Messe du samedi 4 avril 2020

Hebdomada V Quadragesimae Vème semaine de Carême
Sabbato Sabbato
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 21, 20 et 22
DÓMINE, ne longe fácias auxílium tuum a me, ad defensiónem meam áspice: líbera me de ore leónis, et a córnibus unicórnium humilitátem meam. Ps. ibid., 2 Deus, Deus meus, réspice in me: quare me dereliquísti ? longe a salúte mea verba delictórum meórum. Dómine, ne longe. Seigneur, n’éloigne pas de moi Ton secours : sois attentif à me défendre ; délivre-moi de la gueule du lion et des cornes des buffles, car je suis bien faible et humilié.
Ps. ibid., 2. O Dieu, mon Dieu, tourne vers moi Ton regard ; pourquoi m'as-Tu abandonné ? La voix de mes péchés éloigne de moi le salut.
Collecta Collecte
Deus, qui, licet salútem hóminum semper operáris, nunc tamen pópulum tuum grátia abundantióre lætíficas, réspice propítius ad electiónem tuam, ut piæ protectiónis auxílium et regenerándos múniat et renátos. Per Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia sæcula sæculórum. Seigneur, Tu es toujours à l'oeuvre pour sauver les hommes, mais en ce moment Tu offres plus largement à Ton peuple la joie de Ta grâce ; regarde avec bienveillance ceux que Tu as choisis ; que ton amour protège également ceux qui vont renaître et ceux qui sont renés. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles.
Lectio I Ière lecture
Léctio libri Ezechiélis prophétæ (37,21-28)
Haec dicit Dóminus Deus: Ecce ego assúmam fílios Israel de médio natiónum, ad quas abiérunt, et congregábo eos úndique et addúcam eos ad humum suam et fáciam eos in gentem unam in terra, in móntibus Israel; et rex unus erit ómnibus ímperans, et non erunt ultra duæ gentes nec dividéntur ámplius in duo regna. Neque polluéntur ultra in idólis suis et abominatiónibus suis et in cunctis iniquitátibus suis, et salvos eos fáciam de univérsis aversiónibus suis, quibus peccavérunt, et mundábo eos, et erunt mihi pópulus, et ego ero eis Deus. Et servus meus David rex super eos, et pastor unus erit ómnium eórum; in iudíciis meis ambulábunt et mandáta mea custódient et fácient ea. Et habitábunt super terram, quam dedi servo meo Iácob, in qua habitavérunt patres vestri; et habitábunt super eam, ipsi et fílii eórum et fílii filiórum eórum usque in sempitérnum, et David servus meus princeps eórum in perpétuum. Et percútiam illis foedus pacis, pactum sempitérnum erit eis, et fundábo eos et multiplicábo; et dabo sanctuárium meum in médio eórum in perpétuum, et erit habitáculum meum in eis, et ero eis Deus, et ipsi erunt mihi pópulus; et scient gentes quia ego Dóminus sanctificátor Israel, cum fúerit sanctuárium meum in médio eórum in perpétuum. Ainsi parle le Seigneur Dieu: Voici, Je prendrai les enfants d'Israël du milieu des nations où ils sont allés, Je les rassemblerai de toutes parts, et Je les ramènerai dans leur pays; et Je ferai d'eux une seule nation dans le pays, sur les montagnes d'Israël, et un seul Roi les commandera tous, et ils ne formeront pas désormais deux peuples, et ils ne seront plus divisés en deux royaumes. Ils ne se souilleront plus à l'avenir par leurs idoles, par leurs abominations, et par toutes leurs iniquités; Je les sauverai de tous les lieux où ils ont péché, et Je les purifierai; et ils seront Mon peuple, et Je serai leur Dieu. Mon serviteur David régnera sur eux, et il y aura un seul pasteur pour eux tous; il marcheront dans la voie de Mes ordonnances; ils garderont Mes commandements et ils les pratiqueront. Ils habiteront sur la terre que J'ai donnée à Mon serviteur Jacob, et où vos pères ont habité; ils y habiteront, eux et leurs enfants, et les enfants de leurs enfants à perpétuité, et Mon serviteur David sera leur prince à jamais. Je ferai avec eux une alliance de paix; il y aura une alliance éternelle avec eux; Je les établirai solidement, Je les multiplierai, et Je placerai Mon sanctuaire au milieu d'eux pour toujours. Mon tabernacle sera parmi eux; Je serai leur Dieu, et ils seront Mon peuple. Et les nations sauront que Je suis le Seigneur, le sanctificateur d'Israël, lorsque Mon sanctuaire sera au milieu d'eux pour toujours.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 72, 24 et 1-3
℟. Tenuísti manum déxteram meam: et in voluntáte tua deduxísti me: et cum glória assumpsísti me. ℣. Quam bonus Israël Deus rectis corde ! mei autem paene moti sunt pedes: paene effúsi sunt gressus mei: quia zelávi in peccatóribus, pacem peccatórum videns. ℟. Tu m'as pris la main droite ; Tu m'as conduit selon Ta volonté et Tu m'as glorifié. ℣. Qu’Il est bon, le Dieu d’Israël, pour tous ceux qui ont le cœur droit. J’étais sur le point de fléchir, mon pied a presque glissé, car je portais envie aux impies en voyant le bonheur de ces méchants.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum loánnem (11,45-56)
In illo tempore: Multi ex Iudǽis, qui vénerant ad Maríam et víderant, quæ fecit Iesus, credidérunt in eum; quidam autem ex ipsis abiérunt ad pharisǽos et dixérunt eis, quae fecit Iésus. Collegérunt ergo pontífices et pharisǽi concílium et dicébant: “Quid fácimus, quia hic homo multa signa facit? Si dimíttimus eum sic, omnes credent in eum, et vénient Románi et tollent nostrum et locum et gentem!” Unus autem ex ipsis, Cáiphas, cum esset póntifex anni illíus, dixit eis: “Vos nescítis quidquam nec cogitátis quia éxpedit vobis, ut unus moriátur homo pro pópulo, et non tota gens péreat!” Hoc autem a semetípso non dixit; sed, cum esset póntifex anni illíus, prophetávit quia Iésus moritúrus erat pro gente et non tantum pro gente, sed et ut fílios Dei, qui erant dispérsi, congregáret in unum. Ab illo ergo die cogitavérunt, ut interfícerent eum. Iésus ergo iam non in palam ambulábat apud Iudǽos, sed ábiit inde in regiónem iúxta desértum, in civitátem, quae dícitur Éphraim, et ibi morabátur cum discípulis. Próximum autem erat Pascha Iudæórum, et ascendérunt multi Hierosólymam de regióne ante Pascha, ut sanctificárent seípsos. Quærébant ergo Iésum et colloquebántur ad ínvicem in templo stantes: “Quid vidétur vobis? Numquid véniet ad diem festum?” En ce temps là : Beaucoup d'entre les Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et de Marthe, et qui avaient vu ce qu'avait fait Jésus, crurent en Lui. Mais quelques-uns d'entre eux allèrent trouver les pharisiens, et leur dirent ce qu'avait fait Jésus. Les princes des prêtres et les pharisiens assemblèrent donc le conseil; et ils disaient: Que ferons-nous? Car cet homme fait beaucoup de miracles. Si nous Le laissons agir ainsi, tous croiront en Lui, et les Romains viendront, et ruineront notre ville et notre nation. Mais l'un d'eux, nommé Caïphe, qui était le grand prêtre de cette année-là, leur dit: Vous n'y entendez rien, et vous ne réfléchissez pas qu'il vaut mieux pour vous qu'un seul homme meure pour le peuple, et que la nation entière ne périsse point. Or il ne dit pas cela de lui-même; mais, étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation, et non seulement pour la nation, mais aussi pour rassembler en un seul corps les enfants de Dieu qui étaient dispersés. A partir de ce jour, ils pensaient donc à Le faire mourir. C'est pourquoi Jésus ne Se montrait plus ouvertement parmi les Juifs; mais Il S'en alla dans une région voisine du désert, dans une ville nommée Ephrem, et Il demeurait là avec Ses disciples. Or la Pâque des Juifs était proche, et beaucoup montèrent de cette région à Jérusalem avant la Pâque, pour se purifier. Ils cherchaient donc Jésus, et se disaient les uns aux autres, debout dans le temple: Que pensez-vous de ce qu'Il n'est pas venu à la fête? Mais les princes des prêtres et les pharisiens avaient donné ordre que, si quelqu'un savait où Il était, il le déclarât, afin qu'on Le saisît.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium
Offertoire
Ps. 118, 154 et 125
Dómine, vivífica me secúndum elóquium tuum: ut sciam testimónia tua. Seigneur, rends-moi la vie selon Ta parole : afin que je connaisse Tes témoignages.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Accépta tibi sint, Dómine, quǽsumus, nostri dona ieiúnii, quæ expiándo nos tuæ gratiæ dignos effíciant et ad sempitérna promíssa perdúcant. Per Christum. Nous T'en supplions, Seigneur, que l’offrande de notre jeûne Te soit agréable ; qu’en nous faisant expier nos fautes, il nous rende dignes de Ta grâce et qu’il nous conduise aux biens éternels que Tu nous as promis.
℣. Dóminus vobíscum.
℟. Et cum spíritu tuo.
℣. Sursum corda.
℟. Habémus ad Dóminum.
℣. Grátias agámus Dómino Deo nostro.
℟. Dignum et iustum est.
℣. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et avec votre esprit.
℣. Haut les coeurs.
℟. Ils sont vers le Seigneur.
℣. Rendons-grâces au Seigneur notre Dieu.
℟. C'est digne et juste.
 PRÆFATIO I DE PASSIONE DOMINI  Ière PREFACE DE LA PASSION DU SEIGNEUR
De virtute Crucis De la force de la Croix
Sequens præfatio dicitur infra hebdomadam quintam Quadragesimæ, et in Missis de mysteriis Crucis et Passionis Domini. La préface suivante se dit pendant la cinquième semaine de Carême et dans les Messes de du mystère de la Croix et de la Passion du Seigneur.
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere: Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus:
Quia per Fílii tui salutíferam passiónem sensum confiténdæ tuæ maiestátis totus mundus accépit, dum ineffábili crucis poténtia iudícium mundi et potéstas émicat Crucifíxi.
Unde et nos, Dómine, cum Angelis et Sanctis univérsis, tibi confitémur, in exsultatióne dicéntes:
Vraiment, il est digne et juste, équitable et salutaire, pour nous, toujours et partout de Te rendre grâces : Dieu éternel et tout-puissant :
Parce que dans la passion salvatrice de Ton Fils tout l'univers reçoit la proclamation de Ta majesté, et, par la puissance ineffable de la croix, le jugement du monde et et le pouvoir du Crucifié.
Dès lors, Seigneur, avec les anges et avec tous les saints, nous, T'acclamons en disant dans l'exultation :
Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth... Saint, Saint, Saint, le Seigneur Dieu des Armées...
Communio Communion
Ps. 118, 22 et 24 Ps. 118, 22 et 24
Aufer a me oppróbrium et contémptum, quia mandáta tua exquisívi, Dómine: nam et testimónia tua meditátio mea est. Éloigne de moi l'opprobre et le mépris, car j'ai recherché Tes commandements. Car Tes préceptes sont le sujet de ma méditation, et Tes ordonnances me servent de conseil.
Post communionem Post communion
Maiestátem tuam, Dómine, supplíciter deprecámur, ut, sicut nos Córporis et Sánguinis sacrosáncti pascis aliménto, ita divínæ natúræ fácias esse consórtes. Per Christum. Nous l'implorons humblement Ta Majesté, Seigneur, alors que Tu nous a nourris de l'aliment de ce corps et de ce sang très saint, afin que nous soyons ainsi associés à Ta nature divine.
Ad dimissionem diaconus vel, eo deficiente, ipse sacerdos dicere potest invitationem:  Au renvoi, le diacre, ou sans lui, le prêtre lui-même peut dire l'invitation :
Inclináte vos ad benedictiónem. Inclinez-vous pour la bénédiction.
Deinde sacerdos, stans versus ad populum, et super illum manus extendens, dicit hanc orationem super populum: Puis le prêtre, debout et tourné vers le peuple, et les mains étendues sur lui, dit cette oraison sur le peuple :
 Oratio super populum (ad libitum adhibenda)  
Miserére, Dómine, deprecántis Ecclésiæ tuæ, et inclinántibus tibi sua corda propitiátus inténde, ut, quos Unigéniti Fílii tui morte redemísti, nec peccátis fíeri permíttas obnóxios, nec ópprimi patiáris advérsis. Per Christum. Aie pitié, Seigneur, de Ton Église qui Te supplie, viens au secours des cœurs qui s’inclinent devant Toi ; Tu les as rachetés par la mort de Ton Fils unique : ne permets pas qu’ils succombent au péché, ni qu'ils soient opprimés et souffrent de l'adversaire.
Modifications aux messes lues :
 Ant. ad introitum  Ant. ad introitum
Cf. Ps 21, 20.7
Dómine, ne longe fácias auxílium tuum a me, ad defensiónem meam áspice; quia ego sum vermis et non homo, oppróbrium hóminum et abiéctio plebis. Seigneur, n’éloigne pas de moi Ton secours : sois attentif à me défendre ; délivre-moi de la gueule du lion et des cornes des buffles, car je suis bien faible et humilié.
 Ant. ad communionem  
Cf. Io 11, 52
Tráditus est Christus, ut fílios Dei, qui erant dispérsi, congregáret in unum.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word