Vigiles (OSB) du vendredi 9 août 2019 - Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix, vierge et martyre, patronne de l'Europe

Hebdomada XVIII per annum XVIIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Teresiae Benedictae a Cruce, virginis et martyris, patronae Europae Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix, vierge et martyre, patronne de l'Europe
Festum Fête
Ad Vigilas
Ad Vigilias
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro secúndo Regum Du second livre des Rois
Cum mórtuus fuísset Achab, prævaricátus est rex Moab fœdus quod habébat cum rege Israel. Egréssus est ígitur rex Ioram in die illa de Samaría et recénsuit univérsum Israel; profectúsque misit ad Iósaphat regem Iudæ dicens: "Rex Moab recéssit a me. Vis veníre mecum contra Moab ad prœlium?" Qui respóndit: "Ascéndam. Qui meus est tuus est, pópulus meus pópulus tuus, equi mei equi tui." Dixítque: "Per quam viam ascendémus?" At ille respóndit: "Per desértum Idumææ." À la mort d'Achab, le roi de Moab se révolta contre le roi d'Israël. En ce temps-là, le roi Joram sortit de Samarie et passa en revue tout Israël. Ensuite, il envoya ce message au roi de Juda: " Le roi de Moab s'est révolté contre moi. Viendras-tu faire la guerre avec moi en Moab? " Le roi de Juda répondit: " Je viendrai! Il en sera pour moi comme pour toi; pour mon peuple comme pour ton peuple, pour mes chevaux comme pour tes chevaux! " Il ajouta: " Par quel chemin monterons-nous? " et l'autre répondit: " Par le chemin du désert d'Édom. "
Perrexérunt ígitur rex Israel et rex Iudæ et rex Edom et circuiérunt per viam septem diérum; nec erat aqua exercítui et iuméntis quæ sequebántur eos. Dixítque rex Israel: "Heu! Congregávit nos Dóminus tres reges, ut tráderet in manu Moab." Et ait Iósaphat: "Estne hic prophéta Dómini, ut interrogémus Dóminum per eum?" Et respóndit unus de servis regis Israel: "Est hic Eliséus fílius Saphat, qui fundébat aquam super manus Elíæ." Et ait Iósaphat: "Est apud eum sermo Dómini." Descendítque ad eum rex Israel et Iósaphat et rex Edom. Dixit autem Eliséus ad regem Israel: "Quid mihi et tibi est? Vade ad prophétas patris tui et ad prophétas matris tuæ." Et ait illi rex Israel: "Non, congregávit enim Dóminus tres reges hos, ut tráderet eos in manu Moab?" Le roi d'Israël, le roi de Juda et le roi d'Édom partirent. Ils firent un détour de sept jours de marche et l'eau manqua pour la troupe et pour les bêtes de somme qui suivaient. Le roi d'Israël s'écria: " Malheur! c'est que le Seigneur a appelé les trois rois que nous sommes pour les livrer aux mains de Moab! " Mais le roi de Juda dit: " N'y a-t-il pas ici un prophète du Seigneur, que nous consultions le Seigneur par lui? " Alors un des serviteurs du roi d'Israël répondit: " Il y a Élisée fils de Shaphat, qui versait l'eau sur les mains d'Élie. " Le roi de Juda dit: " Il a la parole du Seigneur. " Le roi d'Israël, le roi de Juda et le roi d'Édom descendirent donc vers lui. Mais Élisée dit au roi d'Israël: " Qu'ai-je à faire avec toi? Va trouver les prophètes de ton père et les prophètes de ta mère! " Le roi d'Israël lui répondit: " Mais non! c'est que le Seigneur a appelé les trois rois que nous sommes pour les livrer aux mains de Moab! "
Dixit Eliséus: "Vivit Dóminus exercítuum, in cuius conspéctu sto, quod si non vultum Iósaphat regis Iudæ reverérer, ne attendíssem quidem te, nec respexíssem; nunc autem addúcite mihi psaltem." Cumque cáneret psaltes, facta est super eum manus Dómini, et ait: "Hæc dicit Dóminus: Fácite in torrénte hoc fossas et fossas. Hæc enim dicit Dóminus: Non vidébitis ventum neque plúviam, et torrens replébitur aquis; et bibétis vos et pécora et iuménta vestra." Élisée dit: " Par la vie du Seigneur de l'univers, que je sers, si je n'avais égard au roi de Juda, je ne ferais pas attention à toi, je ne te regarderais même pas. Maintenant, amenez-moi un joueur de lyre. " Or, comme le musicien jouait, la main du Seigneur fut sur lui et il dit: " Ainsi parle le Seigneur: "Creusez dans cette vallée des fosses et des fosses", car ainsi parle le Seigneur: "Vous ne verrez pas de vent, vous ne verrez pas de pluie, et cette vallée se remplira d'eau, et vous boirez, vous, vos troupes et vos bêtes de somme." "
"Parúmque hoc est in conspéctu Dómini: ínsuper tradet étiam Moab in manu vestra, et percutiétis omnem civitátem munítam et omnem urbem eléctam et univérsum lignum fructíferum succidétis cunctósque fontes aquárum obturábitis et omnem agrum egrégium operiétis lapídibus." Factum est ígitur mane, quando sacrifícium offérri solet, et ecce aquæ veniébant per viam Edom. Et repléta est terra aquis. " Encore cela est-il peu aux yeux du Seigneur, car il livrera Moab entre vos mains. Vous frapperez toutes les villes fortes, vous abattrez tous les arbres de rapport, vous boucherez toutes les sources et vous désolerez tous les meilleurs champs en y jetant des pierres. " Or, le matin à l'heure de la présentation de l'offrande, voici que l'eau venait de la direction d'Édom et la contrée en fut remplie.
℟. Audi, Israel, præcépta Dómini, et ea in corde tuo quasi in libro scribe; * Et dabo tibi terram fluéntem lac et mel. ℣. Israel, si me audíeris, non erit in te deus recens, neque adorábis deum aliénum. * Et dabo. ℣. Glória Patri. * Et dabo. ℟. Écoute, Israël, écoute les préceptes du Seigneur! Inscris-les dans ton cœur comme sur un livre; * Et je te donnerai une terre, un pays ruisselant de lait et de miel. ℣. Vas-tu m'écouter, Israël? Tu n'auras pas chez toi d'autres dieux, tu ne serviras aucun dieu étranger. * Et je te donnerai. ℣. Gloire au Père. * Et je te donnerai.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Quæstiónibus sancti Isidóri Hispalénsis epíscopi in Vetus Testaméntum (In Reg. 4, 2-4: PL 83, 419-420) Commentaire de saint Isidore sur les livres des Rois
Postulátur Eliséus a pópulo ut aquas Iéricho stériles et malígnas sanáret. Accépit vas rude fíctile et adiécit in eo salem et demérsit illud in flúmine, et statim sanátæ sunt. Quo facto prænuntiábat prophéta quod Verbum caro fíeret et habitáret in nobis: inde in similitúdinem Verbi salem, id est, sapiéntiam dedit; in vas fíctile, in corpus scílicet humánum, immíttens, in aquam demérsit, quod quidem significábat quia omnes pópuli, qui sub figúra aquárum in toto mundo stériles erant, per Christi incarnatiónem fecunditátem et benedictiónem acceptúri essent. ÉLisée se trouve sollicité par le peuple de Jéricho d'assainir les eaux de la ville: elles étaient malsaines et entraînaient la stérilité. Il se procure un récipient neuf de terre cuite, met du sel à l'intérieur, le plonge dans le cours des eaux, et à l'instant, elles sont assainies. Par cet acte, le prophète annonçait d'avance que le Verbe se ferait chair et habiterait parmi nous. De là, comme symbole du Verbe, il présente le sel, c'est-à-dire la sagesse, et le mettant à l'intérieur d'un récipient de terre cuite, à savoir dans le corps humain, il le plonge dans l'eau: ce qui, à la vérité, signifiait que tous les peuples qui, à l'image de ces eaux, dans le monde entier étaient stériles, devaient recevoir par le mystère de l'incarnation dans la personne du Christ, bénédiction et fécondité.
Ipse quoque Eliséus figúram Christi gessit. Dénique vocábulum ipsum Salus Dei interpretátur. Salus autem Dei quis est álius, nisi Fílius eius, qui et Salvátor útique vocátur? Mittit Eliséus per servum báculum super mórtuum et non revivíscit; venit ipse, coniúngit et coáptat se mórtuo et revivíscit. Lui-même aussi, Élisée, a représenté une figure du Christ. Ainsi, son nom veut dire: Salut de Dieu. Mais le salut de Dieu, qu'est-il d'autre que son propre Fils, qui justement est aussi appelé Sauveur? Élisée envoie par son serviteur mettre son propre bâton sur un mort, mais le mort ne reprend vie; il vient en personne, il se joint et se "coapte", s'ajuste au mort, et le mort revit.
Misit sermo Dei legem per servum suum, et non prófuit in peccátis mórtuo géneri humáno. Venit ipse descéndens de cælórum sublimitáte, quasi de montis altitúdine, humiliávit se ipsum, conformávit se nobis, mortuísque membris sua membra compósuit, nostrque mortalitáti de suo córpore medicínam aptávit. Dénique super mórtuum sépties óscitat, et septifórmem Spíritum humáno dat géneri, per quod vivificátum a morte peccátum resúrgat. Le Verbe de Dieu a envoyé la Loi par son serviteur, et celle-ci n'a pas sauvé le genre humain, mort dans ses péchés. Lui-même, le Verbe, est venu en personne, descendant des hauteurs des cieux, comme du sommet d'une montagne, il s'est humilié lui-même, il s'est rendu conforme à nous, il a rapproché ses membres de nos membres morts, et à notre mortalité il a appliqué son corps devenu le remède. Enfin, il souffle sept fois sur le mort, et accorde au genre humain l'Esprit aux sept dons, par quoi, vivifié alors qu'il était mort du fait de ses péchés, il puisse ressusciter.
℟. Attendíte, pópule meus, legem meam; * Inclináte aurem vestram in verba oris mei. ℣. Apériam in parábolis os meum, loquar propositiónes ab inítio sæculi. * Inclináte. ℣. Glória Patri. * Inclináte. ℟. Écoute ma loi, ô mon peuple, * Tends l'oreille aux paroles de ma bouche. ℣. J'ouvrirai la bouche pour une parabole, je publierai ce qui fut caché dès l'origine. * Tends l'oreille. ℣. Gloire au Père. * Tends l'oreille.