affiche_liturgia("journee")office = vigiles20190818

Vigiles (OSB) du dimanche 18 août 2019 - XXème dimanche dans l'année

Hebdomada XX per annum XXème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XX per annum XXème dimanche dans l'année
éditer éditer
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Incipit Epístula beáti Pauli apóstoli ad Ephésios De la lettre de saint Paul aux Éphésiens
Lectio I Lecture I
Paulus apóstolus Christi Iesu per voluntátem Dei sanctis, qui sunt Ephesi, et fidélibus in Christo Iesu: grátia vobis et pax a Deo Patre nostro et Dómino Iesu Christo. Paul, apôtre du Christ Jésus, par la volonté de Dieu, aux saints et fidèles dans le Christ Jésus. À vous grâce et paix de par Dieu notre Père et le Seigneur Jésus-Christ.
R/. Super pópulum tuum, Dómine, * Benedíctio tua. V/. Dómini est salus, et super pópulum tuum * Benedíctio. R/. Sur ton peuple, Seigneur, * Que vienne ta bénédiction! V/. Du Seigneur vient le salut: sur ton peuple, * Que vienne.
Lectio II Lecture II
Benedíctus Deus et Pater Dómini nostri Iesu Christi, qui benedíxit nos in omni benedictióne spiritáli in cæléstibus in Christo, sicut elégit nos in ipso ante mundi constitutiónem, ut essémus sancti et immaculáti in conspéctu eius in caritáte, qui prædestinávit nos in adoptiónem filiórum per Iesum Christum in ipsum, secúndum beneplácitum voluntátis suæ, in laudem glóriæ grátiæ suæ, in qua gratificávit nos in Dilécto. Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis par toutes sortes de bénédictions spirituelles, aux cieux, dans le Christ. C'est ainsi qu'Il nous a élus en lui, dès avant la fondation du monde, pour être saints et immaculés en sa présence, dans l'amour, déterminant d'avance que nous serions pour Lui des fils adoptifs par Jésus-Christ. Tel fut le bon plaisir de sa volonté, à la louange de gloire de sa grâce, dont Il nous a gratifiés dans le Bien-Aimé.
R/. Cum invocárem te, exaudísti me, Deus iustítiæ meæ; in tribulatióne dilatásti me. * Miserére mihi, Dómine, et exáudi oratiónem meam. V/. Fílii hóminum, úsquequo graves corde? Ut quid dilígitis vanitátem et quæritis mendácium? * Miserére. R/. Quand je crie vers toi, tu me réponds, Dieu, ma justice; toi qui me libères dans la détresse. * Pitié pour moi, Seigneur, écoute ma prière! V/. Fils des hommes, jusqu'où irez-vous dans la dureté de cœur, l'amour du néant et la course au mensonge? * Pitié.
Lectio III Lecture III
In quo habémus redemptiónem per sánguinem eius, remissiónem peccatórum, secúndum divítias grátiæ eius, quam superabundáre fecit in nobis in omni sapiéntia et prudéntia, notum fáciens nobis mystérium voluntátis suæ, secúndum beneplácitum eius, quod propósuit in eo, in dispensatiónem plenitúdinis témporum: recapituláre ómnia in Christo, quæ in cælis et quæ in terra, in ipso. En lui nous trouvons la rédemption, par son sang, la rémission des fautes, selon la richesse de sa grâce, qu'Il nous a prodiguée, en toute sagesse et intelligence: Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, ce dessein bienveillant qu'Il avait formé en lui par avance, pour le réaliser quand les temps seraient accomplis: ramener toutes choses sous un seul Chef, le Christ, les êtres célestes comme les terrestres.
R/. Dómini est terra et plenitúdo eius, * Orbis terrárum et univérsi qui hábitant in eo. V/. Ipse super mária fundávit eum, et super flúmina præparávit eum. * Orbis. R/. Au Seigneur, le monde et sa richesse, * La terre et tous ses habitants! V/. C'est lui qui l'a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots; * La terre.
Lectio IV Lecture IV
In quo étiam sorte vocáti sumus, prædestináti secúndum propósitum eius, qui ómnia operátur secúndum consílium voluntátis suæ, ut simus in laudem glóriæ eius, qui ante sperávimus in Christo; in quo et vos cum audissétis verbum veritátis, evangélium salútis vestræ, in quo et credéntes signáti estis Spíritu promissiónis Sancto, qui est árrabo hereditátis nostræ in redemptiónem acquisitiónis, in laudem glóriæ ipsíus. C'est en lui encore que nous avons été mis à part, désignés d'avance, selon le plan préétabli de Celui qui mène toutes choses au gré de sa volonté, pour être, à la louange de sa gloire, ceux qui ont par avance espéré dans le Christ. C'est en lui que vous aussi, après avoir entendu la Parole de vérité, l'Évangile de votre salut, et y avoir cru, vous avez été marqués d'un sceau par l'Esprit de la Promesse, cet Esprit Saint qui constitue les arrhes de notre héritage, et prépare la rédemption du Peuple que Dieu s'est acquis, pour la louange de sa gloire.
R/. Ad te, Dómine, levávi ánimam meam, * Deus meus, in te confído; non erubéscam. V/. Neque irrídeant me inimíci mei; étenim univérsi qui te exspéctant non confundéntur. * Deus meus. V/. Glória Patri. * Deus meus. R/. Vers toi, Seigneur, j'élève mon âme, * Mon Dieu, je m'appuie sur toi; épargne-moi la honte. V/. Ne laisse pas triompher mes ennemis; non, pour qui espère en toi, pas de déception. * Mon Dieu. V/. Gloire au Père. * Mon Dieu.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Epístulis sancti Ambrósii epíscopi (Ep. 76, 1.5.7-8: PL 16 , 1259.1260.1261) Lettre de saint Ambroise
Lectio I Lecture I
Poposcísti ut summam epístulæ quæ ad Ephésios scripta est inculcarémus tibi, quæ obscúrior vidétur, nisi eius distinctiónes cólligas, quibus persuadéndum putávit Apóstolus de Dei regno nobis non desperándum. Nulla epístula tantum benedictiónis incrépuit in plebe Dei, quantum ista in qua non solum benedíctos nos a Deo, sed in omni benedictióne benedíctos et spiritáli et in cæléstibus significávit divínæ lócuples grátiæ testis, et prædestinátos nos in adoptiónem filiórum, in Fílio quoque Dei nos cumulátos grátia, abundásse ea ad cognoscéndum mystérium ætérnæ voluntátis. Tu m'as demandé de t'inculquer l'essentiel de la lettre aux Éphésiens qui paraît assez obscure, à moins que tu ne rassembles ses traits distinctifs, par lesquels l'Apôtre a cru devoir nous persuader qu'au sujet du royaume de Dieu, nous ne devons pas désespérer. Aucune épître ne fait résonner autant de bénédictions au sein du peuple de Dieu que celle-ci dans laquelle ce témoin privilégié de la grâce divine nous signifie que non seulement nous sommes bénis de Dieu, mais bénis de toute bénédiction, et de toute bénédiction spirituelle, et dans les cieux; et que nous avons été destinés d'avance à devenir pour lui des fils adoptifs, et que dans le Fils de Dieu aussi nous avons été comblés de la grâce, et que nous avons surabondé de cette grâce pour connaître le mystère de son éternelle volonté.
R/. Aspice in me, Dómine, et miserére mei, quóniam únicus et pauper sum. De necessitátibus meis éripe me; * Et dimítte univérsa delícta mea. V/. Secúndum misericórdiam tuam meménto mei tu, propter bonitátem tuam, Dómine; * Et dimítte. R/. Regarde-moi, Seigneur, et prends pitié de moi, de moi qui suis seul et misérable. Tire-moi de la détresse, * Enlève tous mes péchés. V/. Dans ta miséricorde, souviens-toi de moi, en raison de ta bonté, Seigneur; * Enlève.
Lectio II Lecture II
Simus ítaque nos posséssio Dei, et ille nobis pórtio, in quo sunt divítiæ glóriæ et hereditátis eius. Quis enim dives, nisi solus Deus qui ómnia creávit? Sed multo magis dives misericórdia, qui omnes redémit, et nos, secúndum carnis natúram, iræ fílios et commotióni obnóxios mutávit quasi auctor natúræ, ut simus fílii pacis et caritátis. Quis enim natúram mutáre potest, nisi qui creávit natúram? Itaque suscitávit mórtuos et vivificátos in Christo sedére fecit in cæléstibus in ipso Dómino Iesu. Par conséquent, soyons nous-mêmes la possession de Dieu, et qu'il soit lui-même notre part, lui en qui se trouvent les richesses de sa gloire et de son héritage. Qui est riche, en effet, sinon Dieu seul qui a tout créé? Mais il est surtout riche en miséricorde, lui qui nous a tous rachetés et nous a transformés - enfants voués à la colère que nous étions, selon notre nature charnelle, et soumis aux troubles - lui qui, en tant qu'auteur de la nature, nous a changés, pour que nous soyons des enfants voués à la paix et à la charité. Qui peut, en effet, changer la nature, sinon celui qui a créé la nature? C'est pourquoi en la personne du Seigneur Jésus lui-même, il a ressuscité ceux qui étaient morts, les a fait revivre dans le Christ, et les a fait siéger dans les cieux.
R/. Vias tuas, Dómine, demónstra mihi et sémitas tuas édoce me. Dírige me in veritáte tua, * Quia tu es Deus salvátor meus, et te sustínui tota die. V/. Delícta iuventútis meæ et ignorántias meas ne memíneris, Dómine; * Quia. R/. Seigneur, fais-moi connaître ton chemin, enseigne-moi tes voies. Dirige-moi selon ta vérité, * Car tu es le Dieu qui me sauve, c'est toi que j'espère tout le jour. V/. Oublie, Seigneur, mon ignorance et les péchés de ma jeunesse; * Car.
Lectio III Lecture III
Non quo quisquam hóminum prærogatívam sedéndi merúerit in illa sede Dei, de qua Pater soli Fílio dixit: Sede a dextris meis; sed quia in illa carne Christi, per consórtium eiúsdem natúræ, caro omnis humáni géneris honoráta est. Nam sicut ille in nostra carne súbditus légitur, per unitátem carnis et obœdiéntiam córporis, in quo fuit obœdiens usque ad mortem; sic et nos in illíus carne consédimus in cæléstibus. Ce n'est pas qu'aucun homme ait pu mériter la prérogative de siéger sur ce trône de Dieu, dont le Père a dit au seul Fils: Siège à ma droite; mais c'est que dans cette chair du Christ, par notre participation à cette nature humaine du Christ, la chair de tout le genre humain est honorée. Car de même que nous pouvons lire que lui, c'est dans notre chair qu'il s'est soumis, du fait de l'unité qui existe entre la chair et l'obéissance corporelle, par laquelle il a été obéissant jusqu'à la mort, de même nous, c'est dans sa chair que nous siégeons avec lui dans les cieux.
R/. Audiam, Dómine, vocem laudis tuæ, * Ut enárrem univérsa mirabília tua. V/. Dómine, diléxi decórem domus tuæ, et locum habitatiónis glóriæ tuæ; * Ut enárrem. R/. Que j'entende, Seigneur, proclamer ta louange, * Et je raconterai chacune de tes merveilles. V/. J'aime, Seigneur, la beauté de ta maison, le lieu où demeure ta gloire; * Et je raconterai.
Lectio IV Lecture IV
Non ergo sédimus, sed in Christo consédimus, qui solus sedet ad déxteram Dei Fílius hóminis, sicut ipse dixit: Amodo vidébitis Fílium hóminis sedéntem ad déxteram Dei. In eo enim abundávit grátia eius et bónitas super nos in Christo Iesu, ut opéribus mórtuos, per fidem redémptos, salvátos grátia, tantæ donáret libertátis múnere, in quo velut resuscitáta étiam ipsa natúra, novæ sensit creatúræ grátiam: ut in bonis opéribus ambulémus creáti in Christo, qui ante obnóxiæ hereditátis vítio degenerávimus. Donc nous ne siégeons pas seuls, mais dans le Christ, nous siégeons ensemble avec lui, le Fils de l'homme, qui seul siège à la droite de Dieu, comme il l'a dit lui-même: Désormais vous verrez le Fils de l'homme siéger à la droite de Dieu. En cela, en effet, consiste l'abondance de la grâce de Dieu et de sa bonté envers nous dans le Christ Jésus, dans le fait que, à ceux qui étaient morts par les œuvres, rachetés par la foi, sauvés par la grâce, il ait fait don d'une si grande liberté, dans le Christ en qui notre nature même, comme ressuscitée elle aussi, a connu la grâce d'une nouvelle création: afin que nous marchions, que nous passions en faisant le bien, une fois créés dans le Christ, nous qui auparavant étions dégénérés par la défectuosité inhérente à un héritage, à une hérédité corrompue.
R/. Adiútor meus esto, Deus, * Ne derelínquas me. V/. Neque despícias me, Deus salutáris meus. * Ne. V/. Glória Patri. * Ne. R/. Mon Dieu, sois mon secours, * Ne m'abandonne pas! V/. Ne me délaisse pas, Dieu, mon salut! * Ne. V/. Gloire au Père. * Ne.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
In illo témpore: Dixit Iesus discípulis suis: "Ignem veni míttere in terram et quid volo? Si iam accénsus esset!" Et réliqua. Jésus disait à ses disciples: " Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé! " Et la suite.
Ex Sermónibus Petri Blesénsis (Sermo 25: PL 207, 635-636) Sermon de Pierre de Blois
Lectio I Lecture I
Christus qui accépit Spíritum, non ad mensúram dedit dona homínibus, et adhuc donáre non cessat: Omnes de plenitúdine eius accépimus, nec est qui se abscóndat a calóre eius. Cuius ignis in Sion et camínus eius in Ierúsalem. Hic est ignis quem Christus venit míttere in terram. Unde et in linguis ígneis super discípulos suos appáruit, ut legem ígneam linguæ ígneæ prædicárent. Le Christ, lui qui a reçu l'Esprit, n'a pas mesuré les dons qu'il a faits aux hommes, et jusqu'à présent, il ne cesse pas de distribuer ses dons. Tous nous avons eu part à sa plénitude, et rien n'échappe à son ardeur. Lui dont le feu est à Sion et la fournaise à Jérusalem. C'est ce feu que le Christ est venu apporter sur la terre. Voilà pourquoi c'est aussi par des langues de feu qu'il s'est manifesté au-dessus des disciples, pour que des langues de feu prêchent une loi de feu.
R/. Unam pétii a Dómino, hanc requíram: ut inhábitem in domo Dómini * Omnibus diébus vitæ meæ. V/. Ut vídeam voluptátem Dómini et prótegar a templo sancto eius; * Omnibus diébus. R/. J'ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche: habiter la maison du Seigneur * Tous les jours de ma vie. V/. Pour admirer le Seigneur dans sa beauté, me réfugier dans son temple saint; * Tous les jours.
Lectio II Lecture II
De hoc igne dicit Ieremías: De excélso misit ignem in óssibus meis et erudívit. In Christo síquidem Spíritus Sanctus plene et corporáliter habitávit. Ipse autem de Spíritu suo super omnes effúdit: Unicuíque datur manifestátio Spíritus ad utilitátem. Et subiúngit: Divisiónes gratiárum sunt, et divisiónes ministratiónum sunt, et divisiónes operatiónum: unus autem et idem Spíritus, dívidens síngulis, prout vult. Parlant de ce feu, Jérémie a dit: D'en haut, il a envoyé un feu au dedans de moi et m'a instruit. Et s'il est vrai que dans le Christ, l'Esprit Saint a habité pleinement et corporellement; lui, le Christ, a répandu de son Esprit sur tous: Chacun reçoit le don de manifester l'Esprit en vue du bien de tous. Et encore: Les dons de la grâce sont variés, les fonctions dans l'Église sont variées, les activités sont variées; mais c'est un même et unique Esprit: il distribue ses dons à chacun selon sa volonté.
R/. Quam magna multitúdo dulcédinis tuæ, Dómine, * Quam abscondísti timéntibus te! V/. Perfecísti eis qui sperant in te, in conspéctu filiórum hóminum. * Quam abscondísti. R/. Qu'elle est grande, Seigneur, l'abondance de tes douceurs! * Tu la réserves à ceux qui te craignent. V/. Tu combles, au regard des hommes, ceux qui ont en toi leur espérance. * Tu la réserves.
Lectio III Lecture III
Propter has divisiónes charísmatum designátur Spíritus Sanctus, nunc per ignem, nunc per óleum, nunc per vinum, nunc per aquam. Ignis est, quia semper ad diligéndum accéndit, quia semel eo accénsus ardére, id est ardénter dilígere, non desístit. Ignem, inquit, veni míttere in terram, et quid volo nisi ut árdeat? C'est en rapport avec ces divers charismes qu'on désigne l'Esprit Saint tantôt comme feu, tantôt comme huile, tantôt comme vin, tantôt comme eau. L'Esprit est feu, car il embrase toujours pour faire aimer; car, une fois embrasé par l'Esprit, on ne cesse plus de brûler, c'est-à-dire d'aimer avec ardeur. Je suis venu, dit-il, apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il brûle avec ardeur!
R/. Fiat manus tua ut salvum me fáciat, quia mandáta tua elégi. * Concupívi salutáre tuum, Dómine. V/. Errávi sicut ovis quæ períerat; requíre servum tuum, Dómine, quia mandáta tua non sum oblítus. * Concupívi. R/. Que ta main vienne à mon aide, car j'ai choisi tes préceptes. * J'ai le désir de ton salut, Seigneur! V/. Je m'égare, brebis perdue: viens chercher ton serviteur, je n'oublie pas tes volontés. * J'ai le désir.
Lectio IV Lecture IV
Spíritus Sanctus óleum est ratióne diversárum similitúdinum. Natúra enim ólei est quod inter omnes liquóres superiórem locum semper tenet. Sic et grátia Spíritus Sancti, qui abundántia suæ pietátis mérita súpplicum excédit et vota, excelléntior est ómnibus donis et ómnibus bonis. Oleum medicinále est quia dolóres mítigat, sed et Spíritus Sanctus vere óleum est, quia consolátor est qui consolátur nos in omni tribulatióne nostra. Oleum natúram habet immiscíbilem: nam et Spíritus Sanctus fons est, cui non commúnicat aliénus. Oleum aquis ómnibus superfértur: nam et Spíritus Sanctus ferebátur super aquas. On dit que l'Esprit Saint est huile en raison de divers symbolismes. La nature de l'huile, en effet, veut que parmi tous les liquides, elle occupe toujours le lieu supérieur. Et de même, la grâce de l'Esprit Saint, qui par la surabondance de sa tendresse excède les mérites et les désirs de ceux qui le supplient, est plus excellente que tous les dons et que tous les biens. L'huile est remède, car elle calme les douleurs, mais l'Esprit Saint aussi est vraiment huile, car il est le réconfort, qui nous réconforte dans toutes nos détresses. L'huile est d'une nature qui se refuse au mélange; et en effet, l'Esprit Saint lui aussi est une source, à laquelle ne participe aucune source étrangère. L'huile est comme portée au-dessus de tous les liquides, et en effet, l'Esprit Saint lui aussi était porté au-dessus des eaux.
R/. Duo séraphim clamábant alter ad álterum: * Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth; * Plena est omnis terra glória eius. V/. Tres sunt qui testimónium dant in cælo, Pater, Verbum, et Spíritus Sanctus: et hi tres Unum sunt. * Sanctus. V/. Glória Patri. * Plena est. R/. Deux anges flamboyants se criaient l'un à l'autre: * Il est Saint! Il est Saint! Il est Saint, le Seigneur, Dieu de l'univers! * Toute la terre est remplie de sa gloire. V/. Ils sont trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, le Verbe, et l'Esprit Saint: et les trois sont Un seul. * Il est Saint. V/. Gloire au Père. * Toute la terre.