Martyrologe du mercredi 6 juin 2018 - de la férie

Martyrologe
Le 6 juin
1. Mémoire de saint Norbert, évêque. De mœurs austères, tout entier donné à l’union avec Dieu et à la prédication de l’Évangile, il fonda à Prémontré près de Laon l’Ordre des Chanoines Réguliers et, devenu évêque de Magdebourg en Saxe, il réforma dans son Église la vie chrétienne et s’employa à répandre la foi chez les peuples voisins. Il mourut en 1134.
2. À Rome, au second mille sur la voie Aurélienne, les saints martyrs Artème et Pauline.
3. À Scété en Égypte, au IVe siècle, saint Bessarion, anachorète, qui vécut en mendiant et vagabond pour l’amour de Dieu.
4*. À Grenoble, vers 452, saint Cérase, évêque, qui remercia saint Léon le Grand pour son Tome à Flavien et préserva son troupeau de l’hérésie.
5. À Milan, en 518, saint Eustorge II, évêque, qui se fit remarquer par sa piété, sa justice et ses vertus pastorales, et construisit un baptistère de toute beauté.
6*. En Irlande, vers 550, saint Jarlath, évêque.
7. Dans le Jura, vers 703, saint Claude, qui fut, croit-on, évêque et abbé du monastère de Condat.
8. Sur le territoire de Bologne en Émilie, l’an 823, le trépas de saint Alexandre, évêque de Fiesole. En revenant de Pavie, où il avait obtenu de Lothaire, roi des Lombards, les biens dont son Église avait été spoliée, il fut assailli par ceux qui occupaient ces biens et noyé dans une rivière.
9. À Constantinople, en 845, saint Hilarion, prêtre, supérieur du monastère dit de Dalmace, qui subit, sans être vaincu, prison, flagellation et exil pour le culte des saintes images.
10*. Dans l’archipel des Orcades, au nord-est de l’Écosse, vers 1010, saint Colman, évêque.
11*. Au monastère de Cava en Campanie l’an 1146, le bienheureux Falcon, abbé.
12*. En Auvergne, l’an 1152, saint Gilbert, abbé de l’Ordre des Prémontrés, qui vécut d’abord en ermite, puis construisit à Neuffontaines un monastère et un hôpital.
13*. À Udine en Vénétie, l’an 1350, le bienheureux Bertrand, évêque d’Aquilée et martyr. Il pourvut avec soin à la formation du clergé, nourrit les pauvres de ses propres ressources dans une période de famine, défendit énergiquement les droits de son Église et, à l’âge de quatre-vingt-dix ans, tomba sous les coups de gens du comte de Goritz.
14*. À Ortona dans les Abruzzes, en 1535, le bienheureux Laurent de Villamagna, prêtre de l’Ordre des Mineurs, célèbre par sa prédication de la parole de Dieu.
15*. À Londres, en 1537, le bienheureux Guillaume Greenwood, martyr. Frère convers de la Chartreuse de la ville, à cause de sa fidélité constante à l’Église catholique et au pape, il fut, sous le roi Henri VIII, enfermé dans un cachot infect et y mourut de faim et de maladie.
16. À Saint-Chamond dans la région de Lyon, en 1840, saint Marcellin Champagnat, prêtre de la Société de Marie, qui fonda l’Institut des Petits Frères de Marie pour l’éducation chrétienne des enfants.
17. Dans la ville de Luong My au Tonkin, en 1862, les saints martyrs Pierre Dung et Pierre Thuan, pêcheurs, et Vincent Duong, paysan. Pour avoir refusé constamment de fouler la croix aux pieds, ils furent condamnés au bûcher sous l’empereur Tu Duc.
18*. À Mexico, en 1938, le trépas du saint Raphaël Guizar Valencia, évêque de Veracruz. Au temps de la persécution mexicaine, il exerça sans relâche son ministère épiscopal, soit en exil, soit dans la clandestinité. (canonisé le 15 octobre 2006 par Benoît XVI)
19*. Au camp de concentration de Sachsenhausen en Allemagne, l’an 1940, le bienheureux Innocent Guz, prêtre franciscain conventuel et martyr. Dès l’occupation de la Pologne par les troupes du régime nazi, il fut arrêté avec d’autres prêtres, déporté et, après des traitements inhumains, massacré par des gardes du camp.