Martyrologe du mercredi 29 août 2018 - Passion de S. Jean-Baptiste, martyr

Martyrologe
Le 29 août.
Mémoire du martyre de saint Jean Baptiste, que le roi Hérode Antipas maintint en prison dans la forteresse de Machéronte et qu’il ordonna de décapiter le jour de son anniversaire, à la demande de la fille d’Hérodiade. Comme une lampe qui brille, le précurseur du Seigneur a rendu témoignage à la vérité aussi bien dans sa mort que dans sa vie.
2.        Près de Sirmium en Pannonie, sainte Basille
3.        À Rome, commémoraison de sainte Sabine, dont le titre établi sur l’Aventin vers 422-432, présente son nom à la vénération.
4.        À Metz, au Ve siècle, saint Adelphe, évêque
5*.        Au pays nantais, saint Victor, solitaire, qui vécut en reclus au VIe ou VIIe siècle, dans un petit oratoire construit pour lui à Campbon.
6.        À Londres, vers 693, saint Sebbe. Roi des Saxons orientaux, très dévoué à Dieu, il voulut mourir revêtu de l’habit monastique, qu’il avait longtemps désiré.
7.        À Paris, vers 700, saint Merry (Médéric), prêtre et abbé d’un monastère à Autun. Devenu vieux, il quitta sa charge et finit sa vie dans un ermitage près de Paris.
8*.        À Valence en Espagne, l’an 1231, les bienheureux martyrs Jean de Pérouse, prêtre, et Pierre de Sassoferrato, religieux, tous deux frères mineurs, qui, pour avoir prêché la foi chrétienne aux Maures de la ville, furent décapités sur l’ordre du roi sur la place publique.
9*.        Près de Cracovie en Pologne, l’an 1259, la bienheureuse Bronislava, vierge, de l’Ordre de Prémontré, qui voulut mener une vie humble et cachée et, quand son couvent fut détruit par les Tartares, vécut dans une cabane, seule avec Dieu.
10*.        À Lancaster en Angleterre, l’an 1618, le bienheureux Richard Herst, martyr. Père de famille, laboureur, faussement accusé de meurtre, sous le roi Jacques Ier, il préféra la mort à la liberté qu’on lui proposait s’il abandonnait la foi catholique, et il fut condamné au supplice de la pendaison.
11*.        Sur l’île Madame, au large du port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Louis-Wulphy Huppy, prêtre de Limoges et martyr. Sous la Révolution française, en raison de son sacerdoce, il fut déporté sur un bateau négrier dans des conditions inhumaines et mourut de la contagion répandue à bord, à l’âge de vingt-huit ans.
12*.        À Waterford en Irlande, l’an 1844, le bienheureux Ignace (Edmond) Rice, qui se dévoua, avec toute la ferveur et la persévérance possibles, à l’éducation des enfants et des jeunes, dans des conditions très difficiles ; pour développer son œuvre, il fonda la Congrégation des Frères chrétiens et celle des Frères de la Présentation.
13*.        À la Tour Saint-Joseph, près de Rennes, en 1877, sainte Jeanne Jugan (Marie de la Croix), vierge. Pour mendier des ressources pour les pauvres et pour Dieu, elle fonda la Congrégation des Petites Sœurs des pauvres, mais, éjectée sans aucune justice de la direction de son institut, elle passa les vingt dernières années de sa vie dans la prière et l’humilité. (canonisée le 11 octobre 2009 par Benoît XVI)
14*.        En Espagne, en 1936, le bienheureux Constantin Fernandez Alvarez, prêtre dominicain et martyr, exécuts l’un à Valence, victime de la persécution déchaînée contre l’Église au cours de la guerre civile.
15*.        En Espagne, en 1936, le bienheureux François Monzon Romeo, prêtre dominicain et martyr, exécuté à Hijar, près de Teruel, victime de la persécution déchaînée contre l’Église au cours de la guerre civile.
16*.        Au camp de concentration de Dachau en Bavière, l’an 1942, le bienheureux Dominique Jedrzejewski, prêtre de Vladislava et martyr. Curé de Goslawice, quand la Pologne fut soumise à l’occupation nazie, il fut déporté en Allemagne et mourut à la suite des mauvais traitements subis.
17*.        À Posnan en Pologne, l’an 1942, la bienheureuse Sancie (Janine Szymkowiak), vierge, des Filles de la Vierge Marie des Douleurs, qui mit tout son zèle à venir en aide aux prisonniers dans la dure période de la guerre.
18*.        À Sainte-Julie en Ligurie, en 1944, la bienheureuse Thérèse Bracco, vierge et martyre. Alors qu’elle travaillait dans les champs, pendant la Seconde Guerre mondiale, elle tomba sous les coups de soldats, pour avoir défendu sa chasteté.
**.        En Inde, en 1952, la bienheureuse Euphrasie du Sacré-Cœur de Jésus (Rosa Eluvathing) religieuse indienne de la congrégation des religieuses de la Mère du Carmel. (béatifiée le 3 décembre 2006 par Benoît XVI)