Martyrologe du mardi 28 août 2018 - St Augustin, évêque et docteur de l'Église

Martyrologe
Le 28 août.
Mémoire (En Afrique du Nord : Solennité) de saint Augustin, évêque et docteur éminent de l’Église. Après une jeunesse agitée dans ses idées religieuses et dans ses mœurs, il se convertit à la foi catholique, fut baptisé par saint Ambroise à Milan, et, de retour en Afrique, mena avec quelques amis, une vie d’ascèse vouée à Dieu et à l’étude des Écritures. Élu bientôt évêque d’Hippone, il se fit, pendant trente-quatre ans, jusqu’à sa mort en 430, le modèle de son troupeau, en l’instruisant par ses sermons et ses écrits abondants, dans lesquels il lutta avec énergie contre les erreurs de son temps ou mit en lumière, avec beaucoup de science, la vraie foi.
2.        À Rome, au cimetière de Basilla, sur l’ancienne voie Salarienne, saint Hermès, martyr. Selon ce que rapporte le pape saint Damase, la Grèce l’envoya à la ville de Rome et Rome tient pour un citoyen celui qui a souffert en ses murs pour le saint nom du Christ.
3.        À Constance en Germanie, saint Pélage, martyr.
4.        À Brioude au pays des Arvernes, au IIIe siècle, saint Julien, martyr. Soldat à Vienne, selon la tradition, aux premières nouvelles de la persécution, sur le conseil de saint Ferréol, il vint à Brioude, et c’est là qu’il reçut la palme du martyre.
5.        À Constantinople, vers 336, saint Alexandre, évêque, dont la prière apostolique, écrit saint Grégoire de Nazianze, fit disparaître le chef de l’impiété arienne.
6.        À Carthage, vers 350, saint Restitut, évêque, dont saint Augustin a fait l’éloge, dans un sermon le jour de sa fête.
7*.        À Sarsina en Romagne, vers le IVe siècle, saint Vicinius, honoré comme premier évêque de la cité.
8.        À Saintes, au Ve siècle, saint Vivien, évêque
9.        En Égypte, vers 400, saint Moïse l’Éthiopien. De brigand célèbre, il devint fervent anachorète, convertit nombre de voleurs et les emmena avec lui au monastère.
10.        À Séville en Andalousie, au VIIe siècle, sainte Florentine, vierge, très savante en la discipline ecclésiastique. Ses frères, les saints Isidore et Léandre, lui dédièrent des traités de doctrine.
11*.        À Londres en Angleterre ; le bienheureux Guillaume Dean, prêtre, et ses sept compagnons martyrs à cause de leur sacerdoce ou de leur profession de foi catholique, ils furent arrêtés et pendus en divers lieux de la ville ou dans les environs.
12.        À Lancaster, en 1628, saint Edmond Arrowsmith, prêtre de la Compagnie de Jésus et martyr. Ordonné prêtre à Douai, il rentra dans sa patrie et s’y adonna au ministère pastoral pendant dix ans, fut admis dans la Compagnie de Jésus, mais, accusé d’être prêtre, jésuite, et de faire campagne pour l’Église romaine, il fut condamné, sous le roi Charles Ier, et, malgré les protestants de l’endroit eux-mêmes, il fut pendu au gibet.
13*.        À Monterey en Californie, en 1784, le bienheureux Juniper (Michel Serra), prêtre franciscain. Malgré beaucoup de fatigues et d’épreuves, il prêcha l’Évangile aux tribus de cette région encore païennes dans leur propre langue et défendit avec beaucoup de force les droits des pauvres et des humbles.
14*.        Au large du port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Charles-Arnaud Hanus, prêtre de Verdun et martyr. Sous la Révolution française, à cause de son sacerdoce, il fut déporté sur un bateau négrier, et, débarqué, après deux semaines sur l’île Madame, il mourut d’une fièvre putride.
15*.        À Barcelone en Catalogne, en 1854, sainte Joachuima de Vedruna. Mère de famille, elle éleva chrétiennement neuf enfants et, devenue veuve, fonda l’Institut des Carmélites de la Charité. Elle supporta d’un cœur égal toutes sortes de difficultés, jusqu’à la prison et l’exil, et mourut du choléra.
16*.        Dans la région de Valence en Espagne, les bienheureux martyrs Jean Baptiste Faubel Cano et Arthur Ros Montalt, pères de famille victimes de la persécution déchaînée contre l’Église au cours de la guerre civile en Espagne.
17*.        Près de Vinalès en Espagne, le bienheureux martyr Aurèle (Joseph Ample Alcaide), prêtre capucin, victime de la persécution déchaînée contre l’Église au cours de la guerre civile en Espagne.
18*.        À Nawojowa Gora en Pologne, l’an 1944, le bienheureux Alphonse-Marie (Joseph Mazurek) prêtre carme déchaux et martyr. Prieur du couvent de Czerna, il fut arrêté et fusillé par les troupes du régime nazi.