Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Martyrologe du mardi 17 décembre 2019

Martyrologe
Le 17 décembre
1. À Jérusalem, en 634, saint Modeste, évêque. Après la prise de la Ville sainte et sa dévastation par les Perses, il releva les monastères, les remplit de moines et reconstruisit à grand peine les sanctuaires détruits par l’incendie.
2. À Eleuthéropolis en Palestine, l’an 638, la passion de cinquante saints soldats, qui, au temps de l’empereur Héraclius, furent tués pour la foi du Christ par les Sarrasins qui avaient pris Gaza.
3*. En Bretagne, l’an 658, saint Judicaël, roi de Domnonée, qui contribua beaucoup à établir la paix entre les Bretons et les Francs et, après avoir quitté sa charge, termina sa vie au monastère de saint Méen.
4. À Andenne dans le Brabant, en 693, sainte Begge, veuve. Sœur de sainte Gertrude de Nivelles, après l’assassinat de son mari Ansegise, elle fonda le monastère de la bienheureuse Vierge Marie, sous les règles des saints Colomban et Benoît.
5. Au monastère de Fulda en Saxe, l’an 779, saint Sturmi, abbé. Disciple de saint Boniface, il évangélisa la Saxe et prit soin de construire, à la demande de son maître, ce célèbre monastère, dont il fut le premier abbé.
6*. Au mont Mercure en Lucanie, au Xe siècle, saint Christophe de Collesano, moine, qui avec toute sa famille travailla grandement à propager la vie monastique.
7. À Bigard près de Bruxelles, en 1170, sainte Wiwine, première abbesse du monastère de Sainte-Marie.
8. À Rome, sur le Célius, en 1213, saint Jean de Matha, prêtre d’origine française, fondateur de l’Ordre de la Sainte Trinité pour le rachat des captifs.
9. À Barcelone en Catalogne, l’an 1901, le saint Joseph Manyanet y Vives, prêtre, qui fonda la Congrégation des Fils et des Filles de la Sainte Famille, pour qu’à l’exemple de la famille de Jésus, Marie et Joseph à Nazareth, toutes les familles atteignent la perfection.
10*. En Espagne, la bienheureuse Mathilde a Sacro Corde Tellez Robles, vierge
11*. À Rome, près de Sainte-Sabine sur l’Aventin, en 1916, le bienheureux Hyacinthe (Henri) Cormier, prêtre, Maître général de l’Ordre des Prêcheurs, qu’il dirigea avec prudence, en encourageant beaucoup les études théologiques et spirituelles.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Invitatoire du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Invitatorium
Ad Invitatorium
A la liturgie lue :
Ante Officium quod a solo persolvitur, dici potest sequens oratio:Avant l'office récité seul, on peut dire la prière suivante :
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum tuum; munda cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus; intelléctum illúmina, afféctum inflámma, ut digne, atténte ac devóte hoc Offícium recitáre váleam, et exaudíri mérear ante conspéctum divínæ maiestátis tuæ. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.Ouvre mes lèvres, Seigneur, afin qu’elles bénissent Ton saint Nom, purifie aussi mon cœur de toute pensée vaine, mauvaise, étrangère. Éclaire mon intelligence, enflamme mon amour, afin que je puisse réciter cet office avec respect, attention et dévotion, et mériter d’être exaucé en présence de Ta divine majesté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.
℣. Dómine, lábia mea apéries. ℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.℣. Seigneur, ouvre mes lèvres. ℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Psalmus 94 (95)Psaume 94 (95)
Invitatio ad laudem DeiInvitation à la louange de Dieu
Adhortamini vosmetipsos per singulos dies, donec illud «hodie» vocatur (Hebr 3, 13).Exhortez-vous mutuellement chaque jour, tant que vaut cet « aujourd'hui ».
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut. Accourons devant Sa face dans l'action de grâce, dans des psaumes, jubilons pour Lui.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quia in manu eius sunt profúnda terræ, et altitúdines móntium ipsíus sunt. Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illud, et siccam manus eius formavérunt. Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au-dessus de tous les dieux. Car dans Sa main sont les profondeurs de la terre, et que les hauteurs des montagnes sont à Lui. Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Veníte, adorémus et procidámus et génua flectámus ante Dóminum, qui fecit nos, quia ipse est Deus noster, et nos pópulus páscuæ eius et oves manus eius. Venez, adorons, prosternons - nous devant Dieu, et fléchissons les genoux devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Sa main.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Utinam hódie vocem eius audiátis: «Nolíte obduráre corda vestra, sicut in Meríba secúndum diem Massa in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt me, etsi vidérunt ópera mea. Si seulement aujourd'hui, vous entendiez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs, comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert, où Me tentèrent vos pères ; ils M'éprouvèrent, alors qu'ils avaient vu Mes oeuvres.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Quadragínta annis tæduit me generatiónis illíus, et dixi: Pópulus errántium corde sunt isti. Et ipsi non cognovérunt vias meas; ídeo iurávi in ira mea: Non introíbunt in réquiem meam». Pendant quarante ans, J'ai été le dégoût de cette génération et J'ai dit : ils sont un peuple errant de coeur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : c'est pourquoi Je leur ai juré dans Ma colère, ils n'entreront pas dans Mon repos.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.

Si le psaume 94 est récité pendant la liturgie de ce jour, à une des heures suivantes, on peut prendre un autre psaume comme invitatoire, au choix :
vel:ou :
Psalmus 99 (100)Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientiumJoie de l’entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Iubiláte Dómino, omnis terra, * servíte Dómino in lætítia; introíte in conspéctu eius * in exsultatióne. Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus;  ipse fecit nos, et ipsíus sumus, * pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Introíte portas eius in confessióne,  átria eius in hymnis, * confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez Ses portes avec des louanges, Ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez Son nom.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Quóniam suávis est Dóminus;  in ætérnum misericórdia eius, * et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; Sa miséricorde est éternelle, * et Sa vérité demeure de génération en génération.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
vel:ou :
Psalmus 66 (67)Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteanturToutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28).Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage, afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Læténtur et exsúltent gentes,  quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous. La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu, que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
vel:ou :
Psalmus 23 (24)Psaume 23 (24)
Domini in templum adventusAvènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus).Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu’il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Dómini est terra et plenitúdo eius, * orbis terrárum et qui hábitant in eo. Quia ipse super mária fundávit eum * et super flúmina firmávit eum. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Quis ascéndet in montem Dómini, * aut quis stabit in loco sancto eius? Innocens mánibus et mundo corde,  qui non levávit ad vana ánimam suam, * nec iurávit in dolum. Hic accípiet benedictiónem a Dómino * et iustificatiónem a Deo salutári suo. Hæc est generátio quæréntium eum, * quæréntium fáciem Dei Iacob. Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans Son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur. Telle est la race de ceux qui Le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in prœlio. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prope est iam Dóminus: veníte, adorémus.Ant. Le Seigneur est tout proche : venez, adorons.
Psalmus cum sua antiphona, pro opportunitate, omitti potest quando Invitatorium Laudibus matutinis præponendum est. Le psaume [invitatoire] avec son antienne, si c'est opportun, peut être omis lorsque l'invitatoire précède immédiatement les Laudes du matin.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vigiles (OSB) du mardi 17 décembre 2019


Avertissement : l'affichage de cet office est encore incomplet. Il manque des traductions et seul le psautier est renseigné. Le propre du temps et des saints n'est pas encore entièrement disponible. Aidez-nous pour les traductions, merci.
Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
Ter dicitur: On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio. Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3 Psaume 3
Dominus protector meus Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus). Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me, Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo». Beaucoup disent à mon âme: Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum. Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur et ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo. De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me. Je me suis endormi, et j'ai été assoupi; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus; Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti. Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua. Le salut vient du Seigneur; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
Consors patérni lúminis,
lux ipse lucis et dies,
noctem canéndo rúmpimus:
assíste postulántibus.

Aufer tenébras méntium,
fuga catérvas dæmonum,
expélle somnoléntiam
ne pigritántes óbruat.

Sic, Christe, nobis ómnibus
indúlgeas credéntibus,
ut prosit exorántibus
quod præcinéntes psállimus.

Sit, Christe, rex piíssime,
tibi Patríque glória
cum Spíritu Paráclito,
in sempitérna sæcula. Amen.
Clarté de clarté, Toi, le Jour,
Qui partages l'éclat du Père,
Soutiens-nous dans notre prière,
Quand nos chants déchirent la nuit.

Chasse les ténèbres de l'âme,
fais fuir les troupes des démons ;
dissipe notre somnolence
et garde-nous de la paresse.

Montre toi bienveillant, ô Christ,
envers nous qui croyons en Toi ;
que profite à ceux qui te prient
l'hymne chantée à Ta louange !

O Christ, ô Roi plein de bonté,
gloire à Toi et gloire à Ton Père,
avec l'Esprit Consolateur,
à travers les siècles sans fin.
IN I NOCTURNO AU Ier NOCTURNE
Ant. 1 Adiútor * in tribulatónibus.Ant. 1 Le secours dans la tribulation.
Psalmus 45 (46) Psaume 45 (46)
Deus refugium et virtus Dieu, refuge et force
Vocabunt nomen eius Emmanuel, quod est interpretatum Nobiscum Deus (Mt 1, 23). On Le nommera Emmanuel, ce qui veut dire Dieu Avec Nous (Mt 1, 23).
Deus est nobis refúgium et virtus, * adiutórium in tribulatiónibus invéntus est nimis. Dieu est notre refuge et notre force ; un secours que l'on rencontre toujours dans la tribulation.
Proptérea non timébimus, dum turbábitur terra, * et transferéntur montes in cor maris. Aussi sommes-nous sans crainte si la terre est bouleversée, si les montagnes s'abîment au sein de l'océan,
Fremant et intuméscant aquæ eius, * conturbéntur montes in elatióne eius. si les flots de la mer s'agitent, bouillonnent, et, dans leur furie, ébranlent les montagnes.
Flúminis rivi lætíficant civitátem Dei, * sancta tabernácula Altíssimi. Un fleuve réjouit de ses courants la cité de Dieu, le sanctuaire où habite le Très-Haut.
Deus in médio eius, non commovébitur; * adiuvábit eam Deus mane dilúculo. Dieu est au milieu d'elle : elle est inébranlable ; au lever de l'aurore, Dieu vient à son secours:
Fremuérunt gentes, commóta sunt regna; * dedit vocem suam, liquefácta est terra. Les nations s'agitent, les royaumes s'ébranlent ; Il fait entendre sa voix et la terre se fond d'épouvante.
Dóminus virtútum nobíscum, * refúgium nobis Deus Iacob. le Seigneur des armées est avec nous ; le Dieu de Jacob est pour nous une citadelle.
Veníte et vidéte ópera Dómini, * quæ pósuit prodígia super terram. Venez, contemplez les oeuvres du Seigneur, les dévastations qu'Il a opérées sur la terre !
Auferet bella usque ad finem terræ, † arcum cónteret et confrínget arma * et scuta combúret igne. Il a fait cesser les combats jusqu'au bout de la terre, Il a brisé l'arc, Il a rompu la lance, Il a consumé par le feu les chars de guerre :
Vacáte et vidéte quóniam ego sum Deus: * exaltábor in géntibus et exaltábor in terra. Arrêtez et reconnaissez que Je suis Dieu, Je domine sur les nations, Je domine sur la terre !
Dóminus virtútum nobíscum, * refúgium nobis Deus Iacob. le Seigneur des armées est avec nous, le Dieu de Jacob est pour nous une citadelle.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 46 (47) Psaume 46 (47)
Dominus universorum rex Le Seigneur est roi de l'univers
Sedet ad dexteram Patris, et regni eius non erit finis. Il est assis à la droite du père, et Son règne n'aura pas de fin.
Omnes gentes, pláudite mánibus, * iubiláte Deo in voce exsultatiónis, Vous tous, peuples, battez des mains, célébrez Dieu par des cris d'allégresse,
quóniam Dóminus Altíssimus, terríbilis, * rex magnus super omnem terram. car le Seigneur est très haut, redoutable, grand roi sur toute la terre.
Subiécit pópulos nobis * et gentes sub pédibus nostris. Il nous assujettit les peuples, Il met les nations sous nos pieds.
Elégit nobis hereditátem nostram, * glóriam Iacob, quem diléxit. II nous choisit notre héritage, la gloire de Jacob, Son bien-aimé.
Ascéndit Deus in iúbilo, * et Dóminus in voce tubæ. Dieu monte dans la joie ; Le Seigneur, au son de la trompette.
Psállite Deo, psállite; * psállite regi nostro, psállite. Chantez à Dieu, chantez ; chantez à notre Roi, chantez.
Quóniam rex omnis terræ Deus, * psállite sapiénter. Car Dieu est roi de toute la terre, chantez un cantique de louange.
Regnávit Deus super gentes, * Deus sedet super sedem sanctam suam. Dieu règne sur les nations, Il siège sur Son trône saint.
Príncipes populórum congregáti sunt * cum pópulo Dei Abraham, Les princes des peuples se réunissent pour former un peuple du Dieu d'Abraham,
quóniam Dei sunt scuta terræ: * veheménter elevátus est. car à Dieu sont les boucliers de la terre : Il est souverainement élevé.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Adiútor * in tribulatónibus.Ant. Le secours dans la tribulation.
Ant. 2 Magnus Dóminus * et laudábilis nimis.Ant. 2 Le Seigneur est grand, Il est l'objet de toute louange.
Psalmus 47 (48) Psaume 47 (48)
Gratiarum actio pro populi salute Action de grâce pour le salut du peuple
Sustulit me in spiritu super montem magnum... et ostendit mihi civitatem sanctam Ierusalem (Ap 21,10). Il me transporta en esprit sur une grande montagne... Et il me montra la cité sainte, Jérusalem (Ap 21,10).
Magnus Dóminus et laudábilis nimis * in civitáte Dei nostri. Le Seigneur est grand, Il est l'objet de toute louange, dans la cité de notre Dieu,
Mons sanctus eius collis speciósus, * exsultátio univérsæ terræ. Sa montagne sainte s'élève gracieuse, joie de toute la terre.
Mons Sion, extréma aquilónis, * cívitas regis magni. La montagne de Sion, aux extrémités du septentrion, la cité du grand roi.
Deus in dómibus eius notus * factus est ut refúgium. Dieu, dans ses palais, S'est fait connaître comme un refuge.
Quóniam ecce reges congregáti sunt, * convenérunt in unum. Car voici que les rois s'étaient réunis, ensemble ils s'étaient avancés.
Ipsi cum vidérunt, sic admiráti sunt, * conturbáti sunt, diffugérunt; Ils ont vu, soudain ils ont été dans la stupeur, éperdus, ils ont pris la fuite ;
illic tremor apprehéndit eos, * dolóres ut parturiéntis. là un tremblement les a saisis, une douleur comme celle de la femme qui enfante.
In spíritu oriéntis * cónteres naves Tharsis. Par le vent d'Orient Tu brises les vaisseaux de Tharsis.
Sicut audívimus, sic vídimus in civitáte Dómini virtútum, in civitáte Dei nostri; * Deus fundávit eam in ætérnum. Ce que nous avions entendu dire, nous l'avons vu dans la cité du Seigneur des armées; dans la cité de notre Dieu : Dieu l'affermit pour toujours.
Recogitámus, Deus, misericórdiam tuam * in médio templi tui. O Dieu nous rappelons la mémoire de Ta bonté, au milieu de Ton temple.
Secúndum nomen tuum, Deus, sic et laus tua in fines terræ; * iustítia plena est déxtera tua. Comme Ton nom, ô Dieu, ainsi Ta louange arrive jusqu'aux extrémités de la terre ; Ta droite est pleine de justice.
Lætétur mons Sion, et exsúltent fíliæ Iudæ * propter iudícia tua. Que la montagne de Sion se réjouisse, que les filles de Juda soient dans l'allégresse, à cause de Tes jugements.
Circúmdate Sion et complectímini eam, * numeráte turres eius. Parcourez Sion et faites-en le tour; comptez ses forteresses.
Pónite corda vestra in virtúte eius et percúrrite domos eius, * ut enarrétis in progénie áltera. observez son rempart, examinez ses palais, pour le raconter à la génération future.
Quóniam hic est Deus, Deus noster in ætérnum et in sæculum sæculi; * ipse ducet nos in sæcula. Voilà Dieu qui est notre Dieu à jamais et toujours ; Il sera notre guide dans tous les siècles.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 48 (49) Psaume 48 (49)
Vanitas divitiarum Vanité des richesses
Dives difficile intrabit in regnum cælorum (Mt 19, 23). Il est difficile à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux (Mt 19, 23).
Audíte hæc, omnes gentes, * áuribus percípite, omnes, qui habitátis orbem: Ecoutez tous ceci, ô peuples ; prêtez l'oreille vous tous habitants du monde,
quique húmiles et viri nóbiles, * simul in unum dives et pauper! hommes du commun et hommes de condition, ensemble riches et pauvres.
Os meum loquétur sapiéntiam * et meditátio cordis mei prudéntiam. Ma bouche va faire entendre des paroles sages, et mon coeur a des pensées pleines de sens.
Inclinábo in parábolam aurem meam, * apériam in psaltério ænígma meum. Je prête l'oreille aux sentences que Dieu m'inspire; j'explique mon énigme au son de la harpe.
Cur timébo in diébus malis, * cum iníquitas supplantántium circúmdabit me? Pourquoi craindrais-je aux jours du malheur, lorsque l'iniquité de mes persécuteurs m'assiège ?
Qui confídunt in virtúte sua * et in multitúdine divitiárum suárum gloriántur. Eux qui mettent leur confiance dans leurs biens, leur gloire dans leurs grandes richesses.
Etenim seípsum non rédimet homo; * non dabit Deo propitiatiónem suam. Un homme ne peut racheter son frère, ni payer à Dieu sa rançon.
Nímium est prétium redemptiónis ánimæ eius: † ad últimum defíciet, * ut vivat usque in finem, nec vídeat intéritum. Le rachat de leur vie est trop cher; il est à jamais impossible, pour qu'il vive éternellement, et qu'il ne voie jamais la fosse.
Et vidébit sapiéntes moriéntes; † simul insípiens et stultus períbunt * et relínquent aliénis divítias suas. Non, il la verra ; les sages meurent; l'insensé et le stupide périssent également, laissant à d'autres leurs biens.
Sepúlcra eórum domus illórum in ætérnum; † tabernácula eórum in progéniem et progéniem, * etsi vocavérunt nomínibus suis terras suas. Ils s'imaginent que leurs maisons seront éternelles; que leurs demeures subsisteront d'âge en âge, et ils donnent leurs noms à leurs domaines.
Et homo, cum sit in honóre, non permanébit; † comparátus est iuméntis, quæ péreunt, * et símilis factus est illis. Mais, même dans sa splendeur, l'homme ne dure pas; il est semblable aux bêtes de somme qui périssent.
Hæc via illórum, quorum fidúcia in semetípsis, * et finis eórum, qui cómplacent in ore suo. Tel est leur sort, à ces hommes si confiants, et à ceux qui les suivent en approuvant leurs discours.
Sicut oves in inférno pósiti sunt, * mors depáscet eos; Comme un troupeau, ils sont poussés en enfer, la mort est leur pasteur ;
descéndent præcípites ad sepúlcrum, † et figúra eórum erit in consumptiónem: * inférnus habitáculum eórum. le matin, les hommes droits dominent sur eux, et leur ombre se consumera en enfer, sans autre demeure.
Verúmtamen Deus rédimet ánimam meam, * de manu ínferi vere suscípiet me. Mais Dieu rachètera mon âme de la puissance de l'enfer, car il me prendra avec lui.
Ne timúeris, cum dives factus fúerit homo * et cum multiplicáta fúerit glória domus eius, Ne crains donc pas, quand un homme s'enrichit, quand s'accroît l'opulence de sa maison.
quóniam, cum interíerit, non sumet ómnia, * neque descéndet cum eo glória eius. Car il n'emportera rien à sa mort, son opulence ne descendra pas avec lui.
Cum ánimæ suæ in vita ipsíus benedíxerit: * «Laudábunt te quod benefecísti tibi», II aura beau s'estimer heureux pendant sa vie ; on aura beau te louer des jouissances que tu te donnes :
tamen introíbit ad progéniem patrum suórum, * qui in ætérnum non vidébunt lumen. Tu iras rejoindre la génération de tes pères, qui jamais ne reverront la lumière.
Homo, cum in honóre esset, non intelléxit; † comparátus est iuméntis, quæ péreunt, * et símilis factus est illis. L'homme, même dans sa splendeur, ne comprend pas, il est comparé aux bêtes de somme qui périssent, et il leur est devenu semblable.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Magnus Dóminus * et laudábilis nimis.Ant. Le Seigneur est grand, Il est l'objet de toute louange.
Ant. 3 Deus deórum, * Dóminus locútus est.Ant. 3 Le Dieu des dieux, le Seigneur a parlé.
Psalmus 49
Vera in Dominum pietas
Non veni solvere legem, sed adimplere (cf.Mt 5,17).
Deus deórum, Dóminus, locútus est * et vocávit terram a solis ortu usque ad occásum.
Ex Sion speciósa decóre Deus illúxit, * Deus noster véniet et non silébit:
ignis consúmens est in conspéctu eíus * et in circúitu eíus tempéstas válida.
Advocábit caelum desúrsum * et terram discérnere pópulum suum:
“Congregáte mihi sanctos meos, * qui disposuérunt testaméntum meum in sacrifício.”
Et annuntiábunt caeli iustítiam eíus, * quóniam Deus iúdex est.
“Audi, pópulus meus, et loquar, Israel, et testificábor advérsum te: * Deus, Deus tuus, ego sum.
Non in sacrifíciis tuis árguam te; * holocáusta enim tua in conspéctu meo sunt semper.
Non accípiam de domo tua vítulos * neque de grégibus tuis hircos.
Quóniam meae sunt omnes ferae silvárum, * iumentórum mille in móntibus.
Cognóvi ómnia volatília caeli; * et, quod movétur in agro, meum est.
Si esuríero non dicam tibi; * meus est enim orbis terrae et plenitúdo eíus.
Numquid manducábo carnes taurórum * aut sánguinem hircórum potábo?
Ímmola Deo sacrifícium laudis * et redde Altíssimo vota tua;
et ínvoca me in die tribulatiónis: * éruam te, et honorificábis me.”
Peccatóri autem dixit Deus: “quáre tu enárras praecépta mea * et assúmis testaméntum meum in os tuum?
Tu vero odísti disciplínam * et proiecísti sermónes meos retrórsum.
Si vidébas furem, currébas cum eo; * et cum adúlteris erat pórtio tua.
Os tuum dimittébas ad malítiam, * et lingua tua concinnábat dolos.
Sedens advérsus fratrem tuum loquebáris * et advérsus fílium matris tuae proferébas oppróbrium.
Haec fecísti, et tácui. Existimásti quod eram tui símilis. * Árguam te et státuam illa contra fáciem tuam.
Intellégite haec, qui obliviscímini Deum, * ne quando rápiam, et non sit qui erípiat. Qui immolábit sacrifícium laudis, honorificábit me; et, qui immaculátus est in via, * osténdam illi salutáre Dei.”
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 51
Contra calumniatorem
Qui gloriatur, in Domino glorietur (I Cor I,31).
Quid gloriáris in malítia, * qui potens es iniquitáte?
Tota die insídias cogitásti; * lingua tua sicut novácula acúta, qui facis dolum.
Dilexísti malítiam super benignitátem, mendácium magis quam loqui aequitátem. * Dilexísti ómnia verba perditiónis, lingua dolósa.
Proptérea Deus déstruet te in finem; evéllet te et emigrábit te de tabernáculo * et radícem tuam de terra vivéntium. Vidébunt iústi et timébunt * et super eum ridébunt: “Ecce homo, qui non pósuit Deum refúgium suum, sed sperávit in multitúdine divitiárum suárum * et praeváluit in insídiis suis.”
Ego autem sicut virens olíva in domo Dei. Sperávi in misericórdia Dei * in aetérnum et in sǽculum sǽculi.
Confitébor tibi in sǽculum, quia fecísti; et exspectábo nomen tuum, quóniam bonum est; * in conspéctu sanctórum tuórum
Et annuntiábunt caeli iustítiam eíus, * quóniam Deus iúdex est.
“Audi, pópulus meus, et loquar, Israel, et testificábor advérsum te: * Deus, Deus tuus, ego sum.
Non in sacrifíciis tuis árguam te; * holocáusta enim tua in conspéctu meo sunt semper.
Non accípiam de domo tua vítulos * neque de grégibus tuis hircos.
Quóniam meae sunt omnes ferae silvárum, * iumentórum mille in móntibus.
Cognóvi ómnia volatília caeli; * et, quod movétur in agro, meum est.
Si esuríero non dicam tibi; * meus est enim orbis terrae et plenitúdo eíus.
Numquid manducábo carnes taurórum * aut sánguinem hircórum potábo?
Ímmola Deo sacrifícium laudis * et redde Altíssimo vota tua;
et ínvoca me in die tribulatiónis: * éruam te, et honorificábis me.”
Peccatóri autem dixit Deus: “quáre tu enárras praecépta mea * et assúmis testaméntum meum in os tuum?
Tu vero odísti disciplínam * et proiecísti sermónes meos retrórsum.
Si vidébas furem, currébas cum eo; * et cum adúlteris erat pórtio tua.
Os tuum dimittébas ad malítiam, * et lingua tua concinnábat dolos.
Sedens advérsus fratrem tuum loquebáris * et advérsus fílium matris tuae proferébas oppróbrium.
Haec fecísti, et tácui. Existimásti quod eram tui símilis. * Árguam te et státuam illa contra fáciem tuam.
Intellégite haec, qui obliviscímini Deum, * ne quando rápiam, et non sit qui erípiat. Qui immolábit sacrifícium laudis, honorificábit me; et, qui immaculátus est in via, * osténdam illi salutáre Dei.”
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deus deórum, * Dóminus locútus est.Ant. Le Dieu des dieux, le Seigneur a parlé.
℣. Díriget Dóminus mansuétos in iudício.
℟. Docébit mites vias suas.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Ipsíus piétas et misericórdia nos ádiuvet, qui cum Patre et Spíritu Sancto vivit et regnat in sǽcula sæculórum. ℟. Amen. Que Sa bonté et Sa miséricorde nous vienne en aide, Lui qui avec le Père et l'Esprit-Saint vit et règne dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
Lectio brevis (Prv 3,19-20)
Dóminus sapientia fundávit terram, stabílivit cælos prudéntia ; sapiéntia illíus erupérunt abýssi, et nubes rorem sillant.
℟. Deus, in nómine tuo * Salvum me fac, Dómine. ℣. Et in miséricórdia tua libera me. ℣. Glória Patri, et Filio, et Spíritui Sancto. ℟. Dieu, en [l'honneur de] Ton nom * Sauve-moi, Seigneur. ℟. Et dans Ta miséricorde, sauve-moi. ℣. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit.
 Vel:  Ou :
Lectio biblica cum ℟.
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Ecce nomen Dómini venit de longínquo, ardens furor eius et gravis eius fragor; lábia eius repléta sunt indignatióne et lingua eius quasi ignis dévorans. Spíritus eius velut torrens inúndans usque ad collum pertíngens, ad cribrándas gentes in cribro funésto, et frenum dolósum in maxíllis populórum. Cánticum erit vobis sicut nox sanctificátæ sollemnitátis et lætítia cordis sicut eius qui ad sonum tíbiæ pergit in montem Dómini, ad petram Israel. Et audítam fáciet Dóminus glóriam vocis suæ et terrórem bráchii sui osténdet in comminatióne furóris et flamma ignis devorántis, in túrbine et in imbre et in lápide grándinis. Voici que le nom du Seigneur vient de loin, ardente est sa colère, pesante sa menace. Ses lèvres débordent de fureur, sa langue est comme un feu dévorant. Son souffle est comme un torrent débordant qui monte jusqu'au cou, pour secouer les nations d'une secousse fatale, mettre un mors d'égarement aux mâchoires des peuples. Le chant sera sur vos lèvres comme en une nuit de fête, et la joie sera dans vos cœurs comme lorsqu'on marche au son de la flûte pour aller à la montagne du Seigneur, le rocher d'Israël. Le Seigneur fera entendre la majesté de sa voix, il fera sentir le poids de son bras, dans l'ardeur de sa colère accompagnée d'un feu dévorant, de la foudre, d'averses et de grêlons.
℟. Erúmpant montes iucunditátem et colles iustítiam: * Quia lux mundi Dóminus cum poténtia venit. ℣. De Sion exíbit lex, et verbum Dómini de Ierúsalem. * Quia lux. ℟. Montagnes, faites jaillir la joie; collines, faites déborder la justice: * Voici le Seigneur, lumière du monde; il vient avec puissance. ℣. C'est de Sion que vient la loi, de Jérusalem la parole du Seigneur. * Voici.
Lectio II Lecture II
A voce enim Dómini pavébit Assýrius virga percússus. Et erit omnis ictus báculi percutiéntis quem requiéscere fáciet Dóminus super eum in týmpanis et cítharis, et in bellis agitátis expugnábit eos. Præparáta est enim ab heri Topheth, præparáta, profúnda et dilatáta, in pyra eius ignis et ligna multa; flatus Dómini sicut torrens súlphuris succéndit eam. Car à la voix du Seigneur, Assur sera terrorisé, il le frappera de sa baguette; chaque fois qu'il passera, ce sera la férule du châtiment que le Seigneur lui infligera, au son des tambourins et des kinnors, et dans les combats qu'il livrera, la main levée, contre lui. Car depuis longtemps est préparé Tophèt, il sera aussi pour le roi profond et large son bûcher, feu et bois y abondent; le souffle du Seigneur, comme un torrent de soufre, va y mettre le feu.
℟. Ante multum tempus prophetávit Ezéchiel: Vidi portam clausam; ecce Deus ante sæcula ex ea procedébat pro salúte mundi. * Et erat íterum clausa, demónstrans Vírginem, quia post partum permánsit virgo. ℣. Per portam, quam vidísti, Dóminus solus transíbit per illam. * Et erat. ℟. Depuis les temps anciens l'avait prédit Ézéchiel: J'ai vu la porte close; et voici que le Dieu d'avant les siècles en sortait, pour le salut du monde. * Puis elle fut close à nouveau, figure de la Vierge qui, après la naissance, est demeurée vierge. ℣. Par la porte que tu as vue, seul devait passer le Seigneur. * Puis.
Lectio III Lecture III
Quia hæc dicit Dóminus ad me: " Quómodo si rugit leo et cátulus leónis super prædam suam, cum occúrrerit ei multitúdo pastórum, a voce eórum non formidábit et a multitúdine eórum non pavébit, sic descéndet Dóminus exercítuum, ut proeliétur super montem Sion et super collem eius. Sicut aves volántes, sic próteget Dóminus exercítuum Ierúsalem, prótegens et líberans, parcens et salvans. " Convertímini ad eum a quo pénitus recesserátis, fílii Israel. In die enim illa abíciet vir idóla argéntea sua et idóla áurea sua quæ fecérunt vobis manus vestræ in peccátum; et cadet Assýria in gládio non viri, et gládius non hóminis vorábit eum, et fúgiet a fácie gládii, et iúvenes eius vectigáles erunt. Et fortitúdo eius præ terróre transíbit, et pavébunt signum príncipes eius, dixit Dóminus, cuius ignis est in Sion, et camínus eius in Ierúsalem. Car ainsi m'a parlé le Seigneur: « Comme gronde le lion, le lionceau après sa proie, quand on fait appel contre lui à l'ensemble des bergers, sans qu'il se laisse terroriser par leurs cris ni troubler par leur fracas, ainsi descendra le Seigneur des armées pour guerroyer sur le mont Sion, sur sa colline. Comme des oiseaux qui volent, ainsi le Seigneur des armées protégera Jérusalem; par sa protection il la sauvera, par son soutien il la délivrera. » Revenez à celui qu'ont si profondément trahi les enfants d'Israël. Car en ce jour-là, chacun rejettera ses faux dieux d'argent et ses faux dieux d'or, qu'ont fabriqués pour vous vos mains pécheresses. Assur tombera par l'épée, non celle d'un homme, il sera dévoré par l'épée, non celle d'un mortel. Il s'enfuira devant l'épée, et ses jeunes gens seront asservis. Dans sa terreur il abandonnera son rocher, et ses chefs apeurés déserteront l'étendard. Oracle du Seigneur dont le feu est à Sion et la fournaise à Jérusalem.
℟. Docébit nos Dóminus vias suas et ambulábimus in sémitis eius; * Quia de Sion exíbit lex et verbum Dómini de Ierúsalem. ℣. Veníte, ascendámus ad montem Dómini, et ad domum Dei Iacob. * Quia de. ℣. Glória Patri. * Quia de. ℟. Le Seigneur nous enseignera ses chemins, et nous suivrons ses sentiers; * Car de Sion nous vient la loi, et de Jérusalem, la parole du Seigneur. ℣. Venez, montons à la montagne du Seigneur, au Temple du Dieu de Jacob! * Car. ℣. Gloire au Père. * Car.
IN II NOCTURNO AU IIe NOCTURNE
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 52 (53) Psaume 52 (53)
Impiorum stultitia Défaite des impies
Omnes peccaverunt et egent gloria Dei (Rom 3, 23). Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Rom 3, 23).
Dixit insípiens in corde suo: «Non est Deus». † Corrúpti sunt et abominatiónes operáti sunt; * non est qui fáciat bonum. L'insensé dit dans son coeur : " il n'y a pas de Dieu ! " Ils sont corrompus, ils commettent des crimes abominables ; il n'en est aucun qui fasse le bien.
Deus de cælo prospéxit super fílios hóminum, * ut vídeat si est intéllegens aut requírens Deum. Dieu, du haut des cieux, regarde les fils de l'homme, pour voir s'il se trouve quelqu'un d'intelligent, quelqu'un qui cherche Dieu.
Omnes declinavérunt, simul corrúpti sunt; * non est qui fáciat bonum, non est usque ad unum. Tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul.
Nonne scient omnes, qui operántur iniquitátem, * qui dévorant plebem meam ut cibum panis? N'ont-ils pas de connaissance ceux qui commettent l'iniquité ? Ils dévorent mon peuple comme ils mangent du pain,
Deum non invocavérunt; * illic trepidavérunt timóre, et non erat timor. ils n'invoquent point Dieu ! Ils trembleront tout à coup d'épouvante, sans qu'il y ait sujet d'épouvante ;
Quóniam Deus dissipávit ossa eórum, qui te obsidébant * confúsi sunt, quóniám Deus sprevit eos. car Dieu a dispersé les os de celui qui campait contre toi ; tu les a confondus, car Dieu les a rejetés.
Quis dabit ex Sion salutáre Israel? † Cum convérterit Deus captivitátem plebis suæ, * exsultábit Iacob et lætábitur Israel. Oh ! puisse venir de Sion la délivrance d'Israël ! Quand Dieu ramènera les captifs de Son peuple, Jacob se réjouira, Israël sera dans l'allégresse.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 53 (54) Psaume 53 (54)
Imploratio auxilii Imploration à l'aide
Orat propheta, ut in nomine Domini a persequentium malignitate liberetur (Cassiodorus). Le prophète prie pour être délivré au nom du Seigneur de la malveillance de ses persécuteurs (Cassiodore).
Deus, in nómine tuo salvum me fac * et in virtúte tua iúdica me. O Dieu, sauve-moi par Ton nom, et rends-moi justice par Ta puissance.
Deus, exáudi oratiónem meam, * áuribus pércipe verba oris mei! O Dieu, écoute ma prière, prête l'oreille aux paroles de ma bouche.
Quóniam supérbi insurrexérunt advérsum me, † et fortes quæsiérunt ánimam meam * et non proposuérunt Deum ante conspéctum suum. Car des étrangers se sont levés contre moi, des hommes violents en veulent à ma vie ; ils ne mettent pas Dieu devant leurs yeux.
Ecce enim Deus ádiuvat me, * et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ. Voici que Dieu est mon secours; le Seigneur est le soutien de mon âme.
[Convérte mala super inimícos meos * et in veritáte tua dispérde illos.] [Il fera retomber le mal sur mes adversaires ; dans Ta vérité, anéantis-les ! ]
Voluntárie sacrificábo tibi, * confitébor nómini tuo, Dómine, quóniam bonum est; De tout cœur je T'offrirai des sacrifices ; je louerai Ton nom Seigneur car il est bon ;
quóniam ex omni tribulatióne erípuit me, * et super inimícos meos despéxit óculus meus. Il me délivre de toute angoisse, et mes yeux s'arrêtent avec joie sur mes ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 54 (55) Psaume 54 (55)
Contra perfidum amicum Contre un ami perfide
Coepit Iesus pavere et tædere (Mc 14, 33). Jésus commença à ressentir frayeur et angoisse (Mc 14, 33).
Auribus pércipe, Deus, oratiónem meam † et ne abscondáris a deprecatióne mea; * inténde mihi et exáudi me. O Dieu, prête l'oreille à ma prière, ne te dérobe pas à mes supplications. Ecoute-moi et réponds-moi !
Excússus sum in meditatióne mea et conturbátus sum * a voce inimíci et a tribulatióne peccatóris. J'erre çà et là, plaintif et gémissant, devant les menaces de l'ennemi, devant l'oppression du méchant !
Quóniam devolvérunt in me iniquitátem * et in ira molésti erant mihi. Car ils font tomber sur moi le malheur, et ils me poursuivent avec colère.
Cor meum torquétur intra me, * et formído mortis cécidit super me. Mon coeur tremble au dedans de moi, et sur moi fondent les terreurs de la mort.
Timor et tremor venérunt super me, * et contéxit me pavor. La crainte et l'épouvante m'assaillent, et le frisson m'enveloppe.
Et dixi: «Quis dabit mihi pennas sicut colúmbæ, * et volábo et requiéscam? Et je dis : Oh ! si j'avais les ailes de la colombe, je m'envolerais et m'établirais en repos ;
Ecce elongábo fúgiens * et manébo in solitúdine. voici que je fuirais bien loin, et je demeurerais dans la solitude.
Exspectábo eum, qui salvum me fáciat * a spíritu procéllæ et tempestáte». je me hâterais de chercher un asile, loin du vent impétueux, loin de l'ouragan.
Díssipa, Dómine, dívide línguas eórum, * quóniam vidi violéntiam et contentiónem in civitáte. Réduis-les à néant, Seigneur, divise leurs langues ! car je vois dans la ville la violence et la discorde.
Die ac nocte circúmeunt eam super muros eius, † iníquitas et labor et insídiæ in médio eius; * et non defécit de platéis eius frauduléntia et dolus. Jour et nuit ils font le tour de ses remparts ; l'iniquité et la vexation sont au milieu d'elle, la perversité est dans son sein l'oppression et l'astuce ne quittent point ses places.
Quóniam si inimícus meus maledixísset mihi, * sustinuíssem útique; Car ce n'est pas un ennemi qui m'outrage : je le supporterais ;
et si is, qui óderat me, super me magnificátus fuísset, * abscondíssem me fórsitan ab eo. ce n'est pas un adversaire qui s'élève contre moi : je me cacherais devant lui.
Tu vero, homo coæquális meus, * familiáris meus et notus meus, Mais toi, tu étais un autre moi-même, mon confident et mon ami.
qui simul habúimus dulce consórtium: * in domo Dei ambulávimus in concúrsu. Nous vivions ensemble dans une douce intimité, nous allions avec la foule à la maison de Dieu.
[Véniat mors super illos, et descéndant in inférnum vivéntes, Que la mort les surprenne, qu'ils descendent vivants au schéol !
quóniam nequítiae in habitáculis eórum, in médio eórum. ] Car la méchanceté est dans leur demeure, au milieu d'eux. ]
Ego autem ad Deum clamábo, * et Dóminus salvábit me. Pour moi, je crie vers Dieu, et le Seigneur me sauvera.
Véspere et mane et merídie meditábor et ingemíscam, * et exáudiet vocem meam. Le soir, le matin, au milieu du jour, je me plains, je gémis, et il entendra ma voix.
Rédimet in pace ánimam meam ab his, qui impúgnant me, * quóniam in multis sunt advérsum me. Il délivrera en paix mon âme du combat qui m'est livré, car ils sont nombreux ceux qui me font la guerre.
Exáudiet Deus et humiliábit illos, * qui est ante sæcula. Dieu entendra, et il les humiliera, lui qui est avant les siècles.
Non enim est illis commutátio, * et non timuérunt Deum. Car il n'y a point en eux de changement, et ils n'ont pas la crainte de Dieu.
Exténdit manum suam in sócios; * contaminávit foedus suum. il porte la main sur ceux qui étaient en paix avec lui, il viole son alliance.
Lene super butyrum est os eius, * pugna autem cor illíus: De sa bouche sortent des paroles douces comme le lait, et la guerre est dans son coeur.
mollíti sunt sermónes eius super óleum, * et ipsi sunt gládii destrícti. Ses discours sont plus onctueux que l'huile, mais ce sont des épées nues.
Iacta super Dóminum curam tuam, † et ipse te enútriet; * non dabit in ætérnum fluctuatiónem iusto. Remets ton sort au Seigneur, et il te soutiendra ; il ne laissera pas à jamais chanceler le juste.
Tu vero, Deus, dedúces eos * in púteum intéritus. Et toi, ô Dieu, tu les feras descendre dans la fosse de perdition ;
Viri sánguinum et dolósi non dimidiábunt dies suos; * ego autem sperábo in te, Dómine. les hommes de sang et de ruse ne verront pas la moitié de leurs jours ; pour moi, je mets en toi ma confiance.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 55 (56), 2-7a. 9-14 Psaume 55 (56), 2-7a. 9-14
Fiducia in Domini verbo collocata Confiance dans le Seigneur et en Sa parole.
Christus in passione monstratur (S. Hieronymus). Le Christ montré dans Sa passion (S. Jérôme).
Miserére mei, Deus, quóniam conculcávit me homo, * tota die impúgnans oppréssit me. Aie pitié de moi, ô Dieu, car l'homme s'acharne après moi ; tout le jour on me fait la guerre, on me persécute.
Conculcavérunt me inimíci mei tota die, * quóniam multi pugnant advérsum me, Altíssime. Tout le jour mes adversaires me harcèlent ; car ils sont nombreux ceux qui me combattent le front levé.
In quacúmque die timébo, * ego in te sperábo. Quand je suis dans la crainte, je me confie en Toi.
In Deo, cuius laudábo sermónem, † in Deo sperávi; * non timébo: quid fáciet mihi caro? Par le secours de Dieu, je célébrerai l'accomplissement de Sa parole ; je me confie en Dieu, je ne crains rien : que ferait contre moi la chair ?
Tota die rem meam perturbábant, * advérsum me omnes cogitatiónes eórum in malum. Sans cesse ils enveniment mes paroles, toutes leurs pensées sont contre moi pour me perdre.
Concitábant iúrgia, insidiabántur, * ipsi calcáneum meum observábant. Ils complotent, ils postent des espions, ils observent mes traces.
Sicut quaesiérunt ánimam meam, † ita pro iniquitáte retríbue illis, * in ira pópulos prostérne, Deus. Chargés de tant de crimes, échapperont-ils ? Dans Ta colère, ô Dieu, abats les peuples !
Peregrinatiónes meas tu numerásti: † pone lácrimas meas in utre tuo; * nonne in supputatióne tua? Tu as compté les pas de ma vie errante, Tu as recueilli mes larmes dans Ton outre ; ne sont-elles pas inscrites dans Ton livre?
Tunc converténtur inimíci mei retrórsum, † in quacúmque die invocávero: * ecce cognóvi quóniam Deus meus es. Alors mes ennemis retourneront en arrière, au jour où je T'invoquerai ; je le sais, Dieu est pour moi.
In Deo, cuius laudábo sermónem, * in Dómino, cuius laudábo sermónem, Par le secours de Dieu. Je célébrerai l'accomplissement de Sa parole ; dans le Seigneur, je célébrerai l'accomplissement de Sa promesse,
in Deo sperávi; * non timébo: quid fáciet mihi homo? en Dieu j'espère, je ne crains rien : Que peut me faire un faible mortel ?
Super me sunt, Deus, vota tua; * reddam laudatiónes tibi, Les vœux que je T'ai faits, ô Dieu, j'ai à les acquitter; je T'offrirai des sacrifices d'actions de grâces.
quóniam eripuísti ánimam meam de morte † et pedes meos de lapsu, * ut ámbulem coram Deo in lúmine vivéntium. Car Tu as délivré mon âme de la mort, - n'as-Tu pas préservé mes pieds de la chute - afin que je marche devant Dieu à la lumière des vivants ?
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 57
Iniquorium iudicum obiurgatio
Nolite ante tempus quidquam iudicare, quoadusque veniat Dominus (I Cor 4,5).
Numquid vere, poténtes, iustítiam loquímini, * recte iudicátis fílios hóminum?
Étenim in corde iniquitátes operámini, * in terra violéntiam manus vestrae concínnant. Alienáti sunt peccatóres ab útero; * Venénum illis in similitúdinem serpéntis, * sicut áspidis surdae et obturántis aures suas, quae non exáudiet vocem incantántium * et venéfici incantántis sapiénter.
Deus, cóntere dentes eórum in ore ipsórum; * molas leónum confrínge, Dómine.
Díffluant tamquam aqua decúrrens, * sicut fenum conculcátum aréscant.
Sicut limax, quae tabéscens transit, * sicut abortívum mulíeris, quod non vidit solem. Priúsquam séntiant ollae vestrae rhamnum, * sicut vivéntes, sicut ardor irae absórbet eos.
Laetábitur iústus, cum víderit vindíctam, * pedes suos lavábit in sánguine peccatóris. Et dicet homo: “Utíque est fructus iústo, * útique est Deus iúdicans eos in terra.”
“Audi, pópulus meus, et loquar, Israel, et testificábor advérsum te: * Deus, Deus tuus, ego sum.
Non in sacrifíciis tuis árguam te; * holocáusta enim tua in conspéctu meo sunt semper.
Non accípiam de domo tua vítulos * neque de grégibus tuis hircos.
Quóniam meae sunt omnes ferae silvárum, * iumentórum mille in móntibus.
Cognóvi ómnia volatília caeli; * et, quod movétur in agro, meum est.
Si esuríero non dicam tibi; * meus est enim orbis terrae et plenitúdo eíus.
Numquid manducábo carnes taurórum * aut sánguinem hircórum potábo?
Ímmola Deo sacrifícium laudis * et redde Altíssimo vota tua;
et ínvoca me in die tribulatiónis: * éruam te, et honorificábis me.”
Peccatóri autem dixit Deus: “quáre tu enárras praecépta mea * et assúmis testaméntum meum in os tuum?
Tu vero odísti disciplínam * et proiecísti sermónes meos retrórsum.
Si vidébas furem, currébas cum eo; * et cum adúlteris erat pórtio tua.
Os tuum dimittébas ad malítiam, * et lingua tua concinnábat dolos.
Sedens advérsus fratrem tuum loquebáris * et advérsus fílium matris tuae proferébas oppróbrium.
Haec fecísti, et tácui. Existimásti quod eram tui símilis. * Árguam te et státuam illa contra fáciem tuam.
Intellégite haec, qui obliviscímini Deum, * ne quando rápiam, et non sit qui erípiat. Qui immolábit sacrifícium laudis, honorificábit me; et, qui immaculátus est in via, * osténdam illi salutáre Dei.”
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18 Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis). Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers Son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me. Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me. Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes. Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur. Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es. Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes; [Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur. sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?” Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes. Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es. Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos. Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus; [Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine. fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua. Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur, à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae. Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ] Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos. Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam, Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ. car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea. O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
℣. Bonitátem et prudéntiam et sciéntiam doce me.
℟. Quia præceptis tuis crédidi.
℣. Enseigne moi la prudence, la bonté et la connaissance.
℟. Car j'ai cru en Tes commandements.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Lectio brevis (1 Io 4,14-15)
Nos vídimus et testificámur quóniam Pater misit Fílium salavatórem mundi. Quisque confessus fúerit : " Iesus est Filius Dei", Deus in ipso manet et ipse in Deo.
 Vel:  Ou :
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Bernardi abbátis (Sermo 2 de Adventu, 4-5: EC 4, 173-174) Sermon de saint Bernard
Lectio I Lecture I
Maniféstum árbitror quænam sit virga de radíce Iesse procédens, quis vero flos, super quem requiéscit Spíritus Sanctus. Quóniam Virgo Dei Génetrix virga est, flos Fílius eius. Flos útique Vírginis Fílius, flos cándidus et rubicúndus, eléctus ex mílibus, flos, in quem prospícere desíderant ángeli, flos, ad cuius odórem revivíscunt mórtui, et sicut ipse testátur, flos campi est, et non horti. Campus enim sine omni humáno floret adminículo, non seminátus ab áliquo, non defóssus sárculo, non impinguátus fimo. Sic omníno, sic Vírginis alvus flóruit, sic invioláta, íntegra et casta Maríæ víscera, tamquam páscuæ ætérni viróris florem protulére, cuius pulchritúdo non vídeat corruptiónem, cuius glória in perpétuum non marcéscat. On voit clairement, je pense, qui est la tige montant de la racine de Jessé, et qui est la fleur sur laquelle se repose l'Esprit Saint: la Vierge Mère de Dieu, voilà la tige, et la fleur c'est son Fils. Oui, le fils de la Vierge est une fleur, une fleur blanche et vermeille, choisie entre mille. Il est la fleur que les anges désirent contempler, la fleur dont le parfum redonne vie aux morts; il est, à son propre témoignage, la fleur des champs et non celle du jardin. En effet, le champ se couvre de fleurs en dehors de tout concours humain. Il n'est ensemencé par personne, n'est pas défoncé par la houe, ni engraissé de fumier. C'est ainsi, c'est tout-à-fait comme cela que le sein de la Vierge a fleuri. C'est ainsi que les entrailles de Marie, ces entrailles inviolées, intègres et pures, ont produit, comme une prairie éternellement verdoyante, une fleur dont la beauté ne connaîtra pas le déclin et dont l'éclat ne se flétrira jamais.
℟. Veni, Dómine, et noli tardáre, reláxa facínora plebi tuæ; * Et révoca dispérsos in terram suam. ℣. Excita, Dómine, poténtiam tuam, et veni, ut salvos fácias nos. * Et révoca. ℟. Viens, Seigneur, ne tarde pas! Efface le péché de ton peuple; * Rassemble sur leur terre les enfants de Dieu dispersés. ℣. Réveille ta vaillance, et viens nous sauver! * Rassemble.
Lectio II Lecture II
O Virgo, virga sublímis, in quam sublíme vérticem sanctum érigis! Usque ad sedéntem in throno, usque ad Dóminum maiestátis. Neque enim id mirum, quóniam in altum mittis radíces humilitátis. O vere cæléstis planta, pretiósior cunctis, sánctior univérsis! O vere lignum vitæ, quod solum fuit dignum portáre fructum salútis! Deprehénsa est, malígne serpens, versútia tua, nudáta est plane fálsitas tua. Duo imposúeras creatóri: mendácii et invídiæ infamáveras eum; sed in utróque convíctus es esse mentítus. Síquidem ab inítio móritur, cui díxeras: Nequáquam moriéris, et véritas Dómini manet in ætérnum. Sed et nunc respónde, si potes, quam ei árborem, cuius árboris fructum invidére pótuit, qui ne hanc quidem virgam eléctam et fructum sublímem negávit? Etenim qui próprio Fílio non pepércit, quómodo non ómnia simul cum illo donávit? Ô Vierge, tige glorieuse, à quelle sublime élévation ne dresses-tu pas ta cime sainte! Jusqu'à celui qui siège sur le trône, jusqu'au Seigneur de majesté. Il n'y a là, certes, rien de surprenant puisque tu enfonces en profondeur les racines de l'humilité. Ô rejeton vraiment céleste, précieux entre tous, plus saint que nul autre! Ô véritable arbre de vie, qui seul fus digne de porter le fruit du salut! Elle est découverte, ta ruse, serpent perfide; elle est mise complètement à nu, ta fourberie! Tu avais calomnié doublement ton Créateur en l'accusant de mensonge et de jalousie, mais sur chaque point te voilà convaincu d'imposture. Vois, c'est dès le début que meurt celui à qui tu avais dit: Jamais tu ne mourras; mais la vérité du Seigneur demeure à jamais; Réponds, si tu peux, maintenant. Quel arbre, quel fruit d'arbre, Dieu a-t-il pu refuser jalousement à l'homme puisqu'il n'a pas hésité à lui donner même ce rameau de choix et ce fruit sublime? Vraiment, celui qui n'a pas épargné son propre Fils, comment n'a-t-il pas tout donné en même temps que lui?
℟. Descéndet Dóminus sicut plúvia in vellus: * Oriétur in diébus eius iustítia et abundántia pacis. ℣. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari, * Oriétur in. ℟. Le Seigneur descendra comme la pluie sur la toison: * En ces jours-là rayonnera la justice, fructifiera la paix! ℣. Du nord et du midi, du levant et du couchant, * En ces jours-là.
Lectio III Lecture III
Sed iam advertístis, ni fallor, quóniam Virgo régia ipsa est via, per quam Salvátor advénit, procédens ex ipsíus útero, tamquam sponsus de thálamo suo. Tenéntes ergo viam, studeámus et nos, dilectíssimi, ad ipsum, per eam ascéndere, qui per ipsam ad nos descéndit; per eam veníre in grátiam ipsíus, qui per eam in nostram misériam venit. Déjà vous l'avez remarqué, si je ne me trompe, la Vierge est ce chemin royal par lequel le Seigneur vient à nous. Il sort de son sein comme un époux de sa chambre nuptiale. Maintenant que nous tenons la route, appliquons-nous, frères très chers, à remonter nous aussi par elle jusqu'à celui qui, par elle, est descendu jusqu'à nous; à parvenir, par elle, en la grâce de celui qui, par elle, est descendu en notre misère.
℟. Prope est ut véniat tempus eius, et dies eius non elongabúntur: * Miserébitur Dóminus Iacob, et Israel salvábitur. ℣. Qui ventúrus est véniet et non tardábit; iam non erit timor in fínibus nostris, quóniam ipse est Salvátor noster. * Miserébitur Dóminus. ℣. Glória Patri. * Miserébitur Dóminus. ℟. Oui, le temps de sa visite est proche, son Jour ne sera pas différé: * Le Seigneur aura pitié de Jacob, et Israël sera sauvé. ℣. Il viendra sans tarder celui qui doit venir, il n'y aura plus de frayeur sur la terre : c'est lui notre Sauveur! * Le Seigneur. ℣. Gloire au Père. * Le Seigneur.
Hymnus Hymne
Te decet laus, * te decet hymnus. Tibi glória Deo Patri et Fílio, cum Sancto Spíritu, in sǽcula sæculórum. Amen. A Toi notre louange, à Toi notre chant, A Toi la gloire, Dieu, Père et Fils avec l'Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Oratio diei cum conclusione longiori. Oraison du jour avec la conclusion longue.
Deus, humánæ cónditor et redémptor natúræ, qui Verbum tuum in útero perpétuæ virginitátis carnem assúmere voluísti, réspice propítius ad preces nostras, ut Unigénitus tuus, nostra humanitáte suscépta, nos divíno suo consórtio sociáre dignétur. Per Dóminum. Dieu, créateur et rédempteur de la nature humaine, qui as voulu que Ton Verbe prenne chair dans le sein d'une mère toujours vierge, regarde avec bonté nos prières, pour que Ton Fils unique, après avoir pris notre humanité, nous fasse participer à Sa divinité.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Evangile commenté du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
 Evangelium  Evangile
 Léctio sancti Evangélii secúndum Mattháeum (1,1-17)  
Liber generatiónis Iésu Christi fílii David fílii Ábraham. Ábraham génuit Ísaac, Ísaac autem génuit Iácob, Iácob autem génuit Iúdam et fratres eíus,  Iúdas autem génuit Phares et Zara de Thamar, Phares autem génuit Esrom, Esrom autem génuit Aram, Aram autem génuit Amínadab, Amínadab autem génuit Naásson, Naásson autem génuit Salmon, Salmon autem génuit Booz de Rahab, Booz autem génuit Obed ex Ruth, Obed autem génuit Iésse, Iésse autem génuit David regem. David autem génuit Salomónem ex ea, quae fuit Uríae, Sálomon autem génuit Róboam, Róboam autem génuit Abíam, Abía autem génuit Asa, Asa autem génuit Iosáphat, Iosáphat autem génuit Ióram, Ióram autem génuit Ozíam, Ozías autem génuit Ioátham, Ioátham autem génuit Achaz, Achaz autem génuit Ezechíam, Ezechías autem génuit Manássen, Manásses autem génuit Amon, Amon autem génuit Iósiam, Iósias autem génuit Iechóniam et fratres eíus in transmigratióne Babylónis. Et post transmigratiónem Babylónis Iechónias génuit Saláthiel, Saláthiel autem génuit Zoróbabel,  Zoróbabel autem génuit Abíud, Abíud autem génuit Eliáchim, Eliáchim autem génuit Azor, Azor autem génuit Sadoc, Sadoc autem génuit Achim, Achim autem génuit Elíud, Elíud autem génuit Eleázar, Eleázar autem génuit Matthan, Matthan autem génuit Iácob, Iácob autem génuit Ióseph virum Maríae, de qua natus est Iésus, qui vocátur Christus. Omnes ergo generatiónes ab Ábraham usque ad David generatiónes quattuórdecim; et a David usque ad transmigratiónem Babylónis generatiónes quattuórdecim; et a transmigratióne Babylónis usque ad Christum generatiónes quattuórdecim. Livre de la généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham.
Abraham engendra Isaac; Isaac engendra Jacob; Jacob engendra Juda et ses frères;
Juda engendra Pharès et Zara, de Thamar; Pharès engendra Esron; Esron engendra Aram;
Aram engendra Aminadab; Aminadab engendra Naasson; Naasson engendra Salmon;
Salmon engendra Booz, de Rahab; Booz engendra Obed, de Ruth; Obed engendra Jessé; Jessé engendra David, qui fut roi.
Le roi David engendra Salomon, de celle qui avait été femme d'Urie;
Salomon engendra Roboam; Roboam engendra Abias; Abias engendra Asa;
Asa engendra Josaphat; Josaphat engendra Joram; Joram engendra Ozias;
Ozias engendra Joatham; Joatham engendra Achaz; Achaz engendra Ezéchias;
Ezéchias engendra Manassès; Manassès engendra Amon; Amon engendra Josias;
Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone.
Et après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel; Salathiel engendra Zorobabel;
Zorobabel engendra Abiud; Abiud engendra Eliacim; Eliacim engendra Azor;
Azor engendra Sadoc; Sadoc engendra Achim; Achim engendra Eliud;
Eliud engendra Eléazar; Eléazar engendra Mathan; Mathan engendra Jacob;
Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ.
En tout donc, depuis Abraham jusqu'à David, quatorze générations; et depuis David jusqu'à la déportation à Babylone, quatorze générations; et depuis la déportation à Babylone jusqu'au Christ, quatorze générations.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
La formule de saint Matthieu : Liber generationis, ne doit pas s'entendre de tout son évangile, ni même des deux premiers chapitres, mais seulement des dix-sept premiers versets (chap. i). C'est la liste des ancêtres, et, pour traduire d'un mot, la généalogie. Les Juifs apportaient un grand soin à conserver leurs généalogies. La descendance impliquait des droits réels, permettait de revendiquer les héritages et, pour les lévites, d'exercer leurs fonctions sacrées. Au retour de la captivité, plusieurs furent exclus du sacerdoce ou privés du droit de cité, parce qu'ils ne purent présenter les documents qui établissaient leur généalogie (I Esdr., II, 59-63). Rappelons-nous aussi le plan de la Genèse. L'histoire primitive n'est qu'un arbre généalogique, avec insertion, dans la série ordonnée, des faits relatifs aux personnages dont les noms se succèdent. La suite des Livres saints nous raconte l'histoire du peuple de Dieu : histoire qui se confond, pendant de longs siècles, avec celle de la famille royale de David, jusqu'à ce que paraisse le Messie promis. A travers la dispersion croissante des générations, l'infinie complexité des événements historiques, en dépit de la multiplicité des écrivains sacrés, n'a-t-il pas fallu un vrai miracle de perspicacité divine pour orienter ainsi vers un seul point, et sans déviation, l'Ancien Testament tout entier, depuis Dieu Créateur jusqu'à Notre Seigneur Jésus-Christ ?
« Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham. » Le dessein habituel de saint Matthieu est de montrer la suture et l'unité des deux Testaments, l'Ancien appelant le Nouveau, le Nouveau ayant ses racines et sa préparation dans l'Ancien. Cette unité formait un motif puissant de crédibilité pour les Juifs convertis : une fois de plus, ils reconnaissaient la fidélité de Dieu. Elles étaient donc désormais accomplies, les grandes promesses faites à Abraham : Benedicentur in semine tuo omnes gentes terrae (Gen., XXII, 18), les prédictions adressées à David : Usque in aeternum praeparabo semen tuum (Ps. Lxxxviii, 5). C'est aussi parce qu'il écrit pour la Palestine que l'évangéliste commence avec Abraham et divise en trois grandes sections la chaîne généalogique qui va du patriarche par excellence au Messie né de lui ; ainsi, par une série d'étapes juives : d'Abraham à David, de David à la captivité de Babylone, de la captivité au Seigneur, l’histoire aboutit à Notre-Seigneur Jésus-Christ ; ainsi se trouve marquée la situation du peuple de Dieu dans les trois formes de son existence politique : sous les patriarches et les juges, sous les rois, sous la magistrature sacerdotale qui suivit la captivité.
Saint Luc, à son tour, donne une généalogie du Seigneur ; mais parce qu'il n'avait point de motif spécial pour partir d'Abraham, il commence avec Adam et avec Dieu même, ou plutôt il remonte de Jésus et de Joseph jusqu'à Adam et jusqu'à Dieu. Saint Matthieu suit l'ordre de descendance ; il compte depuis Abraham jusqu'à Joseph et au Seigneur. S'il n'avait pas omis à dessein les débuts de la généalogie, il eût sans doute indiqué les mêmes anneaux vivants que saint Luc lui-même. Celui-ci, après avoir nommé Dieu comme Père de l'humanité et comme Père du Christ, énumère dix anneaux avant le déluge, et dix après. Il est entièrement d'accord avec le premier livre des Paralipomènes (i, 1-4, 24-27, 34), sauf l'insertion, entre Arphaxad et Salé, du nom de Caïnan, qui ne se trouve ni dans l'hébreu actuel des Paralipomènes, ni dans la Genèse (x, 24) : saint Luc le lisait dans le grec des Septante.
D'Abraham à David inclusivement, les deux évangélistes donnent une série de quatorze noms qui sont les mêmes, de part et d'autre ; nous les retrouvons dans les Paralipomènes (I Par., I, 34 ; II, 1-15), et dans le Livre de Ruth (iv, 18-20). Saint Matthieu mentionne rapidement Juda « et ses frères », comme les douze tiges du peuple béni ; c'est toujours l'intention juive qui se trahit chez cet évangéliste : le peuple tout entier est parent du Christ. Pourquoi quelques noms de femmes dans une généalogie où ne se trouvent régulièrement que des noms d'hommes ? Il n'y a pas lieu d’écarter la supposition de saint Jérôme, d'après laquelle le Seigneur aurait ainsi témoigné de sa miséricorde, en comptant des pécheresses parmi ses ascendants : à la condition d'excepter de ce groupe la sainte Vierge d'abord, et Ruth elle même, de qui il n'y a que dix bien à dire. Peut-être aussi pourrait-on remarquer que toutes les femmes dont il est parlé ici entrent dans la lignée du Christ à un titre irrégulier : ni Thamar, la belle-fille de Juda, ni Ruth la Moabite, ni Rahab la Cananéenne, l'hôtelière de Jéricho, ni Bethsabée l'adultère, n'auraient dû normalement figurer dans la famille du Messie ; l'évangéliste les nomme à dessein, parce que l'on pouvait élever une objection à leur sujet. De plus, les lecteurs juifs étaient avertis ainsi du caractère universel de la Rédemption. Quant à Notre-Dame, elle avait certainement un titre à ce que son nom fût prononcé au terme de la généalogie de Joseph, jusque, de fait, l'appartenance réelle à la race humaine et à la tige de David ne venait au Seigneur que de sa Mère Vierge : de qua natus est Jésus, qui vocatur Christus.
On peut se demander si la première série de générations (Matth., I, 1-6) est complète : la suivante, nous le verrons, ne l'est certainement pas, chez saint Matthieu du moins. Entre Salomon et David, c'est-à-dire pour une période de trois siècles et demi, quatre générations seulement sont indiquées ; c'est peu, encore que non impossible : l'Écriture a remarqué la longévité de Jessé (I Reg., xvii, 12). Ceux qui dressaient les généalogies obéissaient souvent à un dessein mnémonique : ce dessein est fort visible chez saint Matthieu, qui veut tout réduire à trois groupes de quatorze. L'omission de quelques anneaux intermédiaires n'offre d'ailleurs nul inconvénient au point de vue de la vérité généalogique ; car enfin, un homme descend tout autant, quoique de façon médiate, de celui dont il est l'arrière-petit-fîls que de celui dont il est le fils. L'expression genuit a d'ailleurs dans la Bible une signification assez large. Mais laissons à l'exégèse le soin d'étudier ces difficultés.
La série des ancêtres du Christ se poursuit, en saint Matthieu, par Salomon, fils de David et de Bethsabée ; en saint Luc, par Nathan, né de la même union. Désormais, les deux généalogies sont discordantes ; elles se réunissent un instant sur les noms de Salathiel et de Zorobabel, pour s'écarter encore et aboutir ensemble à saint Joseph, celle de saint Matthieu par Jacob, celle de saint Luc par Heli. Depuis Salomon jusqu'à Zorobabel inclusivement, tous les noms que cite saint Matthieu sont mentionnés aux Paralipomènes (m, 1-19) ; les suivants ne se lisent pas dans l'Écriture, non plus que tous ceux qu'énumère saint Luc, depuis Nathan jusqu'à saint Joseph, sauf Salathiel et Zorobabel ; et encore des critiques se sont-ils demandé, à tort, selon nous, si ces deux noms désignent bien dans l'une et l'autre généalogie les mêmes personnages.
Il y a donc entre la généalogie de saint Matthieu et celle de saint Luc des divergences profondes et suivies. Les commentateurs ne s'entendent même pas sur le terme réel auquel elles aboutissent. Selon les uns, la généalogie de saint Matthieu serait celle de saint Joseph, la généalogie de saint Luc celle de Notre-Dame ; selon d'autres, les deux se rapporteraient à Notre-Dame. L'opinion commune des anciens est que l’une et l'autre généalogies se rapportent à saint Joseph ; et nous pouvons nous tenir à leur pensée, moyennant quelques explications rapides. Non seulement la loi juive se défiait des mariages avec les étrangers : il n'avait pas été heureux pour les fils de Dieu, — les enfants de Seth, — d'épouser les filles des enfants des hommes, c'est-à-dire de la race de Caïn (Gen., vi, 1 sq.) ; non seulement la loi proscrivait et parfois annulait, comme pouvant conduire à l'idolâtrie, les mariages avec les femmes des peuples voisins (III Rcg., XI, 1-19 ; I Esdr., ix-x) ; mais, au sein même du peuple juif, elle limitait la liberté des unions conjugales. C'est dans sa tribu et dans sa famille que l'Israélite devait se chercher une épouse (Ruth, III, 2 ; Tobic, i, 9). Selon les Septante, Tobie dit à son fils : « Et surtout, prends une femme de la race de tes pères ; ne prends pas une femme étrangère qui ne soit point de la tribu de ton père, car nous sommes enfants des prophètes : Noé, Abraham, Isaac et Jacob furent nos ancêtres aux siècles passés. Souviens-toi, mon fils, qu'ils ont tous pris des femmes d'entre leurs frères, qu'ils ont été bénis dans leurs enfants et que la terre sera l'héritage de leur race » (iv, 13). Les héritages devant demeurer dans la famille (Num., xxvii, 1-11), les filles héritières ne pouvaient prendre un époux que dans la tribu (Num., xxxvi). Il faut nous souvenir aussi de la loi du lévirat, — levir, beau-frère, — ainsi formulée par le Deutéronome : « Lorsque des frères demeurent ensemble et que l'un d'eux meurt sans laisser de fils, la femme du défunt ne se mariera pas à un étranger ; mais son beau-frère l'épousera ; et le premier-né qu'elle mettra au monde recevra le nom du défunt, afin que ce nom ne soit pas aboli en Israël, etc. » (xxv, 5-10). Un même personnage avait donc parfois un père réel et un père légal.
Tous les usages auxquels nous venons de faire allusion peuvent rendre raison des variations qui font différer la série de saint Matthieu de celle de saint Luc. A la faveur de cette vigilance qui s'exerçait sur les mariages et en limitait la liberté, le sang d'Abraham et de David se transmettait sans altération. Saint Joseph, fidèle observateur de la Loi, avait choisi une épouse dans sa famille, celle de David. Et la possibilité même d'établir la généalogie royale du Seigneur par des voies différentes ne faisait que démontrer d'une façon plus décisive que la promesse de Dieu était accomplie et que le Messie descendait réellement de David. — Mais enfin, dira quelqu'un, si les deux généalogies sont de saint Joseph, comment peuvent-elles convenir à Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui ne tient à l'humanité que par Notre-Dame ? L'objection n'est pas redoutable, car saint Joseph et la Sainte Vierge avaient les mêmes ancêtres ; de plus, un véritable mariage les unissait, et les droits de Joseph sur le fils de Marie étaient plus réels que ceux que créait la paternité légale. La conception et la naissance virginale du Seigneur ne devaient pas être connues de tous dès la première heure. Il suffisait à l'accomplissement de la prophétie qu'elles eussent lieu sous le voile du mariage avec saint Joseph.
Revenons au détail de la généalogie de saint Matthieu (i,8) : « Joram engendra Ozias ». Entre Joram et Ozias, trois noms, pourtant bien connus, ont été omis : Ochozias, Joas, Amasias. On a supposé que ces trois personnages avaient été supprimés à cause de leurs relations avec la maison maudite d'Achab ; c'est chose possible, mais l'intention mnémonique de l'évangéliste demeure toujours maîtresse : il veut constituer trois groupes de quatorze. « Josias engendra Jéchonias et ses frères. » Si la vraie leçon est Jéchonias, on peut s'étonner d'entendre parler de ses frères, alors que les Paralipomènes ne lui donnent comme frère que le seul Sédécias. De plus, pour obtenir des séries complètes de quatorze noms, il faut répéter deux fois le nom de Jéchonias. Et des exégètes se demandent s'il ne convient pas de lire, avec quelques manuscrits grecs et syriaques, d'une date relativement récente : Josias engendra Joachim et ses frères, Joachim engendra Jéchonias. Josias eut quatre fils : Johannan; Joachaz ou Sellum, qui succéda à son père ; Joachim ou Éliachim, qui succéda à Joachaz ; enfin Sédécias ou Matthanias. A Joachim succéda Joachin ou Jéchonias, son fils. Emmené en captivité, celui-ci fut remplacé, non pas par Sédécias son frère, mais par Sédécias ou Matthanias, son oncle (IV Reg., xxiii-xxv ; I Par., m, 14 sq. ; II Par., xxxvi). Jérémie avait prédit à Joachin ou Jéchonias qu'il n"aurait pas de postérité royale (xxii, 30) ; il eut cependant des fils, selon les Paralipomènes, entre autres Salatliel et Phapaïa ; mais on peut se demander si Salatliel est vraiment le fils de Jéchonias, d'autant que saint Luc donne Néri comme père de Salatliel. D'après les Paralipomènes, de Phadaïa naquit Zorobabel : tandis que partout ailleurs (I Esdr., iir, 2 ; II Esdr., XII, 1 ; Agg., I ; Mt., i, 12 ; Lc,m, 27), Zorobabel est dit fils de Salatliel ; il est possible que nous ayons là encore un cas de lévirat, d'adoption ou de succession.
Nous retrouvons sans doute une application de la même loi du lévirat relativement au père de saint Joseph ; Jacques ou Jacob, selon saint Matthieu, Héli selon saint Luc. Quoi qu'il en soit, ce qui importe surtout aux évangélistes, c'est que leurs listes fassent du Seigneur l'héritier authentique des droits davidiques. Même abrégée dans un dessein de symétrie, elle est longue, cette série d'ancêtres ; et lorsque nous l'entendons s'égrener, la nuit de Noël, nous sentons revivre l'attente des siècles qui ont précédé le Seigneur. Lentement, l'arbre de Jessé grandit, jusqu'à ce que la tige gracieuse s'épanouisse en cette fleur de la beauté créée et de la beauté éternelle : Jésus, qui vocatur Christus. Le texte sacré, notons -le bien, ne dit pas que Jésus naquit de Marie et de Joseph, mais seulement de Marie, son épouse. Jésus est le nom propre et personnel ; Christ désigne la fonction : il est l'oint du Seigneur, il est prêtre, il est roi. C'est avec David que le sceptre est entré dans la famille de Juda, avec Jéchonias qu'il en est sorti, avec le Seigneur qu'il y rentre à jamais.
Au verset 17, saint Matthieu se résume et livre le secret de son dessin généalogique : les générations sont réparties en trois groupes de quatorze ; le total nous donne quarante-deux anneaux depuis Abraham. Saint Luc en énumère cinquante-six, et depuis Dieu jusqu'au Seigneur soixante-dix-sept.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Laudes du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Laudes matutinas
Aux Laudes du matin
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Magnis prophétæ vócibus De leurs grandes voix, les prophètes
veníre Christum núntiant, annoncent la venue du Christ;
lætæ salútis prævia, la grâce qui nous racheta
qua nos redémit, grátia. nous prépare aux joies du salut.
Hinc mane nostrum prómicat Voici briller notre matin,
et corda læta exæstuant, les cœurs tressaillent d'allégresse,
cum vox fidélis pérsonat quand résonne la voix fidèle
prænuntiátrix glóriæ. qui prédit la gloire à venir.
Advéntus hic primus fuit, En Son premier avènement,
puníre quo non sæculum il vint, non pour punir le monde,
venit, sed ulcus térgere, mais pour en nettoyer les plaies,
salvándo quod períerat. sauver ce qui était perdu.
At nos secúndus præmonet Mais le second avènement nous dit:
adésse Christum iánuis, le Christ est à vos portes
sanctis corónas réddere pour remettre aux saints la couronne,
cælíque regna pándere. ouvrir le Royaume des cieux.
Ætérna lux promíttitur L'astre qui nous sauve apparaît,
sidúsque salvans prómitur; gage de lumière sans fin:
iam nos iubar præfúlgidum déjà Sa splendeur nous appelle
ad ius vocat cæléstium. au rang des citoyens des cieux.
Te, Christe, solum quærimus Te voir en Ta divinité, Ô Christ,
vidére, sicut es Deus, est notre seul désir:
ut perpes hæc sit vísio que cette vision éternelle
perénne laudis cánticum. Amen. soit pour toujours chant de louange.
Ant. 1 Egrediétur Dóminus de loco sancto suo; véniet, ut salvet pópulum suum.Ant. 1 Le Seigneur sortira de Son lieu saint ; Il viendra pour sauver Son peuple.
Psalmus 84 (85) Psaume 84 (85)
Propinqua est salus nostra Notre salut est proche
In terram delapso Salvatore nostro, benedixit Deus terram suam (Origene). Sur la terre, par la descente du rédempteur, Dieu a répandu la bénédiction sur Sa terre (Origène).
Complacuísti tibi, Dómine, in terra tua, * convertísti captivitátem Iacob. Tu as été favorable à Ton pays, Seigneur, Tu as ramené les captifs de Jacob.
Remisísti iniquitátem plebis tuæ, * operuísti ómnia peccáta eórum. Tu as pardonné l'iniquité à Ton peuple, Tu as couvert tous ses péchés.
Contraxísti omnem iram tuam, * revertísti a furóre indignatiónis tuæ. Tu as retiré toute Ton indignation, Tu es revenu de l'ardeur de Ta colère.
Convérte nos, Deus, salutáris noster, * et avérte iram tuam a nobis. Rétablis-nous, Dieu de notre salut, mets fin à Ta colère contre nous.
Numquid in ætérnum irascéris nobis * aut exténdes iram tuam a generatióne in generatiónem? Seras-Tu toujours irrité contre nous, prolongeras-Tu Ton courroux de génération en génération ?
Nonne tu convérsus vivificábis nos, * et plebs tua lætábitur in te? Ne nous feras-Tu pas revenir à la vie, afin que Ton peuple se réjouisse en Toi ?
Osténde nobis, Dómine, misericórdiam tuam * et salutáre tuum da nobis. Seigneur, fais-nous voir Ta bonté, et accorde-nous Ton salut.
Audiam, quid loquátur Dóminus Deus, † quóniam loquétur pacem ad plebem suam et sanctos suos * et ad eos, qui convertúntur corde. Je veux écouter ce que dira le Seigneur Dieu car Il a des paroles de paix pour Son peuple et pour Ses fidèles et pour ceux qui convertissent leur cœur.
Vere prope timéntes eum salutáre ipsíus, * ut inhábitet glória in terra nostra. Oui, Son salut est proche de ceux qui Le craignent, et la gloire habitera de nouveau sur notre terre.
Misericórdia et véritas obviavérunt sibi, * iustítia et pax osculátæ sunt. La bonté et la vérité se sont rencontrées, la justice et la paix se sont embrassées.
Véritas de terra orta est, * et iustítia de cælo prospéxit. La vérité germera de la terre, et la justice regardera du haut du ciel.
Etenim Dóminus dabit benignitátem, * et terra nostra dabit fructum suum. Le Seigneur Lui-même accordera tout bien, et notre terre donnera son fruit.
Iustítia ante eum ambulábit, * et ponet in via gressus suos. La justice marchera devant Lui, et tracera le chemin à Ses pas.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Egrediétur Dóminus de loco sancto suo; véniet, ut salvet pópulum suum.Ant. Le Seigneur sortira de Son lieu saint ; Il viendra pour sauver Son peuple.
Ant. 2 Urbs fortitúdinis nostræ Sion, Salvátor ponétur in ea murus et antemurále; aperíte portas, quia nobíscum Deus, allelúia.Ant. 2 Sion est la cité de notre force ; le sauveur sera en elle comme son mur et son avant mur : ouvrez les portes, car Dieu est avec nous, alléluia.
Canticum (Is 26, 1-4. 7-9. 12) AT20 Cantique (Is 26, 1-4. 7-9. 12) AT20
Hymnus post victoriam de hostibus Hymne après la victoire sur les ennemis
Civitas sancta Ierusalem habebat murum magnum et altum, habentem portas duodecim (Cf. Apc 21, 12). Jérusalem, la cité sainte, était entourée d'une grande et haute muraille, percée de douze portes (Cf. Apc 21, 12).
Urbs fortis nobis in salútem; * pósuit muros et antemurále. Nous avons une ville forte ; il fait de son salut le mur et l'avant-mur.
Aperíte portas, et ingrediátur gens iusta, * quæ servat fidem. Ouvrez les portes, laissez entrer la nation juste, qui garde la foi.
Propósitum eius est firmum; * servábis pacem, quia in te sperávit. Au coeur constant Tu assures la paix, parce qu'il se confie en Toi.
Speráte in Dóminum in sæculis ætérnis, * Dóminus est petra ætérna. Confiez-vous dans le Seigneur à jamais, car le Seigneur est le rocher éternel.
Sémita iusti recta est; * rectum callem iusti complánas. Le sentier du juste est droit ; elle est droite la voie que Tu aplanis au juste.
Et in sémita iudiciórum tuórum, Dómine, sperávimus in te; * ad nomen tuum et ad memoriále tuum desidérium ánimæ. Oui, sur le sentier de Tes jugements, nous T'attendions, ô Seigneur ; Ton nom et ton souvenir étaient le désir de nos actes.
Anima mea desíderat te in nocte, * sed et spíritu meo in præcórdiis meis te quæro. Mon âme T'a désiré pendant la nuit, et au dedans de moi mon esprit Te cherchait.
Cum resplendúerint iudícia tua in terra, * iustítiam discent habitatóres orbis. Lorsque Tes jugements s'exercent sur la terre, les habitants du monde apprennent la justice.
Dómine, dabis pacem nobis; * ómnia enim ópera nostra operátus es nobis. Seigneur, Tu nous assures la paix, car toute notre oeuvre, c'est Toi qui l'as faite pour nous.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Urbs fortitúdinis nostræ Sion, Salvátor ponétur in ea murus et antemurále; aperíte portas, quia nobíscum Deus, allelúia.Ant. Sion est la cité de notre force ; le sauveur sera en elle comme son mur et son avant mur : ouvrez les portes, car Dieu est avec nous, alléluia.
Ant. 3 Ut cognoscámus, Domine, in terra viam tuam, in ómnibus géntibus salutáre tuum.Ant. 3 Pour que nous connaissions, Seigneur, sur la terre Ta voie, et Ton salut sur toutes les nations.
Psalmus 66 (67) Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteantur Toutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28). Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage,
ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous.
Læténtur et exsúltent gentes, † quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Confiteántur tibi pópuli, Deus, * confiteántur tibi pópuli omnes. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous.
Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu,
benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ut cognoscámus, Domine, in terra viam tuam, in ómnibus géntibus salutáre tuum.Ant. Pour que nous connaissions, Seigneur, sur la terre Ta voie, et Ton salut sur toutes les nations.
Lectio brevis (Is 11, 1-3a) Lecture brève ( Is 11, 1-3a)
Et egrediétur virga de stirpe Iesse, et flos de radíce eius ascéndet; et requiéscet super eum spíritus Dómini: spíritus sapiéntiæ et intelléctus, spíritus consílii et fortitúdinis, spíritus sciéntiæ et timóris Dómini; et delíciæ eius in timóre Dómini. Un rameau sortira du tronc de Jessé, et de ses racines croîtra un rejeton. Sur lui reposera l'Esprit du Seigneur, esprit de sagesse et d'intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur; il mettra ses délices dans la crainte du Seigneur.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Super te, Ierúsalem, * Oriétur Dóminus. Super te.
℣. Et glória eius in te vidébitur. * Oriétur Dóminus. Glória Patri. Super te.
℟. Sur toi, Jérusalem, * Se lève le Seigneur. Sur toi. ℣. Et Sa gloire sera vue en toi. * Se lève le Seigneur. Gloire au Père. Sur toi.
Ant. Scitóte quia prope est regnum Dei; amen dico vobis quia non tardábit.Ant. Sachez que le royaume de Dieu est proche ; en vérité je vous le dis il ne tardera pas.
Canticum Evangelicum Lc 1, 68-79 Cantique évangélique (Lc 1,68-79)
De Messia eiusque præcursore Du Messie et de son précurseur
Benedíctus Dóminus, Deus Israel, * quia visitávit et fecit redemptiónem plebi suæ Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,
et eréxit cornu salútis nobis * in domo David púeri sui, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,
sicut locútus est per os sanctórum, * qui a sǽculo sunt, prophetárum eius, ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,
salútem ex inimícis nostris * et de manu ómnium, qui odérunt nos; qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,
ad faciéndam misericórdiam cum pátribus nostris * et memorári testaménti sui sancti, pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,
iusiurándum, quod iurávit ad Abraham patrem nostrum, * datúrum se nobis, selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,
ut sine timóre, de manu inimicórum liberáti, * serviámus illi qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,
in sanctitáte et iustítia coram ipso * ómnibus diébus nostris. marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.
Et tu, puer, prophéta Altíssimi vocáberis: * præíbis enim ante fáciem Dómini paráre vias eius, Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,
ad dandam sciéntiam salútis plebi eius * in remissiónem peccatórum eórum, afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,
per víscera misericórdiæ Dei nostri, * in quibus visitábit nos óriens ex alto, par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,
illumináre his, qui in ténebris et in umbra mortis sedent, * ad dirigéndos pedes nostros in viam pacis. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Scitóte quia prope est regnum Dei; amen dico vobis quia non tardábit.Ant. Sachez que le royaume de Dieu est proche ; en vérité je vous le dis il ne tardera pas.
PrecesPrières litaniques
Salvatóri nostro benedicámus, qui sua resurrectióne mundum clarificávit, et humíliter invocémus eum dicéntes: Salva nos, Dómine, in sémita tua.
Resurrectiónem tuam, Dómine Iesu, oratióne cólimus matutína,
spes glóriæ tuæ diem nostrum illúminet.
Súscipe, Dómine, vota et propósita nostra,
tamquam diéi nostri primítias.
Tríbue in dilectióne tua nos hódie profícere,
ut ómnia in nostrum omniúmque bonum cooperentur.
Da, Dómine, sic lucére lucem nostram coram homínibus,
ut vídeant ópera nostra bona et Patrem gloríficent.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Deus, humánæ cónditor et redémptor natúræ, qui Verbum tuum in útero perpétuæ virginitátis carnem assúmere voluísti, réspice propítius ad preces nostras, ut Unigénitus tuus, nostra humanitáte suscépta, nos divíno suo consórtio sociáre dignétur. Per Dóminum. Dieu, créateur et rédempteur de la nature humaine, qui as voulu que Ton Verbe prenne chair dans le sein d'une mère toujours vierge, regarde avec bonté nos prières, pour que Ton Fils unique, après avoir pris notre humanité, nous fasse participer à Sa divinité.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de tierce du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Tertiam
Ad Tertiam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Nunc, Sancte, nobis, Spíritus, Esprit très Saint, daigne en cette heure,
unum Patri cum Fílio, uni au Père, uni au Fils,
dignáre promptus íngeri descendre Toi-même sur nous
nostro refúsus péctori. et Te répandre dans nos âmes.
 
Os, lingua, mens, sensus, vigor Que notre coeur et notre bouche,
confessionem pérsonent, que tout en nous dise la foi !
flamméscat igne cáritas, Embrase-nous de charité ;
accéndat ardor próximos. que ce feu brûle aussi nos proches !
 
Per te sciámus da Patrem, Fais-nous connaître Dieu le Père,
noscámus atque Fílium, fais-nous apprendre aussi le Fils
te utriúsque Spíritum et croire en tout temps que Tu es
credámus omni témpore. Amen. l'unique Esprit de l'Un et l'Autre. Amen.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 118 (119), 97-104 Psaume 118 (119), 97-104
XIII (Mem) XIII (Mem)
Quómodo diléxi legem tuam, Dómine; * tota die meditátio mea est. Combien j'aime Ta loi, Seigneur; elle est tout le jour l'objet de ma méditation.
Super inimícos meos sapiéntem me fecit præcéptum tuum, * quia in ætérnum mihi est. Par Tes commandements, Tu me rends plus sage que mes ennemis, car je les ai toujours avec moi.
Super omnes docéntes me prudens factus sum, * quia testimónia tua meditátio mea est. Je suis plus sage que tous mes maîtres, car Tes enseignements sont l'objet de ma méditation.
Super senes intelléxi, * quia mandáta tua servávi. J'ai plus d'intelligence que les vieillards, car j'observe Tes ordonnances.
Ab omni via mala prohíbui pedes meos, * ut custódiam verba tua. Je retiens mon pied loin de tout sentier mauvais, afin de garder Ta parole.
A iudíciis tuis non declinávi, * quia tu legem posuísti mihi. Je ne m'écarte pas de Tes préceptes, car c'est Toi qui m'as instruit.
Quam dúlcia fáucibus meis elóquia tua, * super mel ori meo. Que Ta parole est douce à mon palais, plus que le miel à ma bouche.
A mandátis tuis intelléxi; * proptérea odívi omnem viam mendácii. Par Tes ordonnances je deviens intelligent, aussi je hais tous les sentiers du mensonge.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 73 (74) Psaume 73 (74)
Lamentatio propter templum vastatum Lamentation à cause de la dévastation du temple
Nolite timere eos, qui occidunt corpus (Mt 10, 28). Ne craignez pas ceux qui tuent le corps (Mt 10, 28).
I I
Ut quid, Deus, reppulísti in finem, * irátus est furor tuus super oves páscuæ tuæ? Pourquoi, ô Dieu, nous as-Tu rejetés pour toujours ? Pourquoi Ta colère est-elle allumée contre le troupeau de Ton pâturage ?
Memor esto congregatiónis tuæ, * quam possedísti ab inítio. Souviens-Toi de Ton peuple que Tu as acquis aux jours anciens,
Redemísti virgam hereditátis tuæ, * mons Sion, in quo habitásti. que Tu as racheté pour être la tribu de Ton héritage ! Souviens-Toi de ta montagne de Sion où Tu faisais Ta résidence;
Leva gressus tuos in ruínas sempitérnas: * ómnia vastávit inimícus in sancto. porte Tes pas vers ces ruines irréparables ; l'ennemi a tout ravagé dans le sanctuaire.
Rugiérunt, qui odérunt te, in médio congregatiónis tuæ; * posuérunt signa sua in signa. Tes adversaires ont rugi au milieu de Tes saints parvis ; ils ont établi pour emblèmes leurs emblèmes.
Visi sunt quasi in altum secúrim vibrántes * in silva condénsa. On les a vus, pareils au bûcheron, qui lève la cognée dans une épaisse forêt.
Excidérunt iánuas eius in idípsum; * in secúri et áscia deiecérunt. Et maintenant, toutes les sculptures ensemble ; ils les ont brisées à coups de hache et de marteau.
Incendérunt igni sanctuárium tuum, * in terram polluérunt tabernáculum nóminis tui; Ils ont livré au feu Ton sanctuaire ; ils ont abattu et profané la demeure de Ton nom.
dixérunt in corde suo: «Opprimámus eos simul». * Combussérunt omnes congregatiónes Dei in terra. Ils disaient dans leur coeur : " Détruisons-les tous ensemble ! " Ils ont brûlé dans le pays tous les lieux saints.
Signa nostra non vídimus, iam non est prophéta, * et apud nos non est qui cognóscat ámplius. Nous ne voyons plus nos signes ; il n'y a plus de prophète, et personne parmi nous qui sache jusques à quand...
Usquequo, Deus, improperábit inimícus, * spernet adversárius nomen tuum in finem? Jusques à quand, ô Dieu, l'oppresseur insultera-t-il, l'ennemi blasphèmera-t-il sans cesse Ton nom?
Ut quid avértis manum tuam * et tenes déxteram tuam in médio sinu tuo? Pourquoi retires-Tu ta main et Ta droite ? Tire-la de Ton sein et détruis-les !
Deus autem rex noster ante sæcula, * operátus est salútes in médio terræ. Pourtant Dieu est mon roi dès les temps anciens, Lui qui a opéré tant de délivrances sur la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
II II
Tu conscidísti in virtúte tua mare, * contribulásti cápita dracónum in aquis. C'est Toi qui as divisé la mer par Ta puissance, Toi qui as brisé la tête des monstres dans les eaux.
Tu confregísti cápita Levíathan, * dedísti eum escam monstris maris. C'est Toi qui as écrasé les têtes de Léviathan, et l'as donné en pâture aux monstres marins.
Tu dirupísti fontes et torréntes; * tu siccásti flúvios perénnes. C'est Toi qui as fait jaillir la source et le torrent, Toi qui as mis à sec les fleuves qui ne tarissent pas.
Tuus est dies et tua est nox, * tu fabricátus es luminária et solem. A Toi est le jour, à Toi est la nuit ; c'est Toi qui as créé la lune et le soleil.
Tu statuísti omnes términos terræ, * æstátem et híemem, tu plasmásti ea. C'est Toi qui as fixé toutes les limites de la terre ; l'été et l'hiver, c'est Toi qui les a établis.
Memor esto huius: † inimícus improperávit Dómino, * et pópulus insípiens sprevit nomen tuum. Souviens-Toi : l'ennemi insulte le Seigneur, un peuple insensé blasphème Ton nom !
Ne tradas béstiis ánimas confiténtes tibi * et ánimas páuperum tuórum ne obliviscáris in finem. Ne livre pas aux bêtes l'âme de Ta tourterelle, n'oublie pas pour toujours la vie de Tes pauvres.
Réspice in testaméntum, * quia repléta sunt latíbula terræ tentóriis violéntiæ. Prends garde à Ton alliance ! car tous les coins du pays sont pleins de repaires de violence.
Ne revertátur húmilis factus confúsus; * pauper et inops laudábunt nomen tuum. Que l'opprimé ne s'en retourne pas confus, que le malheureux et le pauvre puissent bénir Ton nom !
Exsúrge, Deus, iúdica causam tuam; † memor esto improperiórum tuórum, * quæ ab insipiénte fiunt tota die. Lève-Toi, ô Dieu, prends en main Ta cause ; souviens-Toi des outrages que T'adresse chaque jour l'insensé.
Ne obliviscáris voces inimicórum tuórum; * tumúltus adversariórum tuórum ascéndit semper. N'oublie pas les clameurs de Tes adversaires, l'insolence toujours croissante de ceux qui Te haïssent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Lectio brevis (Is 4, 2) Lecture brève (Is 4, 2)
In die illa erit germen Dómini in splendórem et glóriam, et fructus terræ sublímis, et exsultátio his qui salváti fúerint de Israel. Le germe du Seigneur fera l'ornement et la gloire, et le fruit de la terre, fera l'orgueil et la parure des réchappés d'Israël.
℣. Timébunt gentes nomen tuum, Dómine.
℟. Et omnes reges terræ glóriam tuam.
℣. Les nations craindront Ton nom Seigneur.
℟. Et tous les rois Ta gloire.
Deus, humánæ cónditor et redémptor natúræ, qui Verbum tuum in útero perpétuæ virginitátis carnem assúmere voluísti, réspice propítius ad preces nostras, ut Unigénitus tuus, nostra humanitáte suscépta, nos divíno suo consórtio sociáre dignétur. Per Dóminum. Dieu, créateur et rédempteur de la nature humaine, qui as voulu que Ton Verbe prenne chair dans le sein d'une mère toujours vierge, regarde avec bonté nos prières, pour que Ton Fils unique, après avoir pris notre humanité, nous fasse participer à Sa divinité.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Tertiam - psalmodia complementaria

A Tierce - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 119 (120) Psaume 119 (120)
Desiderium pacis Désir de paix
In tribulatione patientes, orationi instantes (Rom 12, 12). Soyez patients dans l'affliction, assidus à la prière, (Rom 12, 12).
Ad Dóminum, cum tribulárer, clamávi, * et exaudívit me. Vers le Seigneur, dans ma détresse, j'ai crié, et Il m'a exaucé:
Dómine, líbera ánimam meam a lábiis mendácii, * a língua dolósa. « Seigneur, délivre mon âme de la lèvre de mensonge, de la langue astucieuse! »
Quid detur tibi aut quid apponátur tibi, * língua dolósa? Que te sera-t-il donné, quel sera ton profit, langue perfide?
Sagíttæ poténtis acútæ * cum carbónibus iuniperórum. Les flèches aiguës du Tout-puissant, avec les charbons ardents du genêt.
Heu mihi, quia peregrinátus sum in Mosoch, * habitávi ad tabernácula Cedar! Malheureux que je suis de séjourner dans Mések, d'habiter sous les tentes de Cédar !
Multum íncola fuit ánima mea * cum his, qui odérunt pacem. Trop longtemps j'ai demeuré avec ceux qui haïssent la paix.
Ego eram pacíficus; * cum loquébar, illi impugnábant me. Je suis un homme de paix et, quand je leur parle, ils sont pour la guerre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 3 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 121 (122) Psaume 121 (122)
Civitas sancta Ierusalem La cité sainte de Jérusalem
Accessistis ad Sion montem et civitatem Dei viventis, Ierusalem cælestem (Hebr 12, 22). Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant qui est la Jérusalem céleste (Hebr 12, 22).
Lætátus sum in eo quod dixérunt mihi: * «In domum Dómini íbimus» . J'ai été dans la joie quand on m'a dit: « Allons à la maison du Seigneur »
Stantes iam sunt pedes nostri * in portis tuis, Ierúsalem. Maintenant nos pieds se tiennent à tes portes, Jérusalem.
Ierúsalem, quæ ædificáta est ut cívitas, * sibi compácta in idípsum. Jérusalem, tu es bâtie comme une ville où tout se tient ensemble.
Illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, * testimónium Israel, ad confiténdum nómini Dómini. Là montent les tribus, les tribus du Seigneur, selon la loi d'Israël, pour louer le nom du Seigneur.
Quia illic sedérunt sedes ad iudícium, *sedes domus David. Là sont établis des sièges pour le jugement, les sièges de la maison de David.
Rogáte, quæ ad pacem sunt Ierúsalem: * «Secúri sint diligéntes te! Faites des voeux pour Jérusalem: « Qu'ils soient en sûreté ceux qui t'aiment !
Fiat pax in muris tuis, * et secúritas in túrribus tuis! ». Que la paix règne dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! »
Propter fratres meos et próximos meos * loquar: «Pax in te! ». A cause de mes frères et de mes amis, je dis : «Paix sur toi ! ».
Propter domum Dómini Dei nostri * exquíram bona tibi. A cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je désire pour toi le bonheur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Messe du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 79, 4 et 2
VENI, et osténde nobis fáciem tuam, Dómine, qui sedes super Chérubim: et sálvi érimus. Ps. ibid., 2 Qui regis Israël, inténde: qui dedúcis, velut ovem, Ioseph. ℣. Glória Patri. Viens, Seigneur, Toi dont le trône est porté par les Chérubins. Viens nous montrer Ton visage et nous serons sauvés.
Ps. ib., 2. Ecoute, Pasteur d’Israël, Toi qui mènes le peuple de Joseph comme un berger son troupeau.
Collecta Collecte
Deus, humánæ cónditor et redémptor natúræ, qui Verbum tuum in útero perpétuæ virginitátis carnem assúmere voluísti, réspice propítius ad preces nostras, ut Unigénitus tuus, nostra humanitáte suscépta, nos divíno suo consórtio sociáre dignétur. Per Dóminum. Dieu, créateur et rédempteur de la nature humaine, qui as voulu que Ton Verbe prenne chair dans le sein d'une mère toujours vierge, regarde avec bonté nos prières, pour que Ton Fils unique, après avoir pris notre humanité, nous fasse participer à Sa divinité.
Lectio I Ière lecture
 Léctio libri Génesis (49,2.8-10)  
In diébus illis: Vocávit Iácob fílios suos et ait eis: " Cóngregamini, ut annúntiem, quae ventúra sunt vobis in diébus novíssimis. Congregámini et audíte, fílii Iácob, audíte Israel patrem vestrum! Iúda, te laudábunt fratres tui; manus tua in cervícibus inimicórum tuórum; adorábunt te fílii patris tui. Cátulus leónis Iúda: a praeda, fili mi, ascendísti; requiéscens accúbuit ut leo et quasi leǽna; quis suscitábit eum? Non auferétur sceptrum de Iúda et báculus ducis de pédibus eíus, donec véniat ille, cuíus est, et cui erit oboediéntia géntium. En ces jours là: Jacob appela ses enfants, et leur dit: Assemblez-vous tous, afin que je vous annonce ce qui doit vous arriver dans les derniers temps. Venez tous ensemble, et écoutez, enfants de Jacob, écoutez Israël votre père. Juda, tes frères te loueront, ta main sera sur le cou de tes ennemis; les enfants de ton père se prosterneront devant toi. Juda est un jeune lion. Tu t'es levé, mon fils, pour ravir la proie. En te reposant, tu t'es couché comme un lion et une lionne; qui osera le réveiller? Le sceptre ne sera point ôté de Juda, ni le prince de sa postérité, jusqu'à ce que soit venu celui qui doit être envoyé; et c'est lui qui sera l'attente des nations.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps.18,7. ℣. 2
℟. A summo caelo egréssio eius: et occúrsus eius usque ad summum eius. ℟. Comme le soleil, il se lève à une extrémité du ciel et court jusqu’à l’autre extrémité.
℣. Caeli enárrant glóriam Dei: et ópera mánum eius annúntiat firmaméntum. ℣. Les cieux chantent la gloire de Dieu ; leur voûte solide proclame la puissance de Ses mains.
 Evangelium  Evangile
 Léctio sancti Evangélii secúndum Mattháeum (1,1-17)  
Liber generatiónis Iésu Christi fílii David fílii Ábraham. Ábraham génuit Ísaac, Ísaac autem génuit Iácob, Iácob autem génuit Iúdam et fratres eíus,  Iúdas autem génuit Phares et Zara de Thamar, Phares autem génuit Esrom, Esrom autem génuit Aram, Aram autem génuit Amínadab, Amínadab autem génuit Naásson, Naásson autem génuit Salmon, Salmon autem génuit Booz de Rahab, Booz autem génuit Obed ex Ruth, Obed autem génuit Iésse, Iésse autem génuit David regem. David autem génuit Salomónem ex ea, quae fuit Uríae, Sálomon autem génuit Róboam, Róboam autem génuit Abíam, Abía autem génuit Asa, Asa autem génuit Iosáphat, Iosáphat autem génuit Ióram, Ióram autem génuit Ozíam, Ozías autem génuit Ioátham, Ioátham autem génuit Achaz, Achaz autem génuit Ezechíam, Ezechías autem génuit Manássen, Manásses autem génuit Amon, Amon autem génuit Iósiam, Iósias autem génuit Iechóniam et fratres eíus in transmigratióne Babylónis. Et post transmigratiónem Babylónis Iechónias génuit Saláthiel, Saláthiel autem génuit Zoróbabel,  Zoróbabel autem génuit Abíud, Abíud autem génuit Eliáchim, Eliáchim autem génuit Azor, Azor autem génuit Sadoc, Sadoc autem génuit Achim, Achim autem génuit Elíud, Elíud autem génuit Eleázar, Eleázar autem génuit Matthan, Matthan autem génuit Iácob, Iácob autem génuit Ióseph virum Maríae, de qua natus est Iésus, qui vocátur Christus. Omnes ergo generatiónes ab Ábraham usque ad David generatiónes quattuórdecim; et a David usque ad transmigratiónem Babylónis generatiónes quattuórdecim; et a transmigratióne Babylónis usque ad Christum generatiónes quattuórdecim. Livre de la généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham.
Abraham engendra Isaac; Isaac engendra Jacob; Jacob engendra Juda et ses frères;
Juda engendra Pharès et Zara, de Thamar; Pharès engendra Esron; Esron engendra Aram;
Aram engendra Aminadab; Aminadab engendra Naasson; Naasson engendra Salmon;
Salmon engendra Booz, de Rahab; Booz engendra Obed, de Ruth; Obed engendra Jessé; Jessé engendra David, qui fut roi.
Le roi David engendra Salomon, de celle qui avait été femme d'Urie;
Salomon engendra Roboam; Roboam engendra Abias; Abias engendra Asa;
Asa engendra Josaphat; Josaphat engendra Joram; Joram engendra Ozias;
Ozias engendra Joatham; Joatham engendra Achaz; Achaz engendra Ezéchias;
Ezéchias engendra Manassès; Manassès engendra Amon; Amon engendra Josias;
Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone.
Et après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel; Salathiel engendra Zorobabel;
Zorobabel engendra Abiud; Abiud engendra Eliacim; Eliacim engendra Azor;
Azor engendra Sadoc; Sadoc engendra Achim; Achim engendra Eliud;
Eliud engendra Eléazar; Eléazar engendra Mathan; Mathan engendra Jacob;
Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ.
En tout donc, depuis Abraham jusqu'à David, quatorze générations; et depuis David jusqu'à la déportation à Babylone, quatorze générations; et depuis la déportation à Babylone jusqu'au Christ, quatorze générations.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium Offertoire
Zach. 9, 9
Exsúlta satis, fília Sion, praédica, fília Ierúsalem: ecce rex tuus venit tibi, sanctus et salvátor. Danse de joie, fille de Sion. Crie ta joie, fille de Jérusalem. Voici que ton roi vient à toi : Il est saint et Il te sauvera.
Communio Communion
Ps. 18, 6-7
Exsultávit ut gigas ad curréndam viam: a summo caelo egréssio eius, et occúrsus eius usque ad summum eius. A pas de géant, Il s’est élancé sur le chemin à parcourir ; Il se lève à une extrêmité du ciel et court jusqu’à l’autre extrêmité.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de sexte du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Sextam
Ad Sextam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Rector potens, verax Deus, Maître puissant, Dieu Vérité,
qui témperas rerum vices, Tu règles la marche du temps,
splendóre mane ínstruis Tu formes l'aube en sa clarté,
et ígnibus merídiem. au midi Tu donnes ses flammes.
Exstíngue flammas lítium, Éteins le feu des dissensions,
aufer calórem nóxium, calme la fièvre du péché,
confer salútem córporum apporte à nos corps la santé
verámque pacem córdium. à nos cœurs, la paix véritable.
Praesta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 118 (119), 97-104 Psaume 118 (119), 97-104
XIII (Mem) XIII (Mem)
Quómodo diléxi legem tuam, Dómine; * tota die meditátio mea est. Combien j'aime Ta loi, Seigneur; elle est tout le jour l'objet de ma méditation.
Super inimícos meos sapiéntem me fecit præcéptum tuum, * quia in ætérnum mihi est. Par Tes commandements, Tu me rends plus sage que mes ennemis, car je les ai toujours avec moi.
Super omnes docéntes me prudens factus sum, * quia testimónia tua meditátio mea est. Je suis plus sage que tous mes maîtres, car Tes enseignements sont l'objet de ma méditation.
Super senes intelléxi, * quia mandáta tua servávi. J'ai plus d'intelligence que les vieillards, car j'observe Tes ordonnances.
Ab omni via mala prohíbui pedes meos, * ut custódiam verba tua. Je retiens mon pied loin de tout sentier mauvais, afin de garder Ta parole.
A iudíciis tuis non declinávi, * quia tu legem posuísti mihi. Je ne m'écarte pas de Tes préceptes, car c'est Toi qui m'as instruit.
Quam dúlcia fáucibus meis elóquia tua, * super mel ori meo. Que Ta parole est douce à mon palais, plus que le miel à ma bouche.
A mandátis tuis intelléxi; * proptérea odívi omnem viam mendácii. Par Tes ordonnances je deviens intelligent, aussi je hais tous les sentiers du mensonge.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 73 (74) Psaume 73 (74)
Lamentatio propter templum vastatum Lamentation à cause de la dévastation du temple
Nolite timere eos, qui occidunt corpus (Mt 10, 28). Ne craignez pas ceux qui tuent le corps (Mt 10, 28).
I I
Ut quid, Deus, reppulísti in finem, * irátus est furor tuus super oves páscuæ tuæ? Pourquoi, ô Dieu, nous as-Tu rejetés pour toujours ? Pourquoi Ta colère est-elle allumée contre le troupeau de Ton pâturage ?
Memor esto congregatiónis tuæ, * quam possedísti ab inítio. Souviens-Toi de Ton peuple que Tu as acquis aux jours anciens,
Redemísti virgam hereditátis tuæ, * mons Sion, in quo habitásti. que Tu as racheté pour être la tribu de Ton héritage ! Souviens-Toi de ta montagne de Sion où Tu faisais Ta résidence;
Leva gressus tuos in ruínas sempitérnas: * ómnia vastávit inimícus in sancto. porte Tes pas vers ces ruines irréparables ; l'ennemi a tout ravagé dans le sanctuaire.
Rugiérunt, qui odérunt te, in médio congregatiónis tuæ; * posuérunt signa sua in signa. Tes adversaires ont rugi au milieu de Tes saints parvis ; ils ont établi pour emblèmes leurs emblèmes.
Visi sunt quasi in altum secúrim vibrántes * in silva condénsa. On les a vus, pareils au bûcheron, qui lève la cognée dans une épaisse forêt.
Excidérunt iánuas eius in idípsum; * in secúri et áscia deiecérunt. Et maintenant, toutes les sculptures ensemble ; ils les ont brisées à coups de hache et de marteau.
Incendérunt igni sanctuárium tuum, * in terram polluérunt tabernáculum nóminis tui; Ils ont livré au feu Ton sanctuaire ; ils ont abattu et profané la demeure de Ton nom.
dixérunt in corde suo: «Opprimámus eos simul». * Combussérunt omnes congregatiónes Dei in terra. Ils disaient dans leur coeur : " Détruisons-les tous ensemble ! " Ils ont brûlé dans le pays tous les lieux saints.
Signa nostra non vídimus, iam non est prophéta, * et apud nos non est qui cognóscat ámplius. Nous ne voyons plus nos signes ; il n'y a plus de prophète, et personne parmi nous qui sache jusques à quand...
Usquequo, Deus, improperábit inimícus, * spernet adversárius nomen tuum in finem? Jusques à quand, ô Dieu, l'oppresseur insultera-t-il, l'ennemi blasphèmera-t-il sans cesse Ton nom?
Ut quid avértis manum tuam * et tenes déxteram tuam in médio sinu tuo? Pourquoi retires-Tu ta main et Ta droite ? Tire-la de Ton sein et détruis-les !
Deus autem rex noster ante sæcula, * operátus est salútes in médio terræ. Pourtant Dieu est mon roi dès les temps anciens, Lui qui a opéré tant de délivrances sur la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
II II
Tu conscidísti in virtúte tua mare, * contribulásti cápita dracónum in aquis. C'est Toi qui as divisé la mer par Ta puissance, Toi qui as brisé la tête des monstres dans les eaux.
Tu confregísti cápita Levíathan, * dedísti eum escam monstris maris. C'est Toi qui as écrasé les têtes de Léviathan, et l'as donné en pâture aux monstres marins.
Tu dirupísti fontes et torréntes; * tu siccásti flúvios perénnes. C'est Toi qui as fait jaillir la source et le torrent, Toi qui as mis à sec les fleuves qui ne tarissent pas.
Tuus est dies et tua est nox, * tu fabricátus es luminária et solem. A Toi est le jour, à Toi est la nuit ; c'est Toi qui as créé la lune et le soleil.
Tu statuísti omnes términos terræ, * æstátem et híemem, tu plasmásti ea. C'est Toi qui as fixé toutes les limites de la terre ; l'été et l'hiver, c'est Toi qui les a établis.
Memor esto huius: † inimícus improperávit Dómino, * et pópulus insípiens sprevit nomen tuum. Souviens-Toi : l'ennemi insulte le Seigneur, un peuple insensé blasphème Ton nom !
Ne tradas béstiis ánimas confiténtes tibi * et ánimas páuperum tuórum ne obliviscáris in finem. Ne livre pas aux bêtes l'âme de Ta tourterelle, n'oublie pas pour toujours la vie de Tes pauvres.
Réspice in testaméntum, * quia repléta sunt latíbula terræ tentóriis violéntiæ. Prends garde à Ton alliance ! car tous les coins du pays sont pleins de repaires de violence.
Ne revertátur húmilis factus confúsus; * pauper et inops laudábunt nomen tuum. Que l'opprimé ne s'en retourne pas confus, que le malheureux et le pauvre puissent bénir Ton nom !
Exsúrge, Deus, iúdica causam tuam; † memor esto improperiórum tuórum, * quæ ab insipiénte fiunt tota die. Lève-Toi, ô Dieu, prends en main Ta cause ; souviens-Toi des outrages que T'adresse chaque jour l'insensé.
Ne obliviscáris voces inimicórum tuórum; * tumúltus adversariórum tuórum ascéndit semper. N'oublie pas les clameurs de Tes adversaires, l'insolence toujours croissante de ceux qui Te haïssent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Lectio brevis (Is 4, 3) Lecture brève (Is 4, 3)
Omnis qui relíctus fúerit in Sion et resíduus in Ierúsalem, sanctus vocábitur, omnis qui scriptus est ad vitam in Ierúsalem. Ceux qui seront restés dans Sion, et ceux qui auront été épargnés dans Jérusalem seront appelés saints, tous ceux qui sont inscrits pour la vie dans Jérusalem.
℣. Meménto nostri, Dómine, in beneplácito pópuli tui.
℟. Vísita nos in salutári tuo.
℣. Souviens-Toi de nous, Seigneur, dans Tes largesses pour Ton peuple.
℟. Visite-nous dans Ton Salut.
Deus, humánæ cónditor et redémptor natúræ, qui Verbum tuum in útero perpétuæ virginitátis carnem assúmere voluísti, réspice propítius ad preces nostras, ut Unigénitus tuus, nostra humanitáte suscépta, nos divíno suo consórtio sociáre dignétur. Per Dóminum. Dieu, créateur et rédempteur de la nature humaine, qui as voulu que Ton Verbe prenne chair dans le sein d'une mère toujours vierge, regarde avec bonté nos prières, pour que Ton Fils unique, après avoir pris notre humanité, nous fasse participer à Sa divinité.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Sextam - psalmodia complementaria

A Sexte - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 122 (123) Psaume 122 (123)
Dominus fiducia populi Le Seigneur, confiance du peuple
Duo cæci... clamaverunt: «Domine, miserere nostri, Fili David» (Mt 20, 30). Deux aveugles crièrent « Seigneur, aie pitié de nous, Fils de David » (Mt 20, 30).
Ad te levávi óculos meos, * qui hábitas in cælis. J'élève mes yeux vers Toi, ô toi qui siège dans les cieux!
Ecce sicut óculi servórum ad manus dominórum suórum, * sicut óculi ancíllæ ad manus dóminæ suæ, Comme l'oeil du serviteur est fixé sur la main de son maître, et l'oeil de la servante sur la main de sa maîtresse,
ita óculi nostri ad Dóminum Deum nostrum, * donec misereátur nostri. ainsi nos yeux sont fixés sur le Seigneur, notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait pitié de nous.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri, * quia multum repléti sumus despectióne; Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car nous n'avons été que trop rassasiés d'opprobres.
quia multum repléta est ánima nostra * derisióne abundántium et despectióne superbórum. Notre âme n'a été que trop rassasiée de la moquerie des superbes, du mépris des orgueilleux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 123 (124) Psaume 123 (124)
Adiutorium nostrum in nomine Domini Notre secours est dans le nom du Seigneur
Dixit Dominus Paulo: «Noli timere ... quia ego sum tecum» (Act 18, 9-10). Le Seigneur dit à Paul : « ne crains pas ... Je suis avec toi» (Act 18, 9-10).
Nisi quia Dóminus erat in nobis, dicat nunc Israel, † nisi quia Dóminus erat in nobis, * cum exsúrgerent hómines in nos: Si le Seigneur n'eût été pour nous, qu'Israël le proclame, si le Seigneur n'eût été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous.
forte vivos deglutíssent nos, * cum irascerétur furor eórum in nos. Ils nous auraient dévorés tout vivants, quand leur colère s'est allumée contre nous.
Fórsitan aqua absorbuísset nos, † torrens pertransísset ánimam nostram * fórsitan pertransíssent ánimam nostram aquæ intumescéntes. Les eaux nous auraient engloutis, le torrent eût passé sur notre âme; sur notre âme auraient passé les eaux impétueuses.
Benedíctus Dóminus; * qui non dedit nos in direptiónem déntibus eórum. Béni soit le Seigneur, qui ne nous a pas livrés à leurs dents.
Anima nostra sicut passer erépta est * de láqueo venántium: Notre âme, comme le passereau, s'est échappée du filet de l'oiseleur :
láqueus contrítus est, * et nos erépti sumus. le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Adiutórium nostrum in nómine Dómini, * qui fecit cælum et terram. Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Psalmus 124 (125) Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16). La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet. Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum. Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas. Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde. Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel! Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de none du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Nonam
Ad Nonam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Rerum, Deus, tenax vigor, Dieu fort, soutien de l'univers,
immótus in te pérmanens, qui est en Toi sans changement,
lucis diúrnae témpora Tu fixes dans leur succession
succéssibus detérminans, les temps que le soleil mesure.
Largíre clarum véspere, Donne-nous un soir lumineux
quo vita numquam décidat, où la vie ne décline pas,
sed praémium mortis sacrae où, pour le fruit de la Sainte Mort,
perénnis instet glória. resplendira toujours la gloire.
Praesta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 118 (119), 97-104 Psaume 118 (119), 97-104
XIII (Mem) XIII (Mem)
Quómodo diléxi legem tuam, Dómine; * tota die meditátio mea est. Combien j'aime Ta loi, Seigneur; elle est tout le jour l'objet de ma méditation.
Super inimícos meos sapiéntem me fecit præcéptum tuum, * quia in ætérnum mihi est. Par Tes commandements, Tu me rends plus sage que mes ennemis, car je les ai toujours avec moi.
Super omnes docéntes me prudens factus sum, * quia testimónia tua meditátio mea est. Je suis plus sage que tous mes maîtres, car Tes enseignements sont l'objet de ma méditation.
Super senes intelléxi, * quia mandáta tua servávi. J'ai plus d'intelligence que les vieillards, car j'observe Tes ordonnances.
Ab omni via mala prohíbui pedes meos, * ut custódiam verba tua. Je retiens mon pied loin de tout sentier mauvais, afin de garder Ta parole.
A iudíciis tuis non declinávi, * quia tu legem posuísti mihi. Je ne m'écarte pas de Tes préceptes, car c'est Toi qui m'as instruit.
Quam dúlcia fáucibus meis elóquia tua, * super mel ori meo. Que Ta parole est douce à mon palais, plus que le miel à ma bouche.
A mandátis tuis intelléxi; * proptérea odívi omnem viam mendácii. Par Tes ordonnances je deviens intelligent, aussi je hais tous les sentiers du mensonge.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 73 (74) Psaume 73 (74)
Lamentatio propter templum vastatum Lamentation à cause de la dévastation du temple
Nolite timere eos, qui occidunt corpus (Mt 10, 28). Ne craignez pas ceux qui tuent le corps (Mt 10, 28).
I I
Ut quid, Deus, reppulísti in finem, * irátus est furor tuus super oves páscuæ tuæ? Pourquoi, ô Dieu, nous as-Tu rejetés pour toujours ? Pourquoi Ta colère est-elle allumée contre le troupeau de Ton pâturage ?
Memor esto congregatiónis tuæ, * quam possedísti ab inítio. Souviens-Toi de Ton peuple que Tu as acquis aux jours anciens,
Redemísti virgam hereditátis tuæ, * mons Sion, in quo habitásti. que Tu as racheté pour être la tribu de Ton héritage ! Souviens-Toi de ta montagne de Sion où Tu faisais Ta résidence;
Leva gressus tuos in ruínas sempitérnas: * ómnia vastávit inimícus in sancto. porte Tes pas vers ces ruines irréparables ; l'ennemi a tout ravagé dans le sanctuaire.
Rugiérunt, qui odérunt te, in médio congregatiónis tuæ; * posuérunt signa sua in signa. Tes adversaires ont rugi au milieu de Tes saints parvis ; ils ont établi pour emblèmes leurs emblèmes.
Visi sunt quasi in altum secúrim vibrántes * in silva condénsa. On les a vus, pareils au bûcheron, qui lève la cognée dans une épaisse forêt.
Excidérunt iánuas eius in idípsum; * in secúri et áscia deiecérunt. Et maintenant, toutes les sculptures ensemble ; ils les ont brisées à coups de hache et de marteau.
Incendérunt igni sanctuárium tuum, * in terram polluérunt tabernáculum nóminis tui; Ils ont livré au feu Ton sanctuaire ; ils ont abattu et profané la demeure de Ton nom.
dixérunt in corde suo: «Opprimámus eos simul». * Combussérunt omnes congregatiónes Dei in terra. Ils disaient dans leur coeur : " Détruisons-les tous ensemble ! " Ils ont brûlé dans le pays tous les lieux saints.
Signa nostra non vídimus, iam non est prophéta, * et apud nos non est qui cognóscat ámplius. Nous ne voyons plus nos signes ; il n'y a plus de prophète, et personne parmi nous qui sache jusques à quand...
Usquequo, Deus, improperábit inimícus, * spernet adversárius nomen tuum in finem? Jusques à quand, ô Dieu, l'oppresseur insultera-t-il, l'ennemi blasphèmera-t-il sans cesse Ton nom?
Ut quid avértis manum tuam * et tenes déxteram tuam in médio sinu tuo? Pourquoi retires-Tu ta main et Ta droite ? Tire-la de Ton sein et détruis-les !
Deus autem rex noster ante sæcula, * operátus est salútes in médio terræ. Pourtant Dieu est mon roi dès les temps anciens, Lui qui a opéré tant de délivrances sur la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
II II
Tu conscidísti in virtúte tua mare, * contribulásti cápita dracónum in aquis. C'est Toi qui as divisé la mer par Ta puissance, Toi qui as brisé la tête des monstres dans les eaux.
Tu confregísti cápita Levíathan, * dedísti eum escam monstris maris. C'est Toi qui as écrasé les têtes de Léviathan, et l'as donné en pâture aux monstres marins.
Tu dirupísti fontes et torréntes; * tu siccásti flúvios perénnes. C'est Toi qui as fait jaillir la source et le torrent, Toi qui as mis à sec les fleuves qui ne tarissent pas.
Tuus est dies et tua est nox, * tu fabricátus es luminária et solem. A Toi est le jour, à Toi est la nuit ; c'est Toi qui as créé la lune et le soleil.
Tu statuísti omnes términos terræ, * æstátem et híemem, tu plasmásti ea. C'est Toi qui as fixé toutes les limites de la terre ; l'été et l'hiver, c'est Toi qui les a établis.
Memor esto huius: † inimícus improperávit Dómino, * et pópulus insípiens sprevit nomen tuum. Souviens-Toi : l'ennemi insulte le Seigneur, un peuple insensé blasphème Ton nom !
Ne tradas béstiis ánimas confiténtes tibi * et ánimas páuperum tuórum ne obliviscáris in finem. Ne livre pas aux bêtes l'âme de Ta tourterelle, n'oublie pas pour toujours la vie de Tes pauvres.
Réspice in testaméntum, * quia repléta sunt latíbula terræ tentóriis violéntiæ. Prends garde à Ton alliance ! car tous les coins du pays sont pleins de repaires de violence.
Ne revertátur húmilis factus confúsus; * pauper et inops laudábunt nomen tuum. Que l'opprimé ne s'en retourne pas confus, que le malheureux et le pauvre puissent bénir Ton nom !
Exsúrge, Deus, iúdica causam tuam; † memor esto improperiórum tuórum, * quæ ab insipiénte fiunt tota die. Lève-Toi, ô Dieu, prends en main Ta cause ; souviens-Toi des outrages que T'adresse chaque jour l'insensé.
Ne obliviscáris voces inimicórum tuórum; * tumúltus adversariórum tuórum ascéndit semper. N'oublie pas les clameurs de Tes adversaires, l'insolence toujours croissante de ceux qui Te haïssent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Lectio brevis (Is 61, 11) Lecture brève (Is 61, 11)
Sicut terra profert germen suum, et sicut hortus semen suum gérminat, sic Dóminus Deus germinábit iustítiam et laudem coram univérsis géntibus. Comme la terre fait éclore ses germes, et comme un jardin fait germer ses semences, ainsi le Seigneur fera germer la justice, et la louange devant toutes les nations.
℣. Veni, Dómine, et noli tardáre.
℟. Reláxa facínora plebi tuæ.
℣. Viens Seigneur, ne tarde pas.
℟. Efface les délits de Ton peuple.
Deus, humánæ cónditor et redémptor natúræ, qui Verbum tuum in útero perpétuæ virginitátis carnem assúmere voluísti, réspice propítius ad preces nostras, ut Unigénitus tuus, nostra humanitáte suscépta, nos divíno suo consórtio sociáre dignétur. Per Dóminum. Dieu, créateur et rédempteur de la nature humaine, qui as voulu que Ton Verbe prenne chair dans le sein d'une mère toujours vierge, regarde avec bonté nos prières, pour que Ton Fils unique, après avoir pris notre humanité, nous fasse participer à Sa divinité.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Nonam - psalmodia complementaria

A None - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 125 (126) Psaume 125 (126)
Gaudium et spes in Deo Joie et espoir dans le Seigneur
Sicuti socii passionum estis, sic eritis et consolationis (2 Cor 1, 7). Comme vous avez part aux souffrances, vous avez aussi part à la consolation (2 Cor 1, 7).
In converténdo Dóminus captivitátem Sion, * facti sumus quasi somniántes. Quand le Seigneur ramena les captifs de Sion, nous étions presque en rêve.
Tunc replétum est gáudio os nostrum, * et língua nostra exsultatióne. Alors notre bouche fut remplie de chants de joie, et notre langue de cris d'allégresse.
Tunc dicébant inter gentes: * «Magnificávit Dóminus fácere cum eis». Alors on disait parmi les nations: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. »
Magnificávit Dóminus fácere nobíscum; * facti sumus lætántes. Le Seigneur a fait pour nous de grandes choses; nous en avons été remplis de joie.
Convérte, Dómine, captivitátem nostram, * sicut torréntes in austro. Ramène, Seigneur, nos captifs, comme un torrent dans le pays du midi.
Qui séminant in lácrimis, * in exsultatióne metent. Ceux qui sèment dans les larmes * moissonneront dans l'allégresse.
Eúntes ibant et flebant * semen spargéndum portántes; Ils allaient et venaient en pleurant, tandis qu'ils jetaient leurs semences :
veniéntes autem vénient in exsultatióne * portántes manípulos suos. ils reviendront avec allégresse, chargés de leurs gerbes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 126 (127) Psaume 126 (127)
Vanus labor sine Domino Sans le Seigneur, le travail est vain
Dei ædificatio estis (1 Cor 3, 9). En Dieu, vous êtes édifiés (1 Cor 3, 9).
Nisi Dóminus ædificáverit domum, * in vanum labórant, qui ædíficant eam. Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent.
Nisi Dóminus custodíerit civitátem, * frustra vígilat, qui custódit eam. Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes.
Vanum est vobis ante lucem súrgere † et sero quiéscere, qui manducátis panem labóris, * quia dabit diléctis suis somnum. C'est en vain que vous vous levez avant le jour, et que vous retardez votre repos, mangeant le pain de la douleur : il en donne autant à son bien-aimé pendant son sommeil.
Ecce heréditas Dómini fílii, * merces fructus ventris. Voici, c'est un héritage du Seigneur, que les enfants, une récompense, que les fruits d'un sein fécond.
Sicut sagíttæ in manu poténtis, * ita fílii iuventútis. Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse.
Beátus vir, qui implévit pháretram suam ex ipsis: * non confudétur, cum loquétur inimícis suis in porta. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois. Ils ne rougiront pas quand ils répondront aux ennemis, à la porte de la ville.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Psalmus 127 (128) Psaume 127 (128)
Pax domestica in Domino Paix domestique dans le Seigneur
«Benedicat te Dominus ex Sion», id est: ex Ecclesia sua (Arnobius). «Que le Seigneur te bénisse de Sion », c'est à dire : de Son Eglise (Arnobius).
Beátus omnis, qui timet Dóminum, * qui ámbulat in viis eius. Heureux l'homme qui craint le Seigneur, qui marche dans Ses voies.
Labóres mánuum tuárum manducábis, * beátus es, et bene tibi erit. Tu te nourris alors du travail de tes mains; tu es heureux et comblé de biens.
Uxor tua sicut vitis fructífera * in latéribus domus tuæ; Ton épouse est comme une vigne féconde, dans l'intérieur de ta maison ;
fílii tui sicut novéllæ olivárum * in circúitu mensæ tuæ. tes fils, comme de jeunes plants d'olivier, autour de ta table.
Ecce sic benedicétur homo, * qui timet Dóminum. Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur.
Benedícat tibi Dóminus ex Sion, * et vídeas bona Ierúsalem ómnibus diébus vitæ tuæ; Que le Seigneur te bénisse de Sion, puisses-tu voir Jérusalem florissante tous les jours de ta vie ;
et vídeas fílios filiórum tuórum. * Pax super Israel! Puisses-tu voir les enfants de tes enfants. Que la paix soit sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vêpres du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Vesperas
Aux Vêpres
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Verbum salútis ómnium, Le Verbe qui sauve le monde,
Patris ab ore pródiens, Sortant de la bouche du Père,
Virgo beáta, súscipe Marie, bénie entre les femmes,
casto, María, víscere. Que votre sein très pur le reçoive!
Te nunc illústrat cælitus L'ombre féconde de l'Esprit
umbra fecúndi Spíritus, Maintenant du Ciel vous illumine:
gestes ut Christum Dóminum, En vous, vous portez le Seigneur,
æquálem Patri Fílium. Le Christ, le Fils égal au Père.
Hæc est sacráti iánua Voici la Porte du saint temple
templi seráta iúgiter, Qui demeure à jamais fermée,
soli suprémo Príncipi Et n'ouvre son seuil bienheureux
pandens beáta límina. Que pour le seul Prince d'En-Haut.
Olim promíssus vátibus, Promis jadis par les prophètes,
natus ante lucíferum, Né avant l'astre du matin,
quem Gábriel annúntiat, Celui qu'annonce Gabriel,
terris descéndit Dóminus. Le Seigneur descend sur la terre.
Læténtur simul ángeli, Qu'au ciel exultent tous les anges,
omnes exsúltent pópuli: Que les peuples se réjouissent:
excélsus venit húmilis Le Très Haut est venu, très humble,
salváre quod períerat. Sauver ce qui était perdu.
Sit, Christe, rex piíssime, O Christ, ô roi plein de bonté
tibi Patríque glória Gloire à Toi et gloire à Ton Père
cum Spíritu Paráclito, Avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sæcula. Amen. A travers l'infini des siècles!
Ant. 1 Egrediétur Dóminus de loco sancto suo; véniet, ut salvet pópulum suum.Ant. 1 Le Seigneur sortira de Son lieu saint ; Il viendra pour sauver Son peuple.
Psalmus 124 (125) Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16). La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet. Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum. Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas. Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde. Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel! Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Egrediétur Dóminus de loco sancto suo; véniet, ut salvet pópulum suum.Ant. Le Seigneur sortira de Son lieu saint ; Il viendra pour sauver Son peuple.
Ant. 2 Urbs fortitúdinis nostræ Sion, Salvátor ponétur in ea murus et antemurále; aperíte portas, quia nobíscum Deus, allelúia.Ant. 2 Sion est la cité de notre force ; le sauveur sera en elle comme son mur et son avant mur : ouvrez les portes, car Dieu est avec nous, alléluia.
Psalmus 130 (131) Psaume 130 (131)
Quasi parvuli fiducia in Domino collocata Confiance d'enfant dans le Seigneur
Discite a me, quia mitis sum et humilis corde (Mt 11, 29). Apprenez de Moi que Je suis doux et humble de coeur. (Mt 11, 29).
Dómine, non est exaltátum cor meum, * neque eláti sunt óculi mei, Seigneur, mon coeur ne s'est pas enflé d'orgueil, et mes yeux n'ont pas été hautains.
neque ambulávi in magnis, * neque in mirabílibus super me. Je ne recherche point les grandes choses, ni ce qui est élevé au-dessus de moi.
Vere pacátam et quiétam * feci ánimam meam; Je rends mon âme vraiment dans calme et silencieuse ;
sicut ablactátus in sinu matris suæ, * sicut ablactátus, ita in me est ánima mea. comme un enfant sevré sur le sein de sa mère, comme l'enfant sevré, ainsi mon âme est en moi.
Speret Israel in Dómino * ex hoc nunc et usque in sæculum. Israël, mets ton espoir dans le Seigneur, maintenant et toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Urbs fortitúdinis nostræ Sion, Salvátor ponétur in ea murus et antemurále; aperíte portas, quia nobíscum Deus, allelúia.Ant. Sion est la cité de notre force ; le sauveur sera en elle comme son mur et son avant mur : ouvrez les portes, car Dieu est avec nous, alléluia.
Ant. 3 Ut cognoscámus, Domine, in terra viam tuam, in ómnibus géntibus salutáre tuum.Ant. 3 Pour que nous connaissions, Seigneur, sur la terre Ta voie, et Ton salut sur toutes les nations.
Canticum (Ap 4,11; 5, 9.10.12) NT9 Cantique (Ap 4,11; 5, 9.10.12) NT9
Hymnus redemptorum Hymne du rédempteur
Dignus es, Dómine et Deus noster, * accípere glóriam et honórem et virtútem, Tu es digne, Seigneur notre Dieu, de recevoir l'honneur, la gloire et la puissance.
quia tu creásti ómnia, * et propter voluntátem tuam erant et creáta sunt. C'est Toi qui créas l'univers; Tu as voulu qu'il soit: il fut créé.
Dignus es, Dómine, accípere librum * et aperíre signácula eius, Tu es digne, Christ et Seigneur, de prendre le Livre et d'en ouvrir les sceaux.
quóniam occísus es † et redemísti Deo in sánguine tuo * ex omni tribu et língua et pópulo et natióne Car Tu fus immolé, rachetant pour Dieu, au prix de Ton sang, des hommes de toute tribu, langue, peuple et nation.
et fecísti eos Deo nostro regnum et sacerdótes, * et regnábunt super terram. Tu as fait de nous, pour notre Dieu, un royaume et des prêtres, et nous régnerons sur la terre.
Dignus est Agnus, qui occísus est, † accípere virtútem et divítias et sapiéntiam * et fortitúdinem et honórem et glóriam et benedictiónem. Il est digne, l'Agneau immolé, de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et louange.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ut cognoscámus, Domine, in terra viam tuam, in ómnibus géntibus salutáre tuum.Ant. Pour que nous connaissions, Seigneur, sur la terre Ta voie, et Ton salut sur toutes les nations.
Lectio brevis (1 Th 5, 23-24) Lecture brève (1 Th 5, 23-24)
Ipse Deus pacis sanctíficet vos per ómnia, et ínteger spíritus vester et ánima et corpus sine queréla in advéntu Dómini nostri Iesu Christi servétur. Fidélis est, qui vocat vos, qui étiam fáciet. Que le Dieu de paix Lui-même vous sanctifie tout entiers, et que tout ce qui est en vous, l'esprit, l'âme et le corps, se conserve sans reproche jusqu'au jour de l'avènement de notre Seigneur Jésus- Christ ! Celui qui vous appelle est fidèle, et c'est Lui qui fera encore cela.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Osténde nobis, Dómine, * Misericórdiam tuam. Osténde. ℣. Et salutáre tuum da nobis. * Misericórdiam tuam. Glória Patri. Osténde. ℟. Montre-nous, Seigneur, * Ta miséricorde. Montre-nous. ℣. Et donne-nous Ton salut, * Ta miséricorde. Gloire au Père. Montre-nous.
Ant. O Sapiéntia, quæ ex ore Altíssimi prodísti, attíngens a fine usque ad finem, fórtiter suavitérque dispónens ómnia: veni ad docéndum nos viam prudéntiæ.Ant. O Sagesse sortie de la bouche du Très-Haut, Toi qui enveloppes toute chose d'un pôle à l'autre et les disposes avec force et douceur, enseigne-nous le chemin de la prudence.
Canticum Evangelicum (Lc 1, 46-55) Cantique évangélique (Lc 1,46-55)
Exultatio animæ in Domino Exultation de l'âme dans le Seigneur
Magníficat * ánima mea Dóminum, Mon âme glorifie le Seigneur,
et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo, et mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu mon Sauveur,
quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ.* Ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generationes, parce qu'Il a pris en considération l'humilité de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,
quia fecit mihi magna, qui potens est, * et sanctum nomen eius, parce que Celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, et Son nom est saint;
et misericórdia eius in progénies et progénies* timéntibus eum. et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.
Fecit poténtiam in bráchio suo, * dispérsit supérbos mente cordis sui; Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur.
depósuit poténtes de sede * et exaltávit húmiles; Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.
esuriéntes implévit bonis * et dívites dimísit inánes. Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.
Suscépit Israel púerum suum,* recordátus misericórdiæ, Il a relevé Israël, Son serviteur, Se souvenant de Sa miséricorde:
sicut locútus est ad patres nostros,* Abraham et sémini eius in sæcula. selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. O Sapiéntia, quæ ex ore Altíssimi prodísti, attíngens a fine usque ad finem, fórtiter suavitérque dispónens ómnia: veni ad docéndum nos viam prudéntiæ.Ant. O Sagesse sortie de la bouche du Très-Haut, Toi qui enveloppes toute chose d'un pôle à l'autre et les disposes avec force et douceur, enseigne-nous le chemin de la prudence.
PrecesPrières litaniques
Salvatóri nostro benedicámus, qui sua resurrectióne mundum clarificávit, et humíliter invocémus eum dicéntes: Salva nos, Dómine, in sémita tua.
Resurrectiónem tuam, Dómine Iesu, oratióne cólimus matutína,
spes glóriæ tuæ diem nostrum illúminet.
Súscipe, Dómine, vota et propósita nostra,
tamquam diéi nostri primítias.
Tríbue in dilectióne tua nos hódie profícere,
ut ómnia in nostrum omniúmque bonum cooperentur.
Da, Dómine, sic lucére lucem nostram coram homínibus,
ut vídeant ópera nostra bona et Patrem gloríficent.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Deus, humánæ cónditor et redémptor natúræ, qui Verbum tuum in útero perpétuæ virginitátis carnem assúmere voluísti, réspice propítius ad preces nostras, ut Unigénitus tuus, nostra humanitáte suscépta, nos divíno suo consórtio sociáre dignétur. Per Dóminum. Dieu, créateur et rédempteur de la nature humaine, qui as voulu que Ton Verbe prenne chair dans le sein d'une mère toujours vierge, regarde avec bonté nos prières, pour que Ton Fils unique, après avoir pris notre humanité, nous fasse participer à Sa divinité.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Complies du mardi 17 décembre 2019

Hebdomada III Adventus IIIème semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Completorium
Aux Complies
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Conscientia discussio, quam sequi potest actus poenitentialis ut in Missa. Examen de conscience, qui peut être suivi d'un acte de pénitence comme à la Messe.
Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne: Je confesse à Dieu tout puissant, et à vous, frères, que j'ai vraiment péché, en pensée, en parole, par action et par omission:
et, percutientes sibi pectus, dicunt: Et on se frappe la poitrine, en disant :
mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa. c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.
Deinde prosequuntur: Ensuite on poursuit:
Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum. C'est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
℣. Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. ℟. Amen. ℣. Que le Dieu tout puissant aie pitié de nous, et nous ayant remis nos péchés, qu'Il nous conduise à la vie éternelle. ℟. Amen.
Hymnus Hymne
Te lucis ante términum, Avant que le jour ne s'éteigne,
rerum creátor, póscimus, nous Te prions, Créateur de toute chose,
ut sólita cleméntia dans Ta bonté de toujours,
sis præsul ad custódiam. veille sur nous, garde-nous.
Te corda nostra sómnient, Que nos cœurs rêvent de Toi,
te per sopórem séntiant, qu'ils songent à Toi pendant le sommeil,
tuámque semper glóriam qu'ils chantent encore Ta gloire
vicína luce cóncinant. à l'approche de la lumière.
Vitam salúbrem tríbue, Accorde-nous une vie saine,
nostrum calórem réfice réchauffe-nous intérieurement,
tætram noctis calíginem que Ta clarté illumine
tua collústret cláritas. les tristes ténèbres de la nuit.
Præsta, Pater omnípotens, Exauce-nous, Père tout-puissant,
per Iesum Christum Dóminum, par Jésus-Christ le Seigneur,
qui tecum in perpétuum qui avec Toi et le Saint-Esprit
regnat cum Sancto Spíritu. Amen. règne éternellement. Amen.
Psalmus 142 (143) Psaume 142 (143)
In angustiis oratio Prière dans l'angoisse
Non iustificatur homo ex operibus legis nisi per fidem Iesu Christi (Gal 2, 16). L'homme n'est pas purifié par l'observance de la loi, mais par la foi en Jésus-Christ (Gal 2, 16)
Dómine, exáudi oratiónem meam, † áuribus pércipe obsecratiónem meam in veritáte tua; * exáudi me in tua iustítia. Seigneur, écoute ma prière; prête l'oreille à mes supplications; exauce-moi dans Ta vérité et dans Ta justice.
Et non intres in iudícium cum servo tuo, * quia non iustificábitur in conspéctu tuo omnis vivens. N'entre pas en jugement avec Ton serviteur, car aucun homme vivant n'est juste devant Toi.
Quia persecútus est inimícus ánimam meam, † contrívit in terra vitam meam, * collocávit me in obscúris sicut mórtuos a sæculo. L'ennemi en veut à mon âme, il foule à terre ma vie; il me relègue dans les lieux ténébreux, comme ceux qui sont morts depuis longtemps.
Et anxiátus est in me spíritus meus, * in médio mei obríguit cor meum. Mon esprit défaille en moi, mon cœur est troublé dans mon sein.
Memor fui diérum antiquórum, † meditátus sum in ómnibus opéribus tuis, * in factis mánuum tuárum recogitábam. Je pense aux jours d'autrefois, je médite sur toutes Tes œuvres, je réfléchis sur l'ouvrage de Tes mains.
Expándi manus meas ad te, * ánima mea sicut terra sine aqua tibi. J'étends vers Toi mes mains, et mon âme, comme une terre desséchée, soupire après Toi.
Velóciter exáudi me, Dómine; * defécit spíritus meus. Hâte-Toi de m'exaucer, Seigneur, mon esprit défaille.
Non abscóndas fáciem tuam a me, * ne símilis fiam descendéntibus in lacum. Ne me cache pas Ta face, je deviens semblable à ceux qui descendent dans la fosse.
Audítam fac mihi mane misericórdiam tuam, * quia in te sperávi. Fais-moi de bonne heure sentir Ta bonté, car c'est en Toi que j'espère.
Notam fac mihi viam, in qua ámbulem, * quia ad te levávi ánimam meam. Fais-moi connaître la voie où je dois marcher, car c'est vers Toi que j'élève mon âme.
Eripe me de inimícis meis, * Dómine, ad te confúgi. Délivre-moi de mes ennemis, Seigneur, je me réfugie auprès de Toi.
Doce me fácere voluntátem tuam, * quia Deus meus es tu. Apprends-moi à faire Ta volonté, car Tu es mon Dieu.
Spíritus tuus bonus dedúcet me in terram rectam; * propter nomen tuum, Dómine, vivificábis me. Que Ton bon esprit me conduise dans la voie droite ; à cause de Ton nom, Seigneur, rends-moi la vie.
In iustítia tua * edúces de tribulatióne ánimam meam. Dans Ta justice, retire mon âme de la détresse.
[et in misericórdia tua dispérdes inimícos meos; † et perdes omnes, qui tríbulant ánimam meam, * quóniam ego servus tuus sum.] Dans Ta bonté, anéantis mes ennemis, et fais périr tous ceux qui m'oppriment, car je suis Ton serviteur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Lectio brevis (1 Petr 5, 8-9 a) Lecture brève (1 Petr 5, 8-9 a)
Sóbrii estóte, vigiláte. Adversárius vester Diábolus tamquam leo rúgiens círcuit quærens quem dévoret. Cui resístite fortes fide. Soyez sobres, veillez ; votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rode autour de vous, cherchant qui dévorer. Résistez-lui, fermes dans la foi.
℟. In manus tuas, Dómine, * Comméndo spíritum meum. In manus. ℣. Redemísti nos, Dómine Deus veritátis. * Comméndo spíritum meum. Glória Patri. In manus. ℟. En Tes mains, Seigneur, * je remets mon esprit. En Tes mains. ℣. Tu nous as rachetés, Seigneur Dieu de vérité * Je remets mon esprit. Gloire au Père. En Tes mains.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Canticum evangelicum Lc 2, 29-32 Cantique évangélique Lc 2,29-32
Christus lumen gentium et gloria Israël Le Christ est la lumière des nations et la gloire d'Israël
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, * secúndum verbum tuum in pace, Maintenant, Tu peux renvoyer Ton serviteur, Seigneur, selon Ta parole, en paix.
quia vidérunt óculi mei * salutáre tuum, Car mes yeux ont vu Ton salut,
quod parásti * ante fáciem ómnium populórum, Que Tu as préparé devant la face des peuples,
lumen ad revelatiónem géntium * et glóriam plebis tuæ Israël. lumière qui se révèle aux nations, et gloire de Ton peuple Israël.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Orémus. Prions.
Noctem istam, quæsumus, Dómine, benígnus illúmina, et ita fac in pace nos tuos fámulos obdormíre, ut læti ad novi diéi claritátem in tuo nómine suscitémur. Per Christum Dóminum nostrum.Illumine cette nuit, nous T'en prions, Seigneur, dans Ta bonté, et envoie dans la paix du sommeil nous, Tes fidèles, pour qu'en Ton nom, dans la joie, nous nous levions à la gloire d'un jour nouveau.Per Christum Dóminum nostrum.
Deinde dicitur, etiam a solo, benedictio: Ensuite on dit, même seul, la bénédiction :
Noctem quiétam et finem perféctum concédat nobis Dóminus omnípotens. ℟. Amen. Que le Seigneur tout puissant nous accorde une nuit paisible et une fin parfaite. ℟. Amen.
Antiphona finale ad Beatam Mariam Virginem Antienne finale à la Bienheureuse Vierge Marie
Alma Redemptóris Mater, quæ pérvia cæli porta manes, et stella maris, succúrre cadénti, Tendre mère du Rédempteur,
qui demeurez la porte ouverte du Ciel,
et l’étoile de la mer, portez secours au peuple qui succombe
súrgere qui curat, pópulo; tu, quæ genuísti, natúra miránte, tuum sanctum Genitórem, et cherche à se relever :
Vous qui avez engendré, à la surprise de la nature,
votre saint Créateur,
Virgo prius ac postérius, Gabriélis ab ore sumens illud Ave, peccatórum miserére. [étant] vierge avant et après [l’enfantement], et, de la bouche de Gabriel,
recevant cette salutation,
ayez pitié des pécheurs.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait du Compendium du catéchisme de l'Eglise catholique :
Quand rend-on à Dieu l’action de grâce?
2637-26382648
L’Église rend sans cesse grâce à Dieu, surtout en célébrant l’Eucharistie dans laquelle le Christ la fait participer à son action de grâce au Père. Pour le chrétien, tout événement devient matière à action de grâce.
Qu’est-ce que la prière de louange?
2639-26432649
La louange est la forme de prière qui reconnaît le plus immédiatement que Dieu est Dieu. Elle est totalement désintéressée : elle chante Dieu pour lui-même et lui rend gloire parce qu’il est.
LA TRADITION DE LA PRIÈRE Quelle est l’importance de la Tradition en relation avec la prière?
2650-2651
Dans l’Église, c’est à travers la Tradition vivante que l’Esprit Saint apprend à prier aux enfants de Dieu. En effet, la prière ne se réduit pas au jaillissement spontané d’une impulsion intérieure, mais elle implique la contemplation, l’étude et la pénétration profonde des réalités spirituelles dont on fait l’expérience.
AUX SOURCES DE LA PRIÈRE
Quelles sont les sources de la prière chrétienne?
2652-2662
Ce sont : la Parole de Dieu, qui nous donne la « sublime science » du Christ (Ph 3,8); la Liturgie de l’Église, qui annonce, actualise
et communique le mystère du salut; les vertus théologales; les situations quotidiennes, parce qu’elles nous permettent de rencontrer Dieu.

« Je Vous aime, Seigneur, et la seule grâce que je Vous demande, c’est de Vous aimer éternellement […]. Mon Dieu, si ma langue ne peut dire à tous moments que je Vous aime, je veux que mon cœur Vous le répète autant de fois que je respire » (saint Jean Marie Vianney).

LE CHEMIN DE LA PRIÈRE
Existe-t-il dans l’Église différents chemins de prière?
2663
Dans l’Église, il existe divers chemins de prière, liés aux différents contextes d’ordre historique, social et culturel. Il appartient au Magistère de discerner leur fidélité à la tradition de la foi apostolique, et aux pasteurs et
aux catéchètes d’en expliquer le sens, qui est toujours en relation avec Jésus
Christ.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 62 - DE SACERDOTIBUS MONASTERII 62 - LES PRÊTRES DU MONASTÈRE
Si quis abbas sibi presbyterum vel diaconem ordinari petierit, de suis elegat qui dignus sit sacerdotio fungi. Ordinatus autem caveat elationem aut superbiam, nec quicquam præsumat nisi quod ei ab abbate præcipitur, sciens se multo magis disciplinæ regulari subdendum. Nec occasione sacerdotii obliviscatur regulæ obœdientiam et disciplinam, sed magis ac magis in Deum proficiat. Locum vero illum semper adtendat quod ingressus est in monasterio, præter officium altaris, et si forte electio congregationis et voluntas abbatis pro vitæ merito eum promovere voluerint. Qui tamen regulam decanis vel præpositis constitutam sibi servare sciat. Quod si aliter præsumpserit, non sacerdos sed rebellio iudicetur. Et sæpe admonitus si non correxerit, etiam episcopus adhibeatur in testimonio. Quod si nec sic emendaverit, clarescentibus culpis, proiciatur de monasterio, si tamen talis fuerit eius contumacia ut subdi aut obœdire regulæ nolit. SI UN ABBÉ demande qu’on lui ordonne un prêtre ou un diacre, il choisira parmi les siens quelqu’un qui soit digne du sacerdoce. Mais celui qui a reçu l’ordination se gardera de la prétention et de l’orgueil et il ne se permettra rien qui ne lui ait été prescrit par l’abbé, sachant qu’il est bien plus strictement assujetti aux exigences de la Règle. Son sacerdoce ne lui servira pas de prétexte pour oublier l’obéissance à la Règle et la discipline, mais il progressera de plus en plus en Dieu. Il s’en tiendra toujours à son rang d’entrée au monastère, en dehors du service de l’autel, et du cas où le choix de la communauté et la décision de l’abbé l’auraient délibérément élevé à un rang supérieur en raison du mérite de sa vie. Toutefois il doit savoir qu’il est tenu d’observer lui-même la règle établie pour les doyens et les prieurs. S’il ose agir autrement, il sera traité non en prêtre mais en rebelle ; et si, après de fréquents avertissements, il ne se corrige pas, on en appellera à l’évêque. Et si même alors il ne s’amendait pas, ses fautes devenant notoires, il sera chassé du monastère, pourvu cependant qu’il soit rebelle au point de refuser de se soumettre et d’obéir à la Règle.
N’oublions pas que toute cette partie de la sainte Règle a pour dessein de décrire le recrutement du monastère, sa composition, son bon ordre intérieur et l’organisation hiérarchique destinée à y maintenir la paix. Et rapprochons le commentaire de ce chapitre de celui du LXe.
Saint Épiphane, énumérant les degrés de la hiérarchie chrétienne, réserve ceux d’en bas aux fidèles engagés dans le mariage ; vient ensuite la viduité consacrée à Dieu ; puis la vie monastique et la virginité ; enfin, comme couronnement et comme source de toute sainteté, le sacerdoce, qui se recrute parmi les vierges, parmi les moines ou les continents . Pour l’auteur de la Hiérarchie ecclésiastique, les moines sont les chrétiens parfaits ; ils ont par conséquent leur place au sommet de la portion passive de la hiérarchie, celle qui comprend les âmes purifiées, illuminées et achevées ; mais ils sont très distincts de la portion active, laquelle comprend ceux qui purifient, les diacres ; ceux qui illuminent, les prêtres ; ceux qui achèvent et parfont, les évêques. Il n’y a d’ailleurs, nous le remarquions au chapitre LX, aucune incompatibilité entre le sacerdoce et la profession monastique ; bien au contraire, dit saint Denys, car les moines doivent former leur vie sur celle des prêtres, avec lesquels ils ont plusieurs points d’affinité, et dont ils sont plus proches que les initiés des autres rangs ”. Et ceux-là sont plus aptes aux fonctions sacerdotales qui y sont préparés par une vie plus sainte. Aussi l’Église confiait-elle souvent à des moines,. dès l’antiquité, certaines œuvres pastorales et même l’administration des diocèses. Saint Athanase consacre évêques des solitaires égyptiens ; saint Martin, saint Augustin, saint Eusèbe de Verceil et d’autres, qui sont moines, recrutent leur clergé parmi les moines ou élèvent leurs clercs à la vie monastique ; le pape saint Sirice, dans sa lettre à Himérius de Tarragone (385) , exprime son désir que des moines exemplaires reçoivent les Ordres sacrés ; saint Augustin de Cantorbéry et ses frères évangélisent l’Angleterre. Nous n’avons à parler présentement que des moines ordonnés en vue des intérêts spirituels de la communauté .
Les ascètes des premiers temps assistaient aux offices dans les églises de leur région. Les anachorètes se considéraient le plus souvent comme dispensés’ et nous savons comment N. B. Père, dans sa solitude de Subiaco, apprit que “ c’était Pâque”. Faire venir au monastère un prêtre séculier pour célébrer les saints mystères et administrer les sacrements fut encore un procédé usité dans quelques familles religieuses, chez saint Pacôme en particulier. Mais il était plus simple de se suffire et de constituer un clergé monacal : tel est l’usage qui prévalut de bonne heure, en Orient comme en Occident. Chaque monastère avait donc ses clercs, très peu nombreux, nous l’avons dit au chapitre LX ; parfois un seul prêtre suffisait, d’autant que la Messe n’était pas célébrée tous les jours. Selon Pallade, dans le monastère de l’Abbé Isidore qui renfermait un millier de frères, le portier et deux autres religieux étaient prêtres . L’Abbé lui-même n’avait pas toujours cette dignité, et l’on conjecture que N. B. Père reçut seulement le diaconat . Au neuvième siècle, la discipline réclamera que l’Abbé soit prêtre (concile romain de 826) : rien de plus normal, alors surtout que beaucoup de simples religieux étaient honorés du sacerdoce. Dans la liste des moines de Saint Denys vers 838, on compte, sur 123 religieux, un évêque, 33 prêtres, 17 diacres, 24 sous-diacres, 7 acolytes .
Pour assister les prêtres dans leurs fonctions, on leur donnait des diacres, et saint Benoît prévoit l’ordination “ d’un prêtre ou d’un diacre ”. Pourquoi ne dit-il rien des clercs inférieurs ? Peut-être parce que de simples moines pouvaient aisément remplir les fonctions liturgiques réservées à ces ministres dans les églises des séculiers. Et même, des historiens comme Thomassin et Mabillon pensent que la profession monastique équivalait souvent alors au sous-diaconat et qu’elle en tenait lieu. Mais si réellement un tel usage exista quelque temps, il ne fut ni universel ni durable ; il est rapporté, par exemple, dans la Vie de saint Wandrille, que saint. Ouen lui conféra le sous-diaconat . Saint Aurélien avait dit dans sa Règle ad monachos : Nulles honorem presbyterii out diaconatus accipiat, praeter Abbatean si voluerit ordinari presbyterum, et unum diaconem, et subdiaconem, quos ipse voluerit, et quando voluerit, ordinandi habeat potestatem. Quant à l’épiscopat, saint~Benoit n’a jamais songé à y élever ses fils. Ce n’est que beaucoup plus tard qu’on prit soin, en certains monastères, d’avoir un évêque qui fît à l’intérieur les ordinations : c’était tantôt l’Abbé, comme à Lobbes en Belgique ou à Saint-Martin de Tours, tantôt un simple moine, comme il arriva parfois à Saint Denys .
Dans la discipline actuelle, il est interdit de recevoir parmi les choraux les candidats qui ne posséderaient pas les qualités requises en vue des Ordres sacrés. C’est Clément V qui introduisit cette innovation, au XVe concile de Vienne (1311) et décréta : Quod monachi quilibet ad monitionem Abbatis se taciant ad omnes Ordines sacros (Excusatione cessante legitima) promoveri ; et cela, disait-il, ad ampliationem cultus divini :
un chœur de prêtres et de clercs offre an Seigneur une louange plus parfaite qu’un chœur de simples religieux. Le décret Cum ad regularem de Clément VIII (19 mars 1603) a insisté encore ; mais le Droit ne permet l’accès aux Ordres majeurs qu’aux religieux qui ont émis les vœux solennels.

Si quis abbas sibi.presbyterum vel diaconum ordinare petierit, de suis eligat qui dignus sit sacerdotio fungi
Si un abbé demande qu’on lui ordonne un prêtre ou un diacre, il choisira parmi les siens quelqu’un qui soit digne du sacerdoce.


Lorsque l’Abbé aura besoin d’un prêtre ou d’un diacre pour le service de son monastère (sibi), et que le procédé de recrutement prévu au chapitre LX n’aura pas d’application ou demeurera insuffisant, il choisira parmi les siens quelqu’un qui soit digne de remplir les fonctions sacrées (sacerdotium est pris ici au sens large, comme plus haut les mots de ordine sacerdotum) ; et il demandera son ordination, il le présentera à l’ordination. Bien des conclusions intéressantes se dégagent de ces quelques mots.
Celle-ci d’abord, qu’au temps de N. B Père, c’est l’Abbé qui choisit met présente, et non pas l’évêque du lieu. Et l’indication est à recueillir pour l’histoire de l’exemption monastique. Lorsqu’il s’agissait d’ordonner un moine pour le ministère extérieur et le service du diocèse, l’évêque le désignait à son gré ; aussi lien, des conciles comme celui d’Agde en 506 , lui rappellent-ils qu’il doit solliciter le consentement de l’Abbé. Ce soient probablement consultés . Ce n’est pas davantage au moine de solliciter ou de désirer d’une façon présomptueuse l’honneur et le fardeau du sacerdoce. Il faut lire à ce sujet, dans les Institutions de Cassien, les chapitres XlV et XV du livre XI. Il sied moins encore au religieux de fuir les Ordres sacrés et de s’y soustraire par de vilains procédés, par exemple en se coupant l’oreille, comme les trois fervents religieux dont parle le Paradisus Patrum ! Cette humilité, observait Cassien, pourrait bien n’être qu’une des variétés de la superbe . Chacun devra s’en remettre à Dieu et à son) Abbé . Saint Athanase s’efforça même de convaincre le moine Draconce, son ami, due l’épiscopat ne constitue pas fatalement l’état de perdition pour un religieux . Au reste, N. B. Père a tenu à rappeler tout aussitôt an moine ordonné quelle doit être son attitude dans la communauté.

Ordinatus autem caveat elationem aut superbiam ; nec quidquam praesumat, nisi quod ei ab abbate praecipitur, sciens se multo magis disciplinae regulari subditum. Nec occasione saeerdotii obliviscatur regulae obedientiam et disciplinam, sed magis ac magis in Domino proficiat
Mais celui qui a reçu l’ordination se gardera de la prétention et de l’orgueil et il ne se permettra rien qui ne lui ait été prescrit par l’abbé, sachant qu’il est bien plus strictement assujetti aux exigences de la Règle. Son sacerdoce ne lui servira pas de prétexte pour oublier l’obéissance à la Règle et la discipline, mais il progressera de plus en plus en Dieu.


La, situation spéciale du prêtre, dans les monastères anciens, créait, pour quelques-uns, des périls que saint Benoît énumère. Un danger de vanité et même de superbe ; un danger de paresse ou de désobéissance aux dispositions de la Règle et de l’Abbé, le prêtre s’imaginant qu’il a droit à des exceptions, qu’il peut en prendre à son aise avec tel ou tel usage monastique ; un danger d’insubordination, parce qu’il cherchera à se mettre en avant dans des circonstances données et prétendra à certaines initiatives : nec quidquam praesumat... Profiter du sacerdoce pour satisfaire les petits calculs de son égoïsme ! C’est vraiment ne rien comprendre à l’économie surnaturelle. Noblesse oblige : et précisément parce qu’il est prêtre, il est moine davantage ; beaucoup plus que les autres, il doit se considérer comme soumis à la discipline régulière . La loi spéciale de sa vie est une ascension, un progrès continu vers cet exemple d’obéissance et d’humilité qu’il reçoit du Seigneur à l’autel : Sed magis ac magis in Domino proficiat .

Locum vero illum semper attendat, quo ingressus est monasterium, praeter officium altaris, et si forte electio congregationis et voluntas abbatis pro vitae merito eum promovere voluerit : qui tamen regulam a deeanis vel praepositis constitutam sibi servandam sciat quod si aliter praesumpserit, non ut sacerdos, sed ut rebellis judicetur saepe admonitus si non correxerit etiam episcopus adhibeatur in testimonium. Quod si nec sic emendaverit, clarescentibus culpis, projiciatur de monasterio ; si tamen talis fuerit ejus contumacia, ut subdi aut obédire regulae nolit
Il s’en tiendra toujours à son rang d’entrée au monastère, en dehors du service de l’autel et du cas où le choix de la communauté et la décision de l’abbé l’auraient délibérément élevé à un rang supérieur en raison du mérite de sa vie. Toutefois il doit savoir qu’il ; est tenu d’observer lui-même la règle établie pour les doyens et les prieurs .Et S’il ose agir autrement, il sera traité, non en prêtre mais en rebelle ; et si, après de fréquents avertissements, il ne se corrige pas, on en appellera à l’évêque. Et si même alors il ne s’amendait pas, ses fautes devenant notoires, il sera chassé du monastère, . pourvu cependant qu’il soit rebelle au point de refuser de se soumettre et d’obéir à la Règle.


Nous avons déjà rencontré cette recommandation adressée à tous, et spécialement aux prêtres, de se tenir toujours à leur rang de profession et d’ancienneté : il n’y a d’exception que pour le prêtre ou le clerc qui exercent les fonctions sacrées et aussi pour ceux que le mérite de leur vie aura fait bénéficier d’un rang de faveur. Nous avons vu encore que cette préséance était pratiquement la condition commune des bons prêtres, au moins dans les offices liturgiques, dès que l’Abbé l’avait accordée, soit “ de son propre mouvement, soit, ajoute ici saint Benoît, sur la présentation de la communauté, comma il arrivait parfois pour le Prieur (chap. LXV). Des commentateurs estiment, à tort, selon ,gnous, qu’il ne peut être question que d’un choix pour la charge de doyen ou de Prieur : auquel cas, aurait déclaré N. B. Père, le prêtre ne sera pas dispensé de se conformer aux dispositions établies “ pour les doyens et le Prieur. Les manuscrits les plus autorisés n’ont pas, il est vrai la particule a avant decanis, ce qui invite à lire : pour les doyens. Mais avec cette leçon même on peut lire : “ par les doyens. Et c’est bien le sens le plus naturel : le prêtre, encore que placé avant certains doyens ou avant le Prieur , acceptera et accomplira fidèlement les ordres de tous ses supérieurs monastiques.
Malgré tous ces avertissements de la Règle, si le prêtre se laisse entraîner à l’indocilité, il faudra se résigner à procéder contre lui. Non ut sacerdos sed ut rebellio judicetur. Il y a deux hommes en lui : on cessera désormais d’honorer par des privilèges un sacerdoce qu’il semble avoir voulu faire oublier par sa conduite indigne, et on ne le considérera plus que comme un moine révolté. C’est comme tel qu’on le traitera. Des commentateurs donnent à judicetur sa signification formelle de jugement, de procédure, de condamnation, ce qui ne modifie guère le sens général de la formule. Quelque traduction que l’on adopte, et surtout si l’on préfère la seconde : “ Qu’il ne soit pas jugé comme prêtre mais comme rebelle n, on peut reconnaître en cette distinction logique introduite par N. B. Père dans la personne du coupable, la trace de son esprit de foi et de son respect pour le caractère sacerdotal : le sacerdoce est mis hors de cause, il n’est pas question de l’humilier ; la procédure ne veut que réprimer la révolte. Le prêtre indiscipliné est d’ailleurs traité avec des égards et des ménagements. On multipliera les représentations et les exhortations affectueuses ; on patientera. Saint Benoît n’ajoute pas qu’on emploiera, s’il le faut, les châtiments corporels et l’excommunication, qui sont les degrés de la discipline régulière et auxquels n’échappait point le Prieur lui-même lorsqu’il était incorrigible. Hildemar nous avertit que, de son temps, dans les monastères de France, les prêtres désobéissants étaient fustigés comme de simples moines, mais qu’en Italie on les déférait à l’évêque qui les jugeait et les dégradait, s’il y avait lieu : après quoi l’Abbé pouvait les châtier. Ce recours à l’évêque, N. B. Père le suggère comme moyen extrême etiam episcopus, dit-il. Il serait malaisé de prouver à l’aide de ce seul etiam que le recours à l’autorité épiscopale n’était pas obligatoire ; encore faut-il noter que l’évêque est appelé seulement in testimonium : il est informé, il est pris à témoin de la conduite scandaleuse du prêtre. Saint Benoît ne nous dit pas en quoi consiste l’intervention personnelle de l’évêque près du coupable : sans doute dans une admonition plus autorisée, peut-être même dans un jugement et une sentence. Il ne semble pas cependant, d’après le texte de la Règle, que ce fût lui qui prononçât définitivement l’expulsion. Tout ceci fait allusion à la situation juridique des monastères vis-à-vis des évêques. Avec ce qui en est dit brièvement au chapitre LXIV, c’est la seule circonstance où N. B. Père invoque le pouvoir épiscopal. Choisi librement par les moines, “ ordonné ” souvent par l’évêque et ayant, par son intermédiaire, reçu de Dieu et de l’Église juridiction plénière sur sa famille, l’Abbé exerçait cette juridiction selon sa conscience et à son gré. Quand l’Abbé veut excommunier ou chasser un de ses moines ou même les officiers de sa maison, nous ne voyons nulle part que la Règle lui prescrive de faire intervenir l’évêque.
Il y a, dès le quatrième siècle, dans certains documents ecclésiastiques des indices de ce qui s’appellera plus tard l’exemption monastique. Rappelons seulement que le concile de Chalcédoine (451), tout en soumettant à l’évêque diocésain les religieux et spécialement ceux qu’il avait ordonnés voulait en même temps que les moines restassent tranquilles chez eux, -ce qui est le principal motif et le bénéfice le plus réel de l’exemption . Par la suite, et même dans les monastères où l’évêque n’intervenait que pour y exercer certaines fonctions pontificales, un lien canonique demeurait entre lui et les moines qu’il avait ordonnés : ceux-ci dépendaient de lui d’une certaine manière, sans doute pour l’administration des sacrements. Le Ille concile d’Arles (entre 455 et 460), qui le rappelait, reconnaissait en même temps que l’Abbé de Lérins, Fauste (futur évêque de Riez), avait le droit d’être unique maître chez lui et que l’évêque de Fréjus ne pouvait s’immiscer dans le gouvernement de “ toute la multitude des laïcs du monastère En Afrique, l’exemption se fortifia beaucoup grâce au décret du concile de Carthage de 525 : Eruni igitur omnia omnino monasteria sicut semper fuerunt, a conditione clericorum modis omnibus libers, sibi tantum et Deo placentia . Le même concile et celui de 534 (ou 536) consacrèrent les libertés des moine., ; mais le concile de 534 réserva à l’évêque du lieu le privilège des ordinations monastiques . Nous ne dirons rien des lettres de saint Grégoire le Grand, qui contiennent pourtant bien des détails intéressants sur l’exemption monastique en Italie, peu après saint Benoît.
Nous comprenons mieux maintenant pourquoi N. B. Père, s’inspirant sans doute d’une discipline apparentée à celle que nous venons d’indiquer, fait intervenir “ même l’évêque ”, auprès du prêtre rebelle, sans toutefois lui remettre le soin d’expulser le moine, s’il y a lieu. Les deux pouvoirs, épiscopal et abbatial, doivent se concerter. Donc, si les fautes deviennent criantes et scandaleuses, si le prêtre persiste à refuser son obéissance et sa soumission à la Règle, il faudra le chasser. N. B. Père laisse entendre, dans cette dernière phrase, qu’une mesure aussi radicale ne devra être adoptée que si vraiment tous les autres procédés sont inefficaces.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Prières usuelles

Signum crucis Signe de croix
IN nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Symbolum Apostolorum Symbole des Apôtres
CREDO in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen. Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ Son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, est assis à la droite du Père tout-puissant, d'où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en L'Esprit Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.
Salve Regina Salut, ô Reine
Salve Regína, Mater misericórdiæ, vita dulcédo, et spes nostra, salve. Ad te clamámus éxsules fílii Evæ; ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle. Salut, Reine, mère de miséricorde, vie, douceur, et notre espérance, salut. Vers vous, nous crions,, enfants d'Eve exilés. Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte: Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde. O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. Et donc, notre avocate, tournez vos yeux miséricordieux vers les vôtres. Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles, montre-le nous après notre exil.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria. O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissiónibus Christi.
℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
℣. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriosae Virginis Matris Mariae corpus et animam, ut dignum Filii tui habitaculum effici mereretur, Spiritu Sancto cooperante, praeparasti: da, ut cuius commemoratione laetamur; eius pia intercessione, ab instantibus malis, et a morte perpetua liberemur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
Dieu éternel et tout puissant qui avec la coopération du Saint Esprit a préparé le corps et l'Esprit de la glorieuse Vierge-Mère Marie à devenir une demeure digne de Ton Fils; puissions-nous, par son intercession aimante, être délivrés des maux actuels et de la mort éternelle, nous qui nous réjouissons de sa commémoration. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
Le "Salve Regina" est la prière privilégiée du temps "dans l'année" après la Pentecôte. Elle se chante (ou se récite) surtout après la fin du temps pascal jusqu'au premier dimanche de l'Avent (exclus).
ANGELUS ANGELUS
℣. Ángelus * Dómini nuntiávit Maríæ. ℣. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
℟. Et concépit de Spíritu Sancto. ℟. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ecce ancílla Dómini. ℣. Me voici, servante du Seigneur,
℟. Fiat mihi secúndum verbum tuum. ℟. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Et Verbum caro factum est. ** ℣. Et le Verbe S’est fait chair
℟. Et habitávit in nobis. ℟. Et Il a habité parmi nous.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei génetrix. ℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
℟. Ut digni efficiámur promissiónibus Christi. ℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Orémus.
Grátiam tuam, quæsumus, Dómine, méntibus nostris infúnde; ut qui, Ángelo nuntiánte, Christi Fílii tui incarnatiónem cognóvimus, *
per passiónem eius et crucem, ad resurrectiónis glóriam perducámur.
Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Prions.
Répands, Seigneur, Ta grâce en nos âmes. Par le message de l’ange, nous avons connu l’incarnation de Ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par Sa passion et par Sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur. ℟. Amen.
* L'angélus se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une "pleine-volée". Les tintements correspondent au début du versicule, du répons et de l'Ave.
** On a coutume d'incliner légèrement la tête à ce versicule en signe de révérence pour le mystère de l'Incarnation.
On récite habituellement la prière de l'Angelus trois fois par jour, à 7 heures, midi et 19 heures. Dans certains endroits, cette prière ce récite donc après l'office de laudes, celui de sexte et après complies.
Au temps pascal, cette prière est remplacée par le Regina caeli.
Angele Dei Angele Dei (prière à l'Ange gardien)
ANGELE DEI, qui custos es mei, Me tibi commissum pietate superna; (Hodie, Hac nocte) illumina, custodi, rege, et guberna. Amen. ANGE DE DIEU, qui êtes mon gardien, puisque le ciel m'a confié à vous dans sa bonté, (aujourd'hui, cette nuit) éclairez-moi,gardez-moi, dirigez-moi et gouvernez-moi. Amen.
Benedictio Ante Mensam Bénédiction avant le repas
℣. Benedicite. (℟. Benedicite.)
BENEDIC, Domine, nos et haec tua dona * quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen.
℣. Bénissez. (℟. Bénissez.)
BENIS nous, Seigneur, et les dons qui viennent de Toi, par lesquels, de Ta largesse, nous sommes rassasiés. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Ante prandium: Avant le déjeuner :
Mensae caelestis participes * faciat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse participer à la table céleste. ℟. Amen.
Ante cenam: Avant le dîner :
Ad cenam vitae aeternae * perducat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse parvenir au festin de la vie éternelle. ℟. Amen.
Benedictio Post Mensam Bénédiction d'après le repas
AGIMUS tibi gratias, omnipotens Deus, pro universis beneficiis tuis, * qui vivis et regnas in saecula saeculorum. ℟. Amen. Nous Te rendons-grâces, Dieu tout puissant, pour tous Tes bienfaits, Toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
℣. Deus det nobis suam pacem. ℣. Que Dieu nous donne Sa paix.
℟. Et vitam aeternam. ℟. Amen. ℟. Et la vie éternelle. Amen.
 Rosarium  Rosaire
Initium Commencement
Signum crucis Signe de croix
Romae: A Rome :
℣. Domine, labia mea aperies,
℟. Et os meum annuntiabit laudem tuam.
℣. Deus in adiutorium meum intende,
℟. Domine ad adiuvandum me festina.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres,
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
℣. Dieu, viens à mon aide,
℟. Seigneur, vite à mon secours.
Ad Crucem: Sur la croix :
Symbolum Apostolorum Symbole des apôtres
Ad grana maiora: Sur les gros grains :
Oratio Dominica (Pater noster) Prière du Seigneur (Notre Père)
Ad grana minora: Sur les petits grains :
Ave Maria Je vous salue Marie
Ad finem decadum: A la fin de chaque dizaine :
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Le Vendredi saint on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem.
℣. Mortem autem crucis.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort.
℣. Et la mort de la croix.
Le Samedi saint, on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis.
℣. Propter quod et Deus exaltavit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
℣. C'est pourquoi Dieu L'a exalté : et Il Lui a donné le Nom qui est au dessus de tout Nom.
Oratio Fatima Prière de Fatima
O MI IESU, dimitte nobis debita nostra, libera nos ab igne inferni, conduc in caelum omnes animas, praesertim illas quae maxime indigent misericordia tua. O mon Jésus, pardonne-nous nos péchés, préserve-nous du feu de l'enfer, et conduis au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de Ta sainte miséricorde.
Meditationes Rosarii Méditations du Rosaire
In feria secunda et sabbato Le lundi et le samedi
I. Mysteria Gaudiosa I. Mystères joyeux
1. Quem, Virgo, concepisti. [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Quem visitando Elisabeth portasti. [Lc 1,39-45]
3. Quem, Virgo, genuisti. [Lc 2,6-12]
4. Quem in templo praesentasti. [Lc 2,25-32]
5. Quem in templo invenisti. [Lc 2,41-50]
1. Annonciation [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Visitation [Lc 1,39-45]
3. Nativité [Lc 2,6-12]
4. Présentation au Temple [Lc 2,25-32]
5. Recouvrement au Temple [Lc 2,41-50]
In feria quinta Le jeudi
II. Mysteria Luminosa II. Mystères lumineux
1. Qui apud Iordanem baptizatus est. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Qui ipsum revelavit apud Canense matrimonium. [In 2,1-11]
3. Qui Regnum Dei annuntiavit. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. Qui transfiguratus est. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. Qui Eucharistiam instituit.[In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
1. Le Baptême au Jourdain. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Les Noces de Cana. [In 2,1-11]
3. L'annonce du Royaume. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. La Transfiguration. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. L'institution de l'Eucharistie. [In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
In feria tertia et feria sexta Le mardi et le vendredi
III. Mysteria dolorosa III. Mystères douloureux
1. Qui pro nobis sanguinem sudavit. [Lc 22,39-46]
2. Qui pro nobis flagellatus est. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Qui pro nobis spinis coronatus est. [In 19,1-8]
4. Qui pro nobis crucem baiulavit. [In 19,16-22]
5. Qui pro nobis crucifixus est. [In 19,25-30]
1. L'Agonie au jardin des oliviers. [Lc 22,39-46]
2. Le Flagellation. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Le Couronnement d'épines. [In 19,1-8]
4. Le Portement de Croix. [In 19,16-22]
5. La Crucifixion. [In 19,25-30]
In feria quarta et Dominica Le mercredi et le dimanche
IV. Mysteria gloriosa IV. Mystères glorieux
1. Qui resurrexit a mortuis. [Mc 16,1-7]
2. Qui in caelum ascendit. [Lc 24,46-53]
3. Qui Spiritum Sanctum misit. [Acta 2,1-7]
4. Qui te assumpsit. [Ps 16,10]
5. Qui te in caelis coronavit. [Apoc 12,1]
1. La Résurrection. [Mc 16,1-7]
2. L'Ascension. [Lc 24,46-53]
3. L'Effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. [Acta 2,1-7]
4. L'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. [Ps 16,10]
5. Le Couronnement aux cieux de la Bienheureuse Vierge Marie. [Apoc 12,1]
Orationes ad Finem Rosarii Dicendae Prières dites à la fin de la récitation du Rosaire
Salve Regina Salve Regina
℣. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
℣. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu.
℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
DEUS, cuius Unigenitus per vitam, mortem et resurrectionem suam nobis salutis aeternae praemia comparavit, concede, quaesumus: ut haec mysteria sacratissimo beatae Mariae Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
O DIEU, qui, par la vie, la mort et la résurrection de Ton Fils unique, nous a obtenu les récompenses du salut éternel, accorde-nous, nous T'en supplions, qu'en méditant sur les mystères du très saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge-Marie, nous imitions ce qu'ils contiennent et obtenions ce qu'ils promettent. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
 Gloria Patri Gloire au Père (Doxologie) 
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
ACTUS CONTRITIONIS ACTE DE CONTRITION
DEUS meus, ex toto corde paenitet me omnium meorum peccatorum, eaque detestor, quia peccando, non solum poenas a Te iuste statutas promeritus sum, sed praesertim quia offendi Te, summum bonum, ac dignum qui super omnia diligaris. Ideo firmiter propono, adiuvante gratia Tua, de cetero me non peccaturum peccandique occasiones proximas fugiturum. Amen. Mon Dieu, de tout mon coeur je fais pénitence pour tous mes péchés. Je les déteste non seulement à cause de Tes justes punitions auxquelles je suis promis, mais surtout parce que je T'ai offensé, Toi qui es infiniment bon et qui es digne de tout mon amour. Je prends donc la ferme résolution, avec l'aide de Ta grâce, de ne plus pécher et de fuir les occasions proches de pécher. Amen.
Oratio ante colligationem in interrete Prière avant de se connecter à l'internet.
OMNIPOTENS aeterne Deus, qui nos secundum imaginem Tuam plasmasti, et omnia bona, vera, pulchra, praesertim in divina persona Unigeniti Filii Tui Domini nostri Iesu Christi, quaerere iussisti, praesta quaesumus ut, per intercessionem Sancti Isidori, Episcopi et Doctoris, in peregrinationibus per interrete factis et manus oculosque ad quae Tibi sunt placita intendamus et omnes quos convenimus cum caritate ac patientia accipiamus. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen. Dieu Éternel et Tout Puissant qui nous a créés à Ton image et nous ordonne de rechercher ce qui est bon, vrai et beau, spécialement dans la personne divine de Ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, nous T’implorons par l’intercession de Saint Isidore Évêque et Docteur de nous aider pendant nos voyages à travers l’Internet à diriger nos mains et nos yeux vers ce qui T’est agréable, et à accueillir avec charité et patience tous ceux que nous rencontrerons. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Oratio S. Thomae Aquinatis ante studium Prière de S. Thomas d'Aquin avant l'étude
Creátor ineffábilis, qui de thesáuris sapiéntiæ tuæ tres Angelórum hiearchías designásti et eas super cœlum empýreum miro órdine collocásti, atque univérsi partes elegantíssime distribuísti: Tu, inquam, qui verus fons lúminis et sapiéntiæ díceris ac superéminens princípium, infúndere dignéris super intelléctus mei ténebras tuæ rádium claritátis, dúplices, in quibus natus sum, a me rémovens ténebras, peccátum scílicet et ignorántiam. Tu, qui linguas infántium facis disértas, linguam meam erúdias atque in lábiis meis grátiam tuæ benedictiónis infúndas. Da mihi intelligéndi acúmen, retinéndi capacitátem, addiscéndi modum et facilitátem, interpretándi subtilitátem, loquéndi grátiam copiósam. Ingréssum ínstruas, progréssum dírigas, egréssum cómpleas. Tu, qui es verus Deus et Homo, qui vivis et regnas in sǽcula sæculórum. Amen. Créateur ineffable, qui, des trésors de Ta sagesse, a formé les trois hiérachies des anges, les a placées au-dessus des cieux dans un ordre merveilleux, et a façonné et distribué de façon exquise toutes les parties de l'univers ; Toi qui es la vraie source de la lumière et de la sagesse et leur principe suréminent, daigne répandre Ta clarté sur l’obscurité de mon intelligence ; chasse de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance. Donne-moi : la pénétration pour comprendre, la mémoire pour retenir, la méthode et la facilité pour apprendre, la lucidité pour interpréter, une grâce abondante pour m’exprimer. Aide le commencement de mon travail, diriges-en le progrès, couronnes-en la fin. Toi, qui es vrai Dieu et vrai homme, et qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Ordo liturgique du mardi 17 décembre 2019 au jeudi 16 janvier 2020

mardi 17 décembre 2019
Feria III - Hebdomada III Adventus

.

St Joseph Manyamet y Vivès
Prêtre à Barcelone, fondateur de deux instituts enseignants. Il fut à l'origine de l'église de la Sainte-Famille (†1901) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 18 décembre 2019
Feria IV - Hebdomada III Adventus

.

St Gatien, évêque
Fondateur de l'église de Tours et son premier évêque (†IIIème siècle) - Martyrologe du jour
Quatre temps de l'Avent
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 19 décembre 2019
Feria V - Hebdomada III Adventus

.

Bx Urbain V, pape
Un des sept papes d'Avignon, il ramena le siège de la papauté à Rome (†1370) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 20 décembre 2019
Feria VI - Hebdomada III Adventus

.

Bx Vincent Romano
Prêtre à Naples, il aida la population à reconstruire la ville en partie détruite par une irruption du Vésuve (†1831) - Martyrologe du jour
Quatre temps de l'Avent Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 21 décembre 2019
Sabbato - Hebdomada III Adventus

.

St Pierre Canisius, prêtre et docteur de l'Église
Prêtre et docteur de l’Église (†1597) - Martyrologe du jour
Quatre temps de l'Avent
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 22 décembre 2019
Dominica - Hebdomada IV Adventus

Dominica IV Adventus.

Ste Françoise-Xavière Cabrini
Missionnaire du Sacré-Cœur aux USA, "Mère des émigrants", son activité fut intense en Amérique et en Europe (†1917) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 23 décembre 2019
Feria II - Hebdomada IV Adventus

.

St Jean de Kenty, prêtre
Prêtre, théologien, il combattit les erreurs de Jean Hus. Professeur à Cracovie, il fut proche des pauvres (†1473) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 24 décembre 2019
Feria III -

.

St Bartolomé-Marie Dalmonte
Prêtre à Bologne, prédicateur, guide spirituel des prêtres et des séminaristes (†1778) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 25 décembre 2019
Feria IV - Infra octavam Nativitatis

IN NATIVITATE DOMINI, Sollemnitas.

NATIVITÉ DU SEIGNEUR
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 26 décembre 2019
Feria V - Infra octavam Nativitatis

S. Stephani, protomartyris, Festum.

St Étienne, protomartyr
Diacre et 1er martyr de l'Église († vers 35) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 27 décembre 2019
Feria VI - Infra octavam Nativitatis

S. Ioannis, apostoli et evangelistae, Festum.

St Jean, apôtre et évangéliste
Disciple bien-aimé, apôtre et évangéliste († vers 100) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 28 décembre 2019
Sabbato - Infra octavam Nativitatis

Ss. Innocentium, martyrum, Festum.

Les Saints Innocents, martyrs
Martyrs quelques temps après la naissance de Jésus - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 29 décembre 2019
Dominica - Infra octavam Nativitatis

SANCTAE FAMILIAE IESU, MARIAE ET IOSEPH, Festum.

St Thomas Becket, évêque et martyr
Chancelier du roi Henri II, archevêque de Cantorbéry, il défendit l'indépendance de l'Église. Il fut tué dans sa cathédrale en 1170 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 30 décembre 2019
Feria II - Infra octavam Nativitatis

.

Bx Jean-Marie Boccardo, Pretre
Fondateur d'une congrégation de religieuses soignantes et enseignantes, - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 31 décembre 2019
Feria III - Infra octavam Nativitatis

.

St Sylvestre 1er, pape
Pape sous Constantin, il fut le constructeur des premières basiliques romaines (†335) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 1 janvier 2020
Feria IV - Infra octavam Nativitatis

In octava Nativitatis SOLLEMNITAS SANCTAE DEI GENITRICIS MARIAE, Sollemnitas.

Octave de la Nativité SOLENNITE DE LA SAINTE MERE DE DIEU, MARIE
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 2 janvier 2020
Feria V - Hebdomada II post Nativitatem

Ss. Basilii et Gregorii Nazianzeni, episcoporum et Ecclesiae doctorum, Memoria.

Sts. Basile et Grégoire de Naziance, évêques et docteurs de l'Église
Évêques et docteurs de l’Église (†379) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 3 janvier 2020
Feria VI - Hebdomada II post Nativitatem

FERIE ou S. Genofevae, virginis, memoria ad libitum.
Très Saint Nom de Jésus
- Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 4 janvier 2020
Sabbato - Hebdomada II post Nativitatem

FERIE
Ste Angèle de Foligno
Mère de famille du tiers ordre franciscain, elle fut favorisée de grâces exceptionnelles (†1309) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 5 janvier 2020
Dominica - Hebdomada III post Nativitatem

IN EPIPHANIA DOMINI, Sollemnitas.

St Jean Népomucène Neumann
Évêque de Philadelphie, apôtre des émigrés (†1860) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 6 janvier 2020
Feria II - Hebdomada III post Nativitatem

FERIE
EPIPHANIE DU SEIGNEUR
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 7 janvier 2020
Feria III - Hebdomada III post Nativitatem

FERIE ou S. Raimundi de Penyafort, presbyteri, memoria ad libitum.
St Raymond de Penyafort, prêtre.
Dominicain, il codifia le droit ecclésiastique (†1275) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 8 janvier 2020
Feria IV - Hebdomada III post Nativitatem

FERIE
St Séverin de Norique
Moine, protecteur de l'Autriche et de la Bavière - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 9 janvier 2020
Feria V - Hebdomada III post Nativitatem

FERIE
Bx Casimir Grelewski
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 10 janvier 2020
Feria VI - Hebdomada III post Nativitatem

FERIE
St Grégoire de Nysse
Évêque, père de l'Église, un des grands maîtres spirituels de tous les temps (†710) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 11 janvier 2020
Sabbato - Hebdomada III post Nativitatem

FERIE
St Thomas de Cori
Franciscain, grand prédicateur, il se fit serviteur de ses frères (†1729) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 12 janvier 2020
Dominica - Hebdomada III post Nativitatem

IN BAPTISMATE DOMINI, Festum.

Ste Marguerite Bourgeoys, vierge
Missionnaire au Canada, religieuse fondatrice (†1700) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 13 janvier 2020
Feria II - Hebdomada I per annum

FERIE ou S. Hilarii, episcopi et Ecclesiae doctoris, memoria ad libitum.
St Hilaire, évêque et docteur de l'Église.
Évêque, il lutta contre l'arianisme et fonda avec St Martin le monastère de Ligugé (†vers 367) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 14 janvier 2020
Feria III - Hebdomada I per annum

FERIE
Bx Pierre Donders
Prêtre en Guyane hollandaise, apôtre des esclaves et des lépreux (†1887) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 15 janvier 2020
Feria IV - Hebdomada I per annum

FERIE ou S. Remigii, episcopi, memoria ad libitum.
St Rémi, évêque
Apôtre des Francs, évêque de Reims (†vers 530) (France) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 16 janvier 2020
Feria V - Hebdomada I per annum

FERIE
Bx Joseph Tovini
Père de famille, chrétien engagé dans les domaines : culturel, politique et économique ( †1897) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word