecce coram Deo quia non méntior. Deínde veni in partes Sýriæ et Cilíciæ. Eram autem ignótus fácie ecclésiis Iudææ, quæ sunt in Christo; tantum autem audítum habébant: "Qui persequebátur nos aliquándo, nunc evangelízat fidem, quam aliquándo expugnábat", et in me glorificábant Deum. Ensuite, après trois ans, je montai à Jérusalem rendre visite à Céphas et demeurai auprès de lui quinze jours: je n'ai pas vu d'autre apôtre, mais seulement Jacques, le frère du Seigneur: et quand je vous écris cela, j'atteste devant Dieu que je ne mens point. Ensuite je suis allé en Syrie et en Cilicie, mais j'étais personnellement inconnu des Églises de Judée qui sont dans le Christ; on y entendait seulement dire que le persécuteur de naguère annonçait maintenant la foi qu'alors il voulait détruire; et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.
R/. Si dilígis me, Simon Petre, pasce oves meas. Dómine, tu nosti quia amo te, * Et ánimam meam pono pro te. V/. Si oportúerit me mori tecum, non te negábo. * Et. R/. Si tu m'aimes, Simon-Pierre, sois le berger de mes brebis. Seigneur, tu sais bien que je t'aime, * Je donnerais ma vie pour toi! V/. Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas. * Je donnerais.
Lectio III Lecture III
Deínde post annos quattuórdecim íterum ascéndi Hierosólymam cum Bárnaba, assúmpto et Tito; ascéndi autem secúndum revelatiónem; et cóntuli cum illis evangélium, quod prdico in géntibus, seórsum autem his, qui observabántur, ne forte in vácuum cúrrerem aut cucurríssem. Sed neque Titus, qui mecum erat, cum esset Græcus, compúlsus est circumcídi. Sed propter subintrodúctos falsos fratres, qui subintroiérunt exploráre libertátem nostram, quam habémus in Christo Iesu, ut nos in servitútem redígerent; quibus neque ad horam céssimus subiciéntes nos, ut véritas evangélii permáneat apud vos. Ensuite, au bout de quatorze ans, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabé et Tite que je pris avec moi. J'y montai à la suite d'une révélation; et je leur exposai l'Évangile que je prêche parmi les païens - mais séparément aux notables, de peur de courir ou d'avoir couru pour rien. Eh bien! de Tite lui-même, mon compagnon qui était grec, on n'exigea pas qu'il se fît circoncire. Mais à cause des intrus, ces faux frères qui se sont glissés pour espionner la liberté que nous avons dans le Christ Jésus, afin de nous réduire en servitude, gens auxquels nous refusâmes de céder, fût-ce un moment, par déférence, afin de sauvegarder pour vous la vérité de l'Évangile.
R/. Tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam; et portæ ínferi non prævalébunt advérsus eam. * Et tibi dabo claves regni cælórum. V/. Quodcúmque ligáveris super terram erit ligátum et in cælis, et quodcúmque sólveris super terram erit solútum et in caelis. * Et tibi. R/. Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église; et les puissances de la mort ne l'emporteront pas sur elle. * Je te donnerai les clefs du royaume des cieux. V/. Tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. * Je te donnerai.
Lectio IV Lecture IV
Ab his autem, qui videbántur esse áliquid - quales aliquándo fúerint, nihil mea ínterest; Deus persónam hóminis non áccipit - mihi enim, qui observabántur, nihil contulérunt, sed e contra, cum vidíssent quod créditum est mihi evangélium præpútii, sicut Petro circumcisiónis - qui enim operátus est Petro in apostolátum circumcisiónis, operátus est et mihi inter gentes - et cum cognovíssent grátiam, quæ data est mihi, Iacóbus et Cephas et Ioánnes, qui videbántur colúmnæ esse, déxteras dedérunt mihi et Bárnabæ communiónis, ut nos in gentes, ipsi autem in circumcisiónem; tantum ut páuperum mémores essémus, quod étiam sollícitus fui hoc ipsum fácere. Et de la part de ceux qu'on tenait pour des notables - peu m'importe ce qu'alors ils pouvaient être; Dieu ne fait point acception des personnes -, à mon Évangile, en tout cas, les notables n'ont rien ajouté. Au contraire, voyant que l'évangélisation des incirconcis m'était confiée comme à Pierre celle des circoncis - car Celui qui avait agi en Pierre pour faire de lui un apôtre des circoncis, avait pareillement agi en moi en faveur des païens - et reconnaissant la grâce qui m'avait été départie, Jacques, Céphas et Jean, ces notables, ces colonnes, nous tendirent la main, à moi et à Barnabé, en signe de communion: nous irions, nous aux païens, eux à la Circoncision; nous devions seulement songer aux pauvres, ce que précisément j'ai eu à cœur de faire.
R/. Dómine, si tu es, iube me veníre ad te super aquas. * Et exténdens manum apprehéndit eum et dixit Iesus: Módicæ fídei, quare dubitásti? V/. Cumque vidísset ventum válidum veniéntem, tímuit; et, cum cœpísset mergi, clamávit dicens: Dómine, salvum me fac! * Et exténdens. V/. Glória Patri. * Et exténdens. R/. Seigneur, si c'est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l'eau. * Jésus étendit la main, le saisit et dit: Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté? V/. Pierre, voyant se lever un vent puissant, fut pris de peur; et, comme il commençait à enfoncer, il cria: Seigneur, sauve-moi! * Jésus. V/. Gloire au Père. * Jésus.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Leónis Magni papæ (Sermo 69, 1. 3. 5-6: SC 200, 46-48. 50-52. 54-56) Sermon de saint Léon le Grand
Lectio I Lecture I
Omnium quidem sanctárum sollemnitátum, dilectíssimi, totus mundus est párticeps, et uníus fídei píetas éxigit ut quidquid pro salúte universórum gestum recólitur, commúnibus ubíque gáudiis celebrétur. Verúmtamen hodiérna festívitas, præter illam reveréntiam quam toto terrárum orbe proméruit, speciáli et própria nostræ urbis exsultatióne veneránda est, ut ubi præcipuórum apostolórum glorificátus est éxitus, ibi in die martýrii eórum sit lætítiæ principátus. Isti enim sunt viri per quos tibi Evangélium Christi, Roma, resplénduit; et quæ eras magístra erróris, facta est discípula veritátis. Isti sunt sancti patres tui veríque pastóres, qui te regnis cæléstibus inseréndam multo mélius multóque felícius condidérunt, quam illi quorum stúdio prima mœnium tuórum fundaménta locáta sunt. À toutes les saintes solennités, bien-aimés, le monde entier prend part et la piété née d'une foi unique demande que le souvenir de ce qui fut accompli pour le salut de tous soit partout célébré dans une allégresse commune à tous. Cependant la fête d'aujourd'hui n'a pas seulement mérité d'être honorée par la terre entière, elle doit en outre être vénérée par notre ville avec une joie particulière et personnelle, en sorte que, là où la mort des premiers parmi les Apôtres a été entourée de gloire, là aussi la joie soit la plus haute au jour de leur martyre. Ces hommes, en effet, sont ceux par qui l'Évangile du Christ a brillé pour toi, Rome; et toi qui étais maîtresse d'erreur, tu es devenue par eux disciple de la vérité! Ce sont eux tes saints pères et tes vrais pasteurs, qui, pour t'intégrer au royaume céleste, t'ont bien mieux et plus heureusement fondée que ceux par l'initiative de qui ont été posées les premières assises de tes murs.
R/. Qui operátus est Petro in apostolátum, operátus est et mihi inter gentes, * Et cognovérunt grátiam Dei, quæ data est mihi. V/. Grátia Dei in me vácua non fuit, sed grátia eius semper in me manet. * Et cognovérunt. R/. Celui dont l'action a transformé Pierre en apôtre, a aussi fait de moi un apôtre au milieu des païens: * Ils ont reconnu la grâce de Dieu, qui m'a été donnée. V/. La grâce de Dieu en moi n'a pas été stérile; au contraire, elle est toujours à l'œuvre en moi. * Ils ont reconnu.
Lectio II Lecture II
Nam cum duódecim apóstoli, accépta per Spíritum Sanctum ómnium locutióne linguárum, imbuéndum Evangélio mundum, distribútis sibi terrárum pártibus, suscepíssent, beatíssimus Petrus, princeps apostólici órdinis, ad arcem Románi destinátur impérii, ut lux veritátis quæ in ómnium géntium revelabátur salútem, efficácius se ab ipso cápite per totum mundi corpus effúnderet. Lorsqu'en effet les douze Apôtres, ayant reçu par l'action du Saint-Esprit la faculté de parler toutes les langues, eurent pris le monde en charge pour lui enseigner l'Évangile, après s'être distribué entre eux les diverses parties de la terre, saint Pierre, chef du corps apostolique, fut envoyé à la citadelle de l'empire romain: ainsi la lumière de la vérité, révélée pour le salut de tous les peuples, se répandrait plus efficacement, à partir de la tête elle-même, à travers le corps entier du monde.
R/. Scio cui crédidi, et certus sum * Quia potens est depósitum meum serváre in illum diem. V/. Repósita est mihi coróna iustítiæ, quam reddet mihi Dóminus, * Quia potens est. R/. Je sais bien à qui je me fie, et, j'en ai la conviction, * Il est assez puissant pour sauvegarder mon dépôt jusqu'au jour de sa venue. V/. Déjà m'est réservée la couronne de justice que me remettra le Seigneur: * Il est assez puissant.
Lectio III Lecture III
Augébant fidúciam tuam, beatíssime Petre apóstole, tot signa miraculórum, tot dona charísmatum, tot experiménta virtútum. Iam pópulos qui ex circumcisióne credíderant erudíeras, iam plúrimas gentes légibus evangélicæ prædicatiónis imbúeras, nec aut dúbius de provéntu óperis, aut de spátio tuæ ignárus ætátis, tropæum crucis Christi Románis árcibus inferébas, quo te divínis præordinatiónibus anteíbant et honor potestátis et glória passiónis. Il y avait aussi, pour accroître ta confiance, bienheureux apôtre Pierre, les signes de tant de miracles, le don de tant de charismes, l'expérimentation de tant d'œuvres merveilleuses! Déjà tu avais instruit les peuples venus de la circoncision; déjà tu avais enseigné les lois de la doctrine de l'Évangile à de nombreuses nations; et, sans douter de la fécondité de l'œuvre ni ignorer le temps qui te restait à vivre, tu apportais le trophée de la croix du Christ en ces hauts lieux de Rome où t'attendaient, par une divine prédestination, et l'honneur de l'autorité et la gloire du martyre.
R/. Bonum certámen certávi, cursum consummávi, fidem servávi; * Ideóque repósita est mihi coróna iustítiæ. V/. Scio cui crédidi, et certus sum quia potens est depósitum meum serváre in illum diem. * Ideóque. R/. J'ai combattu le beau combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi; * C'est pourquoi m'est réservée la couronne de justice. V/. Je sais bien à qui je me fie, et, j'en ai la conviction, il est assez puissant pour sauvegarder mon dépôt jusqu'au jour de sa venue. * C'est pourquoi.
Lectio IV Lecture IV
Ad quam beátus coapóstolus tuus, vas electiónis, et speciális magíster géntium, Paulus occúrrens, eo tibi consociátus est témpore, quo iam omnis innocéntia, omnis pudor, omnísque libértas, sub Nerónis laborábat império. Cuius furor per ómnium vitiórum inflammátus excéssum, in hunc eum usque torréntem suæ præcipitávit insániæ, ut primus nómini christiáno atrocitátem generális persecutiónis inférret, quasi per sanctórum neces grátia Dei posset extíngui. Nec nullo crudelitátis génere déstrui potest sacraménto crucis Christi fundáta relígio. Non minúitur persecutiónibus Ecclésia, sed augétur. En cette même ville arrivait le bienheureux Paul, apôtre avec toi, vase d'élection et docteur spécial des païens, pour t'être associé dans le temps même où déjà toute innocence, toute pudeur, toute liberté étaient opprimées sous le pouvoir de Néron. La fureur de celui-ci, allumée par l'excès de tous les vices, le précipita dans un torrent de folie, au point qu'il fut le premier à décréter contre le nom chrétien une persécution générale et atroce, comme si la grâce de Dieu pouvait être éteinte par le massacre des saints: aucune espèce de cruauté ne peut détruire la religion fondée par le mystère de la croix du Christ. Et l'Église n'est pas amoindrie, mais agrandie par les persécutions.
R/. Grátia Dei sum id quod sum, * Et grátia eius in me vácua non fuit, sed semper in me manet. V/. Qui operátus est Petro in apostolátum, operátus est et mihi inter gentes. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu: * Et sa grâce, en moi, n'a pas été stérile, au contraire, elle est toujours à l'œuvre en moi. V/. Celui dont l'action a transformé Pierre en apôtre, a aussi fait de moi un apôtre au milieu des païens. * Et sa grâce. V/. Gloire au Père. * Et sa grâce.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
In illo témpore: Venit Iesus in partes Cæsaréæ Philíppi et interrogábat discípulos suos. Et réliqua. Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il interrogeait ses disciples. Et la suite.
Ex Commentário sancti Hierónymi Presbýteri in Matthæum (Lib. 3: SC 259, 14-16) Commentaire de saint Jérôme sur l'Évangile de Matthieu
Lectio I Lecture I
Iesus testimónio de se apóstoli reddit vicem. Petrus díxerat: Tu es Christus, Fílius Dei vivi, mercédem recépit vera conféssio: Beátus es Simon Bar Iona. Quare? Quia non revelávit tibi caro et sanguis, sed revelávit Pater. Quod caro et sanguis reveláre non pótuit, Spíritus Sancti grátia revelátum est. Ergo ex confessióne sortítur vocábulum quod revelatiónem ex Spíritu Sancto hábeat, cuius et fílius appellándus sit. Síquidem Bar Iona in lingua nostra sonat fílius colúmbæ. Jésus paie de retour le témoignage que l'Apôtre lui a rendu. Pierre avait dit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, sa profession de foi sincère reçoit sa récompense: Heureux es-tu Simon Bar Iona. Pourquoi? Parce que ce n'est ni la chair ni le sang qui te l'ont révélé, mais mon Père. Ce que n'auraient pu te révéler la chair et le sang, la grâce de l'Esprit-Saint l'a révélé. Donc sa profession de foi lui vaut un nom qui indique qu'il reçoit sa révélation du Saint-Esprit, dont il doit aussi être appelé le fils. De fait, Bar Iona signifie dans notre langue: "le fils de la colombe".
R/. Qui regni claves et curam trádidit ovílis; * Qui cæli terræque Petro commísit habénas, ut reséret clausis et solvat vincla ligátis. V/. Ipse tua, Petre, iussit víncula solvi, qui te mundános constítuit sólvere nexus. * Qui. R/. Celui qui t'a donné, ô Pierre, les clefs du royaume et t'a confié le soin des brebis, * Qui t'a remis les rênes pour diriger les affaires du ciel et de la terre, afin que tu ouvres aux prisonniers et brises les liens des enchaînés. V/. Celui-là même, ô Pierre, ordonne que tes liens soient brisés, lui qui t'a mis en place pour briser les entraves de ce monde, * Qui t'a remis.
Lectio II Lecture II
Illud quoque quod ait: Quia caro et sanguis non revelávit tibi, apostólicæ narratióni cómpara in qua ait: Contínuo non acquiévi carni et sánguini, carnem ibi et sánguinem Iudæos signíficans, ut hic quoque sub álio sensu demonstrétur quod ei non per doctrínam Pharisæórum sed per Dei grátiam Christus Dei Fílius revelátus sit. Quant à ces paroles: Parce que ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont révélé, compare-les au récit de l'Apôtre où il dit: Aussitôt je n'ai pas pris conseil de la chair et du sang. La chair et le sang, par là, il désigne ici les Juifs. Là encore, en d'autres termes, il est montré que ce n'est pas la doctrine des Pharisiens mais la grâce de Dieu qui lui a révélé le Christ Fils de Dieu.
R/. Constítues eos príncipes super omnem terram. Mémores erunt nóminis tui, Dómine, * In omni progénie et generatióne. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum, * In. R/. Sur toute l'étendue de la terre, tu feras d'eux des princes. Ils feront vivre ton nom, Seigneur, * Parmi toutes les nations, à travers tous les âges. V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde, * Parmi.
Lectio III Lecture III
Et ego dico tibi. Quid est quod ait: Et ego dico tibi? Quia tu mihi dixísti: Tu es Christus, Fílius Dei vivi, et ego dico tibi, non sermóne casso et nullum habénte opus, sed dico tibi, quia meum dixísse fecísse est. Quia tu es Petrus et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam. Sicut ipse lumen apóstolis donávit ut lumen mundi appellaréntur, et cétera quæ ex Dómino sortíti vocábula sunt, ita et Simóni qui credébat in petram Christum Petri largítus est nomen, ac secúndum metáphoram petræ recte dícitur ei: Ædificábo Ecclésiam meam super te. Et moi je te dis. Pourquoi dit-il: Et moi je te dis? Parce que toi, tu m'as dit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, moi je te dis également, et ce n'est pas une parole vaine et sans effet, mais je te le dis, car, pour moi, avoir dit, c'est avoir fait. Que tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église. Aux apôtres, il a donné lui-même la lumière pour qu'ils fussent appelés la lumière du monde ainsi que les autres noms qu'ils ont reçus du Seigneur, de même à Simon qui croyait en la pierre qu'est le Christ, il a accordé le nom de Pierre et, poursuivant sa métaphore de la pierre, il lui dit à bon droit: Sur toi je bâtirai mon Église.
R/. Isti sunt duæ olívæ, candelábra lucéntia, ante Dóminum; habent potestátem cláudere cælum núbibus et aperíre portas eius, * Quia linguæ eórum claves cæli factæ sunt. V/. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Quia. R/. Ils sont les deux oliviers, les candélabres lumineux, en présence du Seigneur; ils ont le pouvoir de fermer l'accès du ciel aux nuages, comme celui d'en ouvrir l'accès, d'en ouvrir les portes: * Leurs paroles, en effet, sont devenues les clefs du ciel. V/. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. * Leurs paroles.
Lectio IV Lecture IV
Et portæ ínferi non prævalébunt advérsus eam. Ego portas ínferi vítia reor atque peccáta vel certe hereticórum doctrínas per quas illécti hómines ducúntur ad tártarum. Nemo ítaque putet de morte dici, quod apóstoli conditióni mortis subiécti non fúerint, quorum martýria vídeat coruscáre. Et les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle. Par l'expression: portes de l'enfer, moi je comprends les vices et les péchés, ou du moins les doctrines hérétiques qui séduisent les hommes et les conduisent en enfer. Que personne donc ne croie qu'il est question de la mort, et que les Apôtres ne devaient pas être soumis à la loi de la mort, eux dont on voit resplendir le martyre.
R/. Hódie Romæ duo príncipes et exaltáti sunt: * Petrus cruce suspénsus est, Paulus vero cápite truncátus est; unde per totum mundum cathólica exsúltat Ecclésia. V/. Isti sunt duæ olívæ, et duo candelábra Petri et Pauli lucéntia, ante Dóminum. * Petrus. V/. Glória Patri. * Petrus. R/. Aujourd'hui, les deux princes de Rome sont ensemble glorifiés: * Pierre est suspendu au gibet de la croix; Paul, quant à lui, a la tête tranchée. De là cette exultation, à travers le monde entier, de la catholique Église. V/. Ils sont les deux oliviers, les deux candélabres lumineux, Pierre et Paul, en présence du Seigneur. * Pierre. V/. Gloire au Père. * Pierre.