affiche_liturgia("journee")office = vigiles20190823

Vigiles (OSB) du vendredi 23 août 2019 - de la férie

Hebdomada XX per annum XXème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
éditer éditer
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Ephésios De la lettre de saint Paul aux Éphésiens
Flecto génua mea ad Patrem, ex quo omnis patérnitas in cælis et in terra nominátur, ut det vobis secúndum divítias glóriæ suæ virtúte corroborári per Spíritum eius in interiórem hóminem, habitáre Christum per fidem in córdibus vestris, in caritáte radicáti et fundáti, ut valeátis comprehéndere cum ómnibus sanctis quæ sit latitúdo et longitúdo et sublímitas et profúndum, scire étiam supereminéntem sciéntiæ caritátem Christi, ut impleámini in omnem plenitúdinem Dei. Je fléchis les genoux en présence du Père de qui toute paternité, au ciel et sur la terre, tire son nom. Qu'Il daigne, selon la richesse de sa gloire, vous armer de puissance par son Esprit pour que se fortifie en vous l'homme intérieur, que le Christ habite en vos cœurs par la foi, et que vous soyez enracinés, fondés dans l'amour. Ainsi vous recevrez la force de comprendre, avec tous les saints, ce qu'est la Largeur, la Longueur, la Hauteur et la Profondeur, vous connaîtrez l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance, et vous entrerez par votre plénitude dans toute la Plénitude de Dieu.
Ei autem, qui potens est supra ómnia fácere superabundánter quam pétimus aut intellégimus, secúndum virtútem, quæ operátur in nobis, ipsi glória in Ecclésia et in Christo Iesu in omnes generatiónes sæculi sæculórum. Amen. À Celui dont la puissance agissant en nous est capable de faire bien au-delà, infiniment au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou concevoir, à Lui la gloire, dans l'Église et le Christ Jésus, pour tous les âges et tous les siècles! Amen.
R/. Confitébor tibi, Dómine Deus, in toto corde meo, et honorificábo nomen tuum in ætérnum, * Quia misericórdia tua, Dómine, magna est super me. V/. Et eripuísti ánimam meam ex inférno inferióri, * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Je te rends grâce de tout mon cœur, Seigneur mon Dieu, toujours je rendrai gloire à ton nom; * Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi! V/. Tu m'as tiré de l'abîme des morts: * Il est grand. V/. Gloire au Père. * Il est grand.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Oratiónibus sancti Gregórii Nysséni epíscopi (In Christi resurrectionem, Orat. 1: PG 46, 622-626) Discours de saint Grégoire de Nysse sur la résurrection du Christ
Opórtet Fílium hóminis pati, et reprobári, et crucifígi, et tertia die resúrgere. Vim enim illíus verbi, opórtet, mihi considera, et invénies id in ea continéri, ut signíficet, fíeri áliter non oportére, nisi ut per crucem mors oppetátur. Quæ huiusce rei causa? Pauli solíus est eam expónere, per arcána illa verba, quæ in adýtis paradísi constitútus audívit; solíus, inquam, Pauli est, hoc crucis mystérium explanáre, quemádmodum étiam ex parte áliqua in epístola ad Ephésios facit, dum arcánum hoc patefáciens: Ut possítis, inquit, comprehéndere cum ómnibus sanctis, quæ sit latitúdo, et longitúdo, et sublímitas, et profúndum, scire étiam supereminéntem sciéntiæ caritátem Christi, ut impleámini in omnem plenitúdinem Dei. Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté, qu'il soit crucifié, et que, le troisième jour, il ressuscite. Considère, je t'en prie, le sens et la force de cet: "il faut", et tu trouveras qu'il ne faut pas que ce soit autrement qu'à travers la croix que la souffrance en faveur de tous devienne un décret, ou que la mort soit affrontée. Pour quelle raison? Il revient au seul Paul de l'expliquer, par ces paroles ineffables qu'il a entendues lorsqu'il fut transporté jusqu'au sanctuaire du paradis; au seul Paul, dis-je, il revient d'expliciter ce mystère de la croix, ce que, du moins pour une part, il fait dans sa lettre aux Éphésiens, lorsqu'il dévoile ce secret: Afin que vous soyez capables, dit-il, de comprendre avec tous les fidèles quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur, et que vous connaissiez l'amour du Christ qui surpasse tout ce qu'on peut connaître; alors vous serez comblés, jusqu'à entrer dans toute la plénitude de Dieu.
Neque enim frustra divínus ille Apóstoli óculus crucis figúram excogitávit. Sed ea item re fácile osténdit, se ómnibus ignorántiæ squamis ab óculis mentis excússis, ipsam rerum veritátem clare perspexísse. Novit enim, ea figúra, quáttuor córnibus e médio proveniéntibus descrípta, poténtiam per ómnia commeántem et providéntiam illíus, qui in ipsa manifestátus est, significári. Unde apérte mihi vidétur sermóne declaráre, nihil in rebus creátis esse, quod non divína natúra incólume tueátur, quod est supra cælos, quod sub terra, quodque ad extréma mundi transvérsum úndique proténditur. Ce n'est pas en vain, de fait, que le regard sanctifié de l'Apôtre a considéré la figure de la croix. Mais, par là, il fait voir aisément qu'une fois ôtées les écailles de l'ignorance qui lui couvraient les yeux, il a pu contempler d'un regard purifié la vérité. Il a reconnu alors que par cette figure de la croix, décrite comme quatre rayons partant du centre, est signifiée cette puissance, cette énergie qui habite toute la création, et la providence de celui qui se manifeste dans cette figure elle-même. De là, il me semble que l'Apôtre, par cette parole, déclare ouvertement qu'il n'est rien dans le monde créé qui ne soit conservé dans l'être, qui ne soit protégé par la nature divine; ce qui est au-dessus des cieux, ce qui est sous la terre, et ce qui, jusqu'aux extrémités du monde, s'étend transversalement de toutes parts.
Hanc figúram crucis magnus étiam David de se loquens expréssit: Quo ibo, inquit, a spíritu tuo, et quo a fácie tua fúgiam? Si ascéndero in cælum (hæc est sublímitas), tu illic es. Si descéndero in inférnum (hoc est profúndum), ades. Si súmpsero pennas meas dilúculo, id est ad ortum solis (hæc est latitúdo), et habitávero in extrémis maris: sic enim occásum appéllat (hæc est longitúdo). Cernis quo modo crucis figúram descríbat? Tu es, inquit, qui per ómnia cómmeas, qui cuncta devíncis, qui in teípso comprehéndis univérsa. Tu supra es, tu es infra. In hac extréma parte manus est tua, et in áltera víæ dux est déxtera tua. Ob id magnus item Apóstolus, cum ómnia fide et cognitióne repléta fúerint, fore dicit, ut is, qui super ómnia est, in nómine Iesu Christi adorétur, et a cælestibus, et a terréstribus, et ab inférnis: quibus verbis per crucis figúram dívidit Christi adoratiónem. Proínde Dóminus ait oportére Fílium hóminis, non simplicíter mori, sed crucifígi, ut crux Deum gestans adversáriis omnipoténtem illíus, qui in ipsa pénderet, vim, quique ómnia in ómnibus est, figúra sua patefacére. C'est cette figure de la croix que le grand David a décrite en parlant de lui: Où donc aller, dit-il, loin de ton souffle, où m'enfuir loin de ta face? Je gravis les cieux (c'est la hauteur): tu es là; je descends dans l'abîme (c'est la profondeur): te voici. Je prends les ailes de l'aurore, c'est à dire le levant (c'est la largeur) et me pose au-delà des mers, ainsi appelle-t-il le couchant (c'est la longueur). Tu vois comment il décrit la figure de la croix? Tu es, dit-il, celui qui habites toute la création, qui es le lien de toutes choses, qui contiens en toi-même tout l'univers. Tu es dans les hauteurs, tu es dans les profondeurs, à une extrémité, ta main est là; et à l'autre, ta droite me conduit. C'est pourquoi le grand Apôtre dit aussi que, lorsque tout l'univers sera rempli de la foi et de la connaissance de Dieu, celui qui est au-dessus de tout nom recevra l'adoration dans le nom de Jésus-Christ, de la part de ce qui est aux cieux, sur terre, et dans l'abîme: par ces paroles, il répartit l'adoration du Christ selon la figure de la croix. Enfin le Seigneur a dit qu'il fallait que le Fils de l'homme non pas meure simplement, mais soit crucifié, afin que la croix qui porte Dieu manifeste avec évidence aux yeux de ses adversaires, par sa forme, sa figure elle-même, la toute-puissance, l'énergie universelle de celui qui à la fois y est suspendu, et est tout en tous.
R/. Misericórdia tua, Dómine, magna est super me, * Et liberásti ánimam meam ex inférno inferióri. V/. Deus, iníqui insurrexérunt in me, et fortes quæsiérunt ánimam meam. * Et liberásti. V/. Glória Patri. * Et liberásti. R/. Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi: * Tu m'as délivré de l'abîme des morts! V/. Mon Dieu, des orgueilleux se lèvent contre moi, des puissants cherchent ma perte. * Tu m'as délivré. V/. Gloire au Père. * Tu m'as délivré.