Vigiles (OSB) du dimanche 11 août 2019 - XIXème dimanche dans l'année

Hebdomada XIX per annum XIXème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XIX per annum XIXème dimanche dans l'année
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro secúndo Regum Du second livre des Rois
Lectio I Lecture I
Eliséus revérsus est in Gálgala. Erat autem fames in terra, et fílii prophetárum habitábant coram eo. Dixítque púero suo: "Pone ollam grandem et coque pulméntum fíliis prophetárum." Et egréssus est unus in agrum, ut collígeret herbas agréstes; invenítque quasi vitem silvéstrem et collégit ex ea colocýnthidas agri. Et implévit pállium suum et revérsus concídit in ollam pulménti; nesciébat enim quid esset. Infudérunt ergo sóciis, ut coméderent. Cumque gustássent de coctióne, exclamavérunt dicéntes: "Mors in olla, vir Dei!" Et non potuérunt comédere. At ille: "Afférte, inquit, farínam." Cumque tulíssent, misit in ollam et ait: "Infúnde turbæ, et cómedat." Et non fuit ámplius quidquam amaritúdinis in olla. Élisée revint à Gilgal pendant que la famine était dans le pays. Comme les frères prophètes étaient assis devant lui, il dit à son serviteur: " Mets la grande marmite sur le feu et cuis une soupe pour les frères prophètes. " L'un d'eux sortit dans la campagne pour ramasser des herbes, trouva des sarments sauvages, sur lesquels il cueillit des coloquintes, plein son vêtement. Il revint et les coupa en morceaux dans la marmite de soupe, car on ne savait pas ce que c'était. On versa à manger aux hommes. Mais à peine eurent-ils goûté le potage qu'ils poussèrent un cri: " Homme de Dieu! Il y a la mort dans la marmite! " et ils ne purent pas manger. Alors Élisée dit: " Eh bien! apportez de la farine. " Il la jeta dans la marmite et dit: " Verse aux gens et qu'ils mangent. " Il n'y avait plus rien de mauvais dans la marmite.
R/. Respéxit Elías ad caput suum subcinerícium panem; qui surgens, comédit et bibit, * Et ambulávit in fortitúdine cibi illíus usque ad montem Dei. V/. Non est ália nátio tam grandis, quæ hábeat deos appropinquántes sibi, sicut Deus noster adest nobis. * Et ambulávit. R/. Élie regarda: il y avait près de sa tête un pain cuit sur la braise; il se leva, mangea et but; * Puis, fortifié par cette nourriture, il marcha jusqu'à la montagne de Dieu. V/. Quelle est la grande nation dont les dieux soient aussi proches que le Seigneur notre Dieu est proche de nous? * Puis.
Lectio II Lecture II
Vir autem quidam venit de Baalsalísa déferens viro Dei panes primitiárum, vigínti panes hordeáceos et fruméntum novum in pera sua. At ille dixit: "Da pópulo, ut cómedat." Respondítque ei miníster eius: "Quantum est hoc, ut appónam coram centum viris?" Rursum ille dixit: "Da pópulo, ut cómedat. Hæc enim dicit Dóminus: "Cómedent, et supérerit"." Pósuit ítaque coram eis, qui comedérunt, et supérfuit iuxta verbum Dómini. Un homme vint de Baal-Shalisha et apporta à l'homme de Dieu du pain de prémices, vingt pains d'orge et du grain frais dans son épi. Celui-ci ordonna: " Offre aux gens et qu'ils mangent ", mais son serviteur répondit: " Comment servirai-je cela à cent personnes? " Il reprit: " Offre aux gens et qu'ils mangent, car ainsi a parlé le Seigneur: On mangera et on en aura de reste. " Il leur servit, ils mangèrent et en eurent de reste, selon la parole du Seigneur.
R/. Factum est dum tólleret Dóminus Elíam per túrbinem in cælum, Eliséus clamábat dicens: * Pater mi, pater mi, currus Israel et auríga eius. V/. Oro, dómine, ut fiat spíritus tuus duplex in me. At ille: Si vidéris quando tollar a te, erit quod petísti. * Pater mi. R/. Tandis que le Seigneur enlevait Élie jusqu'au ciel dans un ouragan, voici qu'Élisée se mit à crier: * Mon père! Mon père! Char d'Israël et ses coursiers! V/. Je t'en prie, mon seigneur, obtiens que je reçoive une double part de l'esprit que tu as reçu! Élie reprit: Si, au moment où je serai enlevé loin de toi, tu en as la vision, tu obtiendras ce que tu demandes. * Mon père.
Lectio III Lecture III
Dixérunt autem fílii prophetárum ad Eliséum: "Ecce locus in quo habitámus coram te, angústus est nobis. Eámus usque ad Iordánem, et tollant sínguli de silva matérias síngulas, ut ædificémus nobis ibi locum ad habitándum." Qui dixit: "Ite." Et ait unus ex illis: "Veni ergo et tu cum servis tuis." Respóndit: "Ego véniam." Et ábiit cum eis. Cumque veníssent ad Iordánem, cædébant ligna. Les frères prophètes dirent à Élisée: " Voici que l'endroit où nous habitons près de toi est trop étroit pour nous. Allons donc jusqu'au Jourdain; nous y prendrons chacun une poutre et nous nous ferons là une demeure. " Il répondit: " Allez. " L'un d'eux dit: " Consens à accompagner tes serviteurs ", et il répondit: " J'irai "; il partit avec eux. Arrivés au Jourdain, ils coupèrent le bois.
R/. Audi, Israel, præcépta Dómini, et ea in corde tuo quasi in libro scribe; * Et dabo tibi terram fluéntem lac et mel. V/. Israel, si me audíeris, non erit in te deus recens, neque adorábis deum aliénum. * Et dabo. R/. Écoute, Israël, écoute les préceptes du Seigneur! Inscris-les dans ton cœur comme sur un livre; * Et je te donnerai une terre, un pays ruisselant de lait et de miel. V/. Vas-tu m'écouter, Israël? Tu n'auras pas chez toi d'autres dieux, tu ne serviras aucun dieu étranger. * Et.
Lectio IV Lecture IV
Accidit autem ut, cum unus matériam succidísset, cáderet ferrum secúris in aquam; exclamavítque ille et ait: "Heu, dómine mi! Et hoc ipsum mútuo accéperam!" Dixit autem homo Dei: "Ubi cécidit?" At ille monstrávit ei locum. Præcídit ergo lignum et misit illuc, natavítque ferrum. Et ait: "Tolle!" Qui exténdit manum et tulit illud. Or, comme l'un deux abattait sa poutre, la lame de fer tomba dans l'eau, et il s'écria: " Hélas, Monseigneur! Et encore elle était empruntée! " Mais l'homme de Dieu lui demanda: " Où est-elle tombée? " Et l'autre lui montra la place. Alors il cassa un bout de bois, le jeta à cet endroit et fit flotter le fer. Il dit: " Retire-le ", et l'homme étendit la main et le prit.
R/. Attendíte, pópule meus, legem meam; * Inclináte aurem vestram in verba oris mei. V/. Apériam in parábolis os meum, loquar propositiónes ab inítio sæculi. * Inclináte. V/. Glória Patri. * Inclináte. R/. Ecoute ma loi, ô mon peuple, * Tends l'oreille aux paroles de ma bouche. V/. J'ouvrirai la bouche pour une parabole, je publierai ce qui fut caché dès l'origine. * Tends l'oreille. V/. Gloire au Père. * Tends l'oreille.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Tractátu sancti Irenæi epíscopi Advérsus hæreses (Lib. 5, 17: SC 153, 230-234) Traité de saint Irénée contre les hérésies
Lectio I Lecture I
Beátus homo cui non imputávit Dóminus peccátum, David eam quæ per advéntum eius est remissiónem præmónstrat, per quam delévit chirógraphum débiti nostri et affíxit illud cruci, uti, quemádmodum per lignum debitóres facti sumus Deo, per lignum accipiámus nostri débiti remissiónem. Heureux l'homme à qui le Seigneur n'impute pas de péché! David fait ainsi connaître par avance la rémission des péchés qu'a procurée la venue du Seigneur, cette rémission par laquelle il a détruit le document qui attestait notre dette et l'a cloué à la croix, afin que, comme par le bois nous étions devenus débiteurs à l'égard de Dieu, par le bois nous recevions la remise de notre dette.
R/. Deus qui sedes super thronum et iúdicas æquitátem, esto refúgium páuperum in tribulatióne; * Quia tu solus labórem et dolórem consíderas. V/. Tibi enim derelíctus est pauper, pupíllo tu eris adiútor; * Quia. R/. Tu sièges, ô Seigneur, toi qui juges avec justice: montre-toi la forteresse des malheureux dans leur angoisse; * Car tu regardes, toi, la peine et la souffrance! V/. Sur toi repose le faible, c'est toi qui viens en aide à l'orphelin; * Car.
Lectio II Lecture II
Hoc et per álios quidem multos, iam autem et per Eliséum prophétam significánter osténsum est. Cum enim hi qui cum illo erant prophétæ concíderent ligna ad fabricatiónem tabernáculi et ferrum excússum de secúri cecidísset in Iordánem et non invenirétur ab ipsis, véniens quidem Eliséus in ipsum locum, cum didicísset quid esset factum, lignum in aquam misit; hoc autem cum fecísset, supernatávit ferrum secúris, et de superfície aquæ sumpsérunt illud qui ante amíserant, per operatiónem ostendénte prophéta quod firmum Verbum Dei, quod per lignum neglegénter amiserámus nec inveniebámus, receptúri essémus íterum per ligni dispositiónem. Cela fut montré d'une manière symbolique, entre beaucoup d'autres, en la personne du prophète Élisée. Comme les prophètes qui se trouvaient avec lui coupaient du bois pour édifier leur habitation, le fer de la hache se détacha du manche et tomba dans le Jourdain. Il leur fut impossible de le retrouver. Étant arrivé en cet endroit et ayant appris ce qui s'était passé, Élisée jeta alors un morceau de bois dans l'eau: à peine l'avait-il fait, que le fer se mit à surnager, et ceux qui venaient de le perdre purent le reprendre à la surface de l'eau. Par cet acte, le prophète signifiait que le solide Verbe de Dieu, que nous avions perdu par le bois à cause de notre négligence et que nous ne retrouvions pas, nous le recouvrerions par le fait du bois.
R/. Quis est homo qui vivit et non vidébit mortem? * Aut quis éruet ánimam suam de manu ínferi? V/. Quis novit potestátem iræ tuæ aut præ timóre tuo iram tuam dinumeráre? * Aut. R/. Qui donc peut vivre et ne pas voir la mort? * Qui s'arracherait à l'emprise des enfers? V/. Qui comprendra la force de ta colère? Qui peut t'adorer dans tes fureurs? * Qui s'arracherait.
Lectio III Lecture III
Quóniam autem secúri símilis est Verbum Dei, Ioánnes Baptísta ait de eo: Iam autem secúris ad radícem árborum pósita est. Et Ieremías autem simíliter ait: Verbum Dómini quemádmodum bipénnis cædens petram. Hoc ergo Verbum abscónditum a nobis manifestávit quemádmodum prædíximus, ligni disposítio. Que le Verbe de Dieu soit semblable à une hache, Jean-Baptiste l'atteste, quand il dit de lui: Voici que la hache est à la racine des arbres. Jérémie dit de même: La parole du Seigneur est comme une hache à deux tranchants qui fend le rocher. Ainsi donc, ce Verbe qui nous avait été caché, le bois nous l'a manifesté, ainsi que nous venons de le dire.
R/. Vidérunt te aquæ, Deus, vidérunt te aquæ, et timuérunt; * Multitúdo sónitus aquárum vocem dedérunt nubes. V/. Illuxérunt coruscatiónes tuæ orbi terræ, commóta est et contrémuit terra. * Multitúdo. R/. Les eaux, en te voyant, Seigneur, les eaux, en te voyant, tremblèrent; * Il y eut un fracas de trombes d'eau, les nuées donnèrent de la voix. V/. Tes éclairs illuminèrent le monde, la terre s'agita et frémit. * Il y eut.
Lectio IV Lecture IV
Quóniam enim per lignum amísimus illud, per lignum íterum maniféstum ómnibus factum est, osténdens altitúdinem et longitúdinem et latitúdinem in se, et, quemádmodum dixit quidam de senióribus, per extensiónem mánuum duos pópulos ad unum Deum cóngregans; duæ quidem manus, quia et duo pópuli dispérsi in fines terræ, unum autem médium caput, quóniam et unus Deus super omnes et per omnes et in ómnibus nobis. En effet, puisque nous l'avions perdu par le bois, c'est par le bois qu'il est redevenu visible pour tous, montrant en lui-même la hauteur, la longueur et la largeur, et, comme l'a dit un des anciens, rassemblant par l'extension de ses mains les deux peuples vers un seul Dieu. Il y avait en effet deux mains, parce qu'il y avait deux peuples dispersés aux extrémités de la terre; mais au centre il n'y avait qu'une seule tête, parce qu'il n'y a qu'un seul Dieu, qui est au-dessus de toutes choses, à travers toutes choses et en nous tous.
R/. In Deo sperávit cor meum, et adiútus sum, et reflóruit caro mea, * Et ex voluntáte mea confitébor illi. V/. Ad te, Dómine, clamávi; Deus meus, ne síleas, ne discédas a me. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Au Seigneur Dieu, mon cœur fait confiance: il m'a guéri, ma chair a refleuri, * De toute mon âme, je lui rends grâce! V/. C'est toi, Seigneur, que j'appelle; mon Dieu, ne garde pas le silence, ne t'éloigne pas de moi! * De toute mon âme. V/. Gloire au Père. * De toute mon âme.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
In illo témpore: Dixit Iesus discípulis suis: "Sint lumbi vestri præcíncti et lucérnæ ardéntes." Et réliqua. Jésus disait à ses disciples: " Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées. " Et la suite.
Ex Expositióne sancti Ambrósii epíscopi in psalmum centésimum décimum octávum (Sermo 14: CSEL 62, 305-306) Sermon de saint Ambroise
Lectio I Lecture I
Sit tibi fides itíneris tui prævia, sit tibi iter Scriptúra divína. Bonus est cæléstis ductus elóquii. Ex hac lucérna accénde et tu lucérnam, ut lúceat intérior óculus tuus qui lucérna est tui córporis. Multas habes lucérnas, accénde omnes, quia dictum est tibi: Sint lumbi vestri præcíncti, et lucérnæ vestræ ardéntes. Quia multæ sunt ténebræ, multæ lucérnæ sunt necessáriæ; ut meritórum nostrórum in tantis ténebris lumen elúceat. Que la foi t'ouvre la route, que la divine Écriture soit ton chemin. Il est bon d'être guidé par la parole du ciel. À cette lampe allume aussi ta lampe, pour que brille ton œil intérieur, qui est la lampe de ton corps. As-tu beaucoup de lampes, allume-les toutes, car il t'a été dit: Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées. Parce qu'il y a beaucoup de ténèbres, il faut beaucoup de lampes, pour qu'au milieu de ténèbres si profondes brille notre lumière.
R/. Unam pétii a Dómino, hanc requíram: ut inhábitem in domo Dómini * Omnibus diébus vitæ meæ. V/. Ut vídeam voluptátem Dómini et prótegar a templo sancto eius; * Omnibus diébus. R/. J'ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche: habiter la maison du Seigneur * Tous les jours de ma vie. V/. Pour admirer le Seigneur dans sa beauté, me réfugier dans son temple saint; * Tous les jours.
Lectio II Lecture II
Virtútes sunt lucérnæ ardéntes, quæ die ac nocte in templo Dei lucent. Si templum Dei in córpore tuo servas, si membra tua membra sunt Christi, lucent virtútes tuæ, quas nullus exstínguit, nisi eas tuum crimen extínxerit. Hoc lúmine castæ mentis et piæ devotiónis sollemnitátis nostræ festa respléndeant. Nos vertus sont ces lampes allumées qui luisent nuit et jour dans le temple de Dieu. Si tu préserves dans ton corps le temple de Dieu, si tes membres sont les membres du Christ, alors brillent tes vertus que nul n'éteint, sauf une faute grave de ta part. Que cette lumière de l'âme chaste et de la dévotion ardente fasse resplendir notre fête solennelle.
R/. Quam magna multitúdo dulcédinis tuæ, Dómine, * Quam abscondísti timéntibus te! V/. Perfecísti eis qui sperant in te, in conspéctu filiórum hóminum. * Quam abscondísti. R/. Qu'elle est grande, Seigneur, l'abondance de tes douceurs! * Tu la réserves à ceux qui te craignent. V/. Tu combles, au regard des hommes, ceux qui ont en toi leur espérance. * Tu la réserves.
Lectio III Lecture III
Luceat ergo semper lucérna tua. Arguit Christus étiam eos qui utúntur lucérna, si non semper utántur, dicens: Sint lumbi vestri præcíncti et lucérnæ ardéntes. Non ad horam exsultémus in lúmine. Ad horam exsúltat qui audit verbum in ecclésia et gaudet; egréssus autem oblivíscitur quod audívit aut néglegit. Iste est qui sine lucérna in domo sua ámbulat; ideóque in ténebris ámbulat, qui ópera tenebrárum facit, indútus vestiménta diáboli, non Christum. Hæc fiunt quando verbi lucérna non lucet. Numquam ergo neglegámus verbum Dómini ex quo nobis ómnium orígo virtútum est, universorúmque óperum quidam procéssus. Que luise donc sans cesse ta lampe. Le Christ reprend même ceux qui en ont une, s'ils n'en font pas usage en tout temps, quand il dit: Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées. Ne nous réjouissons pas de la lumière pour une heure. Il se réjouit pour une heure, celui qui écoute avec joie la parole de Dieu à l'église; mais, à la sortie, oublie ou néglige ce qu'il avait entendu. Le voilà, celui qui marche sans lampe dans sa demeure; c'est pourquoi il marche dans les ténèbres celui qui fait les œuvres des ténèbres; il est revêtu des habits du diable, il n'a pas revêtu le Christ. C'est ce qui arrive quand ne brille pas la lampe de la parole. Ne négligeons donc jamais la parole du Seigneur; elle est pour nous la source de toutes les vertus et pour ainsi dire le progrès de toutes nos œuvres.
R/. Fiat manus tua ut salvum me fáciat, quia mandáta tua elégi. * Concupívi salutáre tuum, Dómine. V/. Errávi sicut ovis quæ períerat; requíre servum tuum, Dómine, quia mandáta tua non sum oblítus. * Concupívi. R/. Que ta main vienne à mon aide, car j'ai choisi tes préceptes. * J'ai le désir de ton salut, Seigneur! V/. Je m'égare, brebis perdue: viens chercher ton serviteur, je n'oublie pas tes volontés. * J'ai le désir.
Lectio IV Lecture IV
Si membra córporis nostri sine luce operári recte non queunt, (nam pedes vacíllant sine lúmine, et manus errant), quanto magis ad verbi lumen dirigénda sunt ánimæ nostræ vestígia, mentis incéssus! Sunt et manus ánimæ quæ bene tangunt, ut tétigit Thomas domínicæ resurrectiónis indícia, si verbi præséntis nobis lumen lúceat. Hæc lucérna accénsa sit in omni verbo, in omni ópere. Ad hanc lucérnam gressus noster forénsis internúsque moveátur. Les membres de notre corps ne sauraient œuvrer correctement sans la lumière, les pieds titubent et les mains tâtonnent en son absence; combien plus les démarches de notre âme et celles de notre esprit doivent-elles être guidées à la lumière de la parole! L'âme aussi a des mains qui savent toucher, comme Thomas toucha les marques de la résurrection du Seigneur, pourvu que brille la lumière de la parole qui nous est présente. Que dans toute parole, dans toute œuvre, soit allumée cette lampe. Que nos démarches extérieures et intérieures s'opèrent à cette lumière!
R/. Duo séraphim clamábant alter ad álterum: * Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth; * Plena est omnis terra glória eius. V/. Tres sunt qui testimónium dant in cælo, Pater, Verbum, et Spíritus Sanctus: et hi tres Unum sunt. * Sanctus. V/. Glória Patri. * Plena est. R/. Deux anges flamboyants se criaient l'un à l'autre: * Il est Saint! Il est Saint! Il est Saint, le Seigneur, Dieu de l'univers! * Toute la terre est remplie de sa gloire. V/. Ils sont trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, le Verbe, et l'Esprit Saint: et les trois sont Un seul. * Il est Saint. V/. Gloire au Père. * Toute la terre.