SANCTAE_FAMILIAE_IESU_MARIAE_ET_IOSEPH-NOCT2-1
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Sermónibus sancti Leónis Magni papæ (Sermo 4, 1. 2. 6: SC 22, 98. 100-102. 108-110) Sermon de saint Léon le Grand
Lectio I Lecture I
Semper quidem, dilectíssimi, divérsis modis multísque mensúris humáno géneri bónitas divína consúluit, et plúrima providéntiæ suæ múnera ómnibus retro sæculis cleménter impértiit; sed in novíssimis tempóribus omnem abundántiam sólitæ benignitátis excéssit, quando in Christo, ipsa ad peccatóres misericórdia, ipsa ad errántes véritas, ipsa ad mórtuos vita descéndit: ut Verbum illud coætérnum et coæquále genitóri in unitáte deitátis suæ natúram nostræ humilitátis assúmeret, et Deus de Deo natus, idem étiam homo de hómine nascerétur. Toujours, fils bien-aimés, de bien des manières et par bien des voies, la divine bonté a veillé au salut du genre humain, et elle a départi les bienfaits multiples de sa Providence sur tous les siècles qui nous ont précédés; mais dans les derniers temps, elle a dépassé la mesure de sa bien-veillance accoutumée, quand dans le Christ, la miséricorde elle-même est descendue jusqu'aux pécheurs, la vérité jusqu'aux égarés, la vie jusqu'aux morts. Ce Verbe, coéternel à son Père, égal à lui dans l'unité de la divinité, a daigné prendre sur lui la bassesse de notre nature, et, Dieu né de Dieu, se faire homme né d'un être humain.
R/. Hódie natus est nobis Rex regum Dóminus Salvátor omnis pópuli, * Quem Ioánnes dígito demonstrávit, dicens: Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi. V/. Annúntio vobis gáudium magnum, quod erit omni pópulo. * Quem. R/. Aujourd'hui nous est né un Sauveur pour tout le peuple, le Roi des rois, le Seigneur, * Celui que Jean a désigné du doigt en disant: Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. V/. Je vous annonce une grande joie pour tout le peuple: * Celui.
Lectio II Lecture II
Exsúltent ergo iusti in Dómino, et in laudem Dei corda credéntium, et mirabília eius confiteántur fílii hóminum: quóniam in hoc præcípue Dei ópere humílitas nostra cognóscit, quanti eam suus cónditor æstimárit. Qui cum orígini humánæ multum déderit, quod nos ad imáginem suam fecit, reparatióni nostræ longe ámplius tríbuit, cum servíli formæ ipse se Dóminus coaptávit. Quamvis enim ex una eadémque pietáte sit, quidquid creatúræ Creátor impéndit, minus tamen mirum est hóminem ad divína profícere, quam Deum ad humána descéndere. Que les justes se réjouissent donc dans le Seigneur, que les fidèles se livrent de tout cœur à la louange de Dieu, que les enfants des hommes proclament ses merveilles; c'est surtout dans cette œuvre de Dieu que nous comprenons à quel prix notre Créateur a estimé notre bassesse. Il nous avait beaucoup donné en nous créant primitivement à son image, mais il a fait bien plus en nous restaurant, lorsque, tout Seigneur qu'il était, il s'est réduit à la mesure de notre forme d'esclave. Certes tout ce que le Créateur accorde à ses créatures émane d'une seule et même bonté; mais il est moins surprenant de voir l'homme élevé aux grandeurs divines que Dieu s'abaissant jusqu'aux misères humaines.
R/. O Regem cæli, cui tália famulántur obséquia! Stábulo pónitur qui cóntinet mundum, * Iacet in præsépio et in cælis regnat. V/. Dómine, audívi audítum tuum et tímui; considerávi ópera tua et expávi; in médio duórum animálium. * Iacet. R/. Ô Roi du ciel à qui est rendu un tel hommage! Il repose dans une étable celui qui contient l'univers, * Il est couché dans une mangeoire, celui qui règne dans les cieux. V/. Seigneur, j'ai entendu parler de toi, et je suis saisi de crainte; j'ai réfléchi à tes œuvres, et je frémis: te voir entre deux animaux! * Il.
Lectio III Lecture III
Et vos ædificáti super inviolábilem petram Christum, ipsíque Dómino Salvatóri nostro per veram susceptiónem nostræ carnis insérti, permanéte stábiles in ea fide quam conféssi estis coram multis téstibus, et in qua renáti per aquam et Spíritum Sanctum, accepístis chrisma salútis et signáculum vitæ ætérnæ. Magnum præsídium est fides íntegra, fides vera, in qua nec augéri ab ullo quidquam, nec mínui potest: quia nisi una est , fides non est, dicénte Apóstolo: Unus Dóminus, una fides, unum baptísma; unus Deus et Pater ómnium qui super omnes, et per ómnia, et in ómnibus nobis. Et vous, établis sur la pierre inébranlable du Christ, greffés sur le Seigneur notre Sauveur, grâce à son incontestable union avec notre chair, demeurez fermes dans cette foi que vous avez professée devant tant de témoins, cette foi dans laquelle vous avez retrouvé la vie par l'eau et par l'Esprit Saint, dans laquelle vous avez reçu l'onction du salut et la marque de la vie éternelle. C'est un puissant secours qu'une foi intègre, une foi véritable: personne n'y peut rien ajouter, personne en rien retrancher; si elle n'est pas une, la foi n'existe pas, ainsi que le dit l'Apôtre: il n'y a qu'un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu, Père de tous, qui est au-dessus de tous, qui agit en tout, qui réside en nous tous.
R/. Benedíctus qui venit in nómine Dómini, Deus Dóminus et illúxit nobis ! * Allelúia, allelúia. V/. Hæc dies quam fecit Dóminus, exsultémus et lætémur in ea. * Allelúia. R/. Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, il est le Seigneur-Dieu, et il nous illumine! * Alléluia, alléluia! V/. Voici le jour que fit le Seigneur, jour d'allégresse et jour de joie. * Alléluia.
Lectio IV Lecture IV
Huic unitáti, dilectíssimi, inconcússis méntibus inhæréte, et in hac omnem sectámini sanctitátem, in hac præcéptis Dómini deservíte, quia sine fide impossíbile est placére Deo, et nihil sine illa sanctum, nihil castum est, nihil vivum: iustus enim ex fide vivit. Dhérez à cette unité, mes bien-aimés, avec un esprit ferme, et, en elle, poursuivez toute sainteté; en elle, obéissez aux commandements du Seigneur, car sans la foi, impossible de plaire à Dieu: sans elle, rien n'est saint, rien n'est chaste, rien n'est vivant: Le juste, en effet, vit de la foi.
R/. In própria venit et sui eum non recepérunt ; quotquot autem recepérunt eum, dedit eis potestátem fílios Dei fíeri. * Qui non ex sanguínibus, neque ex voluntáte carnis, neque ex voluntáte viri, sed ex Deo nati sunt. V/. Si autem fílii, et herédes, herédes quidem Dei, coherédes autem Christi. * Qui. V/. Glória Patri. * Qui. R/. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu; mais tous ceux qui l'ont reçu, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. * Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté d'homme: ils sont nés de Dieu! V/. Enfants, et donc héritiers; mais héritiers de Dieu, cohéritiers du Christ! * Ils. V/. Gloire au Père. * Ils.