Martyrologe du jeudi 9 novembre 2017 - DEDICACE DE LA BASILIQUE DU LATRAN

Martyrologe
Le 9 novembre
1. Fête de la dédicace de la basilique du Latran, construite en l’honneur du Christ Sauveur par l’empereur Constantin, comme siège de l’évêque de Rome. La célébration de son anniversaire est, dans toute l’Église latine, un signe de dilection et d’unité avec le siège de Pierre.
2. À Bourges, vers 300, saint Ursin, premier évêque de la cité, qui annonça au peuple le Christ Seigneur, et pour les croyants, dont la plupart étaient des pauvres, il transforma en église une maison donnée par le sénateur Léocade, encore païen.
3. À Naples, au IIIe siècle, saint Agrippin, évêque, parmi les premiers, que d’antiques documents déclarent défenseur de la cité.
4*. À Verdun, au début du VIe siècle, saint Vannes, évêque.
5. À Constantinople, au VIe ou VIIe siècle, les saintes Eustolie et Sopatra, vierges moniales.
6*. À Lodève dans la Narbonnaise, vers 870, saint Georges, évêque.
7*. À Signa, près de Florence en Toscane, l’an 1307, la bienheureuse Jeanne, vierge, qui mena pour le Christ une vie solitaire.
8*. À Ancôme dans les Marches, en 1456, le bienheureux Gabriel Feretto, prêtre, de l’Ordre des Mineurs, qui brilla par son soin des petits enfants et des malades, son obéissance et son observance de la Règle.
9*. À Bologne en Émilie, l’an 1485, le bienheureux Louis Morbioli. Quittant le sentier des vices, il se tourna vers Dieu, choisit une vie très dure de pénitent et ramena ses concitoyens à la piété par sa parole et son exemple.
10*. À Murano près de Venise, l’an 1508, le bienheureux Grâce de Catharo, religieux augustin. Alors qu’il jouait de la cymbale pour gagner sa nourriture, étant dans la plus grande misère, il fut ébranlé par les sermons d’un religieux, demanda l’habit des augustins et mena une vie très pieuse.
11*. À Oxford en Angleterre, l’an 1610, le bienheureux Georges Napper, prêtre et martyr. Pour gagner des âmes au Christ dans l’Église, il fit un travail remarquable, tant dans son ministère clandestin que dans sa prison, et, sous le roi Jacques Ier, à cause de son sacerdoce, il fut condamné à mort et conduit à la potence.
12*. À Dijon, en 1906, la bienheureuse Élisabeth de la Trinité (Élisabeth Catez), vierge carmélite. Dès l’enfance, elle s’attacha du fond du cœur à rechercher et à contempler la Sainte Trinité et, affligée, encore jeune, de multiples douleurs, elle parvint, comme elle l’avait souhaité, “à l’amour, à la lumière, à la vie”.
13*. Près de Borysow en Lituanie, l’an 1941, le bienheureux Henri Hlebowicz, prêtre de Vilnius et martyr. Durant l’occupation nazie du pays, il fit publiquement à l’église le don de sa vie en sacrifice pour sauver la foi des jeunes, soumise à un programme de destruction. Arrêté le 7 novembre, il fut fusillé le surlendemain dans un bois.
14*. À Rome, en 1951, le bienheureux Louis Beltrame Quattrocchi, père de famille, qui observa la loi du Christ aussi bien en public qu’en famille, et la proclama par son discernement et sa probité.
**.        En Espagne, en 1899, la bienheureuse Carmen del Nino Jésus Gonzalez Ramos Garcia Prieto, (Carmen de l’enfant jésus), veuve et sans enfant, elle fonda la congrégation des sœurs du sacré Cœur. (béatifiée le 6 mai 2007 par Benoît XVI)