Vigiles (OSB) du mercredi 21 août 2019 - St Pie X, pape

Hebdomada XX per annum XXème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
S. Pii X, papae St Pie X, pape
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Ephésios De la lettre de saint Paul aux Éphésiens
Fratres: Mémores estóte quod aliquándo vos gentes in carne, qui dicímini præpútium ab ea, quæ dícitur circumcísio in carne manufácta, quia erátis illo in témpore sine Christo, alienáti a conversatióne Israel et extránei testamentórum promissiónis, spem non habéntes et sine Deo in mundo. Rappelez-vous donc qu'autrefois, vous les païens - qui étiez tels dans la chair, vous qui étiez appelés " prépuce " par ceux qui s'appellent " circoncision ",... d'une opération pratiquée dans la chair! - rappelez-vous qu'en ce temps-là vous étiez sans Christ, exclus de la cité d'Israël, étrangers aux alliances de la Promesse, n'ayant ni espérance ni Dieu en ce monde!
Nunc in Christo Iesu vos, qui aliquándo erátis longe, facti estis prope in sánguine Christi. Ipse est enim pax nostra, qui fecit útraque unum et médium paríetem macériæ solvit, inimicítiam, in carne sua, legem mandatórum in decrétis evácuans, ut duos condat in semetípso in unum novum hóminem, fáciens pacem, et reconcíliet ambos in uno córpore Deo per crucem interfíciens inimicítiam in semetípso. Voici qu'à présent, dans le Christ Jésus, vous qui jadis étiez loin, vous êtes devenus proches, grâce au sang du Christ. Car c'est lui qui est notre paix, lui qui des deux peuples n'en a fait qu'un, détruisant la barrière qui les séparait, supprimant en sa chair la haine, cette Loi des préceptes avec ses ordonnances, pour créer en sa personne les deux en un seul Homme Nouveau, faire la paix, et les réconcilier avec Dieu, tous deux en un seul Corps, par la Croix: en sa personne il a tué la Haine.
Et véniens evangelizávit pacem vobis, qui longe fuístis, et pacem his, qui prope; quóniam per ipsum habémus accéssum ambo in uno Spíritu ad Patrem. Ergo iam non estis extránei et ádvenæ, sed estis concíves sanctórum et doméstici Dei, superædificáti super fundaméntum apostolórum et prophetárum, ipso summo angulári lápide Christo Iesu, in quo omnis ædificátio compácta crescit in templum sanctum in Dómino, in quo et vos coædificámini in habitáculum Dei in Spíritu. Alors il est venu proclamer la paix, paix pour vous qui étiez loin et paix pour ceux qui étaient proches: par lui nous avons en effet, tous deux en un seul Esprit, libre accès auprès du Père. Ainsi donc, vous n'êtes plus des étrangers ni des hôtes; vous êtes concitoyens des saints, vous êtes de la maison de Dieu. Car la construction que vous êtes a pour fondations les apôtres et prophètes, et pour pierre d'angle le Christ Jésus lui-même. En lui toute construction s'ajuste et grandit en un temple saint, dans le Seigneur; en lui, vous aussi, vous êtes intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu, dans l'Esprit.
R/. Exáudi, Deus, deprecatiónem meam, inténde oratióni meæ; * A fínibus terræ ad te clamávi, Dómine. V/. Dum anxiarétur cor meum, in petra exaltásti me; deduxísti me, quia factus es adiútor meus. * A fínibus terrae. V/. Glória Patri. * A fínibus terrae. R/. Dieu, entends ma plainte, exauce ma prière; * Des terres lointaines je t'appelle, Seigneur. V/. Quand le cœur me manque, tu m'élèves sur le roc; tu me conduis, car tu es pour moi un refuge. * Des terres lointaines. V/. Gloire au Père. * Des terres lointaines.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Lítteris encýclicis E suprémi apostolátus sancti Pii papæ décimi (ex Actis eius. Éd. Bonne Presse, vol 1, 36-38) Lettre encyclique E supremi apostolatus de saint Pie X
Cupíditas pacis ómnium profécto péctora attíngit, eámque nemo est qui non ínvocet veheménter. Verum hæc ipsa humanárum géntium ad maiestátem Dei imperiúmque revocátio, quantúmvis licet conémur, numquam nisi per Iesum Christum evéniet. Monet enim Apóstolus: Fundaméntum áliud nemo potest pónere, præter id quod pósitum est, quod est Christus Iesus. Scílicet unus ipse est quem Pater sanctificávit et misit in mundum; splendor Patris et figúra substántiæ eius, Deus verus verúsque homo: sine quo, Deum, ut opórtet, agnóscere nemo possit; nam neque Patrem quis novit, nisi Fílius et cui volúerit Fílius reveláre. Ex quo conséquitur, ut idem omníno sit instauráre ómnia in Christo atque hómines ad Dei obtemperatiónem redúcere. Un profond désir de paix habite assurément tous les cœurs, et cette paix, il n'est personne qui ne l'appelle ardemment. Mais toutefois, ce retour des nations humaines vers la majesté de Dieu et vers son règne, quelqu'effort que nous puissions faire d'ailleurs pour le réaliser, n'adviendra jamais que par Jésus-Christ. L'Apôtre, en effet, nous avertit : Le fondement, nul ne peut en poser un autre que celui qui est déjà posé: ce fondement, c'est Jésus-Christ. C'est lui seul que le Père a consacré et envoyé dans le monde, splendeur du Père, effigie de sa substance, vrai Dieu et vrai homme, sans lequel nul ne peut connaître Dieu comme il convient, car personne ne connaît le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. D'où il suit que c'est absolument une seule et même chose de tout récapituler dans le Christ et de reconduire les hommes vers la soumission à Dieu.
Huc ígitur curas intendámus opórtet, ut genus hóminum in Christi ditiónem redigámus: eo præstito, iam ad ipsum Deum remigráverit. Ad Deum, ínquimus, non socórdem illum atque humána neglegéntem, quem materialistárum deliraménta effinxérunt; sed Deum vivum ac verum, unum natúra, persónis trinum, auctórem mundi, ómnia sapientíssime providéntem, iustíssimum dénique legislatórem, qui sontes plectat, præmia propósita virtútibus hábeat. Et c'est pourquoi le but vers lequel doivent converger tous nos efforts, c'est de ramener le genre humain à l'empire du Christ. Cela obtenu, l'homme reviendra vers Dieu même. Vers Dieu, disons-nous, non pas vers ce Dieu insouciant, indifférent aux réalités humaines, que les divagations des matérialistes ont imaginé, mais vers le Dieu vivant et vrai, Un par sa nature, Trine en ses Personnes, l'auteur du monde, disposant toute chose avec une sagesse infinie, enfin le législateur le plus juste qui soit, susceptible de punir les actions coupables et d'offrir aux vertus les récompenses promises.
Porro qua iter nobis ad Christum páteat, ante óculos est; per Ecclésiam vidélicet. Quamóbrem iure Chrysóstomus: "Spes tua Ecclésia, salus tua Ecclésia, refúgium tuum Ecclésia." In id namque illam cóndidit Christus, quæsítam sui sánguinis prétio; eíque doctrínam suam ac suárum præcépta legum commendávit, amplíssima simul impértiens divínæ grátiæ múnera ad sanctitátem ac salútem hóminum. Vidétis ígitur quale demum nobis vobísque páriter ófficium sit demandátum, ut consociatiónem hóminum, a Christi sapiéntia aberrántem, ad Ecclésiæ disciplínam revocémus; Ecclésia vero Christo subdet, Christus autem Deo. Or, le chemin qui nous ouvre l'accès vers le Christ est sous nos yeux: c'est l'Église qui est ce chemin. Voilà pourquoi saint Jean Chrysostome dit avec raison: " Ton espérance est l'Église, ton salut est l'Église, ton refuge est l'Église. " Car c'est pour cela que le Christ l'a établie, après se l'être acquise au prix de son sang; pour cela qu'il lui a confié son enseignement et les préceptes de sa loi, et lui a prodigué en même temps les trésors surabondants de la grâce divine, destinés à la sanctification et au salut des hommes. Vous voyez donc bien quelle œuvre nous est principalement confiée, à nous comme à vous pareillement. Il s'agit de ramener toute la société humaine, toute la famille humaine, égarée loin de la sagesse du Christ, vers la docilité à l'Église; l'Église, à son tour, la soumettra au Christ; et le Christ, à Dieu.
R/. Vere fámulus Dei, in quo dolus non est invéntus; qui dum esset summus póntifex terréna non métuit, sed cæléstia desíderans; ideóque in stádio pósitus, * Dómini Iesu Christi conféssor efféctus est. V/. Ecce sacérdos magnus, qui in diébus suis plácuit Deo et invéntus est iustus. * Dómini. V/. Glória Patri. * Dómini. R/. Cet homme, un véritable familier de Dieu, n'a jamais proféré le mensonge; lorsqu'il était pontife suprême, il n'a pas craint d'affronter les réalités de ce monde terrestre, mais tout en aspirant aux réalités du monde céleste; c'est pourquoi, tandis qu'il était encore en lice parmi nous, * Il a été le champion qui proclamait la seigneurie du Christ Jésus. V/. Voici le grand prêtre qui, durant les jours de sa vie, fut agréable à Dieu et vivait comme un juste. * Il a été. V/. Gloire au Père. * Il a été.