Martyrologe du samedi 26 mai 2018 - St Philippe Néri, prêtre

Martyrologe
Le 26 mai
1. Mémoire de saint Philippe Néri, prêtre. Originaire de Florence, il vint à Rome où il devint curé de Saint-Jean des Florentins. Pour sauver du mal la jeunesse, il fonda l’Oratoire, où les leçons spirituelles succédaient aux chants et aux œuvres de charité et il s’illustra par son amour du prochain, sa simplicité évangélique et son cœur plein de joie, dans un zèle extrême et un fervent service de Dieu. Il mourut à Rome en 1595.
2. À Rome également, en 189, saint Éleuthère, pape, à qui les illustres martyrs de Lyon, alors détenus en prison, écrivirent une noble lettre sur le maintien de la paix dans l’Église.
3. À Rome encore, au cimetière de Priscille, sur la voie Salarienne nouvelle, saint Simètre, martyr.
4. À Todi en Ombrie, sainte Félicissime, martyre.
5. Au territoire d’Auxerre, la passion de saint Prix, martyr.
6. À Cantorbéry en Angleterre, vers 604, la mise au tombeau de l’évêque saint Augustin, dont la mémoire est célébrée le lendemain.
7. Sur le territoire de Lyon, en 606 ou 607, la passion de saint Didier, évêque de Vienne. Ayant reproché à la reine Brunehaut un mariage incestueux et d’autres dépravations, il fut d’abord envoyé par elle en exil, puis, sur son ordre, arrêté dans sa cathédrale, et enfin lapidé par les soldats et achevé à coups de bâton, recevant ainsi la couronne du martyre.
8*. Au monastère de Saint-Papoul, en 1093, saint Bérenger, moine.
9*. À Vence en Provence, l’an 1154, saint Lambert, évêque, auparavant moine de Lérins. Il fut la providence des pauvres et aimait la pauvreté.
10*. À Sienne en Toscane, l’an 1328, le bienheureux François Patrizi, prêtre de l’Ordre des Servites de Marie, qui exerça avec un zèle admirable le ministère de la prédication, de la direction des âmes et de la pénitence.
11*. À Pistoie, également en Toscane, l’an 1401, le bienheureux André Franchi, évêque. Prieur du couvent dominicain de la ville, il restaura la vie régulière dans les couvents de l’Ordre dans la région après la peste noire, et il approuva dans la cité les confréries de pénitents pour favoriser la paix et la miséricorde.
12. À Quito en Équateur, l’an 1645, sainte Marie-Anne de Jésus de Paredes, vierge, qui consacra sa vie au Christ dans le Tiers-Ordre de Saint-François, et dépensa ses forces à subvenir aux besoins des pauvres indigènes ou noirs.
13. À Fuzhou dans la province chinoise de Fujian, en 1747, la passion de saint Pierre Sans i Jordan, évêque et martyr. De l’Ordre des Prêcheurs, il fut arrêté avec d’autres prêtres et conduit au tribunal, enchaîné, par un long parcours. Sur le lieu du supplice, il se mit à genoux et, quand il eut terminé sa prière, tendit son cou à la hache.
14. À Séoul en Corée, l’an 1839, saint Joseph Chang Song-jib, martyr. Pharmacien devenu chrétien, il fut mis dans les fers et succomba aux pires tourments.
15. À Dong Hoi en Annam, l’an 1861, les saints martyrs Jean Doan Trinh Hoan, prêtre, et Matthieu Nguyen Van Phuong, médecin, père de famille et catéchiste, qui lui avait donné l’hospitalité. Tous deux furent torturés pour la foi, sous l’empereur Tu Duc, et sauvagement décapités.
16. À Numyanyo en Ouganda, l’an 1886, saint André Kaggwa, martyr. Chef des joueurs de tambourin du roi Mwanga et son familier, à peine fut-il initié au Christ, qu’il forma les païens et les catéchumènes à la doctrine de l’Évangile, et pour cela, il fut tué avec cruauté.
17. À Ttaka Jiunge, également en Ouganda et la même année, saint Pontien Ngondwe, martyr. Garde du corps du roi, alors que la persécution menaçait, il reçut le baptême, fut peu après jeté en prison et, tandis qu’on le conduisait à la colline du supplice, il fut transpercé d’un coup de lance par le bourreau.