affiche_liturgia("journee")office = vigiles20190826

Vigiles (OSB) du lundi 26 août 2019 -

Hebdomada XXI per annum XXIème semaine dans l'année
Feria II Lundi
éditer éditer
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Epístula ad Diognétum (N. 10: Funk 1, 409) Lettre à Diognète
Si tu quoque expetíveris fidem, étiam adipiscéris primum quidem agnitiónem Patris; Deus enim hómines diléxit, propter quos mundum creávit, quibus ómnia subiécit quæ in terra sunt, quibus ratiónem dedit, quibus mentem, quibus solis sursum ad ipsum spectáre permísit, quos ad suam imáginem formávit, ad quos Fílium suum unigénitum misit, quibus cæléste regnum promísit et dabit iis qui ipsum dilexérunt. Postquam autem illum cognóveris, quanta te implétum iri lætítia exístimas? Aut quómodo díliges eum qui prior te ita diléxerit? Si toi aussi tu désires ardemment la foi et si tu l'embrasses, tu commenceras à connaître le Père. Car Dieu a aimé les hommes: pour eux il a créé le monde; il leur a soumis tout ce qui est sur la terre; il leur a donné la raison et l'intelligence; à eux seuls il a permis d'élever les regards vers lui; il les a formés à son image; il leur a envoyé son Fils unique; il leur a promis le royaume des cieux qu'il donnera à ceux qui l'auront aimé. Et quand tu l'auras connu, quelle joie, songes-y, remplira ton cœur! Combien tu aimeras celui qui t'a ainsi aimé le premier!
Si autem díligas, imitátor benignitátis eius eris. Ac ne miréris, posse hóminem esse imitatórem Dei. Potest eo volénte. Non enim impérium in próximos exercére neque velle potióri conditióne esse quam infirmióres neque dívitem esse et vim inférre inferióribus est beátum esse, neque in his potest quisquam imitári Deum, sed hæc sunt extra illíus maiestátem. At qui próximi onus in se súscipit, qui, qua in re supérior est, álium inferiórem benefício vult affícere, qui, quæ habet accépta a Deo, ea indigéntibus suppéditans deus fit accipiéntium, is imitátor est Dei. En l'aimant, tu seras un imitateur de sa bonté, et ne t'étonne pas qu'un homme puisse devenir un imitateur de Dieu: il le peut, Dieu le voulant. Tyranniser son prochain, vouloir l'emporter sur les plus faibles, être riche, user de violence à l'égard des inférieurs, là n'est pas le bonheur et ce n'est pas ainsi qu'on peut imiter Dieu; bien au contraire, ces actes sont étrangers à la majesté divine. Mais celui qui prend sur soi le fardeau de son prochain et qui, dans le domaine où il a quelque supériorité, veut en faire bénéficier un autre moins fortuné, celui qui donne libéralement à ceux qui en ont besoin les biens qu'il détient pour les avoir reçus de Dieu, devenant ainsi un dieu pour ceux qui les reçoivent, celui-là est imitateur de Dieu.
Tunc perspícies, in terra degens, Deum in cælis regnáre; tunc mystéria Dei loqui incípies; tunc eos qui puniúntur, quod abnegáre Deum nolint, et díliges et miráberis; tunc impostúram mundi et errórem damnábis, cum vere in cælo vívere didíceris, cum eam, quæ heic mors esse censétur, contémpseris, cum veram mortem formidáveris, quæ servátur iis qui damnabúntur ad ignem ætérnum, qui sibi tráditos usque ad finem supplício affíciet. Tunc admiráberis eos qui pro iustítia ignem patiúntur temporárium, et beátos prædicábis, cum ignem illum cognóveris. Alors, quoique séjournant sur la terre, tu contempleras Dieu régnant dans la cité céleste, tu commenceras à parler des mystères de Dieu, alors tu aimeras et admireras ceux qui sont torturés parce qu'ils ne veulent pas renier Dieu; alors tu condamneras l'imposture et l'égarement du monde quand tu connaîtras ce qu'est vraiment vivre dans le ciel, quand tu mépriseras ce qu'ici-bas on appelle la mort, quand tu redouteras la véritable mort, réservée à ceux qui seront condamnés au feu éternel, châtiment définitif de ceux qui lui auront été livrés. Alors tu admireras ceux qui endurent le feu d'ici pour la justice, et tu les proclameras bienheureux, quand tu auras appris à connaître cet autre feu.
R/. Auribus pércipe, Dómine, lácrimas meas; ne síleas a me, remítte mihi, * Quóniam íncola ego sum apud te et peregrínus. V/. Dixi: Custódiam vias meas, ut non delínquam in lingua mea. * Quóniam. V/. Glória Patri. * Quóniam. R/. Seigneur, ne reste pas sourd à mes pleurs; ne garde pas le silence à mon égard, laisse-moi un peu de répit, * Car je ne suis qu'un hôte chez toi, un simple pèlerin. V/. J'ai dit: Je garderai mon chemin sans laisser ma langue s'égarer. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.