Vigiles (OSB) du jeudi 25 juillet 2019 - St Jacques, apôtre

Hebdomada XVI per annum XVIème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
S. Iacobi, apostoli St Jacques, apôtre
Festum Fête
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Corínthios 4, 1-16 De la première lettre de saint Paul aux Corinthiens
Lectio I Lecture I
Sic nos exístimet homo ut minístros Christi et dispensatóres mysteriórum Dei. Hic iam quæritur inter dispensatóres, ut fidélis quis inveniátur. Mihi autem pro mínimo est ut a vobis iúdicer aut ab humáno die. Sed neque meípsum iúdico; nihil enim mihi cónscius sum, sed non in hoc iustificátus sum. Qui autem iúdicat me, Dóminus est! Itaque nolíte ante tempus quidquam iudicáre, quoadúsque véniat Dóminus, qui et illuminábit abscóndita tenebrárum et manifestábit consília córdium; et tunc laus erit unicuíque a Deo. Qu'on nous regarde donc comme des serviteurs du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Or, ce qu'en fin de compte on demande à des intendants, c'est que chacun soit trouvé fidèle. Pour moi, il m'importe fort peu d'être jugé par vous ou par un tribunal humain. Bien plus, je ne me juge pas moi-même. Ma conscience, il est vrai, ne me reproche rien, mais je n'en suis pas justifié pour autant; mon juge, c'est le Seigneur. Ainsi donc, ne portez pas de jugement prématuré. Laissez venir le Seigneur; c'est lui qui éclairera les secrets des ténèbres et rendra manifestes les desseins des cœurs. Et alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui revient.
R/. Ecce ego mitto vos sicut oves in médio lupórum, dicit Dóminus; * Estóte ergo prudéntes sicut serpéntes et símplices sicut colúmbæ. V/. Dum lucem habétis, crédite in lucem, ut fílii lucis sitis, dicit Dóminus. * Estóte. R/. Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups, dit le Seigneur; * Soyez donc adroits comme les serpents, et candides comme les colombes. V/. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière: vous serez alors des hommes de lumière, dit le Seigneur. * Soyez donc.
Lectio II Lecture II
Hæc autem, fratres, transfigurávi in me et Apóllo propter vos, ut in nobis discátis illud: "Ne supra quæ scripta sunt", ne unus pro álio inflémini advérsus álterum. Quis enim te discérnit? Quid autem habes, quod non accepísti? Si autem accepísti, quid gloriáris, quasi non accéperis? En tout cela, frères, je me suis pris comme exemple avec Apollos à cause de vous, pour que vous appreniez, en nos personnes, la maxime: " Rien au-delà de ce qui est écrit ", afin que vous ne vous gonfliez pas d'orgueil en prenant le parti de l'un contre l'autre. Qui donc en effet te distingue? Qu'as-tu que tu n'aies reçu? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifier comme si tu ne l'avais pas reçu?
R/. Tóllite iugum meum super vos, dicit Dóminus, et díscite quia mitis sum et húmilis corde; * Iugum enim meum suáve est, et onus meum leve. V/. Et inveniétis réquiem animábus vestris. * Iugum. R/. Prenez sur vous mon joug, dit le Seigneur; apprenez que je suis doux et humble de cœur; * Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. V/. Et vous trouverez le repos véritable. * Oui.
Lectio III Lecture III
Iam saturáti estis, iam dívites facti estis. Sine nobis regnástis; et útinam regnarétis, ut et nos vobíscum regnarémus. Puto enim, Deus nos apóstolos novíssimos osténdit tamquam morti destinátos, quia spectáculum facti sumus mundo et ángelis et homínibus. Nos stulti propter Christum, vos autem prudéntes in Christo; nos infírmi, vos autem fortes; vos gloriósi, nos autem ignóbiles. Usque in hanc horam et esurímus et sitímus et nudi sumus et cólaphis cædimur et instábiles sumus et laborámus operántes mánibus nostris; maledícti benedícimus, persecutiónem passi sustinémus, blasphemáti obsecrámus; tamquam purgaménta mundi facti sumus, ómnium peripséma, usque adhuc. Déjà, vous êtes rassasiés! déjà vous vous êtes enrichis! sans nous, vous êtes devenus rois! Ah! que ne l'êtes-vous donc, rois, pour que nous partagions, nous aussi, votre royauté! Car Dieu, ce me semble, nous a, nous les apôtres, exhibés au dernier rang, comme des condamnés à mort; oui, nous avons été livrés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. Nous sommes fous, nous, à cause du Christ, mais vous, vous êtes prudents dans le Christ; nous sommes faibles, mais vous, vous êtes forts; vous êtes à l'honneur, mais nous dans le mépris. Jusqu'à l'heure présente, nous avons faim, nous avons soif, nous sommes nus, maltraités et errants; nous nous épuisons à travailler de nos mains. On nous insulte et nous bénissons; on nous persécute et nous l'endurons; on nous calomnie et nous consolons. Nous sommes devenus comme l'ordure du monde, jusqu'à présent l'universel rebut.
R/. Dum stetéritis ante reges et præsides, nolíte cogitáre quómodo aut quid loquámini; * Dábitur enim vobis in illa hora quid loquámini. V/. Non enim vos estis, qui loquímini, sed Spíritus Patris vestri, qui lóquitur in vobis. * Dábitur. R/. Lorsque vous serez accusés, debout devant les rois et les gouverneurs, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz: * Ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. V/. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous. * Ce que.
Lectio IV Lecture IV
Non ut confúndam vos, hæc scribo, sed ut quasi fílios meos caríssimos móneam; nam si decem mília pædagogórum habeátis in Christo, sed non multos patres, nam in Christo Iesu per evangélium ego vos génui. Rogo ergo vos: imitatóres mei estóte! Ce n'est pas pour vous confondre que j'écris cela; c'est pour vous avertir comme mes enfants bien-aimés. Auriez-vous en effet des milliers de pédagogues dans le Christ, que vous n'avez pas plusieurs pères; car c'est moi qui, par l'Évangile, vous ai engendrés dans le Christ Jésus. Je vous en prie donc, montrez-vous mes imitateurs.
R/. Vidi coniúnctos viros, habéntes spléndidas vestes, et ángelus Dómini locútus est ad me, dicens: * Isti sunt viri sancti facti amíci Dei. V/. Vidi ángelum Dei volántem per médium cælum, voce magna clamántem et dicéntem: * Isti sunt. V/. Glória Patri. * Isti sunt. R/. Je vis une réunion d'hommes qui portaient des tuniques somptueuses; un ange du Seigneur me dit alors: * Voici des hommes saints, des amis de Dieu! V/. Je vis un ange de Dieu qui volait au zénith; il proclamait d'une voix forte: * Voici. V/. Gloire au Père. * Voici.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Homilíis sancti Gregórii Magni papæ in Evangélia (Hom. 27, 4: PL 76, 1206-1207) Homélie de saint Grégoire le Grand sur l'Évangile
Lectio I Lecture I
Iam non dicam vos servos, quia servus nescit quid fáciat dóminus eius. Vos autem dixi amícos, quia ómnia quæcúmque audívi a Patre meo, nota feci vobis. Quæ sunt ómnia quæ audívit a Patre suo, quæ nota fíeri vóluit servis suis, ut eos effíceret amícos suos, nisi gáudia intérnæ caritátis, nisi illa festa supérnæ pátriæ, quæ nostris quotídie méntibus per aspiratiónem sui amóris ímprimit? Dum enim audíta supercæléstia amámus, amáta iam nóvimus, quia amor ipse notítia est. Omnia ergo eis nota fécerat qui, a terrénis desidériis immutáti, amóris summi fácibus ardébant. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître. Qu'est-ce à dire: tout ce qu'il a appris de son Père, et qu'il a voulu faire connaître à ses serviteurs pour en faire ses amis, sinon les joies intimes de la charité, sinon l'allégresse de la patrie céleste, qu'il imprime chaque jour dans nos âmes par l'effusion de son amour? En effet, tandis que nous aimons les réalités d'en haut qui nous sont révélées, nous les connaissons déjà en les aimant: car l'amour même est connaissance. Tout ce qu'il avait appris de son Père, il l'avait donc fait connaître à ceux qui, s'étant détachés des désirs terrestres, étaient embrasés des flammes de l'amour céleste.
R/. Fuérunt sine queréla ante Dóminum, et ab ínvicem non sunt separáti; * Cálicem Dómini bibérunt, et amíci Dei facti sunt. V/. Tradidérunt córpora sua propter Deum ad supplícia; ídeo coronántur et accípiunt palmam. * Cálicem. R/. Leur conduite a été sans reproche devant le Seigneur, et ils ne se sont jamais dissociés l'un de l'autre; * Ils ont bu le calice du Seigneur, et sont devenus les amis de Dieu. V/. Pour l'amour de Dieu ils ont livré leurs corps aux supplices, et voilà qu'ils remportent la palme et la couronne! * Ils.
Lectio II Lecture II
Istos vero amícos Dei aspéxerat prophéta cum dicébat: Mihi autem nimis honorificáti sunt amíci tui, Deus. Amícus enim quasi ánimi custos vocátur. Quia ergo psalmísta prospéxit eléctos Dei, a mundi huius amóre separátos, custodíre in mandátis cæléstibus voluntátem Dei, mirátus est amícos Dei, dicens: Mihi autem nimis honorificáti sunt amíci tui, Deus. Et tamquam si ab eo prótinus causas honóris tanti nobis insinuári quærerémus, íllico adiúnxit: Nimis confortátus est principátus eórum. Ces amis de Dieu, en vérité, le prophète les avait en vue lorsqu'il disait: Comme elle est grande à mes yeux la gloire de tes amis, Seigneur! On appelle en effet, ami, celui qui est comme le dépositaire de notre pensée. Donc puisque le psalmiste considère les élus de Dieu, arrachés à l'amour de ce monde, en train d'observer dans les commandements célestes la volonté de Dieu, il admire ces amis de Dieu en disant: Comme elle est grande à mes yeux la gloire de tes amis, Seigneur! Et comme si nous venions de lui demander de nous révéler la cause d'une telle gloire, il ajoute aussitôt: Comme elle est assurée leur suprématie!
R/. Beáti éritis cum maledíxerint vobis hómines et persecúti vos fúerint et díxerint omne malum advérsum vos, mentiéntes, propter me; * Gaudéte et exsultáte, quóniam merces vestra copiósa est in cælis. V/. Cum vos óderint hómines et cum separáverint vos, et exprobráverint et eiécerint nomen vestrum tamquam malum propter Fílium hóminis, * Gaudéte. R/. Heureux serez-vous si l'on vous maudit, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toutes sortes de mal contre vous, à cause de moi; * Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux. V/. Quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l'homme, * Réjouissez-vous.
Lectio III Lecture III
Ecce elécti Dei carnem domant, spíritum róborant, dæmónibus ímperant, virtútibus corúscant, præséntia despíciunt, ætérnam pátriam cum voce móribus prædicant; eam étiam moriéndo díligunt, atque ad illam per torménta pertíngunt. Occídi possunt, et flecti néqueunt. Nimis ergo confortátus est principátus eórum. Voici que les élus de Dieu domptent leur chair, ils affermissent leur esprit, commandent aux démons, rayonnent de vertus, méprisent les biens passagers, prêchent la patrie éternelle et par leur parole et par leur vie, aiment cette patrie, même jusqu'à en mourir, et y parviennent en passant par les tourments. On peut les mettre à mort, on ne peut les fléchir. Comme elle est assurée leur suprématie!
R/. Nimis honoráti sunt amici tui, Deus; * Nimis confortátus est principátus eórum. V/. Dinumerábo eos, et super arénam multiplicabúntur. * Nimis. R/. Comme elle est grande, ô mon Dieu, la gloire de tes amis! * Comme elle est assurée, leur suprématie! V/. Je les compte, ils sont plus nombreux que le sable des rivages. * Comme.
Lectio IV Lecture IV
In ista ipsa passióne, qua cecidérunt in morte carnis, vidéte quantum fúerit culmen mentis. Unde hoc, nisi quia confortátus est principátus eórum. Sed sic magni fórsitan pauci sunt? Subiúnxit: Dinumerábo eos et super arénam multiplicabúntur. Totum mundum, fratres, aspícite: martýribus plenus est. Iam pene tot qui videámus non sumus quot veritátis testes habémus. Deo ergo numerábiles, nobis super arénam multiplicáti sunt, quia quanti sint, a nobis comprehéndi non possunt. En cette passion même qui les a fait tomber dans la mort physique, voyez à quel sommet spirituel s'est élevée leur âme. D'où cela vient-il, sinon du fait qu'est assurée leur suprématie? Mais de si grands, peut-être n'y en a-t-il qu'un petit nombre ? Il ajoute: Je les compte, ils sont plus nombreux que le sable des rivages. Considérez, frères, le monde entier: il est rempli de martyrs. Pour regarder, nous sommes à peine aussi nombreux que nous avons de témoins de la vérité. Pour Dieu donc il est possible de les compter; pour nous, ils sont plus nombreux que le sable des rivages, car, étant donné leur si grand nombre, nous ne pouvons les embrasser du regard.
R/. In omnem terram exívit sonus eórum * Et in fines orbis terræ verba eórum. V/. Non sunt loquélæ neque sermónes, quorum non audiántur voces eórum. * Et in fines. V/. Glória Patri. * Et in fines. R/. Sur toute la terre en paraît le message * Et la nouvelle, aux limites du monde. V/. Point de paroles ni de récits qui ne fassent résonner leurs voix, * Et la nouvelle. V/. Gloire au Père. * Et la nouvelle.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
In illo témpore: Accéssit ad Iesum mater filiórum Zebedæi cum fíliis suis, adórans et petens áliquid ab eo. Et réliqua. La mère de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, s'approcha de Jésus avec ses fils et se prosterna pour lui faire une demande. Et la suite.
Ex Expositióne sancti Basilíi Magni epíscopi in psalmos (In ps. 115, 4: PG 30, 110) Homélie de saint Basile le Grand sur le psaume 115
Lectio I Lecture I
Quid retríbuam Dómino? Non sacrifícia, non holocáusta, non legális cultus observatiónem, sed ipsam meam vitam omnem. Et eam ob causam, Cálicem, inquit, salutáris accípiam, labórem quem in pietátis certamínibus pértulit, et constántiam qua ad mortem usque peccáto réstitit, cálicem appéllans. Que rendrai-je au Seigneur? Non pas des sacrifices, ni des holocaustes, ni les observances du culte légal, mais ma vie elle-même tout entière. Et c'est pourquoi: J'élèverai, dit-il, la coupe du salut; le labeur qu'il a enduré dans les combats de sa piété filiale envers Dieu, et la constance par laquelle, jusqu'à en mourir, il a résisté au péché: le psalmiste appelle cela sa coupe.
R/. Vos qui secúti estis me, sedébitis super sedes, iudicántes * Duódecim tribus Israel, dicit Dóminus. V/. In regeneratióne, cum séderit Fílius hóminis in sede maiestátis suæ, sedébitis et vos iudicántes * Duódecim. R/. Vous qui m'avez suivi, vous siégerez sur des trônes pour juger * Les douze tribus d'Israël, dit le Seigneur. V/. Quand viendra le monde nouveau, et que le Fils de l'homme siégera sur son trône de gloire, vous siégerez vous-mêmes pour juger * Les douze tribus.
Lectio II Lecture II
Hoc ipsum autem fúerit quod Salvátor ipse in evangélio dócuit: Pater, si possíbile est, tránseat calix iste. Et rursus ad discípulos: Potéstis bíbere cálicem quem ego bibitúrus sum? Significábat autem mortem quam pro mundi salúte passus est. Ideo inquit: Cálicem salutáris accípiam, hoc est: "Sítiens ad martýrii conténdo consummatiónem, quandóquidem supplícia in pietátis certamínibus illáta, ánimæ et córporis réquiem, non dolórem duco. Me ipse ígitur, inquit, víctimam et oblatiónem ófferam Dómino: quóniam ómnia benefaciéntis dignitáte puto esse inferióra. Atque hasce promissiónes teste omni pópulo persólvere parátus sum." Vota enim mea reddam in conspéctu omnis pópuli eius. C'est à propos de cette coupe que le Sauveur lui-même s'exprime dans les évangiles: Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi! Et encore aux disciples: Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire? Et il voulait parler de cette mort que, pour le salut du monde, il voulut souffrir. C'est pourquoi: J'élèverai, dit-il, la coupe du salut; c'est-à-dire: " Assoiffé, je suis tendu de tout mon être vers la consommation du martyre, c'est au point que les tourments endurés dans les combats de la piété filiale, je les tiens pour un repos - et non une souffrance - de l'âme et du corps. C'est donc moi-même, dit-il, qui m'offrirai au Seigneur, comme sacrifice et oblation, car je pense que toutes les œuvres bonnes de celui qui fait le bien lui sont inférieures en diginité. Et ces promesses, je suis prêt à en témoigner devant tout le peuple. " Car je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple!
R/. Qui sunt isti, qui ut nubes volant * Et quasi colúmbæ ad fenéstras suas? V/. Candidióres nive, nitidióres lacte, rubicundióres ébore ántiquo, * Et. R/. Ces hommes, qui sont-ils? Comme les nuages, ils volent, * Et comme les colombes vers leurs pigeonniers! V/. Plus éblouissants de blancheur que la neige, plus brillants que du lait, plus rosés que le vieil ivoire, * Et.
Lectio III Lecture III
Deínde adhortátur auditóres ut ne formídent mortem. Pretiósa, inquit, in conspéctu Dómini mors sanctórum eius. "Nolíte, ait, segnes esse ad hunc præclárum agónem, vos hómines, neque timeátis mortem, non enim intéritus est, sed vitæ occásio; non est íntegra delétio, sed tránsitus ad honórem. Céterum apud hómines aváros quidam lapílli, flóridis colóribus fulgéntes, vocári solent pretiósi: at vere pretiósa res est mors sanctórum eius." Ensuite il exhorte ses auditeurs à ne pas craindre la mort. Elle est précieuse, dit-il, aux yeux du Seigneur, la mort de ses fidèles. " Ne vous montrez pas nonchalants, dit-il, pour livrer ce beau combat, vous, les hommes, et n'ayez pas peur de la mort. Car elle n'est pas anéantissement, mais départ, élan vers la vie; elle n'est pas totale destruction, mais transformation, passage vers la gloire. Du reste, chez les amateurs de richesses, certaines petites pierres qui resplendissent de vives couleurs florales, sont habituellement dénommées précieuses. " Elle est précieuse, en effet, aux yeux du Seigneur, la mort de ses fidèles.
R/. Vos estis lux mundi, dicit Dóminus; * In patiéntia vestra possidébitis ánimas vestras. V/. Vos autem, qui permansístis mecum in tentatiónibus meis, * In patiéntia. R/. Vous êtes la lumière du monde, affirme le Seigneur; * C'est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie. V/. Et vous qui avez tenu bon avec moi dans mes épreuves, * C'est.
Lectio IV Lecture IV
Cum ánima vitam puram agens, a carnis sórdibus líbera, máculæ aut rugæ expers, ex labóribus pro pietáte exantlátis glóriam adépta, iustítiæ coróna redimíta, ac per hæc ómnia virtútis pulchritúdine præfúlgens, stéterit sese Dómino atque universórum iúdici, grátiæ splendórem pretióso omni lápide lucidiórem póssidens, quómodo huius hóminis mors coram Dómino non fúerit pretiósa? Une personne qui mène une vie pure, l'âme libre, dégagée des souillures du péché, sans tache ni ride, quand elle s'est acquis la gloire, en raison des combats endurés par piété filiale; quand, ornée d'une couronne de justice, et grâce à tout ce qu'elle a supporté, elle resplendit de la beauté de la vertu, lorsqu'elle comparaîtra devant le Maître et juge de tous les êtres, parée de la splendeur de la grâce, plus éblouissante que toute pierre précieuse, comment la mort de ce fidèle ne sera-t-elle pas précieuse aux yeux du Seigneur?
R/. Ego vos elégi de mundo, * Ut eátis et fructum afferátis, et fructus vester máneat. V/. Ut quodcúmque petiéritis Patrem in nómine meo, det vobis. * Ut eátis. V/. Glória Patri. * Ut eátis. R/. C'est moi qui vous ai choisis en vous prenant dans le monde, * Afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. V/. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l'accordera. * Afin que. V/. Gloire au Père. * Afin que.