Vigiles (OSB) du mercredi 11 septembre 2019 -

Hebdomada XXIII per annum XXIIIème semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
Lectio Lecture
Incipit liber Osée prophétæ Du livre d'Osée
Verbum Dómini quod factum est ad Osée fílium Béeri in diébus Ozíæ, Ióatham, Achaz, Ezechíæ, regum Iudæ, et in diébus Ieróboam fílii Ioas regis Israel. Princípium verbi Dómini per Osée. Dixit Dóminus ad Osée: "Vade, sume tibi mulíerem fornicatiónum et fílios fornicatiónum, quia fórnicans fornicátur terra a Dómino." Et ábiit et accépit Gomer fíliam Debélaim, quæ concépit et péperit ei fílium. Et dixit Dóminus ad eum: "Voca nomen eius "Iézrahel", quóniam adhuc módicum et visitábo sánguinem Iézrahel super domum Iehu et cessáre fáciam regnum domus Israel; et in illa die cónteram arcum Israel in valle Iézrahel." Parole du Seigneur qui fut adressée à Osée, fils de Beéri, au temps d'Ozias, de Yotam, d'Achaz et d'Ézéchias, rois de Juda, et au temps de Jéroboam, fils de Joas, roi d'Israël. Commencement de ce que le Seigneur a dit par Osée. Le Seigneur dit à Osée: " Va, prends une femme se livrant à la prostitution et des enfants de prostitution, car le pays ne fait que se prostituer en se détournant du Seigneur. " Il alla donc prendre Gomer, fille de Diblayim, qui conçut et lui enfanta un fils. Le Seigneur lui dit: " Appelle-le du nom de Yizréel, car encore un peu de temps, et je châtierai la maison de Jéhu pour le sang versé à Yizréel, et je mettrai fin à la royauté de la maison d'Israël. Il adviendra, en ce jour-là, que je briserai l'arc d'Israël dans la vallée de Yizréel. "
Concépit adhuc uxor Osée et péperit fíliam; et dixit ei: "Voca nomen eius "Absque misericórdia", quia non addam ultra miseréri dómui Israel, ut ignóscam eis. Et dómui Iudæ miserébor et salvábo eos in Dómino Deo suo et non salvábo eos in arcu et gládio et in bello et in equis et in equítibus." Et ablactávit eam quæ erat "Absque misericórdia", et concépit et péperit fílium. Et dixit: "Voca nomen eius "Non pópulus meus", quia vos non pópulus meus, et ego "Non sum"vobis." La femme d'Osée conçut encore et enfanta une fille. Le Seigneur lui dit: " Appelle-la du nom de Lo-Ruhamah, car désormais je n'aurai plus pitié de la maison d'Israël pour lui pardonner encore. Mais de la maison de Juda j'aurai pitié et je les sauverai par le Seigneur leur Dieu. Je ne les sauverai ni par l'arc, ni par l'épée, ni par la guerre, ni par les chevaux, ni par les cavaliers. " Elle sevra Lo-Ruhamah, conçut encore et enfanta un fils. Le Seigneur dit: " Appelle-le du nom de Lo-Ammi, car vous n'êtes pas mon peuple, et moi je n'existe pas pour vous. "
Et dixit Dóminus ad me: "Adhuc vade, dílige mulíerem diléctam amíco et adúlteram, sicut díligit Dóminus fílios Israel, et ipsi respéctant ad deos aliénos et díligunt placéntas uvárum." Et emi mihi quíndecim argénteis et choro hórdei et dimídio choro hórdei. Et dixi ad eam: "Dies multos exspectábis me; non fornicáberis et non eris viro, neque ibo ego ad te." Quia dies multos sedébunt fílii Israel sine rege et sine príncipe et sine sacrifício et sine lápide et sine ephod et sine théraphim. Et post hæc reverténtur fílii Israel et quærent Dóminum Deum suum et David regem suum et pavébunt ad Dóminum et ad bonum eius in fine diérum. Le Seigneur me dit: " Va de nouveau, aime une femme qui en aime un autre et commet l'adultère, comme le Seigneur aime les enfants d'Israël, alors qu'ils se tournent vers d'autres dieux et qu'ils aiment les gâteaux de raisin. " Je l'achetai donc pour quinze sicles d'argent et un muid et demi d'orge, et je lui dis: " Pendant de longs jours tu me resteras là, sans te prostituer et sans appartenir à un homme, et j'agirai de même à ton égard. " Car, pendant de longs jours les enfants d'Israël resteront sans roi et sans chef, sans sacrifice et sans stèle, sans éphod et sans téraphim. Ensuite les enfants d'Israël reviendront; ils chercheront le Seigneur leur Dieu, et David leur roi; ils accourront en tremblant vers le Seigneur et vers ses biens, dans la suite des jours.
R/. Genti peccatríci, pópulo pleno peccátis, miserére, * Dómine Deus. V/. Esto placábilis super nequítia pópuli tui, * Dómine. V/. Glória Patri. * Dómine. R/. D'une nation pécheresse, d'un peuple chargé de crimes, aie pitié, * Seigneur Dieu! V/. Sois indulgent pour les fautes commises par ton peuple, * Seigneur. V/. Gloire au Père. * Seigneur.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Lectio Lecture
Ex Homilíis sancti Bedæ Venerábilis presbýteri (Hom. 16: CCL 122, 117-118) Homélie de saint Bède le Vénérable
Fratres caríssimi, nos sumus pópulus Dei qui Ægýptiæ servitútis iugo per mare Rubrum liberáti evásimus, quia per aquam baptísmi remissiónem peccatórum quæ nos premébant accépimus; nos qui inter ærúmnas vitæ præséntis quasi in siccitáte erémi, promíssum nobis pátriæ cæléstis exspectámus ingréssum, in qua vidélicet erémo siti periclitámur ac fame spiritáli defícere, si non Redemptóris nostri nos dona confírmant, si non incarnatiónis eius sacraménta rénovant. Ipse est enim manna, qui nos victu cælésti ne in huius sæculi itínere deficiámus récreat; ipse petra, quæ spiritálibus nos donis inébriat, quæ ligno crucis percússa póculum nobis vitæ suo de látere manávit. Frères bien-aimés, nous sommes le peuple de Dieu, nous qui avons échappé au joug de la servitude égyptienne, délivrés en traversant la mer Rouge, car c'est en traversant l'eau du baptême que nous avons reçu la rémission des péchés qui nous accablaient; nous qui, au milieu des épreuves de cette vie comme dans la sécheresse d'un désert, attendons l'entrée qui nous a été promise, en la patrie céleste; dans cette vie - disons plutôt dans ce désert -, nous risquons de défaillir de soif et de faim spirituelles, si les dons sacrés de notre Rédempteur ne nous soutiennent pas, si les sacrements de son incarnation ne nous renouvellent pas. Car il est lui-même la manne qui nous refait par une nourriture céleste, pour que nous ne venions pas à défaillir sur le chemin de ce monde; il est lui-même le rocher qui nous enivre de ses dons spirituels; qui, frappé sur le bois de la croix, a répandu pour nous, de son flanc, le breuvage de la vie.
Unde dicit in evangélio: Ego sum panis vitæ; qui véniet ad me non esúriet et qui credit in me non sítiet umquam. Et congruénte satis figurárum órdine, primo pópulus per mare salvátus est, ac sic ad cibum mannæ atque ad petram potiónis mýstice pervénit, quia primum quidem aqua nos regeneratiónis ábluit ac deínde ad participatiónem sacri altáris ubi Redemptóris nostri carni ac sánguini communicémus transmíttit. Hæc de mystério petræ spiritális, a qua et primus pastor Ecclésiæ nomen accépit, et in quo totíus sanctæ Ecclésiæ fábrica immóbilis et inconcússa persístit, et per quam ipsa Ecclésia náscitur ac nutrítur látius exponéndo dícere líbuit, quia solent ártius multo et aliquándo dúlcius inhærére córdibus audiéntium ea quæ figurárum antiquitáte præmíssa sic demum nova spiritáliter explanatióne dilucidántur quam quæ sine ullis figurárum exémplis símplici tantum narratióne credénda vel agénda monéntur. D'où sa parole dans l'Évangile: Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif. Et il convient assez, dans l'ordre des figures, que le peuple soit d'abord sauvé à travers la mer, et que, de la sorte, il en vienne mystiquement à la nourriture de la manne et au rocher du breuvage, car il est bien vrai que d'abord l'eau de la régénération nous a purifiés, puis nous a fait passer à la participation de l'autel sacré, où nous communions à la chair et au sang de notre Rédempteur. Et voici ce qui touche au mystère du rocher spirituel: cette pierre de laquelle tire aussi son nom le premier pasteur de l'Église, sur lequel toute la structure de la sainte Église demeure stable et inébranlable, et ce rocher par lequel l'Église elle-même prend naissance et trouve sa subsistance, ainsi que nous avons pris plaisir à l'exposer ailleurs plus largement; car habituellement se gravent bien plus profondément, et parfois avec plus de douceur, dans les cœurs de ceux qui écoutent, les choses qui, préparées par l'ancienneté des figures, sont finalement mises en pleine lumière par une interprétation nouvelle et spirituelle; elles se gravent davantage que celles qui nous sont données à croire ou à faire, sur un simple discours, et sans nul exemple de figures.
Curémus autem, fratres caríssimi, ut huius petræ præsídio semper adhæréntes, nulla labéntium rerum contrarietáte terrénte, nulla blandiénte serenitáte, a fídei firmitáte divellámur. Negléctis delíciis temporálibus sola nos in præsénti Redemptóris nostri dona cæléstia deléctent, sola inter ærúmnas sæculi spes visiónis illíus consolétur. Donc prenons soin, frères bien-aimés, en adhérant sans cesse à ce rocher protecteur, sans nous laisser effrayer par aucune adversité issue des réalités passagères, ni séduire par aucune circonstance favorable, de n'être pas détachés de la fermeté de la foi. N'accordant aucun prix aux délices temporelles, que nous délectent, quant au présent, les seuls dons célestes de notre Rédempteur, que nous réconforte, au milieu des épreuves de ce monde, la seule espérance de le voir.
R/. Confitébor tibi, Dómine Deus, in toto corde meo, et honorificábo nomen tuum in ætérnum, * Quia misericórdia tua, Dómine, magna est super me. V/. Et eripuísti ánimam meam ex inférno inferióri, * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. Je te rends grâce de tout mon cœur, Seigneur mon Dieu, toujours je rendrai gloire à ton nom; * Il est grand, Seigneur, ton amour pour moi! V/. Tu m'as tiré de l'abîme des morts: * Il est grand. V/. Gloire au Père. * Il est grand.