Vigiles (OSB) du jeudi 8 août 2019 - St Dominique, prêtre

Hebdomada XVIII per annum XVIIIème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
S. Dominici, presbyteri St Dominique, prêtre
Memoria Mémoire
Ad Vigilas
Ad Vigilias
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro secúndo Regum Du second livre des Rois
Factum est, cum leváre vellet Dóminus Elíam per túrbinem in cælum, ibant Elías et Eliséus de Gálgalis; dixítque Elías ad Eliséum: "Sede hic, quia Dóminus misit me usque Bethel." Cui ait Eliséus: "Vivit Dóminus, et vivit ánima tua, quia non derelínquam te." Cumque descendíssent Bethel, egréssi sunt fílii prophetárum qui erant in Bethel ad Eliséum et dixérunt ei: "Numquid nosti quia hódie Dóminus tollat dóminum tuum désuper cápite tuo? " Qui respóndit: "Et ego novi, siléte." Voici ce qui arriva lorsque le Seigneur enleva Élie au ciel dans le tourbillon: Élie et Élisée partirent de Gilgal, et Élie dit à Élisée: " Reste donc ici, car le Seigneur ne m'envoie qu'à Béthel "; mais Élisée répondit: " Aussi vrai que le Seigneur est vivant et que tu vis toi-même, je ne te quitterai pas! " et ils descendirent à Béthel. Les frères prophètes, qui résident à Béthel, sortirent à la rencontre d'Élisée et lui dirent: " Sais-tu qu'aujourd'hui le Seigneur va emporter ton maître par-dessus ta tête? " Il dit: " Moi aussi je sais; silence! "
Dixit autem ei Elías: "Elisée, sede hic, quia Dóminus misit me in Iéricho."Et ille ait: "Vivit Dóminus, et vivit ánima tua, quia non derelínquam te." Cumque veníssent Iérichum, accessérunt fílii prophetárum qui erant in Iéricho ad Eliséum et dixérunt ei: "Numquid nosti quia hódie Dóminus tollet dóminum tuum désuper cápite tuo?" Et ait: "Et ego novi, siléte." Dixit autem ei Elías: "Sede hic, quia Dóminus misit me ad Iordánem." Qui ait: "Vivit Dóminus, et vivit ánima tua, quia non derelínquam te." Iérunt ígitur ambo páriter, et quinquagínta viri de fíliis prophetárum secúti sunt, qui et stetérunt e contra longe. Illi autem ambo stabant super Iordánem. Tulítque Elías pállium suum et invólvit illud et percússit aquas, quæ divísæ sunt in utrámque partem, et transiérunt ambo per siccum. Élie lui dit: " Élisée! Reste donc ici, car le Seigneur ne m'envoie qu'à Jéricho "; mais il répondit: " Aussi vrai que le Seigneur est vivant et que tu vis toi-même, je ne te quitterai pas! " et ils allèrent à Jéricho. Les frères prophètes qui résident à Jéricho s'approchèrent d'Élisée et lui dirent: " Sais-tu qu'aujourd'hui le Seigneur va emporter ton maître par-dessus ta tête? " Il dit: " Moi aussi je sais; silence! " Élie lui dit: " Reste donc ici, car le Seigneur ne m'envoie qu'au Jourdain "; mais il répondit: " Aussi vrai que le Seigneur est vivant et que tu vis toi-même, je ne te quitterai pas! " et ils s'en allèrent tous deux. Cinquante frères prophètes vinrent et s'arrêtèrent à distance, au loin, pendant que tous deux se tenaient au bord du Jourdain. Alors Élie prit son manteau, le roula et frappa les eaux, qui se divisèrent d'un côté et de l'autre, et tous deux traversèrent à pied sec.
Cum transíssent Iordánem, Elías dixit ad Eliséum: "Póstula quod vis, ut fáciam tibi ántequam tollar a te." Dixítque Eliséus: "Obsecro ut fiant duæ partes spíritus tui in me." Qui respóndit: "Rem diffícilem postulásti. Attamen si víderis me, quando tollor a te, erit tibi quod petísti; si autem non víderis, non erit." Cumque pérgerent et incedéntes sermocinaréntur, ecce currus ígneus et equi ígnei divisérunt utrúmque; et ascéndit Elías per túrbinem in cælum. Dès qu'ils eurent passé le Jourdain, Élie dit à Élisée: " Demande: Que puis-je faire pour toi avant d'être enlevé d'auprès de toi? " Et Élisée répondit: " Que me revienne une double part de ton esprit! " Élie reprit: " Tu demandes une chose difficile: si tu me vois pendant que je serai enlevé d'auprès de toi, cela t'arrivera; sinon, cela n'arrivera pas. " Or, comme ils marchaient en conversant, voici qu'un char de feu et des chevaux de feu se mirent entre eux deux, et Élie monta au ciel dans le tourbillon.
Eliséus autem vidébat et clamábat: "Pater mi, pater mi, currus Israel et auríga eius!" Et non vidit eum ámplius apprehendítque vestiménta sua et scidit illa in duas partes. Et levávit pállium Elíæ, quod cecíderat ei, reversúsque stetit super ripam Iordánis. Et pállio Elíæ, quod cecíderat ei, percússit aquas et dixit: "Ubi est Deus Elíæ étiam nunc?" Percussítque aquas, et divísæ sunt huc atque illuc, et tránsiit Eliséus. Élisée voyait et il criait: " Mon père! Mon père! Char d'Israël et son attelage! " puis il ne le vit plus et, saisissant ses vêtements, il les déchira en deux. Il ramassa le manteau d'Élie, qui avait glissé, et revint se tenir sur la rive du Jourdain. Il prit le manteau d'Élie et il frappa les eaux en disant: " Où est le Seigneur, le Dieu d'Élie? " Il frappa les eaux, qui se divisèrent d'un côté et de l'autre, et Élisée traversa.
℟. Factum est dum tólleret Dóminus Elíam per túrbinem in cælum, Eliséus clamábat dicens: * Pater mi, pater mi, currus Israel et auríga eius. ℣. Oro, dómine, ut fiat spíritus tuus duplex in me. At ille: Si vidéris quando tollar a te, erit quod petísti. * Pater mi. ℣. Glória Patri. * Pater mi. ℟. Tandis que le Seigneur enlevait Élie jusqu'au ciel dans un ouragan, voici qu'Élisée se mit à crier: * Mon père! Mon père! Char d'Israël et ses coursiers! ℣. Je t'en prie, mon seigneur, obtiens que je reçoive une double part de l'esprit que tu as reçu! Élie reprit: Si, au moment où je serai enlevé loin de toi, tu en as la vision, tu obtiendras ce que tu demandes. * Mon père. ℣. Gloire au Père. * Mon père.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
E Novem modis orándi sancti Domínici presbýteri (ASOP 15, 1922, 96-97) Opuscule des neuf manières de prier de saint Dominique
Primus orándi modus humiliándo se ante altáre, ac si Christus per altáre significátus, reáliter et personáliter esset ibi, non tantum in signo, iuxta illud Iudith: "Humílium et mansuetórum tibi semper plácuit deprecátio; humilitáte obtínuit Chananæa quod vóluit, et fílius pródigus; sed ego non sum dignus ut intres sub tectum meum, nam, Dómine, ante te humiliátus sum usquequáque." Sa première manière de prier était la suivante. Humblement prosterné devant l'autel, comme si le Christ, représenté par cet autel, lui était réellement et personnellement présent, et non pas seulement dans son symbole, il disait, selon la parole de Judith: " Mon Dieu, tu as toujours eu pour agréable la prière des hommes humbles et doux. N'est-ce pas par son humilité que la Cananéenne obtint ce qu'elle voulait, de même que le fils prodigue? Mais moi, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, car, je me suis humilié profondément devant toi, Seigneur. "
Et sic sanctus Pater erécto córpore inclinábat caput suum et respíciens humíliter cápiti suo Christo, consíderans servilitátem suam et Christi excelléntiam, et totum se dans in eius reveréntiam. Et hoc docébat fíeri a frátribus, dum transírent ante humiliatiónem Crucifíxi, ut Christus pro nobis humiliátus máxime vidéret nos humiliátos suæ maiestáti. Item toti Trinitáti mandábat frátribus sic humiliári, cum sollémniter dicerétur: Glória Patri, et Fílio, et Spíritui Sancto. Après avoir prié de la sorte, le bienheureux Père se relevait, inclinait la tête et, considérant avec humilité son chef Jésus-Christ, comparant sa condition d'esclave avec l'excellence du Christ, il appliquait tout son être à lui manifester sa vénération. Et il enseignait aux frères à faire de même quand ils passaient devant le crucifix, signe de l'humiliation du Seigneur crucifié, afin que, si profondément humilié pour nous, le Christ nous vît aussi humiliés devant sa majesté. Cette sorte d'humilité, il la demandait aussi aux frères en l'honneur de la sainte Trinité, lorsqu'on chantait le verset: Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit.
Post hæc sanctus Domínicus ante altáre sive in capítulo, fixo vultu ad Crucifíxum summo intúitu respiciébat eum, génua flectens íterum atque íterum sive plúries. Quandóque autem loquebátur in corde suo, et vox pénitus non audiebátur, et quiescébat in genuflexióne stupefáctus ánimo, aliquándo diu valde; et aliquándo videbátur in ipso modo aspéctus eius intelléctu penetrásse cælum, atque cito videbátur exhilarátus gáudio, et extérgens lácrimas defluéntes. Et fiébat in magno desidério, sicut sítiens cum perveníret ad fontem, et sicut peregrínus cum iam est prope pátriam. En outre, soit devant l'autel ou au chapitre, saint Dominique, le regard fixé sur le Crucifié, le considérait avec une incomparable vénération. Devant lui, il faisait de nombreuses génuflexions. Mais parfois il parlait dans son cœur et l'on n'entendait plus du tout sa voix. Il restait parfois très longtemps en génuflexion, l'âme perdue dans le ravissement. Et quelquefois il semblait que, dans cette sorte de regard, son intelligence pénétrait le ciel; et tout aussitôt, rempli de joie, il essuyait les larmes qui coulaient de ses yeux. Il se laissait emporter par un saint désir, comme un homme altéré qui parvient à la source, comme un voyageur qui va enfin retrouver sa patrie.
℟. Amávit eum Dóminus et ornávit eum, stolam glóriæ índuit eum, * Et ad portas paradísi coronávit eum. ℣. Induit eum Dóminus lorícam fídei et ornávit eum, * Et ad portas. ℣. Gloria Patri. * Et ad portas. ℟. Le Seigneur l'a aimé, paré, revêtu de la tunique de gloire, * Et l'a couronné aux portes du paradis. ℣. Le Seigneur l'a paré, lui a fait revêtir la cuirasse de la foi, * Et l'a couronné. ℣. Gloire au Père. * Et l'a couronné.