Martyrologe du mercredi 9 octobre 2019 - de la férie

Martyrologe
Le 9 octobre
1. Mémoire de saint Denis, évêque, et de ses compagnons, martyrs. Selon la tradition, saint Denis fut envoyé en Gaule avec six autres compagnons par le pape de Rome vers 250, et, devenu premier évêque des Parisiens, il subit le martyre avec le prêtre Rustique et le diacre Éleuthère, sans doute sous la persécution de Valérien, en 258.
2. Mémoire de saint Jean Léonardi, prêtre. Après avoir été aide-pharmacien à Lucques en Toscane, il reçut le sacerdoce et, à partir de là, pour enseigner aux enfants la doctrine chrétienne, restaurer la vie apostolique du clergé et propager la foi chrétienne, il fonda un Ordre de Clercs réguliers, appelé ensuite de la Mère de Dieu, ce qui lui causa bien des tribulations, puis il jeta à Rome les bases du Séminaire de la Propagation de la foi, et il mourut en 1609, victime de sa charité lors d’une épidémie de peste.
3. Commémoraison de saint Abraham, patriarche et père des croyants. Vers 1850 avant le Christ, à l’appel de Dieu, il quitta Our en Chaldée, sa patrie, et parcourut la terre que Dieu lui avait promise, à lui et à sa descendance. Il manifesta sa foi totale en Dieu, espérant contre toute espérance, ne refusant pas même d’offrir en sacrifice son fils unique Isaac que Dieu lui avait donné dans sa vieillesse par sa femme Sara, jusqu’alors stérile.
4. À Laodicée en Syrie, la passion des saints Diodore, Diomède et Didyme.
5. Sur la voie Claudienne, sur le territoire de Parme, au début du IVe siècle, saint Domnin martyr.
6. À Antioche de Syrie, au IVe siècle, sainte Publia. Après la mort de son mari, elle entra dans un monastère. Au passage de Julien l’Apostat, elle chanta avec ses vierges le verset du psaume : “les idoles des païens, or et argent ; qu’ils deviennent comme elles, tous ceux qui les font”. Sur l’ordre de l’empereur, elle fut souffletée et gravement punie.
7*. Au pays de Bigorre, sur les pentes des Pyrénées, au Ve siècle, saint Savin, ermite, qui, après trois ans de vie monastique à Ligugé, passa treize ans dans la solitude.
8*. À Tiferno en Ombrie, l’an 610, saint Domnin, ermite.
9. En Hannonie, entre 681 et 685, saint Ghislain, qui mena la vie monastique dans un couvent qu’il avait construit.
10. Au Mont-Cassin dans le Latium, vers 834, saint Deusdedit, abbé, qui fut mis dans un cachot par le tyran Sicard et, accablé par la faim et les mauvais traitements, y rendit son âme à Dieu.
11*. À Brennov en Bohême, l’an 1045, la mise au tombeau de saint Gunther, ermite, qui, après une jeunesse désordonnée, se retira d’abord dans l’obscurité de la vie monastique, puis dans les solitudes éloignées des forêts entre la Bavière et la Bohême, et là il vécut et mourut, aussi uni à Dieu que séparé des hommes.
12*. Au monastère de Montsalvy en Rouergue, l’an 1110, saint Bernard de Rodez, abbé de chanoines réguliers.
13. À Valence en Espagne, l’an 1601, Saint Louis Bertrand, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, qui enseigna l’Évangile du Christ à divers peuples indigènes d’Amérique du Sud et les défendit contre leurs oppresseurs.
14. À Turon dans les Asturies, en 1937, saint martyr Innocent de l’Immaculée (Emmanuel Canoura Arnau), prêtre de la Congrégation de la Passion, et huit compagnons, frères des Écoles chrétiennes, qui furent massacrés en haine de la foi dans la persécution déchaînée contre l’Église au cours de la guerre civile espagnole.
**        En Angleterre, en 1890, le bienheureux Jhon Henry Newman, cardinal, théologien et christologue. Prêtre anglican il se converti au catholicisme en 1845. (béatifié le 19 septembre 2010 par Benoît XVI) Fêté le jour de sa conversion le 9 octobre, décédé le 11 août