Messe du mercredi 21 mars 2018

Hebdomada V Quadragesimae Vème semaine de Carême
Feria IV Mercredi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 17, 48-49
LIBERÁTOR meus de géntibus iracúndis: ab insurgéntibus in me exaltábis me: a viro iníquo erípies me, Dómine. Ps. ibid., 2-3 Díligam te, Dómine, virtus mea: Dóminus firmaméntum meum, et refúgium meum, et liberátor meus. Liberátor meus. Toi qui me délivres de mes ennemis furieux, Tu m'élèveras au-dessus de ceux qui se dressent contre moi; Tu me feras échapper à l'homme inique. ℣. Je T'aimerai, Seigneur, Toi qui es ma force. Le Seigneur est mon refuge et mon libérateur.
Collecta Collecte
Sanctificáta per pæniténtiam tuórum corda filiórum, Deus miserátor, illústra, et, quibus præstas devotiónis afféctum, præbe supplicántibus pium benígnus audítum. Per Dóminum. Dieu de miséricorde, éclaire les coeurs de Tes fils sanctifiés par la pénitence, et daigne prêter une oreille favorable aux supplications de ceux à qui Tu inspires l'élan de la dévotion.
Lectio I Ière lecture
Léctio libri Daniélis prophétæ (3,14-20.91-92.95)
In diébus illis: Ait Nabuchodonósor rex : “Vérene, Sedrac, Misac et Abdénago, deos meos non cólitis et státuam áuream, quam constítui, non adorátis? Numquid estis nunc paráti, quacúmque hora audiéritis sónitum tubae, fístulae, cítharae, sambúcae, psaltérii et symphóniae omnísque géneris musicórum, prostérnere vos et adoráre státuam, quam feci? Quod si non adoravéritis, eádem hora mittémini in fornácem ignis ardéntis; et quis est deus, qui erípiat vos de manu mea?” Respondéntes Sedrac, Misac et Abdénago dixérunt regi Nabuchodonósor: “Non opórtet nos de hac re respondére tibi: Si enim Deus noster, quem cólimus, potest erípere nos de camíno ignis ardéntis, et de manu tua, rex, liberábit. Quod si nolúerit, notum sit tibi, rex, quia deos tuos non cólimus et státuam áuream, quam erexísti, non adorámus.” Tunc Nabuchodonósor replétus est furóre, et aspéctus faciéi illíus immutátus est super Sedrac, Misac et Abdénago; et respóndens praecépit, ut succenderétur fornax séptuplum quam succéndi consuéverat. (Hucúsque non habétur in Hebrǽo et, quae posúimus, de Theodotiónis editióne transláta sunt). Tunc Nabuchodonósor rex obstúpuit et surréxit própere; respóndens ait optimátibus suis: “Nónne tres viros mísimus in médium ignis compedítos?” Qui respondéntes dixérunt regi: “Vere, rex.” Et erúmpens Nabuchodonósor ait: “Benedíctus Deus eórum, Sedrac, Misac et Abdénago, qui misit ángelum suum et éruit servos suos, qui credidérunt in eo, et verbum regis immutavérunt et tradidérunt córpora sua, ne servírent et ne adorárent omnem deum, excépto Deo suo. En ces jours là : le roi Nabuchodonosor dit: Est-il vrai, Sidrach, Misach et Abdénago, que vous n'honorez pas mes dieux et que vous n'adorez pas la statue d'or que j'ai érigée? Maintenant donc, si vous êtes prêts, au moment où vous entendrez le son de la trompette, de la flûte, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la symphonie et de toute sorte d'instruments de musique, prosternez-vous et adorez la statue que j'ai faite. Si vous ne l'adorez pas, à l'instant même vous serez jetés dans une fournaise embrasée. Et quel est le Dieu qui vous arrachera d'entre mes mains? Sidrach, Misach et Abdénago répondirent au roi Nabuchodonosor: Il n'est pas besoin, ô roi, que nous te répondions sur ce point; car notre Dieu, que nous servons, peut nous tirer de la fournaise ardente et nous délivrer, ô roi, d'entre tes mains. S'Il ne le veut pas, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n'adorerons pas la statue d'or que tu as érigée. Alors Nabuchodonosor fut rempli de fureur, et il changea de visage en regardant Sidrach, Misach et Abdénago; et il ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu'on avait coutume de la chauffer. Puis il commanda aux plus forts soldats de son armée de lier les pieds à Sidrach, à Misach et à Abdénago, et de les jeter dans la fournaise embrasée.
Alors le roi Nabuchodonosor fut frappé d'étonnement; il se leva tout à coup et dit aux grands de sa cour: N'avons-nous pas jeté trois hommes liés au milieu du feu? Ils répondirent au roi: C'est vrai, ô roi. Le roi répondit: Voici, je vois quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu; il n'y a en eux aucune lésion, et l'aspect du quatrième est semblable à celui d'un fils de Dieu. Alors Nabuchodonosor, comme hors de lui-même, s'écria: Béni soit leur Dieu, c'est-à-dire le Dieu de Sidrach, de Misach et d'Abdénago, qui a envoyé Son Ange, et a délivré Ses serviteurs qui ont cru en Lui, qui ont résisté à l'ordre du roi et qui ont livré leurs corps pour ne point servir et pour n'adorer aucun autre dieu excepté leur Dieu.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Dan. 3, 55-56 Dan. 3, 55-56
℟. Benedíctus es, Dómine, qui intuéris abýssos, et sedes super Chérubim. ℣. Benedíctus es, Dómine, in firmaménto caeli, et laudábilis in saécula. ℟. Tu es béni, Seigneur, Toi qui contemples les abîmes, et qui es assis sur les chérubins. ℣. Tu es béni, Seigneur, dans le firmament du ciel, et Tu mérites les louanges dans tous les siècles.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum loánnem (8,31-42)
In illo tempore: Dicébat Iésus ad eos, qui credidérunt ei, Iudǽos: “Si vos manséritis in sermóne meo, vere discípuli mei estis et cognoscétis veritátem, et véritas liberábit vos.” Respondérunt ei: “Sémen Ábrahae sumus et némini servívimus umquam! Quómodo tu dicis: ‘Líberi fiétis’?” Respóndit eis Iésus: “Amen, amen dico vobis: Omnis, qui facit peccátum, servus est peccáti. Servus autem non manet in domo in aetérnum; fílius manet in aetérnum. Si ergo Fílius vos liberáverit, vere líberi éritis. Scio quia semen Ábrahae estis; sed qu?ritis me interfícere, quia sermo meus non capit in vobis. Ego, quae vidi apud Patrem, loquor; et vos ergo, quae audivístis a patre, fácitis.” Respondérunt et dixérunt ei: “Páter noster Ábraham est.” Dicit eis Iésus: “Si fílii Ábrahae essétis, ópera Ábrahae facerétis. Nunc autem qu?ritis me interfícere, hóminem, qui veritátem vobis locútus sum, quam audívi a Deo; hoc Ábraham non fecit. Vos fácitis ópera patris vestri.” Dixérunt ítaque ei: “Nos ex fornicatióne non sumus nati; unum patrem habémus Deum!” Dixit eis Iésus: “Si Deus pater vester esset, diligerétis me; ego enim ex Deo procéssi et veni; neque enim a meípso veni, sed ille me misit. En ce temps là : Jésus disait aux Juifs qui avaient cru en Lui : Si vous demeurez dans Ma parole, vous serez vraiment Mes disciples, et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. On Lui répondit : Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous n’avons jamais été esclaves de personne ; comment dis-Tu : Vous serez libres ?  Jésus leur répondit : En vérité, en vérité, Je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave du péché. Or l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; mais le fils y demeure toujours. Si donc le fils vous met en liberté, vous serez vraiment libres. Je sais que vous êtes fils d’Abraham ; mais vous cherchez à Me faire mourir, parce que Ma parole n’a pas prise sur vous. Moi, Je dis ce que J’ai vu chez Mon Père ; et vous, vous faites ce que vous avez vu chez votre père.  On Lui répondit en disant : Notre père, c’est Abraham. Jésus leur dit : Si vous êtes fils d’Abraham, faites les œuvres d’Abraham. Mais maintenant vous cherchez à Me faire mourir, Moi qui vous ai dit la vérité, que J’ai entendue de Dieu ; cela, Abraham ne l’a pas fait. Vous faites les œuvres de votre père. Ils lui dirent : Nous ne sommes pas des enfants de fornication ; nous avons un seul père, Dieu. Jésus leur dit donc : Si Dieu était votre père, vous M’aimeriez, car c’est de Dieu que Je suis sorti et que Je suis venu ; Je ne suis pas venu de Moi-même, mais c’est Lui qui M’a envoyé.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium Offertoire
Ps. 142,9.10
Eripe me de inimícis meis, Dómine: a te confúgi, doce me fácere voluntátem tuam: quia Deus meus es tu. Arrache-moi à mes ennemis, Seigneur ; je me réfugie auprès de Toi ; apprends-moi à faire Ta volonté, car Tu es mon Dieu.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Tibi, Dómine, sacrifícia dicáta reddántur, quæ sic ad honórem nóminis tui deferénda tribuísti, ut éadem remédia fíeri nostra præstáres. Per Christum.  
℣. Dóminus vobíscum.
℟. Et cum spíritu tuo.
℣. Sursum corda.
℟. Habémus ad Dóminum.
℣. Grátias agámus Dómino Deo nostro.
℟. Dignum et iustum est.
℣. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et avec votre esprit.
℣. Haut les coeurs.
℟. Ils sont vers le Seigneur.
℣. Rendons-grâces au Seigneur notre Dieu.
℟. C'est digne et juste.
 PRÆFATIO I DE PASSIONE DOMINI  Ière PREFACE DE LA PASSION DU SEIGNEUR
De virtute Crucis De la force de la Croix
Sequens præfatio dicitur infra hebdomadam quintam Quadragesimæ, et in Missis de mysteriis Crucis et Passionis Domini. La préface suivante se dit pendant la cinquième semaine de Carême et dans les Messes de du mystère de la Croix et de la Passion du Seigneur.
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere: Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus:
Quia per Fílii tui salutíferam passiónem sensum confiténdæ tuæ maiestátis totus mundus accépit, dum ineffábili crucis poténtia iudícium mundi et potéstas émicat Crucifíxi.
Unde et nos, Dómine, cum Angelis et Sanctis univérsis, tibi confitémur, in exsultatióne dicéntes:
Vraiment, il est digne et juste, équitable et salutaire, pour nous, toujours et partout de Te rendre grâces : Dieu éternel et tout-puissant :
Parce que dans la passion salvatrice de Ton Fils tout l'univers reçoit la proclamation de Ta majesté, et, par la puissance ineffable de la croix, le jugement du monde et et le pouvoir du Crucifié.
Dès lors, Seigneur, avec les anges et avec tous les saints, nous, T'acclamons en disant dans l'exultation :
Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth... Saint, Saint, Saint, le Seigneur Dieu des Armées...
Communio Communion
Ps. 25, 6-7
Lavábo inter innocéntes manus meas, et circuíbo altáre tuum, Dómine: ut áudiam vocem laudis tuae, et enárrem univérsa mirabília tua. Je laverai mes mains parmi les innocents, et je me tiendrai autour de Ton autel, Seigneur : pour entendre la voix de Tes louanges, et pour raconter toutes Tes merveilles.
Post communionem Post communion
Cæléstem nobis, Dómine, prǽbeant sumpta mystéria medicínam, ut et vítia nostri cordis expúrgent, et sempitérna nos protectióne confírment. Per Christum.  
Ad dimissionem diaconus vel, eo deficiente, ipse sacerdos dicere potest invitationem:  Au renvoi, le diacre, ou sans lui, le prêtre lui-même peut dire l'invitation :
Inclináte vos ad benedictiónem. Inclinez-vous pour la bénédiction.
Deinde sacerdos, stans versus ad populum, et super illum manus extendens, dicit hanc orationem super populum: Puis le prêtre, debout et tourné vers le peuple, et les mains étendues sur lui, dit cette oraison sur le peuple :
 Oratio super populum (ad libitum adhibenda)  
Adésto supplicátionibus pópuli tui, omnípotens Deus, et, quibus fidúciam sperándæ pietátis indúlges, consuétæ misericórdiæ tríbue benígnus efféctum. Per Christum. Seigneur notre Dieu, accorde à Ton peuple de vouloir ce qui Te plaît : alors Tu le combleras de tous biens et le rendras capable d’accomplir Ton plan de salut.
Modifications aux messes lues :
 Ant. ad introitum  Ant. à l'introït
Cf. Ps 17, 48-49
Liberátor meus de géntibus iracúndis. Ab insurgéntibus in me exaltábis me, a viro iníquo erípies me, Dómine. Toi qui me délivres de mes ennemis furieux, Tu m'élèveras au-dessus de ceux qui se dressent contre moi; Tu me feras échapper à l'homme inique.
 Ant. ad communionem  
Col 1, 13-14
Tránstulit nos Deus in regnum Fílii dilectiónis suæ, in quo habémus redemptiónem per sánguinem eius, remissiónem peccatórum.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word