Messe du lundi 15 juin 2020

Hebdomada XI per annum XIème semaine dans l'année
Feria II Lundi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introit
Ps. 26, 7 et 9
EXÁUDI, Dómine, vocem meam, qua clamávi ad te: adiútor meus esto, ne derelínquas me, neque despícias me, Deus salutáris meus. Ps. ibid., 1 Dóminus illuminátio mea, et salus mea, quem timébo ? ℣. Glória Patri. Exauce, Seigneur, ma voix, qui a crié vers Toi ; sois mon secours, ne m'abandonne pas, et ne me méprise pas, Dieu de mon salut. Ps. ibidem, 1. Le Seigneur est ma lumière et mon salut, qui craindrai-je ? ℣. Gloire au Père.
Collecta Collecte
Deus, in te sperántium fortitúdo, invocatiónibus nostris adésto propítius, et, quia sine te nihil potest mortális infírmitas, grátiæ tuæ præsta semper auxílium, ut, in exsequéndis mandátis tuis, et voluntáte tibi et actióne placeámus. Per Dóminum. Ô Dieu, force de ceux qui espèrent en Toi, rends-Toi propice à nos appels, et, puisque la fragilité humaine ne peut rien sans Toi, accorde-nous toujours le secours de Ta grâce, de sorte qu'en suivant Tes commandements, nous puissions Te plaire et par le désir et par les actions.
Lectio I Ière lecture
Léctio libri primi Regum (21,1-16)
Témpore illo, vínea erat Naboth Iezrahélitae, quae erat in Iézrahel iúxta palátium Achab regis Samaríae. Locútus est ergo Achab ad Naboth dicens: " Da mihi víneam tuam, ut fáciam mihi hortum hólerum, quia vicína est et prope domum meam. Dabóque tibi pro ea víneam meliórem aut, si tibi commódius putas, argénti prétium quanto digna est ". Cui respóndit Naboth: " Propítius mihi sit Dóminus, ne dem hereditátem patrum meórum tibi ". Venit ergo Achab in domum suam tristis et indígnans super verbo, quod locútus fúerat ad eum Naboth Iezrahélites dicens: " Non dabo tibi hereditátem patrum meórum ". Et proíciens se in léctulum suum avértit fáciem ad paríetem et non comédit panem. Ingréssa est autem ad eum Iezábel uxor sua dixítque ei: " Quid est hoc, unde ánima tua contristáta est? Et quare non cómedis panem? ". Qui respóndit ei: " Quia locútus sum Naboth Iezrahélitae et dixi ei: Da mihi víneam tuam, accépta pecúnia; aut, si tibi placet, dabo tibi víneam pro ea. Et ille ait: "Non dabo tibi víneam meam" ". Dixit ergo ad eum Iezábel uxor eíus: " Grandis auctoritátis es et bene regis regnum Israel! Surge et cómede panem et aequo esto ánimo; ego dabo tibi víneam Naboth Iezrahélitae ". Scripsit ítaque lítteras ex nómine Achab et signávit eas ánulo eíus et misit ad maióres natu et ad optimátes, qui erant in civitáte eíus et habitábant cum Naboth. Litterárum autem haec erat senténtia: " Praedicáte ieiúnium et sedére fácite Naboth in cápite pópuli et submíttite duos viros fílios Bélial contra eum, et testimónium dicant: "Maledixísti Deum et regem"; et edúcite eum et lapidáte, sicque moriátur ". Fecérunt ergo cives eíus maióres natu et optimátes, qui habitábant cum eo in urbe, sicut praecéperat eis Iezábel et sicut scriptum erat in lítteris, quas míserat ad eos. Praedicavérunt ieiúnium et sedére fecérunt Naboth in cápite pópuli; et ingréssi duo viri fílii Bélial sedérunt contra eum et illi, ut viri diabólici, dixérunt contra eum testimónium coram multitúdine: " Maledíxit Naboth Deum et regem ". Quam ob rem eduxérunt eum extra civitátem et lapídibus interfecérunt; miserúntque ad Iezábel dicéntes: " Lapidátus est Naboth et mórtuus est ". Factum est autem cum audísset Iezábel lapidátum Naboth et mórtuum, locúta est ad Achab: " Surge, pósside víneam Naboth Iezrahélitae, qui nóluit tibi acquiéscere et dare eam, accépta pecúnia; non enim vivit Naboth, sed mórtuus est ". Quod cum audísset Achab, mórtuum vidélicet Naboth, surréxit et descendébat in víneam Naboth Iezrahélitae, ut possidéret eam. En ce même temps, Naboth le Jezrahélite possédait dans Jezrahel une vigne près du palais d'Achab, roi de Samarie. Et Achab lui dit : Donnez-moi votre vigne, afin que je puisse faire un jardin potager, car elle est près de ma maison; et je vous en donnerai une meilleure, ou, si cela vous accommode mieux, je vous la payerai en argent au prix qu'elle vaut. Naboth lui répondit : Dieu me garde de vous donner l'héritage de mes pères. Achab revint donc chez lui indigné et plein de fureur, à cause de cette parole que Naboth le Jezrahélite lui avait dite : Je ne vous donnerai pas l'héritage de mes pères; et se jetant sur son lit, il se tourna du côté de la muraille et ne mangea point. Jézabel sa femme vint auprès de lui et lui dit : Qu'est-ce que cela? D'où vous vient cette tristesse? Et pourquoi ne mangez-vous point? Il lui répondit : J'ai parlé à Naboth de Jezrahel, et je lui ai dit : Donnez-moi votre vigne, et je vous en donnerai l'argent; ou, si vous le préférez, je vous en donnerai une meilleure pour celle-là. Et il m'a répondu : Je ne vous donnerai pas ma vigne. Jézabel sa femme lui dit : Votre autorité est grande, et vous gouvernez bien le royaume d'Israël. Levez-vous, mangez, et ayez l'esprit en repos; c'est moi qui vous donnerai la vigne de Naboth le Jezrahélite. Aussitôt elle écrivit, au nom d'Achab, une lettre qu'elle scella du sceau du roi, et qu'elle envoya aux anciens et aux premiers de la ville de Naboth qui demeuraient avec lui. Cette lettre était conçue en ces termes : Publiez un jeûne, et faites asseoir Naboth entre les premiers du peuple, et subornez deux hommes sans conscience contre lui, et qu'ils portent un faux témoignage, en disant : Naboth a blaspémé contre Dieu et contre le roi; qu'on le mène hors de la ville, et ensuite qu'il soit lapidé et mis à mort. Les anciens et les premiers de la ville de Naboth, qui demeuraient avec lui, firent ce que Jézabel leur avait commandé, et ce que portait la lettre qu'elle leur avait envoyée. Ils publièrent un jeûne, et firent asseoir Naboth entre les premiers du peuple; et ayant fait venir deux hommes sans conscience, ils les firent asseoir vis-à-vis de lui. Et ces deux hommes diaboliques portèrent témoignage contre lui devant l'assemblée, en disant : Naboth a blasphémé Dieu et le roi. Ils le menèrent donc hors de la ville et le lapidèrent. Ils envoyèrent aussitôt à Jézabel, pour lui dire : Naboth a été lapidé, et il est mort. Lorsque Jézabel eut appris que Naboth avait été lapidé et qu'il était mort, elle vint dire à Achab : Allez, et prenez pour vous la vigne de Naboth le Jezrahélite, qui n'a pas voulu se rendre à votre désir, ni vous la donner pour le prix qu'elle valait. Car Naboth n'est plus en vie, mais il est mort. Quand Achab eut appris la mort de Naboth, il s'en alla aussitôt dans la vigne de Naboth le Jezrahélite pour en prendre possession.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 83, 10 et 9 Ps. 83, 10 et 9
℟. Protéctor noster áspice, Deus, et réspice super servos tuos. ℣. Dómine Deus virtútum, exáudi preces servórum tuórum. ℟. Toi qui es notre protecteur, regarde, ô Dieu, et jette les yeux sur Tes serviteurs. ℣. Seigneur, Dieu des armées, exauce les prières de Tes serviteurs.
Allelúia Alléluia
Ps. 20, 1 Ps. 20,1
℟. Allelúia. ℣. Dómine, in virtúte tua laetábitur rex: et super salutáre tuum exsultábit veheménter. ℟. Alléluia. ℣. Seigneur, le roi se réjouira dans Ta force : et il tressaillira d’une vive allégresse parce que Tu l’auras sauvé.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthǽum (5,38-42)
In illo tempore: Dixit Iesus discipulis suis: Audístis quia dictum est: ‘Óculum pro óculo et dentem pro dente.’ Ego autem dico vobis: Non resístere malo; sed si quis te percússerit in déxtera maxílla tua, praebe illi et álteram; et ei, qui vult tecum iudício conténdere et túnicam tuam tóllere, remítte ei et pállium; et quicúmque te angariáverit mille passus, vade cum illo duo. Qui petit a te, da ei; et volénti mutuári a te, ne avertáris. En ce temps là : Jésus dit à Ses disciples : Vous avez appris qu'il a été dit : Œil pour œil et dent pour dent. Et moi, je vous dis de ne pas tenir tête au méchant; mais si quelqu'un te frappe sur la joue droite, tends-lui encore l'autre. Et à celui qui veut t'appeler en justice pour avoir ta tunique, abandonne encore ton manteau.  Et si quelqu'un te réquisitionne pour un mille, fais-en deux avec lui. Donne à qui te demande, et ne te détourne pas de qui veut te faire un emprunt.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium
Offertoire
Ps. 15, 7 et 8
Benedícam Dóminum, qui tríbuit mihi intelléctum: providébam Deum in conspéctu meo semper: quóniam a dextris est mihi, ne commóvear. Je bénirai le Seigneur qui m’a donné l’intelligence : je prenais soin d’avoir toujours le Seigneur devant mes yeux : car Il est à ma droite, pour que je ne sois pas ébranlé.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Deus, qui humáni géneris utrámque substántiam præséntium múnerum et aliménto végetas et rénovas sacraménto, tríbue, quæsumus, ut eórum et corpóribus nostris subsídium non desit et méntibus. Per Christum. Dieu qui, selon la double substance des dons que nous présentons, nourrit les hommes et les renouvelle sacramentellement, accorde-nous, par Ta bonté, que nous ne manquions pas de leur aide pour le corps et l'esprit.
Communio Communion
Ps. 26, 4 Ps. 26, 4
Unam pétii a Dómino, hanc requíram: ut inhábitem in domo Dómini ómnibus diébus vitae meae. Il est une chose que j’ai demandé au Seigneur, et je la rechercherai uniquement : c’est d’habiter dans la maison du Seigneur tous les jours de ma vie.
Post communionem Post communion
Hæc tua, Dómine, sumpta sacra commúnio, sicut fidélium in te uniónem præsígnat, sic in Ecclésia tua unitátis operétur efféctum. Per Christum. Seigneur que cette sainte communion reçue, fasse avancer l'union des fidèles en Toi tout comme Tu réalises aussi l'unité dans Ton Eglise.
Modifications aux messes lues :
Ant. ad introitum Ant. à l'introït
Cf. Ps 26, 7.9
Exáudi, Dómine, vocem meam, qua clamávi ad te. Adiútor meus esto, ne derelínquas me, neque despícias me, Deus salutáris meus. Exauce, Seigneur, ma voix, qui a crié vers Toi. Sois mon secours, ne m'abandonne pas, ne me méprise pas, Dieu de mon salut.
Ant. ad communionem Ant. à la communion
Ps 26, 4
Unam pétii a Dómino, hoc requíram, ut inhábitem in domo Dómini ómnibus diébus vitæ meæ. Il est une chose que j’ai demandé au Seigneur, et je la rechercherai uniquement : c’est d’habiter dans la maison du Seigneur tous les jours de ma vie.
Vel:
Io 17, 11
Pater sancte, serva eos in nómine tuo, quos dedísti mihi, ut sint unum sicut et nos, dicit Dóminus. Père saint, garde en Ton nom ceux que Tu M'as donné, afin qu'ils soient un comme nous le sommes, dit le Seigneur.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word