Messe du samedi 6 juillet 2019 - de la férie

Hebdomada XIII per annum XIIIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi


éditer éditer
Introitus Introït
Ps. 46, 2
OMNES gentes, pláudite mánibus: iubiláte Deo in voce exsultatiónis. Ps. ibid., 3 Quóniam Dóminus excélsus, terríbilis: Rex magnus super omnem terram. V/. Glória Patri. Nations, battez toutes des mains ; célébrez Dieu par des cris d’allégresse. Ps. Car le Seigneur est très haut et terrible, roi suprême sur toute la terre.
OrémusPrions
Collecta éditer
Collecte éditer
Deus, qui, per adoptiónem grátiæ, lucis nos esse fílios voluísti, præsta, quæsumus, ut errórum non involvámur ténebris, sed in splendóre veritátis semper maneámus conspícui. Per Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia sæcula sæculórum. Ô Dieu, Tu as voulu que la grâce d'adoption fît de nous des fils de lumière ; accorde-nous, nous T'en prions, de n'être pas enveloppés dans les ténèbres de l'erreur, mais de demeurer toujours, de façon manifeste, dans l'éclat de la vérité.  Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles.
Lectio I Ière lecture
éditer éditer
Genesis (27,1-5.15-29) Genèse (27,1-5.15-29)
Sénuit Ísaac, et caligavérunt óculi eíus, et vidére non póterat. Vocavítque Ésau fílium suum maiórem et dixit ei: “Fili mi.” Qui respóndit: “Adsum.” Cui pater: “Vides, inquit, quod senúerim et ignórem diem mortis meae; sume arma tua, pháretram et arcum, et egrédere in agrum. Cumque venátu áliquid apprehénderis, fac mihi inde pulméntum, sicut velle me nosti, et affer, ut cómedam; et benedícat tibi ánima mea, ántequam móriar.” Rebécca autem audíerat Ísaac loquéntem cum Ésau fílio suo. Ésau ergo ábiit in agrum, ut venatiónem cáperet et offérret eam. Et véstibus Ésau valde bonis, quas apud se habébat domi, índuit eum pelliculásque haedórum circúmdedit mánibus et colli nuda protéxit; dedit pulméntum óptimum et panes, quos cóxerat, in manus fílii sui Iácob. Qui ingréssus ad patrem suum dixit: “Páter mi.” At ille respóndit: “Áudio. Quis es tu, fili mi?” Dixítque Iácob ad patrem suum: “Ego sum Ésau primogénitus tuus. Feci sicut praecepísti mihi; surge, sede et cómede de venatióne mea, ut benedícat mihi ánima tua.” Rursum Ísaac ad fílium suum: “Quómodo, inquit, tam cito inveníre potuísti, fili mi?” Qui respóndit: “Volúntas Dómini Dei tui fuit, ut occúrreret mihi.” Dixítque Ísaac ad Iácob: “Áccede huc, ut tangam te, fili mi, et probem, utrum tu sis fílius meus Ésau an non.” Accéssit ille ad patrem, et, palpáto eo, dixit Ísaac: “Vox quidem, vox Iácob est, sed manus, manus sunt Ésau.” Et non cognóvit eum, quia pilósae manus similitúdinem maióris exprésserant. Benedíxit ergo illi. Ait: “Tu es fílius meus Ésau?” Respóndit: “Ego sum.” At ille: “Affer, inquit, mihi, et cómedam de venatióne tua, fili mi, ut benedícat tibi ánima mea.” Quos cum oblátos comedísset, óbtulit ei étiam vinum. Quo hausto, dixit ad eum Ísaac pater eíus: “Áccede ad me et da mihi ósculum, fili mi.” Accéssit et osculátus est eum. Statímque, ut sensit vestimentórum illíus fragrántiam, benedícens illi ait: “Ecce odor fílii mei sicut odor agri pleni, cui benedíxit Dóminus. Det tibi Deus de rore caeli et de pinguédine terrae et abundántiam fruménti et vini. Et sérviant tibi pópuli, et adórent te natiónes; esto dóminus fratrum tuórum, et incurvéntur ante te fílii matris tuae. Qui maledíxerit tibi, sit maledíctus; et, qui benedíxerit tibi, sit benedíctus!” Isaac étant devenu vieux, ses yeux s'obscurcirent de telle sorte qu'il ne pouvait plus voir. Il appella donc Esaü son fils aîné, et lui dit: Mon fils. Me voici, dit Esaü. Son père ajouta: tu vois que j'ai vieilli, et que j'ignore le jour de ma mort. Prends tes armes, ton carquois et ton arc, et sors dehors; et lorsque tu auras pris quelque chose à la chasse, tu me l'apprêteras comme tu sais que je l'aime; et tu me l'apporteras afin que j'en mange, et que je te bénisse avant de mourir. Rébecca entendit ces paroles; et Esaü étant allé dans les champs pour faire ce que son père lui avait commandé, elle fit prendre ensuite à Jacob de très beaux habits d'Esaü, qu'elle gardait elle-même à la maison. Et elle lui mit autour des mains la peau des chevreaux, et lui en couvrit le cou partout où il était découvert. Puis elle lui donna ce qu'elle avait préparé à manger, et les pains qu'elle avait cuits.  Jacob porta le tout devant Isaac, et lui dit: Mon père. Je vous entends, dit Isaac. Qui es-tu, mon fils? Jacob lui répondit: Je suis Esaü votre fils aîné. J'ai fait ce que vous m'avez commandé: levez-vous, mettez-vous sur votre séant, et mangez de ma chasse afin que vous me donniez votre bénédiction. Isaac dit encore à son fils: Mais comment as-tu pu, mon fils, en trouver si tôt? Il lui répondit: Dieu a voulu que ce que je désirais se présentât tout d'un coup à moi. Isaac dit encore: Approche-toi d'ici, mon fils, afin que je te touche, et que je reconnaisse si tu es mon fils ou non. Jacob s'approcha de son père; et Isaac, l'ayant tâté, dit: Pour la voix, c'est la voix de Jacob; mais les mains sont les mains d'Esaü. Et il ne le reconnut point, parce que ses mains, étant couvertes de poil, parurent toutes semblables à celle de son aîné. Isaac, le bénissant donc, Lui dit: Es-tu mon fils Esaü? Je le suis, répondit Jacob. Mon fils, ajouta Isaac, apporte-moi à manger de ta chasse, afin que je te bénisse. Jacob lui en présenta; et après qu'il en eut mangé, il lui présenta aussi du vin qu'il but. Isaac lui dit ensuite: Approche-toi de moi, mon fils, et venez me baiser. Il s'approcha donc de lui, et le baisa. Et Isaac, aussitôt qu'il eut senti la bonne odeur qui sortait de ses habits, lui dit en le bénissant: L'odeur qui sort de mon fils est semblable à celle d'un champ plein de fleurs que le Seigneur a comblé de ses bénédictions. Que Dieu te donne une abondance de blé et de vin, de la rosée du ciel et de la graisse de la terre. Que les peuples te soient assujettis, et que les tribus t'adorent. Sois le seigneur de tes frères, et que les enfants de ta mère se courbent devant toi. Que celui qui te maudira, soit maudit lui-même; et que celui qui te bénira, soit comblé de bénédictions.
Verbum Domini. R/. Deo gratias.Parole du Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.
éditer éditer
Graduale Graduel
Ps. 33, 12 et 6
R/. Veníte, fílii, audíte me: timórem Dómini docébo vos. V/. Accédite ad eum, et illuminámini: et fácies vestrae non confundéntur. R/. Venez, mes fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur. V/. Approchez-vous de Lui et vous serez éclairés et la confusion ne couvrira pas vos visages.
éditer éditer
Allelúia. Allelúia.
Ps. 46, 2
R/. Allelúia. V/. Omnes gentes, pláudite mánibus: iubiláte Deo in voce exsultatiónis. R/. Alléluia. V/. Nations, battez toutes des mains, célébrez Dieu par vos cris d’allégresse.
Evangelium Evangile
éditer éditer
Matthaeus (9,14-17) Matthieu (9,14-17)
In illo tempore: Accédunt ad Iesum discípuli Ioánnis dicéntes: “quáre nos et pharisǽi ieiunámus frequénter, discípuli autem tui non ieiúnant?” Et ait illis Iésus: “Númquid possunt convívae nuptiárum lugére, quámdiu cum illis est sponsus? Vénient autem dies, cum auferétur ab eis sponsus, et tunc ieiunábunt. Nemo autem immíttit commissúram panni rudis in vestiméntum vetus; tollit enim suppleméntum eíus a vestiménto, et peíor scissúra fit. Neque mittunt vinum novum in utres véteres, alióquin rumpúntur utres, et vinum effúnditur, et utres péreunt; sed vinum novum in utres novos mittunt, et ambo conservántur.” En ce temps là : les disciples de Jean s'approchèrent de Lui, et dirent: Pourquoi nous et les pharisiens jeûnons-nous souvent, tandis que Tes disciples ne jeûnent point?  Et Jésus leur dit: Les amis de l'époux peuvent-ils être dans le deuil pendant que l'époux est avec eux? Mais les jours viendront où l'époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront. Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieux vêtement; car elle emporterait une partie du vêtement, et la déchirure serait pire. On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et tous deux se conservent.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.
éditer éditer
Offertorium Offertoire
Dan. 3, 40
Sicut in holocáustis ariétum et taurórum, et sicut in míllibus agnórum pínguium: sic fiat sacrifícium nostrum in conspéctu tuo hódie, ut pláceat tibi: quia non est confúsio confidéntibus in te, Dómine. Comme un holocauste de béliers et de taureaux, ou des milliers d’agneaux gras, qu’ainsi notre sacrifice paraisse aujourd’hui devant Toi et qu’il Te soit agréable, car ceux qui ont confiance en Toi ne seront pas confondus, Seigneur.
Super oblata
Prière sur les oblats
éditer éditer
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit:
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem.
Populus surgit et respondet:
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ.
éditer éditer
Deus, qui mysteriórum tuórum dignánter operáris efféctus, præsta, quæsumus, ut sacris apta munéribus fiant nostra servítia. Per Christum.
wp-content/plugins/liturgia/LH/TXT/.xml éditer wp-content/plugins/liturgia/LH/TXT/.xml éditer
éditer éditer
Communio Communion
Ps. 30, 3
Inclína aurem tuam, accélera, ut erípias me. Incline vers moi Ton oreille ; hâte-Toi de me délivrer.
OrémusPrions
Post communionem
Post-communion
éditer éditer
Vivíficet nos, quæsumus, Dómine, divína quam obtúlimus et súmpsimus hóstia, ut, perpétua tibi caritáte coniúncti, fructum qui semper máneat afferámus. Per Christum.

Modifications aux messes lues :
éditer éditer
Ant. ad introitum Ant. à l'introït
Ps 46, 2
Omnes gentes, pláudite mánibus, iubiláte Deo in voce exsultatiónis.
éditer éditer
Ant. ad communionem Ant. à la communion
Cf. Ps 102, 1
Bénedic, ánima mea, Dómino, et ea quæ intra me sunt nómini sancto eius.
Vel: Io 17, 20-21`
Pater, pro eis rogo, ut ipsi in nobis unum sint, ut credat mundus quia tu me misísti, dicit Dóminus.