affiche_liturgia("journee")office = martyrologe20190924

Martyrologe du mardi 24 septembre 2019 -

Martyrologe
Le 24 septembre
1. À Milan, au IIe siècle, saint Anatole, qu’on croit avoir été le premier évêque de la cité.
2. À Saulieu au pays d’Autun, les saints martyrs Andoche, Thyrse et Félix.
3. Chez les Arvernes, au Ve siècle, saint Rustique, évêque. Déjà prêtre dans cette cité, il reçut l’honneur de l’épiscopat, à la joie du peuple.
4. À Lyon, après 526, saint Loup, évêque, qui auparavant avait vécu en anachorète.
5*. À Marseille, en 1043, saint Isarn, abbé de Saint-Victor. Austère pour lui-même, bienveillant et pacifique pour les autres, il restaura la vie régulière dans son monastère.
6. En Hongrie, l’an 1046, saint Gérard Sagredo, évêque de Csanad et martyr. Originaire de Venise et moine bénédictin en route pour la Terre Sainte, il devint le précepteur du jeune prince Émeric, fils du roi de Hongrie saint Étienne et, dans une révolte des Hongrois, mourut lapidé, non loin du Danube.
7*. À Girone en Catalogne, l’an 1341, le bienheureux Dalmace Moner, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, qui aimait la solitude et le silence.
8*. À York en Angleterre, l’an 1589, les bienheureux martyrs Guillaume Spencer, prêtre, et Robert Hardesty. Condamnés à mort, sous la reine Élisabeth Ière, l’un parce qu’il était prêtre, l’autre parce qu’il l’avait reçu chez lui, ils subirent ensemble le supplice de la pendaison.
9. À Nagasaki au Japon, en 1637, saint Antoine Gonzalez, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs et martyr. Envoyé au Japon avec cinq compagnons et mis dans les fers peu de temps après, il subit deux fois le supplice de l’eau et, pris de fièvre, précéda les autres dans la mort, sous le chef suprême Tokugawa Yemitsu.
10. À San Severino dans les Marches, en 1721, saint Pacifique, prêtre de l’Ordre des Mineurs, célèbre par ses pratiques de pénitence, son amour de la solitude et sa prière devant le Saint-Sacrement.
11*. À Lavant en Slovénie, l’an 1862, le bienheureux Antoine-Martin Slomsek évêque, qui prit le plus grand soin de la vie chrétienne des domestiques et de la formation du clergé et appliqua toutes ses forces en faveur de l’unité de l’Église.
12*. À Rome, en 1926, la bienheureuse Colombe (Jeanne Gabriel), abbesse, qui fut à la tête du monastère de Lviv, mais, calomniée injustement, gagna Rome, où, vivant avec joie dans la pauvreté, elle fonda la Congrégation des Sœurs bénédictines de la Charité, ainsi que l’œuvre sociale appelée “la Maison de famille” pour les jeunes ouvrières pauvres ou éloignées de leur famille.
13*. En Espagne, dans la région de Valence, en 1936, le bienheureux martyr Joseph-Raymond-Pascal Ferrer Botella, prêtre
14*. En Espagne, à Abalat de la Ribera ; le bienheureux Joseph-Marie Fernandiz Hernandez, prêtre, à Rotola y Corbera 
15*. En Espagne, la bienheureuse Incarnation Gil Valls, vierge, à Olleria 
16*. EnEspagne, le bienheureux Joseph-Raymond Ferragud Girbès, père de famille, à Alzira, victime de la persécution menée contre l’Église au cours de la guerre civile.