Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Martyrologe du vendredi 11 octobre 2019

Martyrologe
Le 11 octobre
1. Commémoraison de saint Philippe, un des Sept choisis par les Apôtres pour les aider dans leur ministère. Il convertit à la foi du Christ l’eunuque, ministre de Candace, reine d’Éthiopie et le baptisa, puis annonça l’Évangile dans toutes les cités qu’il traversait jusqu’à Césarée, où il repose, selon la tradition.
2. À Anazarbe en Cilicie, vers 304, les saints Tharace, Probus et Andronic, martyrs, qui offrirent leur vie en confessant le Christ dans la persécution de Dioclétien.
3. Dans le Vexin, peut-être au IIIe siècle, les saints Nicaise, prêtre, Quirin et Scubicule, martyrs, qui furent, croit-on, les premiers évangélisateurs du pays entre l’Oise et l’Epte, et dont les corps furent recueillis par sainte Pience.
4*. À Verdun, au IVe siècle, saint Saintin, évêque, que l’on croit avoir été le premier à annoncer l’Évangile dans cette cité.
5. Commémoraison de saint Sarmata, abbé en Thébaïde, disciple de saint Antoine, massacré par les Sarrasins en 357.
6. À Uzès en Gaule Narbonnaise, après 552, saint Firmin, évêque. Disciple de saint Césaire d’Arles, il enseigna à son peuple la parole de vérité.
7. À Ossory en Irlande, vers 600, saint Canice (Kenneth), disciple de saint Finnian, ami de saint Colomba et abbé du monastère d’Aghaboe qu’il fonda parmi bien d’autres. Il aimait se retirer dans la solitude des îles.
8. Près du camp de Schemaris dans les monts du Caucase, en 666, le trépas de saint Anastase, prêtre, apocrisiaire de l’Église romaine, compagnon de saint Maxime le Confesseur dans sa confession de foi et dans son exil. Il rendit son âme à Dieu alors qu’il disait dans la sainte assemblée : “Aux saints, les saints mystères”.
9. À Lierre dans le Brabant, vers 775, saint Gommaire. Soldat dévoué à Dieu, il construisit à cet endroit, de ses propres ressources, un oratoire, où il fut mis au tombeau.
10*. À Cologne en Rhénanie, l’an 965, saint Bruno, évêque. Frère de l’empereur Othon Ier, il reçut, avec l’épiscopat, le gouvernement de la Lotharingie et s’acquitta avec un esprit vraiment religieux de son ministère épiscopal et, quand il le fallait, avec le courage d’un chef au grand cœur.
11*. À Gniezno en Pologne, vers 1011, saint Gaudence ou Radzim, évêque. Frère de sang et d’esprit de saint Adalbert, évêque de Prague, il fut son fidèle compagnon, assista à son martyre et fut ensuite mis en prison.
12*. À Riga sur la mer Baltique, en 1196, saint Meinard, évêque. D’abord chanoine régulier en Germanie, il prit la route à un âge déjà avancé pour évangéliser le peuple de Livonie, construisit une église sur une île, près d’Iskill et, ordonné évêque, établit avec vigueur les fondements de la foi chrétienne dans cette région.
13*. À Bologne en Émilie, l’an 1491, le bienheureux Jacques Griesinger d’Ulm, religieux de l’Ordre des Prêcheurs. Il était illettré, mais peintre verrier très expert et donna à tous, pendant cinquante ans, un exemple de travail et de prière.
14. À Calosso d’Asti en Lombardie, l’an 1592, le trépas de saint Alexandre Sauli, évêque, d’abord d’Aléria en Corse, puis de Pavie. Membre de la Congrégation des Clercs réguliers de Saint-Paul, il s’employa à soulager les pauvres avec une admirable charité.
15. À Hanoï au Tonkin, l’an 1833, saint Pierre Lê Tuy, prêtre et martyr, décapité pour le Christ sous l’empereur Minh Mang.
16. À Madrid, en 1887, sainte Marie Désolée (Emmanuelle Torres Acosta), vierge, qui montra dès sa jeunesse une admirable sollicitude pour les pauvres malades, et leur vint en aide avec un oubli d’elle-même continuel et surtout grâce à la Congrégation des Servantes de Marie, ministres des malades, qu’elle fonda.
17*. À Barcelone, en 1936, le bienheureux Ange Ramos Velasquez, religieux salésien et martyr, victime de la persécution religieuse au cours de la guerre civile espagnole.
**.         Saint Jean XXIII pape (261ème) de 1958 à 1963 Béatifié le 3 septembre 2000. " Il convoqua le Concile Vatican II qui marqua le début de la rénovation de l’Église, la réforme de ses structures et la révision de sa liturgie.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Invitatoire du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Invitatorium
Ad Invitatorium
A la liturgie lue :
Ante Officium quod a solo persolvitur, dici potest sequens oratio:Avant l'office récité seul, on peut dire la prière suivante :
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum tuum; munda cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus; intelléctum illúmina, afféctum inflámma, ut digne, atténte ac devóte hoc Offícium recitáre váleam, et exaudíri mérear ante conspéctum divínæ maiestátis tuæ. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.Ouvre mes lèvres, Seigneur, afin qu’elles bénissent Ton saint Nom, purifie aussi mon cœur de toute pensée vaine, mauvaise, étrangère. Éclaire mon intelligence, enflamme mon amour, afin que je puisse réciter cet office avec respect, attention et dévotion, et mériter d’être exaucé en présence de Ta divine majesté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.
℣. Dómine, lábia mea apéries. ℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.℣. Seigneur, ouvre mes lèvres. ℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Psalmus 94 (95)Psaume 94 (95)
Invitatio ad laudem DeiInvitation à la louange de Dieu
Adhortamini vosmetipsos per singulos dies, donec illud «hodie» vocatur (Hebr 3, 13).Exhortez-vous mutuellement chaque jour, tant que vaut cet « aujourd'hui ».
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut. Accourons devant Sa face dans l'action de grâce, dans des psaumes, jubilons pour Lui.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quia in manu eius sunt profúnda terræ, et altitúdines móntium ipsíus sunt. Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illud, et siccam manus eius formavérunt. Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au-dessus de tous les dieux. Car dans Sa main sont les profondeurs de la terre, et que les hauteurs des montagnes sont à Lui. Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Veníte, adorémus et procidámus et génua flectámus ante Dóminum, qui fecit nos, quia ipse est Deus noster, et nos pópulus páscuæ eius et oves manus eius. Venez, adorons, prosternons - nous devant Dieu, et fléchissons les genoux devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Sa main.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Utinam hódie vocem eius audiátis: «Nolíte obduráre corda vestra, sicut in Meríba secúndum diem Massa in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt me, etsi vidérunt ópera mea. Si seulement aujourd'hui, vous entendiez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs, comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert, où Me tentèrent vos pères ; ils M'éprouvèrent, alors qu'ils avaient vu Mes oeuvres.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Quadragínta annis tæduit me generatiónis illíus, et dixi: Pópulus errántium corde sunt isti. Et ipsi non cognovérunt vias meas; ídeo iurávi in ira mea: Non introíbunt in réquiem meam». Pendant quarante ans, J'ai été le dégoût de cette génération et J'ai dit : ils sont un peuple errant de coeur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : c'est pourquoi Je leur ai juré dans Ma colère, ils n'entreront pas dans Mon repos.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.

Si le psaume 94 est récité pendant la liturgie de ce jour, à une des heures suivantes, on peut prendre un autre psaume comme invitatoire, au choix :
vel:ou :
Psalmus 99 (100)Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientiumJoie de l’entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Iubiláte Dómino, omnis terra, * servíte Dómino in lætítia; introíte in conspéctu eius * in exsultatióne. Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus;  ipse fecit nos, et ipsíus sumus, * pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Introíte portas eius in confessióne,  átria eius in hymnis, * confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez Ses portes avec des louanges, Ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez Son nom.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Quóniam suávis est Dóminus;  in ætérnum misericórdia eius, * et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; Sa miséricorde est éternelle, * et Sa vérité demeure de génération en génération.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
vel:ou :
Psalmus 66 (67)Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteanturToutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28).Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage, afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Læténtur et exsúltent gentes,  quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous. La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu, que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
vel:ou :
Psalmus 23 (24)Psaume 23 (24)
Domini in templum adventusAvènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus).Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu’il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Dómini est terra et plenitúdo eius, * orbis terrárum et qui hábitant in eo. Quia ipse super mária fundávit eum * et super flúmina firmávit eum. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Quis ascéndet in montem Dómini, * aut quis stabit in loco sancto eius? Innocens mánibus et mundo corde,  qui non levávit ad vana ánimam suam, * nec iurávit in dolum. Hic accípiet benedictiónem a Dómino * et iustificatiónem a Deo salutári suo. Hæc est generátio quæréntium eum, * quæréntium fáciem Dei Iacob. Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans Son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur. Telle est la race de ceux qui Le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in prœlio. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Confitémini Dómino, quia in ætérnum misericórdia eius.Ant. Louez le Seigneur, car Sa miséricorde demeure à jamais.
Psalmus cum sua antiphona, pro opportunitate, omitti potest quando Invitatorium Laudibus matutinis præponendum est. Le psaume [invitatoire] avec son antienne, si c'est opportun, peut être omis lorsque l'invitatoire précède immédiatement les Laudes du matin.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vigiles (OSB) du vendredi 11 octobre 2019


Avertissement : l'affichage de cet office est encore incomplet. Il manque des traductions et seul le psautier est renseigné. Le propre du temps et des saints n'est pas encore entièrement disponible. Aidez-nous pour les traductions, merci.
Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
Ter dicitur: On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio. Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3 Psaume 3
Dominus protector meus Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus). Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me, Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo». Beaucoup disent à mon âme: Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum. Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur et ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo. De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me. Je me suis endormi, et j'ai été assoupi; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus; Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti. Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua. Le salut vient du Seigneur; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
IN I NOCTURNO AU Ier NOCTURNE
Ant. 1 Inclína Dómine, * aurem tuam mihi, et exáudi verba mea.Ant. 1 Incline, Seigneur, Ton oreille vers moi, et exauce mes demandes.
Psalmus 85 (86) Psaume 85 (86)
Pauperis in rebus adversis oratio Prière des pauvres face à l'adversaire
Benedictus Deus, qui consolatur nos in omni tribulatione nostra (2 Cor 1, 3. 4). Béni soit Dieu qui nous console dans toutes nos tribulations (2 Cor 1, 3. 4).
Inclína, Dómine, aurem tuam et exáudi me, * quóniam inops et pauper sum ego. Incline Ton oreille, Seigneur, et exauce-moi, car je suis indigent et pauvre.
Custódi ánimam meam, quóniam sanctus sum; * salvum fac servum tuum, Deus meus, sperántem in te. Garde mon âme, car je suis pieux ; sauve Ton serviteur, ô mon Dieu, il met sa confiance en Toi.
Miserére mei, Dómine,* quóniam ad te clamávi tota die. Aie pitié de moi, Seigneur, parce que vers Toi j'ai crié tout le jour.
Lætífica ánimam servi tui, * quóniam ad te, Dómine, ánimam meam levávi. Réjouis l'âme de Ton serviteur, car vers Toi Seigneur, j'ai élevé mon âme.
Quóniam tu, Dómine, suávis et mitis * et multæ misericórdiæ ómnibus invocántibus te. Car Tu es bon, Seigneur, et clément, et plein de compassion pour tous ceux qui T'invoquent.
Auribus pércipe, Dómine, oratiónem meam* et inténde voci deprecatiónis meæ. Prête l'oreille, Seigneur, à ma prière, et sois attentif à la voix de mes supplications.
In die tribulatiónis meæ clamávi ad te, * quia exáudies me. Je T'invoque au jour de ma détresse, et Tu m'exauceras.
Non est símilis tui in diis, Dómine, * et nihil sicut ópera tua. Nul ne T'égale parmi les dieux, Seigneur, rien ne ressemble à Tes œuvres.
Omnes gentes, quascúmque fecísti, vénient † et adorábunt coram te, Dómine, * et glorificábunt nomen tuum, Toutes les nations que Tu as faites viendront se prosterner devant Toi, Seigneur, et rendre gloire à Ton nom,
quóniam magnus es tu et fáciens mirabília: * tu es Deus solus. car Tu es grand et Tu opères des prodiges : Toi seul, Tu es Dieu.
Doce me, Dómine, viam tuam, * et ingrédiar in veritáte tua; Enseigne-moi tes voies, Seigneur ; je veux marcher dans Ta fidélité ;
simplex fac cor meum, * ut tímeat nomen tuum. rends mon cœur simple, pour qu'il craigne Ton nom.
Confitébor tibi, Dómine Deus meus, in toto corde meo * et glorificábo nomen tuum in ætérnum, Je Te louerai de tout mon cœur, Seigneur, mon Dieu et je glorifierai Ton nom pour l'éternité.
quia misericórdia tua magna est super me, * et eruísti ánimam meam ex inférno inferióri. Car Ta miséricorde est grande envers moi, Tu as tiré mon âme du fond de l'enfer.
Deus, supérbi insurrexérunt super me, † et synagóga poténtium quæsiérunt ánimam meam, * et non proposuérunt te in conspéctu suo. O Dieu, des orgueilleux se sont insurgés contre moi, et l'assemblée des puissants a cherché mon âme, et ils ne T'ont pas placé devant leur regard.
Et tu, Dómine, Deus miserátor et miséricors * pátiens et multæ misericórdiæ et veritátis, Mais Toi, Seigneur, Tu es un Dieu miséricordieux et compatissant, patient, de grande miséricorde et vérité.
réspice in me et miserére mei; † da fortitúdinem tuam púero tuo * et salvum fac fílium ancíllæ tuæ. Tourne vers moi Tes regards et aie pitié de moi ; donne Ta force à Ton serviteur, et sauve le fils de Ta servante.
Fac mecum signum in bonum, † ut vídeant, qui odérunt me, et confundántur, * quóniam tu, Dómine, adiuvísti me et consolátus es me.. Signale Ta bonté envers moi, que mes ennemis le voient et soient confondus, car c'est Toi, le Seigneur, qui m'assistes et me consoles.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 86 (87) Psaume 86 (87)
Ierusalem omnium gentium mater Jérusalem, mère de toute nation
Illa quæ sursum est Ierusalem, libera est, quæ est mater nostra (Gal 4, 26). La Jérusalem d'en-haut est libre, et c'est elle notre mère (Gal 4,26)
Fundaménta eius in móntibus sanctis; † díligit Dóminus portas Sion * super ómnia tabernácula Iacob. II l'a fondée sur les saintes montagnes ! Le Seigneur aime les portes de Sion, plus que toutes les demeures de Jacob.
Gloriósa dicta sunt de te, * cívitas Dei! Des choses glorieuses ont été dites sur toi, cité de Dieu !
Memor ero Rahab et Babylónis inter sciéntes me; ecce Philistæa et Tyrus cum Æthiópia: * hi nati sunt illic. Je nommerai Rahab et Babylone parmi ceux qui me connaissent ; voici les Philistins, et Tyr, avec l'Ethiopie : c'est là qu'ils sont nés.
Et de Sion dicétur: «Hic et ille natus est in ea; * et ipse firmávit eam Altíssimus». Et l'on dira de Sion :« Celui-ci et celui-là y est né ; c'est lui, le Très-Haut, qui l'a fondée ».
Dóminus réferet in librum populórum: * «Hi nati sunt illic». Le Seigneur inscrira au rôle des peuples : « Celui-ci est né là ».
Et cantant sicut choros ducéntes: * «Omnes fontes mei in te». Et chanteurs et musiciens disent : « Toutes mes sources sont en toi ».
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Inclína Dómine, * aurem tuam mihi, et exáudi verba mea.Ant. Incline, Seigneur, Ton oreille vers moi, et exauce mes demandes.
Ant. 2 Benedictus * Dóminus in ætérnum.Ant. 2 Béni soir le Seigneur dans l'éternité.
Psalmus 88 (89), 2-38 Psaume 88 (89), 2-38
Misericordiæ Domini super domum David Les misericordes du seigneur sur la maison de David.
Deus ex semine David secundum promissionem eduxit Salvatorem Iesum (Act 13, 22. 23).
I
Misericórdias Dómini in ætérnum cantábo, * in generatiónem et generatiónem annuntiábo veritátem tuam in ore meo.
Quóniam dixísti: «In ætérnum misericórdia ædificábitur», * in cælis firmábitur véritas tua.
«Dispósui testaméntum elécto meo, * iurávi David servo meo:
Usque in ætérnum confirmábo semen tuum * et ædificábo in generatiónem et generatiónem sedem tuam».
Confitebúntur cæli mirabília tua, Dómine, * étenim veritátem tuam in ecclésia sanctórum.
Quóniam quis in núbibus æquábitur Dómino, * símilis erit Dómino in fíliis Dei?
Deus, metuéndus in consílio sanctórum, * magnus et terríbilis super omnes, qui in circúitu eius sunt.
Dómine Deus virtútum, quis símilis tibi? * Potens es, Dómine, et véritas tua in circúitu tuo.
Tu domináris supérbiæ maris, * elatiónes flúctuum eius tu mítigas.
Tu conculcásti sicut vulnerátum Rahab, * in bráchio virtútis tuæ dispersísti inimícos tuos.
Tui sunt cæli, et tua est terra, * orbem terræ et plenitúdinem eius tu fundásti.
Aquilónem et austrum tu creásti, * Thabor et Hermon in nómine tuo exsultábunt.
Tibi bráchium cum poténtia; * firma est manus tua, et exaltáta déxtera tua.
Iustítia et iudícium firmaméntum sedis tuæ. * Misericórdia et véritas præcédent fáciem tuam.
Beátus pópulus, qui scit iubilatiónem. * Dómine, in lúmine vultus tui ambulábunt
et in nómine tuo exsultábunt tota die * et in iustítia tua exaltabúntur,
quóniam decor virtútis eórum tu es, * et in beneplácito tuo exaltábitur cornu nostrum.
Quia Dómini est scutum nostrum, * et Sancti Israel rex noster.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
II
Tunc locútus es in visióne sanctis tuis et dixísti: «Pósui adiutórium in poténte * et exaltávi eléctum de plebe.
Invéni David servum meum; * óleo sancto meo unxi eum.
Manus enim mea firma erit cum eo, * et bráchium meum confortábit eum.
Nihil profíciet inimícus in eo, * et fílius iniquitátis non ópprimet eum.
Et concídam a fácie ipsíus inimícos eius * et odiéntes eum percútiam.
Et véritas mea et misericórdia mea cum ipso, * et in nómine meo exaltábitur cornu eius.
Et ponam super mare manum eius * et super flúmina déxteram eius.
Ipse invocábit me: “Pater meus es tu, * Deus meus et refúgium salútis meæ”.
Et ego primogénitum ponam illum, * excélsum præ régibus terræ.
In ætérnum servábo illi misericórdiam meam * et testaméntum meum fidéle ipsi.
Et ponam in sæculum sæculi semen eius * et thronum eius sicut dies cæli.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Benedictus * Dóminus in ætérnum.Ant. Béni soir le Seigneur dans l'éternité.
Ant. 3 Exaltáre * qui iúdicas terram.Ant. 3 Lève-Toi, juge de la terre.
Psalmus 92 (93) Psaume 92 (93)
Magnificentia Domini creatoris Magnificence du Seigneur créateur
Regnavit Dominus, Deus noster omnipotens. Gaudeamus et exsultemus et demus gloriam ei (Ap 19, 6. 7). Il règne, le Seigneur notre Dieu, le Tout-Puissant. Réjouissons-nous, tressaillons d'allégresse et rendons-Lui gloire (Ap 19, 6. 7).
Dóminus regnávit! Decórem indútus est; * indútus est Dóminus, fortitúdine præcínxit se. Le Seigneur a régné, et a été revêtu de gloire ; le Seigneur a été revêtu et S'est ceint de force.
Etenim firmávit orbem terræ, * qui non commovébitur. Car Il a affermi le globe de la terre, qui ne sera point ébranlé.
Firmáta sedes tua ex tunc, * a sæculo tu es. Ton trône, ô Dieu, est établi depuis longtemps; Tu es de toute éternité.
Elevavérunt flúmina, Dómine, † elevavérunt flúmina vocem suam, * elevavérunt flúmina fragórem suum. Les fleuves, Seigneur, ont élevé, les fleuves ont élevé leur voix. Les fleuves ont élevé leurs flots,
Super voces aquárum multárum, † super poténtes elatiónes maris, * potens in altis Dóminus. Les soulèvements de la mer sont admirables; plus admirable est le Seigneur dans les hauteurs des cieux. plus retentissants que la voix des grandes eaux.
Testimónia tua credibília facta sunt nimis; * domum tuam decet sanctitúdo, Dómine, in longitúdinem diérum. Tes témoignages sont tout à fait dignes de créance. La sainteté convient à Ta maison, Seigneur, dans toute la durée des jours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 93 (94) Psaume 93 (94)
Dominus iustorum ultor Le Seigneur venge les justes
Vindex est Dominus de his omnibus: ...non enim vocavit nos Deus in immunditia, sed in sanctificatione (Cf. 1 Th 4, 6-7). Le Seigneur tire vengeance de tout cela ; car Dieu ne nous a pas appelés à l'’impureté, mais à la sanctification. (Cf. 1 Th 4, 6-7).
Deus ultiónum, Dómine, * Deus ultiónum, effúlge. Dieu des vengeances, le Seigneur, Dieu des vengeances, parais.
Exaltáre, qui iúdicas terram, * redde retributiónem supérbis. Lève-Toi, juge de la terre, rends aux superbes selon leurs œoeuvres.
Usquequo peccatóres, Dómine, * úsquequo peccatóres exsultábunt? Jusques à quand les méchants, le Seigneur, jusques à quand les pêcheurs triompheront-ils ?
Effabúntur et loquéntur protérva, * gloriabúntur omnes,  qui operántur iniquitátem. Ils se répandent en discours arrogants, ils se glorifient, tous ces artisans d'iniquité.
Pópulum tuum, Dómine, humíliant * et hereditátem tuam vexant. Seigneur, ils écrasent Ton peuple, ils oppriment Ton héritage.
Víduam et ádvenam interfíciunt * et pupíllos occídunt. Ils égorgent la veuve et l'étranger, ils massacrent les orphelins.
Et dixérunt: «Non vidébit Dóminus, * nec intélleget Deus Iacob» . Et ils disent : « le Seigneur ne regarde pas, le Dieu de Jacob ne fait pas attention ».
Intellégite, insipiéntes in pópulo, * et, stulti, quando sapiétis? Comprenez donc, stupides enfants du peuple, insensés, quand aurez-vous l'intelligence ?
Qui plantávit aurem, non áudiet, * aut qui finxit óculum, non respíciet? Celui qui a planté l'oreille n'entendrait-Il pas, et celui qui a formé l'iil ne verrait-il pas ?
Qui córripit gentes, non árguet, * qui docet hóminem sciéntiam? Celui qui châtie les nations ne punirait-Il pas, Celui qui enseigne la connaissance aux hommes ?
Dóminus scit cogitatiónes hóminum * quóniam vanæ sunt. Le Seigneur connaît les pensées des hommes, Il sait qu'elles sont vaines.
Beátus homo, quem tu erudíeris, Dómine, * et de lege tua docúeris eum, Heureux l'homme que Tu instruis, Seigneur, et à qui Tu donnes l'enseignement de Ta loi,
ut mítiges ei a diébus malis, * donec fodiátur peccatóri fóvea. pour l'apaiser aux jours du malheur, jusqu'à ce que la fosse soit creusée pour le pêcheur.
Quia non repéllet Dóminus plebem suam *  et hereditátem suam non derelínquet. Car le Seigneur ne rejettera pas Son peuple, et Il n'abandonnera pas Son héritage.
Quia ad iustítiam revertétur iudícium, * et sequéntur illam omnes, qui recto sunt corde. mais le jugement redeviendra conforme à la justice, et tous les hommes au coeœur droit y applaudiront.
Quis consúrget mihi advérsus malignántes, * aut quis stabit mecum  advérsus operántes iniquitátem? Qui se lèvera pour moi contre les méchants et qui me soutiendra contre ceux qui font l'iniquité ?
Nisi quia Dóminus adiúvit me, * paulo minus habitásset in loco siléntii ánima mea. Si le Seigneur n'était pas mon secours, mon âme habiterait bientôt le séjour du silence.
Si dicébam: «Motus est pes meus» ,* misericórdia tua, Dómine, sustentábat me. Quand je dis : Mon pied chancelle, Ta bonté, le Seigneur, me soutient.
In multitúdine sollicitúdinum meárum  in corde meo, * consolatiónes tuæ lætificavérunt ánimam meam. Quand les angoisses s'agitent en foule dans ma pensée, Tes consolations réjouissent mon âme.
Numquid sociábitur tibi sedes iniquitátis, * quæ fingit moléstiam contra præcéptum? A-t-il rien de commun avec Toi le tribunal de perdition, qui fait le mal dans les formes légales ?
Irruunt in ánimam iusti * et sánguinem innocéntem condémnant. Ils s'empressent contre la vie du juste, et ils condamnent le sang innocent.
Et factus est mihi Dóminus in præsídium * et Deus meus in rupem refúgii mei; Mais le Seigneur est ma forteresse, mon Dieu est le rocher où je m'abrite;
et reddet illis iniquitátem ipsórum,  † et in malítia eórum dispérdet eos, * dispérdet illos Dóminus Deus noster. et Il fera retomber sur eux leur iniquité, Il les exterminera par leur propre malice, Il les exterminera, le Seigneur, notre Dieu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Exaltáre * qui iúdicas terram.Ant. Lève-Toi, juge de la terre.
℣. Fili mi, custódi sermónes meos.
℟. Serva mandáta mea et vives.
℣. Mon fils, garde mes enseignements.
℟. observe mes commandements et tu vivras.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
A cunctis vítiis et peccátis absólvat nos virtus Santæ Trinitátis. ℟. Amen.
Lectio brevis (Sap 1,6-7)
Spíritus díligens hóminem est sápientia, et non absólvet malédictum a lábiis suis, quóniam renum illíus testis est Deus et cordis illíus scrutátor verus et linguæ eius audítor ; quóniam spíritus Dómini replévit orbem terrárum, et ipse qui cóntinet ómnia, sciéntiam habet vocis.
℟. Misericórdias tuas, Dómine, * in ætérnum cantábo. ℣. In generatióne et progénie. ℣. Glória Patri, et Fílio, et Spíritui Sancto. ℟. Je chanterai Tes miséricordes, Seigneur, * dans l'éternité. ℣. De génération en descendance. ℣. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
 Vel:  Ou :
Lectio biblica cum ℟.
IN II NOCTURNO AU IIe NOCTURNE
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 95 (96) Psaume 95 (96)
Dominus rex et iudex omnis terræ Le Seigneur est roi et juge de toute la terre
Cantabant quasi canticum novum ante sedem in conspectu Agni (Cf. Ap 14, 3). Ils chantaient comme un cantique nouveau devant le trône en présence de l'Agneau (Cf. Ap 14, 3).
Cantáte Dómino cánticum novum, * cantáte Dómino, omnis terra. Chantez au Seigneur un cantique nouveau ! Chantez au Seigneur, toute la terre !
Cantáte Dómino, benedícite nómini eius, * annuntiáte de die in diem salutáre eius. Chantez au Seigneur, bénissez Son nom ! Annoncez de jour en jour Son salut,
Annuntiáte inter gentes glóriam eius, * in ómnibus pópulis mirabília eius. Racontez Sa gloire parmi les nations, Ses merveilles parmi tous les peuples.
Quóniam magnus Dóminus et laudábilis nimis, * terríbilis est super omnes deos. Car le Seigneur est grand et digne de toute louange, Il est redoutable par dessus tous les dieux,
Quóniam omnes dii géntium inánia, * Dóminus autem cælos fecit. car tous les dieux des peuples sont néant. Mais le Seigneur a fait les cieux.
Magnificéntia et pulchritúdo in conspéctu eius, * poténtia et decor in sanctuário eius. La splendeur et la magnificence sont devant Lui, la puissance et la majesté sont dans Son sanctuaire.
Afférte Dómino, famíliæ populórum, ? afférte Dómino glóriam et poténtiam, * afférte Dómino glóriam nóminis eius. Rendez au Seigneur, famille des peuples, rendez au Seigneur gloire et puissance ! Rendez au Seigneur la gloire due à Son nom !
Tóllite hóstias et introíte in átria eius, * adoráte Dóminum in splendóre sancto. Apportez l'offrande et venez dans Ses parvis, prosternez vous devant le Seigneur avec l'ornement sacré.
Contremíscite a fácie eius, univérsa terra, * dícite in géntibus: «Dóminus regnavit!». Tremblez devant Lui, vous, habitants de toute la terre, dites parmi les nations : "le Seigneur est roi" ;
Etenim corréxit orbem terræ, qui non commovébitur; * iudicábit pópulos in æquitáte. aussi le monde sera stable et ne chancellera pas ; Il jugera les peuples avec droiture.
Læténtur cæli et exsúltet terra, ? sonet mare et plenitúdo eius; * gaudébunt campi et ómnia, quæ in eis sunt. Que les cieux se réjouissent et que la terre soit dans l'allégresse ! Que la mer s'agite avec tout ce qu'elle contient ! Que la campagne s'égaie avec tout ce qu'elle renferme,
Tunc exsultábunt ómnia ligna silvárum ? a fácie Dómini, quia venit, * quóniam venit iudicáre terram. que tous les arbres des forêts poussent des cris de joie devant le Seigneur , car Il vient ! Car Il vient pour juger la terre;
Iudicábit orbem terræ in iustítia * et pópulos in veritáte sua. Il jugera le monde avec justice, et les peuples selon Sa vérité
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 96 (97) Psaume 96 (97)
Gloria Domini in iudicio Gloire de Dieu dans sa justice
Hic psalmus salutem mundi significat et fidem omnium gentium in ipsum (S. Athanasius). Ce psaume signifie le salut du monde et la foi de toute nation en lui (S. Athanase).
Dóminus regnávit! Exsúltet terra, * † læténtur ínsulæ multæ. Le Seigneur est roi : que la terre soit dans l'allégresse, que les îles nombreuses se réjouissent.
Nubes et calígo in circúitu eius, * iustítia et iudícium firmaméntum sedis eius. La nuée et l'ombre l'environnent, la justice et l'équité sont la base de Son trône.
Ignis ante ipsum præcédet * et inflammábit in circúitu inimícos eius. Le feu s'avance devant Lui, et dévore à l'entour Ses adversaires.
Illustrárunt fúlgura eius orbem terræ: * vidit et contrémuit terra. Ses éclairs illuminent le monde : la terre le voit et tremble.
Montes sicut cera fluxérunt a fácie Dómini, * a fácie Dómini omnis terra. Les montagnes se fondent comme la cire devant le Seigneur, devant le Seigneur de toute la terre.
Annuntiavérunt cæli iustítiam eius, * et vidérunt omnes pópuli glóriam eius. Les cieux proclament Sa justice, et tous les peuples contemplent Sa gloire.
Confundántur omnes, qui adórant sculptília † et qui gloriántur in simulácris suis. * Adoráte eum, omnes ángeli eius. Ils seront confondus tous les adorateurs d'images, qui sont fiers de leurs idoles. Tous les anges se prosternent devant Lui.
Audívit et lætáta est Sion, † et exsultavérunt fíliæ Iudæ * propter iudícia tua, Dómine. Sion a entendu et s'est réjouie, les filles de Juda sont dans l'allégresse, à cause de Tes jugements, Seigneur.
Quóniam tu Dóminus, Altíssimus super omnem terram, * nimis exaltátus es super omnes deos. Car Toi, Seigneur, Tu es le Très-Haut sur toute la terre, Tu es souverainement élevé au dessus de tous les dieux.
Qui dilígitis Dóminum, odíte malum; † custódit ipse ánimas sanctórum suórum, * de manu peccatóris liberábit eos. Vous qui aimez le Seigneur, haïssez le mal; Il garde les âmes de Ses fidèles, Il les délivre de la main des méchants.
Lux orta est iusto, * et rectis corde lætítia. La lumière est semée pour le juste, et la joie pour ceux qui ont le cœur droit.
Lætámini, iusti, in Dómino * et confitémini memóriæ sanctitátis eius Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur, et rendez gloire à Son Saint Nom.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 97 (98) Psaume 97 (98)
Dominus victor in iudicio Le Seigneur est victorieux dans sa justice
Hic psalmus priorem Domini adventum significat et fidem omnium gentium (S. Athanasius). Ce psaume signifie la première venue du Seigneur et la foi des toute les nations (S. Athanase).
Cantáte Dómino cánticum novum, * quia mirabília fecit. Chantez au Seigneur un chant nouveau, car Il a fait des merveilles.
Salvávit sibi déxtera eius, * et bráchium sanctum eius. Sa droite l'a sauvé, et Son bras saint aussi.
Notum fecit Dóminus salutáre suum, * in conspéctu géntium revelávit iustítiam suam. Le Seigneur a fait connaître Son salut, Il a révélé Sa justice aux nations.
Recordátus est misericórdiæ suæ * et veritátis suæ dómui Israel. Il S'est souvenu de Sa miséricorde et de Sa vérité envers la maison d'Israël.
Vidérunt omnes términi terræ * salutáre Dei nostri. Toutes les extrémités de la terre ont vu le salut de notre Dieu.
Iubiláte Deo, omnis terra, * erúmpite, exsultáte et psállite. Jubilez pour Dieu, toute la terre, éclatez, exultez et psalmodiez.
Psállite Dómino in cíthara, * in cíthara et voce psalmi; Psalmodiez pour le Seigneur sur la cithare, sur la cithare et par la voix du psaume.
in tubis ductílibus et voce tubæ córneæ, * iubiláte in conspéctu regis Dómini. Avec les trompettes et au son du cor, jubilez en présence du Seigneur roi.
Sonet mare et plenitúdo eius, * orbis terrárum, et qui hábitant in eo. Que la mer s'agite avec tout ce qu'elle renferme, que la terre et ses habitants fassent éclater leurs transports.
Flúmina plaudent manu, † simul montes exsultábunt a conspéctu Dómini, * quóniam venit iudicáre terram. Que les fleuves applaudissent, qu'ensemble les montagnes poussent des cris de joie, devant le Seigneur, car Il vient pour juger la terre.
Iudicábit orbem terrárum in iustítia * et pópulos in æquitáte. Il jugera le monde avec justice, et les peuples avec équité.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 98 (99) Psaume 98 (99)
Sanctus Dominus Deus noster Seigneur Dieu et Saint.
Tu es super Cherubim, qui malum statum terræ commutasti, cum ad nostram similitudinem factus es (S. Athanasius). Tu es assis au dessus des Chérubins, Toi qui as renouvelé l'état de la terre plongée dans le mal, en prenant notre ressemblance (S. Athanase).
Dóminus regnávit! Commoveántur pópuli; * sedet super chérubim, moveátur terra. Le Seigneur règne ! Il est assis sur les Chérubins ; la terre chancelle.
Dóminus in Sion magnus * et excélsus super omnes pópulos. Le Seigneur est grand dans Sion, Il est élevé au dessus de tous les peuples.
Confiteántur nómini tuo magno et terríbili, * quóniam sanctum est. Qu'on célèbre Ton Nom grand et redoutable car Il est saint !
Rex potens iudícium díligit: † tu statuísti, quæ recta sunt, * iudícium et iustítiam in Iacob tu fecísti. Qu'on célèbre la puissance du Roi qui aime la justice, Tu affermis la droiture, Tu exerces en Jacob la justice et l'équité.
Exaltáte Dóminum Deum nostrum † et adoráte ad scabéllum pedum eius, * quóniam sanctus est. Exaltez le Seigneur, notre Dieu, et prosternez-vous devant l'escabeau de Ses pieds car Il est saint !
Móyses et Aaron in sacerdótibus eius * et Sámuel inter eos, qui ínvocant nomen eius. Moïse et Aaron étaient parmi Ses prêtres, et Samuel parmi ceux qui invoquaient Son nom.
Invocábant Dóminum, et ipse exaudiébat eos, * in colúmna nubis loquebátur ad eos. Ils invoquaient le Seigneur, et Il les exauçait, Il leur parlait dans la colonne de nuée.
Custodiébant testimónia eius * et præcéptum, quod dedit illis. Ils gardaient Ses témoignages, et le précepte qu'Il leur a donné
Dómine Deus noster, tu exaudiébas eos;† Deus, tu propítius fuísti eis, * ulcíscens autem adinventiónes eórum. Seigneur, notre Dieu, Tu les exauças, Tu fus pour eux un Dieu clément, et Tu les punis de leurs fautes.
Exaltáte Dóminum Deum nostrum † et adoráte ad montem sanctum eius, * quóniam sanctus Dóminus Deus noster. Exaltez le Seigneur notre Dieu, et prosternez-vous devant Sa montagne sainte, car Il est saint, le Seigneur notre Dieu !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 99 (100) Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientium Joie de l'entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Iubiláte Dómino, omnis terra,* servíte Dómino in lætítia; Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie.
introíte in conspéctu eius* in exsultatióne. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus; † ipse fecit nos, et ipsíus sumus,* pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Introíte portas eius in confessióne, † átria eius in hymnis,* confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez ses portes avec des louanges, ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez son nom.
Quóniam suávis est Dóminus; † in ætérnum misericórdia eius,* et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; sa miséricorde est éternelle, * et sa vérité demeure de génération en génération.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 100 (101) Psaume 100 (101)
Iusti principis confessio Programme d'un prince juste
Si diligitis me, mandata mea servabitis (Io 14, 15). Si vous M'aimez, gardez Mes commandements (Io 14, 15).
Misericórdiam et iudícium cantábo; * tibi, Dómine, psallam. Je veux chanter la bonté et la justice ; c'est Toi, le Seigneur, que je veux célébrer.
Intéllegam in via immaculáta; * quando vénies ad me? Je prendrai garde à la voie de l'innocence. Quand viendras-Tu à moi ?
Perambulábo in innocéntia cordis mei, * in médio domus meæ. Je marcherai dans l'intégrité de mon coeur, au milieu de ma maison.
Non propónam ante óculos meos rem iniústam, † faciéntem prævaricatiónes ódio habébo, * non adhærébit mihi. Je ne mettrai devant mes yeux aucune action mauvaise, je hais la conduite perverse, elle ne s'attachera point à moi.
Cor pravum recédet a me, * malígnum non cognóscam. Un coeur faux ne sera jamais le mien, je ne veux pas connaître le mal.
Detrahéntem secréto próximo suo, * hunc cessáre fáciam; Le détracteur qui déchire en secret son prochain, je l'exterminerai ;
supérbum óculo et inflátum corde, * hunc non sustinébo. l'homme au regard hautain et au coeur gonflé d'orgueil, je ne le soutiendrai pas.
Oculi mei ad fidéles terræ, ut sédeant mecum; * qui ámbulat in via immaculáta,  hic mihi ministrábit. J'aurai les yeux sur les hommes fidèles du pays, pour qu'ils demeurent auprès de moi ; celui qui marche dans une voie intègre sera mon serviteur.
Non habitábit in médio domus meæ,  qui facit supérbiam; * qui lóquitur iníqua,  non stabit in conspéctu oculórum meórum. Il n'aura point de place dans ma maison, celui qui agit avec fourberie ; celui qui profère le mensonge ne subsistera pas devant mes yeux.
In matutíno cessáre fáciam  omnes peccatóres terræ, * ut dispérdam de civitáte Dómini  omnes operántes iniquitátem. Chaque matin j'exterminerai tous les méchants du pays, afin de retrancher de la cité du Seigneur tous ceux qui commettent l'iniquité.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
℣. Oculi mei defecérunt in desidério salutaris tui.
℟. Et eloquii iustítiæ tuæ.
℣. Mes yeux se fatiguent dans le désir de Ton salut.
℟. Et les paroles de Ta justice.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Lectio brevis (2 Cor 12, 9b-10) Lecture brève (2 Cor 12, 9b-10)
Libentíssime gloriábor in infirmitátibus meis, ut inhábitet in me virtus Christi. Propter quod pláceo mihi in infirmitátibus, in contuméliis, in necessitátibus, in persecutiónibus et in angústiis, pro Christo: cum enim infírmor, tunc potens sum. Je me glorifierai donc volontiers de mes faiblesses, afin que la force du Christ habite en moi. C'est pourquoi je me complais dans mes faiblesses, dans les outrages, dans les nécessités, dans les persécutions, dans les angoisses pour le Christ; car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.
 Vel:  Ou :
Hymnus Hymne
Te decet laus, * te decet hymnus. Tibi glória Deo Patri et Fílio, cum Sancto Spíritu, in sǽcula sæculórum. Amen. A Toi notre louange, à Toi notre chant, A Toi la gloire, Dieu, Père et Fils avec l'Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Oratio diei cum conclusione longiori. Oraison du jour avec la conclusion longue.
Collecta
Omnípotens sempitérne Deus, qui abundántia pietátis tuæ et mérita súpplicum excédis et vota, effúnde super nos misericórdiam tuam, ut dimíttas quæ consciéntia métuit, et adícias quod orátio non præsúmit. Per Dóminum. Dieu éternel et tout-puissant, Toi qui dans la prodigalité de Ton amour surpasses et les mérites et les vœux de ceux qui Te supplient, répands sur nous Ta miséricorde, afin de chasser tout ce que redoute la conscience et suppléer à ce que la prière n'ose demander.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Evangile commenté du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
 Evangelium  Evangile
Luc (11,15-26)
In illo tempore: cum eicisset Iesus demonium, dixérunt quidam ex turba: "In Beélzebul príncipe daemoniórum éicit daemónia.” Et álii tentántes signum de caelo quaerébant ab eo. Ipse autem sciens cogitatiónes eórum dixit eis: “Omne regnum in seípsum divísum desolátur, et domus supra domum cadit. Si autem et Sátanas in seípsum divísus est, quómodo stabit regnum ipsíus? Quia dícitis in Beélzebul eícere me daemónia. Si autem ego in Beélzebul eício daemónia, fílii vestri in quo eíciunt? Ídeo ipsi iúdices vestri erunt. Porro si in dígito Dei eício daemónia, profécto pervénit in vos regnum Dei. Cum fortis armátus custódit átrium suum, in pace sunt ea, quae póssidet; si autem fórtior illo supervéniens vícerit eum, univérsa arma eíus áuferet, in quibus confidébat, et spólia eíus distríbuet. Qui non est mecum, advérsum me est; et, qui non cólligit mecum, dispérgit. Cum immúndus spíritus exíerit de hómine, perámbulat per loca inaquósa quaerens réquiem; et non invéniens dicit: ‘Revértar in domum meam unde exívi.’ Et cum vénerit, invénit scopis mundátam et exornátam. Et tunc vadit et assúmit septem álios spíritus nequióres se, et ingréssi hábitant ibi; et sunt novíssima hóminis illíus peióra prióribus.” En ce temps là : comme Jésus avait expulsé un démon, quelques-uns d’entre eux dirent : C’est par Béelzébub, prince des démons, qu'Il chasse les démons. Et d’autres, pour Le tenter, Lui demandaient un signe qui vînt du ciel. Mais Lui, ayant vu leurs pensées, leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même sera dévasté, et la maison tombera sur la maison. Si donc Satan est aussi divisé contre lui-même, comment son règne subsistera-t-il ? Car vous dites que c’est par Béelzébub que Je chasse les démons. Or si c’est par Béelzébub que Je chasse les démons, par qui vos fils les chassent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais si c’est par le doigt de Dieu que Je chasse les démons, assurément le royaume de Dieu est arrivé jusqu'à vous. Lorsque l’homme fort, armé, garde sa maison, ce qu'il possède est en paix. Mais si un plus fort que lui survient et triomphe de lui, il emportera toutes ses armes, dans lesquelles il se confiait, et il distribuera ses dépouilles. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui ne recueille pas avec moi dissipe. Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos ; et n’en trouvant pas, il dit : Je retournerai dans ma maison, d’où je suis sorti. Et quand il arrive, il la trouve balayée et ornée. Alors il s’en va, et prend avec lui sept autres esprits, plus méchants que lui, et, entrant dans cette maison, ils y habitent. Et le dernier état de cet homme devient pire que le premier.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Commentaire par Dom Paul Delatte (1848-1937), osb, abbé de saint Pierre de Solesmes

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Laudes du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Laudes matutinas
Aux Laudes du matin
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Ætérna cæli glória, Eternelle gloire du ciel,
beáta spes mortálium, Bienheureux espoir des humains,
celsi Paréntis Unice Fils unique du Dieu très-haut,
castǽque proles Vírginis, Enfant de la Vierge très pure,
Da déxteram surgéntibus, Tends la main à ceux qui se lèvent :
exsúrgat et mens sóbria Que leur esprit s'éveille, libre ;
flagrans et in laudem Dei Et plein d'ardeur pour louer Dieu,
grates repéndat débitas. Qu'il lui rende une juste grâce.
Ortus refúlget lúcifer L'étoile du matin rayonne,
ipsámque lucem núntiat, Elle annonce le vrai soleil ;
cadit calígo nóctium, Les ombres de la nuit s’'effacent :
lux sancta nos illúminet, Lumière sainte, éclaire-nous !
Manénsque nostris sénsibus En demeurant dans notre coeur,
noctem repéllat sæculi Repousse la nuit de ce monde ;
omníque fine témporis Garde nos âmes sans péché
purgáta servet péctora. Jusqu'au terme de notre vie.
Quæsíta iam primum fides Que la foi d'abord, si précieuse,
radícet altis sénsibus, S'enracine au fond de nos coeurs ;
secúnda spes congáudeat; Qu'ensuite exulte l'espérance,
tunc maior exstat cáritas. Qu'enfin la charité l'emporte !
Sit, Christe, rex piíssime, O Christ, ô Roi plein de bonté,
tibi Patríque glória Gloire à Toi et gloire à Ton Père,
cum Spíritu Paráclito, Avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sæcula. Amen. A travers les siècles sans fin.
Ant. 1 Tibi soli peccávi, Dómine, miserére mei.Ant. 1 Contre Toi seul j'ai péché, Seigneur, aie pitié de moi.
Psalmus 50 (51) Psaume 50 (51)
Miserere mei, Deus Pitié pour moi, mon Dieu
Renovari spiritu mentis vestræ et induere novum hominem (Eph 4, 23-24). Vous renouveler dans votre esprit et revêtir l'homme nouveau (Eph 4, 23-24).
Miserére mei, Deus, * secúndum misericórdiam tuam; Aie pitié de moi, Seigneur, * selon Ta grande miséricorde.
et secúndum multitúdinem miseratiónum tuárum * dele iniquitátem meam. Et selon la multitude de Tes bontés, * efface mon iniquité.
Amplius lava me ab iniquitáte mea * et a peccáto meo munda me. Lave-moi encore plus de mon iniquité, * et purifie-moi de mon péché.
Quóniam iniquitátem meam ego cognósco, * et peccátum meum contra me est semper. Parce que moi aussi, je connais mon iniquité, * et mon péché est toujours devant moi.
Tibi, tibi soli peccávi * et malum coram te feci, J'ai péché contre Toi seul, * et j'ai fait le mal devant Toi,
ut iustus inveniáris in senténtia tua * et æquus in iudício tuo. afin que Tu sois reconnu juste dans Tes paroles, * et que Tu sois victorieux, quand on Te juge.
Ecce enim in iniquitáte generátus sum, * et in peccáto concépit me mater mea. Car, voici, j'ai été conçu dans l'iniquité, * et ma mère m'a conçu dans le péché.
Ecce enim veritátem in corde dilexísti * et in occúlto sapiéntiam manifestásti mihi. Car, voici, Tu as aimé la vérité; * Tu m'as manifesté les choses obscures et cachées de Ta sagesse.
Aspérges me hyssópo, et mundábor; * lavábis me, et super nivem dealbábor. Tu m'aspergeras avec de l'hysope et je serai purifié; * Tu me laveras, et je deviendrai plus blanc que la neige.
Audíre me fácies gáudium et lætítiam, * et exsultábunt ossa, quæ contrivísti. Tu me feras entendre [une parole de] joie et [d']allégresse, * et mes os humiliés exulteront.
Avérte fáciem tuam a peccátis meis * et omnes iniquitátes meas dele. Détourne Ta face de mes péchés; * et efface toutes mes iniquités.
Cor mundum crea in me, Deus, * et spíritum firmum ínnova in viscéribus meis. Crée un cœur pur en moi, ô Dieu ! * et renouvelle un esprit droit dans mes entrailles.
Ne proícias me a fácie tua * et spíritum sanctum tuum ne áuferas a me. Ne me rejette pas de devant Ta Face, * et ne retire pas Ton Esprit Saint de moi.
Redde mihi lætítiam salutáris tui * et spíritu promptíssimo confírma me. Rends-moi la joie de Ton Salut,* et par Ton Esprit souverain fortifie-moi.
Docébo iníquos vias tuas, * et ímpii ad te converténtur. J'enseignerai aux [hommes] iniques Tes voies, * et les impies se convertiront à Toi.
Líbera me de sanguínibus, Deus, Deus salútis meæ, * et exsultábit língua mea iustítiam tuam. Délivre-moi du sang [versé], ô Dieu, Dieu de mon salut * et ma langue célébrera avec joie Ta justice.
Dómine, lábia mea apéries, * et os meum annuntiábit laudem tuam. Seigneur, Tu ouvriras mes lèvres, * et ma bouche annoncera Ta louange.
Non enim sacrifício delectáris, * holocáustum, si ófferam, non placébit. Parce que si Tu avais voulu un sacrifice, je Te l'aurais offert certainement; * [mais] des holocaustes ne Te seront point agréables.
Sacrifícium Deo spíritus contribulátus, * cor contrítum et humiliátum, Deus, non despícies. Le sacrifice que Dieu désire est un esprit brisé de douleur * Tu ne dédaigneras pas, ô Dieu, un cœur contrit et humilié.
Benígne fac, Dómine, in bona voluntáte tua Sion, * ut ædificéntur muri Ierúsalem. Dans Ta bonne volonté, Seigneur, traite bénignement Sion; * afin que les murs de Jérusalem soient bâtis.
Tunc acceptábis sacrifícium iustítiæ, oblatiónes et holocáusta; * tunc impónent super altáre tuum vítulos. Alors Tu agréeras un sacrifice de justice, des oblations et des holocaustes; * alors on mettra sur Ton autel de jeunes taureaux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Tibi soli peccávi, Dómine, miserére mei.Ant. Contre Toi seul j'ai péché, Seigneur, aie pitié de moi.
Ant. 2 Cognóvimus, Dómine, iniquitátes nostras, quia peccávimus tibi.Ant. 2 Nous avons reconnu, Seigneur, nos iniquités, car nous avons péché contre Toi.
Canticum (Ier 14, 17-21) AT34 Cantique (Ier 14, 17-21) AT34
Lamentatio populi tempore famis et belli Lamentation du peuple au temps de famine et de guerre.
Appropinquavit regnum Dei; pænitemini et credite Evangelio (Mc 1, 15). Le règne de Dieu approche, faites pénitence et croyez à l'Evangile (Mc 1, 15).
Dedúcant óculi mei lácrimam per noctem et diem, * et non táceant, Que mes yeux versent des larmes jour et nuit et qu'ils ne se taisent point,
quóniam contritióne magna contríta est virgo fília pópuli mei, * plaga péssima veheménter. parce que la vierge, fille de mon peuple, a été brisée par une grande ruine, sa plaie est tout à fait mauvaise.
Si egréssus fúero ad agros, ecce occísi gládio; * et si introíero in civitátem, ecce attenuáti fame: Si je sors dans les champs, voici des hommes transpercés par le glaive, et si j'entre dans la ville, j'en vois d'autres que consume la famine.
prophéta quoque et sacérdos * abiérunt per terram nesciéntes. Le prophète même et le prêtre sont allés dans une terre qu'ils ne connaissaient pas.
Numquid proíciens abiecísti Iudam, * aut Sion abomináta est ánima tua? As Tu entièrement rejeté Juda ? Ou Sion est-elle devenue l'horreur de Ton âme ?
Quare ergo percussísti nos, * ita ut nulla sit sánitas? Pourquoi donc nous as-Tu frappés de telle sorte que nous ne puissions guérir?
Exspectávimus pacem, et non est bonum, * et tempus curatiónis, et ecce turbátio. Nous attendions la paix, et il ne vient rien de bon; la guérison, et c'est le trouble.
Cognóvimus, Dómine, impietátes nostras, † iniquitátes patrum nostrórum, * quia peccávimus tibi. Seigneur, nous reconnaissons nos impiétés et l'iniquité de nos pères, car nous avons péché contre Toi.
Ne des nos in oppróbrium propter nomen tuum, * ne fácias contuméliam sólio glóriæ tuæ; Ne nous livre pas à l'opprobre, à cause de Ton nom, et ne couvre pas de confusion à cause de nous le trône de Ta gloire;
recordáre, * ne írritum fácias foedus tuum nobíscum. n'oublie pas, ne romps point l'alliance que Tu as faite avec nous.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Cognóvimus, Dómine, iniquitátes nostras, quia peccávimus tibi.Ant. Nous avons reconnu, Seigneur, nos iniquités, car nous avons péché contre Toi.
Ant. 3 Dóminus ipse est Deus; nos pópulus eius et oves páscuæ eius.Ant. 3 Le Seigneur est notre Dieu, nous sommes Son peuple et les brebis de Son pâturage.
Psalmus 99 (100) Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientium Joie de l'entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Iubiláte Dómino, omnis terra,* servíte Dómino in lætítia; Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie.
introíte in conspéctu eius* in exsultatióne. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus; † ipse fecit nos, et ipsíus sumus,* pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Introíte portas eius in confessióne, † átria eius in hymnis,* confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez ses portes avec des louanges, ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez son nom.
Quóniam suávis est Dóminus; † in ætérnum misericórdia eius,* et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; sa miséricorde est éternelle, * et sa vérité demeure de génération en génération.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dóminus ipse est Deus; nos pópulus eius et oves páscuæ eius.Ant. Le Seigneur est notre Dieu, nous sommes Son peuple et les brebis de Son pâturage.
Lectio brevis (2 Cor 12, 9b-10) Lecture brève (2 Cor 12, 9b-10)
Libentíssime gloriábor in infirmitátibus meis, ut inhábitet in me virtus Christi. Propter quod pláceo mihi in infirmitátibus, in contuméliis, in necessitátibus, in persecutiónibus et in angústiis, pro Christo: cum enim infírmor, tunc potens sum. Je me glorifierai donc volontiers de mes faiblesses, afin que la force du Christ habite en moi. C'est pourquoi je me complais dans mes faiblesses, dans les outrages, dans les nécessités, dans les persécutions, dans les angoisses pour le Christ; car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Audítam fac mihi mane * Misericórdiam tuam. Audítam.
℣. Notam fac mihi viam in qua ámbulem. * Misericórdiam tuam. Glória Patri. Audítam.
℟. Dès le matin, fais-moi entendre Ta miséricorde.
℣. Fais-moi voir la voie dans laquelle avancer. Ta miséricorde. Gloire au Père. Dès le matin.
Ant. Visitávit et fecit redemptiónem Dóminus plebis suæ.Ant. Le Seigneur a visité et a sauvé Son peuple.
Canticum Evangelicum Lc 1, 68-79 Cantique évangélique (Lc 1,68-79)
De Messia eiusque præcursore Du Messie et de son précurseur
Benedíctus Dóminus, Deus Israel, * quia visitávit et fecit redemptiónem plebi suæ Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,
et eréxit cornu salútis nobis * in domo David púeri sui, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,
sicut locútus est per os sanctórum, * qui a sǽculo sunt, prophetárum eius, ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,
salútem ex inimícis nostris * et de manu ómnium, qui odérunt nos; qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,
ad faciéndam misericórdiam cum pátribus nostris * et memorári testaménti sui sancti, pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,
iusiurándum, quod iurávit ad Abraham patrem nostrum, * datúrum se nobis, selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,
ut sine timóre, de manu inimicórum liberáti, * serviámus illi qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,
in sanctitáte et iustítia coram ipso * ómnibus diébus nostris. marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.
Et tu, puer, prophéta Altíssimi vocáberis: * præíbis enim ante fáciem Dómini paráre vias eius, Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,
ad dandam sciéntiam salútis plebi eius * in remissiónem peccatórum eórum, afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,
per víscera misericórdiæ Dei nostri, * in quibus visitábit nos óriens ex alto, par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,
illumináre his, qui in ténebris et in umbra mortis sedent, * ad dirigéndos pedes nostros in viam pacis. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Visitávit et fecit redemptiónem Dóminus plebis suæ.Ant. Le Seigneur a visité et a sauvé Son peuple.
PrecesPrières litaniques
Ad Christum óculos levémus, qui pro pópulo suo natus et mórtuus est ac resurréxit. Itaque eum fidénter deprecémur: Levons les yeux vers le Christ, qui est né, mort et ressuscité pour Son peuple. C'est pourquoi prions Le avec confiance :
Salva, Dómine, quos tuo sánguine redemísti. Sauve, Seigneur, ceux que Ton sang a rachetés.
Benedíctus es, Iesu hóminum salvátor, qui passiónem et crucem pro nobis subíre non dubitásti, Bénis sois Tu, Jésus sauveur des hommes, Toi qui n'as pas hésité à subir pour nous la passion et la croix,
et sánguine tuo pretióso nos redemísti. et qui nous a rachetés par Ton sang précieux.
Qui promisísti te aquam esse datúrum saliéntem in vitam ætérnam, Toi qui as promis de donner les eaux jaillissantes dans la vie éternelle,
Spíritum tuum effúnde super omnes hómines. envoie Ton Esprit sur tous les hommes.
Qui discípulos misísti ad Evangélium géntibus prædicándum, Toi qui as envoyé les disciples annoncer l’Évangile aux nations,
eos ádiuva, ut victóriam tuæ crucis exténdant. aide les, pour qu'ils étendent la victoire de Ta croix.
Infírmis et míseris quos cruci tuæ sociásti, Aux malades et aux malheureux que Tu as associés à Ta croix,
virtútem et patiéntiam concéde. donne la force et la patience.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Illábere sénsibus nostris, omnípotens Pater, ut in præceptórum tuórum lúmine gradiéntes, te ducem semper sequámur et príncipem. Per Dóminum. Illumine nos sens, Père tout puissant, afin qu'en marchant dans la lumière de Tes préceptes, nous puissions toujours Te suivre comme notre chef et notre prince.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de tierce du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Tertiam
Ad Tertiam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Nunc, Sancte, nobis, Spíritus, Esprit très Saint, daigne en cette heure,
unum Patri cum Fílio, uni au Père, uni au Fils,
dignáre promptus íngeri descendre Toi-même sur nous
nostro refúsus péctori. et Te répandre dans nos âmes.
 
Os, lingua, mens, sensus, vigor Que notre coeur et notre bouche,
confessionem pérsonent, que tout en nous dise la foi !
flamméscat igne cáritas, Embrase-nous de charité ;
accéndat ardor próximos. que ce feu brûle aussi nos proches !
 
Per te sciámus da Patrem, Fais-nous connaître Dieu le Père,
noscámus atque Fílium, fais-nous apprendre aussi le Fils
te utriúsque Spíritum et croire en tout temps que Tu es
credámus omni témpore. Amen. l'unique Esprit de l'Un et l'Autre. Amen.
Ant. 1 Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. 1 Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Psalmus 21 (22) Psaume 21 (22)
Afflictio iusti et exauditio Affliction du juste et exaucement
Clamavit Iesus voce magna: «Eli, Eli, lema sabacthani?» (Mt 27, 46). Jésus cria d'une voix forte: «Eli, Eli, lema sabacthani?» (Mt 27, 46).
I I
Deus, Deus meus, quare me dereliquísti? * Longe a salúte mea verba rugítus mei. Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? Je gémis, et le salut reste loin de moi !
Deus meus, clamo per diem, et non exáudis, * et nocte, et non est réquies mihi. Mon Dieu, je crie pendant le jour, et tu ne réponds pas ; la nuit, et je n'ai point de repos.
Tu autem sanctus es, * qui hábitas in láudibus Israel. Pourtant Tu es saint, Tu habites parmi les hymnes d'Israël.
In te speravérunt patres nostri, * speravérunt et liberásti eos; En Toi se sont confiés nos pères ; ils se sont confiés, et Tu les as délivrés.
ad te clamavérunt et salvi facti sunt, * in te speravérunt et non sunt confúsi. Ils ont crié vers Toi, et ils ont été sauvés ; ils se sont confiés en Toi, et ils n'ont pas été confus. ?
Ego autem sum vermis et non homo, * oppróbrium hóminum et abiéctio plebis. Et moi, je suis un ver, et non un homme, l'opprobre des hommes et le rebut du peuple.
Omnes vidéntes me derisérunt me; * torquéntes lábia movérunt caput: Tous ceux qui me voient se moquent de moi ; ils ouvrent les lèvres, ils branlent la tête :
«Sperávit in Dómino: erípiat eum, * salvum fáciat eum, quóniam vult eum». «Qu'il s'abandonne au Seigneur ! Qu'Il le sauve, qu'Il le délivre, puisqu'Il l'aime »
Quóniam tu es qui extraxísti me de ventre, * spes mea ad úbera matris meæ. Oui, c'est Toi qui m'as tiré du sein maternel, qui m'as donné confiance sur les mamelles de ma mère.
In te proiéctus sum ex útero, * de ventre matris meæ Deus meus es tu. Dès ma naissance, je t'ai été abandonné; depuis le sein de ma mère, c'est Toi qui es mon Dieu.
Ne longe fias a me, † quóniam tribulátio próxima est, * quóniam non est qui ádiuvet. Ne T'éloigne pas de moi, car l'angoisse est proche, car personne ne vient à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Ant. 2 Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. 2 Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
II II
Circumdedérunt me vítuli multi, * tauri Basan obsedérunt me. Autour de moi sont de nombreux taureaux, les taureaux de Basan m'environnent.
Aperuérunt super me os suum * sicut leo rápiens et rúgiens. Ils ouvrent contre moi leur gueule, comme un lion qui déchire et rugit.
Sicut aqua effúsus sum, * et dissolúta sunt ómnia ossa mea. Je suis comme de l'eau qui s'écoule, et tous mes os sont disjoints ;
Factum est cor meum tamquam cera * liquéscens in médio ventris mei. mon coeur est comme de la cire, il se fond dans mes entrailles.
Aruit tamquam testa palátum meum, † et língua mea adhæsit fáucibus meis, * et in púlverem mortis deduxísti me. Ma force s'est desséchée comme un tesson d'argile, et ma langue s'attache à mon palais ; Tu me couches dans la poussière de la mort.
Quóniam circumdedérunt me canes multi, * concílium malignántium obsédit me. Car des chiens m'environnent, une troupe de scélérats rôdent autour de moi;
Fodérunt manus meas et pedes meos, * et dinumerávi ómnia ossa mea. ils ont percé mes pieds et mes mains, je pourrais compter tous mes os.
Ipsi vero consideravérunt et inspexérunt me; † divisérunt sibi vestiménta mea * et super vestem meam misérunt sortem. Eux, ils m'observent, ils me contemplent ; ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique.
Tu autem, Dómine, ne elongáveris, * fortitúdo mea, ad adiuvándum me festína. Et Toi, le Seigneur, ne T'éloigne pas ! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours !
Erue a frámea ánimam meam * et de manu canis únicam meam. Délivre mon âme de l'épée, ma vie du pouvoir du chien !
Salva me ex ore leónis * et a córnibus unicórnium humilitátem meam. Sauve-moi de la gueule du lion, tire-moi des cornes du buffle !
Narrábo nomen tuum frátribus meis, * in médio ecclésiæ laudábo te. Alors j'annoncerai Ton nom à mes frères; au milieu de l'assemblée je Te louerai:
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
Ant. 3 Adorábunt in conspéctu Dómini univérsæ famíliæ géntium.Ant. 3 Toutes les familles des peuples adoreront le Seigneur.
III III
Qui timétis Dóminum, laudáte eum, * univérsum semen Iacob, glorificáte eum. Vous qui craignez le Seigneur, louez-Le ! Vous tous, postérité de Jacob, glorifiez-Le !
Métuat eum omne semen Israel, * quóniam non sprevit neque despéxit afflictiónem páuperis, Révérez-Le, vous tous, postérité d'Israël! Car Il n'a pas méprisé, Il n'a pas rejeté la souffrance de l'affligé,
nec avértit fáciem suam ab eo * et, cum clamáret ad eum, exaudívit. Il n'a pas caché Sa face devant lui, et quand l'affligé a crié vers Lui, Il a entendu. "
Apud te laus mea in ecclésia magna; * vota mea reddam in conspéctu timéntium eum. Grâce à Toi, mon hymne retentira dans la grande assemblée, j'acquitterai mes voeux en présence de ceux qui Te craignent.
Edent páuperes et saturabúntur, † et laudábunt Dóminum, qui requírunt eum: * «Vivant corda eórum in sæculum sæculi!». Les affligés mangeront et se rassasieront ; ceux qui cherchent le Seigneur Le loueront. Que votre coeur revive à jamais !
Reminiscéntur et converténtur ad Dóminum univérsi fines terræ, * et adorábunt in conspéctu eius univérsæ famíliæ géntium. Toutes les extrémités de la terre se souviendront et se tourneront vers le Seigneur, et toutes les familles des nations se prosterneront devant Sa face.
Quóniam Dómini est regnum, * et ipse dominábitur géntium. Car au Seigneur appartient l'empire, il domine sur les nations.
Ipsum solum adorábunt omnes, qui dórmiunt in terra; * in conspéctu eius prócident omnes, qui descéndunt in púlverem. Ils L'adoreront Lui seul, ceux qui dorment dans la terre ; devant Lui s'inclineront tous ceux qui descendent à la poussière,
Anima autem mea illi vivet, * et semen meum sérviet ipsi. ceux qui ne peuvent prolonger leur vie, et ma postérité le servira ;
Narrábitur de Dómino generatióni ventúræ, et annuntiábunt iustítiam eius pópulo, qui nascétur: * «Hæc fecit Dóminus!». on parlera du Seigneur à la génération future. Ils viendront et ils annonceront Sa justice, au peuple qui naîtra, ils diront « Le Seigneur a fait ces choses là ».
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Adorábunt in conspéctu Dómini univérsæ famíliæ géntium.Ant. Toutes les familles des peuples adoreront le Seigneur.
Lectio brevis (Rom 1, 16b-17) Lecture brève (Rom 1, 16b-17)
Virtus Dei est in salútem omni credénti. Iustítia enim Dei in eo revelátur ex fide in fidem, sicut scriptum est: Iustus autem ex fide vivet. Il est une force de Dieu, pour le salut de tout croyant. Car la justice de Dieu y est révélée par la foi et pour la foi, ainsi qu'il est écrit: Le juste vivra par la foi.
℣. In Dómino lætábitur cor nostrum. ℣. Dans le Seigneur, se réjouira notre coeur.
℟. Et in nómine sancto eius sperávimus. ℟. Et nous espérons dans Son Saint Nom.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Tertiam - psalmodia complementaria

A Tierce - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. 1 Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Psalmus 119 (120) Psaume 119 (120)
Desiderium pacis Désir de paix
In tribulatione patientes, orationi instantes (Rom 12, 12). Soyez patients dans l'affliction, assidus à la prière, (Rom 12, 12).
Ad Dóminum, cum tribulárer, clamávi, * et exaudívit me. Vers le Seigneur, dans ma détresse, j'ai crié, et Il m'a exaucé:
Dómine, líbera ánimam meam a lábiis mendácii, * a língua dolósa. « Seigneur, délivre mon âme de la lèvre de mensonge, de la langue astucieuse! »
Quid detur tibi aut quid apponátur tibi, * língua dolósa? Que te sera-t-il donné, quel sera ton profit, langue perfide?
Sagíttæ poténtis acútæ * cum carbónibus iuniperórum. Les flèches aiguës du Tout-puissant, avec les charbons ardents du genêt.
Heu mihi, quia peregrinátus sum in Mosoch, * habitávi ad tabernácula Cedar! Malheureux que je suis de séjourner dans Mések, d'habiter sous les tentes de Cédar !
Multum íncola fuit ánima mea * cum his, qui odérunt pacem. Trop longtemps j'ai demeuré avec ceux qui haïssent la paix.
Ego eram pacíficus; * cum loquébar, illi impugnábant me. Je suis un homme de paix et, quand je leur parle, ils sont pour la guerre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. 2 Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. 3 Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
Psalmus 121 (122) Psaume 121 (122)
Civitas sancta Ierusalem La cité sainte de Jérusalem
Accessistis ad Sion montem et civitatem Dei viventis, Ierusalem cælestem (Hebr 12, 22). Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant qui est la Jérusalem céleste (Hebr 12, 22).
Lætátus sum in eo quod dixérunt mihi: * «In domum Dómini íbimus» . J'ai été dans la joie quand on m'a dit: « Allons à la maison du Seigneur »
Stantes iam sunt pedes nostri * in portis tuis, Ierúsalem. Maintenant nos pieds se tiennent à tes portes, Jérusalem.
Ierúsalem, quæ ædificáta est ut cívitas, * sibi compácta in idípsum. Jérusalem, tu es bâtie comme une ville où tout se tient ensemble.
Illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, * testimónium Israel, ad confiténdum nómini Dómini. Là montent les tribus, les tribus du Seigneur, selon la loi d'Israël, pour louer le nom du Seigneur.
Quia illic sedérunt sedes ad iudícium, *sedes domus David. Là sont établis des sièges pour le jugement, les sièges de la maison de David.
Rogáte, quæ ad pacem sunt Ierúsalem: * «Secúri sint diligéntes te! Faites des voeux pour Jérusalem: « Qu'ils soient en sûreté ceux qui t'aiment !
Fiat pax in muris tuis, * et secúritas in túrribus tuis! ». Que la paix règne dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! »
Propter fratres meos et próximos meos * loquar: «Pax in te! ». A cause de mes frères et de mes amis, je dis : «Paix sur toi ! ».
Propter domum Dómini Dei nostri * exquíram bona tibi. A cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je désire pour toi le bonheur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Messe du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Esth. 13, 9 et 10-11
IN voluntáte tua, Dómine, univérsa sunt pósita, et non est qui possit resístere voluntáti tuae: tu enim fecísti ómnia, caelum et terram, et univérsa quae caeli ámbitu continéntur: Dóminus universórum tu es. Ps. 118, 1 Beáti immaculáti in via: qui ámbulant in lege Dómini. ℣. Glória Patri. Tout est soumis à Ta volonté, Seigneur, et nul ne peut lui résister, car Tu as tout créé, le ciel et la terre et toutes les choses qui sont comprises dans le cours des cieux ; Tu es le Seigneur de l’univers. Ps. Bienheureux ceux qui sont purs dans leurs voies, qui marchent dans la loi du Seigneur. ℣. Gloire au Père.
Collecta Collecte
Collecta
Omnípotens sempitérne Deus, qui abundántia pietátis tuæ et mérita súpplicum excédis et vota, effúnde super nos misericórdiam tuam, ut dimíttas quæ consciéntia métuit, et adícias quod orátio non præsúmit. Per Dóminum. Dieu éternel et tout-puissant, Toi qui dans la prodigalité de Ton amour surpasses et les mérites et les vœux de ceux qui Te supplient, répands sur nous Ta miséricorde, afin de chasser tout ce que redoute la conscience et suppléer à ce que la prière n'ose demander.
Lectio I Ière lecture
Ioel (1,13-15;2,1-2)
Accíngite vos et plángite, sacerdótes; ululáte, minístri altáris. Ingredímini, cubáte in sacco, minístri Dei mei, quóniam intériit de domo Dei vestri oblátio et libátio. Sanctificáte ieiúnium, vocáte coetum, congregáte senes, omnes habitatóres terrae in domum Dei vestri, et clamáte ad Dóminum: “Heu diéi! Quia prope est dies Dómini, et quasi vástitas a poténte véniet. Cánite tuba in Sion, ululáte in monte sancto meo; conturbéntur omnes habitatóres terrae, quia venit dies Dómini, quia prope est. Dies tenebrárum et calíginis, dies nubis et túrbinis; quasi auróra expánsa super montes pópulus multus et fortis: símilis ei non fuit a princípio, et post eum non erit usque in annos generatiónis et generatiónis.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduale
Ps. 89, 1-2
℟. Dómine, refúgium factus es nobis, a generatióne et progénie. ℣. Priúsquam montes fíerent, aut formarétur terra et orbis: a saéculo, et usque in saéculum tu es, Deus. ℟. Seigneur, Tu T'es fait notre refuge de génération en génération. ℣. Avant que les montagnes fussent créées, avant que la terre fût formée et sa sphère, au début des siècles et jusque dans tous les siècles, Tu es Dieu.
Allelúia Alléluia
Ps. 113, 1 Ps. 113,1
℟. Allelúia. ℣. In éxitu Israël de AEgýpto, domus Iacob de pópulo bárbaro. ℟. Alleluia. ℣. Lorsque Israël sortit d’Egypte, et la maison de Jacob du milieu d’un peuple barbare.
 Evangelium  Evangile
Luc (11,15-26)
In illo tempore: cum eicisset Iesus demonium, dixérunt quidam ex turba: "In Beélzebul príncipe daemoniórum éicit daemónia.” Et álii tentántes signum de caelo quaerébant ab eo. Ipse autem sciens cogitatiónes eórum dixit eis: “Omne regnum in seípsum divísum desolátur, et domus supra domum cadit. Si autem et Sátanas in seípsum divísus est, quómodo stabit regnum ipsíus? Quia dícitis in Beélzebul eícere me daemónia. Si autem ego in Beélzebul eício daemónia, fílii vestri in quo eíciunt? Ídeo ipsi iúdices vestri erunt. Porro si in dígito Dei eício daemónia, profécto pervénit in vos regnum Dei. Cum fortis armátus custódit átrium suum, in pace sunt ea, quae póssidet; si autem fórtior illo supervéniens vícerit eum, univérsa arma eíus áuferet, in quibus confidébat, et spólia eíus distríbuet. Qui non est mecum, advérsum me est; et, qui non cólligit mecum, dispérgit. Cum immúndus spíritus exíerit de hómine, perámbulat per loca inaquósa quaerens réquiem; et non invéniens dicit: ‘Revértar in domum meam unde exívi.’ Et cum vénerit, invénit scopis mundátam et exornátam. Et tunc vadit et assúmit septem álios spíritus nequióres se, et ingréssi hábitant ibi; et sunt novíssima hóminis illíus peióra prióribus.” En ce temps là : comme Jésus avait expulsé un démon, quelques-uns d’entre eux dirent : C’est par Béelzébub, prince des démons, qu'Il chasse les démons. Et d’autres, pour Le tenter, Lui demandaient un signe qui vînt du ciel. Mais Lui, ayant vu leurs pensées, leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même sera dévasté, et la maison tombera sur la maison. Si donc Satan est aussi divisé contre lui-même, comment son règne subsistera-t-il ? Car vous dites que c’est par Béelzébub que Je chasse les démons. Or si c’est par Béelzébub que Je chasse les démons, par qui vos fils les chassent-ils ? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais si c’est par le doigt de Dieu que Je chasse les démons, assurément le royaume de Dieu est arrivé jusqu'à vous. Lorsque l’homme fort, armé, garde sa maison, ce qu'il possède est en paix. Mais si un plus fort que lui survient et triomphe de lui, il emportera toutes ses armes, dans lesquelles il se confiait, et il distribuera ses dépouilles. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui ne recueille pas avec moi dissipe. Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos ; et n’en trouvant pas, il dit : Je retournerai dans ma maison, d’où je suis sorti. Et quand il arrive, il la trouve balayée et ornée. Alors il s’en va, et prend avec lui sept autres esprits, plus méchants que lui, et, entrant dans cette maison, ils y habitent. Et le dernier état de cet homme devient pire que le premier.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium
Offertoire
Iob 1
Vir erat in terra Hus, nómine Iob: simplex et rectus, ac timens Deum: quem Satan pétiit, ut tentáret: et data est ei potéstas a Dómino in facultátes et in carnem eius: perdidítque omnem substántiam ipsíus, et fílios: carnem quoque eius gravi úlcere vulnerávit. Il y avait dans la terre de Hus un homme du nom de Job, simple, droit et craignant Dieu. Satan demanda de le tenter, et pouvoir lui fut donné par le Seigneur sur ses biens et sur son corps. Il lui fit perdre tous ses biens et ses enfants ; il attaqua aussi sa chair d’un douloureux ulcère.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Súscipe, quæsumus, Dómine, sacrifícia tuis institúta præcéptis, et sacris mystériis, quæ débitæ servitútis celebrámus offício, sanctificatiónem tuæ nobis redemptiónis dignánter adímple. Per Christum.
Communio Communion
Ps. 118, 81, 84 et 86 Ps. 118, 81, 84 et 86
In salutári tuo ánima mea, et in verbum tuum sperávi: quando fácies de persequéntibus me iudícium ? iníqui persecúti sunt me, ádiuva me, Dómine Deus meus. Mon âme a été dans l’attente de Ton salut, j’ai espéré en Ta parole ; quand feras-Tu le jugement de ceux qui me persécutent ? Des hommes iniques m’ont persécuté ; aide-moi, Seigneur, mon Dieu.
Post communionem Post communion
Concéde nobis, omnípotens Deus, ut de percéptis sacraméntis inebriémur atque pascámur, quátenus in id quod súmimus transeámus. Per Christum.
Modifications aux messes lues :
Ant. ad introitum Ant. à l'introït
Cf. Est 4, 17
In voluntáte tua, Dómine, univérsa sunt pósita, et non est qui possit resístere voluntáti tuæ. Tu enim fecísti ómnia, cælum et terram, et univérsa quæ cæli ámbitu continéntur; Dóminus universórum tu es. Tout est soumis à Ta volonté, Seigneur, et nul ne peut lui résister, car Tu as tout créé, le ciel et la terre et toutes les choses qui sont comprises dans le cours des cieux ; Tu es le Seigneur de l’univers.
Ant. ad communionem
Lam 3, 25
Bonus est Dóminus sperántibus in eum, ánimæ quærénti illum.
Vel: Cf. 1 Cor 10, 17
Unus panis et unum corpus multi sumus, omnes qui de uno pane et de uno cálice participámus.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de sexte du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Sextam
Ad Sextam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Rector potens, verax Deus, Maître puissant, Dieu Vérité,
qui témperas rerum vices, Tu règles la marche du temps,
splendóre mane ínstruis Tu formes l'aube en sa clarté,
et ígnibus merídiem. au midi Tu donnes ses flammes.
Exstíngue flammas lítium, Éteins le feu des dissensions,
aufer calórem nóxium, calme la fièvre du péché,
confer salútem córporum apporte à nos corps la santé
verámque pacem córdium. à nos cœurs, la paix véritable.
Praesta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. 1 Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Psalmus 21 (22) Psaume 21 (22)
Afflictio iusti et exauditio Affliction du juste et exaucement
Clamavit Iesus voce magna: «Eli, Eli, lema sabacthani?» (Mt 27, 46). Jésus cria d'une voix forte: «Eli, Eli, lema sabacthani?» (Mt 27, 46).
I I
Deus, Deus meus, quare me dereliquísti? * Longe a salúte mea verba rugítus mei. Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? Je gémis, et le salut reste loin de moi !
Deus meus, clamo per diem, et non exáudis, * et nocte, et non est réquies mihi. Mon Dieu, je crie pendant le jour, et tu ne réponds pas ; la nuit, et je n'ai point de repos.
Tu autem sanctus es, * qui hábitas in láudibus Israel. Pourtant Tu es saint, Tu habites parmi les hymnes d'Israël.
In te speravérunt patres nostri, * speravérunt et liberásti eos; En Toi se sont confiés nos pères ; ils se sont confiés, et Tu les as délivrés.
ad te clamavérunt et salvi facti sunt, * in te speravérunt et non sunt confúsi. Ils ont crié vers Toi, et ils ont été sauvés ; ils se sont confiés en Toi, et ils n'ont pas été confus. ?
Ego autem sum vermis et non homo, * oppróbrium hóminum et abiéctio plebis. Et moi, je suis un ver, et non un homme, l'opprobre des hommes et le rebut du peuple.
Omnes vidéntes me derisérunt me; * torquéntes lábia movérunt caput: Tous ceux qui me voient se moquent de moi ; ils ouvrent les lèvres, ils branlent la tête :
«Sperávit in Dómino: erípiat eum, * salvum fáciat eum, quóniam vult eum». «Qu'il s'abandonne au Seigneur ! Qu'Il le sauve, qu'Il le délivre, puisqu'Il l'aime »
Quóniam tu es qui extraxísti me de ventre, * spes mea ad úbera matris meæ. Oui, c'est Toi qui m'as tiré du sein maternel, qui m'as donné confiance sur les mamelles de ma mère.
In te proiéctus sum ex útero, * de ventre matris meæ Deus meus es tu. Dès ma naissance, je t'ai été abandonné; depuis le sein de ma mère, c'est Toi qui es mon Dieu.
Ne longe fias a me, † quóniam tribulátio próxima est, * quóniam non est qui ádiuvet. Ne T'éloigne pas de moi, car l'angoisse est proche, car personne ne vient à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Ant. 2 Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. 2 Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
II II
Circumdedérunt me vítuli multi, * tauri Basan obsedérunt me. Autour de moi sont de nombreux taureaux, les taureaux de Basan m'environnent.
Aperuérunt super me os suum * sicut leo rápiens et rúgiens. Ils ouvrent contre moi leur gueule, comme un lion qui déchire et rugit.
Sicut aqua effúsus sum, * et dissolúta sunt ómnia ossa mea. Je suis comme de l'eau qui s'écoule, et tous mes os sont disjoints ;
Factum est cor meum tamquam cera * liquéscens in médio ventris mei. mon coeur est comme de la cire, il se fond dans mes entrailles.
Aruit tamquam testa palátum meum, † et língua mea adhæsit fáucibus meis, * et in púlverem mortis deduxísti me. Ma force s'est desséchée comme un tesson d'argile, et ma langue s'attache à mon palais ; Tu me couches dans la poussière de la mort.
Quóniam circumdedérunt me canes multi, * concílium malignántium obsédit me. Car des chiens m'environnent, une troupe de scélérats rôdent autour de moi;
Fodérunt manus meas et pedes meos, * et dinumerávi ómnia ossa mea. ils ont percé mes pieds et mes mains, je pourrais compter tous mes os.
Ipsi vero consideravérunt et inspexérunt me; † divisérunt sibi vestiménta mea * et super vestem meam misérunt sortem. Eux, ils m'observent, ils me contemplent ; ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique.
Tu autem, Dómine, ne elongáveris, * fortitúdo mea, ad adiuvándum me festína. Et Toi, le Seigneur, ne T'éloigne pas ! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours !
Erue a frámea ánimam meam * et de manu canis únicam meam. Délivre mon âme de l'épée, ma vie du pouvoir du chien !
Salva me ex ore leónis * et a córnibus unicórnium humilitátem meam. Sauve-moi de la gueule du lion, tire-moi des cornes du buffle !
Narrábo nomen tuum frátribus meis, * in médio ecclésiæ laudábo te. Alors j'annoncerai Ton nom à mes frères; au milieu de l'assemblée je Te louerai:
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
Ant. 3 Adorábunt in conspéctu Dómini univérsæ famíliæ géntium.Ant. 3 Toutes les familles des peuples adoreront le Seigneur.
III III
Qui timétis Dóminum, laudáte eum, * univérsum semen Iacob, glorificáte eum. Vous qui craignez le Seigneur, louez-Le ! Vous tous, postérité de Jacob, glorifiez-Le !
Métuat eum omne semen Israel, * quóniam non sprevit neque despéxit afflictiónem páuperis, Révérez-Le, vous tous, postérité d'Israël! Car Il n'a pas méprisé, Il n'a pas rejeté la souffrance de l'affligé,
nec avértit fáciem suam ab eo * et, cum clamáret ad eum, exaudívit. Il n'a pas caché Sa face devant lui, et quand l'affligé a crié vers Lui, Il a entendu. "
Apud te laus mea in ecclésia magna; * vota mea reddam in conspéctu timéntium eum. Grâce à Toi, mon hymne retentira dans la grande assemblée, j'acquitterai mes voeux en présence de ceux qui Te craignent.
Edent páuperes et saturabúntur, † et laudábunt Dóminum, qui requírunt eum: * «Vivant corda eórum in sæculum sæculi!». Les affligés mangeront et se rassasieront ; ceux qui cherchent le Seigneur Le loueront. Que votre coeur revive à jamais !
Reminiscéntur et converténtur ad Dóminum univérsi fines terræ, * et adorábunt in conspéctu eius univérsæ famíliæ géntium. Toutes les extrémités de la terre se souviendront et se tourneront vers le Seigneur, et toutes les familles des nations se prosterneront devant Sa face.
Quóniam Dómini est regnum, * et ipse dominábitur géntium. Car au Seigneur appartient l'empire, il domine sur les nations.
Ipsum solum adorábunt omnes, qui dórmiunt in terra; * in conspéctu eius prócident omnes, qui descéndunt in púlverem. Ils L'adoreront Lui seul, ceux qui dorment dans la terre ; devant Lui s'inclineront tous ceux qui descendent à la poussière,
Anima autem mea illi vivet, * et semen meum sérviet ipsi. ceux qui ne peuvent prolonger leur vie, et ma postérité le servira ;
Narrábitur de Dómino generatióni ventúræ, et annuntiábunt iustítiam eius pópulo, qui nascétur: * «Hæc fecit Dóminus!». on parlera du Seigneur à la génération future. Ils viendront et ils annonceront Sa justice, au peuple qui naîtra, ils diront « Le Seigneur a fait ces choses là ».
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Adorábunt in conspéctu Dómini univérsæ famíliæ géntium.Ant. Toutes les familles des peuples adoreront le Seigneur.
Lectio brevis (Rom 3, 21-22a) Lecture brève (Rom 3, 21-22a)
Nunc sine lege iustítia Dei manifestáta est, testificáta a Lege et Prophétis, iustítia autem Dei per fidem Iesu Christi, in omnes qui credunt. Maintenant, sans la loi, a été manifestée la justice de Dieu, à laquelle la loi et les prophètes rendent témoignage. Or la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ est pour tous ceux et sur tous ceux qui croient en Lui
℣. Iustítiæ Dómini rectæ, lætificántes corda. ℣. Les jugements du Seigneur sont droits, ils réjouissent le coeur.
℟. Præcéptum Dómini lúcidum, illúminans óculos. ℟. Le précepte du Seigneur est limpide, il illumine le regard.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Sextam - psalmodia complementaria

A Sexte - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. 1 Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Psalmus 122 (123) Psaume 122 (123)
Dominus fiducia populi Le Seigneur, confiance du peuple
Duo cæci... clamaverunt: «Domine, miserere nostri, Fili David» (Mt 20, 30). Deux aveugles crièrent « Seigneur, aie pitié de nous, Fils de David » (Mt 20, 30).
Ad te levávi óculos meos, * qui hábitas in cælis. J'élève mes yeux vers Toi, ô toi qui siège dans les cieux!
Ecce sicut óculi servórum ad manus dominórum suórum, * sicut óculi ancíllæ ad manus dóminæ suæ, Comme l'oeil du serviteur est fixé sur la main de son maître, et l'oeil de la servante sur la main de sa maîtresse,
ita óculi nostri ad Dóminum Deum nostrum, * donec misereátur nostri. ainsi nos yeux sont fixés sur le Seigneur, notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait pitié de nous.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri, * quia multum repléti sumus despectióne; Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car nous n'avons été que trop rassasiés d'opprobres.
quia multum repléta est ánima nostra * derisióne abundántium et despectióne superbórum. Notre âme n'a été que trop rassasiée de la moquerie des superbes, du mépris des orgueilleux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. 2 Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
Psalmus 123 (124) Psaume 123 (124)
Adiutorium nostrum in nomine Domini Notre secours est dans le nom du Seigneur
Dixit Dominus Paulo: «Noli timere ... quia ego sum tecum» (Act 18, 9-10). Le Seigneur dit à Paul : « ne crains pas ... Je suis avec toi» (Act 18, 9-10).
Nisi quia Dóminus erat in nobis, dicat nunc Israel, † nisi quia Dóminus erat in nobis, * cum exsúrgerent hómines in nos: Si le Seigneur n'eût été pour nous, qu'Israël le proclame, si le Seigneur n'eût été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous.
forte vivos deglutíssent nos, * cum irascerétur furor eórum in nos. Ils nous auraient dévorés tout vivants, quand leur colère s'est allumée contre nous.
Fórsitan aqua absorbuísset nos, † torrens pertransísset ánimam nostram * fórsitan pertransíssent ánimam nostram aquæ intumescéntes. Les eaux nous auraient engloutis, le torrent eût passé sur notre âme; sur notre âme auraient passé les eaux impétueuses.
Benedíctus Dóminus; * qui non dedit nos in direptiónem déntibus eórum. Béni soit le Seigneur, qui ne nous a pas livrés à leurs dents.
Anima nostra sicut passer erépta est * de láqueo venántium: Notre âme, comme le passereau, s'est échappée du filet de l'oiseleur :
láqueus contrítus est, * et nos erépti sumus. le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Adiutórium nostrum in nómine Dómini, * qui fecit cælum et terram. Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Adorábunt in conspéctu Dómini univérsæ famíliæ géntium.Ant. 3 Toutes les familles des peuples adoreront le Seigneur.
Psalmus 124 (125) Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16). La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet. Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum. Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas. Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde. Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel! Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de none du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Nonam
Ad Nonam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Rerum, Deus, tenax vigor, Dieu fort, soutien de l'univers,
immótus in te pérmanens, qui est en Toi sans changement,
lucis diúrnae témpora Tu fixes dans leur succession
succéssibus detérminans, les temps que le soleil mesure.
Largíre clarum véspere, Donne-nous un soir lumineux
quo vita numquam décidat, où la vie ne décline pas,
sed praémium mortis sacrae où, pour le fruit de la Sainte Mort,
perénnis instet glória. resplendira toujours la gloire.
Praesta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. 1 Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Psalmus 21 (22) Psaume 21 (22)
Afflictio iusti et exauditio Affliction du juste et exaucement
Clamavit Iesus voce magna: «Eli, Eli, lema sabacthani?» (Mt 27, 46). Jésus cria d'une voix forte: «Eli, Eli, lema sabacthani?» (Mt 27, 46).
I I
Deus, Deus meus, quare me dereliquísti? * Longe a salúte mea verba rugítus mei. Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? Je gémis, et le salut reste loin de moi !
Deus meus, clamo per diem, et non exáudis, * et nocte, et non est réquies mihi. Mon Dieu, je crie pendant le jour, et tu ne réponds pas ; la nuit, et je n'ai point de repos.
Tu autem sanctus es, * qui hábitas in láudibus Israel. Pourtant Tu es saint, Tu habites parmi les hymnes d'Israël.
In te speravérunt patres nostri, * speravérunt et liberásti eos; En Toi se sont confiés nos pères ; ils se sont confiés, et Tu les as délivrés.
ad te clamavérunt et salvi facti sunt, * in te speravérunt et non sunt confúsi. Ils ont crié vers Toi, et ils ont été sauvés ; ils se sont confiés en Toi, et ils n'ont pas été confus. ?
Ego autem sum vermis et non homo, * oppróbrium hóminum et abiéctio plebis. Et moi, je suis un ver, et non un homme, l'opprobre des hommes et le rebut du peuple.
Omnes vidéntes me derisérunt me; * torquéntes lábia movérunt caput: Tous ceux qui me voient se moquent de moi ; ils ouvrent les lèvres, ils branlent la tête :
«Sperávit in Dómino: erípiat eum, * salvum fáciat eum, quóniam vult eum». «Qu'il s'abandonne au Seigneur ! Qu'Il le sauve, qu'Il le délivre, puisqu'Il l'aime »
Quóniam tu es qui extraxísti me de ventre, * spes mea ad úbera matris meæ. Oui, c'est Toi qui m'as tiré du sein maternel, qui m'as donné confiance sur les mamelles de ma mère.
In te proiéctus sum ex útero, * de ventre matris meæ Deus meus es tu. Dès ma naissance, je t'ai été abandonné; depuis le sein de ma mère, c'est Toi qui es mon Dieu.
Ne longe fias a me, † quóniam tribulátio próxima est, * quóniam non est qui ádiuvet. Ne T'éloigne pas de moi, car l'angoisse est proche, car personne ne vient à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Ant. 2 Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. 2 Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
II II
Circumdedérunt me vítuli multi, * tauri Basan obsedérunt me. Autour de moi sont de nombreux taureaux, les taureaux de Basan m'environnent.
Aperuérunt super me os suum * sicut leo rápiens et rúgiens. Ils ouvrent contre moi leur gueule, comme un lion qui déchire et rugit.
Sicut aqua effúsus sum, * et dissolúta sunt ómnia ossa mea. Je suis comme de l'eau qui s'écoule, et tous mes os sont disjoints ;
Factum est cor meum tamquam cera * liquéscens in médio ventris mei. mon coeur est comme de la cire, il se fond dans mes entrailles.
Aruit tamquam testa palátum meum, † et língua mea adhæsit fáucibus meis, * et in púlverem mortis deduxísti me. Ma force s'est desséchée comme un tesson d'argile, et ma langue s'attache à mon palais ; Tu me couches dans la poussière de la mort.
Quóniam circumdedérunt me canes multi, * concílium malignántium obsédit me. Car des chiens m'environnent, une troupe de scélérats rôdent autour de moi;
Fodérunt manus meas et pedes meos, * et dinumerávi ómnia ossa mea. ils ont percé mes pieds et mes mains, je pourrais compter tous mes os.
Ipsi vero consideravérunt et inspexérunt me; † divisérunt sibi vestiménta mea * et super vestem meam misérunt sortem. Eux, ils m'observent, ils me contemplent ; ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique.
Tu autem, Dómine, ne elongáveris, * fortitúdo mea, ad adiuvándum me festína. Et Toi, le Seigneur, ne T'éloigne pas ! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours !
Erue a frámea ánimam meam * et de manu canis únicam meam. Délivre mon âme de l'épée, ma vie du pouvoir du chien !
Salva me ex ore leónis * et a córnibus unicórnium humilitátem meam. Sauve-moi de la gueule du lion, tire-moi des cornes du buffle !
Narrábo nomen tuum frátribus meis, * in médio ecclésiæ laudábo te. Alors j'annoncerai Ton nom à mes frères; au milieu de l'assemblée je Te louerai:
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
Ant. 3 Adorábunt in conspéctu Dómini univérsæ famíliæ géntium.Ant. 3 Toutes les familles des peuples adoreront le Seigneur.
III III
Qui timétis Dóminum, laudáte eum, * univérsum semen Iacob, glorificáte eum. Vous qui craignez le Seigneur, louez-Le ! Vous tous, postérité de Jacob, glorifiez-Le !
Métuat eum omne semen Israel, * quóniam non sprevit neque despéxit afflictiónem páuperis, Révérez-Le, vous tous, postérité d'Israël! Car Il n'a pas méprisé, Il n'a pas rejeté la souffrance de l'affligé,
nec avértit fáciem suam ab eo * et, cum clamáret ad eum, exaudívit. Il n'a pas caché Sa face devant lui, et quand l'affligé a crié vers Lui, Il a entendu. "
Apud te laus mea in ecclésia magna; * vota mea reddam in conspéctu timéntium eum. Grâce à Toi, mon hymne retentira dans la grande assemblée, j'acquitterai mes voeux en présence de ceux qui Te craignent.
Edent páuperes et saturabúntur, † et laudábunt Dóminum, qui requírunt eum: * «Vivant corda eórum in sæculum sæculi!». Les affligés mangeront et se rassasieront ; ceux qui cherchent le Seigneur Le loueront. Que votre coeur revive à jamais !
Reminiscéntur et converténtur ad Dóminum univérsi fines terræ, * et adorábunt in conspéctu eius univérsæ famíliæ géntium. Toutes les extrémités de la terre se souviendront et se tourneront vers le Seigneur, et toutes les familles des nations se prosterneront devant Sa face.
Quóniam Dómini est regnum, * et ipse dominábitur géntium. Car au Seigneur appartient l'empire, il domine sur les nations.
Ipsum solum adorábunt omnes, qui dórmiunt in terra; * in conspéctu eius prócident omnes, qui descéndunt in púlverem. Ils L'adoreront Lui seul, ceux qui dorment dans la terre ; devant Lui s'inclineront tous ceux qui descendent à la poussière,
Anima autem mea illi vivet, * et semen meum sérviet ipsi. ceux qui ne peuvent prolonger leur vie, et ma postérité le servira ;
Narrábitur de Dómino generatióni ventúræ, et annuntiábunt iustítiam eius pópulo, qui nascétur: * «Hæc fecit Dóminus!». on parlera du Seigneur à la génération future. Ils viendront et ils annonceront Sa justice, au peuple qui naîtra, ils diront « Le Seigneur a fait ces choses là ».
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Adorábunt in conspéctu Dómini univérsæ famíliæ géntium.Ant. Toutes les familles des peuples adoreront le Seigneur.
Lectio brevis (Eph 2, 8-9) Lecture brève (Eph 2, 8-9)
Grátia estis salváti per fidem; et hoc non ex vobis, Dei donum est: non ex opéribus, ut ne quis gloriétur. C’est par la grâce que vous avez été sauvés, au moyen de la foi ; et cela ne vient pas de vous, puisque (car) c’est un don de Dieu. Ce n’est pas par les œuvres, afin que nul ne se glorifie.
℣. Cognoscátur, Dómine, in terra via tua. ℣. Ta voie, Seigneur sera connue par toute la terre.
℟. In ómnibus géntibus salutáre tuum. ℟. Ton salut parmi toutes les nations.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Nonam - psalmodia complementaria

A None - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Vídimus eum despéctum, virum dolórum, et sciéntem infirmitátem.Ant. 1 Nous l'avons contemplé, objet de mépris, homme de douleur, familier de la souffrance.
Psalmus 125 (126) Psaume 125 (126)
Gaudium et spes in Deo Joie et espoir dans le Seigneur
Sicuti socii passionum estis, sic eritis et consolationis (2 Cor 1, 7). Comme vous avez part aux souffrances, vous avez aussi part à la consolation (2 Cor 1, 7).
In converténdo Dóminus captivitátem Sion, * facti sumus quasi somniántes. Quand le Seigneur ramena les captifs de Sion, nous étions presque en rêve.
Tunc replétum est gáudio os nostrum, * et língua nostra exsultatióne. Alors notre bouche fut remplie de chants de joie, et notre langue de cris d'allégresse.
Tunc dicébant inter gentes: * «Magnificávit Dóminus fácere cum eis». Alors on disait parmi les nations: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. »
Magnificávit Dóminus fácere nobíscum; * facti sumus lætántes. Le Seigneur a fait pour nous de grandes choses; nous en avons été remplis de joie.
Convérte, Dómine, captivitátem nostram, * sicut torréntes in austro. Ramène, Seigneur, nos captifs, comme un torrent dans le pays du midi.
Qui séminant in lácrimis, * in exsultatióne metent. Ceux qui sèment dans les larmes * moissonneront dans l'allégresse.
Eúntes ibant et flebant * semen spargéndum portántes; Ils allaient et venaient en pleurant, tandis qu'ils jetaient leurs semences :
veniéntes autem vénient in exsultatióne * portántes manípulos suos. ils reviendront avec allégresse, chargés de leurs gerbes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Dividéntes vestiménta Iesu, misérunt sortem.Ant. 2 Se partageant Son vêtement, ils le tirèrent au sort.
Psalmus 126 (127) Psaume 126 (127)
Vanus labor sine Domino Sans le Seigneur, le travail est vain
Dei ædificatio estis (1 Cor 3, 9). En Dieu, vous êtes édifiés (1 Cor 3, 9).
Nisi Dóminus ædificáverit domum, * in vanum labórant, qui ædíficant eam. Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent.
Nisi Dóminus custodíerit civitátem, * frustra vígilat, qui custódit eam. Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes.
Vanum est vobis ante lucem súrgere † et sero quiéscere, qui manducátis panem labóris, * quia dabit diléctis suis somnum. C'est en vain que vous vous levez avant le jour, et que vous retardez votre repos, mangeant le pain de la douleur : il en donne autant à son bien-aimé pendant son sommeil.
Ecce heréditas Dómini fílii, * merces fructus ventris. Voici, c'est un héritage du Seigneur, que les enfants, une récompense, que les fruits d'un sein fécond.
Sicut sagíttæ in manu poténtis, * ita fílii iuventútis. Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse.
Beátus vir, qui implévit pháretram suam ex ipsis: * non confudétur, cum loquétur inimícis suis in porta. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois. Ils ne rougiront pas quand ils répondront aux ennemis, à la porte de la ville.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Adorábunt in conspéctu Dómini univérsæ famíliæ géntium.Ant. 3 Toutes les familles des peuples adoreront le Seigneur.
Psalmus 127 (128) Psaume 127 (128)
Pax domestica in Domino Paix domestique dans le Seigneur
«Benedicat te Dominus ex Sion», id est: ex Ecclesia sua (Arnobius). «Que le Seigneur te bénisse de Sion », c'est à dire : de Son Eglise (Arnobius).
Beátus omnis, qui timet Dóminum, * qui ámbulat in viis eius. Heureux l'homme qui craint le Seigneur, qui marche dans Ses voies.
Labóres mánuum tuárum manducábis, * beátus es, et bene tibi erit. Tu te nourris alors du travail de tes mains; tu es heureux et comblé de biens.
Uxor tua sicut vitis fructífera * in latéribus domus tuæ; Ton épouse est comme une vigne féconde, dans l'intérieur de ta maison ;
fílii tui sicut novéllæ olivárum * in circúitu mensæ tuæ. tes fils, comme de jeunes plants d'olivier, autour de ta table.
Ecce sic benedicétur homo, * qui timet Dóminum. Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur.
Benedícat tibi Dóminus ex Sion, * et vídeas bona Ierúsalem ómnibus diébus vitæ tuæ; Que le Seigneur te bénisse de Sion, puisses-tu voir Jérusalem florissante tous les jours de ta vie ;
et vídeas fílios filiórum tuórum. * Pax super Israel! Puisses-tu voir les enfants de tes enfants. Que la paix soit sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vêpres du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Vesperas
Aux Vêpres
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Plasmátor hóminis, Deus, Dieu qui modelas l'homme
qui, cuncta solus órdinans, et qui seul règles toutes choses,
humum iubes prodúcere Tu commandes à la terre de produire
reptántis et feræ genus; la race des reptiles et des fauves.
Qui magna rerum córpora, De la masse des éléments,
dictu iubéntis vívida, Ton ordre fait surgir des vivants,
ut sérviant per órdinem et Tu les soumets à l'homme
subdens dedísti hómini: pour qu'ils servent à leur rang.
Repélle a servis tuis Eloigne de Tes serviteurs
quicquid per immundítiam toute impureté
aut móribus se súggerit, qui s'insinue dans les désirs
aut áctibus se intérserit. ou s'insère dans les actes.
Da gaudiórum præmia, Donne la joie en récompense,
da gratiárum múnera; accorde les faveurs de ta grâce ;
dissólve litis víncula, dénoue les liens de la discorde,
astrínge pacis foedera. resserre les alliances de paix.
Præsta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi aussi Unique égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. qui règne qui pour tous les siècles. Amen.
Ant. 1 Magnus est Dóminus, et Deus noster præ ómnibus diis.Ant. 1 Le Seigneur est grand, notre Dieu est au-dessus de tous les dieux.
Psalmus 134 (135) Psaume 134 (135)
Laus Domini mirabilia operantis Louange au Dieu qui fait des merveilles
Populus in acquisitionem... annuntiate virtutes eius qui de tenebris vos vocavit in admirabile lumen suum (Cf. 1 Petr 2, 9). Le peuple qu'Il S'est acquis... afin que vous annonciez les perfections de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière (Cf. 1 Petr 2, 9).
I I
Laudáte nomen Dómini, * laudáte, servi Dómini, Louez le nom du Seigneur, * louez-Le, serviteurs du Seigneur,
qui statis in domo Dómini, * in átriis domus Dei nostri. vous qui êtes de service dans la maison du Seigneur, dans les parvis de la maison de notre Dieu.
Laudáte Dóminum, quia bonus Dóminus; * psállite nómini eius, quóniam suáve. Louez le Seigneur, car le Seigneur est bon; chantez Son nom sur la harpe, car Il est plein de douceur.
Quóniam Iacob elégit sibi Dóminus, * Israel in pecúlium sibi. Car le Seigneur S'est choisi Jacob, Il S'est choisi Israël pour en faire Son héritage.
Quia ego cognóvi quod magnus est Dóminus * et Deus noster præ ómnibus diis. Oui, je le sais, le Seigneur est grand, notre Seigneur est au-dessus de tous les dieux.
Omnia, quæcúmque vóluit, Dóminus † fecit in cælo et in terra, * in mari et in ómnibus abyssis. Tout ce que veut le Seigneur, Il le fait, dans les cieux et sur la terre, dans la mer et dans tous les abîmes.
Addúcens nubes ab extrémo terræ, † fúlgura in plúviam facit, * prodúcit ventos de thesáuris suis. Il fait monter les nuages des extrémités de la terre, Il produit les éclairs avec la pluie, Il tire le vent de ses trésors.
Qui percússit primogénita ægypti * ab hómine usque ad pecus. Il frappa jadis les premiers-nés de l'Egypte, depuis l'homme jusqu'à l'animal.
Misit signa et prodígia in médio tui, ægypte, * in pharaónem et in omnes servos eius. Il fit éclater des signes et des prodiges au milieu de toi, ô Egypte, contre Pharaon et tous ses serviteurs.
Qui percússit gentes multas * et occídit reges fortes: Il frappa des nations nombreuses, et fit mourir des rois puissants:
Sehon regem Amorræórum et Og regem Basan * et ómnia regna Chánaan. Séhon, roi des Amorrhéens, Og, roi de Basan, et tous les rois de Chanaan.
Et dedit terram eórum hereditátem, * hereditátem Israel pópulo suo. Et Il donna leur pays en héritage, en héritage à Israël, Son peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Magnus est Dóminus, et Deus noster præ ómnibus diis.Ant. Le Seigneur est grand, notre Dieu est au-dessus de tous les dieux.
Ant. 2 Domus Israel, benedícite Dómino; psállite nómini eius, quóniam suáve.Ant. 2 Maison d'Israël, bénis le Seigneur, psalmodie Son nom, car il est doux.
II II
Dómine, nomen tuum in ætérnum; * Dómine, memoriále tuum in generatiónem et generatiónem. Seigneur, Ton nom subsiste à jamais; Seigneur, Ton souvenir dure d'âge en âge.
Quia iudicábit Dóminus pópulum suum * et servórum suórum miserébitur. Car le Seigneur fait droit à Son peuple, et Il a compassion de Ses serviteurs.
Simulácra géntium argéntum et aurum, * ópera mánuum hóminum: Les idoles des nations sont de l'argent et de l'or, ouvrage de la main des hommes.
os habent et non loquéntur; * óculos habent et non vidébunt; Elles ont une bouche et ne parlent pas; elles ont des yeux et ne voient pas.
aures habent et non áudient; * neque enim est spíritus in ore ipsórum. Elles ont des oreilles et n'entendent pas; Il n'y a pas même un souffle dans leur bouche.
Símiles illis erunt, qui fáciunt ea, * et omnes, qui confídunt in eis. Qu'ils leur ressemblent ceux qui les font, quiconque se confie en elles!
Domus Israel, benedícite Dómino; * domus Aaron, benedícite Dómino; Maison d'Israël, bénissez le Seigneur! Maison d'Aaron, bénissez le Seigneur!
domus Levi, benedícite Dómino; * qui timétis Dóminum, benedícite Dómino. Maison de Lévi, bénissez le Seigneur! Vous qui craignez le Seigneur, bénissez le Seigneur!
Benedíctus Dóminus ex Sion, * qui hábitat in Ierúsalem. Que de Sion soit béni le Seigneur, qui habite Jérusalem!
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Domus Israel, benedícite Dómino; psállite nómini eius, quóniam suáve.Ant. Maison d'Israël, bénis le Seigneur, psalmodie Son nom, car il est doux.
Ant. 3 Omnes gentes vénient et adorábunt coram te, Dómine.Ant. 3 Toutes les nations viendront et T’adoreront, Seigneur.
Canticum (Ap 15, 3-4) NT 11 Cantique (Ap 15, 3-4) NT 11
Hymnus adorationis Hymne d'adoration
Magna et mirabília ópera tua, * Dómine Deus omnípotens; Grandes, merveilleuses, Tes oeuvres, Seigneur, Dieu de l'univers ;
iustæ et veræ viæ tuæ, * Rex géntium! Ils sont justes, ils sont vrais, Tes chemins, Roi des nations.
Quis non timébit, Dómine, * et glorificábit nomen tuum? Qui ne Te craindrait, Seigneur, à Ton nom, qui ne rendrait gloire?
Quia solus Sanctus,  † quóniam omnes gentes vénient et adorábunt in conspéctu tuo, * quóniam iudícia tua manifestáta sunt. Oui, Toi seul es saint, oui, toutes les nations viendront et se prosterneront devant Toi; oui, ils sont manifestés, Tes jugements.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Omnes gentes vénient et adorábunt coram te, Dómine.Ant. Toutes les nations viendront et T’adoreront, Seigneur.
Lectio brevis (Iac 1, 2-4) Lecture brève (Iac 1, 2-4)
Omne gáudium existimáte, fratres mei, cum in tentatiónibus váriis incidéritis, sciéntes quod probátio fídei vestræ patiéntiam operátur; patiéntia autem opus perféctum hábeat, ut sitis perfécti et íntegri, in nullo deficiéntes. Regardez comme une grande joie, mes frères, d'être en butte à diverses épreuves, sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience. Mais la patience doit être parfaite dans ses oeuvres, afin que vous soyez parfaits et accomplis, ne laissant rien à désirer.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Christus diléxit nos et lavit nos * In sánguine suo. Christus. ℣. Et fecit nos Deo regnum et sacerdótium. * In sánguine suo. Glória Patri. Christus. ℟. Le Christ nous a aimés et nous a lavés * dans Son sang. Le Christ. ℣. Et Il a fait de nous un royaume et des prêtres. * Dans Son sang. Gloire au Père. Le Christ.
Ant. Suscépit nos Dóminus púeros suos, recordátus misericórdiæ suæ.Ant. Le Seigneur nous a accueillis comme Ses enfants, Il S'est souvenu de Sa miséricorde.
Canticum Evangelicum (Lc 1, 46-55) Cantique évangélique (Lc 1,46-55)
Exultatio animæ in Domino Exultation de l'âme dans le Seigneur
Magníficat * ánima mea Dóminum, Mon âme glorifie le Seigneur,
et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo, et mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu mon Sauveur,
quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ.* Ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generationes, parce qu'Il a pris en considération l'humilité de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,
quia fecit mihi magna, qui potens est, * et sanctum nomen eius, parce que Celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, et Son nom est saint;
et misericórdia eius in progénies et progénies* timéntibus eum. et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.
Fecit poténtiam in bráchio suo, * dispérsit supérbos mente cordis sui; Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur.
depósuit poténtes de sede * et exaltávit húmiles; Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.
esuriéntes implévit bonis * et dívites dimísit inánes. Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.
Suscépit Israel púerum suum,* recordátus misericórdiæ, Il a relevé Israël, Son serviteur, Se souvenant de Sa miséricorde:
sicut locútus est ad patres nostros,* Abraham et sémini eius in sæcula. selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Suscépit nos Dóminus púeros suos, recordátus misericórdiæ suæ.Ant. Le Seigneur nous a accueillis comme Ses enfants, Il S'est souvenu de Sa miséricorde.
PrecesPrières litaniques
Ad Christum óculos levémus, qui pro pópulo suo natus et mórtuus est ac resurréxit. Itaque eum fidénter deprecémur: Levons les yeux vers le Christ, qui est né, mort et ressuscité pour Son peuple. C'est pourquoi prions Le avec confiance :
Salva, Dómine, quos tuo sánguine redemísti. Sauve, Seigneur, ceux que Ton sang a rachetés.
Benedíctus es, Iesu hóminum salvátor, qui passiónem et crucem pro nobis subíre non dubitásti, Bénis sois Tu, Jésus sauveur des hommes, Toi qui n'as pas hésité à subir pour nous la passion et la croix,
et sánguine tuo pretióso nos redemísti. et qui nous a rachetés par Ton sang précieux.
Qui promisísti te aquam esse datúrum saliéntem in vitam ætérnam, Toi qui as promis de donner les eaux jaillissantes dans la vie éternelle,
Spíritum tuum effúnde super omnes hómines. envoie Ton Esprit sur tous les hommes.
Qui discípulos misísti ad Evangélium géntibus prædicándum, Toi qui as envoyé les disciples annoncer l’Évangile aux nations,
eos ádiuva, ut victóriam tuæ crucis exténdant. aide les, pour qu'ils étendent la victoire de Ta croix.
Infírmis et míseris quos cruci tuæ sociásti, Aux malades et aux malheureux que Tu as associés à Ta croix,
virtútem et patiéntiam concéde. donne la force et la patience.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Dómine, sancte Pater, qui Christum Fílium tuum nostræ salútis prétium fíeri voluísti, da nobis ita vívere, ut, per societátem passiónum ipsíus, virtútem resurrectiónis cónsequi valeámus. Qui tecum. Seigneur, Père Saint, Toi qui as voulu que le Christ Ton Fils devînt le prix de notre salut, donne nous de vivre de telle sorte qu'en partageant Sa passion, nous expérimentions la puissance de Sa résurrection.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Complies du vendredi 11 octobre 2019

Hebdomada XXVII per annum XXVIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Completorium
Aux Complies
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Conscientia discussio, quam sequi potest actus poenitentialis ut in Missa. Examen de conscience, qui peut être suivi d'un acte de pénitence comme à la Messe.
Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne: Je confesse à Dieu tout puissant, et à vous, frères, que j'ai vraiment péché, en pensée, en parole, par action et par omission:
et, percutientes sibi pectus, dicunt: Et on se frappe la poitrine, en disant :
mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa. c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.
Deinde prosequuntur: Ensuite on poursuit:
Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum. C'est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
℣. Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. ℟. Amen. ℣. Que le Dieu tout puissant aie pitié de nous, et nous ayant remis nos péchés, qu'Il nous conduise à la vie éternelle. ℟. Amen.
Hymnus Hymne
Te lucis ante términum, Avant que le jour ne s'éteigne,
rerum creátor, póscimus, nous Te prions, Créateur de toute chose,
ut sólita cleméntia dans Ta bonté de toujours,
sis præsul ad custódiam. veille sur nous, garde-nous.
Te corda nostra sómnient, Que nos cœurs rêvent de Toi,
te per sopórem séntiant, qu'ils songent à Toi pendant le sommeil,
tuámque semper glóriam qu'ils chantent encore Ta gloire
vicína luce cóncinant. à l'approche de la lumière.
Vitam salúbrem tríbue, Accorde-nous une vie saine,
nostrum calórem réfice réchauffe-nous intérieurement,
tætram noctis calíginem que Ta clarté illumine
tua collústret cláritas. les tristes ténèbres de la nuit.
Præsta, Pater omnípotens, Exauce-nous, Père tout-puissant,
per Iesum Christum Dóminum, par Jésus-Christ le Seigneur,
qui tecum in perpétuum qui avec Toi et le Saint-Esprit
regnat cum Sancto Spíritu. Amen. règne éternellement. Amen.
Ant. 1 In die clamávi et nocte coram te, Dómine.Ant. 1 Le jour et la nuit, j'ai crié vers Toi, Seigneur.
Psalmus 87 (88) Psaume 87 (88)
Hominis graviter ægrotantis oratio Prière de l'homme gravement malade
Hæc est hora vestra et potestas tenebrarum (Lc 22, 53). C'est maintenant votre heure, et le pouvoir des ténèbres (Lc 22, 53).
Dómine, Deus salútis meæ, * in die clamávi et nocte coram te. Seigneur, Dieu de mon salut, quand je crie la nuit devant Toi,
Intret in conspéctu tuo orátio mea; * inclína aurem tuam ad precem meam. que ma prière entre en Ta présence, prête l'oreille à mes supplications !
Quia repléta est malis ánima mea, * et vita mea inférno appropinquávit. Car mon âme est rassasiée de maux; et ma vie touche au schéol.
Æstimátus sum cum descendéntibus in lacum, * factus sum sicut homo sine adiutório. On me compte parmi ceux qui descendent dans la fosse, je suis comme un homme à bout de forces.
Inter mórtuos liber, * sicut vulneráti dormiéntes in sepúlcris; Je suis comme délaissé parmi les morts, pareil aux cadavres étendus dans le sépulcre,
quorum non es memor ámplius, * et ipsi de manu tua abscíssi sunt. dont Tu n'as plus le souvenir, et qui sont soustraits à ta main.
Posuísti me in lacu inferióri, * in tenebrósis et in umbra mortis. Tu m'as jeté au fond de la fosse, dans les ténèbres, dans les abîmes.
Super me gravátus est furor tuus, * et omnes fluctus tuos induxísti super me. Sur moi s'appesantit Ta fureur, Tu m'accables de tous Tes flots.
Longe fecísti notos meos a me, * posuísti me abominatiónem eis; Tu as éloigné de moi mes amis, Tu m'as rendu pour eux un objet d'horreur;
conclúsus sum et non egrédiar. * Oculi mei languérunt præ afflictióne. je suis emprisonné sans pouvoir sortir; mes yeux se consument dans la souffrance.
Clamávi ad te, Dómine, tota die, * expándi ad te manus meas. je T'invoque tout le jour, Seigneur, j'étends les mains vers Toi.
Numquid mórtuis fácies mirabília, * aut surgent umbræ et confitebúntur tibi? Feras-Tu un miracle pour les morts ; ou bien les ombres se lèveront-elles pour Te louer ?
Numquid narrábit áliquis in sepúlcro  misericórdiam tuam * et veritátem tuam in loco perditiónis? Publie-t-on Ta bonté dans le sépulcre, Ta fidélité dans l'abîme?
Numquid cognoscéntur in ténebris mirabília tua * et iustítia tua in terra obliviónis? Tes prodiges sont-ils connus dans la région des ténèbres et Ta justice dans la terre de l'oubli ?
Et ego ad te, Dómine, clamávi, * et mane orátio mea prævéniet te. Et moi, Seigneur, je crie vers Toi, ma prière va au-devant de Toi dès le matin.
Ut quid, Dómine, repéllis ánimam meam, * abscóndis fáciem tuam a me? Pourquoi, Seigneur, repousses-Tu mon âme, me caches-Tu Ta face ?
Pauper sum ego et móriens a iuventúte mea; * portávi pavóres tuos et conturbátus sum. Je suis malheureux et moribond depuis ma jeunesse; sous le poids de Tes terreurs, je ne sais que devenir.
Super me transiérunt iræ tuæ, * et terróres tui excidérunt me. Tes fureurs passent sur moi, Tes épouvantes m'accablent.
Circuiérunt me sicut aqua tota die, * circumdedérunt me simul. Comme des eaux débordées elles m'environnent tout le jour; elles m'assiègent toutes ensemble.
Elongásti a me amícum et próximum, * et noti mei sunt ténebræ. Tu as éloigné de moi mes amis et mes proches ; mes compagnons, ce sont les ténèbres de la tombe.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In die clamávi et nocte coram te, Dómine.Ant. Le jour et la nuit, j'ai crié vers Toi, Seigneur.
Lectio brevis (Cf. Ier. 14, 9) Lecture brève (Cf. Ier. 14, 9)
Tu autem in médio nostri es, Dómine, et nomen tuum invocátum est super nos; ne derelínquas nos, Dómine Deus noster. Tu es au milieu de nous, Seigneur, et Ton nom est invoqué sur nous, ne nous abandonne pas, Seigneur notre Dieu.
℟. In manus tuas, Dómine, * Comméndo spíritum meum. In manus. ℣. Redemísti nos, Dómine Deus veritátis. * Comméndo spíritum meum. Glória Patri. In manus. ℟. En Tes mains, Seigneur, * je remets mon esprit. En Tes mains. ℣. Tu nous as rachetés, Seigneur Dieu de vérité * Je remets mon esprit. Gloire au Père. En Tes mains.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Canticum evangelicum Lc 2, 29-32 Cantique évangélique Lc 2,29-32
Christus lumen gentium et gloria Israël Le Christ est la lumière des nations et la gloire d'Israël
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, * secúndum verbum tuum in pace, Maintenant, Tu peux renvoyer Ton serviteur, Seigneur, selon Ta parole, en paix.
quia vidérunt óculi mei * salutáre tuum, Car mes yeux ont vu Ton salut,
quod parásti * ante fáciem ómnium populórum, Que Tu as préparé devant la face des peuples,
lumen ad revelatiónem géntium * et glóriam plebis tuæ Israël. lumière qui se révèle aux nations, et gloire de Ton peuple Israël.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Orémus. Prions.
Concéde nos, omnipotens Deus, † ita sepulto Unigenito tuo fideliter inhaerére, * ut cum ipso in novitate vitae resurgere mereamur. Qui vivit.Accorde-nous, Dieu tout puissant, de nous unir fidèlement à Ton Fils unique au tombeau, que nous puissions avec Lui nous relever dans la vie nouvelle.Qui vivit et regnat in sæcula sæculórum.
Deinde dicitur, etiam a solo, benedictio: Ensuite on dit, même seul, la bénédiction :
Noctem quiétam et finem perféctum concédat nobis Dóminus omnípotens. ℟. Amen. Que le Seigneur tout puissant nous accorde une nuit paisible et une fin parfaite. ℟. Amen.
Antiphona finale ad Beatam Mariam Virginem Antienne finale à la Bienheureuse Vierge Marie
Salve, Regína, mater misericórdiæ; Salut, ô Reine, mère de la miséricorde,
vita, dulcédo et spes nostra, salve. vie, douceur et notre espérance, salut !
Ad te clamámus, éxsules fílii Evæ. Enfants d'Ève exilés, nous crions vers vous.
Ad te suspirámus, geméntes et flentes Vers vous, nous soupirons parmi les cris et les pleurs
in hac lacrimárum valle. de cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, O vous notre avocate,
illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte. tournez vers nous votre regard plein de miséricorde.
Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles,
nobis post hoc exsílium osténde. Montrez-Le nous à l'issue de cet exil.
O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. O clémente, ô bonne, ô douce vierge Marie.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait du Compendium du catéchisme de l'Eglise catholique :
En quoi consiste l’économie sacramentelle?
1076
L’économie sacramentelle consiste dans le fait de communiquer les fruits de la rédemption du Christ par la célébration des sacrements de l’Église, en tout premier lieu de l’Eucharistie, « jusqu’à ce qu’il revienne » (1 Co 11,26).
Comment le Père est-il la source et la fin de la liturgie?
1077-10831110
Dans la liturgie, le Père nous comble de ses bénédictions en son Fils incarné, mort et ressuscité pour nous, et il répand dans nos cœurs l’Esprit Saint. En même temps, l’Église bénit le Père par l’adoration, la louange, l’action de grâces, et elle implore le don de son Fils et de l’Esprit Saint.
Quelle est l’œuvre du Christ dans la liturgie?
1084-1090
Dans la liturgie, le Christ signifie et accomplit principalement son Mystère pascal. En donnant l’Esprit Saint aux Apôtres, il leur a donné, ainsi qu’à leurs successeurs, le pouvoir de réaliser l’œuvre du salut par le Sacrifice eucharistique et par les sacrements, où il agit lui-même pour communiquer sa grâce aux fidèles de tous les temps et dans le monde entier.
Dans la liturgie, comment le Saint-Esprit agit-il par rapport à l’Église?
1091-11091112
Dans la liturgie s’opère la coopération la plus étroite de l’Esprit Saint et de l’Église. L’Esprit Saint prépare l’Église à rencontrer son Seigneur. Il rappelle le Christ à la foi de l’assemblée et le lui manifeste. Il rend présent et actualise le mystère du Christ; il unit l’Église à la vie et à la mission du Christ, et il fait fructifier en elle le don de la communion.
Pourquoi les sacrements? Quels sont-ils?
1113-1131
Les sacrements sont des signes sensibles et efficaces de la grâce, institués par le Christ et confiés à l’Église, par lesquels nous est donnée la vie divine. Ils sont au nombre de sept : le Baptême, la Confirmation, l’Eucharistie, la Pénitence, l’Onction des malades, l’Ordre et le Mariage.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 8 : De officiis divinis in noctibus 8 - L’OFFICE DIVIN DE NUIT
Hiemis tempore, id est a kalendas Novembres usque in Pascha, iuxta considerationem rationis, octava hora noctis surgendum est, ut modice amplius de media nocte pausetur et iam digesti surgant. Quod vero restat post vigilias a fratribus qui psalterii vel lectionum aliquid indigent meditationi inserviatur. A Pascha autem usque ad supradictas Novembres, sic temperetur hora ut vigiliarum agenda parvissimo intervallo, quo fratres ad necessaria naturae exeant, mox matutini, qui incipiente luce agendi sunt, subsequantur. EN PÉRIODE d'hiver à-dire du 1er novembre à Pâques, on se lèvera, selon une évaluation raisonnable, à 2 heures du matin. Ainsi on aura dormi un peu plus de la moitié de la nuit et on se lèvera déjà dispos. Quant au temps qui reste après les vigiles, il sera employé à l’étude par les frères qui ont besoin d’apprendre quelque chose du psautier ou des lectures. De Pâques au 1er novembre, l’horaire sera réglé de telle sorte qu’après un très court intervalle pendant lequel les frères sortiront pour les nécessités de la nature, l’office des vigiles soit aussitôt suivi des laudes qui doivent être célébrées au lever du jour.
Les grandes lignes de l’éducation surnaturelle des siens étant tracées, N. B. Père pourvoit à l’organisation de la prière liturgique et conventuelle. Il commence sans préambule doctrinal ; mais nous pouvons nous demander à quelle pensée obéissent l’Église et les anciens législateurs monastiques lorsque, explicitement ou non, ils font de l’office divin l’œuvre centrale, l’œuvre essentielle de la vie religieuse et contemplative.
Quelle que soit l’étymologie du mot religion , il implique, dans son acception la plus large, l’idée d’une relation à Dieu. Selon cette acception, c’est la création entière qui a un caractère religieux. Toutes les choses, dans la mesure même où elles participent à l’être, sont reliées à Dieu, créateur, providence et fin dernière. Toutes sont vraies ontologiquement, belles et bonnes : toutes sont conformes à l’idéal de l’artiste divin ; toutes sont une traduction créée de la Beauté incréée ; toutes sont d’accord avec sa volonté, bonnes de lui par conséquent, bonnes pour lui et se prêtant avec souplesse à ses desseins. Toute cette création immense parle de Dieu et lui obéit ; elle lui est un cantique harmonieux, une louange unique. Universa propter semetipsum operatus est Dominus (PROV., XVI, 4). Le mal moral lui-même ne parvient pas à déconcerter le plan de Dieu. C’est à son corps défendant et avec chagrin, que la créature subit les profanations de l’impie qui tente de la détourner de sa fin ; elle gémit de cette servitude ; et en attendant son jour de résurrection et de récompense (Rom., VIII, 19 sq.), elle collabore à l’œuvre de la Rédemption et elle sert d’instrument aux vengeances célestes. Tout ceci n’est point une rêverie d’imagination ou un mouvement de lyrisme. La création dans son ensemble possède vraiment, et surtout une physionomie liturgique. Elle ressemble à la vie divine elle-même car la sainte Trinité est un temple, où, par sa génération éternelle, le Verbe est. la louange parfaite du Père, splendor gloriae et figura substantia ejus ; où la communion du Père et du Fils se scelle dans le baiser de paix et la jubilation personnelle qu’est leur commun Esprit. On a défini la gloire : Clara notitia cum laude ; par la double procession que nous venons de dire, Dieu trouve en lui-même une gloire essentielle. Elle lui suffit ; et celle qu’il recevra nécessairement de son œuvre ne sera nécessaire que du côté de la créature ;elle demeurera pour lui accidentelle et extérieure. Il n’y peut renoncer cependant : Gloriam meam alteri non dabo.
Encore devons-nous observer que cette gloire accidentelle de Dieu n’est complète qu’à la. condition d’être à la fois objective, formelle et signifiée. La gloire objective est la manifestation réelle des perfections divines tout être, toute vie, toute beauté créée, naturelle ou surnaturel, est une louange ontologique à Dieu. La gloire formelle n’est rendue que par la créature raisonnable, qui seule est capable de constater la gloire objective et de la rapporter à sa source ; et c’est alors seulement qu’il y a religion et liturgie. Sans rien dire ici de la religion angélique, remarquons du moins la situation proprement sacerdotale de l’homme au milieu de la création inférieure. L’Apôtre a écrit, dans son Epître aux Hébreux : Omnis pontifex ex hominibus assumptus, pro hominibus constituitur in his quae suret ad Deum, ut offerat dona et sacrificia (V, 1). L’homme lui-même est pris de la création, prélevé sur elle et institué sort prêtre, pour faire monter vers Dieu, en son propre nom et au nom de toutes choses, un hommage intelligent. Abrégé du monde par sa nature, “ microcosme ”, comme ont dit les anciens, sa fonction est d’en recueillir toutes les voix : comme si toutes retentissaient dans son cœur, comme s’il était la conscience universelle ; sa mission est de tout animer de sa pensée et de son amour, et de tout offrir, soit par l’usage, soit par la louange proprement dite. Le système religieux de la création ne se clôt et ne s’achève qu’en-lui ; il est l’anneau entre elle et Dieu ; et lorsque cet anneau se brise, la création entière est atteinte et déchoit : Maledicta terra in opere tuo.
La religion de l’homme n’est ni de l’esthétisme, ni une émotion sensible, ni une déférence aveugle à des préjugés d’éducation, ni une théorie cosmologique, ni l’amour de soi et de l’humanité ; elle n’est pas même une affirmation sur les choses qui sont au delà de l’expérience, ni la notion de l’infini : toutes ces définitions ont été proposées. La religion est une vertu morale, la plus noble de toutes ; elle est une annexe de la justice. Elle nous incline à rendre à Dieu le culte qui lui est dû. Et l’objet formel de ce culte, le motif profond de tous les actes religieux, c’est l’éminence souveraine de Dieu, son excellence infinie, telle qu’elle est en lui-même : Gratias agimus tibi propter magnam gloriam tuam, et telle qu’elle se manifeste en notre faveur par la création, la conservation, la providence, tous les bienfaits . Si nous avions le loisir de faire la monographie d’un acte religieux quelconque, nous observerions avec les théologiens qu’il implique toujours une appréciation intellectuelle de l’excellence divine, une humble démission de soi, la volonté d’attester sa soumission, et enfin la reconnaissance actuelle de la souveraineté divine au moyen d’une prestation, d’un témoignage, quel qu’il soit, simplement intérieur, ou bien tout ensemble intérieur et manifesté : c’est même ce dernier élément qui constitue proprement l’acte religieux et cultuel, celui dans lequel s’achève la glorification de Dieu. Une liturgie est pourtant quelque chose de plus ; elle est l’ensemble des Actes, paroles, chants, rites au moyen desquels nous signifions notre religion intérieure ; c’est une prière collective et sociale, dont les formes ont un caractère régulier, défini et ordonné.
L’élévation de l’homme à l’ordre surnaturel, dès l’origine, n’a fait que rendre sa relation à Dieu plus intime et sa religion plus haute. Il n’a d’ailleurs pas suffi à Dieu du sacerdoce de l’homme pour s’unir la création. Cet anneau était brisable, il s’est brisé ; et peut-être même le motif qui a incliné Dieu à permettre qu’il se brisât, était-il de le remplacer par un autre sacerdoce et de faire une nouvelle humanité qui s’appuyât non plus sur Adam et sur l’homme, mais sur Jésus-Christ et l’Homme Dieu. S’il a consenti à courir les chances de la création, c’est parce qu’il songeait à cette gloire incomparable que lui rendrait son Verbe Incarné Rédempteur. Il serait facile d’établir comment le Verbe Incarné termine hiérarchiquement la série des trois gloires que nous avons définies ; comment toute la création naturelle et surnaturelle s’unit et s’incorpore à lui, Pontife unique et éternel, pour offrir à la sainte Trinité un seul sacrifice d’expiation, d’adoration, d’action de grâces, qui remplit le temps et l’éternité. Communier à sa mort et à sa vie par le baptême, c’est réellement, selon saint Pierre (I PETR., lI, 4 sq.), entrer en participation de son sacerdoce royal, afin de collaborer à la grande fonction liturgique où il est- à la fois, éminemment, l’autel, le prêtre, la victime. Et l’apôtre saint Paul n’a pas donné d’autre programme au chrétien : Per ipsum ergo offeramus hostiam laudis semper Deo, id est, fructum labiorum confitentium nomini ejus (HEBR., XIII, 15). .
Mais toutes les liturgies individuelles viennent se grouper, se fondre et puiser leur sève dans la liturgie collective du grand vivant, de l’homme parfait, du Christ complet qui est l’Église. C’est toute la vie de l’Église qui s’exprime et qui s’épanouit dans sa liturgie ; toutes les relations de la création avec Dieu y trouvent leur principe et leur achèvement ; par les procédés mêmes qui réalisent en chacun et en tous l’union divine, la liturgie rend à Dieu “ tout honneur et toute gloire ”. En elle, l’Esprit Saint a eu l’art de concentrer, d’éterniser et de diffuser par tout le corps du Christ, la plénitude inaltérable de l’œuvre rédemptrice, toutes les richesses surnaturelles du passé de l’Église, du présent, de l’éternité. Et de même que le sacrifice sanglant et l’entrée de notre Pontife dans le sanctuaire du ciel constituent le point culminant de son œuvre, de même la liturgie a son centre dans la Messe, dans “ l’Eucharistie ”. L’office divin et les Heures ne sont que le glorieux cortège, la préparation ou le rayonnement de l’Eucharistie. On peut dire que la double économie, naturelle et surnaturelle, aboutit à cet acte synthétique, “ l’Action ” par excellence. N. B. Père et d’autres anciens sont donc bien inspirés lorsqu’ils appellent la liturgie dans son ensemble Opus Dei : l’œuvre qui a Dieu et Dieu seulement pour objet direct, l’œuvre qui magnifie Dieu, l’œuvre qui réalise des choses divines, l’œuvre à laquelle Dieu s’intéresse uniquement, dont il est l’agent principal, mais qu’il a bien voulu voir s’achever par des mains et sur des lèvres humaines.
Parmi ceux qu’un même baptême consacre prêtres et religieux, il y a des inégalités et des privilèges. Il est des hommes que Dieu associe plus intimement, par le sacrement de l’Ordre, au sacerdoce de son Ils. Il en est d’autres qui sont religieux, non plus seulement adjectivement comme les chrétiens de condition commune, mais substantivement et par définition.
Toute forme authentique de vie religieuse a pour dessein premier de ramener à l’unité les forces de l’âme, afin de les faire converger vers la contemplation et le service de Dieu. Être religieux, c’est appartenir à Dieu seul, par une consécration et un holocauste de tout soi-même. Religio, cum sit status in quo homo se totum et sua omnia ad divinum cultum consecrat et quasi immolai, perfectionis sine dubio stalus est . Et nous comprenons bien pourquoi l’Église a confié d’une manière spéciale aux religieux la célébration de sa liturgie. Sauf, en effet, de rares exceptions ou dispenses, l’office divin demeure le premier devoir de n’importe quelle famille religieuse. Les religieux demeurent donc tels substantiellement, alors même que l’Église, afin d’assurer un plein succès à ses œuvres d’apostolat et de charité, les remet avec plus de sécurité entre leurs mains consacrées : néanmoins, ils sont religieux cum addito, en vue d’une œuvre surajoutée, et qui, si elle est religieuse par son motif et sa relation avec Dieu, ne l’est pas directement et dans son objet.
Nous autres moines, nous sommes religieux sine addito, nous ne sommes que religieux ; nous sommes à Dieu pour être à Dieu, uniquement. Il n’y a point dans notre vie de distraction possible ni de partage ; notre œuvre est de même nature que notre vie. Nous ne sommes pas religieux pour l’œuvre de Dieu et pour l’étude, pas plus que pour les travaux manuels car alors notre situation serait de beaucoup inférieure à celle des clercs séculiers qui s’occupent directement des âmes. Nous ne nions pas que le contemplatif puisse et doive étudier ; nous ne contestons pas que des travaux d’érudition ou d’apostolat puissent être entrepris légitimement et heureusement accomplis par des moines. Nous nous contentons d’affirmer ici que I’œuvre propre et distinctive du bénédictin, son lot, sa mission, c’est la liturgie. Il émet profession pour être, dans l’Église, société de louange divine, celui qui glorifie Dieu selon les formes instituées par elle, elle qui sait comment honorer le Seigneur et possède les paroles de la vie éternelle. Il est tout entier homme de prière, et les formes diverses de son activité prennent spontanément une couleur religieuse, une valeur d’adoration et de louange. Les théologiens se demandent si tout acte bon, accompli avec le dessein formel d’honorer Dieu, ne devient pas un acte religieux et cultuel. Saint Thomas, tout en reconnaissant une valeur spéciale aux actes produits directement par la vertu de religion et qui en sont le fruit propre, répond que tous ceux qui sont prescrits ou déterminés par elle revêtent de ce chef un caractère religieux . Ces derniers sont innombrables dans une vie religieuse ; et à raison surtout de la consécration profonde et totale de l’être même au service divin, est-il un acte qui échappe à cette transformation, lorsque l’âme est attentive à renouveler et à ratifier souvent sa profession ? Si aliquis totam vitam surm divino servitio deputet, tota vita ipsius ad religionem pertinebit .
Mais, outre cette consécration personnelle et enveloppante qui nous est commune avec tous les religieux, il y a chez nous, répétons-le, une vocation spéciale à la prière ; il y a rapport et convergence de toute l’organisation pratique de notre vie vers une fin cultuelle. La liturgie sainte est tout à la fois pour nous un procédé de sanctification et un but. Elle est surtout un but. Notre contemplation s’y alimente sans trêve, et elle s’y rapporte toute comme à son objet adéquat et à son terme propre . Ceci mérite d’être bien compris. Il n’est pas indifférent, même au point de vue pratique, de savoir très exactement quelle est notre fin, d’en trouver une définition assez heureuse pour embrasser à la fois Dieu et nous, ses intérêts et les nôtres, sa gloire et notre bonheur, l’œuvre du temps et celle de l’éternité. Les définitions ne manquent pas ; il s’ait, dit-on, de faire notre salut, - de procurer la gloire de Dieu, - de réaliser notre sanctification - de parvenir à l’union à Dieu et à sa vie éternelle. Ces formules sont exactes, mais de valeur inégale ; avec un peu d’exégèse, il est vrai, on retrouve impliquée chez toutes l’intégralité de la doctrine ; et pour les âmes éclairées et généreuses, la première perd son danger de conduire pratiquement à la tiédeur et au marchandage spirituel. La meilleure est la dernière ; c’est celle qu’adopte, avec tous les anciens, N. B. Père. Mais aucune, sauf la seconde, ne suggère l’idée de liturgie. Et c’est dommage ; car enfin l’union au Seigneur est ordonnée elle-même à la louange.
La beauté surnaturelle du Seigneur en nous, cette ressemblance parfaite avec lui que toute l’économie surnaturelle s’emploie à graver, cette empreinte divine que la frappe du balancier liturgique imprime perpétuellement en nos âmes, nous est-elle donnée pour que nous en jouissions tout seuls, dans une sorte de coquetterie intérieure ? Si nous communions plus que d’autres à la vie et aux états de Celui qui a pour mission personnelle de révéler et de glorifier le Père, n’est-ce pas afin de partager sa destinée, d’exercer avec lui le sacerdoce dont nous parlions naguère ? n’est-ce pas afin d’incliner devant le trône de Dieu, comme les vieillards de l’Apocalypse jetant leurs couronnes, comme le Seigneur au dernier jour du monde, notre splendeur anticipée ? Tant vaut l’agent, tant vaut l’acte ; tant vaut l’adorateur, tant vaut l’adoration. Et c’est seulement parce que Dieu “ cherche des adorateurs en esprit et en vérité ” qu’il nous a faits un avec son Fils, par son Saint-Esprit. Dans cette phrase extraordinaire qui commence l’Épître aux Éphésiens, saint Paul marque bien que la fin suprême de la création et de la Rédemption, de la “ récapitulation ” de toutes choses dans le Christ, c’est le témoignage liturgique de l’excellence et de la beauté infinies : Elegit nos in ipso ante mundi constitutionem, ut essemus sancti et immaculati in conspectu ejus in caritate ; qui praedestinavit nos in adoptionem filiorum per Jesum Christum in ipsum, secundum propositum voluntatis suae, in laudem gloriae gratiae suae, in qua gratificavit nos in dilecto Filio suo. Il y a donc connexion étroite des trois éléments : union à Dieu, louange de Dieu, gloire de Dieu. Notre sainteté individuelle et conventuelle se traduit dans cette même prière liturgique qui la réalise le plus efficacement ; notre béatitude, c’est d’entrer dès ici-bas dans la vie et la joie de notre Dieu ; c’est de faire refluer éternellement par la voie de l’Esprit et du Verbe, vers le Principe sans principe qui est le Père, tout l’être créé et incréé qui descend de cette source par le Verbe et par l’Esprit.
Serait-ce parce que toute notre éducation et notre vertu se rapportent à notre prière que N. B. Père parle de la liturgie aussitôt après avoir dessiné l’éducation individuelle du moine ? N’y a-t-il pas une intention dans cet ordre ? Il est permis de le penser, bien qu’il soit difficile d’en fournir la preuve. Ce qui est sûr, c’est que saint Benoît a défini lui-même la vie monastique : Dominici schola servitii ; qu’il place au seuil de la législation régulière ce qui a trait à la liturgie ; qu’il organise la prière officielle avec plus de précision et de soin que tout le reste, abandonnant à l’initiative des âmes la mesure et le mode de la prière privée ; qu’il recommande enfin “ de ne rien préférer à L’ŒUVRE de Dieu ”. De fait, c’est à elle que se réfèrent tous les autres travaux monastiques ; c’est elle qui détermine tout notre horaire ; elle réclame presque toutes les heures de notre journée et les meilleures. Pendant qu’une vie consacrée à l’étude bénéficie du silence des heures matinales et de la lucidité intellectuelle que lui a reconquise le repos de la nuit, pour avancer à loisir ses savantes recherches, nous venons, nous autres, répéter. les mêmes psaumes devant le même Dieu. Serait-il d’accord avec la Règle et avec sa conscience, le moine qui ne se prêterait pas joyeusement à cet apparent gaspillage, qui lésinerait le plus possible tout le long du jour afin de mesurer parcimonieusement la part de Dieu ? Encore que N. B. Père appelle notre office servitutis pensum, nous ne le considérerons jamais comme un “ pensum” et une corvée ; et si parfois, dans un ministère actif et très rempli, certains séculiers sont tentés de s’acquitter à la hâte de leur bréviaire ou même de gémir sous le poids de ce fardeau surajouté, il n’y aurait pas d’excuse pour le moine qui envisagerait ainsi l’office divin.
Il n’importe pas du tout que le monde comprenne rien à cette œuvre de la prière et qu’il n’en apprécie point la portée, si ce n’est peut-être au point de vue esthétique : et encore, combien pénètrent la réelle et surnaturelle beauté des rites de l’Église ou du chant sacré ? L’idée ne nous viendra jamais, sans doute, de réduire notre vie à ce que le monde y peut comprendre : elle est ce que Dieu et saint Benoît et notre liberté l’ont faite. Le désaccord avec le monde n’est-il pas pour nous un principe, vieux comme l’Évangile et vieux comme la Règle : A saeculi actibus se facere alienum ? Le caractère du siècle n’est-il pas l’irréligion, le parti pris d’athéisme ; athéisme quelquefois mesuré et qui sait se doser lui-même, mais souvent aussi athéisme résolu et ne reculant devant aucune mesure, devant aucune proscription ? Si le monde ne comprend rien à l’œuvre des contemplatifs, pourquoi donc les persécute-t-il avec prédilection ? C’est que la haine de celui qui l’inspire est plus clairvoyante. A l’irréligion il faudrait ajouter la vague sentimentalité religieuse de tant de chrétiens et, à une époque d’action fiévreuse et d’utilitarisme, une méconnaissance presque générale de l’utilité de la prière. Fas est et ab Aoste doceri : en face de cette conspiration naturaliste et impie nous avons plus que jamais le devoir d’être religieux, complètement, uniquement, et d’affirmer celui qu’on nie ou qu’on oublie. Dans un dessein de réaction ? dans une pensée de rivalité, de comparaison avec d’autres Ordres ? Non ; mais dans un sentiment très délicat de fidélité. Puisque nous sommes, à un titre spécial, les religieux de Dieu, nous devons lui offrir comme un dédommagement et faire notre fidélité d’autant plus loyale que Dieu est abandonné davantage : Vos autem estis qui permansistis mecum in tentationibus meis ; et ego dispono vobis sicut disposuit mihi Pater meus regnum, ut edatis et bibatis super mensam meam in regno meo. (Luc., XXll, 28-30).
Nos ambitions ne vont pas au delà. Nous croyons, pourtant, à la valeur apostolique et sociale de notre prière, et nous pensons atteindre directement par elle non seulement Dieu et nous, mais encore le prochain. Sans même parler de son influence secrète sur la marche providentielle des événements, n’y a-t-il pas une prédication très efficace dans le spectacle d’un office divin dignement célébré ? Depuis l’heure de la primitive Église (ACT., Il, 42-47), la liturgie catholique est un principe d’unité pour le peuple de Dieu, et la charité sociale a été créée par elle Faut-il espérer voir renaître la vraie et profonde solidarité du peuple chrétien en dehors de cette réunion de tous autour de Dieu, dans une même prière et la communion à un même Pain vivant ? Quoi qu’il en soit, nous consentons d’ailleurs à ne rien produire qui se voit et se palpe, et à n’avoir pas d’autre utilité que celle d’adorer Dieu. Et joyeusement nous prenons notre parti de n’atteindre par l’Opus Dei que le but essentiel des choses, la fin de toute création intelligente, la fin même de l’Église. C’est déjà l’attitude et une répétition de l’éternité ; puisque, selon saint Jean, le programme de ceux qui sont admis dans la sainte Jérusalem se ramène à une contemplation et à une servitude royale : Sedes Dei et Agni in illa erunt, et servi ejus servient illi. Et videbunt faciem ejus, et nomen ejus in frontibus eorum... Et regnabunt in saecula saeculorum (APOC., XXll 3-5).

Il est facile de reconnaître l’ordre méthodique selon lequel saint Benoît dispose les éléments de sa législation liturgique. Il nous parle d’abord de l’office de nuit, puis de l’office de jour, enfin de la discipline générale de l’office divin et des dispositions qu’un moine doit apporter à la prière. Énumérons les sujets traités dans ces treize chapitres, en faisant remarquer que les titres qui leur sont donnés dans la Règle ne correspondent pas toujours exactement à leur contenu réel.

VIII. L’heure où se célèbre l’office de nuit selon les saisons.
IX. La composition de l’office de nuit en hiver.
X. La composition de l’office de nuit en été.
XI. La composition de l’office de nuit le dimanche.
XII. La composition de l’office du matin le dimanche. .
XIII. La composition de l’office du matin les jours de férie.
XIV. La composition des offices aux fêtes des saints.
XV. L’usage de l’Alléluia.
XVI. Le nombre des Heures de l’office de jour.
XVII. La composition des six dernières Heures de jour.
XVIII. La distribution matérielle du Psautier,, selon les différentes Heures.
XIX-XX. La tenue intérieure et extérieure pendant la prière.

Pour la liturgie, comme pour les autres observances, N. B. Père a. fait preuve d’un éclectisme intelligent. Son cursus est formé d’emprunts aux liturgies romaine et milanaise, aux liturgies monastiques d’Orient et d’Occident, avec quelques innovations et des parties personnelles. L’ensemble constitue un cadre solide et fixe, où tous les détails importants sont prévus ; et sur ce point encore, saint Benoît voulait sans doute remédier à ce qu’avait de flottant la discipline monastique commune. Le cadre n’était pas d’ailleurs, nous le verrons, d’une rigidité absolue ; bien qu’on fût loin du temps des improvisations et de la parfaite liberté liturgique, une place était laissée encore à l’initiative des supérieurs. N. B. Père ne songeait évidemment qu’à régler le service divin dans ses propres monastères ; mais, parce que son œuvre était la plus complète, la plus sagace et la plus discrète qui eût paru jusqu’alors, elle devint peu à peu l’unique liturgie monastique et fournit des inspirations à la liturgie romaine elle-même. - Sous peine de transformer notre lecture de la Règle en un long travail d’érudition, nous devons abandonner à l’histoire générale des formes liturgiques et à l’histoire monastique l’étude des développements de l’office divin, chez les séculiers comme chez les moines, depuis les origines jusqu’à N. B. Père, et depuis saint Benoît jusqu’à nos jours. C’est toute l’histoire du Bréviaire qu’il nous faudrait entreprendre. On consultera avec profit celle de D. Suitbert Bâumer (traduite de l’allemand par D. R. Biron), et on trouvera là de multiples références. Le texte de saint Benoît nous fournira seulement l’occasion de quelques remarques historiques.
C’est au cœur même de la nuit que va commencer L’ŒUVRE de Dieu. Cet office nocturne, le plus long de tous, est aussi le plus ancien. Il n’en faut point chercher l’origine dans l’attente d’un retour immédiat du Sauveur, mais bien dans la grande Vigile pascale et dans les autres Vigiles qui les premiers chrétiens célébraient, à l’imitation de celle-ci, le dimanche et certains jours déterminés. Le programme de la Vigile rappelait celui de la prière matutinale et sabbatique des synagogues. Elle était souvent suivie, après ou sans interruption, de l’Agape et de la synaxe eucharistique : pas toujours cependant, et elle se distingue de la célébration des mystères. Affirmabant autem, écrit Pline à Trajan, hanc fuisse summum vel culpae suce vel erroris : quod essent solim stato die ante lucem convenire, carmenque Christo quasi Deo dicere secum invicem... ; quibus peractis, morem sibi discedendi fuisse, rursusque coeundi ad capiendum cibum. Rattachée de très bonne heure à la Messe, la Vigile ou synaxe liturgique a formé l’Avant Messe ou Messe des catéchumènes. Le R. D. Cabrol, après avoir relevé les analogies qui existent entre l’ordonnance de l’office de nuit et celle de l’Avant Messe, ajoute que les autres offices se sont formés sur le modèle de l’office de nuit, qui a seul existé dans le principe comme office public ; même dessin liturgique, en raccourci, pour les Laudes, les Vêpres et les petites Heures. Alors que les fidèles et le clergé lui-même ne pouvaient pas célébrer quotidiennement la Vigile, les moines y furent assidus dès l’origine, et chez tous nous trouvons l’office de nuit.

En période d’hiver, c’est à dire du, 1er novembre à Pâques on se lèvera, selon une évaluation raisonnable, à 2 heures du matin, Ainsi on aura dormi un peu plus de la moitié de la nuit et on. se lèvera déjà dispos.

Pour restituer la physionomie de l’office bénédictin primitif, il convient, chacun le comprend, de nous affranchir en esprit des conditions actuelles et des usages qui se sont établis avec le temps. D’abord, au lieu de déterminer l’heure de l’office nocturne selon la différence des quatre saisons, N. B. Père, pour simplifier, divise l’année en deux grandes portions : l’hiver, l’été. La première s’étend des calendes de novembre jusqu’à Pâques, la seconde de Pâques aux susdites calendes. On pourrait se. demander s’il s’agit du jour même où tombent les calendes, c’est-à-dire du 1er novembre, ou bien du jour où l’on commence à les compter, c’est à dire du 16 octobre ; au chapitre XLVIll, en effet, l’expression a kalendis Octobris désigne certainement le 14 septembre, début du Carême monastique. Hildemar, interprétant la Règle d’après la coutume de l’Église romaine, entend pair les calendes Cie novembre, soit le dimanche ter novembre, soit le dimanche qui précède le ter novembre lorsque cette date tombe aux trois premières féries de la semaine, soit le dimanche qui suit lorsqu’elle tombe aux trois autres féries. D. Calmet admet d’autant plus volontiers cette explication qu’elle lui paraît (à tort, semble-t-il) indispensable “ pour concilier saint Benoît avec lui-même,... puisqu’il veut qu’on commence l’office et le Psautier tous les dimanches, et qu’on le continue pendant la semaine ”. Donc, deux saisons liturgiques au lieu de quatre. Le dessein de N. B. Père est de proportionner l’office à la longueur ou à la brièveté des nuits.
Les anciens avaient aussi leur façon spéciale d’envisager les jours et les heures. Sans doute, chez les Romains, le jour civil allait de minuit à minuit et se divisait en vingt-quatre heures, que les astronomes considéraient comme égales ou équinoxiales ; mais dans l’usage courant on regardait la journée comme constituée de deux éléments : le jour et la nuit. La durée du jour et de la nuit variait naturellement selon les saisons ; et, pourtant, le nombre des divisions ou heures demeurait identique pour l’un et pour l’autre : douze heures de jour, prises entre le lever et le coucher du soleil, douze heures de nuit, prises entre le coucher du soleil et son lever. Avec midi et minuit comme points fixes, on comptait six heures avant midi et six heures après, six heures avant minuit et six heures après . La durée de chacune des heures se modifiait donc constamment. En hiver, les heures de nuit étaient plus longues que celles de jour, et c’était l’inverse en été ; aux seuls équinoxes de printemps et d’automne, le jour et la nuit s’égalisaient. La première heure du jour, à l’équinoxe, commence à ce que nous appelons six heures du matin ; la première de la nuit, à six heures du soir ; et la huitième heure de la nuit, commençant à une heure du matin, est “ pleine ” à deux heures : hora octava plena.
N. B. Père appréciait les heures à la semaine . La huitième heure de la nuit dont il parle se déplaçait donc et glissait durant toute l’année, selon qu’on s’éloignait ou qu’on se rapprochait de l’équinoxe. C’est, l’évaluation raisonnable de cette huitième heure qui déterminera le lever des moines : juxta considerationem rationis (les commentateurs entendent d’ordinaire ces paroles de la discrétion de la mesure prise par N. B. Père). Remarquons de plus que saint Benoît ne dit pas à quel moment de la huitième heure aura lieu le réveil : cela aussi devait varier avec les saisons ; probablement d’autant plus près du début de la huitième heure que les nuits étaient plus longues, d’autant plus près de la fin qu’elles étaient plus courtes. Peut-être l’Abbé fixait-il d’avance le moment exact du réveil pour chaque nuit, ou bien pour une semaine ou davantage, en prenant des moyennes. Il était réellement besoin de tout un calcul pour assurer aux moines un repos suffisant . S’il dure un peu plus de la moitié de la nuit , la digestion aura eu le loisir de s’achever, et tous seront dispos à l’office divin. Les frères se couchant après les Complies, qui se disaient à la tombée de la nuit, pouvaient dormir, en hiver, depuis six ou sept heures du soir jusqu’à deux ou même trois heures du matin environ. Tout le long de l’année, le lever oscillait, semble-t-il entre une et trois heures ; la coutume du lever de minuit, comme le remarque D. Martène, vient d’une interprétation inexacte de la Règle et n’est pas conforme à la tradition.
La difficulté de calculer l’heure du réveil s’augmentait, chez les premiers moines, de ce qu’ils n’avaient ni horloges à sonnerie, ni réveille-matin. Ils devaient bien souvent se contenter de l’à peu près. Les anciens déterminaient les heures de jour d’après la hauteur du soleil, d’après la longueur et la direction de l’ombre ; ils avaient inventé, pour mesurer le temps, le gnomon le cadran solaire, la montre solaire. Pour évaluer une durée, ils se servaient du sablier, de la clepsydre, de l’horloge hydraulique . Mais les moines n’avaient pas toujours ces instruments à leur disposition . Et devaient alors prêter l’oreille au chant du coq ou suivre attentivement la marche des étoiles. Cassien fait observer que le religieux chargé d’éveiller ses frères ne doit rien relâcher de sa vigilance sous prétexte qu’il a l’habitude de les exciter à la même heure : Quamvis eum consuetudo diurna hoya solita evigilare compellat, tamen sollicite frequenterque stellarum cursu praestitutum congregationis tempus explorans ad orationum eos invitat officium. Il nous est parvenu de saint Grégoire de Tours un curieux opuscule intitulé : De cursu stellarum ratio, qualiter ad officium implendum debeat observari . La récitation d’une longueur déterminée de prières, l’appréciation de la quantité de cire qu’un cierge avait consumée ou de la différence de niveau dans l’huile d’une lampe étaient encore des procédés rudimentaires. La Règle du Maître veut que deux frères fassent la veillée et consultent souvent l’horologium. C’est à l’Abbé en personne ou à un moine zélé, agissant sous la responsabilité de l’Abbé, que N. B. Père confiera le soin d’appeler à L’ŒUVRE de Dieu (chap. XLVII) ; mais il lui fallait bien prévoir les erreurs et les oublis, et nous l’entendrons consentir à ce qu’on abrège l’office, si le sommeil des moines a été malencontreusement prolongé.

Quant au temps qui reste après les vigiles, il sera employé à l’étude par les frères qui ont besoin d’apprendre quelque chose du psautier ou des lectures.

On ne se recouchait pas après l’office de nuit. Les anciens moines redoutaient que ce repos supplémentaire ne fit perdre aux âmes l’élan surnaturel qu’avaient imprimé les saintes veilles et ne fournît une occasion aux illusions diaboliques . Quelques législateurs, en particulier le Maître, et aussi des Abbés bénédictins, étaient cependant moins sévères. Même aux règles strictes il y avait des exceptions, dont on trouvera le détail dans D. Martène et D. Calmet : par exemple, lorsque les moines avaient été réveillés trop tôt, lorsqu’ils étaient souffrants.
Il eût été indiscret, pendant les Vigiles d’hiver, de prolonger depuis deux heures et demie jusqu’à six heures la psalmodie et les lectures. Celles-ci, nous le verrons, étaient très étendues en cette saison. Il restait pourtant jusqu’à Matines (c’est-à-dire jusqu’à Laudes) un intervalle de durée variable : les frères qui ont besoin d’étudier quelque chose (mot à mot : à qui il manque quelque chose du Psautier ou des leçons), le consacreront à cette étude. En style de basse latinité, ce terme meditari, dit D. Calmet, a souvent la signification d’étudier, d’apprendre par cœur, de réciter. Rappelons-nous qu’au temps de saint Benoît on accueillait dans le monastère des frères illettrés oit peu instruits et des enfants. Il fallait se mettre en état de suivre intelligemment l’office divin, d’y faire même fonction de lecteur ou de chantre. Dès le début de sa vie monastique, on travaillait à fixer dans sa mémoire tout le Psautier ; on apprenait par cœur les leçons brèves, les formules liturgiques les plus usuelles. Ceux qui devaient lire chaque nuit l’Écriture ou les Pères dans des manuscrits aux abréviations nombreuses, maculés peut-être par l’usage et dont l’encre avait pâli, à la lueur d’une lampe fumeuse, et sans le secours des lunettes, ajoute, D. Calmet : tous ceux-là avaient besoin ordinairement d’une préparation immédiate. Si le lecteur ne se faisait pas comprendre, les auditeurs n’avaient pas, comme nous, la ressource de recourir à leurs livres : car les bréviaires n’étaient pas inventés et les codices étaient rares. Tous enfin avaient besoin d’approfondir le sens des paroles sacrées. Et pour cette préparation, indispensable à la dignité de l’office divin, saint Benoît choisit les heures de silence et de recueillement ; c’est un supplément aux deux heures de lectio divina assurées quotidiennement aux moines. Cette disposition de la Règle n’est pas périmée ; même aujourd’hui on ne s’improvise pas lecteur. C’est un spectacle douloureux que de voir un homme ayant appris le latin se débattre sur dix lignes de l’Ecriture ou des Pères, multiplier les fausses coupures, les fautes d’accent, les solécismes. Ne traitons jamais le Seigneur comme un barbare.
Mais les frères qui savaient leurs leçons et leur Psautier, que faisaient-ils donc jusqu’à Laudes ? Il y a tout lieu de supposer qu’ils ne retournaient pas se coucher. C’est un temps laissé à la dévotion des religieux ou à la disposition de l’Abbé, remarque D. Hugues Ménard ; saint Benoît n’a point déterminé minutieusement l’emploi de tous les instants. Les moines consacraient ceux-ci à la prière et à la doctrine surnaturelle ; mais on chercherait en vain chez N. B. Père et les anciens la prescription d’une demi-heure ou d’une heure d’oraison, encore moins la fixation d’une méthode . On nous demande parfois sérieusement quels pouvaient bien être alors les sujets de méditation La sainte liturgie en fournissait d’innombrables et de toujours neufs. La prière privée elle-même puisait sa sève dans la prière de l’Église et demeurait catholique, simple, vivante comme elle. Il n’était venu à la pensée de personne d’emprisonner les mouvements de l’âme dans des moules rigides et de substituer à la spontanéité joyeuse de leur expression la morne banalité de formules toutes faites. Il n’est pas facile d’épuiser l’étude des psaumes, l’étude des autres portions de l’Écriture, l’étude des saints Pères l’étude de l’histoire de l’Église et des saints : qui donc pourrait se flatter de n’avoir plus besoin de s’y appliquer ? Et puis. alors même qu’une longue pratique nous a familiarisés avec les prières liturgiques, et précisément à raison de cette habitude, il nous faut revivifier toutes choses par une étude incessante, si nous ne voulons pas tomber dans une sorte de psittacisme, où la voix seule et les membres font leur office matériel sans que l’intelligence intervienne. La psalmodie n’est-elle pas en péril de devenir un simple exercice de vocalise et de mémoire ? Tout passe si facilement en nous dans la catégorie de l’inconscient et des réflexes.

De Pâques au 1er novembre, l’horaire sera réglé de telle sorte qu’après un très court intervalle pendant lequel les frères sortiront pour les, nécessités de la nature, l’office des vigiles soit aussitôt suivi des laudes qui doivent être célébrées au lever du jour.

Au cours de l’été, ce n’est plus l’appréciation de la huitième heure qui détermine le commencement de l’office de nuit : c’est la coïncidence qui doit exister entre l’heure où le soleil se lève et le premier office du jour. Encore que variable lui aussi selon les saisons, ce moment de l’aube est pourtant le point fixe d’après lequel on calculera l’heure du réveil. Il faudra qu’avant l’aurore on ait eu simplement le loisir de célébrer de courtes Vigiles ; entre cet office et celui du matin on ménagera seulement aux frères quelques instants pour les besoins naturels ; la méditation des psaumes et des leçons est renvoyée dans cette saison à un autre moment .
En dépit de la brièveté de l’office de nuit, les moines, qui s’étaient couchés plus tard qu’en hiver et levés presque à même heure, avaient eu moins de sommeil : c’est pourquoi N. B. Père leur accorde la sieste, après le repas qui a lieu ordinairement à la sixième heure (chapitre XLVlll). Nous verrons aux chapitres XI et XIV les exceptions apportées aux dispositions du présent chapitre.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Prières usuelles

Signum crucis Signe de croix
IN nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Symbolum Apostolorum Symbole des Apôtres
CREDO in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen. Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ Son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, est assis à la droite du Père tout-puissant, d'où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en L'Esprit Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.
Salve Regina Salut, ô Reine
Salve Regína, Mater misericórdiæ, vita dulcédo, et spes nostra, salve. Ad te clamámus éxsules fílii Evæ; ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle. Salut, Reine, mère de miséricorde, vie, douceur, et notre espérance, salut. Vers vous, nous crions,, enfants d'Eve exilés. Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte: Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde. O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. Et donc, notre avocate, tournez vos yeux miséricordieux vers les vôtres. Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles, montre-le nous après notre exil.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria. O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissiónibus Christi.
℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
℣. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriosae Virginis Matris Mariae corpus et animam, ut dignum Filii tui habitaculum effici mereretur, Spiritu Sancto cooperante, praeparasti: da, ut cuius commemoratione laetamur; eius pia intercessione, ab instantibus malis, et a morte perpetua liberemur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
Dieu éternel et tout puissant qui avec la coopération du Saint Esprit a préparé le corps et l'Esprit de la glorieuse Vierge-Mère Marie à devenir une demeure digne de Ton Fils; puissions-nous, par son intercession aimante, être délivrés des maux actuels et de la mort éternelle, nous qui nous réjouissons de sa commémoration. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
Le "Salve Regina" est la prière privilégiée du temps "dans l'année" après la Pentecôte. Elle se chante (ou se récite) surtout après la fin du temps pascal jusqu'au premier dimanche de l'Avent (exclus).
ANGELUS ANGELUS
℣. Ángelus * Dómini nuntiávit Maríæ. ℣. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
℟. Et concépit de Spíritu Sancto. ℟. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ecce ancílla Dómini. ℣. Me voici, servante du Seigneur,
℟. Fiat mihi secúndum verbum tuum. ℟. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Et Verbum caro factum est. ** ℣. Et le Verbe S’est fait chair
℟. Et habitávit in nobis. ℟. Et Il a habité parmi nous.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei génetrix. ℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
℟. Ut digni efficiámur promissiónibus Christi. ℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Orémus.
Grátiam tuam, quæsumus, Dómine, méntibus nostris infúnde; ut qui, Ángelo nuntiánte, Christi Fílii tui incarnatiónem cognóvimus, *
per passiónem eius et crucem, ad resurrectiónis glóriam perducámur.
Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Prions.
Répands, Seigneur, Ta grâce en nos âmes. Par le message de l’ange, nous avons connu l’incarnation de Ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par Sa passion et par Sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur. ℟. Amen.
* L'angélus se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une "pleine-volée". Les tintements correspondent au début du versicule, du répons et de l'Ave.
** On a coutume d'incliner légèrement la tête à ce versicule en signe de révérence pour le mystère de l'Incarnation.
On récite habituellement la prière de l'Angelus trois fois par jour, à 7 heures, midi et 19 heures. Dans certains endroits, cette prière ce récite donc après l'office de laudes, celui de sexte et après complies.
Au temps pascal, cette prière est remplacée par le Regina caeli.
Angele Dei Angele Dei (prière à l'Ange gardien)
ANGELE DEI, qui custos es mei, Me tibi commissum pietate superna; (Hodie, Hac nocte) illumina, custodi, rege, et guberna. Amen. ANGE DE DIEU, qui êtes mon gardien, puisque le ciel m'a confié à vous dans sa bonté, (aujourd'hui, cette nuit) éclairez-moi,gardez-moi, dirigez-moi et gouvernez-moi. Amen.
Benedictio Ante Mensam Bénédiction avant le repas
℣. Benedicite. (℟. Benedicite.)
BENEDIC, Domine, nos et haec tua dona * quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen.
℣. Bénissez. (℟. Bénissez.)
BENIS nous, Seigneur, et les dons qui viennent de Toi, par lesquels, de Ta largesse, nous sommes rassasiés. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Ante prandium: Avant le déjeuner :
Mensae caelestis participes * faciat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse participer à la table céleste. ℟. Amen.
Ante cenam: Avant le dîner :
Ad cenam vitae aeternae * perducat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse parvenir au festin de la vie éternelle. ℟. Amen.
Benedictio Post Mensam Bénédiction d'après le repas
AGIMUS tibi gratias, omnipotens Deus, pro universis beneficiis tuis, * qui vivis et regnas in saecula saeculorum. ℟. Amen. Nous Te rendons-grâces, Dieu tout puissant, pour tous Tes bienfaits, Toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
℣. Deus det nobis suam pacem. ℣. Que Dieu nous donne Sa paix.
℟. Et vitam aeternam. ℟. Amen. ℟. Et la vie éternelle. Amen.
 Rosarium  Rosaire
Initium Commencement
Signum crucis Signe de croix
Romae: A Rome :
℣. Domine, labia mea aperies,
℟. Et os meum annuntiabit laudem tuam.
℣. Deus in adiutorium meum intende,
℟. Domine ad adiuvandum me festina.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres,
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
℣. Dieu, viens à mon aide,
℟. Seigneur, vite à mon secours.
Ad Crucem: Sur la croix :
Symbolum Apostolorum Symbole des apôtres
Ad grana maiora: Sur les gros grains :
Oratio Dominica (Pater noster) Prière du Seigneur (Notre Père)
Ad grana minora: Sur les petits grains :
Ave Maria Je vous salue Marie
Ad finem decadum: A la fin de chaque dizaine :
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Le Vendredi saint on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem.
℣. Mortem autem crucis.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort.
℣. Et la mort de la croix.
Le Samedi saint, on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis.
℣. Propter quod et Deus exaltavit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
℣. C'est pourquoi Dieu L'a exalté : et Il Lui a donné le Nom qui est au dessus de tout Nom.
Oratio Fatima Prière de Fatima
O MI IESU, dimitte nobis debita nostra, libera nos ab igne inferni, conduc in caelum omnes animas, praesertim illas quae maxime indigent misericordia tua. O mon Jésus, pardonne-nous nos péchés, préserve-nous du feu de l'enfer, et conduis au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de Ta sainte miséricorde.
Meditationes Rosarii Méditations du Rosaire
In feria secunda et sabbato Le lundi et le samedi
I. Mysteria Gaudiosa I. Mystères joyeux
1. Quem, Virgo, concepisti. [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Quem visitando Elisabeth portasti. [Lc 1,39-45]
3. Quem, Virgo, genuisti. [Lc 2,6-12]
4. Quem in templo praesentasti. [Lc 2,25-32]
5. Quem in templo invenisti. [Lc 2,41-50]
1. Annonciation [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Visitation [Lc 1,39-45]
3. Nativité [Lc 2,6-12]
4. Présentation au Temple [Lc 2,25-32]
5. Recouvrement au Temple [Lc 2,41-50]
In feria quinta Le jeudi
II. Mysteria Luminosa II. Mystères lumineux
1. Qui apud Iordanem baptizatus est. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Qui ipsum revelavit apud Canense matrimonium. [In 2,1-11]
3. Qui Regnum Dei annuntiavit. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. Qui transfiguratus est. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. Qui Eucharistiam instituit.[In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
1. Le Baptême au Jourdain. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Les Noces de Cana. [In 2,1-11]
3. L'annonce du Royaume. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. La Transfiguration. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. L'institution de l'Eucharistie. [In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
In feria tertia et feria sexta Le mardi et le vendredi
III. Mysteria dolorosa III. Mystères douloureux
1. Qui pro nobis sanguinem sudavit. [Lc 22,39-46]
2. Qui pro nobis flagellatus est. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Qui pro nobis spinis coronatus est. [In 19,1-8]
4. Qui pro nobis crucem baiulavit. [In 19,16-22]
5. Qui pro nobis crucifixus est. [In 19,25-30]
1. L'Agonie au jardin des oliviers. [Lc 22,39-46]
2. Le Flagellation. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Le Couronnement d'épines. [In 19,1-8]
4. Le Portement de Croix. [In 19,16-22]
5. La Crucifixion. [In 19,25-30]
In feria quarta et Dominica Le mercredi et le dimanche
IV. Mysteria gloriosa IV. Mystères glorieux
1. Qui resurrexit a mortuis. [Mc 16,1-7]
2. Qui in caelum ascendit. [Lc 24,46-53]
3. Qui Spiritum Sanctum misit. [Acta 2,1-7]
4. Qui te assumpsit. [Ps 16,10]
5. Qui te in caelis coronavit. [Apoc 12,1]
1. La Résurrection. [Mc 16,1-7]
2. L'Ascension. [Lc 24,46-53]
3. L'Effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. [Acta 2,1-7]
4. L'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. [Ps 16,10]
5. Le Couronnement aux cieux de la Bienheureuse Vierge Marie. [Apoc 12,1]
Orationes ad Finem Rosarii Dicendae Prières dites à la fin de la récitation du Rosaire
Salve Regina Salve Regina
℣. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
℣. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu.
℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
DEUS, cuius Unigenitus per vitam, mortem et resurrectionem suam nobis salutis aeternae praemia comparavit, concede, quaesumus: ut haec mysteria sacratissimo beatae Mariae Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
O DIEU, qui, par la vie, la mort et la résurrection de Ton Fils unique, nous a obtenu les récompenses du salut éternel, accorde-nous, nous T'en supplions, qu'en méditant sur les mystères du très saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge-Marie, nous imitions ce qu'ils contiennent et obtenions ce qu'ils promettent. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
 Gloria Patri Gloire au Père (Doxologie) 
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
ACTUS CONTRITIONIS ACTE DE CONTRITION
DEUS meus, ex toto corde paenitet me omnium meorum peccatorum, eaque detestor, quia peccando, non solum poenas a Te iuste statutas promeritus sum, sed praesertim quia offendi Te, summum bonum, ac dignum qui super omnia diligaris. Ideo firmiter propono, adiuvante gratia Tua, de cetero me non peccaturum peccandique occasiones proximas fugiturum. Amen. Mon Dieu, de tout mon coeur je fais pénitence pour tous mes péchés. Je les déteste non seulement à cause de Tes justes punitions auxquelles je suis promis, mais surtout parce que je T'ai offensé, Toi qui es infiniment bon et qui es digne de tout mon amour. Je prends donc la ferme résolution, avec l'aide de Ta grâce, de ne plus pécher et de fuir les occasions proches de pécher. Amen.
Oratio ante colligationem in interrete Prière avant de se connecter à l'internet.
OMNIPOTENS aeterne Deus, qui nos secundum imaginem Tuam plasmasti, et omnia bona, vera, pulchra, praesertim in divina persona Unigeniti Filii Tui Domini nostri Iesu Christi, quaerere iussisti, praesta quaesumus ut, per intercessionem Sancti Isidori, Episcopi et Doctoris, in peregrinationibus per interrete factis et manus oculosque ad quae Tibi sunt placita intendamus et omnes quos convenimus cum caritate ac patientia accipiamus. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen. Dieu Éternel et Tout Puissant qui nous a créés à Ton image et nous ordonne de rechercher ce qui est bon, vrai et beau, spécialement dans la personne divine de Ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, nous T’implorons par l’intercession de Saint Isidore Évêque et Docteur de nous aider pendant nos voyages à travers l’Internet à diriger nos mains et nos yeux vers ce qui T’est agréable, et à accueillir avec charité et patience tous ceux que nous rencontrerons. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Oratio S. Thomae Aquinatis ante studium Prière de S. Thomas d'Aquin avant l'étude
Creátor ineffábilis, qui de thesáuris sapiéntiæ tuæ tres Angelórum hiearchías designásti et eas super cœlum empýreum miro órdine collocásti, atque univérsi partes elegantíssime distribuísti: Tu, inquam, qui verus fons lúminis et sapiéntiæ díceris ac superéminens princípium, infúndere dignéris super intelléctus mei ténebras tuæ rádium claritátis, dúplices, in quibus natus sum, a me rémovens ténebras, peccátum scílicet et ignorántiam. Tu, qui linguas infántium facis disértas, linguam meam erúdias atque in lábiis meis grátiam tuæ benedictiónis infúndas. Da mihi intelligéndi acúmen, retinéndi capacitátem, addiscéndi modum et facilitátem, interpretándi subtilitátem, loquéndi grátiam copiósam. Ingréssum ínstruas, progréssum dírigas, egréssum cómpleas. Tu, qui es verus Deus et Homo, qui vivis et regnas in sǽcula sæculórum. Amen. Créateur ineffable, qui, des trésors de Ta sagesse, a formé les trois hiérachies des anges, les a placées au-dessus des cieux dans un ordre merveilleux, et a façonné et distribué de façon exquise toutes les parties de l'univers ; Toi qui es la vraie source de la lumière et de la sagesse et leur principe suréminent, daigne répandre Ta clarté sur l’obscurité de mon intelligence ; chasse de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance. Donne-moi : la pénétration pour comprendre, la mémoire pour retenir, la méthode et la facilité pour apprendre, la lucidité pour interpréter, une grâce abondante pour m’exprimer. Aide le commencement de mon travail, diriges-en le progrès, couronnes-en la fin. Toi, qui es vrai Dieu et vrai homme, et qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Ordo liturgique du vendredi 11 octobre 2019 au dimanche 10 novembre 2019

vendredi 11 octobre 2019
Feria VI - Hebdomada XXVII per annum

FERIE ou S. Ioannis XXIII, papae, memoria ad libitum.
Bx Jean XXIII, pape
Joseph Roncalli fut élu pape en 1958. L'initiateur du Concile Vatican II a donné à l'Église un souffle nouveau (†1963) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 12 octobre 2019
Sabbato - Hebdomada XXVII per annum

FERIE
St Séraphin d'Ascoli, frère
Frère capucin, illettré, il commentait merveilleusement bien l'Évangile (†1604) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 13 octobre 2019
Dominica - Hebdomada XXVIII per annum

Dominica XXVIII per annum.

St Théophile d'Antioche, évêque
Évêque, homme cultivé, écrivain apologiste, il défendit, face à la culture païenne, la doctrine chrétienne († vers 180) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 14 octobre 2019
Feria II - Hebdomada XXVIII per annum

FERIE ou S. Callisti I, papae et martyris, memoria ad libitum.
St Callliste 1er, pape et martyr
Pape, alors qu'il était diacre, il eut la charge des catacombes qui portent aujourd'hui son nom. Il mourut martyr en 222 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 15 octobre 2019
Feria III - Hebdomada XXVIII per annum

S. Teresiae a Iesu, virginis et Ecclesiae doctoris, Memoria.

Ste Thérèse d’Avila, vierge et docteur de l'Église
Religieuse, elle réforma l'Ordre du Carmel. Docteur de l’Église, elle propose un chemin vers la sainteté par l'oraison (†1582) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 16 octobre 2019
Feria IV - Hebdomada XXVIII per annum

FERIE ou S. Margaritae Mariae Alacoque, virginis, memoria ad libitum.
Ste Edwige, religieuse
Mère de famille et religieuse (†1243) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 17 octobre 2019
Feria V - Hebdomada XXVIII per annum

S. Ignatii Antiocheni, episcopi et martyris, Memoria.

St Ignace d’Antioche, évêque et martyr
Évêque d'Antioche, il exhorta par son courage et ses écrits les chrétiens d'Asie Mineure. Martyr en 107 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 18 octobre 2019
Feria VI - Hebdomada XXVIII per annum

S. Lucae, evangelistae, Festum.

St Luc, évangéliste
Évangéliste et auteur des actes des Apôtres, "peintre " de la Sainte Vierge, il serait mort martyr à Patras en Grèce. - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 19 octobre 2019
Sabbato - Hebdomada XXVIII per annum

FERIE ou S. Pauli a Cruce, presbyteri, memoria ad libitum.
Sts Jean de Brébeuf et Isaac Jogues, prêtres et leurs compagnons martyrs
Jésuites français martyrisés en Amérique du Nord avec leurs compagnons entre 1642 et 1649 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 20 octobre 2019
Dominica - Hebdomada XXIX per annum

Dominica XXIX per annum.

St Corneille
Baptisé par St Pierre, il est le premier chrétien non juif. - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 21 octobre 2019
Feria II - Hebdomada XXIX per annum

FERIE
Ste Marguerite Clitherow
Mère de famille, condamnée à mort à York parce qu'elle avait aidé des prêtres catholiques (†1586) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 22 octobre 2019
Feria III - Hebdomada XXIX per annum

FERIE ou S. Ioannis Pauli II, papae, memoria ad libitum.
Bx Jean-Paul II, pape
Pape 1978-2005 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 23 octobre 2019
Feria IV - Hebdomada XXIX per annum

FERIE ou S. Ioannis de Capestrano, presbyteri, memoria ad libitum.
St Jean de Capistran, prêtre
Franciscain, brillant prédicateur, il prêcha la croisade contre les Turcs (†1456) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 24 octobre 2019
Feria V - Hebdomada XXIX per annum

FERIE ou S. Antonii Mariae Claret, episcopi, memoria ad libitum.
St Antoine-Marie Claret, évêque
Archevêque de Santiago de Cuba, fondateur d'une congrégation missionnaire dite des pères clarétins. Mort en exil en 1870 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 25 octobre 2019
Feria VI - Hebdomada XXIX per annum

FERIE
Dédicace des églises consacrées
Dans les églises dont on ignore la date de consécration - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 26 octobre 2019
Sabbato - Hebdomada XXIX per annum

FERIE
Bx Bonaventure de Potenza
De l'ordre des frères mineurs, il excellait dans toutes les vertus en particulier l'obéissance (†1711) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 27 octobre 2019
Dominica - Hebdomada XXX per annum

Dominica XXX per annum.

St Évariste, pape
Pape et martyr sous le règne de Trajan. Il organisa les paroisses de Rome - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 28 octobre 2019
Feria II - Hebdomada XXX per annum

Ss. Simonis et Iudae, apostolorum, Festum.

Sts Simon et Jude, apôtres
Selon la tradition, ils auraient évangélisé la Perse où ils seraient morts martyrs. - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 29 octobre 2019
Feria III - Hebdomada XXX per annum

FERIE
Bx Gaétan Errico, prêtre
Prêtre à Naples, lors d'une vision de St Alphonse de Liguori, il fonda une congrégation missionnaire (†1860) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 30 octobre 2019
Feria IV - Hebdomada XXX per annum

FERIE
Bse Bienvenue Bojani
D'une famille illustre, elle se sanctifia par la prière et le service des pauvres, comme tertiaire dominicaine (†1292) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 31 octobre 2019
Feria V - Hebdomada XXX per annum

FERIE
St Quentin, martyr
Apôtre de la Picardie avec St Lucien de Beauvais. Martyr à la fin du IIIème siècle - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 1 novembre 2019
Feria VI - Hebdomada XXX per annum

OMNIUM SANCTORUM, Sollemnitas.

TOUS LES SAINTS
- Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 2 novembre 2019
Sabbato - Hebdomada XXX per annum

IN COMMEMORATIONE OMNIUM FIDELIUM DEFUNCTORUM, Commemoratio.

TOUS LES FIDÈLES DÉFUNTS
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 3 novembre 2019
Dominica - Hebdomada XXXI per annum

Dominica XXXI per annum.

St Martin de Porrès, religieux
Dominicain à Lima, il rayonna de simplicité et de charité. Il est vénéré par tous les Indiens et les Noirs d'Amérique (†1639) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 4 novembre 2019
Feria II - Hebdomada XXXI per annum

S. Caroli Borromeo, episcopi, Memoria.

St Charles Borromée, évêque
Archevêque de Milan, d'une charité exemplaire, il répandit dans son diocèse la contre-réforme (†1584) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 5 novembre 2019
Feria III - Hebdomada XXXI per annum

FERIE
Bx Gomidas Keumurdjan, prêtre
Prêtre arménien, uni à Rome, il fut persécuté par ses proches et des musulmans (†1707) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 6 novembre 2019
Feria IV - Hebdomada XXXI per annum

FERIE
St Léonard de Limoges, ermite
Ermite, fondateur de l'abbaye de Noblat, visiteur de prisonniers (†VIe siècle) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 7 novembre 2019
Feria V - Hebdomada XXXI per annum

FERIE
St Willibrord, évêque
Évêque d'Utrecht, évangélisateur de la Frise, mort à Echternarch en 739 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 8 novembre 2019
Feria VI - Hebdomada XXXI per annum

FERIE
Bse Élisabeth de la Trinité, religieuse
Élisabeth Catez fut carmélite à Dijon. Sa vie ne fut qu'offrande. Elle mourut de la maladie d'Addison à l'âge de 26 ans en 1900 - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 9 novembre 2019
Sabbato - Hebdomada XXXI per annum

IN DEDICATIONE BASILICAE LATERANENSIS, Festum.

Dédicace de la Basilique du Latran
Anniversaire de la dédicace faite vers l'an 324. "Mère et Tête de toutes les Églises ", cette basilique est le signe de l'autorité du pape sur toute la chrétienté - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 10 novembre 2019
Dominica - Hebdomada XXXII per annum

Dominica XXXII per annum.

St Léon le Grand, pape et docteur de l'Église
Homme courageux, il fit face à Attila et défendit avec vigueur le dogme de l'Incarnation (†461) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word