LEC_Dn13,1-9.15-17.19-30.33-62
Léctio libri Daniélis prophétæ (13,1-9.15-17.19-30.33-62)  
In diébus illis: Erat vir hábitans in Babylóne, et nomen eíus Ioáchim; et accépit uxórem nómine Susánnam, fíliam Helcíae, pulchram nimis et timéntem Dóminum; 3 paréntes enim illíus, cum essent iústi, erudiérunt fíliam suam secúndum legem Móysis. Erat autem Ioáchim dives valde, et erat ei pomérium vicínum dómui suae; et ad ipsum confluébant Iudǽi, eo quod esset honorabílior ómnium. Et constitúti sunt de pópulo duo senes iúdices in anno illo, de quibus locútus est Dóminus quia egréssa est iníquitas de Babylóne a sénibus iudícibus, qui videbántur régere pópulum. Isti frequentábant domum Ioáchim, et veniébant ad eos omnes, qui habébant iudícia. Cum autem pópulus revertísset per merídiem, ingrediebátur Susánna et deambulábat in pomério viri sui. Et vidébant eam duo senes cotídie ingrediéntem et deambulántem et facti sunt in concupiscéntia eíus et evertérunt sensum suum et declinavérunt óculos suos, ut non vidérent caelum neque recordaréntur iudiciórum iustórum. Factum est autem, cum observárent diem aptum, ingréssa est aliquándo sicut heri et nudiustértius cum duábus solis puéllis voluítque lavári in pomério, aestus quippe erat. Et non erat ibi quisquam, praeter duos senes abscónditos et contemplántes eam. Dixit ergo puéllis: " Afférte mihi óleum et smegmáta et óstia pomérii cláudite, ut laver ". Cum autem egréssae essent puéllae, surrexérunt duo senes et accurrérunt ad eam et dixérunt: " Ecce óstia pomérii clausa sunt, et nemo nos videt, et in concupiscéntia tui sumus; quam ob rem assentíre nobis et commiscére nobíscum. Quod si nolúeris, dicémus testimónium contra te, quod fúerit tecum iúvenis et ob hanc causam emíseris puéllas a te ". Ingémuit Susánna et ait: " Angústiae sunt mihi úndique: si enim hoc égero, mors mihi est; si autem non égero, non effúgiam manus vestras; sed mélius mihi est absque ópere incídere in manus vestras quam peccáre in conspéctu Dómini ". Et exclamávit voce magna Susánna; exclamavérunt autem et senes advérsus eam, et, cum cucurrísset unus, apéruit óstia pomérii. Cum ergo audíssent clamórem in pomério fámuli domus, irruérunt per postícam, ut vidérent quidnam esset ei. Postquam autem senes locúti sunt sermónes suos, erubuérunt servi veheménter, quia numquam dictus fúerat sermo huiuscémodi de Susánna. Et factum est die crástina, cum venísset pópulus ad virum eíus Ioáchim, venérunt et duo presbýteri pleni iníqua cogitatióne advérsum Susánnam, ut interfícerent eam;  et dixérunt coram pópulo: " Míttite ad Susánnam, fíliam Helcíae, quae est uxor Ioáchim "; et misérunt. Et venit cum paréntibus et fíliis et univérsis cognátis suis. Flebant ígitur sui et omnes, qui vidébant eam.  Consurgéntes autem duo presbýteri in médio pópuli, posuérunt manus super caput eíus; quae flens suspéxit ad caelum: erat enim cor eíus fidúciam habens in Dómino. Et dixérunt presbýteri: " Cum deambularémus in pomério soli, ingréssa est haec cum duábus puéllis et clausit óstia pomérii et dimísit puéllas; venítque ad eam aduléscens, qui erat abscónditus, et concúbuit cum ea. Porro nos cum essémus in ángulo pomérii, vidéntes iniquitátem cucúrrimus ad eos et vídimus eos commiscéri. Et illum quidem non quívimus comprehéndere, quia fórtior nobis erat et, apértis óstiis, exilívit. Hanc autem cum apprehendissémus, interrogávimus, quisnam esset aduléscens, et nóluit indicáre nobis. Huíus rei testes sumus ". Crédidit eis multitúdo quasi sénibus pópuli et iudícibus, et condemnavérunt eam ad mortem. Exclamávit autem voce magna Susánna et dixit: " Deus aetérne, qui absconditórum es cógnitor, qui nosti ómnia ántequam fiant, tu scis quóniam falsum contra me tulérunt testimónium; et ecce mórior, cum nihil horum fécerim, quae isti malitióse composuérunt advérsum me ". Exaudívit autem Dóminus vocem eíus. Cumque ducerétur ad mortem, suscitávit Deus spíritum sanctum púeri iunióris, cuíus nomen Dániel; 46 et exclamávit voce magna: " Ínnocens ego sum a sánguine huíus ". Et convérsus omnis pópulus ad eum dixit: " Quis est iste sermo, quem tu locútus es? ". Qui cum staret in médio eórum, ait: " Sic fátui, fílii Israel? Non iudicántes neque, quod verum est, cognoscéntes, condemnástis fíliam Israel! Revertímini ad iudícium, quia falsum testimónium locúti sunt advérsum eam ". Revérsus est ergo omnis pópulus cum festinatióne, et dixérunt ei senes: " Veni et sede in médio nostrum et índica nobis, quia tibi dedit Deus honórem senectútis ". Et dixit ad eos Dániel: " Separáte illos ab ínvicem procul, et diiudicábo eos ". Cum ergo divísi essent alter ab áltero, vocávit unum de eis et dixit ad eum: " Inveteráte diérum malórum, nunc venérunt peccáta tua, quae operabáris prius, iúdicans iudícia iniústa, innocéntes ópprimens et dimíttens nóxios, dicénte Dómino: "Innocéntem et iústum non interfícies". Nunc ergo, si vidísti eam, dic sub qua árbore víderis eos loquéntes sibi ". Qui ait: " Sub schino ". Dixit autem Dániel: " Recte mentítus es in caput tuum; ecce enim ángelus Dei, accépta senténtia a Deo, scindet te médium ". Et amóto eo, iússit addúci álium et dixit ei: " Semen Chánaan et non Iúdae, spécies decépit te, et concupiscéntia subvértit cor tuum. Sic faciebátis filiábus Israel, et illae timéntes loquebántur vobis, sed non fília Iúdae sustínuit iniquitátem vestram. Nunc ergo dic mihi sub qua árbore comprehénderis eos colloquéntes sibi ". Qui ait: " Sub prino ". Dixit autem ei Dániel: " Recte mentítus es et tu in caput tuum; manet enim ángelus Dei, gládium habens, ut secet te médium et interfíciat vos ". Exclamávit ítaque omnis coetus voce magna et benedixérunt Deo, qui salvat sperántes in se. Et consurrexérunt advérsum duos presbýteros convícerat enim eos Dániel ex ore suo falsum dixísse testimónium fecerúntque eis, sicut male égerant advérsum próximum, ut fácerent secúndum legem Móysis; et interfecérunt eos, et salvátus est sanguis innóxius in die illa. En ces jours là : Il y avait un homme qui habitait à Babylone, et dont le nom était Joakim. Il prit une femme nommée Susanne, fille d'Helcias, parfaitement belle et craignant Dieu; car ses parents, qui étaient justes, avaient instruit leur fille selon la loi de Moïse. Or Joakim était très riche, et il avait un jardin fruitier près de sa maison; et les Juifs affluaient chez lui, parce qu'il était le plus honorable de tous. On avait établi pour juges, cette année-là, deux vieillards d'entre le peuple; c'est d'eux que le Seigneur a dit: L'iniquité est sortie de Babylone par des vieillards qui étaient juges, qui semblaient conduire le peuple. Ceux-là fréquentaient la maison de Joakim, et tous ceux qui avaient des affaires à juger venaient les y trouver. Lorsque la foule était partie, sur le midi, Susanne entrait et se promenait dans le jardin de son mari. Ces vieillards l'y voyaient tous les jours entrer et se promener, et ils brûlèrent de passion pour elle; ils pervertirent leur sens, et ils détournèrent leurs yeux, pour ne pas voir le Ciel et pour ne se pas souvenir des justes jugements. Comme ils cherchaient un jour convenable, il arriva que Susanne entra, selon la coutume, accompagnée seulement de deux jeunes filles, et elle voulut se baigner dans le jardin, car il faisait chaud; et il n'y avait là personne que les deux vieillards, qui étaient cachés et qui la regardaient. Elle dit donc aux jeunes filles: Apportez-moi de l'huile et des parfums et fermez les portes du jardin, afin que je me baigne. Lorsque les jeunes filles furent sorties, les deux vieillards se levèrent, coururent à Susanne et lui dirent: Voici, les portes du jardin sont fermées; personne ne nous voit. et nous brûlons de passion pour toi; rends-toi donc à notre désir et unis-toi à nous. Si tu refuses, nous témoignerons contre toi, et nous dirons qu'un jeune homme était avec toi, et que c'est pour cela que tu as renvoyé tes jeunes filles. Susanne gémit et dit: L'angoisse m'entoure de tous côtés; car si je fais cela, c'est la mort pour moi; si je ne le fais pas, je n'échapperai pas de vos mains. Mais il est meilleur pour moi de tomber sans motif entre vos mains, que de pécher en la présence du Seigneur. Alors Susanne poussa un grand cri, et les vieillards crièrent aussi contre elle. Et l'un d'eux courut à la porte du jardin et l'ouvrit. Ayant entendu crier dans le jardin, les serviteurs de la maison se précipitèrent par la porte de derrière, pour voir ce que c'était. Après que les vieillards eurent parlé, les serviteurs éprouvèrent une grande honte, parce qu'on n'avait jamais rien dit de semblable de Susanne. Le lendemain arriva, et le peuple étant venu chez Joakim son mari, les deux vieillards y vinrent aussi, pleins d'une résolution criminelle contre Susanne, pour lui faire perdre la vie. Et ils dirent devant le peuple: Envoyez chercher Susanne, fille d'Helcias, femme de Joakim. On y envoya aussitôt, et elle vint avec ses parents, ses enfants et tous ses proches. Les siens et tous ceux qui l'avaient connue pleuraient. Alors les deux vieillards, se levant au milieu du peuple, mirent leurs mains sur sa tête. Elle, en pleura, leva les yeux au ciel, car son coeur avait confiance dans le Seigneur. Et les vieillards dirent : Comme nous nous promenions seuls dans le jardin, cette femme est entrée avec deux servantes; elle a fermé les portes du jardin et elle a renvoyé les jeunes filles. Et un jeune homme, qui était caché, est venu et a péché avec elle. Nous étions dans un coin du jardin, et, voyant cette iniquité, nous sommes accourus à eux, et nous les avons vus s'unir. Lui, nous n'avons pu le prendre, parce qu'il était plus fort que nous, et qu'ayant ouvert la porte, il s'est échappé. Mais elle, après l'avoir prise, nous lui avons demandé quel était ce jeune homme, et elle n'a pas voulu nous le dire. C'est de quoi nous sommes témoins. La multitude les crut, parce qu'ils étaient des anciens et des juges du peuple, et ils la condamnèrent à mort. Alors Susanne poussa un grand cri et dit: Dieu éternel, qui pénètres ce qui est caché, et qui connais toutes choses avant qu'elles arrivent, Tu sais qu'ils ont porté un faux témoignage contre moi; et voici que je meurs, sans avoir rien fait de tout ce qu'ils ont inventé malicieusement contre moi. Et le Seigneur entendit sa voix. Et comme on la conduisait à la mort, le Seigneur suscita l'esprit saint d'un jeune enfant nommé Daniel, qui cria à haute voix: Je suis pur du sang de cette femme. Tout le peuple se tourna vers lui et dit: Quelle est cette parole que tu as proférée? Se tenant debout au milieu d'eux, il dit: Etes-vous assez insensés, fils d'Israël, pour condamner, sans la juger et sans connaître la vérité, une fille d'Israël? Jugez-la de nouveau, car ils ont porté un faux témoignage contre elle. Le peuple revint donc en grande hâte, et les vieillards dirent à Daniel: Viens, et prends place au milieu de nous, et instruis-nous, puisque Dieu t'a donné l'honneur de la vieillesse. Daniel dit au peuple: Séparez-les l'un de l'autre, et je les jugerai. Lorsqu'ils eurent été séparés l'un de l'autre, Daniel appela l'un d'eux et lui dit: Homme vieilli dans le mal, les péchés que tu as commis autrefois viennent maintenant sur toi, qui rendais des jugements injustes, qui opprimais les innocents et qui relâchais les coupables, quoique le Seigneur ait dit: Tu ne feras pas mourir l'innocent et le juste. Maintenant donc, si tu l'as vue, dis sous quel arbre tu les as vus parler ensemble. Il dit: Sous un lentisque. Daniel lui dit: Vraiment tu as menti contre ta tête; car voici que l'Ange de Dieu, ayant reçu son arrêt, te coupera en deux. Après l'avoir renvoyé, il ordonna qu'on fît venir l'autre, et il lui dit: Race de Chanaan, et non de Juda, la beauté t'a séduit, et la passion a perverti ton coeur. C'est ainsi que vous traitiez les filles d'Israël, et, effrayées, elles vous parlaient; mais une fille de Juda n'a pu souffrir votre iniquité. Maintenant donc, dis-moi sous quel arbre tu les as surpris lorsqu'ils se parlaient. Il dit: Sous un chêne. Daniel lui dit: Vraiment, toi aussi tu as menti contre ta tête; car l'Ange du Seigneur est prêt, et tient l'épée pour te couper par le milieu et pour te faire mourir. Alors toute l'assemblée poussa un grand cri, et ils bénirent Dieu, qui sauve ceux qui espèrent en Lui. Et ils s'élevèrent contre les deux vieillards, que Daniel avait convaincus par leur propre bouche d'avoir porté un faux témoignage; et ils leur firent le mal qu'ils avaient fait à leur prochain, pour exécuter la loi de Moïse. Ils les firent mourir, et le sang innocent fut sauvé en ce jour-là.