Vigiles (OSB) du mardi 23 juillet 2019 - Ste Brigitte, religieuse et patronne de l'Europe

Hebdomada XVI per annum XVIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
S. Birgittae, religiosae, patronae Europae Ste Brigitte, religieuse et patronne de l'Europe
Festum Fête
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro secúndo Samuélis Du second livre de Samuel
Dixit rex David ad Ioab et ad príncipes exércitus sui qui erant cum eo: "Perámbula omnes tribus Israel a Dan usque Bersábee, et numeráte pópulum, ut sciam númerum eius." Dixítque Ioab regi: "Adáugeat Dóminus Deus tuus ad pópulum, quantus nunc est, céntuplum in conspéctu dómini mei regis! Sed quid sibi dóminus meus rex vult in re huiuscémodi?" Præváluit autem sermo regis contra Ioab et príncipes exércitus; egressúsque est Ioab et príncipes mílitum a fácie regis, ut numerárent pópulum Israel. Le roi David dit à Joab et aux chefs de l'armée qui étaient avec lui: " Parcourez donc toutes les tribus d'Israël, de Dan à Bersabée, et faites le recensement du peuple afin que je sache le chiffre de la population. " Joab répondit au roi: " Que le Seigneur ton Dieu accroisse le peuple de cent fois autant, pendant que Monseigneur le roi peut le voir de ses yeux, mais pourquoi Monseigneur le roi aurait-il ce désir? " Cependant l'ordre du roi s'imposa à Joab et aux chefs de l'armée, et Joab et les chefs de l'armée quittèrent la présence du roi pour recenser le peuple d'Israël.
Percússit autem cor David eum, postquam numerátus est pópulus, et dixit David ad Dóminum: "Peccávi valde in hoc facto; nunc vero precor, Dómine, ut tránsferas iniquitátem servi tui, quia stulte egi nimis." Surréxit ítaque David mane, et sermo Dómini factus est ad Gad prophéten, vidéntem David, dicens: "Vade et lóquere ad David: Hæc dicit Dóminus: Trium tibi datur óptio; élige unum, quod volúeris, ex his, ut fáciam tibi." Cumque venísset Gad ad David, nuntiávit ei dicens: "Aut tribus annis véniet tibi fames in terra tua, aut tribus ménsibus fúgies adversários tuos, et illi te persequéntur, aut certe tribus diébus erit pestiléntia in terra tua. Nunc ergo delíbera et vide quem respóndeam ei qui me misit sermónem." Dixit autem David ad Gad: "Artor nimis; sed mélius est ut incidámus in manu Dómini - multæ enim misericórdiæ eius sunt - quam in manu hóminum!" Et elégit sibi David pestiléntiam; et erant dies messis trítici. Immisítque Dóminus pestiléntiam in Israel de mane usque ad tempus constitútum, et mórtui sunt ex pópulo a Dan usque Bersábee septuagínta mília virórum. Après cela le cœur de David lui battit d'avoir recensé le peuple et David dit au Seigneur: " C'est un grand péché que j'ai commis! Maintenant, Seigneur, veuille pardonner cette faute à ton serviteur, car j'ai commis une grande folie. " Quand David se leva le lendemain matin - cette parole du Seigneur avait été adressée au prophète Gad, le voyant de David: " Va dire à David: Ainsi parle le Seigneur. Je te propose trois choses, choisis-en une et je l'exécuterai pour toi. " - Donc Gad se rendit chez David et lui notifia ceci: " Faut-il que t'adviennent trois années de famine dans ton pays, ou que tu fuies pendant trois mois devant ton ennemi qui te poursuivra, ou qu'il y ait pendant trois jours la peste dans ton pays? Maintenant réfléchis et vois ce que je dois répondre à celui qui m'envoie! " David dit à Gad: " Je suis dans une grande anxiété... Ah! tombons entre les mains du Seigneur car sa miséricorde est grande, mais que je ne tombe pas entre les mains des hommes! " David choisit donc la peste. C'était le temps de la moisson des blés. Le Seigneur envoya la peste en Israël depuis le matin jusqu'au temps fixé, le fléau frappa le peuple et soixante-dix mille hommes du peuple moururent depuis Dan jusqu'à Bersabée.
Dixít David ad Dóminum, cum vidísset ángelum cædéntem pópulum: "Ego sum qui peccávi, ego iníque egi; isti, qui oves sunt, quid fecérunt? Vertátur, óbsecro, manus tua contra me et contra domum patris mei." Venit Gad ad David in die illa et dixit ei: "Ascénde, constítue Dómino áltare in área Aréuna Iebusæi." Emit ergo David áream et boves argénti siclis quinquagínta. Et ædificávit ibi David altáre Dómino et óbtulit holocáusta et pacífica. Et repropitiátus est Dóminus terræ, et cohíbita est plaga ab Israel. Quand David vit l'ange qui frappait le peuple, il dit au Seigneur: " C'est moi qui ai péché, c'est moi qui ai commis le mal, mais ceux-là, c'est le troupeau, qu'ont-ils fait? Que ta main s'appesantisse donc sur moi et sur ma famille! " Ce jour-là, Gad se rendit auprès de David et lui dit: " Monte et élève un autel au Seigneur sur l'aire d'Arauna le Jébuséen. " Et David acheta l'aire et les bœufs pour de l'argent, cinquante sicles. David construisit là un autel au Seigneur et il offrit des holocaustes et des sacrifices de communion. Alors le Seigneur eut pitié du pays et le fléau s'écarta d'Israël.
R/. Recordáre, Dómine, testaménti tui, et dic ángelo percutiénti: Cesset iam manus tua, * Ut non desolétur terra, et ne perdas omnem ánimam vivam. V/. Quiéscat, Dómine, ira tua a pópulo tuo et a civitáte sancta tua, * Ut non. V/. Glória Patri. * Ut non. R/. Souviens-toi, Seigneur, de ton alliance, dis à l'ange qui frappe le peuple: Assez! Maintenant, retiens ta main! * Afin que la terre ne soit pas dévastée, que ne périsse pas toute créature vivante! V/. Seigneur, que s'apaise ta colère à l'égard de ton peuple et de ta ville sainte, * Afin que. V/. Gloire au Père. * Afin que.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Libro sancti Ambrósii epíscopi De apológia David (Nn. 37-38: SC 239, 118-120) Livre de saint Ambroise sur l'apologie de David
Quam præclárum quod tribus Davídi oblátis conditiónibus, quam vellet elígeret, quando numeráto pópulo contráxit offénsam: cum propósitum esset utrum triénnio famem super terram fíeri vellet aut tribus ménsibus fúgeret a fácie inimicórum suórum persequéntium se aut tríduo mortem fíeri in terra, tértium elégit, quod Dómini mallet se quam hóminum commíttere potestáti; Dóminus enim cito miserátus ignósceret. Qu'il est magnifique ce passage de la vie de David où il reçut l'ordre de choisir la condition qu'il voudrait parmi les trois qui lui étaient imposées, après qu'il eut commis une faute en dénombrant son peuple! Comme il lui avait été proposé, ou bien, qu'il voulût qu'il y ait pendant trois ans une famine dans le pays, ou bien qu'il eût à fuir pendant trois mois devant ses ennemis lancés à sa poursuite, ou bien qu'il y ait pendant trois jours la mort dans le pays, David choisit la troisième proposition, car il aimait mieux se remettre à la puissance du Seigneur qu'à celle des hommes. Le Seigneur, en effet, aurait vite pitié et pardonnerait.
Itaque sic ait: Angústiæ mihi sunt valde in his tribus, sed magis íncidam in manum Dómini, quóniam magna est misericórdia illíus valde, quam in manus hóminum íncidam. Hac humilitáte, prudéntia, mansuetúdine fecit, ut verbis Scriptúræ utar, habére Dóminum commotiónis própriæ pæniténtiam. Dénique sic scriptum est quia pæniténtiam hábuit Dóminus super malítiam. C'est pourquoi il prononça ces paroles: Je suis dans une grande anxiété à cause de ces trois propositions; mais plutôt tomber entre les mains du Seigneur, car grande est sa miséricorde, que de tomber entre les mains des hommes. Cette humilité, cette sagesse, cette douceur furent cause, pour user des termes de l'Écriture, que le Seigneur se repentit de sa propre colère. Car il est écrit ensuite: Le Seigneur s'est repenti de ce mal.
Quam vero étiam illud admirábile, quod ángelo feriénti plebem se óbtulit dicens: Grex iste quid fecit? Fiat manus tua in me et in domum patris mei. Quo facto statim dignus sacrifício iudicátus est, qui absolutióne æstimabátur indígnus. Nec mirum si tali sua oblatióne pro pópulo peccáti sui adéptus est véniam, cum Móyses offeréndo se Dómino pro plebis erróre étiam plebis peccáta deléverit. Et comme il est admirable, ce trait encore: à l'ange qui frappait le peuple, David se présenta et dit: Ce troupeau, qu'a-t-il fait? Que ta main s'appesantisse sur moi et sur la maison de mon père. Par cette attitude, il fut sur-le-champ jugé digne d'offrir un sacrifice, l'homme qui était regardé comme indigne d'absolution. Il n'est d'ailleurs pas étonnant qu'en s'offrant ainsi pour son peuple David ait obtenu le pardon de son péché, puisque Moïse en s'offrant au Seigneur pour racheter la faute du peuple, effaça lui aussi les péchés du peuple.
R/. Dixit autem David ad Gad: Artor nimis; sed mélius est mihi ut íncidam in manus Dómini * - Multæ enim misericórdiæ eius sunt - quam in manus hóminum. V/. Cumque extendísset ángelus manum super Ierúsalem ut disperdéret eam, misértus est Dóminus super David. * Multæ enim. V/. Glória Patri. * Multæ enim. R/. David répondit à Gad: J'éprouve une grande angoisse; plutôt que de tomber aux mains des hommes, mieux vaut pour moi tomber entre les mains du Seigneur: * Ses miséricordes sont inépuisables! V/. Tandis que l'ange étendait la main sur Jérusalem pour la détruire, le Seigneur fut ému de pitié envers David. * Ses miséricordes. V/. Gloire au Père. * Ses miséricordes.