SANCTAE_FAMILIAE_IESU_MARIAE_ET_IOSEPH-NOCT1-2
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De Epístula prima beáti Petri apóstoli De la première lettre de saint Pierre
Lectio I Lecture I
Mulíeres súbditæ sint suis viris, ut et si qui non credunt verbo, per mulíerum conversatiónem sine verbo lucrífiant, considerántes castam in timóre conversatiónem vestram; quarum sit non extrínsecus capillatúræ aut circumdatiónis auri aut induménti vestimentórum cultus, sed qui abscónditus cordis est homo in incorruptibilitáte mitis et quiéti spíritus, qui est in conspéctu Dei lócuples. Vous les femmes, soyez soumises à vos maris, afin que, même si quelques-uns refusent de croire à la Parole, ils soient, sans parole, gagnés par la conduite de leurs femmes, en considérant votre vie chaste et pleine de respect. Que votre parure ne soit pas extérieure, faite de cheveux tressés, de cercles d'or et de toilettes bien ajustées, mais à l'intérieur de votre cœur dans l'incorruptibilité d'une âme douce et calme: voilà ce qui est précieux devant Dieu.
R/. Descéndit de cælis missus ab arce Patris, introívit per aurem Vírginis in regiónem nostram, indútus stolam purpúream, * Et exívit per áuream portam, lux et decus univérsæ fábricæ mundi. V/. Tamquam sponsus Dóminus, procédens de thálamo suo. * Et. R/. Il est descendu des cieux, l'Envoyé d'en-haut, l'Envoyé du Père. Par l'oreille obéissante de la Vierge, il a trouvé accès vers nos régions terrestres, revêtu de la robe de pourpre. * Et il est sorti par la porte d'or, Lumière et Gloire de toute la création. V/. Le Seigneur, tel un époux, paraît hors de sa tente. * Et.
Lectio II Lecture II
Sic enim aliquándo et sanctæ mulíeres sperántes in Deo ornábant se subiéctæ própriis viris, sicut Sara obœdiébat Abrahæ dóminum eum vocans; cuius estis fíliæ benefaciéntes et non timéntes ullam perturbatiónem. Viri simíliter cohabitántes secúndum sciéntiam quasi infirmióri vaso mulíebri impertiéntes honórem, tamquam et coherédibus grátiæ vitæ, uti ne impediántur oratiónes vestræ. C'est ainsi qu'autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu se paraient, soumises à leurs maris: telle Sara obéissait à Abraham, en l'appelant son Seigneur. C'est d'elle que vous êtes devenues les enfants, si vous agissez bien, sans terreur et sans aucun trouble. Vous pareillement, les maris, menez la vie commune avec compréhension, comme auprès d'un être plus fragile, la femme; accordez-lui sa part d'honneur, comme cohéritière de la grâce de Vie. Ainsi vos prières ne seront pas entravées.
R/. Hic est dies in quo ad salvánda ómnia lux orta est mundo, de qua annuntiánte ángelo implétus est úterus Vírginis, natus est nobis Salvátor omni pópulo. * Quem Regem géntium prophétæ ante testáti sunt. V/. Natus est nobis hódie Salvátor, qui est Christus Dóminus, in civitáte David. * Quem. R/. Voici le jour où s'est manifestée au monde, pour le salut de tout l'univers, la Lumière qui, à l'annonce de l'ange, avait rempli le sein de la Vierge Marie; voici le jour où nous est né un Sauveur pour tout le peuple. * C'est lui le Roi des nations dont avaient témoigné les prophètes. V/. Aujourd'hui, dans la cité de David, un Sauveur nous est né: il est le Messie, le Seigneur. * C'est.
Lectio III Lecture III
In fine autem omnes unánimes, compatiéntes, fraternitátis amatóres, misericórdes, húmiles, non reddéntes malum pro malo vel maledíctum pro maledícto, sed e contrário benedicéntes, quia in hoc vocáti estis, ut benedictiónem hereditáte accipiátis. Qui enim vult vitam dilígere et vidére dies bonos, coérceat linguam suam a malo, et lábia eius ne loquántur dolum; declínet autem a malo et fáciat bonum, inquírat pacem et persequátur eam. Quia óculi Dómini super iustos, et aures eius in preces eórum; vultus autem Dómini super faciéntes mala. Enfin, vous tous, en esprit d'union, dans la compassion, l'amour fraternel, la miséricorde, l'esprit d'humilité, ne rendez pas mal pour mal, insulte pour insulte. Bénissez, au contraire, car c'est à cela que vous avez été appelés, afin d'hériter la bénédiction. Qui veut, en effet, aimer la vie et voir des jours heureux doit garder sa langue du mal et ses lèvres des paroles fourbes, s'éloigner du mal et faire le bien, chercher la paix et la poursuivre. Car le Seigneur a les yeux sur les justes et tend l'oreille à leur prière, mais le Seigneur tourne sa face contre ceux qui font le mal.
R/. Hódie natus est Dóminus Iesus Christus in Béthlehem Iudæ in diébus Heródis regis, in civitáte David regnans, * Cuius regni non erit finis. V/. Natus est nobis hódie Salvátor, qui est Christus Dóminus, in civitáte David. * Cuius. R/. Aujourd'hui est né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, le Seigneur Jésus-Christ, roi de la cité de David. * Son règne n'aura pas de fin. V/. Aujourd'hui, dans la cité de David, un Sauveur nous est né : il est le Messie, le Seigneur. * Son.
Lectio IV Lecture IV
Et quis est qui vobis nóceat, si boni æmulatóres fuéritis? Sed et si patímini propter iustítiam, beáti! Timórem autem eórum ne timuéritis et non conturbémini, Dóminum autem Christum sanctificáte in córdibus vestris, paráti semper ad defensiónem omni poscénti vos ratiónem de ea quæ in vobis est spe, sed cum mansuetúdine et timóre, consciéntiam habéntes bonam, ut in quo de vobis detrectátur, confundántur qui calumniántur vestram bonam in Christo conversatiónem. Mélius est enim benefaciéntes, si velit volúntas Dei, pati quam malefaciéntes. Et qui vous ferait du mal, si vous devenez zélés pour le bien? Heureux d'ailleurs quand vous souffririez pour la justice! N'ayez d'eux aucune crainte et ne soyez pas troublés. Au contraire, sanctifiez dans vos cœurs le Seigneur Christ, toujours prêts à la défense contre quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous. Mais que ce soit avec douceur et respect, en possession d'une bonne conscience, afin que, sur le point même où l'on vous calomnie, soient confondus ceux qui décrient votre bonne conduite dans le Christ. Car mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si telle était la volonté de Dieu, qu'en faisant le mal.
R/. Hic qui ádvenit, nemo scit nomen eius, nisi ipse solus. Vocátur Verbum Dómini, habens vestem præcláram, * Et omnis chorus angelórum in albis sequúntur eum. V/. Ecce ádvenit dominátor Dóminus, et regnum in manu eius et potéstas et impérium. * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Celui qui vient porte un nom qu'il est seul à connaître. Il est appelé le Verbe de Dieu. Il est enveloppé d'un manteau éclatant de lumière, * Et tous les chœurs des anges le suivent, vêtus de blanc. V/. Voici venir le Seigneur des seigneurs: la royauté, la puissance et l'empire sont en sa main. * Et. V/. Gloire au Père. * Et.