Messe du mardi 1 février 2022

Hebdomada IV per annum IVème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 104, 3-4
LÆTÉTUR cor quæréntium Dóminum: quǽrite Dóminum, et confirmámini: quǽrite fáciem eius semper. Ps. ibid., 1 Confitémini Dómino, et invocáte nomen eius: annuntiáte inter gentes ópera eius. ℣. Glória Patri. Que le cœur de ceux qui cherchent le Seigneur se réjouisse. Cherchez le Seigneur, et soyez remplis de force, cherchez sans cesse Son visage. Ps. Célébrez le Seigneur et invoquez Son Nom; annoncez Ses œuvres parmi les nations. ℣. Gloire au Père.
Collecta Collecte
Concéde nobis, Dómine Deus noster, ut te tota mente venerémur, et omnes hómines rationábili diligámus afféctu. Per Dóminum. Accorde-nous, Seigneur notre Dieu, de T'adorer de toute notre âme, et d'aimer tous les hommes d'une vraie charité.
Lectio I Ière lecture
 Léctio libri secundi Samuélis (18, 9-10. 14b. 24-25a. 30- 19,3)  
In diébus illis: Accídit ut occurréret Absalom servis David sedens mulo; cumque ingréssus fuísset mulus subter condénsam quercum et magnam, adhǽsit caput eius quércui et, illo suspénso inter cælum et terram, mulus cui insíderat pertransívit. Vidit autem hoc quíspiam, et nuntiávit Ioab, dicens: «Vidi Absalom pendére de quercu». Tulit ergo Ioab tres lánceas in manu sua, et infíxit eas in corde Absalom. David autem sedébat inter duas portas. Speculátor vero qui erat in fastígio portæ super murum, élevans óculos vidit hóminem curréntem solum, et exclámans indicávit regi. Dixítque rex: «Transi, et sta hic». Cumque ille transísset et staret, appáruit Chusi et véniens ait: «Bonum appórto núntium, dómine mi rex; iudicávit enim pro te Dóminus hódie de manu ómnium, qui surrexérunt contra te». Dixit autem rex ad Chusi: «Estne pax púero Absalom?» Cui respóndens Chusi: «Fiant, inquit, sicut puer, inimíci dómini mei regis, et univérsi qui consúrgunt advérsus eum in malum». Contristátus ítaque rex ascéndit cenáculum portæ, et flevit. Et sic loquebátur vadens: «Fili mi Absalom! Absalom fili mi! Quis mihi tríbuat ut ego móriar pro te? Absalom fili mí! Fíili mi Absalom!» Nuntiáturn est autem Ioab quod rex Aeret et lugéret fílium suum, et versa est victória in luctum in die illa omni pópulo; audívit enim pópulus in die illa dici: «Dolet rex super fílio suo». Et declinávit pópulus in die illa íngredi civitátem, quómodo declínare solet pópulus versus et fúgiens de prǽlio. En ces jours là : il arriva qu'Absalom, monté sur son mulet, se trouva en face des gens de David. Le mulet pénétra sous un chêne grand et touffu, et la tête d'Absalom s'embarrassa dans les branches du chêne; et, son mulet passant outre, il demeura suspendu entre le ciel et la terre. Un soldat le vit en cet état, et vint dire à Joab : J'ai vu Absalom suspendu à un chêne. Il prit donc en sa main trois dards, dont il perça le coeur d'Absalom.Cependant David était assis entre les deux portes de la ville; et la sentinelle qui était sur la muraille au haut de la porte, levant les yeux, vit un homme qui courait tout seul, et il en avertit le roi en criant. Le roi lui dit : S'il est seul, il porte une bonne nouvelle. Lorsque ce messager s'avançait à grande hâte et était déjà proche, Le roi dit à Chusi : Mon fils Absalom est-il en vie? Chusi lui répondit : Que les ennemis de mon roi, et tous ceux qui se soulèvent contre lui pour le perdre soient traités comme ce jeune homme l'a été. Alors le roi, saisi de douleur, monta à la chambre qui était au-dessus de la porte, et se mit à pleurer. Et il disait en marchant : Mon fils Absalom! Absalom, mon fils! qui m'accordera de mourir à ta place, mon fils Absalom! Absalom, mon fils! On avertit alors Joab que le roi pleurait et se lamentait sur son fils; et ce jour-là la victoire fut changée en deuil pour toute l'armée, parce que tout le peuple sut que le roi était affligé de la mort d'Absalom. On avertit alors Joab que le roi pleurait et se lamentait sur son fils; et ce jour-là la victoire fut changée en deuil pour toute l'armée, parce que tout le peuple sut que le roi était affligé de la mort d'Absalom. Les troupes entrèrent ce jour-là dans la ville sans oser presque se montrer, comme une armée défaite, et qui aurait fui le combat.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 112,5-7 Ps. 112,5-7
℟. Quis sicut Dóminus, Deus noster, qui in altis hábitat, et humilia réspicit in cælo et in terra ? ℣. Súscitans a terra ínopem et de stércore érigens páuperem. ℟. Qui est semblable au Seigneur notre Dieu qui habite les hauteurs, et qui abaisse ses regards sur ce qu'il y a de plus humble dans le ciel et sur la terre ? ℣. Retirant le faible de la poussière et élevant le pauvre de dessus le fumier.
Allelúia Alléluia
Ps. 137, 2
℟. Allelúia. ℣. Adorábo ad templum sanctum tuum, et confitébor nómini tuo. ℟. Alléluia. ℣. J’adorerai dans Ton saint temple, et je célébrerai Ton nom.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum (5,21-43)
In illo tempore: cum transcendísset Iésus in navi rursus trans fretum, convénit turba multa ad illum, et erat circa mare. Et venit quidam de archisynagógis nómine Iaírus et videns eum prócidit ad pedes eíus et deprecátur eum multum dicens: “Filíola mea in extrémis est; veni, impóne manus super eam, ut salva sit et vivat.” Et ábiit cum illo. Et sequebátur eum turba multa et comprimébant illum. Et múlier, quæ erat in proflúvio sánguinis annis duódecim et fúerat multa perpéssa a complúribus médicis et erogáverat ómnia sua nec quidquam profécerat, sed magis detérius habébat, cum audísset de Iésu, venit in turba retro et tétigit vestiméntum eíus; dicébat enim: “Si vel vestiménta eíus tetígero, salva ero.” Et conféstim siccátus est fons sánguinis eíus, et sensit córpore quod sanáta esset a plaga. Et statim Iésus cognóscens in semetípso virtútem, quæ exíerat de eo, convérsus ad turbam aiébat: “Quis tétigit vestiménta mea?” Et dicébant ei discípuli sui: “Vides turbam compriméntem te et dicis: ‘Quis me tétigit?’” Et circumspiciébat vidére eam, quæ hoc fécerat. Múlier autem timens et tremens, sciens quod factum esset in se, venit et prócidit ante eum et dixit ei omnem veritátem. Ille autem dixit ei: “Fília, fides tua te salvam fecit. Vade in pace et esto sana a plaga tua.” Adhuc eo loquénte, véniunt ab archisynagógo dicéntes: “Fília tua mórtua est; quid ultra vexas magístrum?” Iésus autem, verbo, quod dicebátur, audíto, ait archisynagógo: “Noli timére; tantúmmodo crede!” Et non admísit quemquam sequi se nisi Petrum et Iacóbum et Ioánnem fratrem Iacóbi. Et véniunt ad domum archisynagógi; et videt tumúltum et flentes et eiulántes multum, et ingréssus ait eis: “Quid turbámini et plorátis? Puélla non est mórtua, sed dormit.” Et irridébant eum. Ipse vero, eiéctis ómnibus, assúmit patrem puéllæ et matrem et, qui secum erant, et ingréditur, ubi erat puélla; et tenens manum puéllæ ait illi: “Tálitha, qum!” – quod est interpretátum: “Puélla, tibi dico: Surge!” Et conféstim surréxit puélla et ambulábat; erat enim annórum duódecim. Et obstupuérunt contínuo stupóre magno. Et præcépit illis veheménter, ut nemo id sciret, et dixit dari illi manducáre. En ce temps là : Jésus ayant de nouveau gagné l'autre rive sur la barque, une foule nombreuse s'assembla autour de Lui; et Il était au bord de la mer. Alors vint un des chefs de synagogue, nommé Jaïre, qui, Le voyant, se jeta à Ses pieds, et Le suppliait avec instance, en disant: Ma fille est à l'extrémité; viens, impose-lui les mains, afin qu'elle guérisse et qu'elle vive. Et Jésus alla avec lui; et une grande foule Le suivait et Le pressait. Alors une femme, atteinte d'une perte de sang depuis douze ans, qui avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins, et qui avait dépensé tout son bien, et n'en avait éprouvé aucun soulagement, mais s'en trouvait encore plus mal, ayant entendu parler de Jésus, vint dans la foule par derrière, et toucha Son vêtement. Car elle disait: Si je puis seulement toucher Son vêtement, je serai guérie. Et aussitôt la source du sang qu'elle perdait fut séchée, et elle sentit dans son corps qu'elle était guérie de sa maladie. Aussitôt Jésus, connaissant en Lui-même la vertu qui était sortie de Lui, Se tourna vers la foule, et dit: Qui a touché Mes vêtements ? Et Ses disciples Lui disaient : Tu vois la foule qui Te presse, et Tu dis : Qui M'a touché? Et Il regardait tout autour, pour voir celle qui avait fait cela. Mais la femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui s'était passé en elle, vint se jeter à Ses pieds, et Lui dit toute la vérité. Et Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t'a sauvée; va en paix, et sois guérie de ton mal. Comme Il parlait encore, survinrent des gens du chef de la synagogue, qui dirent: Ta fille est morte; pourquoi importuner davantage le Maître ? Mais Jésus, ayant entendu cette parole, dit au chef de la synagogue: Ne crains point, crois seulement. Et Il ne permit à personne de Le suivre, si ce n'est à Pierre, à Jacques et à Jean, frère de Jacques. Ils arrivèrent à la maison du chef de la synagogue, et Jésus voit le tumulte, et des personnes qui pleuraient et poussaient de grands cris. Et étant entré, Il leur dit: Pourquoi êtes-vous troublés et pleurez-vous ? La jeune fille n'est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de Lui. Mais Lui, ayant fait sortir tout le monde, prend le père et la mère de l'enfant, et ceux qui étaient avec Lui, et Il entre au lieu où la jeune fille était couchée. Et prenant la main de la jeune fille, Il lui dit: Talitha, cum ; ce qui signifie: Jeune fille (Je te l'ordonne), lève-toi. Et aussitôt la jeune fille se leva, et se mit à marcher; car elle avait douze ans. Et ils furent frappés d'une grande stupeur. Et Il leur ordonna fortement que personne ne le sût, et Il dit de donner à manger à la jeune fille.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium Offertoire
Ps. 91, 2
Bonum est confitéri Dómino, et psállere nómini tuo, Altíssime. Il est bon de louer le Seigneur et de chanter Ton nom, ô Très-Haut.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Altáribus tuis, Dómine, múnera nostræ servitútis inférimus, quæ, placátus assúmens, sacraméntum nostræ redemptiónis effícias. Per Christum. Nous apportons à Tes autels, Seigneur, les offrandes de notre service auquel Tu as consenti ; en les accueillant our le pardon, fais-en sacrement de notre rédemption.
Communio Communion
Ps. 30, 17-18
Illúmina fáciem tuam super servum tuum, et salvum me fac in tua misericórdia: Dómine, non confúndar, quóniam invocávi te. Fais luire Ton visage sur Ton serviteur, et sauve-moi par Ta miséricorde ; Seigneur, que je ne sois pas confondu, car je T'ai invoqué
Post communionem Post communion
Redemptiónis nostræ múnere vegetáti, quǽsumus, Dómine, ut hoc perpétuæ salútis auxílio fides semper vera profíciat. Per Christum. Vivifiés par le don de notre rédemption, nous demandons, Seigneur, que par celui-ci, secours du salut éternel, la vraie foi progresse toujours.
Modifications aux messes lues :
Ant. ad introitum
Ps 105, 47
Salvos nos fac, Dómine Deus noster, et cóngrega nos de natiónibus, ut confiteámur nómini sancto tuo, et gloriémur in laude tua.
Ant. ad communionem
Cf. Ps 30, 178
Illúmina fáciem tuam super servum tuum, et salvum me fac in tua misericórdia. Dómine, non confúndar, quóniam invocávi te.
Vel: Mt 5, 3-4
Beáti páuperes spíritu, quóniam ipsórum est regnum cælórum. Beáti mites, quóniam ipsi possidébunt terram.