affiche_liturgia("journee")office = martyrologe

Martyrologe du mercredi 30 mai 2018 -

Martyrologe
Le 30 mai
(En France : Mémoire de sainte Jeanne d’Arc, notice n° 7)
1. À Torrès en Sardaigne, saint Gabin, martyr.
2. À Césarée de Cappadoce, les saints Basile et Emmélie, qui furent les parents des saints évêques Basile le Grand, Grégoire de Nysse et Pierre de Sébaste, ainsi que de la vierge sainte Macrine. Ces saints époux furent bannis au temps de l’empereur Galère Maximien et durent habiter les solitudes du Pont ; après la persécution, ils moururent en paix, l’un en 349, l’autre en 372, laissant leurs enfants héritiers de leurs vertus.
3. À Pavie en Lombardie, vers 680, saint Anastase, évêque. Ayant abandonné l’hérésie arienne, il professa avec fermeté la foi catholique.
4. À Ghéel dans le Brabant, au VIe ou VIIe siècle, sainte Dypne, vierge et martyre.
5. À Tervuren, également dans le Brabant, en 727, le trépas de saint Hubert, évêque de Tongres et Maastricht. Disciple et successeur de saint Lambert, il déploya son activité à répandre l’Évangile à travers le Brabant et les Ardennes et à y combattre les mœurs païennes, et il bâtit à Liège une église où il transféra les restes de son prédécesseur.
6. À Séville en Espagne, l’an 1252, saint Ferdinand III, roi de Castille et de León, prudent dans l’administration de son royaume, protecteur des arts et des sciences, attentif à diffuser la foi.
7. À Rouen, en 1431, sainte Jeanne d’Arc, vierge, appelée la pucelle d’Orléans, qui combattit avec force pour sa patrie, mais, livrée au pouvoir des ennemis et condamnée à mort par un tribunal ecclésiastique inique, malgré la simplicité de sa foi et son attachement à l’Église, elle mourut sur le bûcher à l’âge de dix-neuf ans.
8. À Londres, en 1582, saint Luc Kirby, prêtre et martyr. Sous la reine Élisabeth Ière, parce qu’il était prêtre, il fut, après de nombreuses tortures, pendu à la triple fourche de Tyburn. Avec lui subirent le même supplice de la potence les bienheureux prêtres et martyrs Guillaume Filby, Laurent Johnson, ainsi que Thomas Cottam, de la Compagnie de Jésus.
9*. À Londres également, trente ans après, en 1612, les bienheureux Guillaume Scott, bénédictin, et Richard Newport, prêtres et martyrs. Sous le roi Jacques Ier, à cause de leur sacerdoce, le premier fut étranglé ; le second, respirant encore, fut déchiré par le fer.
10. À Kampala en Ouganda, l’an 1886, saint Matthias Kalemba, surnommé Mulumba, c’est-à-dire Fort, martyr. Après avoir abandonné la religion musulmane et reçu le baptême, il abdiqua son office de juge et se dépensa beaucoup à répandre la foi chrétienne. Pour cela, sous le roi Mwanga, il fut soumis à des tortures et, privé de tout soulagement, rendit son âme à Dieu.
11. À Savone en Ligurie, l’an 1896, le trépas de saint Joseph Marello, évêque d’Acqui dans le Piémont, qui fonda la Congrégation des Oblats de Saint-Joseph, consacrée au soin de la discipline morale et chrétienne des jeunes.
12*. Au camp de concentration de Buchenwald en Thuringe, l’an 1940, la passion du bienheureux Othon Neururer, prêtre et martyr. Ayant dissuadé une jeune catholique de simuler un mariage avec un partisan du régime nazi déjà marié, il fut jeté en prison, où, à travers toutes sortes de sévices, il poursuivit en secret son ministère, jusqu’à ce qu’il achève son martyre, pendu par les pieds.
**.        À Bordeaux, en 1897, la bienheureuse Marie Céline de la présentation (Jeanne Germaine Castang), clarisse au couvent de Talence. (béatifiée le 16 septembre 2007 par Benoît XVI).
**.        En Ukraine, en 1904, la bienheureuse Marta Wiecka, religieuse de la Compagnie des Filles de la Charité de saint Vincent de Paul (béatifiée par Benoît XVI le 24 mai 2008)