Martyrologe du jeudi 23 novembre 2017 - de la férie

Martyrologe
Le 23 novembre
1. Mémoire de saint Clément Ier, pape et martyr. Il reçut l’épiscopat de Rome le troisième à partir des Apôtres Pierre et Paul. “Il avait vu, dit saint Irénée, les Apôtres eux-mêmes et avait été en relation avec eux : leur prédication résonnait encore à ses oreilles et leurs travaux étaient encore devant ses yeux”. Un grave dissentiment s’étant produit chez les chrétiens de Corinthe, il leur écrivit une lettre remarquable pour rétablir entre eux la concorde et la paix.
2. Mémoire de saint Colomban, abbé. Moine de Bangor en Irlande sous l’abbé saint Comgal, il se fit pèlerin pour le Christ et chercha à former à l’école de l’Évangile les peuples de la Gaule. Il fonda, parmi beaucoup d’autres, le monastère de Luxeuil en Bourgogne, qu’il gouverna lui-même sous une règle sévère. Forcé à l’exil, il franchit les Alpes et fonda en Ligurie le monastère de Bobbio, célèbre par sa discipline et ses études, et c’est là qu’il mourut en paix, l’an 615, ayant bien mérité de l’Église.
3. À Rome, au cimetière de Maxime, sur la nouvelle voie Salarienne, sainte Félicité, martyre.
4. À Chiusi en Toscane, sainte Mustiole, martyre.
5. À Cyzique dans l’Hellespont, au début du IVe siècle, saint Sisinius, évêque et martyr, qui, après de nombreux tourments, aurait été frappé par l’épée au cours de la persécution de Dioclétien.
6*. À Metz, commémoraison de saint Clément, tenu pour le premier évêque de la cité au IIIe ou IVe siècle.
7. À Mérida au Portugal, sainte Lucrèce, martyre au IVe ou Ve siècle.
8. À Iconium en Lycaonie, vers 400, saint Amphiloque, évêque, qui fut le compagnon des saints Basile et Grégoire de Nazianze dans le désert, et leur collègue dans l’épiscopat. Célèbre pour sa sainteté et sa science, il eut à supporter beaucoup de combats pour la foi catholique.
9. À Paris, au VIe siècle, saint Séverin, qui vécut reclus dans une cellule, tout entier occupé à la contemplation de Dieu.
10. À Agrigente en Sicile, après 603, saint Grégoire, évêque, qui composa un commentaire de l’Ecclésiaste pour faire connaître aux ignorants son sens spirituel.
11. À Zerkingen dans le Limbourg, vers 690, saint Trond, prêtre, qui donna ses biens à l’Église de Metz et construisit là, sur ses terres, un monastère où il rassembla des disciples.
12*. À Albe dans le Piémont, en 1464, la bienheureuse Marguerite de Savoie, qui, devenue veuve, se retira pour se consacrer à Dieu dans le monastère de moniales de l’Ordre des Prêcheurs qu’elle avait fondé.
13. À Séoul en Corée, l’an 1839, sainte Cécile Yu So-sa, martyre. Mère de saint André Kim, devenue veuve, elle fut dépouillée de ses biens à cause de sa foi, conduite en prison, soumise douze fois à la torture et livrée au supplice de la bastonnade au point de mourir en prison presque octogénaire.
14*. À Guadalupe sur le territoire de Zacata au Mexique, en 1927, le bienheureux Michel-Augustin Pro, prêtre de la Compagnie de Jésus et martyr. Dans la persécution déchaînée contre l’Église, il poursuivit son ministère dans la clandestinité, mais arrêté par deux fois, il fut condamné à mort sans jugement comme s’il était complice d’un attentat manqué, et fusillé en criant “Vive le Christ Roi”.
15*. Près de Madrid, en 1936, la bienheureuse Marie-Cécile (Marie-Félicité Cendoya y Araquistain), vierge de l’Ordre de la Visitation et martyre. Dans la persécution religieuse au cours de la guerre civile espagnole, ses sœurs ayant été arrêtées en son absence, elle se livra d’elle-même la même nuit aux miliciens et confirma avec ses compagnes par le sacrifice suprême le témoignage de sa foi.
**        En Italie, en 1951, la bienheureuse Enrichetta Alfieri, sœur de la Charité. (béatifiée le 26 juin 2011 par Benoît XVI)