Martyrologe du vendredi 17 août 2018 -

Martyrologe
Le 17 août.
1.        À Cyzique dans l’Hellespont, vers 250, saint Myron, prêtre et martyr, qui fut, rapporte-t-on, décapité, après de nombreux tourments, sous l’empereur Dèce et le préfet Antipater.
2.        À Césarée de Cappadoce, en 273 ou 274, saint Mamant ou Mamès, martyr, qui vécut, simple berger, en solitaire dans les bois de la montagne avec une extrême frugalité et, en confessant la foi du Christ, fut martyrisé sous l’empereur Aurélien. Saint Basile et saint Grégoire de Nazianze lui ont décerné les plus grands éloges.
3.        En Sicile, en 309 ou 310, la naissance au ciel de saint Eusèbe, pape. Énergique témoin du Christ, il fut déporté dans cette île par l’empereur Maxence et, maintenu loin de sa patrie terrestre, mérita d’obtenir celle du ciel. Son corps fut déposé à Rome au cimetière de Calliste.
4*.        En Frise, l’an 856, saint Jéron, prêtre et martyr, qui aurait été tué par des païens normands.
5*.        À Thessalonique en Macédoine, l’an 903, le trépas de saint Élie le Jeune, moine basilien. Né en Sicile, il fut pris par les Sarrasins et expédié en Afrique. Libéré, il se fit pèlerin, puis, avec une ardeur inentamée, mena, en Calabre et en Sicile, une vie austère d’oraison et d’ascèse.
6*.        À Monte Calanna en Sicile, l’an 1157, le bienheureux Nicolas Politi, ermite, qui vécut dans une grotte, dans une extrême austérité.
7*.        À Colle Etrusco près de Sienne, en 1202, le bienheureux Albert, prêtre, qui fut pour le peuple un bel exemple de vertus.
8.        À Montefalco en Ombrie, l’an 1308, sainte Claire de la Croix, vierge, moniale de l’Ordre des Ermites de Saint-Augustin, qui fut abbesse du monastère de la Sainte-Croix, brûlant d’amour pour la passion du Christ.
9.        À Tolède en Castille, l’an 1490, sainte Béatrice da Silva Meneses, vierge, qui accompagna d’abord à la cour du roi d’Espagne la reine Isabelle, sa tante, mais, préférant mener une vie plus parfaite, elle se réfugia de longues années chez les cisterciennes de Saint-Dominique de Silos, et enfin fonda, avec douze compagnes, un Ordre nouveau en l’honneur de la Conception de la bienheureuse Vierge Marie.
10.                À Nagasaki au Japon, en 1633, les saints martyrs Jacques Kyuhei Gorobioye Tomonaga, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, et Michel Kurobioye, condamnés à mort sous le chef suprême Tokugawa Yemitsu et décapités.
11.        À Saumur, en 1736, sainte Jeanne Delanoue, vierge. D’une confiance totale en la Providence de Dieu, elle accueillit d’abord chez elle des orphelines, des vieilles femmes, des malades, et des femmes perdues, ensuite, avec des compagnes, elle fonda l’Institut des Sœurs de Sainte-Anne-de-la-Providence.
12*.        À Rochefort, le bienheureux Noël-Hilaire Le Conte, simple clerc, chargé de la musique à la cathédrale de Bourges au moment de la Révolution française, en haine de la religion chrétienne, fut déporté sur un bateau négrier dans la baie devant le port de Rochefort et y mourut, jeune, avec des marques de grande piété.
13*.        À Castelfullit de la Roca, près de Géronde en Espagne, en 1936, le bienheureux Henri Canadell, prêtre, de l’Ordre des Clercs réguliers des Écoles religieuses, et martyr, victime de la persécution contre l’Église au cours de la guerre civile.