Vigiles (OSB) du mercredi 25 décembre 2019 - NATIVITE DU SEIGNEUR

In primo nocturno, utroque anno Premier nocturne, années I et II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Hæc dicit Dóminus Deus: Egrediétur virga de stirpe Iesse, et flos de radíce eius ascéndet; et requiéscet super eum spíritus Dómini: spíritus sapiéntiæ et intelléctus, spíritus consílii et fortitúdinis, spíritus sciéntiæ et timóris Dómini; et delíciæ eius in timóre Dómini. Non secúndum visiónem oculórum iudicábit neque secúndum audítum áurium decérnet; sed iudicábit in iustítia páuperes et decérnet in æquitáte pro mansuétis terræ; et percútiet terram virga oris sui et spíritu labiórum suórum interfíciet ímpium. Et erit iustítia cíngulum lumbórum eius, et fides cinctórium renum eius. Ainsi parle le Seigneur Dieu: Un rejeton sortira de la souche de Jessé, un surgeon poussera de ses racines. Sur lui reposera l'Esprit du Seigneur, esprit de sagesse et d'intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur: son inspiration est dans la crainte du Seigneur. Il jugera mais non sur l'apparence. Il se prononcera mais non sur le ouï-dire. Il jugera les faibles avec justice, il rendra une sentence équitable pour les humbles du pays. Il frappera le pays de la férule de sa bouche, et du souffle de ses lèvres fera mourir le méchant. La justice sera la ceinture de ses reins, et la fidélité la ceinture de ses hanches.
R/. Hódie nobis cælórum Rex de Vírgine nasci dignátus est, ut hóminem pérditum ad regna cæléstia revocáret. * Gaudet exércitus angelórum, quia salus ætérna humáno géneri appáruit. V/. Glória in excélsis Deo, et in terra pax homínibus bonæ voluntátis. * Gaudet. R/. Aujourd'hui le Roi des cieux, pour nous a daigné naître d'une Vierge, afin de ramener au royaume céleste l'homme qui était perdu. * L'armée des anges est dans la joie, car le salut éternel s'est manifesté au genre humain. V/. Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. * L'armée.
Lectio II Lecture II
Habitábit lupus cum agno, et pardus cum hædo accubábit; vítulus et leo simul saginabúntur, et puer párvulus minábit eos. Vítula et ursus pascéntur, simul accubábunt cátuli eórum; et leo sicut bos cómedet páleas. Et ludet infans ab úbere super forámine áspidis, et in cavérnam réguli, qui ablactátus fúerit, manum suam mittet. Non nocébunt et non occídent in univérso monte sancto meo, quia plena erit terra sciéntia Dómini, sicut aquæ maris opériunt. In die illa radix Iesse stat in signum populórum; ipsam gentes requírent, et erit sedes eius gloriósa. Le loup habitera avec l'agneau, la panthère se couchera avec le chevreau. Le veau, le lionceau et la bête grasse iront ensemble, conduits par un petit garçon. La vache et l'ourse paîtront, ensemble se coucheront leurs petits. Le lion comme le bœuf mangera de la paille. Le nourrisson jouera sur le repaire de l'aspic, sur le trou de la vipère le jeune enfant mettra la main. On ne fera plus de mal ni de violence sur toute ma montagne sainte, car le pays sera rempli de la connaissance du Seigneur, comme les eaux couvrent le fond de la mer. Ce jour-là, la racine de Jessé, qui se dresse comme un signal pour les peuples, sera recherchée par les nations, et sa demeure sera glorieuse.
R/. Hódie nobis de cælo Pax vera descéndit, * Hódie per totum mundum mellíflui facti sunt cæli. V/. Hódie illúxit nobis dies redemptiónis novæ, præparatiónis antíquæ, felicitátis ætérnæ. * Hódie. R/. Aujourd'hui la Paix véritable, pour nous descend du ciel, * Aujourd'hui, par tout l'univers, les cieux répandent une douceur de miel. V/. Aujourd'hui s'est levé pour nous le jour d'une rédemption nouvelle, jour dès longtemps préparé, jour de bonheur éternel. * Aujourd'hui.
Lectio III Lecture III
Consúrge, consúrge, indúere fortitúdine tua, Sion; indúere vestiméntis glóriæ tuæ, Ierúsalem, cívitas sanctitátis, quia non adíciet ultra, ut pertránseat per te incircumcísus et immúndus. Excútere de púlvere, consúrge, captíva Ierúsalem; solve víncula colli tui, captíva fília Sion. Quia hæc dicit Dóminus: " Gratis venúmdati estis et sine argénto redimémini ". Quia hæc dicit Dóminus Deus: " In Ægýptum descéndit pópulus meus in princípio, ut colónus esset ibi; et Assur sine causa oppréssit eum. Et nunc quid mihi est hic, dicit Dóminus, quóniam ablátus est pópulus meus gratis? Dominatóres eius úlulant, dicit Dóminus, et iúgiter tota die nomen meum blasphemátur. Propter hoc sciet pópulus meus nomen meum in die illa, quia ego ipse qui loquébar: "Ecce adsum". " Éveille-toi, éveille-toi, revêts ta force, Sion! revêts tes habits les plus magnifiques, Jérusalem, ville sainte, car ils ne viendront plus jamais chez toi, l'incirconcis et l'impur. Secoue ta poussière, lève-toi, Jérusalem captive! les chaînes sont tombées de ton cou, fille de Sion captive! Car ainsi parle le Seigneur: « Vous avez été vendus pour rien, vous serez rachetés sans argent ». Car ainsi parle le Seigneur Dieu: « C'est en Égypte qu'autrefois mon peuple est descendu pour y séjourner, c'est Assur qui à la fin l'a opprimé. Mais maintenant, qu'ai-je à faire ici? oracle du Seigneur car mon peuple a été enlevé pour rien, ses maîtres poussent des cris de triomphe oracle du Seigneur sans cesse, tout le jour, mon nom est bafoué. C'est pourquoi mon peuple connaîtra mon nom, c'est pourquoi il saura, en ce jour-là, que c'est moi qui dis: " Me voici ". »
R/. Quem vidístis pastóres, dícite? Annuntiáte nobis, in terris quis appáruit? * Natum vídimus in choro angelórum Salvatórem Dóminum. V/. Dícite, quidnam vidístis? et annuntiáte Christi nativitátem. * Natum. R/. Qui avez-vous contemplé, bergers, dites-le nous? Apprenez-nous quel est celui qui s'est manifesté sur la terre. * Parmi les chœurs des anges nous avons contemplé un nouveau-né, le Dieu Sauveur. V/. Racontez ce que vous avez vu. Annoncez la Nativité du Messie. * Parmi.
Lectio IV Lecture IV
Quam pulchri super montes pedes annuntiántis, prædicántis pacem, annuntiántis bonum, prædicántis salútem, dicéntis Sion: " Regnávit Deus tuus! ". Vox speculatórum tuórum: levavérunt vocem, simul exsultábunt, quia óculo ad óculum vidébunt, cum redíerit Dóminus ad Sion. Gaudéte et exsultáte simul, desérta Ierúsalem, quia consolátus est Dóminus pópulum suum, redémit Ierúsalem. Nudávit Dóminus bráchium sanctum suum in óculis ómnium géntium; et vidébunt omnes fines terræ salutáre Dei nostri. Qu’ils sont beaux, sur les montagnes, les pieds du messager qui annonce la paix, du messager de bonnes nouvelles qui annonce le salut, qui dit à Sion: « Ton Dieu règne ». C'est la voix de tes guetteurs: ils élèvent la voix, ensemble ils poussent des cris de joie, car ils ont vu de leurs propres yeux le Seigneur qui revient à Sion. Ensemble poussez des cris, des cris de joie, ruines de Jérusalem! car le Seigneur a consolé son peuple, il a racheté Jérusalem. Le Seigneur a découvert son bras de sainteté aux yeux de toutes les nations, et tous les confins de la terre ont vu le salut de notre Dieu.
R/. Descéndit de cælis Deus verus, a Patre génitus, introívit in úterum Vírginis, nobis ut apparéret visíbilis, indútus carne humána protoparénte édita. * Et exívit per clausam portam Deus et homo, lux et vita, Cónditor mundi. V/. Tamquam sponsus Dóminus procédens de thálamo suo * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Le Dieu véritable, l'Engendré du Père, est descendu des cieux. Il est entré dans le sein d'une Vierge pour apparaître visible à nos yeux, vêtu de cette nature humaine qui vient de notre premier père. * Et il est sorti par une porte close, Dieu et homme, lumière et vie, le créateur des mondes. V/. Le Seigneur, tel un époux, paraît hors de sa tente. * Et. V/. Gloire au Père. * Et.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Leónis Magni papæ (Sermo 1, 1. 2-3: SC 22, 68. 72-74) Sermon de saint Léon le Grand
Lectio I Lecture I
Salvátor noster, dilectíssimi, hódie natus est, gaudeámus. Neque enim locum fas est ibi esse tristítiæ, ubi natális est vitæ; quæ, consúmpto mortalitátis timóre, nobis íngerit de promíssa æternitáte lætítiam. Nemo ab huius alacritátis participatióne secérnitur, una cunctis lætítiæ commúnis est rátio: quia Dóminus noster, peccáti mortísque destrúctor, sicut nullum a reátu líberum réperit, ita liberándis ómnibus venit. Exsúltet sanctus, quia propínquat ad palmam. Gáudeat peccátor, quia invitátur ad véniam. Animétur gentílis, quia vocátur ad vitam. Notre Sauveur, mes bien-aimés, est né aujourd'hui: réjouissons-nous! Il n'est pas permis d'être triste, lorsqu'on célèbre l'anniversaire de la vie. Celui-ci détruit la crainte d'avoir à mourir, il nous donne la joie de l'éternité promise. Personne n'est tenu à l'écart de cette allégresse, car le même motif de joie est commun à tous. Notre Seigneur, chargé de détruire le péché et la mort, n'ayant trouvé personne qui en fût affranchi, est venu en affranchir tous les hommes. Que le saint exulte, car il approche du triomphe. Que le pécheur se réjouisse, car il est invité au pardon. Que le païen prenne courage, car il est appelé à la vie.
R/. O magnum mystérium, et admirábile sacraméntum, ut animália vidérent Dóminum natum, * Iacéntem in præsépio! Beáta Virgo, cuius víscera meruérunt portáre Dóminum Christum. V/. Dómine, audívi audítum tuum et tímui; considerávi ópera tua et expávi; in médio duórum animálium. * Iacéntem. R/. Ô le profond mystère! L' admirable dessein de Dieu : des animaux ont pu voir le Seigneur nouveau-né, * Couché dans une mangeoire! Ô bienheureuse Vierge, dont les entrailles ont porté le Seigneur Christ! V/. Seigneur, j'ai entendu parler de toi, et je suis saisi de crainte; j'ai réfléchi à tes œuvres, et je frémis: te voir entre deux animaux ! * Couché.
Lectio II Lecture II
Dei namque Fílius secúndum plenitúdinem témporis, quam divíni consílii inscrutábilis altitúdo dispósuit, reconciliándam auctóri suo natúram géneris assúmpsit humáni, ut invéntor mortis diábolus, per ipsam qua vícerat, vincerétur. Ab exsultántibus ergo ángelis, nascénte Dómino, Glória in excélsis Deo cánitur, et pax in terra bonæ voluntátis homínibus nuntiátur. Vident enim cæléstem Ierúsalem ex ómnibus mundi géntibus fabricári: de quo inenarrábili divínæ pietátis ópere, quantum lætári debet humílitas hóminum, cum tantum gáudeat sublímitas angelórum? En effet, le Fils de Dieu, à la plénitude des temps fixée dans la profondeur impénétrable du plan divin, a épousé la nature humaine pour la réconcilier avec son Créateur; c'est ainsi que le démon, inventeur de la mort allait être vaincu par cette nature même qu'il avait vaincue. À la naissance du Seigneur, les anges bondissent de joie et chantent: Gloire à Dieu dans les hauteurs; ils annoncent: Paix sur la terre aux hommes que Dieu aime. Ils voient, en effet, la Jérusalem céleste qui se construit avec toutes les nations du monde. Combien la pauvre humanité doit-elle se réjouir devant cette œuvre inouïe de la bonté divine, puisque celle-ci inspire une telle joie à la nature sublime des anges eux-mêmes!
R/. Beáta Dei Génetrix María, cuius víscera intácta pérmanent ; * Hódie génuit Salvatórem sæculi. V/. Beáta, quæ crédidit: quóniam perfécta sunt ómnia, quæ dicta sunt ei a Dómino. * Hódie. R/. Bienheureuse est Marie, la Mère de Dieu: son sein demeure inviolé; * Elle enfante aujourd'hui le Sauveur des mondes! V/. Bienheureuse est celle qui a cru! Tout ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s'est accompli. * Elle.
Lectio III Lecture III
Agámus ergo, dilectíssimi, grátias Deo Patri, per Fílium eius, in Spíritu Sancto, qui propter multam misericórdiam suam qua diléxit nos, misértus est nostri; et cum essémus mórtui peccátis, convivificávit nos Christo, ut essémus in ipso nova creatúra, novúmque figméntum. Deponámus ergo véterem hóminem cum áctibus suis; et adépti participatiónem generatiónis Christi, carnis renuntiémus opéribus. Mes bien-aimés, il nous faut donc rendre grâce à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint; avec la grande miséricorde dont il nous a aimés, il nous a pris en pitié, et alors que nous étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ pour que nous soyons en lui une nouvelle création, une nouvelle œuvre de ses mains. Rejetons donc l'homme ancien avec ses agissements et, puisque nous sommes admis à participer à la naissance du Christ, renonçons à notre conduite charnelle.
R/. Sancta et immaculáta virgínitas, quibus te láudibus réferam, néscio: * Quia quem cæli cápere non póterant, tuo grémio contulísti. V/. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus fructus ventris tui. * Quia. R/. Ô virginité sainte et immaculée, je ne sais comment te louer: * Celui que les cieux ne sauraient contenir, tu l'as tenu enfermé dans ton sein! V/. Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. * Celui.
Lectio IV Lecture IV
Agnósce, o christiáne, dignitátem tuam, et divínæ consors factus natúræ, noli in véterem vilitátem degéneri conversatióne redíre. Meménto cuius cápitis et cuius córporis sis membrum. Reminíscere quia érutus de potestáte tenebrárum, translátus es in Dei lumen et regnum. Per baptísmatis sacraméntum Spíritus Sancti factus es templum: noli tantum habitatórem pravis de te áctibus effugáre, et diáboli te íterum subícere servitúti: quia prétium tuum sanguis est Christi. Chrétien, prends conscience de ta dignité. Puisque tu participes maintenant à la nature divine, ne dégénère pas en revenant à la déchéance de ta vie passée. Rappelle-toi à quel chef tu appartiens, et de quel corps tu es membre. Souviens-toi que tu as été arraché au pouvoir des ténèbres pour être transféré dans la lumière et le royaume de Dieu. Par le sacrement de baptême, tu es devenu temple du Saint-Esprit. Garde-toi de mettre en fuite un hôte si noble par tes actions mauvaises, et de retomber ainsi dans l'esclavage du démon, car tu as été racheté par le sang du Christ.
R/. Angelus ad pastóres ait: Annúntio vobis gaúdium magnum, quod erit omni pópulo: quia natus est vobis Salvátor, * Qui est Christus Dóminus, in civitáte David. V/. Inveniétis infántem pannis involútum, et pósitum in præsépio. * Qui. V/. Glória Patri. * Qui. R/. L'ange dit aux bergers: Je vous annonce une grande joie pour tout le peuple: dans la cité de David un Sauveur vous est né, * Il est le Messie, le Seigneur. V/. Vous trouverez un petit enfant enveloppé de langes et couché dans une mangeoire. * Il. V/. Gloire au Père. * Il.
In tertio nocturno, anno A Troisième nocturne, année A
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthæum Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu
Liber generatiónis Iesu Christi, fílii David, fílii Abraham. Abraham génuit Isaac, Isaac autem génuit Iacob, Iacob autem génuit Iudam et fratres eius. Et réliqua. Voici la table des origines de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham: Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères. Et la suite.
Ex Tractátu sancti Augustíni epíscopi De Trinitáte (Lib. 13, 12-13: CCL 50A, 399-400) Traité de saint Augustin sur la Trinité
Lectio I Lecture I
Si natúra Dei Fílius propter fílios hóminum misericórdia factus est hóminis fílius, hoc est enim, Verbum caro factum est et habitávit in nobis homínibus, quanto est credibílius natúra fílios hóminis grátia Dei fílios Dei fíeri et habitáre in Deo, in quo solo et de quo solo esse possunt beáti partícipes immortalitátis eius effécti; propter quod persuadéndum Dei Fílius párticeps nostræ mortalitátis efféctus est. Si celui qui par nature était Fils de Dieu est devenu fils de l'homme, par compassion pour les fils des hommes (c'est ce que signifie: Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous, les hommes), combien est-il plus croyable que ceux qui, par nature, sont fils de l'homme deviennent, par la grâce de Dieu, fils de Dieu et qu'ils habitent en Dieu, en qui et par qui seul ils peuvent être heureux, en devenant participants de son immortalité! C'est pour nous en convaincre que le Fils de Dieu est devenu participant de notre condition mortelle.
R/. Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi, ecce de quo dicébam vobis: * Qui post me venit, ante me factus est ; cuius non sum dignus corrígiam calceaménti sólvere. V/. Hoc est testimónium quod perhíbuit Ioánnes. * Qui. R/. Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde; c'est de lui que j'ai dit : * Celui qui vient après moi, avant moi Il était; et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. V/. Tel fut le témoignage de Jean, le Baptiste. * Celui.
Lectio II Lecture II
Eos ítaque qui dicunt: " Itáne défuit Deo modus álius quo liberáret hómines a miséria mortalitátis huius, ut unigénitum Fílium Deum sibi coætérnum, hóminem fíeri vellet, induéndo humánam ánimam et carnem, mortalémque factum mortem pérpeti? " parum est sic reféllere, ut istum modum quo nos per mediatórem Dei et hóminum hóminem Christum Iesum Deus liberáre dignátur, asserámus bonum et divínæ cóngruum dignitáti. Mais il en est qui disent: « Dieu n'avait-il pas d'autres moyens de délivrer l'homme des misères de sa condition mortelle? Fallait-il que son Fils unique, Dieu éternel comme lui, devînt homme en revêtant une âme et une chair humaines et, une fois devenu mortel, souffrît la mort? » Ces objections, il est insuffisant de les réfuter en affirmant qu'est bon et conforme à la dignité divine ce moyen que Dieu a daigné choisir de nous libérer par le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus homme.
R/. Beáta víscera Maríæ Vírginis, quæ portavérunt ætérni Patris Fílium, et beáta úbera quæ lactavérunt Christum Dóminum. * Quia hódie pro salúte mundi de Vírgine nasci dignátus est. V/. Dies sanctificátus illúxit nobis: veníte, gentes, et adoráte Dóminum. * Quia. R/. Bienheureuse la Vierge Marie, qui a porté dans ses entrailles le Fils du Père éternel, et a nourri de son lait le Seigneur Christ! * Il a daigné, aujourd'hui, naître d'une Vierge pour le salut du monde. V/. Un jour sanctifié nous illumine: venez, nations, adorer le Seigneur. * Il.
Lectio III Lecture III
Verum étiam ut ostendámus non álium modum possíbilem Deo defuísse, cuius potestáti cuncta æquáliter súbiacent; sed sanándæ nostræ misériæ convenientiórem modum álium non fuísse, nec esse oportuísse. Quid enim tam necessárium fuit ad erigéndam spem nostram, mentésque mortálium conditióne ipsíus mortalitátis abiéctas, ab immortalitátis desperatióne liberándas, quam ut demonstrarétur nobis quanti nos pénderet Deus, quantúmque dilígeret? C'est même encore peu de répondre en montrant que Dieu, à la puissance de qui tout est également soumis, avait la possibilité d'user de quelque autre moyen; mais il faut montrer qu'il n'y avait et n'aurait pu y avoir de moyen plus adapté à notre misère et à sa guérison. En effet, pour relever notre espérance, pour empêcher nos esprits d'hommes mortels, abattus par notre condition mortelle, de désespérer de l'immortalité, qu'y avait-il de plus nécessaire que de nous faire voir combien nous comptions pour Dieu et combien il nous aimait?
R/. In princípio erat Verbum, et Verbum erat apud Deum, et Deus erat Verbum. * Hoc erat in princípio apud Deum. V/. Omnia per ipsum facta sunt, et sine ipso factum est nihil. * Hoc. R/. Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. * Il était au commencement auprès de Dieu. V/. Par lui tout a été fait, et rien n'a été fait sans lui. * Il.
Lectio IV Lecture IV
Quid vero huius rei tanto isto indício maniféstius atque præclárius, quam ut Dei Fílius immutabíliter bonus, in se manens quod erat, et a nobis pro nobis accípiens quod non erat, præter suæ natúræ detriméntum, nostræ dignátus iníre consórtium, prius sine ullo malo suo mérito mala nostra perférret; ac sic iam credéntibus quantum nos díligat Deus, et quod desperabámus iam sperántibus, dona in nos sua sine ullis bonis méritis nostris, immo præcedéntibus et malis méritis nostris, indébita largitáte conférret. Était-il possible d'en donner une preuve plus évidente, plus éclatante que celle-là? Le Fils de Dieu immuablement bon, restant en lui-même ce qu'il était, et recevant de nous, pour nous, ce qu'il n'était pas, a daigné, sans rien perdre de sa nature, prendre la nôtre en partage et porter nos maux sans avoir jamais commis aucun mal; et ainsi, en nous qui croyons désormais combien Dieu nous aime, en nous qui espérons désormais ce dont nous désespérions, Dieu, par une largesse toute gratuite, répand sur nous ses dons, sans que nous les ayons mérités, bien plus, alors même que nous avons auparavant démérité par nos mauvaises actions.
R/. Verbum caro factum est, et habitávit in nobis. * Et vídimus glóriam eius, glóriam quasi Unigéniti a Patre, plenum grátiæ et veritátis. V/. In princípio erat Verbum, et Verbum erat apud Deum, et Deus erat Verbum. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous. * Et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. V/. Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. * Et. V/. Gloire au Père. * Et.