Martyrologe du lundi 13 novembre 2017 -

Martyrologe
Le 13 novembre
1. À Césarée de Palestine, la passion des saints martyrs Antonin, Nicéphore, Zébinas, Germain et la vierge Manathas, en 308. Cette dernière fut d’abord meurtrie de coups puis brûlée, sous l’empereur Galère Maximien ; les autres, d’une voix intrépide et libre, ayant accusé d’impiété le préfet Firmilien, alors qu’il sacrifiait aux dieux, furent décapités.
2. À Aix en Provence, au IVe siècle, saint Mitre, de condition servile, qui trouva sa liberté dans le Christ.
3. À Tours, vers 444, saint Brice, évêque. Disciple de saint Martin, il succéda à son maître pendant quarante-sept ans, non sans subir de multiples traverses et l’occupation de son siège par deux évêques successifs.
4. Commémoraison des saints Arcadius, Paschase, Probus et Eutychien, espagnols, martyrs en Afrique en 437. Durant la persécution des Vandales, ils déclarèrent qu’ils ne suivraient jamais l’hérésie arienne ; pour ce motif, ils furent d’abord proscrits par le roi Genséric, puis poussés à l’exil. Ils endurèrent ensuite des tortures atroces et à la fin on les fit mourir de diverses façons. Alors parut avec éclat la constance d’un jeune enfant, Paulillius, le frère de Paschase et d’Eutychien : comme on ne pouvait l’ébranler dans son attachement à la foi catholique, on le frappa longtemps à coups de bâton et on le condamna au plus vil esclavage.
5*. À Vienne en Gaule, vers 518, saint Léonien, abbé. Originaire de Pannonie, il fut fait prisonnier par des barbares et amené en Gaule, à Autun d’abord, puis bientôt à Vienne, où il dirigea très saintement des moines et des moniales pendant plus de quarante ans.
6. À Clermont, en 525 ou 526, saint Quintien, évêque. D’origine africaine, il occupa d’abord le siège épiscopal de Rodez, mais, menacé de mort par les Wisigoths, il trouva refuge en Auvergne et en devint évêque.
7*. À Tiferno en Ombrie, commémoraison de saint Floride, évêque. Le pape saint Grégoire le Grand a été témoin de sa doctrine et de sa sainteté. Avec lui on commémore saint Amance, son prêtre, plein de charité envers les malades et vertueux en tout point.
8*. À Rodez, vers 580, saint Dalmace, évêque, dont saint Grégoire le Grand loue la générosité envers les pauvres.
9*. Dans la vallée de la Suze en Suisse, au VIe ou VIIe siècle, saint Himier, ermite, qui y annonça l’Évangile.
10. À Tolède en Espagne, l’an 657, saint Eugène, évêque, qui donna tous ses soins à l’organisation de la liturgie.
11*. Dans le Cambrésis, vers 670, sainte Maxellende, vierge et martyre. On dit que choisissant pour époux le Christ, elle refusa de suivre l’homme à qui ses parents l’avaient promise, et que celui-ci la tua d’un coup d’épée.
12. À Rome, près de saint Pierre, en 867, saint Nicolas Ier, pape, qui montra une vigueur apostolique pour affermir l’autorité du pontife romain dans toute l’Église de Dieu.
13*. Au monastère de La Réole en Gascogne, l’an 1004, le trépas de saint Abbon, abbé de Fleury, merveilleusement instruit dans les saintes Écritures et dans les lettres. Alors qu’il avait réprimandé un moine indiscipliné de La Réole et qu’il cherchait à mettre la paix dans ce monastère, il succomba, frappé d’un coup de lance.
14*. À Ivréa dans le Piémont, commémoraison du bienheureux Varmond, évêque, homme de vive foi, de piété et d’humilité, qui défendit la liberté de l’Église contre les tentatives des grands, construisit la cathédrale, encouragea l’ordre monastique et développa l’école épiscopale. Il mourut vers 1010-1014.
15. À Crémone en Lombardie, l’an 1197, saint Homobon. Commerçant, il mena une vie de prière et de charité, allant visiter et soulager les pauvres, réunissant les enfants à l’abandon pour les éduquer et mettant la paix dans les familles.
16. À Rome, en 1894, sainte Augustine (Livie Pietrantoni), vierge de la Congrégation des Sœurs de la Charité, qui se donna de tout son cœur au soin des malades contagieux à l’hôpital du Saint-Esprit, jusqu’à ce qu’un malade, saisi de fureur homicide, la tue d’un coup de couteau.
17*. Dans la région de Valence en Espagne, en 1936, à Simat de Valldigna, le bienheureux Jean Gonga Martinez, martyr
18*. En Espagne, à Porticol de Tavernes près de Carcaixent, la bienheureuse Marie du Patronage de Saint-Jean (Marie Giner Gomis), vierge de l’Institut des Sœurs missionnaires clarétines martyr, victime de la persécution contre l’Église au temps de la guerre civile.
19*. en Bulgarie, à Sofia, les bienheureux Pierre Vicev, Paul Dzidzov et Joseph Siskov, prêtres
**        En Autriche, en 1944, le bienheureux Carl Lampert, prêtre martyr, victime des nazis. (béatifié le 13 novembre 2011 par Benoît XVI)