Vigiles (OSB) du vendredi 16 août 2019 - de la férie

Hebdomada XIX per annum XIXème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De libro secúndo Regum Du second livre des Rois
Athalía mater Ochozíæ videns mórtuum fílium suum surréxit et interfécit omne semen régium. Tollens autem Iósaba fília regis Ioram, soror Ochozíæ, Ioas fílium Ochozíæ furáta est eum de médio filiórum regis qui interficiebántur, et nutrícem eius in cubículo lectórum et abscondérunt eum a fácie Atháliæ, ut non interficerétur. Erátque cum ea in domo Dómini clam sex annis; porro Athalía regnávit super terram. Anno autem séptimo misit Ióiada et assúmens centuriónes Carum et cursórum introdúxit ad se in templum Dómini pepigítque cum eis fœdus; et adiúrans eos in domo Dómini osténdit eis fílium regis. Lorsque la mère d'Ochozias, Athalie, eut appris que son fils était mort, elle entreprit d'exterminer toute la descendance royale. Mais Yehoshéba fille du roi Joram et sœur d'Ochozias, retira furtivement Joas, son neveu, du groupe des fils du roi qu'on massacrait et elle le mit, avec sa nourrice, dans la chambre des lits; elle le déroba ainsi à Athalie et il ne fut pas mis à mort. Il resta six ans avec elle, caché dans le Temple du Seigneur, pendant qu'Athalie régnait sur le pays. La septième année, Yehoyada envoya chercher les centeniers des Cariens et des gardes, et les fit venir auprès de lui, dans le Temple du Seigneur. Il conclut un pacte avec eux, leur fit prêter serment et leur montra le fils du roi.
Et fecérunt centuriónes iuxta ómnia quæ præcéperat eis Ióiada sacérdos, et assuméntes sínguli viros suos qui ingrediebántur sábbato, cum his qui egrediebántur sábbato, venérunt ad Ióiada sacerdótem. Qui dedit centuriónibus hastas et peltas regis David, quæ erant in domo Dómini. Et stetérunt cursóres sínguli habéntes arma in manu sua a parte templi déxtera usque ad partem templi sinístram contra altáre et ædem circum regem. Produxítque fílium regis et dedit ei diadéma et testimónium; fecerúntque eum regem et unxérunt et plaudéntes manu dixérunt: "Vivat rex!" Les centeniers firent tout ce que leur avait ordonné le prêtre Yehoyada. Ils prirent chacun leurs hommes, la garde descendante du jour du sabbat en même temps que la garde montante du jour du sabbat, et vinrent auprès du prêtre Yehoyada. Le prêtre donna aux centeniers les lances et les boucliers du roi David, qui étaient dans le Temple du Seigneur. Les gardes se rangèrent, leurs armes à la main, depuis l'angle sud jusqu'à l'angle nord du Temple, entourant l'autel et le Temple. Alors Yehoyada fit sortir le fils du roi, il lui imposa le diadème et lui remit le document de l'alliance; on le fit roi et on lui donna l'onction. On battit des mains et on cria: " Vive le roi! "
Audívit autem Athalía vocem pópuli et ingréssa ad turbas in templum Dómini vidit regem stantem super tribúnal iuxta morem et príncipes et tubas prope eum omnémque pópulum terræ lætántem et canéntem tubis; et scidit vestiménta sua clamavítque: "Coniurátio, coniurátio!" Præcépit autem Ióiada sacérdos centuriónibus qui erant super exércitum, et ait eis: "Edúcite eam extra consæpta templi, et quicúmque secútus eam fúerit, feriátur gládio." Díxerat enim sacérdos: "Non occidátur in templo Dómini." Imposuerúntque ei manus et impegérunt eam per viam intróitus Equórum in palátium, et interfécta est ibi. Entendant la clameur populaire, Athalie se rendit vers le peuple au Temple du Seigneur. Quand elle vit le roi debout sur l'estrade, selon l'usage, les chefs et les trompettes près du roi, tout le peuple du pays exultant de joie et sonnant de la trompette, Athalie déchira ses vêtements et cria: " Trahison! Trahison! " Alors le prêtre Yehoyada donna un ordre aux commandants de la troupe: " Faites-la sortir entre les rangs, leur dit-il, et si quelqu'un la suit, qu'on le passe au fil de l'épée "; car le prêtre s'était dit: " Il ne faut pas qu'elle soit tuée dans le Temple du Seigneur. " Ils mirent la main sur elle et, quand elle arriva au palais royal par l'Entrée des Chevaux, là elle fut mise à mort.
Pépigit Ióiada fœdus inter Dóminum et inter regem et inter pópulum, ut esset pópulus Dómini, et inter regem et pópulum. Ingressúsque est omnis pópulus terræ templum Baal, et destruxérunt illud et aras eius et imágines contrivérunt válide; Matthan quoque sacerdótem Baal occidérunt coram altáribus. Et pósuit sacérdos custódias in domo Dómini tulítque centuriónes et Cares et cursóres et omnem pópulum terræ; deduxerúntque regem de domo Dómini. Et venérunt per viam portæ Cursórum in palátium et sedit super thronum regum. Yehoyada conclut entre le Seigneur, le roi et le peuple l'alliance par laquelle celui-ci s'obligeait à être le peuple du Seigneur; de même entre le roi et le peuple. Tout le peuple du pays se rendit ensuite au temple de Baal et le démolit; on brisa de belle façon ses autels et ses images et on tua Mattân, prêtre de Baal, devant les autels. Le prêtre établit des postes de surveillance pour le Temple du Seigneur, puis il prit des centeniers, les Cariens et les gardes, et tout le peuple du pays. Ils firent descendre le roi du Temple du Seigneur et entrèrent au palais par la porte des Gardes. Joas s'assit sur le trône des rois.
Lætatúsque est omnis pópulus terræ, et cívitas conquiévit; Athalía autem occísa est gládio in domo regis. Tout le peuple du pays était en liesse mais la ville ne bougea pas. Quant à Athalie, on la fit périr par l'épée dans le palais royal.
R/. Beáti qui hábitant in domo tua, Dómine, * In sæcula sæculórum laudábunt te. V/. Dómine Deus virtútum, exáudi oratiónem meam. * In sæcula. V/. Glória Patri. * In sæcula. R/. Heureux les habitants de ta maison, Seigneur, * Ils pourront te chanter sans fin! V/. Seigneur, Dieu de l'univers, entends ma prière! * Ils pourront. V/. Gloire au Père. * Ils pourront.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Homilíis sancto Ioánni Chrysóstomo epíscopo attribútis (Hom. In ramos palmarum: PG 61, 715-716) Homélie attribuée à saint Jean Chrysostome
Turba, accépta supérne revelatióne, clamábat ad Dóminum dicens: Hosánna in excélsis , benedíctus qui venit in nómine Dómini, Rex Israel. Id certe omníno verisímile est. Undenam vero probátur Iudáicam hanc turbam supérne revelatiónem accepísse. Undenam ígitur id probábo? Ex ipsis Dómini verbis. Nam, summi sacerdótes et scribæ dicébant ad Iesum: "Audis quid hi dicunt?" Iesus autem dicit eis: "Etiam, numquam legístis: Ex ore infántium et lacténtium perfecísti laudem?" Nec ex Dómini verbis tantum, sed étiam ex stupéndo turbárum motu et occúrsu et ex gestis eárum asséritur: non modo enim clamábant, sed étiam ramos olivárum et palmárum secábant manibúsque gestábant, ac vestiménta sua substernébant, atque servatórem et regem et Dóminum appellábant; unde palam cuívis est ipsos supérne revelatiónem accepísse. La foule, qui avait reçu d'en haut une révélation, criait vers le Seigneur en disant: Hosanna au plus haut des cieux! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, le roi d'Israël! Qu'ils aient dit cela paraît, certes, tout-à-fait vraisemblable; et en vérité, nous en tirons la preuve que cette foule des Juifs avait reçu d'en haut une révélation. De quelle manière vais-je le prouver? À partir des paroles mêmes du Seigneur: en effet, les chefs des prêtres et les scribes dirent à Jésus: "Tu entends ce qu'ils crient?" Jésus leur répond: "Oui. Vous n'avez donc jamais lu dans l'Écriture: De la bouche des enfants, des tout-petits, tu as fait monter la louange?" Et ce ne sont pas seulement les paroles du Seigneur qui confirment cette exégèse, mais encore le mouvement surprenant des foules qui accourent, et leur comportement: car il ne leur suffisait pas de crier, ils coupaient des rameaux d'oliviers et des palmes, et les tenaient en mains; ils étendaient leurs vêtements à terre, et donnaient aussi au Seigneur les noms de Sauveur et de Roi; d'où il est évident pour tout un chacun, qu'ils avaient reçu d'en haut une révélation.
Nisi enim de cælo accepíssent, unde novísset turba Dóminum esse regem? Regis huius mundi diadéma non gestábat, non vestiebátur púrpura, non comitabátur eum exércitus, non præcurrébant équites, non currus, non clýpei auro obdúcti, non vehebátur curru púrpura strato, sed pullo insidébat aliéno, duócecim tantum ducens discípulos. Unde ergo nóverat turba ipsum esse regem, nisi ex supérna revelatióne? S'ils n'avaient pas reçu du ciel une révélation, comment la foule aurait-elle su que le Seigneur est roi? Il ne portait pas le diadème d'un roi de ce monde, il n'était pas revêtu de pourpre, ni escorté d'une armée, ni précédé de coursiers; pas de chars, pas de boucliers dorés; il n'était pas porté sur un char tendu de pourpre, mais, assis sur un ânon d'emprunt, il faisait son entrée à la tête de douze disciples seulement. Alors, comment la foule savait-elle qu'il était roi, si ce n'est par une révélation d'en haut?
Ideóque in Dómino non quærébant vulgáre diadéma; nóverant enim ipsum sine princípio regnáre; non quærébant púrpuram, vidébant enim illum amíctum lúmine sicut vestiménto; non circumspiciébant mílitum turmam, obtemperántes prophétæ dicénti: Decem mílies dena mília ministrábant ei, et mília mílium archangelórum assistébant ei. Non quærébant équites et currus; sciébant enim ipsum esse qui Elíam in curru ígneo assúmpsit; quia nóverant evangelístas equórum instar illum sequi, credéntes prophétæ, nempe Zacharíæ dicénti: Post illum equi albi, rútili, várii et flóridi. Albus equus est Matthæus, qui ea quæ spectant ad incarnatiónem Dómini clárius descrípsit; flóridus equus Marcus, qui florídius evangélium scripsit; várius equus Lucas, útpote qui elegantióri et vário sermóne Christi gesta narrávit; rútilus equus Ioánnes, qui Christi divinitátem, quasi fulgur ígneum inter apóstolos respléndens declarávit: In princípio erat Verbum et Verbum erat apud Deum, et Deus erat Verbum. Mais en fait, ce n'est pas un diadème ordinaire qu'ils recherchaient quant au Seigneur, car ils savaient que son règne est sans commencement; ils ne recherchaient pas la pourpre, car ils le voyaient revêtu de lumière, comme d'un manteau; ils ne scrutaient pas l'horizon pour découvrir une troupe de soldats, persuadés qu'ils étaient de cette parole du prophète: Des millions d'êtres le servaient, des centaines de millions se tenaient devant lui. Ils ne recherchaient pas les coursiers et les chars, car ils savaient que c'était lui qui enleva Élie dans un char de feu; et ils savaient que les évangélistes, tels des coursiers, le suivent; car ils se fiaient aux paroles du prophète, je veux dire Zacharie: Derrière lui allaient des coursiers blancs, feu alezans, bais tachetés, et gris pommelés, ce qui veut dire fleuris. Le coursier blanc, c'est Matthieu, qui a exposé si brillamment ce qui touche l'incarnation du Seigneur; le coursier pommelé, comme fleuri, c'est Marc, lui qui a rédigé son évangile dans un style joliment fleuri; le coursier tacheté, c'est Luc, lui qui a raconté les faits et gestes du Seigneur dans un langage si élégant et varié; le coursier feu, c'est Jean, qui, tel un éclair de feu étincelant parmi les Apôtres, a mis en lumière la divinité du Christ: Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.
R/. Dóminus, qui elégit te, ipse te coronávit coróna iustítiæ; * Via enim Dómini recta facta est coram te. V/. Via iustórum recta facta est, et iter sanctórum præparátum est. * Via enim. V/. Glória Patri. * Via enim. R/. C'est le Seigneur qui t'a choisi, lui-même t'a couronné d'un diadème de sainteté; * Car devant toi a été redressé le chemin du Seigneur. V/. Le chemin des justes est tracé droit, la route des saints, frayée d'avance. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.