LEC_He7,25-8,6
Léctio Epístolæ ad Hebrǽos (7,25-8,6)
Fratres: Iesus salváre in perpétuum potest accedéntes per semetípsum ad Deum, semper vivens ad interpellándum pro eis. Talis enim et decébat ut nobis esset póntifex, sanctus, ínnocens, impollútus, segregátus a peccatóribus et excélsior caelis factus; qui non habet necessitátem cotídie, quemádmodum pontífices, prius pro suis delíctis hóstias offérre, deínde pro pópuli; hoc enim fecit semel semetípsum offeréndo. Lex enim hómines constítuit pontífices infirmitátem habéntes; sermo autem iúris iurándi, quod post legem est, Fílium in aetérnum consummátum. Caput autem super ea, quae dicúntur: talem habémus pontíficem, qui consédit in déxtera throni Maiestátis in caelis, sanctórum miníster et tabernáculi veri, quod fixit Dóminus, non homo. Omnis enim póntifex ad offerénda múnera et hóstias constitúitur; unde necésse erat et hunc habére áliquid, quod offérret. Si ergo esset super terram, nec esset sacérdos, cum sint qui ófferant secúndum legem múnera; qui figúrae et umbrae desérviunt caeléstium, sicut respónsum est Móysi, cum consummatúrus esset tabernáculum: “Vide enim, inquit, ómnia fácies secúndum exémplar, quod tibi osténsum est in monte.” Nunc autem differéntius sortítus est ministérium, quanto et melióris testaménti mediátor est, quod in melióribus repromissiónibus sáncitum est. Frères : Jésus peut sauver pour toujours ceux qui s'approchent de Dieu par Lui, étant toujours vivant pour intercéder en notre faveur. Car il convenait que nous eussions un tel pontife, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux; qui n'a pas besoin, comme les prêtres, d'offrir tous les jours des victimes, d'abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple; car cela, Il l'a fait une fois pour toutes, en S'offrant Lui-même. La loi, en effet, établit pour prêcher des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment, qui est postérieure à la loi, institue le Fils, qui est parfait pour l'éternité. Point capital dans ce que nous disons. Nous avons un pontife tel, qu'Il S'est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les Cieux, ministre du sanctuaire et du vrai tabernacle que le Seigneur a dressé, et non pas un homme. Car tout pontife est établi pour offrir des dons et des victimes; c'est pourquoi il est nécessaire que Celui-ci ait aussi quelque chose à offrir. Si donc Il était sur la terre, Il ne serait pas même prêtre, puisqu'il s'y trouve déjà ceux qui offrent des oblations selon la loi, lesquels exercent un culte qui n'est qu'une figure et une ombre des choses du Ciel, ainsi qu'il fut répondu à Moïse, lorsqu'il allait construire le tabernacle: Vois, dit Dieu, fais toutes choses selon le modèle qui t'a été montré sur la montagne. Mais notre pontife a reçu un ministère d'autant plus excellent, qu'Il est le médiateur d'une meilleure alliance, établie sur de meilleures promesses.