affiche_liturgia("journee")office = martyrologe20191129

Martyrologe du vendredi 29 novembre 2019 -

Martyrologe
Le 29 novembre
1. À Rome, au cimetière de Thrason sur la nouvelle voie Salarienne, saint Saturnin, martyr, au IVe siècle. Comme le relate le pape saint Damase, né à Carthage, il devint citoyen romain par l’effusion de son sang et, alors que le bourreau Gratien déchirait ses flancs avec des ongles de fer, par sa résistance et ses prières, il le convertit à la foi.
2. À Toulouse, commémoraison de saint Saturnin (ou Sernin), évêque et martyr. Il fut, dit-on, au temps de Dèce, arrêté par les païens au capitole de cette ville et précipité du haut des degrés jusqu’en bas, et ainsi, la tête brisée, le corps broyé, il rendit son âme au Christ, vers 250.
3. À Ancyre en Galatie, entre 271 et 275, saint Philomène, martyr. Durant la persécution de l’empereur Aurélien, sous le préfet Félix, il fut, dit-on, d’abord éprouvé par le feu, puis il eut les mains, les pieds et la tête percés de clous, et il consomma ainsi son martyre.
4. À Todi en Ombrie, vers le IVe siècle, sainte Illuminée, vierge.
5. À Saroug en Syrie, vers 524, saint Jacques, évêque. Par ses sermons, ses homélies et ses traductions, il illustra cette Église de sa foi très pure, et est honoré chez les Syriens avec saint Ephrem comme docteur et colonne de l’Église.
6*. Près de Deventer en Frise, l’an 917, le trépas de saint Radbod, évêque, pasteur savant et prudent, qui mourut en visitant les fidèles de la campagne.
7*. À York en Angleterre, l’an 1588, le bienheureux Édouard Burden, prêtre et martyr. Après ses études au Collège anglais de Reims, il fut arrêté et condamné à mort parce qu’il était revenu, comme prêtre, sur les domaines de la reine Élisabeth Ière, et il acheva sa passion par la pendaison devant une foule en fureur.
8*. Au même endroit, huit ans après, en 1596, les bienheureux martyrs Georges Errington, Guillaume Gibson et Guillaume Knight, condamnés à mort pour le seul motif qu’ils étaient prêtres et livrés aux supplices du gibet.
9*. Dans l’île d’Aachen près de Sumatra, en 1638, les bienheureux martyrs Denis de la Nativité (Pierre Berthelot), prêtre, et Rédempt de la Croix (Thomas Rodriguez), religieux carmes déchaux, qui furent d’abord réduits en esclavage par les musulmans et, puisqu’ils refusaient de renier leur foi, sur l’ordre du sultan, ils furent tués à coups de flèches et de cimeterre.
10. À Lucera dans les Pouilles en 1742, saint François-Antoine Fasani, prêtre de l’Ordre des Mineurs conventuels, homme d’une doctrine, d’une prédication et d’une vie pénitente remarquables. Soutenu par un grand zèle, il vint en aide aux pauvres et aux indigents jusqu’à ne jamais hésiter à se dépouiller de son habit pour en couvrir un mendiant et à offrir à tous un secours chrétien.
11*. À El Saler près de Valence en Espagne, en 1936, le bienheureux Alfred Simon Colomina, prêtre de la Compagnie de Jésus et martyr, assassiné avec onze autres chrétiens en haine de l’Église dans la persécution qui accompagna la guerre civile.
**        En Espagne, en. 1735, le bienheureux Bernado Francisco de Hoyos de Sena, prêtre Jésuite, premier et principal apôtre de la dévotion au Sacré-Cœur de jésus en Espagne. (béatifié le 18 avril 2010 par Benoît XVI)