Vigiles (OSB) du jeudi 11 juillet 2019 - S. Benedicti, abbatis, patroni Europae

Hebdomada XIV per annum XIVème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
S. Benedicti, abbatis, patroni Europae S. Benedicti, abbatis, patroni Europae
Festum Fête
In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De Libro Sirácidæ Du livre de Ben Sirac
Lectio I Lecture I
Diléctum a Deo et homínibus Móysen, cuius memória in benedictióne est. Símilem illum fecit in glória sanctórum et magnificávit eum in timóre inimicórum et in verbis suis signa accelerávit. Glorificávit illum in conspéctu regum et ius dedit illi ad pópulum suum et osténdit illi glóriam suam. Bien-aimé de Dieu et des hommes, Moïse, dont la mémoire est en bénédiction. Dieu lui accorda une gloire égale à celle des saints et le rendit puissant pour la terreur des ennemis. Par la parole de Moïse il fit cesser les prodiges, et il le glorifia en présence des rois; il lui donna des commandements pour son peuple et lui fit voir quelque chose de sa gloire.
R/. Fuit vir vitæ venerábilis, grátia Benedíctus et nómine, ab ipso puerítiæ suæ témpore, cor gerens seníle; * Ætátem quippe móribus tránsiens, nulli ánimum voluptáti dedit. V/. Recéssit ígitur sciénter néscius et sapiénter indóctus. * Ætátem. R/. Il y eut un homme de vie vénérable, Benoît par la grâce et par le nom. Dès sa première jeunesse, il porta les jugements d'un ancien. * Au-dessus de son âge par sa manière de vivre, il ne s'adonna pas à la volupté. V/. Il se retira donc, savamment ignorant, et sagement inculte. * Au-dessus.
Lectio II Lecture II
In fide et lenitáte ipsíus sanctum fecit illum et elégit eum ex omni carne. Audítam fecit illi vocem suam et indúxit illum in nubem; et dedit illi coram præcépta et legem vitæ et disciplínæ, docére Iacob testaméntum suum et iudícia sua Israel. Dans la fidélité et la douceur il le sanctifia, il le choisit parmi tous les vivants; il lui fit entendre sa voix et l'introduisit dans les ténèbres; il lui donna face à face les commandements, une loi de vie et d'intelligence, pour enseigner à Jacob ses prescriptions et ses décrets à Israël.
R/. Sanctus Benedíctus plus appétiit mala mundi pérpeti quam laudes, atque pro Deo labóribus fatigári * Quam vitæ huius favóribus extólli. V/. Divína namque prævéntus grátia, magis ac magis ad supérna ánimo suspirábat. * Quam. R/. Le saint homme, Benoît, cherchait davantage à connaître les peines de ce monde que ses louanges, à se fatiguer de labeurs pour Dieu, * Qu'à se laisser exalter par les réussites de la vie. V/. Prévenu de la grâce divine, il aspirait de plus en plus, de toute son âme, aux choses d'en-haut, plutôt * Qu'à.
Lectio III Lecture III
In omni ópere suo dedit David confessiónem Sancto et Excélso in verbo glóriæ; de omni corde suo laudávit Dóminum et diléxit Deum qui fecit illum. Et stare fecit cantóres contra altáre et in sono eórum dulces fecit modos. Dedit in celebratiónibus decus et ornávit témpora usque ad consummatiónem anni, dum laudárent nomen sanctum Dómini, et ante mane resonáret sanctuárium. Dans toutes ses œuvres, David rendit hommage au Saint Très-Haut dans des paroles de gloire; de tout son cœur il chanta, montrant son amour pour son Créateur. Il établit devant l'autel des chantres, pour émettre les chants les plus doux; il donna aux fêtes la splendeur, un éclat parfait aux solennités, faisant louer le saint nom du Seigneur, faisant retentir le sanctuaire dès le matin.
R/. Beátus Benedíctus, dum in hac terra esset, quo temporáliter líbere uti potuísset, * Iam quasi áridum mundum cum flore despéxit. V/. Relícta domo rebúsque patris, soli Deo placére desíderans, sanctæ conversatiónis hábitum quæsívit. * Iam. R/. Le bienheureux Benoît, alors qu'il aurait pu, sur cette terre, profiter librement des biens temporels, * Méprisa dès l'abord, comme il l'eût fait d'un lieu aride, le monde et sa fleur. V/. Ayant quitté la demeure et les affaires de son père, animé du désir de plaire à Dieu seul, il chercha le moyen de revêtir l'habit de la sainte vie monastique, et * Méprisa.
Lectio IV Lecture IV
Et surréxit Elías prophéta quasi ignis, et verbum ipsíus quasi fácula ardébat. Qui suscitásti mórtuum de sorte mortis ab ínferis in verbo Dómini. Qui deiecísti reges ad perníciem et gloriósos de lecto suo et confregísti fácile poténtiam ipsórum; qui audis in Sínai indícium et in Horeb iudícia vindíctæ. Qui scriptus es parátus in témpora leníre iracúndiam Dómini ante furórem, convértere cor patris ad fílium et restitúere tribus Iacob. Alors le prophète Élie se leva comme un feu, sa parole brûlait comme une torche. Toi qui as arraché un homme à la mort et au shéol, par la parole du Très-Haut. Toi qui as mené des rois à la ruine, précipité des hommes glorieux de leur couche, qui entendis au Sinaï un reproche, à l'Horeb des décrets de vengeance, toi qui fus désigné dans des menaces futures pour apaiser la colère avant qu'elle n'éclate, pour ramener le cœur des pères vers les fils et rétablir les tribus de Jacob.
R/. Núrsia província ortus, Romæ liberálibus litterárum stúdiis tráditus fúerat. * Sed cum in eis multos per abrúpta vitiórum ire cérneret, eum, quem quasi in ingréssum mundi posúerat, pedem retráxit. V/. Ne si de sciéntia eius aliquid attíngeret, ipse quoque póstmodum in immáne præcipítium totus iret. * Sed. V/. Glória Patri. * Sed. R/. Originaire de la province de Nursie, il avait été envoyé à Rome pour des études libérales dans le domaine des belles-lettres. * Mais s'apercevant que beaucoup, durant leurs études, sombraient dans l'abîme des vices, il retira le pied qu'il avait déjà posé sur le seuil du monde. V/. Redoutant, s'il en acquérait quelque connaissance, d'être, lui aussi, entraîné tout entier dans un terrible précipice. * Mais. V/. Gloire au Père. * Mais.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Libro sancti Gregórii Nysséni epíscopi De vita Móysis (PG 44, 406-407) Livre de saint Grégoire de Nysse sur la vie de Moïse
Lectio I Lecture I
Ecce, dixit Dóminus ad Móysen, locus apud me. Locum dicit, non superfície circumfúsum, nec quantitáte ulla descríptum: nec enim est in imménso mensúra; sed ad infinítum atque interminábile loci nómine, qui circumscrípta mensúra terminátur, auditórem dedúxit. Hunc ergo sensum subosténdere mihi vidétur: "Quóniam tibi, Móyses, ad anterióra pergéndi semper ingens desidérium est, nec ullo huius cursus labóre defatigáris, nec términum huius assequéndi boni constítuis, sed semper ínhias ad maióra, scias tantum esse apud me locum, ut numquam términum eius cursu aut volátu áliquo queas inveníre." Voici, dit le Seigneur à Moïse, un lieu auprès de moi. En parlant de lieu, il ne désigne pas un espace quantitativement déterminé, car on ne peut mesurer ce qui n'est pas d'ordre quantitatif, mais, par l'analogie d'une surface mesurable, il suggère au lecteur une réalité infinie et illimitée. Et voilà à peu près ce qu'il veut nous faire entendre: " Moïse, puisque tu es tendu d'un grand désir vers ce qui est en avant et que ta course ne connaît pas de lassitude, puisque d'autre part tu sais que le bien n'a pas de limite, mais que le désir est toujours tourné vers quelque chose de plus, sache qu'il y a près de moi un lieu si grand, qu'en le parcourant tu ne pourras jamais trouver un terme à ta course. "
R/. Erat vultu plácido, canis decorátus angelícis, tantáque circa eum cláritas excréverat, * Ut in terris pósitus in cæléstibus habitáret. V/. Vir autem Dómini Benedíctus ita Spíritu Sancto plenus fuit, * Ut. R/. Il avait un visage paisible, encadré d'une chevelure argentée, angélique. Le rayonnement qui se dégageait de sa personne laissait comprendre * Que, tout en vivant sur la terre, il habitait le monde des réalités célestes. V/. Cet homme de Dieu, Benoît, fut tellement rempli de l'Esprit Saint * Que.
Lectio II Lecture II
Hic autem cursus atque volátus status quidem est ália ratióne. Sistam enim, inquit, te in lápide. Mirábile audítu, quómodo unum ac idem status et motus est: si quid ascéndit, non stat; si stat, non ascéndit; at hic ascéndit, quia stat. Et pourtant, cette course, à un autre point de vue, est stabilité. En effet: Je t'établirai sur le roc. C'est là, de toutes les choses, la plus paradoxale, que stabilité et mobilité soient la même chose. Car d'ordinaire, celui qui avance n'est pas arrêté et celui qui est arrêté n'avance pas. Ici il avance du fait même qu'il est arrêté.
R/. Vir enim Dómini, inter tot mirácula quibus in mundo cláruit, doctrínæ verbo non mediócriter fulsit. * Scripsit namque monachórum Régulam, discretióne præcípuam, sermóne luculéntam. V/. Cuius si quis velit subtílius vitam morésque cognóscere, in ipsa institutióne Régulæ potest inveníre. * Scripsit. R/. L'homme de Dieu, parmi tant de miracles qui le firent briller de par le monde, lança bien des éclairs de lumière par le verbe de sa doctrine. * Il écrivit, en effet, une Règle des moines, remarquable par son discernement et par la clarté de son expression. V/. Si l'on veut pénétrer avec plus de finesse le message de son existence ou de sa manière de vivre, on peut le découvrir dans l'institution même de cette Règle. * Il écrivit.
Lectio III Lecture III
Qui colles conántur scándere sabulósos, etsi proiéctis in longum pédibus magna transíre spátia videántur, semper tamen ad inferióra delápso sábulo deferúntur. Motus ígitur fit, progréssus autem nullus fit. At si quis, ut Psalmísta dicit, a fæce profúndi retráctos pedes in hoc posúerit lápide, - lapis autem Christus est, plenitúdo virtútum ómnium, - quanto fírmior ac immobílior, ut Paulus cónsulit, in bono fúerit, tanto velócius volat, hac stabilitáte quasi pennis elevátus. Cum ígitur locum apud se osténdit, ad perpétuum cursum exhortátur; cum statum in lápide datúrum se promíttit, modum divíni cursus illíus Móysi subáperit. Ceux qui font l'ascension d'un tertre sablonneux ont beau faire de grandes enjambées, c'est en vain qu'ils se donnent du mal, car le sable en s'éboulant les ramène toujours en bas: il y a du mouvement dépensé, mais aucun progrès de ce mouvement. Si quelqu'un au contraire, selon le mot du Psalmiste, a retiré ses pieds de la vase de la fosse et les a affermis sur le roc, - le Roc ici, c'est le Christ, la plénitude de la vertu, - sa course est d'autant plus rapide que, selon le conseil de Paul, il est plus ferme et plus inébranlable dans le bien; sa stabilité est pour lui comme une aile et, dans son voyage vers les hauteurs, son cœur est comme ailé par sa fixité dans le bien. Ainsi, en montrant le lieu à Moïse, Dieu l'encourage à toujours courir; et en lui promettant de l'établir sur le roc, il lui indique la façon de courir cette course divine.
R/. Cumque sanctus Benedíctus in cella consísteret, elevátis sursum óculis, vidit soróris suæ ánimam, de córpore eius egréssam, * In colúmbæ spécie cæli secréta penetráre. V/. Qui tantæ eius glóriæ congáudens, omnipoténti Deo grátias réferens, eius óbitum frátribus denuntiávit. * In colúmbæ spécie. R/. Alors que le saint homme, Benoît, se tenait dans sa cellule, il leva les yeux vers les hauteurs et vit l'âme de sa sœur, ayant rompu ses liens avec le corps, * Pénétrer, sous forme de colombe, les secrètes profondeurs du ciel. V/. Se réjouissant avec elle d'une telle gloire, il rendit grâce à Dieu tout-puissant, et fit part aux frères de sa mort, et qu'il l'avait vue * Pénétrer.
Lectio IV Lecture IV
Una et éadem res lápidis capácitas et régio vivéntium. Nam quóniam Christus lapis est, ut Paulo placet, omnem autem bonórum spem in Christo fírmiter esse crédimus, in quo omnes thesáuros bonórum esse cognóvimus: qui bonum áliquod adéptus est, is in Christo est, qui omne bonum cóntinet. Quant à l'espace qui est dans le rocher, c'est la même réalité que la terre des vivants. Car, puisque le Christ, selon l'apôtre Paul, est signifié par le " Rocher ", et puisque nous croyons que l'espérance de tous les biens est dans le Christ- lui en qui se trouvent tous les trésors des biens, comme nous le savons - celui qui est en quelque bien est donc forcément dans le Christ, lui qui contient tout bien.
R/. Intempéstæ noctis hora, vir Dei instans vigíliis assíduæ oratiónis, velut sub uno solis rádio, * Omnem mundum colléctum conspéxit. V/. Vidénti enim Creatórem, angústa est omnis creatúra. * Omnem mundum. V/. Glória Patri.* Omnem mundum. R/. Au cœur de la nuit, alors que l'homme de Dieu s'appliquait aux Vigiles dans une prière assidue, * Il contempla le monde entier, comme ramassé dans un seul rayon de soleil. V/. À celui qui voit le Créateur, la création tout entière paraît exiguë; * Il contempla. V/. Gloire au Père. * Il contempla.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
In illo témpore: Facta est conténtio inter discípulos, quis eórum viderétur esse maior. Et réliqua. Pendant le repas de la Pâque, les disciples en arrivèrent à se quereller: lequel d'entre eux, à leur avis, était le plus grand? Et la suite.
Ex Homilíis sancti Bedæ Venerábilis presbýteri(Hom. 60: PL 94, 423) Homélie de saint Bède le Vénérable
Lectio I Lecture I
Sicut bonis esse moris solet, in Scriptúris semper exémpla Patrum præcedéntium, quibus ad melióra profíciant, quibus ágnitis de suis áctibus humiliéntur, inquírere, sic e contrário réprobi, si quid forte in eléctis reprehensíbile repériunt, quasi suas ex eo nequítias obtectúri, aut pro iusto defensúri, libentíssime solent amplécti. De même qu'il est habituel aux bons de rechercher toujours dans l'Écriture les exemples des anciens Pères, qui les fassent progresser vers le mieux, ou les conduisent, une fois connus, à s'humilier de leurs propres actes; de même, à l'inverse, les mauvais, s'ils repèrent quelque chose de répréhensible chez les élus, ont coutume de s'en emparer très volontiers, comme pour couvrir par là leurs propres méfaits ou les prétendre justes.
R/. Pretiósus conféssor Dómini Benedíctus recto oriéntis trámite cum magno splendóris decóre in cælum ferebátur, assisténsque vir clarus ait duóbus frátribus: * Hac via diléctus Dómini cælum Benedíctus ascéndit. V/. Lampádibus callem innúmeris vidére corúscum, pállia virtútum quem stravérunt variárum, et super assístens vir clarus dixit ad illos: * Hac via. R/. Benoît, ce merveilleux témoin du Christ, était porté au ciel par un chemin tracé droit du côté de l'orient au milieu d'un déploiement de magnificence et de beauté. Un homme resplendissant, qui se tenait là, dit à deux moines: * C'est le chemin emprunté par Benoît, le bien-aimé de Dieu, pour monter au ciel. V/. Ils virent un étroit sentier, étincelant d'innombrables lumières, jonché de tissus aux valeurs nuancées. Un homme resplendissant, qui s'y tenait, leur dit: * C'est.
Lectio II Lecture II
Ideóque multo ardéntius legunt quod facta est conténtio inter discípulos Christi, quis eórum viderétur esse maior, quam quod multitúdinis credéntium erat cor unum et ánima una. Multo récolunt tenácius quod facta est dissénsio inter Bárnabam et Paulum, ita ut discéderent ab ínvicem, quam quod idem Paulus ait: Cum enim sit inter vos zelus et conténtio, nonne carnáles estis? Nonne hómines estis? quasi nobis infírmitas sanctórum imitánda proponátur, et non illud pótius quia convaluérunt de infirmitáte, fortes facti sunt in bello, hoc máxime in loco, ubi et ipsa contentiónis eórum causa est nobis incógnita. Voilà pourquoi ils mettent beaucoup plus de zèle à lire que s'éleva une controverse parmi les disciples du Christ pour savoir lequel d'entre eux, à leur avis, était le plus grand, qu'à lire que la multitude des croyants n'avait qu'un seul cœur et qu'une seule âme. Ils gardent une mémoire beaucoup plus vive du fait qu'il y eut un désaccord entre Paul et Barnabé au point qu'ils durent se séparer, que de cette parole du même Paul: Lorsque s'élèvent entre vous des disputes et des dissensions, n'avez-vous pas alors une conduite toute humaine, toute charnelle? Comme si c'étaient les faiblesses des saints qu'on nous offrait en exemple, et non pas plutôt le fait qu'ils ont retrouvé leurs forces après leurs faiblesses, et montré du courage à la guerre; et cela vaut particulièrement lors de cette controverse, dont la cause réelle nous est inconnue.
R/. O beáti viri Benedícti sancta præcónia, o inæstimábilis diléctio caritátis, * Qui, dum sæculi pompam contémpsit, ætérnæ vitæ coniúnctus est! V/. Cui vívere Christus fuit et mori lucrum. * Qui. R/. Ô sainteté du message de Benoît le bienheureux, ô dilection, fruit d'une incomparable charité! * Pendant qu'il méprisait le faste du monde, il épousait la vie éternelle! V/. Pour lui, vivre c'était le Christ, et mourir était un avantage. * Pendant.
Lectio III Lecture III
Neque enim credíbile est quia iuxta hoc quod álibi præcípitur: Conténdite intráre per angústam portam, honóre se ínvicem præveniéndo certárint. Verum quálibet ex causa contendérint, nos pótius, non carnáles adhuc discípuli quid gésserint, sed spiritális Magíster quid iússerit, videámus. Dixit autem eis: Reges géntium dominántur eórum. Vos autem non sic, sed qui maior est in vobis fiat sicut iúnior, et qui præcéssor est, sicut ministrátor. Il est peu probable, en effet, que, selon le précepte donné ailleurs: Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, les disciples se soient querellés en vue de se prévenir d'honneur les uns les autres. Mais en réalité, quelle qu'ait été la raison de leur dissentiment, recherchons plutôt non pas quelle fut la conduite de disciples encore charnels, mais quel fut le précepte donné par le Maître spirituel. Car il leur a dit: Les rois des nations païennes leur commandent en maîtres. Pour vous, rien de tel! Au contraire, le plus grand d'entre vous doit prendre la place du plus jeune, et celui qui commande, la place de celui qui sert.
R/. O laudánda sancti Benedícti mérita gloriósa, qui, dum pro Christo pátriam mundíque sprevit pompam, adéptus est ómnium contubérnium beatórum * Et párticeps factus præmiórum æternórum. V/. Inter choros confessórum spléndidum póssidet locum, et ipsum fontem ómnium intuétur bonórum. * Et párticeps. R/. Qu'ils sont dignes de louange les glorieux mérites du saint homme Benoît: ayant renoncé pour le Christ à son pays, comme aux fastes du monde, il est admis en compagnie de tous les bienheureux; * Il est rendu participant des biens éternels promis en récompense. V/. Parmi les chœurs des saints confesseurs de la foi, il a une place magnifique: il contemple celui qui est lui-même la source de tous les biens. * Il est rendu participant.
Lectio IV Lecture IV
Certántibus de priorátu discípulis, pius Magíster eos non ínitæ contentiónis árguit, sed formam quam sequántur humilitátis modésta ratióne descríbit. In qua tamen forma obtinénda maióres et præcessóres, id est doctóres Ecclésiæ, non mínima discretióne opus habent, ne, vidélicet, regum géntium instar, dominári subiéctis, seque ab eis gáudeant supervácuis láudibus attólli, sed, ad exémplum Regis ætérni, quasi iunióres eis quibus regéndis præsunt efficiántur ac minístri. Alors que les disciples se querellent à propos de la première place, le bon Maître ne les reprend pas au sujet de la discussion qu'ils ont entamée, mais avec modération et douceur, il leur décrit un modèle d'humilité à suivre. Et s'ils veulent atteindre ce modèle, les grands et ceux qui sont en tête, c'est-à-dire les docteurs de l'Eglise, de quel discernement n'ont-ils pas besoin pour éviter de commander en maîtres à ceux qui leur sont soumis, suivant l'exemple des rois des nations païennes, ou de se réjouir d'être par leurs disciples glorifiés de vains éloges, et pour, au contraire, à l'exemple du roi éternel, se comporter à l'égard de ceux qu'ils conduisent comme s'ils étaient les plus jeunes et comme des serviteurs.
R/. Sanctíssime conféssor Christi Benedícte, monachórum pater et dux, * Intercéde pro nostra omníumque salúte. V/. Devótæ plébi súbveni sancta intercessióne, ut tuis adiúta précibus regna cæléstia consequátur. * Intercéde. V/. Glória Patri. * Intercéde. R/. Benoît, saint et vénérable témoin du Christ, guide et père des moines, * Intercède pour notre salut, et pour le salut de tous les hommes. V/. Soutiens de ta puissante intercession le peuple des consacrés, afin que, grâce à tes prières, ils parviennent au royaume des cieux. * Intercède. V/. Gloire au Père. * Intercède.