Vigiles (OSB) du jeudi 22 août 2019 - Bienheureuse Vierge Marie, reine.

Hebdomada XX per annum XXème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
B. Mariae Virginis Reginae Bienheureuse Vierge Marie, reine.
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Ephésios De la lettre de saint Paul aux Éphésiens
Ego Paulus vinctus Christi Iesu pro vobis géntibus - si tamen audístis dispensatiónem grátiæ Dei, quæ data est mihi pro vobis, quóniam secúndum revelatiónem notum mihi factum est mystérium, sicut supra scripsi in brevi, prout potéstis legéntes intellégere prudéntiam meam in mystério Christi, quod áliis generatiónibus non innótuit fíliis hóminum, sícuti nunc revelátum est sanctis apóstolis eius et prophétis in Spíritu, esse gentes coherédes et concorporáles et compartícipes promissiónis in Christo Iesu per evangélium, cuius factus sum miníster secúndum donum grátiæ Dei, quæ data est mihi secúndum operatiónem virtútis eius. Moi, Paul, prisonnier du Christ à cause de vous, païens... Car vous avez appris, je pense, comment Dieu m'a dispensé la grâce qu'il m'a confiée pour vous, m'accordant par révélation la connaissance du Mystère, tel que je viens de l'exposer en peu de mots: à me lire, vous pouvez vous rendre compte de l'intelligence que j'ai du Mystère du Christ. Ce Mystère n'avait pas été communiqué aux hommes des temps passés comme il vient d'être révélé maintenant à ses saints apôtres et prophètes, dans l'Esprit: les païens sont admis au même héritage, membres du même Corps, bénéficiaires de la même Promesse, dans le Christ Jésus, par le moyen de l'Évangile. De cet Évangile je suis devenu ministre par le don de la grâce que Dieu m'a confiée en y déployant sa puissance.
Mihi ómnium sanctórum mínimo data est grátia hæc: géntibus evangelizáre investigábiles divítias Christi et illumináre omnes, quæ sit dispensátio mystérii abscónditi a sæculis in Deo, qui ómnia creávit, ut innotéscat nunc principátibus et potestátibus in cæléstibus per ecclésiam multifórmis sapiéntia Dei secúndum propósitum sæculórum, quod fecit in Christo Iesu Dómino nostro, in quo habémus fidúciam et accéssum in confidéntia per fidem eius. À moi, le moindre de tous les saints, a été confiée cette grâce-là, d'annoncer aux païens l'insondable richesse du Christ et de mettre en pleine lumière la dispensation du Mystère: il a été tenu caché depuis les siècles en Dieu, le Créateur de toutes choses, pour que les Principautés et les Puissances célestes aient maintenant connaissance, par le moyen de l'Église, de la sagesse infinie en ressources déployée par Dieu en ce dessein éternel qu'il a conçu dans le Christ Jésus notre Seigneur, et qui nous donne d'oser nous approcher en toute confiance par le chemin de la foi au Christ.
Propter quod peto, ne deficiátis in tribulatiónibus meis pro vobis, quæ est glória vestra. Ainsi, je vous en prie, ne vous laissez pas abattre par les épreuves que j'endure pour vous; elles sont votre gloire!
R/. Confitébimur tibi, Deus; confitébimur tibi, * Et invocábimus nomen tuum. V/. Narrábo ómnia mirabília tua. Dum accépero tempus, ego iustítiam iudicábo. * Et invocábimus. V/. Glória Patri. * Et invocábimus. R/. À toi, Dieu, nous rendons grâce; nous rendons grâce, * Et ton nom est proche. V/. Je proclamerai tes merveilles! Oui, au moment que j'ai fixé, moi, je jugerai avec droiture. * Et ton nom. V/. Gloire au Père. * Et ton nom.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Sermónibus sancti Bernárdi abbátis (Sermo 1 in Assumptione, 2-3: EC 5, 229-230) Sermon de saint Bernard
Pretiósum munus terra nostra diréxit in cælum, ut dando et accipiéndo félici amicitiárum fœdere copuléntur humána divínis, terréna cæléstibus, ima summis. Illo enim ascéndit fructus terræ sublímis, unde data óptima et dona perfécta descéndunt. Ascéndens ergo in altum Virgo beáta, dabit ipsa quoque dona homínibus. Quidni daret? Síquidem nec facúltas ei deésse póterit, nec volúntas. Regína cælórum est, miséricors est; dénique mater est unigéniti Fílii Dei. C'est un don précieux que notre terre a présenté au ciel: ainsi, par cet échange, les réalités humaines s'unissent aux réalités divines, les terrestres aux célestes, celles d'en bas à celles d'en haut, dans un heureux pacte d'amitié. Le fruit sublime de la terre est ainsi monté en ce lieu depuis lequel descendent jusqu'à nous les dons parfaits, les donations les meilleures. Montant dans les hauteurs, la bienheureuse Vierge fera donc, elle aussi, des dons aux hommes. Pourquoi n'en serait-il pas ainsi, puisqu'elle en a assurément le pouvoir et la volonté? Oui, elle est reine des cieux, et pleine de miséricorde, autrement dit, elle est la mère du Fils unique de Dieu.
Nihil enim sic potest potestátis eius seu pietátis magnitúdinem commendáre, nisi forte aut non créditur Dei Fílius honoráre Matrem, aut dubitáre quis potest omníno in afféctum caritátis transísse Maríæ víscera, in quibus ipsa quæ ex Deo est Cáritas novem ménsibus corporáliter requiévit. Et hæc quidem propter nos díxerim, fratres, sciens diffícile esse, ut in tanta inópia cáritas illa perfécta, non quærens quæ sua sunt, váleat inveníri. Ut tamen ínterim síleam benefícia, quæ pro ipsíus glorificatióne conséquimur, si eam dilígimus, gaudébimus útique, quia vadit ad Fílium. De fait, il n'y a rien qui puisse davantage manifester l'ampleur de son pouvoir et de sa bonté, sauf si l'on refuse peut-être de croire que le Fils de Dieu honore sa Mère, ou si l'on met en doute que les entrailles de Marie se soient entièrement transformées en un élan d'amour, ces entrailles où l'Amour en personne, qui est issu de Dieu, a reposé corporellement durant neuf mois. En vérité, c'est pour nous que j'ai dit cela, frères, sachant combien il est difficile de trouver, dans l'extrême dénuement qui nous caractérise, cette charité parfaite qui ne cherche pas son intérêt. Cependant, sans parler pour l'instant des bienfaits que nous vaut sa glorification, si nous aimons Marie, nous nous réjouirons vraiment de ce qu'elle va vers son Fils.
Plane, inquam, congratulábimur ei, nisi forte, quod absit, inventríci grátiæ omnímodis inveniámur ingráti. Quem enim in castéllum mundi huius intrántem prius ipsa suscéperat, ab eo suscípitur hódie sanctam ingrédiens civitátem. Sed cum quanto putas honóre, cum quanta exsultatióne, cum quanta glória? Nec in mundo locus dígnior virginális úteri templo, in quo Dei Fílium María suscépit, nec in cælis regáli sólio, quo Maríam hódie Maríæ Fílius sublimávit. Felix nimírum útraque suscéptio, ineffábilis útraque, quia útraque inexcogitábilis est. Oui, je le dis, nous nous féliciterons à son sujet, à moins peut-être - Dieu nous en garde - de nous montrer absolument ingrats envers la femme qui a trouvé grâce. En effet, celui que, la première, elle avait reçu, à son entrée dans le bourg de ce monde, c'est lui qui la reçoit aujourd'hui à son entrée dans la cité sainte. Mais avec quel honneur la reçoit-il, à ton sens? Avec quelle exultation? Avec quelle gloire? En ce monde, il n'est pas de lieu plus digne que le temple de ce sein virginal où Marie a reçu le Fils de Dieu. De même dans le ciel n'en est-il pas de plus digne que le trône royal où aujourd'hui le Fils de Marie a exalté Marie. Bienheureux accueil, dans les deux cas, et qui, dans les deux cas, dépasse tout ce qu'on peut dire ou connaître.
R/. Beáta Mater et innúpta Virgo, * Gloriósa Regína mundi, intercéde pro nobis. V/. In prole mater, in partu virgo, gaude et lætáre, Virgo Mater Dómini. * Gloriósa. V/. Glória Patri. * Gloriósa. R/. Mère bienheureuse et Vierge inépousée, * Glorieuse Reine du monde, intercède en notre faveur. V/. Mère dans ta descendance, vierge dans ton enfantement, réjouis-toi, exulte, Vierge, Mère du Seigneur! * Glorieuse. V/. Gloire au Père. * Glorieuse.