Vigiles (OSB) du dimanche 25 août 2019 - XXIème dimanche dans l'année

Hebdomada XXI per annum XXIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XXI per annum XXIème dimanche dans l'année
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Ephésios De la lettre de saint Paul aux Éphésiens
Lectio I Lecture I
Christus dedit quosdam quidem apóstolos, quosdam autem prophétas, álios vero evangelístas, álios autem pastóres et doctóres ad instructiónem sanctórum in opus ministérii, in ædificatiónem córporis Christi, donec occurrámus omnes in unitátem fídei et agnitiónis Fílii Dei, in virum perféctum, in mensúram ætátis plenitúdinis Christi, ut iam non simus párvuli fluctuántes et circumácti omni vento doctrínæ in fallácia hóminum, in astútia ad circumventiónem erróris. C'est le Christ qui " a donné " aux uns d'être apôtres, à d'autres d'être prophètes, ou encore évangélistes, ou bien pasteurs et docteurs, organisant ainsi les saints pour l'œuvre du ministère, en vue de la construction du Corps du Christ, au terme de laquelle nous devons parvenir, tous ensemble, à ne faire plus qu'un dans la foi et la connaissance du Fils de Dieu, et à constituer cet Homme parfait, dans la force de l'âge, qui réalise la plénitude du Christ. Ainsi nous ne serons plus des enfants, nous ne nous laisserons plus ballotter et emporter à tout vent de la doctrine, au gré de l'imposture des hommes et de leur astuce à fourvoyer dans l'erreur.
R/. Qui meditábitur in lege Dómini die ac nocte, * Dabit fructum suum in témpore suo. V/. Et erit tamquam lignum quod plantátum est secus decúrsus aquárum. * Dabit. R/. L'homme qui, jour et nuit, murmure la loi du Seigneur * Donne du fruit en son temps. V/. Comme un arbre planté près d'un ruisseau * Donne du fruit.
Lectio II Lecture II
Veritátem autem faciéntes in caritáte crescámus in illum per ómnia, qui est caput Christus, ex quo totum corpus compáctum et conéxum per omnem iunctúram subministratiónis secúndum operatiónem in mensúra uniuscuiúsque partis augméntum córporis facit in ædificatiónem sui in caritáte. Mais, vivant selon la vérité et dans la charité, nous grandirons de toutes manières vers Celui qui est la Tête, le Christ, dont le Corps tout entier reçoit concorde et cohésion par toutes sortes de jointures qui le nourrissent et l'actionnent selon le rôle de chaque partie, opérant ainsi sa croissance et se construisant lui-même, dans la charité.
R/. Servíte Dómino in timóre et exsultáte ei cum tremóre. * Apprehéndite disciplínam, nequándo irascátur Dóminus, et pereátis de via iusta. V/. Cum exárserit in brevi ira eius, beáti omnes qui confídunt in eo. * Apprehéndite. R/. Servez le Seigneur avec déférence, rendez-lui votre hommage en tremblant. * Prenez sur vous son joug, de peur qu'il ne s'irrite, et vous seriez perdus, hors du droit chemin. V/. Soudain sa colère éclatera: heureux qui trouve en lui son refuge! * Prenez sur vous.
Lectio III Lecture III
Hoc ígitur dico et testíficor in Dómino, ut iam non ambulétis, sicut et gentes ámbulant in vanitáte sensus sui ténebris obscurátum habéntes intelléctum, alienáti a vita Dei propter ignorántiam, quæ est in illis propter cæcitátem cordis ipsórum, qui indoléntes semetípsos tradidérunt impudicítiæ in operatiónem immundítiæ omnis in avarítia. Je vous dis donc et vous adjure dans le Seigneur de ne plus vous conduire comme le font les païens, avec leur vain jugement et leurs pensées enténébrées: ils sont devenus étrangers à la vie de Dieu à cause de l'ignorance qu'a entraînée chez eux l'endurcissement du cœur, et, leur sens moral une fois émoussé, ils se sont livrés à la débauche au point de perpétrer avec frénésie toute sorte d'impureté.
R/. Dómine, ne in ira tua árguas me, neque in furóre tuo corrípias me. * Miserére mihi, Dómine, quóniam infírmus sum. V/. Timor et tremor venérunt super me, et contexérunt me ténebræ, et dixi: * Miserére. R/. Seigneur, corrige-moi sans colère, et reprends-moi sans fureur. * Pitié, Seigneur, je dépéris! V/. Crainte et tremblement me pénètrent, les ténèbres m'environnent. J'appelle: * Pitié.
Lectio IV Lecture IV
Vos autem non ita didicístis Christum, si tamen illum audístis et in ipso edócti estis, sicut est véritas in Iesu: depónere vos secúndum prístinam conversatiónem véterem hóminem, qui corrúmpitur secúndum desidéria erróris, renovári autem spíritu mentis vestræ et indúere novum hóminem, qui secúndum Deum creátus est in iustítia et sanctitáte veritátis. Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris le Christ, si du moins vous l'avez reçu dans une prédication et un enseignement conformes à la vérité qui est en Jésus, à savoir qu'il vous faut abandonner votre premier genre de vie et dépouiller le vieil homme, qui va se corrompant au fil des convoitises décevantes, pour vous renouveler par une transformation spirituelle de votre jugement et revêtir l'Homme nouveau, qui a été créé selon Dieu, dans la justice et la sainteté de la vérité.
R/. Deus qui sedes super thronum et iúdicas æquitátem, esto refúgium páuperum in tribulatióne; * Quia tu solus labórem et dolórem consíderas. V/. Tibi enim derelíctus est pauper, pupíllo tu eris adiútor; * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Tu sièges, ô Seigneur, toi qui juges avec justice: montre-toi la forteresse des malheureux dans leur angoisse; * Car tu regardes, toi, la peine et la souffrance! V/. Sur toi repose le faible, c'est toi qui viens en aide à l'orphelin; * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Homilíis sancti Macárii Ægýptii (Hom. 2: PG 34, 463-467) Homélie de saint Macaire l'Égyptien
Lectio I Lecture I
Cum Apóstolus dicit: Exúite véterem hóminem, íntegrum dicit, habéntem óculos suis óculis adiéctos, caput cápiti, aures aúribus, manus mánibus, pedes pédibus. Totum enim hóminem, ánimam et corpus, ímprobus ille pólluit et évertit, induítque hómini véterem hóminem, pollútum, impúrum atque Dei hostem, non subiéctum legi Dei, hoc est, ipsum peccátum, ita ut ámplius non vídeat homo pro lúbitu suo, sed ut pérperam vídeat, pérperam aúdiat, et pedes hábeat ad perpetrándum fácinus accelerántes, ac manus iniquitátem operántes, et cor cógitans mala. Quand l'Apôtre dit: Dépouillez le vieil homme, il entend par là un homme tout entier, ayant des yeux en plus de nos yeux, une tête en plus de notre tête, des oreilles en plus de nos oreilles, des mains en plus de nos mains, des pieds en plus de nos pieds. Car c'est l'homme tout entier, âme et corps, que le Malin a souillé et renversé; et il a revêtu l'homme d'un "vieil homme" souillé, impur, ennemi de Dieu et qui ne se soumet pas à la loi de Dieu, le péché même, de sorte que l'homme ne voit plus comme il veut, mais voit et entend de travers, que ses pieds sont empressés à faire le mal, que ses mains commettent l'iniquité, et que son cœur a de mauvais desseins.
R/. Exsúrge, Dómine Deus meus, et exaltétur manus tua, * Ne obliviscáris páuperum in finem. V/. Tibi enim derelíctus est pauper. * Ne obliviscáris. R/. Lève-toi, Seigneur mon Dieu! Étends la main! * Que le pauvre ne soit pas oublié pour toujours! V/. Oui, sur toi repose le faible: * Que le pauvre.
Lectio II Lecture II
Obsecrémus ígitur et nos Deum, ut éxuat nos hómine véteri, quia ipse solus a nobis auférre potest peccátum; quia fortióres sunt, qui nos captívos abduxérunt, et in regno suo détinent. Ipse vero promísit se liberatúrum nos ex servitúte hac. Hómini adest volúntas purum, irreprehensíbilem et impollútum esse, nihil malítiæ in se ipso habére, sed semper cum Deo conversári, facultátem vero non habet. Voláre quidem in áerem divínum atque libertátem Spíritus sancti cupit, sed, nisi accéptis alis, non potest. Prions donc Dieu, nous aussi, pour qu'il nous dépouille du vieil homme, car seul il peut nous enlever notre iniquité. En effet, ceux qui nous ont réduits en captivité sont plus forts que nous et nous tiennent prisonniers dans leur royaume. Mais Dieu lui-même nous a promis de nous libérer de cette servitude mauvaise. Chez l'homme, il y a bien la volonté d'être pur, sans reproche et sans souillure, libre de toute malice, et d'être toujours avec Dieu: mais il lui en manque le pouvoir. L'homme voudrait bien s'envoler dans l'atmosphère divine et dans la liberté du Saint-Esprit; mais aussi longtemps qu'il ne reçoit pas d'ailes, il ne peut le faire.
R/. Iustus Dóminus, et iustítias diléxit: * Æquitátem vidit vultus eius. V/. In Dómino confído; quómodo dícitis ánimæ meæ: Transmígra in montem sicut passer! * Æquitátem. R/. Le Seigneur est juste, il aime toute justice: * La face du Seigneur considère l'équité. V/. Auprès du Seigneur j'ai mon refuge; comment pouvez-vous me dire: Fuis dans la montagne, comme un passereau! * La face du Seigneur.
Lectio III Lecture III
Precémur ígitur Deum, ut concédat nobis alas colúmbæ Sancti Spíritus, ut volémus ad eum et requiescámus, ut étiam sedet segrégetque ab ánima et córpore nostro ímprobum ventum, ipsum scílicet peccátum in membris ánimæ et córporis nostri hábitans. Ipsi enim soli hoc fácere est possíbile. Ecce, ait enim, Agnus Dei, qui tollit peccáta mundi. Ipse solus misericórdiam hanc, quod a peccáto rédimat, exhíbuit homínibus in se credéntibus, et hanc inenarrábilem salútem confert semper exspectántibus, in eoque spem suam ponéntibus, et assídue quæréntibus eum. Supplions donc Dieu de nous donner "les ailes de la colombe" du Saint-Esprit, afin que nous volions vers lui et que nous reposions, et pour que soit apaisé et séparé de notre âme et de notre corps le vent mauvais, le péché, qui habite dans les membres de notre âme et de notre corps. Lui seul en effet est capable de le faire. N'est-il pas écrit: Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde? Lui seul a accordé aux hommes qui croient en lui cette miséricorde qui consiste à les délivrer du péché, et il sauve de cette même manière ineffable ceux qui l'attendent continuellement, et qui espèrent en lui, et qui le recherchent assidûment.
R/. A dextris est mihi Dóminus ne commóvear; * Propter hoc dilatátum est cor meum, et exsultávit lingua mea. V/. Consérva me, Dómine, quóniam in te sperávi. Dixi Dómino: Deus meus es tu. * Propter hoc. R/. Le Seigneur est à ma droite: je suis inébranlable; * C'est pourquoi j'ai le cœur au large, la joie sur les lèvres. V/. Garde-moi, Seigneur, j'ai fait de toi mon refuge. J'ai dit au Seigneur: Tu es mon Dieu! * C'est pourquoi.
Lectio IV Lecture IV
Quemádmodum illic, in via errónea, hóminem íntegrum ac perféctum éxuit homo vetus, et gestat induméntum regni tenebrárum, vestiméntum blasphémiæ, diffidéntiæ, audáciæ, inánis glóriæ, supérbiæ, avarítiæ et concupiscéntiæ, et ália simília regni tenebrárum gestámina pannósa, impúra et contamináta; sic e convérso quicúmque exuérunt véterem et terréstrem hóminem, et quoscúmque éxuit Iesus vestiméntis regni tenebrárum, induérunt illi novum et cœléstem hóminem Iesum Christum, ut rursus óculi óculis, aures áuribus, caput cápiti coniungántur, ut totus purus sit, gestans imáginem cœléstem. Et induit ipsos Dóminus induméntis regni lucis ineffábilis, induméntis fídei, spei, dilectiónis, gáudii, pacis, bonitátis, humanitátis et ómnibus cæteris divínis et vivéntibus induméntis lucis, vitæ, requiéi inenarrábilis; ut perínde ac Deus diléctio est, et gáudium et pax et benígnitas et bónitas, talis et novus homo fiat per grátiam. Et de même que là-bas, dans l'égarement, le vieil homme se dépouille de l'homme parfait et porte le vêtement du royaume ténébreux, le vêtement du blasphème, de l'incrédulité, de l'insolence, de la vanité, de l'orgueil, de l'avarice et de la convoitise, et les autres vêtements loqueteux, impurs et souillés du royaume des ténèbres, de même ici, à l'inverse, ceux qui se dépouillent du vieil homme, de l'homme terrestre, ceux auxquels Jésus enlève les vêtements du royaume ténébreux, revêtent l'homme nouveau et céleste, Jésus-Christ, et possèdent, d'une façon semblable, des yeux en plus de leurs yeux, des oreilles en plus de leurs oreilles, une tête en plus de leur tête, de sorte que l'homme devienne entièrement pur et porte l'image céleste. Et le Seigneur les revêt des vêtements du royaume de la lumière ineffable, des vêtements de la foi, de l'espérance, de la charité, de la joie, de la paix, de la bienveillance et de la bonté, ainsi que de tous les autres vêtements divins et vivants de la lumière, de la vie, du repos ineffable, afin que l'homme nouveau devienne par grâce ce que Dieu est: amour, joie, paix, bienveillance et bonté.
R/. Notas mihi fecísti, Dómine, vias vitæ; adimplébis me lætítia cum vultu tuo, * Delectatiónes in déxtera tua usque in finem. V/. Consérva me, Dómine, quoniam in te sperávi. Dixi Dómino: Deus meus es tu. * Delectatiónes. V/. Glória Patri. * Delectatiónes. R/. Tu m'apprends, Seigneur, le chemin de la vie: devant ta face, débordement de joie! * À ta droite, éternité de délices! V/. Garde-moi, Seigneur, j'ai fait de toi mon refuge. J'ai dit au Seigneur: Tu es mon Dieu! * À ta droite. V/. Gloire au Père. * À ta droite.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
In illo témpore: Ibat Iesus per civitátes et castélla, docens et iter fáciens in Hierosólymam. Ait autem illi quidam: "Dómine, pauci sunt, qui salvántur?" Et réliqua. Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant. Quelqu'un lui demanda: " Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés? " Et la suite.
Ex Epístulis sancti Ansélmi epíscopi (Ep. 112: Op. omnia 3, 244-245) Lettre de saint Anselme
Lectio I Lecture I
Frater caríssime, regnum cælórum clamat Deus se habére venále. Quod quidem regnum cælórum tale est, ut eius beatitúdinem et glóriam nec óculus hóminis mortális possit vidére nec auris audíre nec cor cogitáre. Ut tamen áliquo modo illud possis cogitáre: quisquis ibi regnáre merúerit, quidquid ipse volet, hoc erit in cælo et in terra. Tanta enim erit diléctio inter Deum et eos qui ibi erunt et inter se ipsos ínvicem, ut omnes se ínvicem díligant sicut se ipsos, sed omnes plus ament Deum quam se ipsos. Frère bien-aimé, Dieu nous crie que le royaume des cieux est à vendre. Tel est ce royaume, que nul œil mortel ne peut contempler, nulle oreille entendre, nul cœur se représenter ce qu'il offre de gloire et de béatitude; il t'est cependant possible de t'en faire quelque idée. Quiconque méritera de le posséder verra toutes ses volontés réalisées au ciel et sur la terre. En effet, si grand sera l'amour qui unira Dieu à ceux qui habitent près de lui et qui unira les élus entre eux, que tous s'aimeront mutuellement comme ils s'aiment eux-mêmes, mais chacun aimera Dieu plus que soi-même.
R/. Custódi me, Dómine, ut pupíllam óculi; * Sub umbra alárum tuárum prótege me. V/. Mirífica misericórdias tuas, qui salvos facis sperántes in te. * Sub umbra. R/. Garde-moi, Seigneur, comme la prunelle de l'œil; * À l'ombre de tes ailes, protège-moi. V/. Déploie les merveilles de ta grâce, toi qui sauves ceux qui espèrent en toi. * À l'ombre.
Lectio II Lecture II
Et propter hoc nullus ibi volet nisi quod Deus; et quod unus volet, hoc volent omnes; et quod unus vel omnes, hoc ipsum volet Deus. Quaprópter quidquid unusquísque volet, hoc erit et de se ipso et de ómnibus áliis et de tota creatúra et de ipso Deo. Et sic sínguli erunt perfécti reges, quia quod sínguli volent, hoc erit; et omnes simul cum Deo unus rex et quasi unus homo, quia omnes unum volent, et quod volent erit. Pour cette raison, personne en ce lieu ne voudra autre chose que ce que Dieu veut; ce qu'un seul voudra, tous le voudront, et ce qu'un seul voudra, ou ce que tous voudront, Dieu le voudra également. C'est pourquoi toutes les volontés de chacun s'accompliront, qu'il s'agisse de soi-même ou des autres, de la création ou de Dieu lui-même. Ainsi tous seront rois et en perfection, puisque leurs volontés particulières seront exécutées et tous, comme un seul homme, partageront avec Dieu la royauté, tous voulant la même chose et la voyant réalisée.
R/. Inténde deprecatiónem meam, Dómine, et inclína aurem tuam ad precem meam. * Custódi me ut pupíllam óculi, sub umbra alárum tuárum prótege me. V/. Pérfice gressus meos in sémitis tuis, ut non moveántur vestígia mea. * Custódi me. R/. Seigneur, accueille ma supplication, prête l'oreille à ma prière. * Garde-moi comme la prunelle de l'œil; à l'ombre de tes ailes, protège-moi. V/. Conduis mes pas sur tes traces: que mon pied ne trébuche pas! * Garde-moi.
Lectio III Lecture III
Hanc mercem clamat Deus de cælo se habére venálem. Si quis quærit quo prétio, respondétur illi: "Non índiget terréno prétio, qui vult dare regnum in cælo, nec áliquis potest Deo dare quod non hábeat, cuius est totum quidquid est. Nec tamen dat Deus tantam rem sine omni prétio, quia non dat illam non amánti. Nemo enim dat quod carum habet, illi cui carum non est. Quóniam ergo Deus tua re non eget, nec dare debet tantam rem contemnénti amáre illam: non quærit nisi amórem, sine quo dare non debet. Da ergo amórem et áccipe regnum; ama et habe." Tel est le bien que Dieu possède et il crie du haut du ciel qu'il est à vendre. Si quelqu'un s'enquiert du prix, on lui répond: " Celui qui veut donner un royaume dans le ciel n'a pas besoin d'une rémunération terrestre; personne non plus ne peut donner à Dieu quelque chose qu'il n'ait pas, puisque tout ce qui existe lui appartient. Cependant Dieu n'accorde pas un si grand bien sans condition aucune, car il le refuse à qui ne l'aime pas. En effet, nul ne donne ce qui lui tient à cœur, à celui qui n'y tient pas. Donc puisque Dieu n'a aucun besoin de ce qui est à toi et qu'il ne doit pas non plus livrer un si grand bien à qui ne s'en soucie pas assez pour l'aimer, c'est qu'il ne demande que l'amour, faute de quoi ce bien ne doit pas être accordé. Ainsi donne ton amour pour recevoir en échange un royaume: aime et possède. "
R/. Díligam te, Dómine, virtus mea. * Dóminus firmaméntum meum et refúgium meum. V/. Laudans invocábo Dóminum, et ab inimícis meis salvus ero. * Dóminus. R/. Je t'aime, Seigneur, ma force! * Le Seigneur est mon rocher, ma forteresse. V/. J'invoque le Seigneur par des louanges, et je suis délivré de mes ennemis. * Le Seigneur.
Lectio IV Lecture IV
Denique quóniam regnáre in cælo non est áliud quam sic conglutinári cum Deo et cum ómnibus sanctis ángelis et homínibus per dilectiónem in unam voluntátem, ut omnes utántur simul una potestáte: ama Deum plus quam te ipsum, et iam íncipis tenére quod ibi perfécte vis habére. Concórda cum Deo et cum homínibus - si tantum a Deo ipsi non discórdent -, et iam íncipis cum Deo et cum ómnibus sanctis regnáre. Si ergo vis esse rex in cælo, ama Deum et hómines sicut debes, et meréberis esse quod optas. Enfin régner au ciel n'est autre chose qu'être si intimement uni à Dieu, comme avec tous les saints anges et les hommes, par l'amour et l'unité de volonté, que tous n'exercent ensemble qu'une seule et même puissance. Aime Dieu plus que toi-même, et tu auras déjà les prémices de ce que tu aspires à posséder parfaitement un jour. Mets-toi d'accord avec Dieu et les hommes - pourvu seulement que ceux-ci ne se trouvent pas en opposition avec Dieu -, et tu commenceras déjà à régner avec Dieu et avec tous les saints. Si donc tu veux être roi au ciel, aime Dieu et les hommes comme tu le dois, et tu mériteras d'être ce que tu souhaites.
R/. Firmaméntum meum et refúgium meum et liberátor meus; * Deus meus adiútor meus. V/. Protéctor meus et cornu salútis meæ et suscéptor meus. * Deus meus. V/. Glória Patri. * Deus meus. R/. Seigneur, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur; * Dieu, mon secours! V/. Mon bouclier, la force qui me sauve, mon abri! * Dieu. V/. Gloire au Père. * Dieu.